Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2015

Qui mène Les Républicains ?

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/02/1498962716.png

LR.jpgDans mes deux précédents billets, nous avons vu que le PS, avec une classe médiatique à sa botte, menait de fait l'évolution du FN comme, peut-être de façon moins marquée, celle des centres. Nous allons maintenant considérer la situation de la droite classique, autrement dit le parti des "républicains". La réponse est assez complexe.

Le PS et la classe médiatique jouent un rôle non négligeable dans le pilotage de la droite française classique. C'est ainsi que l'on parle, à propos de cette dernière, de "la droite la plus bête du monde". Par exemple la droite ne revient pratiquement jamais sur les mesures prises par la "gauche". Elle n'aurait pas voté "le mariage pour tous"; mais elle n'osera pas l'abroger. Elle n'aurait pas voté « les 35 heures »; mais elle n'osera pas revenir directement sur leur application. Pour la retraite à 60 ans, elle a opéré une correction a minima. De son côté le PS au pouvoir se fait une gloire de défaire toutes les lois votées par la droite qui l'a précédé, sans même chercher à savoir si l'une d'elles irait dans son sens.

Il est vrai que la droite a peur de la "rue", de manifestations de masse que le PS peut susciter à propos de n'importe quelle réforme, manifestations bénéficiant d'une couverture médiatique exceptionnelle.

Cependant la droite classique est aussi animée par des orientations qui lui sont propres et qui ne doivent rien aux pressions. Il y a en principalement deux, qui sont tantôt complémentaires, tantôt contradictoires. C'est ce qui explique la diversité et les hésitations dans cette mouvance.

L'une des orientations marquant la droite est un libéralisme économique assumé. Ce dernier va de pair avec la promotion de l'initiative individuelle. Il explique l'importance donnée au mérite individuel. Cette orientation est partagée avec les centres. Surtout elle est partagée avec les droites de tous les pays, voire par certains partis socialistes étrangers. Elle est par ailleurs dominante dans l'Union européenne, jusqu'à s'imposer à la gauche française.

Il y a cependant, comme nous allons le voir, des limites au libéralisme des "Républicains" et c'est cela qui est le plus intéressant.

L'autre orientation marquant la droite est la "tradition". Il ne serait pas exact de parler de conservatisme, car il s'agit souvent d'un retour à la tradition.

C'est bien sûr le respect des valeurs traditionnelles en matière de société, comme l'importance donnée à la famille. C'est notamment le respect d'un mode de vie pas si ancien, qu'est venue bouleverser une immigration incontrôlée suivie d'une naturalisation de masse. Ainsi la droite se demande-t-elle s'il ne conviendrait de revenir au droit du sang.

Il y a davantage dans cette orientation. La tradition à laquelle la droite se réfère inclut un modèle social bâti dans des luttes menées par la classe ouvrière des générations passées. Ainsi, paradoxe s'il en est, la droite s'attache-t-elle à défendre réellement le modèle social français en l'adaptant au besoin, quand la "gauche" ne s'attache qu'aux apparences. S'il reste un peu de socialisme en politique, c'est donc à droite qu'il faut le chercher.

La tradition inclut également un modèle entrepreneurial qui se préoccupe du bien être des ouvriers et n'est pas esclave d'actionnaires à courte vue. En fait la concurrence à laquelle tient la droite est surtout hexagonale, ou alors interne à une Europe qui serait plus intégrée. Elle s'accommode mal du mondialisme et de certaines directives de l'UE.

Prenons l'exemple de l'augmentation de la TVA qui aurait dû être décidée dès 2007 et qui a été timidement proposée en 2012 avant d'être balayée par le nouveau pouvoir. C'était une mesure socialiste. Une réponse libérale au manque de compétitivité des entreprises se serait limitée à la baisse des dépenses publiques. L'augmentation de TVA permet de maintenir le modèle social et le service public. Car la droite est très attachée au service public, à son efficacité et son image. Elle n'a pas usurpée l'étiquette « républicaine », si du moins on la prend dans son vrai sens, celui de l'intérêt commun, pas dans celui de valeurs prétendues universelles qui ont été définies par une oligarchie.

On assiste à un renversement des valeurs. Si la droite française avait le courage de présenter sa meilleure face, ce qui impliquerait qu'elle se démarque des centres, alors elle verserait un peu dans le socialisme, dans la proximité avec les classes laborieuses. On aurait pu s'attendre à ce que le PS qui fait la loi dans les médias encourage cette orientation. Or c'est exactement le contraire. Le PS empêche que les résolutions de droite qui iraient dans le sens du socialisme aboutissent. Il interdit le socialisme chez les autres. Comme on le verra, il l'interdit aussi chez lui.

En fait la pression médiatique menée par des sympathisants du PS pousse la droite à montrer sa pire face, celle de l'argent qui règne en maître. Et cette dernière est assez bête pour donner toutes les occasions de se faire piéger. Les médias s'en emparent goulûment, ayant un peu vite oublié les frasques de François Mitterrand et de Roland Dumas.

Pierre EISNER (LBTF/PSUNE)

22/08/2015

Qui mène le centre ?

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/02/1498962716.png

Logo_udf.pngDans un précédent billet nous avons vu que le FN était mené par la galaxie du PS par l'intermédiaire de la classe médiatique. Nous allons voir qu'il en est de même de ce qu'on appelle le "centre" ou le "centre droit".

De la même façon que le FN d'aujourd'hui, les centres sont caractérisés par l'absence d'idéal politique, fût-ce un idéal perverti. Souvent appelé le « marais », le centre, sous quelque forme qu'il prenne, est le marigot où pataugent tous les arrivistes. Quand François Bayrou prétend voter pour les propositions allant dans le bon sens d'où quelles viennent, comme si choisir ce qui était bon allait de soi, il nie le rôle de la vision politique, laquelle guide précisément le choix. Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que le centre soit mené de l'extérieur, du PS en l'occurrence.

Comme dans le cas du FN, le centre doit favoriser la "gauche" et nuire à la droite. Il y a cependant de grandes différences. Il convient en effet :

1 - que le centre existe sans prendre de trop de place, pour ne pas empiéter sur la "gauche", tout en lui fournissant un réservoir d'électeurs,

2 - qu'il divise la droite, ou du moins l'influence, pour lui faire perdre les voix des sympathisants de la « droite de la droite » au profit du FN,

3 - que la "gauche" ne lui laisse jamais la place en terme d'alliances.

Le point 1 est décisif dans le second tour des élections. L'aide peut venir d'un choix des dirigeants : en 2012 François Hollande a obtenu le soutien de François Bayrou. Mais c'est surtout le choix personnel de certains lecteurs qui décide : en 2017, le PS espère que des électeurs ayant voté Alain Juppé à la primaire de droite répugnent à suivre Nicolas Sarkozy s'il est choisi. Cependant un centre trop fort pourrait marginaliser la "gauche", appliquant plus ou moins sa politique mais lui faisant perdre ses prébendes.

Le point 2 rejoint ce que nous avons vu pour le FN. Fondamentalement, pour que le FN ferme la route à la droite, il faut faire monter le premier et diviser la seconde. Sachant que le premier ne doit pas trop monter non plus.

Le point 3 a toujours été satisfait, le centre ayant en général vocation à s'associer à la droite. C'était vrai pour l'UDF et c'est vrai pour l'UDI. La seule exception a été la parenthèse Bayrou en 2007 et 2012. Cependant, en 2007, Ségolène Royal n'a pas voulu négocier avec Bayrou et, en 2012, Hollande n'a pas voulu non plus.

Comment la classe médiatique doit-elle opérer pour satisfaire les points ci-dessus ? Elle doit ouvrir les ondes au centre, ce qui lui est d'autant plus facile que la ligne politique du centre n'existe pas; si l'on préfère c'est par défaut le même politiquement correct « bobo » qui la caractérise et qui s'applique aussi au PS. Elle doit surtout être sévère avec la droite classique et faire clairement apparaître la fracture qui la sépare du centre. De cette façon le point 2 est rempli et le point 1 en partie aussi.

Il reste à éviter de promouvoir un centre conquérant et à empêcher l'alliance avec la "gauche" pour satisfaire le point 3 et ce qu'il reste du point 1. Pour cela il convient de "droitiser" médiatiquement le centre, de la même façon qu'on continue de diaboliser le FN. C'est le volet économique qui sert d'appui à l'ancrage à droite du centre. Ici encore c'est très facile. Les positions du PS comme celles du candidat Hollande sur l'économie sont si lamentables qu'il sera difficile à un politicien qui n'est pas rompu aux traditions de la "gauche" de les adopter.

L'inclinaison paresseuse vers le centre est parfaitement illustrée par les positions prises par Alain Juppé depuis qu'il brigue la candidature à la future présidentielle. Il parvient à déborder Bayrou par sa gauche. On l'a vu très politiquement correct à propos du mariage pour tous. On le voit pratiquement sur la ligne du PS en matière d'éducation, ce qui est un comble pour quelqu'un qui sort du moule de l'élitisme républicain. Le seul point sur lequel Najat Belkacem a pu le reprendre, et là les médias l'ont bien relevé, est la valorisation du salaire des instituteurs, ce qui est curieusement une option marquée à droite, qui figurait dans le programme de Sarkozy. Sinon, sur le pédagogisme officiel qui détruit l'acquisition de la lecture et du calcul au primaire, pas un mot de sa part. Sur le "collège unique" qui abaisse tout le monde de peur d'en faire monter quelques uns, il ne touchera qu'au vocabulaire.

Veut-il que l'Ecole forme des citoyens, c'est-à-dire des personnes instruites capables de jugement autonome, bref des hommes ou des femmes libres ? Pas du tout. Il ne faut pas, selon lui, de clivage entre droite et gauche sur l'Ecole.

Bref Juppé se laisse porter par le courant médiatique bien-pensant en donnant des coups de pagaie pour faire bonne mesure. Il est impossible de faire plus centriste que lui. Bayrou doit être vert de rage.

Cela étant le dosage du point 1 est délicat. La primaire à droite complique le jeu du PS. Si Juppé venait à l'emporter, il balaierait Hollande au second tour, à supposer que ce dernier en soit. Même si Juppé avait dû se rapprocher de la droite classique avant le premier tour pour éviter un FN qui y serait trop fort. Ensuite les législatives porteraient au pouvoir une droite assez semblable à ce qu'elle a toujours été. Et les marges de manœuvre du président ne seraient pas si grandes. Les PS aurait tout perdu, y compris un adversaire au pouvoir facile à combattre.

Pierre EISNER (LBTF/PSUNE)

Qui mène le FN ?

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/02/1498962716.png

fnps.jpgIl y a plusieurs façons d'analyser les évolutions du FN : de l'intérieur, en considérant les actions de ses dirigeants, ou de l'extérieur, en considérant les pressions qui s'exercent sur lui et les ouvertures qu'on lui offre. C'est la seconde façon qui nous en apprend le plus. Regardons comment l'eau qui sort de terre se répand en surface. On a l''impression qu'elle en fait à sa guise. En réalité c'est la pente du sol, ce sont les obstacles divers qui guident son trajet. Il en est de même pour le FN, du moins tant que ce parti n'aura pas de vision politique claire et assumée.

Bien sûr, le détail du parcours de ce parti est-il ponctué par l'intransigeance de son fondateur, par la médiocrité de sa présidente ou par la personnalité de tel ou tel. Mais les grandes lignes de son évolution lui échappent. C'est la classe médiatique, c'est-à-dire fondamentalement le PS, qui les dessine. Elle le fait en accordant l'antenne à tel dirigeant à tel moment, en lançant une campagne de dénigrement à tel autre. Bref tout se passe comme si c'étaient des gens comme Laurent Joffrin qui tenaient la tête du FN.

Quelles sont donc les parois de la vallée que le PS et son bras armé de la classe médiatique ont mis en place pour le FN ? Très simplement il s'agit de faire gagner la "gauche". Pour cela il convient

1 - que le FN soit assez fort pour peser,
2 - qu'il prenne des voix à droite sans trop en prendre à gauche,
3 - qu'il ne puisse pas s'allier avec la droite.

Pour remplir le point 3 et un peu le point 2, il faut que le FN soit diabolisé. En effet il faut pouvoir empêcher les partis de droite de conclure des accords, ne serait-ce que des alliances électorales comme la "gauche" en conclut avec l'extrême gauche. Mais il faut aussi que les électeurs de gauche résistent à l'envie de voter pour ce parti dont on a décidé qu'il serait infréquentable. Cependant, pour remplir le point 1 et un peu le point 2, il ne faut pas que le FN soit trop diabolisé non plus. Bien sûr la diabolisation permet au FN de recueillir la contestation au pouvoir. Mais il faut aussi permettre à certains électeurs de droite de s'y retrouver.

Par conséquent, quelles que puissent être les déclarations et démonstrations des dirigeants du FN, jamais leur parti ne sera normalisé, considéré comme un autre. En revanche l'inscription du FN dans la stratégie de dédiabolisation de sa présidente n'est que celle dans la ligne de plus grande pente instituée de l'extérieur. Elle permet au parti d'être plus fort, de prendre plus à droite, mais sans excès cependant, sans espoir d'accéder au pouvoir contre la "gauche", parce que la diabolisation restera là, prête à être activée à tout moment.

Ces derniers jours, à l'occasion de l'exclusion du FN de son fondateur, on a parlé de l'évolution de la ligne politique du parti. On peut la mesurer à la lumière du poids respectif de deux orientations : l'allophobie et l'europhobie.

Au départ le FN s'est construit sur le rejet des allogènes, représentés notamment par certains immigrés, de la part d'une frange importante de la population. C'est cette orientation que les partis au pouvoir jugent insupportable, probablement parce qu'ils se sont montrés incapables de traiter le problème de l'immigration de masse. C'est exclusivement cette orientation que la classe bien pensante retient pour définir le fonds de commerce du FN, comme pour parler de la lepenisation des esprits. C'est bien parce que cette orientation trouve un écho majoritaire dans le pays qu'il fallait la combattre avec force.

Avec Marine, le FN a glissé du rejet des allogènes vers le rejet de l'idée européenne, idée abusivement confondue avec la technocratie de l'UE actuelle. Curieusement, alors que les médias occultent tout ce qui pourrait renforcer la première orientation, évitant le plus possible de donner les noms ou prénoms des suspects dans les crimes, ces mêmes médias ouvrent largement l'antenne à Florian Philippot pour dire du mal de l'Europe. Le risque est moindre car le sentiment européen reste majoritaire, quand l'UE elle-même est peu appréciée. En plus l'europhobie interdit toute alliance politique avec la droite. Elle n'empêcherait pas celle avec la "gauche", qui s'allie avec un "parti de gauche" aussi europhobe que le FN, sachant que François Hollande n'est pas très net lui-même sur la question européenne, soumis qu'il est aux USA et plombé par des promesses faisant peu de cas de nos voisins.

Ainsi l'évolution de la ligne stratégique était-elle dirigée de l'extérieur. Pour autant le fameux fonds de commerce reste en réserve pour maintenir un niveau de diabolisation quoi qu'il arrive. Il pouvait paraître surprenant que les médias accordent une pareille audience au vieux fondateur. Or ce n'est que très normal; c'est une façon de mettre en place des digues.

Le résultat est que le FN est assuré de faire de bons scores, avec la possibilité de gratifier ses militants. En revanche il n'accèdera pas au pouvoir. Pour cela il aurait fallu qu'il ait une ligne politique forte, en adéquation avec les attentes profondes de l'électorat, aussi bien sur l'immigration que sur l'Europe, quitte à devoir peiner avant de recruter les fruits de son labeur.

Maintenant, comme chacun sait, il peut arriver que le Golem échappe à son créateur.

Pierre EISNER (LBTF/PSUNE)

20/06/2015

La droite danoise, minoritaire, conquiert le pouvoir

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

DF.jpgCe jeudi 18 juin, des élections législatives avaient lieu au Danemark. Les Sociaux-Démocrates (Socialdemokratiet) au pouvoir, menés par « la » premier ministre sortante Helle Thorning-Schmidt, espéraient être reconduits à la tête du pays après leur victoire en 2011 à la tête d’une coalition de gauche. Le centre-droit, le Venstre (Libéraux), mené par Lars Løkke Rasmussen, était de son côté empêtré dans les affaires, et en conséquence fragilisé.

Avec 26.3% des voix et 47 sièges, les SD progressent de 1.5% et gagnent trois sièges. Ils (re)deviennent le premier parti du pays, alors que la droite les avait dépassés en 2011. Ce succès relatif est trompeur. Le centre-gauche (Radikale Venstre), qui faisait partie de leur coalition, s’est effondré passant de 9.5% des voix et 17 sièges en 2011 à 4.6% (-4.9) et 8 sièges (-9). De la même façon, le Parti Populaire Socialiste (SFP = Socialistisk Folkeparti) est douloureusement affaibli, passant de 9.2% et 16 sièges à 4.2% (-5) et 7 sièges (-9).

Cette baisse significative du vote de gauche profite à deux partis de gauche, les « rouge-vert » d’Enhedlisten, qui passent de 6.7% et 12 sièges à 7.8% et 14 sièges, et la liste de gauche Alternativet, nouvelle venue, qui obtient 4.8% des voix et 9 sièges. En tout la cause perd environ trois points, ce qui n’est pas une chute si considérable.

La droite libérale incarnée par le parti Venstre, avec 19.5% des voix et 34 sièges, chute lourdement. Elle perd 5.6 points et 13 sièges. Cette diminution s’explique par une légère progression de l’Alliance Libérale (Liberal Alliance), passant de 5 à 7.5% des voix et de 9 à 13 sièges. En revanche, le parti conservateur populaire (Konservative Folkeparti) passe de 4.9% et 8 sièges à 3.4% (-1.5) et 6 sièges. Elle est donc en nombre de sièges plus faible que la gauche.

Celui qui au final va élire le roi est le Parti du Peuple Danois (Dansk Folkeparti) mené par Kristian Thulesen Dahl, en remplacement de Pja Kjarsgaard, tête de file du parti depuis de nombreuses années, et désormais en retrait. Dahl souhaiterait néanmoins qu’elle obtienne la présidence de l’assemblée, en échange d’un soutien à la droite libérale, sans nécessairement bâtir avec elle une coalition. Le DFP est passé de 12.3% des voix et 22 sièges à 21.1% (+8.8) et 37 sièges, devenant le second parti du pays, après avoir été aux élections européennes de 2014 premier. Cette progression se fait notamment au détriment de la droite conservatrice et du Venstre mais aussi du SFP, mouvement socialiste à connotation eurosceptique. Le DFP récupère ainsi des déçus de droite comme de gauche.

Bien que le DFP ne soit pas victime d’un cordon sanitaire comme il peut exister en Belgique, au Royaume-Uni ou en France, il lui est impossible d’espérer être à la tête d’une coalition de droite. Il peut au mieux espérer ce que le FPÖ autrichien avait obtenu en 2000, être le partenaire de la droite classique. Cela n’avait pas bien réussi à ce parti. Le DFP n’a peut-être pas forcément intérêt à s’associer et pourrait être gagnant à proposer un soutien extérieur, au cas par cas, tenant la droite sous son influence sans pâtir nécessairement de l’usure du pouvoir.

Le résultat important du DFP, qui n’est pas une surprise même s’il n’était pas attendu à un aussi haut niveau à une élection nationale, démontre que dans un pays économiquement prospère, où le chômage reste très bas, le débat sur l’identité prend une part importante. D’ailleurs, un parti de défense des immigrés espérait pouvoir se présenter pour contrer le discours de la DFP mais n’en a pas été capable. Les Danois, sans nécessairement être des eurosceptiques, ont constaté que l’UE était en crise. L’idée d’adhésion à la zone euro est d’ailleurs au plus bas dans ce pays. Le DFP entend quant à lui s’inspirer du modèle britannique, sans prôner un départ de l’UE, mais en renégociant certains points de cette construction. Il est également évident que le Danemark, tout comme la Hongrie, voudra se prémunir de tout quota de migrants clandestins qu’il aurait pu être amené à héberger.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

15/06/2015

Quatre mythes « fondateurs » de l’europhobie contemporaine

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

europh.jpegL’Union Européenne est éminemment critiquable et ce avant tout parce qu’elle donne le sentiment qu’il y a tromperie sur la marchandise. Loin d’être l’embryon d’une véritable Europe politique au service des Européens, elle apparaît comme un organisme technocratique éloigné des citoyens, une gouvernance d’esprit mondialiste (ou globaliste) alignée sur les intérêts américains, brisant les anciennes nations d’un côté sans se doter des moyens d’être une nation de l’autre. Ainsi, si les pouvoirs nationaux sont affaiblis, ce n’est pas en faveur d’un pouvoir européen qui reste encore à bâtir. Au contraire, on assiste à une neutralisation mutuelle.

En réalité, l’Union Européenne est un nain politique, un alibi des gouvernements « nationaux » pour appliquer leur programme libéral et atlantiste mais sans l’assumer devant les peuples. Ils s’attribuent toute initiative communautaire qui irait dans le bon sens mais en revanche rejettent sur elle des politiques impopulaires dont pourtant ils sont les promoteurs zélés. L’Union Européenne n’est donc pas vraiment « européenne » et en tout cas elle n’est pas l’Union Européenne qu’elle aurait dû être, qu’elle devrait être et qu’il est bon qu’elle finisse par devenir.

Cette introduction est nécessaire pour bien faire comprendre que dénoncer les mythes europhobes ne signifie pas pour autant perdre tout sens critique sur l’actuelle construction européenne. Il convient d’en dénoncer les travers, non en fonction de fantasmes idéologiques, mais de faits.

Mythe n°1 : l’Union Européenne est la nouvelle Union Soviétique.

Il est assez drôle de voir des anti-libéraux dénoncer en l’UE une « UERSS », notamment lorsqu’ils se revendiquent du PCF. En réalité, le dernier Etat soviétique d’Europe est plutôt l’Etat français, avec sa bureaucratie tatillonne et ses apparatchiki d’ENA. L’URSS était un régime totalitaire centralisé où tout le pouvoir était détenu par un politburo et qui envoyait ses opposants dans des camps puis dans des asiles. Ses dirigeants avaient un réel pouvoir, alors qu’un Van Rompuy hier ou un Tusk aujourd’hui n’en ont aucun. Quant aux commissaires, ils sont choisis par chaque Etat membre de manière souveraine, même si le parlement européen a en théorie le pouvoir d’en refuser certains. En réalité, comme ce parlement est tenu par les grands partis nationaux au sein de coalitions fictives, les députés se couchent systématiquement devant les décisions des chefs d’Etat. Hollande a ainsi pu imposer Moscovici malgré les fortes réticences de Strasbourg.

Pour renforcer leur équation, certains souverainistes et/ou europhobes font appel aux « prédictions » d’un ancien dissident soviétique en la personne de Boukovski, qui est un atlantiste acharné et un ennemi déclaré de Poutine, que ces mêmes europhobes souvent adulent de manière parfois excessivement servile.

L’UE est accusée d’ultra-libéralisme alors que l’URSS était communiste. L’UE finance ses opposants, ainsi les députés européens du FN ou de UKIP, alors que l’URSS les enfermait. La direction de l’UE n’a aucun pouvoir alors que celle de l’URSS était dictatoriale. Par ailleurs, si les adversaires de l’UE se réclament souvent du nationalisme, ils oublient que l’URSS était dès Staline sur une ligne nationaliste grand-russe, réprimant les minorités linguistiques, dont les Ukrainiens. Là encore l’URSS rappelle davantage le centralisme jacobin à la française, avec les Bretons ou les Corses dans le rôle des Ukrainiens ou des Biélorusses.

Mythe n°2 : l’Union Européenne est un IVème Reich.

L’Union Européenne serait une création « nazie », affirment sans rire certains souverainistes. Le nazisme était pourtant une synthèse de socialisme et de nationalisme, deux idéologies qu’ils chérissent à leur manière. L’UE est au contraire à la fois libérale et internationaliste. Ses dirigeants prônent l’ouverture des frontières notamment à une immigration incontrôlée.

Pour appuyer cette comparaison sans fondement, certains évoquent la figure de Walter Hallstein, un président de la commission parmi d’autres, sous le prétexte qu’il a été membre de la NSDAP à une époque où en Allemagne à peu près tout le monde en était membre. Il n’y a pourtant eu aucune responsabilité de premier plan ni même de second plan. Dans ce cas là, on peut aussi bien affirmer que Boris Eltsine était un communiste. Rien par ailleurs ne laisse penser qu’il soit arrivé à la place de président par le biais d’une internationale noire qui œuvrerait dans l’ombre.

Et puis ceux qui affirment que l’UE serait nazie sont aussi ceux qui la comparent à l’URSS et/ou dénoncent une « Europe » américaine, les deux puissances qui ont justement écrasé sous les bombes le dit Reich. Tout cela n’est guère sérieux et cette dénonciation n’est qu’un postulat de principe à base complotiste et non une critique fondées sur une analyse sérieuse.

Mythe n°3 : les Français ont voté non à la construction européenne en 2005.

Avec près de 56% des voix, les électeurs français ont refusé le projet de « traité constitutionnel » soumis à leur vote par décision de Jacques Chirac, alors président de la république. Les raisons de ce refus sont multiples, à l’issue d’une campagne efficace des opposants – refus de l’adhésion turque, refus de la concurrence déloyale intra-européenne symbolisée par la directive Bolkestein, rejet du gouvernement et d’un président usé par dix ans de pouvoir, et rejet de la construction européenne, mais ce pour une toute petite partie des électeurs. Les Français ont répondu à la question posée, qui était oui ou non, à un texte médiocre, technocratique, et qui n’était constitutionnel que par son nom, ceci pour flatter la « convention » Giscard. En réalité, le « TCE » corrigeait légèrement Nice et synthétisait le droit communautaire de plusieurs décennies. C’était donc un document technique, fondamentalement illisible, qui ne pouvait que susciter le rejet par les électeurs.

Les Français ont voté non au TCE. Ils n’ont pas voté non à la construction européenne, non à l’idée même de « constitution » européenne. Ils n’ont pas voté contre l’euro ou contre l’UE. J’ajoute pour être clair avoir fait partie des votants « non » car souhaitant une véritable constitution européenne, issue d’une assemblée constituante européenne élue en ce sens, je ne voulais pas que le terme soit usurpé et il l’était.

Mythe n°4 : l’Union Européenne est responsable de l’immigration.

Alors que l’Europe subit depuis plusieurs mois un flux massif et ininterrompu de migrants clandestins venus notamment d’Afrique, il est de bon ton d’en accuser Schengen et l’UE. Il est clair que l’actuelle UE ne nous protège en rien contre ces flux mais, comme toutes les autorités « morales », y compris le Vatican, elle encourage l’accueil des migrants. Mais à part la Hongrie d’Orban, quel gouvernement prône leur rejet ?

Schengen a aboli les frontières à l’intérieur de l’Union Européenne. La Roumanie et la Bulgarie ne font d’ailleurs toujours pas partie de son espace, à la différence de l’Islande, qui n’est même pas dans l’UE. A l’exception du cas « rom », qui n’est pas nouveau en France et n’a pas attendu l’ouverture des frontières (leur première arrivée en France date de 1340), l’immigration en Europe est due à la volonté des gouvernements nationaux. Les travailleurs turcs sont arrivés en Allemagne en 1963 suite à un accord bilatéral Allemagne-Turquie. Dès 1946, la France a fait appel à des travailleurs issus de son ancien empire colonial, et notamment maghrébins, malgré l’opposition de De Gaulle. De la même façon, le Royaume-Uni a ouvert dès les années 50 sa porte à des immigrés venus du Commonwealth, ce qui a amené un célèbre conservateur du nom de Powell à s’en émouvoir et à être alors marginalisé de la scène politique pour cette raison.

Il est d’ailleurs assez ironique d’entendre le premier ministre britannique David Cameron s’émouvoir de l’immigration, essentiellement européenne (polonaise notamment), alors que son parti n’a jamais rien fait contre l’immigration extra-européenne issue de l’ancien empire, et continue de ne rien faire contre. De même, la France s’est faite une spécialité de reconduire à la frontière des Russes ou des Moldaves, alors qu’elle ne fait rien (ou en tout cas pas grand-chose) contre les migrants clandestins venus de son ancien espace colonial.

Il faut savoir que la loi française permet par exemple à tout algérien né avant 1962 de bénéficier de la nationalité française au titre de la « réintégration ». C’est l’Etat français qui est aussi responsable de l’appel d’air migratoire par son assistanat de masse doublé d’un égalitarisme lui interdisant de réserver ses aides à ses seuls concitoyens. L’Allemagne et le Royaume-Uni sont beaucoup plus raisonnables en la matière. C’est la propre constitution de la France qui lui interdit de s’opposer efficacement à ces flux, pas des directives européennes, alors que la gestion de l’immigration est une compétence nationale. Et enfin, nous devons la départementalisation de Mayotte au seul Etat français, sans que l’UE ait eu la moindre influence en ce sens.

Thomas FERRIER

10/05/2015

Front contre Front

europhobia.jpgAlors que les politologues opposent le « vieux » FN de « Jean-Marie » au nouveau « FN » de « Marine », la classe politique, de gauche comme de droite, prétend au contraire que le FN n’a pas changé, ou alors simplement de manière cosmétique, que le nouveau est la continuité de l’ancien, à quelques « détails » près. Cette crise familiale et politique est-elle le choix de l’efficacité au détriment de l’authenticité, une véritable rupture ou une continuité masquée ?

Le FN de JMLP : provocations et incohérences.

Jean-Marie Le Pen, choisi comme figure de proue par une partie de la droite radicale et activiste, lassée des combats de rue en 1972, Dominique Venner rejetant la proposition qui lui avait été faite d’en être l’animateur, a voulu rassembler le camp dit de « droite nationale » autour de sa personne. Il était relativement indifférent aux querelles de chapelle et admettait tant d’anciens résistants que d’anciens collaborationnistes, dans la mesure où tous lui faisaient allégeance. Néanmoins, son parti fut une succession de départs et d’arrivées, au gré de diverses scissions liées à sa personnalité ou à ses positions fluctuantes. Dès 1973, la plupart des fondateurs du FN partirent « faire Front » puis en 1983 ce fut le départ de ceux qui allaient fonder le PNF. La plus grande scission, dont le FN n’a jamais réussi à se remettre, même en 2015, fut celle emmenée par Bruno Mégret.

Rappelons que cette scission était la conséquence non seulement de l’attitude de Le Pen, attisée par un clan épurateur dont sa fille Marine était une des animatrices les plus acharnées, mais aussi de choix tactiques différents. Toutefois, contrairement à ce qui a été souvent dit ces derniers mois, et affirmé aussi par Mégret lui-même, la « dédiabolisation » qu’il envisageait n’avait rien à voir avec celle de Marine Le Pen aujourd’hui. Il s’agissait simplement de ne plus donner d’armes aux adversaires par le biais de déclarations intempestives et/ou nostalgiques d’époques dont l’évocation n’apportait rien de bon, mais sans le moindre renoncement idéologique. Mégret a ainsi emmené avec lui les opposants les plus radicaux à l’immigration avant de les perdre au gré de ses défaites électorales.

Les provocations attiraient l’attention des media sur le parti et plaisaient à une partie de l’électorat. Ce côté anti-système était un positionnement confortable, même s’il amenait à se faire attaquer par toute l’intelligentsia politique et médiatique, car il évitait les remises en question douloureuses. Mais d’un point de vue politique c’était improductif puisque les chances réelles de succès étaient nulles. En 2002, la punition au second tour des présidentielles infligée à Jean-Marie Le Pen fut significative et sa réaction personnelle démontra qu’il avait compris qu’il n’aurait pas le pouvoir. Il l’avait sans doute compris dès 1995 en vérité. Alors tout ça pour quoi ?

Lire la suite

08/05/2015

Victoire écrasante de David Cameron aux élections britanniques

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

tories.jpgTous les media annonçaient une réélection difficile pour David Cameron, au coude à coude avec son adversaire travailliste Ed Miliband. On imaginait alors un Royaume-Uni ingouvernable, avec une droite prise en otage par UKIP, et donc une coalition multicolore à la tête du pays.

Les résultats, bien loin des sondages, sont sans appel. Avec 36.9% des voix (+0.8) et 331 sièges (+24), les Conservateurs sont les grands vainqueurs du scrutin et réussissent à dépasser la majorité absolue (326) de cinq sièges. Ils n’auront pas besoin d’alliés pour gouverner le pays pendant cinq ans. Même s’ils ne progressent pas en voix d’une manière significative, leur victoire est homogène sur une grande partie du pays. Avec 30.4% des voix (+1.4), le Labour est battu, alors même qu’il progresse en voix et en pourcentage. Il n’obtient toutefois que 232 sièges (-26). Il a certes récupéré les voix de Libéraux-Démocrates déçus mais de manière insuffisante pour faire la différence.

Les Libdem de Nick Clegg sont en revanche les grands perdants de ce scrutin, tombant à 7.9% des voix et à 8 sièges (-49). C’est une véritable déculottée qu’a subi ce parti libéral pro-européen. Il paie là le prix d’une alliance contre nature de cinq ans avec la droite conservatrice aux relents eurosceptiques. Incapable de marquer sa différence, associé à une politique d’austérité qu’il a dû avaler, le parti est sévèrement puni dans les urnes.

Avec 12.6% des voix (+9.5%), le mouvement UKIP de Nigel Farage progresse nettement entre 2010 et 2015 mais est très loin des 27% des voix obtenus aux élections européennes. Dans un tel contexte, c’est une sérieuse déconvenue, aggravée par l’échec personnel de Farage, UKIP devant se contenter d’un seul élu à l’arrachée. Ce dernier, qui s’était engagé à démissionner de la présidence du parti en cas de défaite, s’est exécuté, même s’il n’exclut pas un retour dans quelques mois à la tête d’une formation marquée par son charisme. Dans ses 12.6% des voix, on trouve des électeurs conservateurs soutenant une ligne très eurosceptique mais aussi toute la droite nationale. Le BNP (1.9% en 2010) est laminé et doit se contenter d’un millier d’électeurs. Les English Democrats en ont un peu plus de 6000. Tout cela est dérisoire.

Si les Conservateurs progressent malgré cette fuite d’électeurs droitiers vers UKIP, c’est qu’ils récupèrent une part essentielle de l’électorat Libdem. Ceux-ci ont finalement préféré reconduire le gouvernement précédent, au prix de la survie de leur mouvement, plutôt que de mettre le Labour au pouvoir. Les attaques de Cameron contre une gauche accusée de s’inspirer du « contre-modèle » français ont pu faire mouche. En outre, environ 3% des électeurs britanniques se sont décidés au dernier moment, par un réflexe de vote utile et pour donner une majorité au pays, à soutenir le premier ministre sortant.

Autre vainqueur et non des moindres de ce scrutin, le mouvement indépendantiste écossais SNP. Il obtient 56 des 59 sièges pour l’Ecosse et atteint exactement 50% des voix, ce qui est en fait et de loin le premier parti de la province. Les Libdem et le Labour ont été sérieusement punis. Au final, les conservateurs disposent de deux sièges et le Labour d’un seul. Néanmoins, ce succès du SNP ne lui permettra pas de peser sur le Labour, dont il aurait été un partenaire indispensable. Là encore, des électeurs ont pu craindre son influence et ont alors choisi les Tories de Cameron.

Les nationalistes gallois (Plaid Cymru) obtiennent 3 sièges et 12.1% dans leur province. Ils progressent très légèrement en voix dans un contexte de vote utile. En revanche, les nationalistes de Cornouailles, à savoir le Mabyon Kernow, restent à un niveau très faible, entre 1.1 et 4.1% des voix selon les cantons. En Irlande du Nord, les électeurs étaient également très partagés. Les unionistes obtinrent 8 sièges quand le Sinn Fein n’en a obtenu que 3. Les premiers ont obtenu 25.7% des voix et les seconds 24.5%. Une nouvelle formation émerge, l’UUP, formation alliée avec les Tories avec 16% des voix. Le SDLP (la gauche nord-irlandaise) obtient 3 sièges.

Enfin, les Verts (Greens) progressent nettement, passant de 1% à 3.8% en cinq ans, et réussissant à faire rentrer un élu à la Chambre des Communes. Ils ont pu à la marge freiner le résultat du Labour.

david cameron,ukip,labour,tories,victoire,snpDavid Cameron, qui s’était engagé à tenir un référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union Européenne, et qui le fera probablement en 2017, sort très renforcé. Il le doit au relatif échec d’UKIP mais aussi à l’effondrement de son allié libéral-démocrate. Même si sa progression est très faible, elle est suffisante et elle a permis de faire basculer le scrutin dans de nombreuses circonscriptions en sa faveur, y compris dans le fief de Farage. La gauche, qui reste généralement forte en terre non-anglaise, conserve son bastion gallois et la région autour de Londres, en raison notamment du vote des ex-immigrés, mais perd l’Ecosse. Cette dernière aura d’ailleurs un poids sans doute déterminant dans le résultat du futur référendum. En effet, elle est beaucoup plus pro-européenne que le reste du pays et pourrait le menacer d’une sécession si le Royaume-Uni choisissait une voie trop anglocentrée.

En tout cas, voici Cameron aux affaires jusqu’en 2019-2020. Il continuera de mener sa politique d’austérité et à naviguer sur un fil avec l’Union Européenne, qui a déjà annoncé, par le biais de Juncker, qu’elle n’accepterait pas de limitations à la liberté de circuler, une des raisons pourtant du vote eurosceptique au Royaume-Uni en l’absence d’un positionnement « identitaire » européen et d’un refus clair des flux passés et présents venus du Commonwealth. L’europhobie croissante de l’opinion britannique, attisée par une presse aux ordres de la City, n’est pas une fatalité. Mais ce n’est pas avec l’Union Européenne actuelle, enlisée dans sa médiocrité et aboyant les ordres des USA, et appelant au laxisme migratoire, comme le Vatican d’ailleurs, qui fera évoluer les mentalités en sa faveur.

 

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

19/04/2015

Elections législatives en Finlande : victoire du centre sur la droite

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

flag-finland-XL.jpgEn 2011, les conservateurs du KOK (« Parti de la coalition nationale ») étaient le premier parti du pays. Même s’ils ne reculent au final que de 3% en 2015, ils perdent néanmoins six députés et surtout ne sont plus premier. C’est désormais le mouvement centriste KESK (Suomen Keskusta ou « Centre ») qui remporte le titre et devrait composer le prochain gouvernement.  Avec 21% des voix environ et 49 sièges, même s’ils devront trouver des alliés, qui pourraient être les populistes du Perussuomalaiset (« Parti des Finlandais »), ils s’imposent. Les « Vrais Finlandais » du PS, le mouvement de Timo Soini donc, régressent toutefois, perdant 1.5 points et 1 siège. Avec 17.6% des voix, contre 19.1% en 2011, ils demeurent néanmoins le troisième parti du pays, mais réalisent aussi une contre-performance par rapport aux élections européennes.

Les sociaux-démocrates (SDP) avec 16.54% des voix et 34 sièges sont également les grands perdants de ces élections. Un phénomène de vote utile en faveur des centristes a pu jouer contre eux. Ils perdent 2.4 points et 8 sièges. Les Verts (Vihreä Liitta) n’en profitent pas. Avec 7.6% des voix et 14 sièges (+4), ils conservent presque le même niveau qu’en 2011 (+0.3 pts). De même, l’Alliance de Gauche (VAS) est aussi en recul avec 7.3% (-0.8 pts) et 12 sièges (-2). La gauche stricto sensu représente néanmoins 60 sièges. Sa division est donc mortifère.

A droite, les chrétiens-démocrates stagnent à 3.5% (-0.6 pts) et 5 sièges (-1) tandis que les formations eurosceptiques ou nationalistes, en dehors des Perussuomalaiset, sont au plus bas, 0.5% pour le Parti de l’Indépendance (+0.4 pts toutefois) et 0.2% pour le mouvement anti-immigration Muutos 2011 (M11). Les Pirates obtiennent 0.8% des voix (+0.2) et sous la rubrique « autre » (Muut) on trouve 0.6% des voix et 1 siège.

Mouvement très minoritaire représentant les Suédois, le RKP (Parti populaire suédois) obtient 4.9% (+0.6 pts) et 11 sièges (+2). Difficile pour ce parti de faire mieux, compte tenu de son créneau « identitaire ». Mais il réussit à rassembler son camp dans une écrasante proportion.

Au final, on peut constater que les sondages étaient à peu près exacts, même si les Perussuomalaiset ont obtenu un résultat un peu meilleur que ce qu’ils pouvaient espérer, minimisant leur recul. A la différence des « Démocrates Suédois », ils sont néanmoins bien moins diabolisés et pourraient être associés au pouvoir, même si la presse leur reproche d’exprimer des manifestations de nette hostilité à l’égard notamment de plusieurs milliers de réfugiés somaliens musulmans, dans un pays qui reste encore très massivement indigène (européen). Et ils s’inscrivent désormais durablement dans le paysage politique finlandais.

Le « Centre » a obtenu environ 7% de plus qu’en 2011, venant de la droite (-3) comme de la gauche (-3) et de manière plus limitée des populistes (-1). Cette victoire, je le précise, est néanmoins celle d’un parti qui a fait 22% des voix. On est très loin d’un succès exceptionnel. C’est l’avantage toutefois du système proportionnel, qui oblige à composer avec des forces parfois assez éloignées idéologiquement. Juha Sipilä, le dirigeant du KESK, devrait devenir le prochain chef du gouvernement, à la tête d’une coalition qui reste encore à créer.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

15/03/2015

De la conquête européenne du pouvoir. Stratégie pour une refondation continentale

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

geo-brown.png

 

Constat.

Les pays européens sont confrontés à la montée des mêmes périls auxquels ils sont incapables d’opposer un front commun. L’Union « Européenne » actuelle est impuissante à les enrayer et en nie même l’existence, tout comme chaque Etat « national » pris séparément. Depuis un demi-siècle l’Europe vit sous la coupe de l’idéologie mondialiste, sur l’utopie universaliste mortifère, que ce soit sous le masque du libéralisme américain ou celui de l’internationalisme prolétarien. La Russie, libérée en 1991 de la dictature communiste, est seule aujourd’hui à tenter de s’opposer à ce diktat, mais elle est elle-même bien impuissante, ne pouvant offrir qu’une résistance symbolique. L’hiver démographique n’épargne aucun pays européen et même lorsque le taux officiel est satisfaisant, il masque le fait qu’il s’agit en partie d’une natalité d’importation, obtenue par le biais de flux migratoires post-coloniaux. Ces flux sont en passe de submerger littéralement la vieille Europe sans que celle-ci ne se dote des outils pour y parer, bien au contraire. Nombreux sont les relais internes à s’en féliciter. A cela s’ajoute une crise du chômage qui ne diminue que par une plus grande précarisation du travail. L’islam, qui était réduit en Europe dans les années 50 au Caucase et aux Balkans, est également apparu par le biais de ces flux dans tous les pays d’Europe occidentale, posant des problèmes de fond en matière de laïcité, d’identité et de sécurité.

La montée des populismes « nationaux », des souverainismes et des indépendantismes, est la conséquence logique de cette situation mais en aucun cas le signe d’une prochaine guérison, bien au contraire. L’égoïsme national est une chimère. Taper sur l’€ ou sur l’Union Européenne ne changera rien à la situation. Se replier sur des cadres nationaux dévoyés est un faux remède. Les nationalités ont perdu toute valeur, depuis que leur accès a été grandement facilité, même en Allemagne, jadis gardienne farouche de la sienne, tout comme a été dénaturée l’institution du mariage. Les constitutions enferment les peuples au lieu de les protéger. Un droit devenu fou restreint nos libertés.  Et les Églises appellent à l’ouverture à l’autre au lieu de prôner la réaffirmation des valeurs européennes ancestrales.

programme,psune,europe,nation,périclès,nationalité européenne,exclusivité citoyenne,putsch européen

Dans un tel contexte, s’imaginer arriver au pouvoir à l’échelle d’un seul pays pour y changer quoi que ce soit est parfaitement naïf. Outre les carcans juridiques qu’il serait quasiment illusoire de faire sauter, les autres gouvernements, sans parler des USA, auraient tôt fait d’exercer des pressions économiques redoutables sur ce nouveau pouvoir récalcitrant. On a vu Syriza en Grèce, mouvement élu sur un programme démagogique, se coucher très vite devant la fameuse « Troïka » même si en paroles Tsipras fait croire à son peuple le contraire. Et ce serait la même chose si en France un mouvement de « droite nationale » par exemple s’imposait à l’issue d’élections démocratiques. Il se heurterait immédiatement au Sénat et au Conseil Constitutionnel qu’il ne serait en mesure de vaincre qu’en gagnant toutes les élections pendant cinq ans, alors qu’il aura déçu ses partisans les plus acharnés par son incapacité à agir immédiatement. Et je ne parle pas là des condamnations internationales qui mettraient l’économie française à genoux en une semaine à la moindre velléité d’un changement radical de paradigme.

Les problèmes étant européens, ils ne peuvent être résolus qu’au niveau européen. Ce n’est qu’à l’échelle de l’Europe qu’un pouvoir disposerait de la masse critique donc des moyens réels de réorienter le continent dans un tout autre sens, sans avoir à tenir compte des constitutions, des traités ou des pressions internationales. L’Europe ne pourra être refondée sur une base démocratique et authentiquement européenne que par une forme de « putsch », par une révolution. Valéry Giscard d’Estaing et Helmut Schmidt ont évoqué la nécessité d’un tel « putsch européen », dont l’antichambre ne pourrait être que le parlement européen. En clair, on ne peut réorienter l’UE que de l’intérieur, après en avoir forcé les portes par le soutien des électeurs, et ainsi l’amener à ce qu’elle aurait dû être et qu’elle n’a pas pu ou su devenir. L’Union Européenne sera ainsi « malgré elle » l’antichambre de l’Europe Nation.

Euro.jpg

Solution.

Qui dit problème européen, dit solution européenne. Qui dit solution européenne, dit programme européen. Qui dit programme européen, dit parti européen, car une coalition de partis nationaux serait incapable d’opposer un front uni, et on le constate avec l’incapacité des partis souverainistes à s’entendre (quatre groupes au moins à Strasbourg), sans parler des querelles de personnes. Qui dit parti européen, dit enfin leader européen.

Bâtir un programme européen qui aurait à cœur la défense de l’identité européenne (européanité) et de toutes les identités subsidiaires de l’Europe (régionales et nationales), c’est donc le proposer aux électeurs européens par le biais d’un parti identitaire européen, un mouvement d’union et de défense des Européens indigènes, un mouvement d’opposition au mondialisme et au « multikulti » en provenance des USA.

La seule stratégie possible c’est de s’appuyer sur les électeurs européens, donc de les convaincre, et de jouer la carte des élections européennes. L’objectif est d’obtenir un maximum de députés à Strasbourg, au moins 30%, élus dans toute l’Union Européenne sur la même ligne programmatique. A ce moment là, la droite et les derniers nationalistes ou souverainistes se rallieront, par opposition à une « gauche » de plus en plus étrangère aux intérêts réels des Européens et pactisant avec ce qui détruit notre civilisation.

Avec plus de 50% des députés, élus ou ralliés, les institutions européennes deviendront ingouvernables. Le président de l’assemblée ne sera plus élu par une union factice entre PPE et PSE. Le parlement sera clivé entre le camp de l’Europe et le camp de l’Anti-Europe. La majorité parlementaire pourra alors s’autoproclamer assemblée européenne constituante, élaborant la constitution d’un nouvel Etat qui s’appellera l’Europe. Cet Etat, vierge juridiquement par nature, puisque créé « ex nihilo », ne sera pas engagé par les constitutions et les traités d’Etats qui auont à ses yeux cessé d’exister, comme en 1789 les parlements régionaux ont disparu. Bien sûr certains gouvernements tenteront de s’y opposer, d’entrer en résistance. Mais la plupart céderont, abandonnés de l’intérieur, et de leur propre chef se démettront. Ils sont incapables de résister au mondialisme. Ils seront encore moins capables de s’opposer à cette vague révolutionnaire européenne.

programme,psune,europe,nation,périclès,nationalité européenne,exclusivité citoyenne,putsch européen

Ainsi verra le jour un gouvernement européen provisoire, une sorte de comité de salut public destiné à fonder l’Etat européen unitaire et à proposer une constitution aux citoyens européens. Il devra avoir à cœur de défendre comme point de départ ce que je nomme le « projet Périclès ». Il s’agit de la mise en place d’une nationalité européenne indépendante des nationalités des (anciens) Etats, bien trop dévoyées, par application de critères de convergence, par exemple une date de référence, une époque où les nationalités des Etats avaient encore un sens. Cette nationalité européenne reposerait sur le principe du ius sanguinis intégral, un principe d’ascendance, par patrilinéarité et matrilinéarité associées.

Un autre principe sera celui de l’exclusivité citoyenne, qui existe au niveau du droit de vote ou de l’accès à la fonction publique dans la plupart des pays européens. En démocratie, le citoyen est en effet lié à des droits et des devoirs exclusifs. Cette exclusivité devra être élargie à plusieurs domaines sociaux clé, par exemple le droit de propriété du sol ou le droit au travail, afin d’encourager un phénomène remigratoire.

C’est ainsi qu’un Etat européen, que la nation européenne dans un sens politique, pourra voir le jour. Une fois la constitution adoptée par référendum, des élections européennes auront lieu dans le cadre de la nouvelle organisation politique du continent.

Cet État invitera les autres pays européens non membres de la nouvelle Europe, et notamment la Russie, à envoyer des représentants afin de s’associer et de la rejoindre à plus ou moins brève échéance. Ils intégreront alors la première puissance mondiale et se verront immédiatement traités des maux que leur Etat « national » était incapable de résoudre, à supposer qu’il en ait eu l’intention. Il faudrait considérer cet Etat européen comme un remède continental dont l’application guérira notre civilisation et nous donnera les moyens d’une nouvelle renaissance. Un droit européen au service des Européens se sera substitué à d’anciens droits « nationaux » devenus des étaux. Les anciens traités, les anciennes constitutions, auront alors disparu. L’Europe pourra enfin envisager un avenir rayonnant, alors qu’en 2015 il est plus que sombre.

Le sacrifice des anciennes souverainetés nationales, qui avaient été vidées de toute réalité objective depuis des décennies, fantômes qu’on invoquait comme tant de fétiches, aura été le prix à payer, un prix à payer symbolique. L’OTAN aura cessé d’exister au profit d’une armée européenne et la géopolitique américaine visant à diviser l’Europe et à rejeter la Russie en Asie aura alors été rendue vaine. Ainsi l’Europe, qui aura alors échappé à l’extinction que le mondialisme lui promet, et qui aura su trouver en elle cette unité que les souverainistes lui refusent, sera sauvée. Et son identité plurimillénaire avec elle.

Thomas FERRIER (PSUNE)

Elections départementales : 3 stratégies à l’œuvre en vue de 2017

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/02/02/356790240.4.png

Stratégie-médias-sociaux.jpgLes 22 et 29 mars prochains, les électeurs français, à l’exception des parisiens et des lyonnais, éliront leurs conseillers généraux dans le cadre de la réorganisation géographique des cantons. Remplaçant les élections cantonales, qui se déroulaient à chaque fois sur la moitié du pays, ces départementales sont donc devenues de fait un enjeu national, une façon pour les partis politiques de juger de leur poids dans l’opinion. Elles seront suivies en fin d’année des élections régionales, qui se dérouleront là encore dans des circonscriptions qui ont été profondément modifiées. Restera alors un an et demi avant les présidentielles de 2017. Les trois grands partis (FN, PS et UMP) ont chacun un plan de bataille.

Le plan du Front National.

La stratégie générale de Marine Le Pen a été déterminée par Florian Philippot. Elle consiste à récupérer les 55% d’électeurs qui avaient voté non au référendum sur le traité (prétendument) constitutionnel européen. Il s’agit donc de réactiver le slogan « ni droite ni gauche » sur une ligne socialisante, étatiste et souverainiste, donc anti-européenne. En revanche, les thèmes identitaires, qui forment la raison principale du vote FN pour beaucoup d’électeurs, sont minimisés, même s’il faut continuer d’envoyer quelques signaux en direction de cet électorat. Cela est grandement facilité par la « diabolisation » médiatique qui laisse penser à l’existence d’un crypto-programme plus dur, une vue de l’esprit mais à laquelle beaucoup d’électeurs « identitaires » croient pour se rassurer.

Dans un article précédent, alors publié sous anonymat sur un autre blog, j’avais expliqué que la ligne europhobe du néo-FN amènerait naturellement ce dernier à renoncer à toute idée de lutte contre l’allogénisation. C’est le « grand renoncement » qui serait nécessaire pour que s’ouvrent les portes du pouvoir. En réalité, la stratégie la plus efficace serait sans doute l’inverse, à savoir renoncer au programme démagogique anti-€ et anti-UE tout en maintenant un discours ferme sur la question migratoire.

Crédité dans les sondages d’un résultat entre 28 et 33%, avec une abstention record, le Front National confirmera donc probablement sa place de premier parti électoral, même s’il en est loin en nombre de militants et de cadres. La stratégie Philippot, qui n’aura été pour rien en réalité dans ce résultat, se verra donc confortée ainsi que le poids de son concepteur, désavoué en interne par les militants mais soutenu mordicus par sa dirigeante.

S’il me paraît difficile qu’il puisse gagner suffisamment de duels, surtout face à la droite UMP, pour emporter des conseils généraux, il pourrait en revanche éliminer le PS de nombreux seconds tours, ce qui au moins aurait une certaine utilité pour désavouer le pouvoir en place. Et surtout l’hypothèse que le FN emporte en fin d’année des régions (Nord-Picardie, Normandie, Grand-Est ou PACA) est plus que probable. Les conditions seront donc idéales pour assurer à Marine Le Pen un gros score au premier tour des présidentielles 2017 et un résultat très honorable au second tour. Mais ses chances de victoire sont nulles, en raison justement de son programme économique, à la fois démagogique et anxiogène.

Le plan du Parti Socialiste.

Le PS n’a qu’une option, assurer au président sortant sa réélection, même s’il est sans doute le plus mauvais président de la Vème république. Or ce même président est largement rejeté par l’opinion et son premier ministre, en première ligne, ne lui servira plus très longtemps de bouclier. Ses chances d’une réélection sont donc extrêmement faibles, même si personne en interne ne lui contestera d’être candidat. Valls sait qu’il devra attendre 2022. On devine qu’un Sarkozy 2 servirait plutôt ses intérêts.

La seule solution pour le PS est de faire diminuer la droite suffisamment pour espérer passer devant et se retrouver au second tour face au FN. C’est ce qu’espère Hollande car c’est sa seule chance de réélection. En clair, il veut nous rejouer Chirac 2002 mais cette fois avec la droite éliminée. Or Sarkozy n’a pas vraiment réussi son retour, c’est le moins qu’on puisse dire.

C’est pourquoi le PS a clairement joué la carte du FN, le faire monter au maximum au détriment de l’UMP, ce qui n’est pas très difficile tant l’UMP est molle sur presque tous les sujets et en outre très divisée. On pourra alors s’étonner du ton très martial de Valls contre le FN depuis plusieurs semaines. Peut-être est-ce là encore une façon de le faire progresser, tant un tel sectarisme est contre-productif. Ou alors, à l’annonce d’une débâcle électorale sans précédent, Valls tente-t-il de conserver son poste par une surenchère dialectique. Il pourra alors expliquer ensuite que lui seul a osé attaquer le FN et se doter ainsi d’un brevet de « résistant ». Le plus probable est néanmoins que la stratégie du PS est en train de se retourner contre lui.

En effet, il apparaît de plus en plus évident que le FN ne mord pas seulement sur l’électorat UMP mais aussi sur l’électorat de gauche, y compris celui du PS. Cela annule alors tout intérêt à le soutenir. C’est ainsi que le PS est en train de revoir sa position et est en mode panique. Dans de telles conditions, la réélection de Hollande est encore plus compromise. A force d’avoir voulu jouer avec le feu, il arrive qu’on s’y brûle. Et la démarche égocentrique du président, qui ne souhaite sa réélection que pour bénéficier des avantages du poste élyséen, ne trompe personne.

Le plan par défaut de l’UMP.

Sarkozy lui-même a dû établir par défaut une stratégie pour son parti, en l’absence des conseils d’un Buisson écarté depuis l’affaire des « écoutes ». Il n’est pas dit toutefois que Buisson aurait pu lui offrir une bonne stratégie. Il est peu probable que l’UMP parvienne à récupérer des électeurs partis au FN. En revanche, il doit tenter de maîtriser l’hémorragie.

Mais l’ancien président doit surtout ménager son aile gauche. La principale menace vient de l’UDI. Si les centristes s’avisent de proposer un candidat, les chances de la droite d’être au second tour sont limitées. Aussi Sarkozy les ménage. Il a mis en avant NKM pour les conserver alors que Wauquiez est là pour colmater la brèche vers le FN. Il n’est pas sûr que cette stratégie « mi-figue mi-raisin » soit très convaincante. En outre, il lui faut neutraliser à tout prix Juppé. Tenir un discours trop droitier serait donc dangereux, même s’il rassurerait au moins 50% des électeurs UMP.

La stratégie de l’UMP est donc faible, incohérente et même dangereuse. Mais c’est la seule possible. Tenir encore plus de deux ans sur cette ligne paraît très difficile. Sarkozy devra négocier entre des tendances opposées afin d’éviter un 21 avril à l’envers. S’il parvient à neutraliser tout candidat centriste, à l’exception d’un Bayrou incontrôlable mais très fragilisé par son soutien à Hollande en 2012, les chances d’un duel Sarkozy/Le Pen en 2017 seront très probables. Mais le président sera élu par défaut là aussi, comme Hollande en 2012 l’a été par rejet de son adversaire. Il aura alors bien du mal à gouverner le pays et risque d’être impopulaire à peine élu. La France peut-elle encore se le permettre ? Marine Le Pen en 2022, à condition d’avoir mis de côté certaines lubies, aurait alors ses chances.

L’UMP est le mouvement le plus menacé par son absence de réelle stratégie. Sa refondation envisagée par Sarkozy, avec un nouveau nom, est donc indispensable. Mais il n’est pas sûr qu’elle soit suffisante. L’UMP devra donc marquer davantage sa différence d’avec le PS, sans aller trop loin dans un discours identitaire qui lui aliénerait sa « gauche ». C’est un véritable combat d’équilibriste.

En revanche, ces élections départementales offriront sans doute un beau succès aux candidats UMP et ce grâce au FN et non malgré lui. Ce dernier permettra d’éliminer de nombreux candidats PS offrant des conseils généraux à la droite. En revanche, là où le FN est plus faible, notamment dans les grandes villes, il risque d’aider de fait le PS à limiter la casse, sauf si la punition électorale du PS est féroce.

Conclusion.

Les départementales de 2015 se concluront sans doute par une belle victoire UMP et par un succès grandissant du FN. Le PS ne devrait même pas limiter la casse. Pourtant Hollande ne changera rien ou à la marge. Il conservera Valls sauf si le PS devait perdre 80% de ses conseils généraux et probablement même Taubira. Le président l’a d’ailleurs annoncé. Cela devrait encore lui aliéner quelques soutiens car un tel manque d’écoute de l’électorat est digne de Louis XVI enfermé dans son château. Il ne dissoudra pas l’assemblée, il est trop tard pour ça. Désormais le pouvoir est aux abois et sans stratégie crédible. Jouer la carte du FN est en train de se retourner contre lui. Réponse partielle dès dimanche prochain.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

03/03/2015

Elections législatives en Estonie : un statu quo bouleversé par deux nouveaux partis

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

estonie,élections législatives,roivas,savisaar,populismeCe dimanche 1er mars se déroulaient en Estonie des élections parlementaires pour renouveler les 101 sièges du parlement. Avec 27.7% des voix et 30 sièges, le Parti Estonien de la Réforme (ER), de centre-droit, dirigé par Taari Roivas (34 ans, photo), a remporté le scrutin, même s’il lui faudra organiser autour de lui une coalition solide. Il est néanmoins en recul, perdant un point environ et trois sièges. Ce résultat s’explique par un contexte géopolitique complexe, avec les tensions actuelles entre l’Union Européenne et la Russie au sujet du conflit ukrainien. La lassitude des électeurs a ainsi été limitée.

Les sociaux-démocrates (SDE), allié principal de la coalition sortante, avec 15.2% des voix et 15 sièges subissent également une contre-performance, perdant deux points et quatre sièges. A eux deux, ils n’ont plus la majorité absolue, 52 sièges en 2011 contre 45 sièges en 2015.

Le troisième allié pourrait être le parti démocrate chrétien, assez conservateur, à savoir le mouvement Pro Patria et Res Publica (EIRPL). Lui aussi a connu un camouflet électoral. Avec 13.7% des voix, contre 20.5% en 2011, il perd sept points et neuf sièges. En revanche, s’il apportait son soutien à la coalition, celle-ci obtiendrait 59 sièges. Mais voudra-t-il rejoindre une alliance avec des sociaux-démocrates ?

Plus modéré, plus libéral que conservateur, un nouveau venu fait son entrée au parlement, à savoir la formation « Parti Libre » (EV). Avec 8.7% des voix et 8 sièges, il peut servir de faiseur de roi. Il pourrait alors choisir de former une coalition de droite, qui serait majoritaire. Reste à savoir si Raivas va vouloir rompre avec la coalition précédente. La droite réunie obtiendrait ainsi 52 sièges soit la majorité absolue.

Un autre mouvement fait son entrée à Tallinn, à savoir le parti EKR, « Parti Conservateur du Peuple ». C’est une formation de type populiste, au programme assez comparable à celui du FN français. Il est nationaliste, eurosceptique, favorable en revanche à la démocratie suisse, et hostile à l’immigration extra-européenne. Ce dernier point est une différence avec le parti de Marine Le Pen qui dénonce l’immigration en général et qui ne remet pas (plus ?) en cause les flux post-coloniaux ayant abouti à des naturalisations pourtant complaisantes. Avec 8.1% des voix et 7 sièges, il sera certainement écarté de toute coalition, même s’il n’est pas a priori l’objet d’une diabolisation.

A leur droite, le Parti pour l’Indépendance (EIP), qui avait obtenu 1.3% des voix aux élections européennes, est écrasé avec seulement 0.2% des voix. De même les Verts estoniens échouent nettement avec seulement 0.9% des voix et aucun siège.

Le Parti Estonien du Centre (EK), qui représente notamment la minorité russophone (25.2% de la population), représenté par Edgar Savisaar, demeure le second parti du pays, avec 24.8% (+1.5%) des voix et 27 sièges (+1). Il est désormais ostracisé par les grands partis, qui refusent toute coalition avec lui. Ce mouvement a choisi une ligne pro-russe, souhaitent que l’Estonie serve de liant entre l’UE et la Russie voisine. Dans un contexte de propagande russophobe exacerbée, sa position l’isole. La minorité russe a néanmoins maintenu son soutien en faveur du dit parti, d’où son score plus qu’honorable.

On peut retenir de ces élections deux enseignements :

1.    La situation en Ukraine attise les tensions entre les deux principaux partis, qui s’opposent à ce sujet. Les sociaux-démocrates semblent par ailleurs avoir choisi une ligne atlantiste.

2.    Le populisme continue d’émerger dans chaque pays européen. L’Estonie, auparavant préservée, connaît désormais cette situation, avec un EKR à 8% des voix.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

26/01/2015

Elections législatives en Grèce – Victoire de Syzira ou la démagogie triomphante.

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

syriza_logo.jpgLes derniers sondages indiquaient une forte poussée de Syriza, la formation de gauche radicale d’Alexis Tsipras, ces derniers jours. Ce dimanche, elle est confirmée. A 89% du dépouillement, les grandes tendances sont connues et ne devraient évoluer qu’à la marge.

Syriza obtient près de 36.4% des voix et 149 sièges, manquant de peu la majorité absolue à 151 sièges. Le parti pourrait néanmoins l’obtenir dans les prochaines heures si la tendance générale se poursuit. C’est une nette victoire pour ce mouvement considéré comme l’équivalent du Front de Gauche de Mélenchon en France. Ce dernier s’est d’ailleurs plus ou moins attribué ce résultat, sans qu’il ait participé de quelque manière que ce soit à la campagne électorale.

La Nouvelle Démocratie du premier ministre sortant Antonis Samaras a connu en revanche une sévère déconvenue, avec moins de 27.9% des voix et 76 sièges, ce qui malgré tout n’est une chute que de deux points par rapport à 2012. Syriza en revanche a obtenu près de dix points de plus. Ce résultat peut s’expliquer aisément, on le verra.

Le PASOK, la gauche sociale-démocrate historique, avec 4.7% des voix environ, sauve de justesse sa tête et conserve 13 députés. Mais il continue sa descente aux enfers, puisqu’en 2012 il obtenait encore 12.3% des voix. Il a été littéralement avalé par Syriza, ce qui implique néanmoins un recentrage de ce dernier, car il n’y a pas eu 35% de vote gauchiste en Grèce.

L’Aube Dorée (Hrysi Afgi), qui avait été quasiment démantelé par le gouvernement, avec ses principaux dirigeants arrêtés sous de graves accusations, obtient 6.3% des voix et 17 sièges. C’est moins que ce que certains sondages annonçaient et moins que les 6.9% obtenus en 2012. Dans un contexte où les électeurs ont voulu donner leur chance à Syriza, le résultat n’est pas calamiteux. Les Grecs Indépendants, souverainistes de droite, perdent en revanche beaucoup de voix, passant de 7.5% à 4.7% des voix et 13 députés (contre 20 en 2012). Le LAOS reste aussi insignifiant qu’en 2012 avec 1% environ des voix. Sa disparition à brève échéance paraît inévitable.

Les communistes du KKE progressent légèrement avec 5.5% des voix (contre 4.5% en 2012) et obtiennent ainsi 15 députés, tout comme les centristes et modérés de « To Potami », nouveau venu, qui réalisé avec 6% des voix et 17 sièges un score honnête pour une première élection. Socialistes dissidents (2.4%) ou centristes alternatifs de l’Union des Centres (1.8%) échouent à atteindre la barre fatidique des 4% donnant droit à une représentation nationale.

Syriza est donc en mesure de gouverner le pays, malgré un programme économique parfaitement démagogique, et inapplicable, malgré le fait de ménager l’Eglise et les riches armateurs, qui n’ont pas subi la crise, malgré un programme en matière d’immigration parfaitement délirant par son laxisme débridé. Le parti devra néanmoins s’associer pour gouverner, probablement avec le KKE si celui-ci joue le jeu, mais certainement pas avec le PASOK, durement fragilisé.

Le résultat de Syriza est dû essentiellement à la logique gauche/droite. Avec l’élimination du PASOK, Syriza incarne la gauche face aux conservateurs de Nouvelle Démocratie. Ceux-ci sont au pouvoir depuis 2012 et ont dû appliquer des mesures de restriction budgétaire particulièrement draconiennes, engendrant bien sûr une forte impopularité en retour. Le sérieux de leur gouvernance a déplu à beaucoup d’électeurs. Ceux-ci se sont imaginé que la victoire de Syriza permettrait au moins de desserrer l’anneau. Je crains qu’ils ne se soient trompés.

Il n’y a pas de solution nationale à cette crise que connaît la Grèce, mais que connaît à des degrés divers toute l’Europe, même la Russie. Seul un pouvoir européen fort et légitime pourrait obliger les mondialistes à plier le genou devant elle. La Grèce serait ainsi sauvée et l’Europe avec elle.

Les promesses déraisonnables de Syriza rappellent les promesses du candidat socialiste en France en 2012. Ils ne feront pas le dixième de ce qu’ils ont annoncé, surtout s’ils veulent maintenir la Grèce dans la zone euro. Entre l’euro et leurs prétendues idées, ils devront choisir.

L’échec programmé de Syriza montrera définitivement aux Européens l’utopie d’un salut « national », qu’il soit promu par l’extrême-gauche ou par l’extrême-droite. Le soutien implicite du FN et de DLR à Syriza, soutien contre nature, uniquement motivé par une UE-phobie de principe, risque d’avoir un effet boomerang. Si rien ne change, et rien ne changera, leurs propres « solutions » perdront beaucoup en crédibilité.

Thomas FERRIER (PSUNE)

30/10/2014

Elections ukrainiennes 2014 : la sortie des sortants.

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

Ukraine,élections parlementaires,2014,Porochenko,Arseniuk,SvobodaEn deux ans, le phénomène Euro-Maïdan et la fuite du président sortant Yanoukovitch ont modifié en profondeur la situation politique de l’Ukraine. Le tandem président/premier ministre, Porochenko/Arseniuk, à peine constitué, des élections anticipées qui se sont déroulées ce dimanche ont bouleversé la répartition des sièges à la Rada.

A 99,7% du dépouillement, les résultats quasi définitifs sont désormais connus et s’ils confortent l’équipe en place, ils mettent surtout fin à l’époque politique précédente.

En 2012, le Parti des Régions, qui a boycotté cette élection, l’emportait avec 30% des voix, offrant à l’ancien président Yanoukovitch une majorité confortable. Le parti de Ioutchenko, « Notre Ukraine », président antérieur, n’avait obtenu que 1,1% des voix. Le mouvement Batkivchina d’Ioulia Timochenko était le premier parti d’opposition avec 25,6% des voix. A droite et à gauche s’opposaient le parti nationaliste Svoboda (10.5% des voix) et les communistes du KPU (13,2% des voix). En 2012, le Parti Radical d’Oleg Lyachko devait se contenter d’1,1% et d’un siège unique. Enfin UDAR, le mouvement démocrate de Vitali Klitchko obtenait 14% des voix, devenant le troisième parti du pays.

Cette opposition, une fois le président Yanoukovitch renversé, a été balayée par les électeurs ukrainiens. Sous la forme du Bloc d’Opposition, faux nez du Parti des Régions, ce mouvement n’a obtenu que 9,4%, ce qui est néanmoins un score pas si mauvais, en sachant que les régions rebelles de l’est du pays et la Crimée n’ont pas voté. Batkivchina, le parti de Timochenko, n’obtient en 2014 que 5,7% des voix, soit seulement 0,7% de plus que la barre requise de 5% pour avoir des élus au scrutin proportionnel. Klitchko a quant à lui complètement disparu.

Le Front Populaire (ou « National ») du premier ministre Arseniuk est devenu en revanche le premier parti du pays, avec 22,2% des voix environ. Il devance d’une courte tête le Bloc du président Petro Porochenko, qui obtient 21,8% des voix. Autant dire que ces deux partis ont vocation à s’entendre. A priori, Arseniuk ouvrirait également la coalition au Parti Radical d’Oleg Lyachko, qui a obtenu 7,5% des voix, contre à peine 1% deux ans auparavant. Ce mouvement nationaliste modéré, pro-européen, connaît une progression significative.

Les communistes du KPU sont balayés, avec seulement 3,9% des voix. Ils perdent ainsi toute représentation nationale. Les électeurs ukrainiens ont peu apprécié les nostalgies soviétiques qui ont pu s’exprimer notamment dans l’est du pays.

Nouveau venu, le mouvement chrétien-démocrate Samopomitch (« Aide par soi-même ») avec 11% des voix remplace avantageusement UDAR. Il pourrait rejoindre la coalition qui tente de se mettre en place à l’issue du résultat. La gauche « sociale-démocrate » en revanche a disparu.

C’est au niveau du camp nationaliste que les cartes ont été redistribuées. Le succès du Parti Radical a asphyxié électoralement Svoboda, « Liberté », qui passe de 10,5% des voix en 2012 à 4,7% des voix en 2014, perdant toute représentation proportionnelle. Svoboda parvient néanmoins à sauver six députés au scrutin majoritaire, fort de quelques fiefs que le parti a su conserver. De même le Secteur Droit (Pravyi Sektor) de Dmytro Yaroch n’obtient que 1,8% des voix mais réussit au scrutin majoritaire à faire élire son dirigeant avec plus de 29% dans un district de Dniepropetrovsk. Les autres nationalistes, nationaux-démocrates du NDPU (0,07%) ou nationalistes du KUN (0,05%), sont largement marginalisés. Le recul significatif de Svoboda montre en tout cas que ce mouvement s’est usé dans les affrontements contre l’ancien pouvoir.

Au final, les vainqueurs de Maïdan remportent largement l’élection, mais le Parti des Régions n’a pas vraiment disparu même s’il est très affaibli. On a vu qu’en deux ans les cartes avaient été redistribuées. Porochenko et Arseniuk sont néanmoins attendus au tournant par les électeurs ukrainiens qui ont tendance à brûler le jour ceux qu’ils ont encensés le jour précédent. L’opposition traditionnelle au pouvoir pro-russe est en revanche laminée, à l’image du mouvement de Timochenko. De nouveaux venus émergent et les remplacent.

En tout cas, l’alibi russe selon lequel l’Ukraine a été victime d’un coup d’état fasciste tombe, en constatant que les partis nationalistes « durs » se sont effondrés.

 

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

06/10/2014

GERB sur Sofia ? A propos des élections législatives bulgares [2014]

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

Bulgarie-Borissov-en-quete-d-une-coalition-incertaine_article_popin.jpgLe GERB (« Citoyens en faveur du développement européen »), ce parti populiste et conservateur du premier ministre (démissionnaire) sortant Boyko Borissov, espérait obtenir une majorité confortable à l’Assemblée Nationale (Narodno Sabranie). Il n’en sera rien. Même si son parti est à nouveau vainqueur, il ne retrouve pas son plus haut niveau. Avec 32,7% des voix, il ne progresse que de deux points par rapport aux législatives de 2013 (30,5%) ou aux européennes de 2014 (30,4%). On est loin des 50% que Borissov espérait, dans un contexte de profond désaveu de la population. Le taux de participation à 17h00 était d’à peine 40%.

Le BSP (socialiste), qui en 2013 obtenait encore près de 26,6% des voix, n’a pas pu se maintenir au plus haut niveau. Déjà, aux élections européennes de cette année, il tombait à 18,9% des voix. Cette fois, il dépasse à peine les 15% des voix (15,4%). Une descente aux enfers qui ne profite même pas aux conservateurs du GERB.

Le mouvement du droit et de la liberté (DPS), qui obtenait 11,3% des voix en 2013 et le très bon résultat de 17,3% en 2014, maintient ses positions aux alentours de 14,8%. Il bénéficie notamment du vote de plus de 80% des Turcs mais aussi de 45% des Roms. Il représente essentiellement les minorités et des électeurs de gauche.

Nouveau venu de la politique nationale, le Bloc Réformateur, un mouvement de centre-droit, qui avait obtenu 6,5% des voix aux élections européennes, continue sa progression, obtenant 8,9% des voix. Son émergence est l’une des raisons de la faible progression du GERB. Il sera très probablement son partenaire au sein d’une coalition.

Le mouvement Ataka (« Attaque ») de Volen Siderov est depuis quelques années en totale régression. Alors qu’il avait encore obtenu 7,3% des voix en 2013, malgré la scission de son ex beau-fils Dimitar Stoyanov, il tombait à 3% (2,96) en mai dernier, perdant toute représentation parlementaire à Strasbourg. Le score de Siderov aux dernières élections présidentielles avait été également catastrophique. Ataka néanmoins avec 4,5% conserve de justesse une représentation nationale.

Il est la victime d’une concurrence nationaliste formée d’une coalition composée du NFSB et du mouvement VMRO ainsi que d’une dizaine d’autres organisations dont le NDP de Stoyanov. Séparés, le NFSB avait obtenu 3,7% des voix en 2013 contre 1,9% pour VMRO, totalisant 5,6% des voix. Aux élections européennes, dans le cadre d’une autre coalition avec « Bulgarie sans censure » (BBS) le VMRO avait obtenu 10,7% des voix. Dans le cadre de ce Front Patriotique, NFSB et VMRO réunis obtiennent 7,3% ce qui est un beau succès et laisse penser qu’il va continuer de progresser au détriment d’Ataka. A sa droite, l’Union Nationale Bulgare (BNS) de Stankov n’obtient que 0,17% des voix et devrait donc probablement se rallier au Front.

Le mouvement « Bulgarie sans censure », se présentant cette fois sous sa seule bannière, réussit à rentrer au parlement, obtenant 5,7% des voix. C’est aussi le cas de l’ « Alternative pour le Renouveau Bulgare » (ABV) de Georgi Parvanov, ancien président de la république (2002-2012), qui obtient 4,15% des voix (contre 4,02% aux européennes).

Au total, huit mouvements politiques seront représentés au parlement dont deux partis nationalistes, réunissant 12% des voix environ. Le GERB a donc plusieurs possibilités pour organiser autour de lui une coalition majoritaire, mais il devra certainement faire alliance en plus du Bloc Réformateur à un des deux mouvements nationalistes mais aussi au BBS et/ou à l’ABV. Borissov n’a pas obtenu un blanc seing de la part des électeurs bulgares. Leur confiance est limitée, en sachant que l’abstention reste le grand vainqueur de dimanche.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

05/10/2014

Elections législatives en Lettonie. La gauche en tête, la droite au pouvoir.

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

Flag_of_Latvia.png(Mise à jour). Les résultats des élections lettones sont désormais connus. C’est bien le parti de gauche, favorable à la minorité russe, Saskana (« Harmonie »), qui s’impose de peu, avec 23% des voix et 25 sièges. Néanmoins son score est bien inférieur à celui obtenu aux législatives de 2011 (28,36%) des voix même si, par rapport aux élections européennes (13%) où il était catastrophique, il remonte la pente. Cette victoire néanmoins ne doit pas cacher les difficultés extrêmes que Saskana aura afin de doter le pays d’un gouvernement.

Le parti de centre-droit Vienotiba (« Unité ») échoue à devenir le premier parti du pays. Avec 21,87% des voix et 23 sièges, il ne progresse que de trois points par rapport à 2011 (18,83%) et est très éloigné de son résultat des élections européennes, où il avait obtenu 46,2% des voix. Cela démontre que le vote aux européennes était davantage en faveur du PPE que pour les seuls qualités de son représentant local.

Le mouvement agrarien et écologiste « Zalo un Zemnieku Savieniba » (ZZS), qui en 2011 n’avait obtenu que 12,22% des voix, et 8,3% seulement aux élections européennes de 2014, a connu un gain important de voix, puisqu’il obtient 19,53% des voix et 21 sièges, devenant ainsi le troisième parti du pays. Il est donc faiseur de roi, soutenant probablement la gauche. Malgré tout, même avec son renfort cette dernière n’aurait alors que 46 députés sur 100 en tout, et n’aurait donc pas la majorité. Ce parti bénéficie sans doute de l’effondrement du mouvement ZRP, qui avait obtenu 20,82% des voix en 2011 et a donc disparu.

Autre grand vainqueur, continuant sa progression, l’Alliance Nationale (Nacionala Apvieniba), autrement dit le mouvement TB/LNNK. En 2011, il avait créé la surprise en obtenant 13,88% des voix. Il a ensuite légèrement progressé aux européennes de 2014, obtenant 14,3% des voix. Ces législatives lui permettent de progresser de deux points, avec plus de 16,61% des voix et 17 députés.

Un petit mouvement conservateur a également réussi à rentrer au parlement. Il s’agit de la liste « No Sirds Latvijai » (Pour l’amour de la Lettonie) qui réalisé un score de 6,85% des voix et obtient 7 députés. Ce n’est pas le cas de l’Union Russe Lettone (LKS) qui n’obtient que 1,58% des voix (contre 6,4% aux européennes), ni du mouvement centriste « Vienoti Latvijai » (Pour une Lettonie unie) qui réalisé seulement 1,19% des voix.

Enfin le mouvement « Latvijas Regionu Apvieniba » (« Alliance des régions de Lettonie ») rentre également au parlement, en obtenant 6,66% des voix et 7 sièges. Il progresse ainsi par rapport aux européennes de 2014, où il avait dû se contenter de 2,5% des voix. Ce parti est plutôt de centre-droit. Son entrée au parlement indiquerait donc plutôt une coalition de droite.

Si en effet les nationalistes du TB/LNNK, le mouvement Unité, la liste conservatrice (NSL) et ce parti s’allient, ils auront 54 sièges en tout, donc la majorité absolue. La gauche aura du mal à bâtir une proposition de coalition alternative, notamment en raison de son marquage pro-russe qui, dans le contexte géopolitique actuel, est un point faible. Saskana a en effet bénéficié d’un vote massif des russes en sa faveur (russes qui composent 30% au moins du pays).

Néanmoins, une coalition composée de quatre partis politiques, dont chacun est indispensable pour que la majorité parlementaire soit conservée, risque d’être bien peu stable. Le TB/LNNK essaiera ainsi de peser de tout son poids sur la politique nationale. Alors qu’il est question que la Lettonie adopte l’euro, ce n’est pas anodin. Il faut toutefois préciser que le TB/LNNK n’est pas opposé à l’Union Européenne, mais ne souhaite pas que la souveraineté nationale soit affaiblie non plus.

Thomas FERRIER (LBTF/PSUNE)

21/09/2014

L’Ecosse, entre déni de démocratie et mensonge souverainiste

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.pnghttp://thomasferrier.hautetfort.com/media/02/02/356790240.4.png

Un grave déni de démocratie.

q-icon-scottish-flag-3.jpegLe lecteur pourrait s’étonner de voir dénoncer un déni de démocratie alors même qu’en apparence le peuple écossais a été consulté sur son avenir. Mais la démocratie est l’expression libre du peuple, correctement informé par des media eux aussi libres et objectifs. S’il agit sous la contrainte ou sous la menace, en revanche, les principes fondamentaux de la démocratie sont bafoués.

David Cameron, le premier ministre britannique, s’était imaginé au vu des sondages de l’époque qu’organiser un référendum sur l’indépendance écossaise, alors que cette option semblait nettement minoritaire, lui permettrait de redorer son blason alors qu’il souffre d’un discrédit auprès de l’opinion, à la tête d’une coalition fragile. Comme tous les dirigeants « nationaux », ceux-ci ne consultent le peuple que s’ils y sont obligés par la constitution, comme en Irlande, ou s’ils sont quasi certains de l’emporter facilement.

Mais lorsque les gouvernements posent une question au peuple, généralement ce dernier ne leur donne pas la réponse qu’ils attendent, profitant qu’on leur donne enfin l’occasion de s’exprimer pour dire vraiment ce qu’ils pensent. En Suisse, les électeurs n’hésitent pas à donner leur aval à des votations remettant en question l’idéologie dominante, comme lorsqu’ils ont voté l’interdiction de la construction de minarets sur les mosquées. Certes, même chez eux, les media répètent en boucle les mantras de l’idéologie mondialiste, comme chez nous. Mais la démocratie locale, qui est une réalité helvétique, limite néanmoins leur impact.

Au moment où les sondages ont commencé à démontrer que les Ecossais allaient finalement dire oui à l’indépendance, les autorités britanniques ont paniqué. Cameron, qui avait donné son aval à ce référendum, a craint de devoir quitter le pouvoir. C’est ainsi que le rouleau compresseur politico-médiatique s’est abattu sur le pauvre peuple écossais afin de le contraindre, davantage encore que de le convaincre, à rejeter l’indépendance.

La grosse artillerie fut utilisée. La BBC et les autres media nationaux ont pris ouvertement parti contre cette indépendance. On a mobilisé les célébrités de la télévision, les acteurs et les chanteurs, et même les sportifs pour inviter les électeurs à modifier leur vote. Tous les partis politiques britanniques ont pris position contre la liberté du peuple écossais de choisir un autre destin qu’une union contrainte depuis le début du XVIIIème siècle. Du BNP au Labour, tout le monde était vent debout contre l’idée même que l’Ecosse se sépare de l’Angleterre en restant dans l’Union Européenne en nations égales.

Et comme cela ne suffisait pas encore, les banques ont sonné l’alarme, mettant en garde les Ecossais contre un choix incertain, puisque ceux-ci n’étaient plus garantis de conserver la livre sterling. Cet argument fut décisif aux yeux des plus de 50 ans qui furent au final 65% à refuser l’indépendance. La peur d’un lendemain économique hasardeux a été déterminante. Or ce n’est rien d’autre que du chantage et une façon habile d’attiser des peurs irrationnelles.

Si l’Ecosse avait voté pour l’indépendance, le reste du Royaume-Uni aurait dû faire avec. Après tout, l’indépendance du Monténégro vis-à-vis de la Serbie et la séparation de la Tchéquie et de la Slovaquie ne furent en rien un drame. Or David Cameron en personne a mis en garde les Ecossais en expliquant que la séparation ne serait pas à l’amiable, alors que c’est pourtant lui qui avait sollicité leur avis. Certains ont laissé entendre que des frontières seraient installées aux portes de l’Ecosse. Et d’autres encore ont expliqué que l’Ecosse ne serait plus membre de l’Union Européenne, alors que son adhésion automatique en soi ne poserait aucun problème.

Il est donc bien clair que les électeurs écossais ont été confrontés à une campagne extrêmement lourde de « mise en condition ». C’est héroïque que 44.7% des Ecossais aient néanmoins voté en faveur de l’indépendance. Mais les étrangers, qu’ils soient issus de l’Union Européenne ou du Commonwealth, davantage sensibles aux menaces, et sans enracinement identitaire, ont joué la carte de Londres. Sans leur participation d’ailleurs, les Ecossais seraient depuis jeudi indépendants.

Le résultat de ce référendum est donc en vérité une forfaiture, une démocratie de papier, une dictature qui cache son nom.

Le mensonge souverainiste.

Les souverainistes, français comme britanniques, nous expliquent que l’Union Européenne veut « détruire les nations » en favorisant les régionalistes. Or l’Union Européenne par le biais de ses représentants, Barroso en tête, a menacé l’Ecosse, et aussi la Catalogne, au cas où le oui l’emporterait. Après la « victoire » forcée de jeudi, Barroso a même déclaré que ce résultat était en faveur d’une « Europe unie, ouverte et plus forte ». C’est tout de même étonnant de la part d’une organisation dont David Cameron a dit le plus grand mal, souhaitant même en 2016 organiser un référendum pour proposer aux électeurs britanniques que le Royaume-Uni quitte l’UE.

Les souverainistes ne cessent de parlent de souveraineté du peuple, d’indépendance et de liberté. Or UKiP aussi bien que le FN étaient opposés à l’indépendance écossaise. La liberté est-elle valable pour les uns mais par pour les autres ? Par ailleurs, au nom de cette « souveraineté » nominale, que la construction « européenne » ne remet nullement en question, le prouvant une fois de plus en soutenant la position des Etats, Royaume-Uni comme Espagne, n’a-t-on pas en réalité aliéné la liberté des peuples ?

Le Royaume-Uni est en effet le pays le plus souverainiste d’Europe. Ses tabloïdes passent leur temps à conspuer leurs voisins européens. Le parti des conservateurs (Tories) a fait sécession d’avec le groupe PPE (droites européennes) à Strasbourg. UKiP a été le premier parti britannique à l’issue des élections européennes de 2014. Mais cette « souveraineté » constamment affichée par Londres n’est que de papier. Les véritables dirigeants du Royaume-Uni ne sont ni la reine ni le peuple britannique. Ce sont les Etats-Unis, dont le Royaume-Uni est vulgairement appelé le 51ème état américain, mais aussi la City, incarnation du capitalisme international donc du volet économique du mondialisme.

L’Union Européenne elle-même n’est européenne que de nom, car elle est dans les mains d’une hyper-classe « nationale » et internationale, composée des élites dévoyées de chaque état membre, au service des intérêts américains. On l’a constaté dans l’affaire ukrainienne. Economiquement, notamment pour l’Allemagne, les sanctions prises contre la Russie étaient extrêmement négatives, alors qu’en revanche les USA n’y ont rien perdu et ont même ainsi gagné des marchés. Rappelons aussi que l’actuelle Union « Européenne » négocie un traité (TAFTA) extrêmement défavorable à nos intérêts mais qui a tout pour plaire du côté de Washington.

C’est tout de même ironique. Les partis nationalistes et souverainistes d’Europe, qui sont les premiers à dénoncer la politique américaine, se sont joints au concert de tous les opposants à la libre expression du peuple écossais. L’Union Européenne, les Etats-Unis, la presse internationale, les milieux d’affaire et de la banque, les élites, et jusqu’au journal Le Monde, se sont d’ailleurs réjouis de la victoire du non. Une belle unanimité qui démontre si besoin est le mensonge d’un positionnement anti-système de la part des souverainistes. Seuls les militants catalans, flamands et padaniens mais aussi les russophiles du Donbass, ont finalement soutenu la position du SNP écossais en faveur de l’indépendance.

En clair, le Système tout entier avait décrété que l’indépendance de l’Ecosse représentait une menace sérieuse pour ses intérêts. C’est d’ailleurs pour cela qu’il fallait soutenir les indépendantistes écossais dont l’action aurait porté un coup dur au premier vassal de l’Amérique et déstabilisé des Etats qui depuis des décennies maintenant trahissent les peuples dont ils prétendent avoir la charge.

La victoire du non est donc celle du mondialisme sur l’auto-détermination des peuples et sur les libertés démocratiques des citoyens. Ceux qui s’en réjouissent, taisant les conditions dont ce non a été obtenu, se soumettent donc à l’idéologie dominante, même s’ils prétendent la combattre.

Combien de fois n’a-t-on pas entendu dire les organisations souverainistes que nos dirigeants n’avaient pas respecté le résultat du référendum sur la prétendue « constitution européenne » en 2005 ? Qu’ils essayaient d’effrayer les citoyens afin de déconsidérer ceux qui voulaient l’abandon de l’€uro ?

L’eurosceptique David Cameron a même expliqué aux Ecossais que dans le Royaume-Uni, ils étaient plus forts. Cet argument est exact mais n’est-il pas aussi exact au niveau européen ? Les Ecossais auraient intérêt à s’unir aux autres Britanniques, mais les Britanniques n’auraient pas intérêt à s’unir aux autres Européens ? L’émergence d’un Etat écossais divisait encore davantage le continent, certes. Mais les divisions nationales au sein de l’Europe aboutissent au même résultat. Si c’est vrai dans un cas, cela l’est aussi dans l’autre.
Ainsi, grâce à cette affaire écossaise, les souverainistes et autres prétendus « nationalistes » se sont-ils révélés sous leur vrai jour, des agents du mondialisme et de la domination atlantiste sur l’Europe occidentale et centrale. Ils en partagent les principes, comme l’universalisme auquel se soumettent volontiers UKiP et le FN, et avec eux tous les partis souverainistes, et la soumission à l’OTAN. Il est bien beau de prétendre démanteler l’OTAN si on ne propose aucune organisation crédible de défense européenne à la place.

Une Europe unie, condition de sa liberté.

Aucune Europe indépendante ne pourra voir le jour sans une armée européenne dont l’idée même est combattue par les souverainistes. Or les armées nationales des anciens Etats sont des nains par rapport à l’armée américaine, et le budget cumulé de l’Europe, même en y incluant la Russie, est dérisoire par comparaison. Un Etat endetté comme la France, qu’il soit dans l’Union Européenne ou pas, aurait-il les moyens d’avoir une armée à nouveau crédible pour assurer sa défense ?

Bien sûr, l’Ecosse seule, avec son Etat souverain, n’était pas une solution crédible, même si elle pouvait donner le sentiment aux Ecossais que leur identité serait davantage préservée. Mais le Royaume-Uni seul, et en réalité vassal de Washington, est-ce crédible ? Pas davantage. Quant à l’identité des peuples qui composent le Royaume-Uni, elle est vendue à une immigration post-coloniale continue depuis les années 50.

Alors, bien sûr, une Ecosse libre aurait pu avoir l’idée de ne pas imiter l’Angleterre en ce domaine, même si le discours du SNP et d’Alex Salmond n’était pas moins « politiquement correct » à ce sujet que ses adversaires de Londres. Beaucoup de jeunes écossais ont néanmoins voulu croire à un autre avenir que celui dicté par la City. Et ils ont été déçus.

Ce résultat doit d’ailleurs servir de leçon. Le mondialisme est assez fort pour imposer à un peuple, et ici aux Ecossais, une situation qui lui est très défavorable. Ce qui est vrai pour l’Ecosse le sera autant pour tout autre pays européen, même pour le Royaume-Uni. Un système qui sanctionne indûment la Russie en s’en prenant à son économie ne reculera devant rien.

Supposons qu’en France un mouvement « patriote » parvienne au second tour des élections présidentielles. Certes il ne subirait pas la même manœuvre qu’en 2002. Mais il aurait affaire aux mêmes pressions internationales que celles subies par les Ecossais. Qu’importe la nature de son programme économique. Bien sûr prôner la fin de l’€ n’est objectivement pas crédible. Mais même s’il y renonçait, la simple peur d’un changement politique majeur inquiétant les marchés, suffirait à faire céder une majorité de Français, pensant à leurs économies, au chômage ou à l’inflation.

C’est pourquoi là où les souverainistes prétendent que « seule la nation protège », alors qu’on voit bien que non seulement elle ne protège pas mais contraint le peuple à se soumettre, et qu’il n’y aurait de solution qu’à l’intérieur de chaque Etat pris séparément, nous devons leur opposer « l’Europe d’abord ! ».

Une Europe unie, par sa puissance dégagée, par son poids économique, qui demeurerait inégalée, pourrait être véritablement souveraine, c'est-à-dire en mesure de choisir librement son destin, sans qu’aucun chantage, sans qu’aucune menace, sans qu’aucune sanction ne puisse l’inquiéter. Sa force naturelle sera rassurante. Le peuple saura qu’il n’a rien à craindre. Car il n’y pas de véritable souveraineté ni de liberté si on n’a pas les moyens de ses ambitions. La souveraineté des souverainistes est de papier, leur liberté une soumission à l’Amérique. La véritable souveraineté n’est désormais possible qu’au niveau européen.

En ce sens, nous les européistes véritables, nous sommes aussi les seuls vrais souverainistes. A la souveraineté mensongère à l’échelle des Etats, nous opposerons la souveraineté réelle d’une Europe unie de l’Islande à la Russie. Une souveraineté d’airain. Avec son armée, avec son Etat. Une Europe réconciliée avec la Russie, qui a vocation à la rejoindre, et qui pourra mettre fin à la domination américaine sur notre continent !

Thomas FERRIER (PSUNE)

14/09/2014

Elections législatives suédoises, une victoire sociale-démocrate et un succès nationaliste

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

Coat_of_arms_of_Sweden_(Lesser).svg.pngA un peu plus de 97% du dépouillement, les Suédois ont rendu leur verdict en donnant au parti social-démocrate (AP-SP) 31,1% des voix. Il remporte donc les élections, même s’il devra établir une coalition avec deux autres mouvements de gauche, et sans doute se trouver un allié supplémentaire issu de l’ancienne coalition de droite, désormais écartée du pouvoir.

Avec respectivement 5,7% et 6,8% des voix le Parti de Gauche (Vänsterpartiet) et les écologistes (Gröne) conservent à peur près leurs résultats de 2010, avec un léger tassement pour le second. Ils devraient néanmoins s’associer aux sociaux-démocrates. Cela ne sera pas le cas de l’Initiative Féministe (FI) qui avec 3,1% rate son entrée au parlement.

Le centre-droit est sanctionné après huit ans de pouvoir. Le mouvement des Modérés avec 23,2% subit un net revers (-6.8), annoncé dans les sondages mais certainement accentué en outre par la progression des populistes. Le Parti du Centre (Centerpartiet) avec 6,4% (-0.4) et les Libéraux Populaires (Folkpartiet Liberalerna) avec 5,4% (-1.7) sont également en net recul même si l’un et l’autre parviennent à sauver leur groupe parlementaire. Les chrétiens-démocrates (KD) obtiennent quant à eux 4,6% des voix (-1.0 point). Le résultat de la droite est donc nettement insuffisant pour espérer bâtir une coalition stable, à moins de s’ouvrir aux populistes.

Les nationalistes et/ou populistes du parti Sverigedemokraterna (Démocrates Suédois) connaissent en revanche un véritable succès, dans la droite ligne de leurs bons résultats aux élections européennes. Ils passent ainsi de 5,8% à 13% (+7.2), plus que doublant leurs résultats de 2010. Même si les grands partis ont annoncé qu’ils refuseraient toute alliance avec les SD, cela n’a pas empêché leur progression, supérieure même à ce qu’avaient annoncé tous les instituts de sondages, dont aucun ne les mettait à 12%. La formation de Jimmie Akesson confirme donc sa montée en puissance, empêchant toute coalition d’être majoritaire au parlement, gauche comme centre-droit.

Un gouvernement autour du parti social-démocrate, mené sans doute par son dirigeant, Kjell Löfven, dominant ces élections mais avec seulement un peu plus de 30% des voix, se mettra donc très vraisemblablement en place, mais il ne sera pas cohérent, tributaire du soutien indispensable de la gauche dure et aussi des écologistes pour se maintenir, et sans doute des libéraux. Ce n’est donc pas une franche victoire et les Sverigedemokraterna y sont certainement pour quelque chose. En effet, la droite en tout obtient 39,4% des voix alors que la gauche en obtient 43,6% et ne l’emporte donc que de quelques points. Les SD seraient donc « faiseurs de roi » et pourraient permettre à la droite de se maintenir, mais cette dernière s’est engagée à refuser cette possibilité, maintenant un cordon sanitaire autour d’un parti qui pourtant se recentre, sans être victime d’une expression plus radicale, le Parti des Suédois (Svenskarna Parti) ayant probablement fait un score très faible [les résultats des petits partis ne sont pas encore connus à cette heure]. Il avait obtenu 0.01% des voix en 2010.

Le résultat des Démocrates Suédois domine largement les débats de la presse suédoise ce soir, au moins autant que la victoire sociale-démocrate, largement attendue, mais plus limitée que prévue. La Suède joue désormais, comme en France, un jeu à trois bandes. Cela s’explique notamment par la crise identitaire que subit le pays, des zones de non-droit comme à Malmö faisant régulièrement parler d’elles. Les SD d’une manière très aseptisée reprennent ce thème mais en adoptant une vision « multikulti » modérée, l’acceptation de populations non-européennes respectueuses du pays d’accueil et non la vision identitaire du parti dans ses plus jeunes années.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

14/07/2014

Brèves européennes… (21)

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

SLOVENIE

slov.jpgDes élections législatives anticipées se déroulaient en Slovénie, état membre de l’Union Européenne depuis 2004 et surnommé la « Suisse des Balkans », ce dimanche 13 juillet 2014. Les précédentes avaient eu lieu en 2011.

En 2011, la liste Zoran Jankovic avait connu un large succès populaire, obtenant 28,51% des voix et 28 sièges mais mais échouant à dégager une majorité parlementaire. En 2014, la liste qui en hérite, Slovénie Positive, qu’il dirige, après un intermède de Alenka Bratusek, n’a obtenu que 2,96% alors que Bratusek, partie sous ses propres couleurs avec l’Alliance « Alenka Bratusek » obtient 4 sièges et 4,34% des voix. Elle bénéficie ainsi du privilège d’avoir été quelques mois à la tête du gouvernement slovène, suite à la démission du premier ministre de centre-droit Janez Jansa, crédibilisant ainsi son action publique.

Le centre-droit de l’ancien premier ministre Jansa, le mouvement SDS (Parti Démocrate Slovène) qui avait obtenu 26,19% des voix en 2011, n’en obtient plus que 20,69% et 21 sièges. Ce recul s’explique par sa démission passée suite à de graves accusations de corruption. Néanmoins, son parti, bien implanté, parvient à limiter ses pertes.

Nouveau venu de la politique, le juriste cinquantenaire Miro Cerar a su à l’issue d’une campagne dynamique s’imposer, le parti SMC, qui porte son nom, étant parvenu à obtenir 34,61% des voix et 36 sièges. Certes il devra composer avec l’opposition et rallier à lui d’autres formations politiques. Ce centriste libéral sera attendu au tournant si les résultats ne sont pas au rendez-vous. Les Slovènes continuent de faire confiance à des personnalités issues de la société civile plutôt qu’à des partis organisés.

Le mouvement de défense des retraités, le DeSUS, connaît une progression significative, passant de 6,97% en 2011 à 10,21% et 10 sièges en 2014. Il semble avoir bénéficié d’un report de voix favorable issu du SDS.

A gauche, la « gauche unie » (KZL) obtient 5,97% des voix et 6 sièges, alors que les sociaux-démocrates (Socialni Demokrati) menés par Igor Luksic s’effondrent à leur profit, passant de 10,52% en 2011 à 5,95% en 2014. Légère progression aussi de la liste démocrate chrétienne (NS-KD) avec 5,53% des voix et 5 sièges contre 4,88% et 4 sièges il y a trois ans. Elle s’explique aisément là encore par le tassement du SDS.

A droite, le Parti du Peuple Slovène (SLS) obtient en 2014 3,98%, échouant de peu à obtenir des sièges, mais recule nettement par rapport à 2011 (6,83% des voix et 6 sièges). Ce score ne saurait s’expliquer par une montée de la droite nationale puisque le SNS (Parti National Slovène) se contente de 2,21% des voix (contre 1,8% en 2011), confirmant sa relative marginalité au sein de la classe politique.

Les autres formations réalisent des scores médiocres, les Pirates obtenant 1,34% et les Verts seulement 0,5% des voix, l’ensemble des « Autres » formant un total de 3,5% des voix.

Pour le futur gouvernement de Miro Cerar, il est donc indispensable de réussir une coalition, la majorité étant de 45 sièges. L’alliance la plus logique serait ainsi avec le Parti des Retraités, qui a dix sièges, alliance qui ne contraindrait pas la majorité à un certain équilibrisme. Il pourrait aussi choisir de former une coalition de gauche avec les sociaux-démocrates et la liste Bratusek, mais elle serait instable. De même, une coalition à droite, alors que le SDS est son principal adversaire, paraît aléatoire.

ALBANIE

Albaniae.JPGLe 27 juin 2014, les chefs d’état des 28 états membres de l’Union Européenne ont décidé d’accorder le statut de « candidat officiel à l’adhésion » à l’Albanie. Pour la Serbie voisine, ce processus avait commencé le 1er septembre 2013. Les Balkans occidentaux se sont vus depuis longtemps reconnaître la vocation à rejoindre l’Union Européenne. Ce sera (très) difficile pour la Bosnie-Herzégovine et le Kosovo, zones conflictuelles entre différentes communautés et économiquement très fragiles.

L’Albanie, qui a l’image d’un pays musulman, en raison d’un recensement remontant à 1930 indiquant que 70% des Albanais seraient musulmans, 30% étant en revanche catholiques ou orthodoxes, inquiète l’opinion publique éclairée. La confusion est d’ailleurs grande entre l’Albanie et le Kosovo, à majorité albanophone, mais aucun parti politique, à l’exception d’un parti nationaliste mineur, ne prône la fusion de ces deux régions. En réalité, ayant subi une dictature communiste pendant un demi-siècle, l’Albanie a connu un athéisme d’état qui a vidé les mosquées. Comme dans tous les pays ex-communistes, et comme dans tous les pays européens d’ailleurs, l’athéisme est la première « religion » du pays et les mosquées sont « désespérement » vides. En outre, le christianisme connaît un net regain, comme une façon en l’adoptant de retrouver la famille européenne, et c’est aussi le cas dans une certaine mesure du néo-paganisme albanais.

L’adhésion albanaise, qui prendra une bonne décennie, est rendue complexe par la mauvaise image du pays dans l’opinion, une économie encore très fragile, même si la découverte de riches gisements pétrolifères ouvre de nouvelles perspectives, une corruption endémique, que le dirigeant Sali Berisha n’a pas pu vaincre, et une criminalité tenace.

Néanmoins, le peuple albanais est fondamentalement européen, même s’il a été le dernier à se libérer du joug ottoman (1913), et lorgne bien davantage vers l’Italie que vers la Turquie. Cette dernière a tenté sans succès d’instrumentaliser les populations « musulmanes » des Balkans dans l’optique de favoriser l’adhésion de son pays. Cette « boîte de Pandore » devra néanmoins être surveillée de près.

Quant au Kosovo, c’est autre chose, et son éventuelle adhésion à l’Union Européenne paraît très lointaine dans l’état actuel de la situation. La Serbie, qui rejoindra l’UE certainement bien avant, fera d’ailleurs tout pour freiner une telle perspective, à moins d’obtenir des garanties sérieuses quant au sort de la population serbe du Kosovo.

Thomas FERRIER