Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2016

Communiqué : Victoire pour Verdun.

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/00/02/315259042.3.png

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/02/1594474141.PNGCommuniqué du Parti des Européens : Victoire pour Verdun.

Une initiative gouvernementale malheureuse avait consisté en l’invitation du rappeur Black M à un concert destiné à la jeunesse franco-allemande clôturant le 29 mai, journée de commémoration consacrée aux combattants français et allemands, morts ou blessés lors de la bataille de Verdun.

Ce choix, qui avait tout d’une provocation, ou d’un manque criant d’imagination, car on ne voit pas le lien entre l’œuvre « musicale » du dit rappeur et ce sujet mémoriel, et qui paraît décalé aussi d’avec les aspirations de la jeunesse d’Europe, a abouti à une réaction justifiée d’Européens sur les réseaux sociaux. Une campagne demandant l’annulation de ce concert a ainsi commencé.

C’est par la volonté de quelques centaines de blogueurs et de « twitteurs », relayée ensuite par les dirigeants des partis politiques, FN puis Républicains, qui eux arrivèrent après la bataille principale, en espérant en retirer la gloire, que le gouvernement a cédé et le Parti des Européens s’en félicite, même s’il sera vigilant jusqu’au 29 mai contre toute autre initiative inappropriée de cette nature.

La mémoire des 350.000 Européens morts à Verdun, lors d’une bataille où ils firent preuve d’un grand courage, même si cette guerre était une folie et cette bataille une hérésie stratégique, mérite mieux que des hommages politiciens, de responsables politiques qui justement n’ont pas vraiment appris les leçons véritables de ces conflits. Ce 29 mai devrait être un jour consacré à la mémoire européenne, à celle de notre civilisation, et pas de servir de promotion électorale ou musicale à quiconque.

Merci à tous ceux qui ont su faire entendre raison au pouvoir et l’amener à renoncer, même si ce dernier enrobe ce renoncement de leçons morales et d’indignations sélectives. Car face à une décision injuste, tous les citoyens doivent s’opposer. Et cela a été le cas ici. Il est triste toutefois de devoir « montrer les crocs » pour obtenir ce que la raison aurait dû naturellement imposer.

Le Parti des Européens.

13:16 Publié dans Communiqués | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : parti des européens, concert, black m, verdun | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/05/2016

Communiqué du Parti des Européens: une nouvelle étape !

communique.png

 

Europolitedore.PNG

Après notre passage remarqué au colloque de l'Institut Iliade, le Parti des Européens continue son cheminement. Notre projet, en pleine adéquation avec les aspirations des Européens, se prolonge.

L'Europlite, symbole de notre combat pour une Europe unie et identitaire, symbole de résistance et de reconquête, incarne cette volonté de changer les choses. Nous voulons conserver de l'Union Européenne ce qui est bon ou peut le devenir, et mettre fin à ce qui est nocif, en commençant par la Commission de Bruxelles.

A l'issue d'une publication sur les réseaux sociaux pendant deux mois, nous avons présenté au public les 144 points du programme rangés en 12 thèmes fondamentaux.

Nous engageons dès maintenant une campagne de sensibilisation à nos idées afin que le plus grand nombre de citoyens en accord en totalité ou en partie puisse nous rejoindre pour qu'ensemble nous puissions faire revivre notre projet européen.

Thomas Ferrier et tous les membres du LPE remercient Cédric Rivaldi pour son travail sur l'amélioration de l'Europlite.

 

POUR UNE NOUVELLE EUROPE
REJOIGNEZ LE PARTI DES EUROPEENS

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur notre site www.psune.fr

07/02/2016

Calais. Communiqué du Parti des Européens

communique.png

calais,piquemal,émeutes,décision préfectorale,laxismeLa répression dont la manifestation interdite de Calais organisée par le mouvement PEGIDA en France, dans le cadre d’une action « internationale » simultanée, dans une dizaine de pays d’Europe, a été l’objet, a ému une partie de l’opinion. L’arrestation d’un général décoré en la personne de Christian Piquemal, désormais poursuivi pour avoir refusé de dissoudre le rassemblement après en avoir été sommé par les autorités, a indigné plus encore.

Précisons en premier lieu que la situation de Calais étant devenue de plus en plus ingérable, la décision du préfet était parfaitement fondée, le risque d’affrontements étant réel, à l’instar de l’émeute contre deux citoyens calaisiens qui avait eu lieu il y a quelques jours, émeute de migrants pilotée par des militants d’extrême-gauche, précisons le. Il était donc absolument nécessaire de se soumettre à cette décision et il était irresponsable d’en braver l’interdit.

Ce qui est scandaleux n’est pas l’action des autorités dans cette affaire. Ce qui est scandaleux, c’est leur inaction dans les autres cas. Ce qui est scandaleux, c’est que des manifestations interdites de migrants et de gauchistes ne soient pas interdites et réprimées. Ce qui est choquant, c’est ce deux poids deux mesures permanent, comme on l’a constaté avec le si petit nombre d’arrestations de casseurs à Rennes hier. La loi doit être la même pour tous et s’appliquer sans laxisme qu’on soit pauvre ou riche, seul ou en nombre, opposant politique ou partisan du pouvoir, démuni ou puissant.

Les migrants de Calais ne sont pas des réfugiés venus de Syrie, mais clairement des « migrants économiques » au sens strict puisqu’ils aspirent à se rendre au Royaume-Uni et savent que, tout comme en France, une fois le pied posé sur le sol britannique, ils seront probablement inexpulsables. Aucun pays européen n’a en effet le courage de prendre des décisions en ce sens, tant est grande la peur d’une instrumentalisation médiatique à la vue de l’usage de la force contre ces gens. On se souvient de l’affaire du petit Aylan.

A un certain niveau, face à ce que l’on est en mesure d’empêcher, à ce contre quoi on est en devoir de s’opposer, ne pas agir est une forme de complicité passive. Or les autorités laissent faire. Pourquoi une telle démission du pouvoir ? Une immense honte devrait nous envahir.

Thomas FERRIER (Le Parti des Européens)

28/01/2016

Le Parti des Européens.

communique.png

Flag_of_Europe_europlite_forum.pngRassembler les Européens soucieux de la pérennité de leur identité et de leur civilisation a toujours été la vocation première de notre formation. Ce ne sont pas des Etats qu’il faut associer, des gouvernements qu’il faut inviter à travailler ensemble, mais un peuple qu’il faut unir et conduire à la révolution contre les premiers.

L’Europe n’a jamais été dans une situation si catastrophique et par la faute en premier lieu de nos gouvernants mais aussi de nous, les Européens, qui les avons depuis bien trop longtemps laissés faire, préférant les illusions d’une paix relative, malgré l’insécurité grandissante de nos sociétés que beaucoup d’entre nous refusent encore trop souvent de voir et d’une prospérité de plus en plus déclinante.

La crise de la zone euro, dont nous ne sommes sortis qu’en apparence, et la crise des migrants ne sont que deux éléments symptomatiques d’une situation d’ensemble des plus inquiétantes. Ce n’est que le sommet de la partie émergée de l’iceberg. L’auto-destruction de la civilisation européenne, ce que Nietzsche appelait le « nihilisme européen », est bien plus ancienne que ces dernières décennies. Ce siècle de 1914, pour reprendre le mot de Venner, n’en finit pas de pourrir notre civilisation de l’intérieur, l’amenant à des reniements honteux, à une génuflexion perpétuelle qui fait injure à nos grands ancêtres.

Le nationalisme que certains présentent comme le remède à la crise de l’Europe n’est qu’un symptome de cette maladie et non le signe d’une guérison prochaine. Cette incapacité des Européens à penser leur continent comme une seule entité a mené notre civilisation par deux fois à la catastrophe, en 14/18 et en 39/45. Et à chaque fois les leçons n’ont pas été apprises, les remèdes insuffisants ou corrompus. La fin fut toujours la même. Un désastre. Or nous ne pouvons plus nous permettre un désastre supplémentaire. Cette fois, nous ne nous en sortirions plus. La démographie gravement déclinante de l’Europe, dont aucun pays n’échappe de l’Islande à la Russie, alors même que le reste du monde déborde d’hommes, est un phénomène très inquiétant. Le vieillissement de nos sociétés , et la perte de vitalité que cela implique, l’accompagne naturellement.

Alors, face à ces périls, que nous proposent nos gouvernants et l’Union Européenne actuelle ? De ne pas y remédier. Mais au contraire d’accepter notre disparition, notre remplacement progressif sur notre propre sol. Encourager le travail des femmes européennes quand les maternités sont vides et le Pôle Emploi de toute façon débordé. Favoriser le mariage « pour tous » au lieu de renforcer le mariage traditionnel, qui n’a rien de chrétien mais remonte à l’antiquité indo-européenne la plus ancienne. Dénaturer la nationalité de chaque pays européen par des nombreuses naturalisations de complaisance et des codes laxistes. Couper le lien entre les Européens et leur histoire par une « éducation nationale » de plus en plus partisane et ce toujours dans le sens du mépris de l’Europe, en évoquant ses pages sombres sans enseigner ses bien plus nombreuses pages de lumière.

Face à cette décadence que certains voudraient nous présenter comme inexorable, nous devons réagir, unir les Européens pour qu’ensemble nous puissions à nouveau espérer un avenir digne de ce nom. Unir les Européens, bâtir l’Etat européen, forger l’Europe de demain !

Le Parti des Européens est l’outil politique naturel destiné à cette grande réinversion de toutes les valeurs, afin que l’Europe retrouve son rang dans un siècle de fer, afin que l’Europe redevienne ce qu’elle a toujours été, le phare de la raison dans un monde aveuglé par les idéologies de destruction, le rempart de la civilisation dans un univers à l’agonie, le bouclier de la science face à l’obscurantisme, l’épée de l’ordre face à l’anarchie planétaire.

Unis, les Européens sont invincibles. Divisés, ils sont perdus. Autour de ce parti, rassemblons-nous et demain exigeons ce qui est à nous, l’Europe. Notre terre. Notre civilisation. Depuis toujours et à jamais.

Ad victoriam.

Thomas FERRIER (Le Parti des Européens)

Passant, va dire à Athènes… L’europlite, symbole de la résistance européenne !

communique.png

Europlite.PNGPendant longtemps, notre modeste formation était intimement liée au symbole du phénix, animal solaire par excellence, à la fois oiseau de feu de la mythologie indo-européenne et « benu » égyptien, d’où vient son nom grec. De cette image, nous en conservons les couleurs ignées, le rouge et or, qui sont aussi les couleurs notamment de la Rome républicaine, de l’antique Macédoine et de la Rus’ de Kiev.

Un symbole original s’imposait afin de refonder notre mouvement sur des bases nouvelles tout en illustrant notre démarche de renouveau civilisationnel de l’Europe dans le cadre d’une unité politique inédite qui reste à bâtir. Notre démarche reposant sur l’idée d’une réorientation radicale de l’actuelle Union Européenne par le biais d’un processus révolutionnaire, nous avons voulu l’illustrer graphiquement. Ainsi est né l’europlite. Je dois reconnaître d’ailleurs en avoir été l’artisan principal, à l’issue de longues heures où tous les compagnons ont cherché à trouver le meilleur emblème pour notre combat.

Ainsi est né l’europlite. Il rappelle l’actuelle monnaie européenne et bien sûr c’est un E comme pour Europe et/ou Européen. Mais c’est un « euro » de combat, qui associe à la fois la défense illustrée par ses deux barrières symboliques qui semblent retenir la flèche médiane, et l’attaque. C’est une lance et un bouclier, armement de base de tout hoplite dans la Grèce classique. Protection des Européens et offensive contre leurs ennemis. C’est le symbole d’une Europe régénérée, qui cesse de s’auto-flageller en permanence et apprend à nouveau non seulement à s’aimer mais à se sentir fière de qui elle est, de ce qu’elle a fait par le passé et de ce qu’elle est capable à l’avenir de faire.

Un programme 2016 va voir prochainement le jour. Vous constaterez bientôt que l’esprit athénien, péricléen même, auquel Le Parti des Européens entend renouer, sera encore plus fort qu’auparavant. Nous ne nous limiterons pas à encenser le modèle de citoyenneté de Périclès comme par le passé et les droits et les devoirs associés. En matière de « salaire citoyen », de droit de posséder une arme (ce que l’on retrouve en Suisse), de « mécénat légalisé » (liturgie),  de démocratie directe, Athènes était une cité extrêmement moderne et libérale. L’empire romain a toujours eu un côté totalitaire, même si sa noble république est aussi une source remarquable d’inspiration.

Nous espérons que cet europlite vous inspirera et vous donnera envie de combattre pour l’Europe telle qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être, une Europe qui protège et qui rayonne, une Europe unie mais respectueuse de sa diversité native interne, une Europe régénérée sur ses valeurs authentiques, et non sur des concepts universels éthérés. Passant, va dire à Europolis que nous avons fait notre devoir et que nous revenons en vainqueurs !

Thomas FERRIER (Le Parti des Européens)

01/01/2016

L'idole déchue. A propos de la déchéance de nationalité

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/02/1498962716.png

AGMA_Ostrakon_Thémistocle_2.jpgDepuis une bonne semaine, François Hollande n'est plus l'idole des médias, le chouchou de la franc-maçonnerie. Dernier exemple en date, à l'émission "c'est dans l'air" de ce vendredi 1er janvier, c'est Roland Cayrol qui s'est montré le plus critique envers le président, le traitant de prétentieux pour s'être dit "fier des français".

Que s'est-il passé? Simplement François Hollande a confirmé son projet constitutionnel, ouvrant la déchéance de nationalité à des binationaux, y compris ceux nés en France, condamnés définitivement pour des actes de terrorisme. Son premier ministre Manuel Valls a même ajouté qu'il irait jusqu'au bout. Car faire autrement eût été difficile, alors que le projet avait été solennellement présenté devant les deux chambres réunies à Versailles.

Simplement la cohorte des journalistes flatteurs n'a pas réussi à prendre le troisième virage qu'on lui imposait. Elle avait manifesté beaucoup de zèle pour expliquer une mesure qui allait contre les déclarations de son promoteur sur le sujet quand il s'opposait à Nicolas Sarkozy, louant l'habileté politique d'une manoeuvre qui allait asphyxier la droite et qui allait réunir tout le peuple derrière le président. Ensuite, lorsqu'il apparaissait que l'idée serait abandonnée, cette même cohorte avait manifesté autant de zèle pour louer la clairvoyance d'un socialiste soucieux des équilibres.

Si le troisième virage était si difficile à prendre, c'est que le virage précédent --- le virage implicite de l'abandon du projet --- ramenait la majorité dite socialiste sur son terrain idéologique coutumier.

Voyons de plus près le sens de cette déchéance. Ce n'est pas son efficacité qui est en jeu. Elle ne sera guère applicable qu'à des terroristes qui auraient manqué leur action suicidaire et après des années de procès. Autrement dit elle ne sera peut-être même jamais appliquée. C'est le symbole qui est en cause. Or quel est ce symbole?

Bien sûr, aux yeux de certains qui comme Hervé Mariton prônent le droit du sang, la nationalité française ne signifie plus grand chose. Dans ces conditions, débattre de sa déchéance présente peu d'intérêt. Cependant il a été dit un certain nombre de choses justes de la part des adversaires de cette mesure.

Elle allait diviser les français; elle portait un coup de canif au processus de naturalisation par le "sol". Il se trouve que ce n'est pas faux, même si les arguments pour arriver à cette conclusion n'ont jamais été avancés.

Quel est le profil d'un binational né en France? C'est quelqu'un qui était déjà porteur d'une nationalité héritée. On lui a conféré, de par sa naissance sur le sol français, une nationalité qu'il n'aura jamais eu à demander et pour laquelle on n'a pas cherché à savoir si elle avait sa préférence. Peut-être va-t-il jusqu'à la mépriser, la honnir. Quelles que soient les bonnes raisons - comme la réponse à des actes de guerre contre le pays lui ayant donné un passeport - de prononcer la déchéance de nationalité, ce sera une façon de reconnaître que la nationalité française a été donnée bien à la légère dans ce cas.

Celui qui ne dispose que de la nationalité française peut être un ennemi de France tout aussi résolu. Qu'il soit français depuis plusieurs générations ou qu'il ait hérité sa nationalité de quelqu'un en faisant peu de cas, c'est - dans les circonstances actuelles - à l'état français de le juger et le punir comme un traitre. Le binational déchu sera peut-être mieux traité, puisqu'il pourra être considéré comme un simple ennemi.

Autrement dit, la mesure projetée ne discrimine-t-elle pas négativement une partie de la population, au contraire. Elle lève le voile sur le caractère éminemment discutable d'un processus d'acquisition de la nationalité, que nos prétendues élites politico-médiatiques classent parmi leurs "valeurs".  C'est cela qui est intolérable et qui justifie qu'on se batte jusqu'au bout contre un projet qu'un politicien cynique a concocté en croyant améliorer son image.

Pierre EISNER (PSUNE/LBTF)

19:53 Publié dans Analyses, Communiqués | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : déchéance, nationalité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/05/2014

Elections européennes 2014. Le vote blanc, une nécessité malheureuse

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/1716191686.png

evro.jpgLe 25 mai 2014 se dérouleront les huitièmes élections européennes depuis leur instauration en 1979. Selon les sondages, 73% des Français pensent que l’enjeu européen doit dominer le vote, mais ils ne seraient pour le moment que 35% à se déplacer. C’est dire si le sens de ces élections a été dénaturé par la faute des gouvernements et des partis politiques institutionnels, alors qu’elles ont permis à chaque fois l’émergence de nouvelles forces, Front National (1984) et Verts en tête.

Alors même que nous n’avons jamais eu autant besoin d’une Europe politique et de convergences stratégiques au niveau continental, nous sommes confrontés à un désaveu massif des Européens envers une construction « européenne » au ralenti, méprisée par nos dirigeants, même s’ils se prétendent tous en sa faveur, pilotée par des seconds couteaux mis en place par les Etats. C'est en effet tout l’intérêt du gouvernement de François Hollande, et du Parti Socialiste, qui s’attendent à une sévère sanction, de marginaliser cette élection, lui faisant perdre toute valeur en raison d’un taux de participation médiocre.

Or, il est fondamental de légitimer cette élection, de lui donner de l’importance, en allant voter, d’autant plus que cette année, pour la première fois en France, le vote blanc sera comptabilisé et ne sera plus assimilé à une abstention. Si le taux de participation est trop bas, l’Union « Européenne » continuera à fonctionner comme aujourd’hui, sans tenir compte de l’avis des citoyens, alors que les partis politiques nationaux et européens ont mis en avant un enjeu, l’élection du président de la commission. S’oppose ainsi le vieux cheval sur le retour Juncker au jeune loup social-démocrate Schulz, d’autres candidats faisant de la figuration, comme Bové ou Verhofstadt. A ces quatre candidats, Marine Le Pen aurait souhaité s’ajouter mais ses alliés (FPÖ, Wilders…) n’ont pas voulu la proposer ni avancer un autre candidat pour une institution dont ils contestent l’existence même.

La question est de donc se savoir s’il faut donner une consigne de vote, invitant à soutenir telle ou telle liste, pour telle ou telle raison, éventuellement tel ou tel candidat à la présidence de la commission, ou s’il faut inviter au vote blanc, en sachant que l’abstention est indéfendable dans un contexte où on prétend dénoncer un déficit démocratique, par ailleurs réel. Lorsque le peuple a l’occasion de s’exprimer, il doit le faire.

psune.jpg

Etant donné que cette campagne européenne reste malgré tout dans un cadre national, puisque les électeurs vont voter pour des partis nationaux et pas pour des partis européens, ce qui est fondamentalement une anomalie qui démontre par ailleurs que l’UE n’est pas fédérale, donner une consigne aux autres Européens n’aurait pas beaucoup de sens. C’est donc le contexte français que je vais ici analyser.

Deux camps opposés apparaissent en premier lieu. Celui du souverainisme, représenté notamment par le Front National et par Debout La République, l’un promis à un score très élevé, au-dessus de 20% des voix, l’autre à un score médiocre, entre 1,5% et 3%, plus fort sans doute à Paris, lui permettant éventuellement de disposer d’un élu. Celui de l’ « européisme » officiel, de centre-droit, représenté par la liste « Les Européens », union du Mouvement Démocrate et de l’Union des Démocrates Indépendants.

Le FN combat le principe même d’une Europe politique au nom d’une définition fétichisée de la nation, et appelle à l’abandon de l’€uro et à la disparition pure et simple de l’Union Européenne. Jadis, ce parti dénonçait l’immigration comme le principal facteur de régression sociale et de dépense publique. Aujourd’hui, la construction européenne est accusée d’être responsable et coupable de politiques nationales datant parfois de plusieurs décennies. C’est donc une europhobie de principe que défendent ces partis souverainistes, une europhobie que combattent les prétendus « européistes » mais aussi les européistes authentiques, dont nous sommes.

La liste « Les Européens » pourrait en effet tromper les électeurs, car ils n’ont pas l’Europe unie comme finalité et la voient au contraire comme un moyen de favoriser le mondialisme. C’est un Bayrou qui disait en 2009 qu’il fallait construire l’Europe « pour aider l’Afrique ». Désormais on nous explique en 2014 qu’elle est nécessaire « pour maintenir la paix », alors même qu’elle est à la remorque de la stratégie américaine de déstabilisation de l’Ukraine. Leur Union « Européenne » c’est celle des droits universels, au détriment des droits des Européens, celle de l’ouverture des frontières, non seulement à l’intérieur de l’Europe mais surtout vis-à-vis de l’extérieur. Et en réalité, ils ne sont pas prêts à passer à l’étape fédérale et à nous doter ainsi d’un Etat européen.

Ce reproche est tout aussi fondé vis-à-vis de « Europe Ecologie », qui est à l’écologie ce que le cobra est au rongeur, avec comme chef de file l’alter-mondialiste, donc mondialiste, Bové, en remplacement de Cohn-Bendit, désormais reconverti en commentateur de matchs de football. Avant de partir, Cohn-Bendit s’est fait photographier enroulé par le drapeau européen. Faux écologistes, mais gauchistes reconvertis dans une fausse modération, les « Verts » défendent une « Europe » dénaturée en profondeur, car submergée par les flux migratoires, qu’ils contesteront pour toutes les espèces animales sauf l’humaine.

Entre les anti-européens et les faux européens, on ne peut choisir. Les uns combattent notre idéal quand les autres le dénaturent.

Lire la suite

16/06/2013

Nouvelle défaite du PS à une élection partielle

Blason-Lot-et-Garonne.pngCette élection du 16 juin 2013 dans la 3ème circonscription du Lot et Garonne avait valeur de test aux yeux de tous les analystes politiques. Fief de Jérôme Cahuzac, aujourd’hui démissionnaire, où il avait obtenu plus de 46% des voix au premier tour, le PS espérait limiter la casse, alors même qu’il perd toutes les élections législatives partielles.

Les résultats sont sans appel. Avec un taux de participation d’un peu plus de 45% des voix, contre 65% en 2012, les électeurs se sont modestement mobilisés. Ceux qui l’on fait ont voulu sanctionner le gouvernement. L’UMP obtient 28,71% des voix (+ 1,71%) mais le FN obtient le second score avec 26,04% des voix (+10,44%), connaissant ainsi une très forte progression en pourcentage. Le PS finit troisième avec 23,69% des suffrages exprimés, mais seulement 10,35% des inscrits, et est donc éliminé purement et simplement à l’issue du premier tour. Son candidat ne pourra pas accuser Jérôme Cahuzac d’avoir divisé son camp, ce dernier ayant envisagé à un moment d’être à nouveau candidat mais ayant ensuite renoncé. Il est toutefois probable que si Cahuzac avait été le candidat socialiste, et ce malgré l’affaire le concernant, il aurait fait un score nettement plus honorable.

Les autres candidats n’ont fait que de la figuration. La candidate du Front de Gauche n’obtient que 5,08% des voix (+ 0,38%) et le candidat écologiste culmine à 2,78% des voix. Les candidatures de témoignage de personnalités parisiennes, comme le droitier Nicolas Miguet, connu pour son engagement contre les impôts (0,42%), le souverainiste europhobe François Asselineau (0,58%) et le provocateur Rachid Nekkaz (0%, et 0 voix), sont largement marginalisés. L’extrême-gauche se contentera de 1,11%, ne bénéficiant nullement d’un « effet Méric ». Les candidats divers droite, dont le report des voix pourrait être favorable au candidat FN, cumulent 3,76% des voix. Enfin, une candidate « de la diversité », estampillée MODEM, se contente de 2,33% des voix.

Le second tour oppose donc un candidat UMP, Jean-Louis Costes, à un candidat FN, Etienne Bousquet-Cassagne. Sur le papier, l’UMP devrait l’emporter, surtout si les électeurs de gauche s’abstiennent, mais une partie d’entre eux pourrait être tentée, tout comme dans l’Oise il y a quelques mois, de soutenir le FN. L’écœurement de beaucoup de citoyens envers la droite parlementaire, divisée et ridiculisée par le conflit Fillon/Copé, et envers une « gauche » qui a beaucoup déçu et beaucoup trahi, explique à lui seul ce résultat, qui vaut tous les sondages.

Dans une circonscription traditionnellement de gauche, le PS est éliminé. La droite et l’extrême-droite s’affronteront, une fois de plus. Et la majorité parlementaire de la « gauche » va continuer de diminuer. La condamnation de Sylvie Andrieux, si celle-ci démissionne, pourrait à Marseille permettre l’entrée d’un troisième député FN, en la personne de Stéphane Ravier, battu de justesse par la députée socialiste en 2012.

2013 est une mauvaise année pour le PS. 2014 pourrait être pire. Et je ne crois pas qu’en ayant Harlem Désir comme chef de file, le PS peut faire un bon score aux élections européennes.

Thomas FERRIER (PSUNE)

21/05/2013

Mort d’un titan européen !

dominique venner,suicide,21 mai 2013,thomas ferrier,hommageDominique Venner dîne ce soir en Elysion. Il s’est sacrifié sur l’autel de Minerve en ce jour de Mars, ce mardi 21 mai, pour offrir aux Européens la victoire, tel le général romain dédiant sa vie aux dieux lors de ce rite sacré qu’on appelait devotio.

Son geste ne peut pas être compris des sycophantes qui trônent à la télévision et de cette caste de politiciens arrivistes sans honneur et sans conviction. Il est mort en romain, tel Sénèque s’ouvrant les veines pour protéger les siens contre l’ire d’un tyran. Ce Néron moderne, qui est le Système à assassiner le peuple européen, il l’a combattu toute sa vie et de là où il est, aux côtés des héros de notre terre, il le combat toujours.

J’ai rencontré Dominique Venner deux fois dans ma vie, et la seconde fois, il y a quelques mois, me mit face à un européen authentique. Son paganisme, il le vivait par ses actes et par ses mots. Les éphémères que nous sommes ne peuvent plus comprendre l’esprit qui a pu animer un Léonidas ou un Scipion. Mais en rencontrant Venner, l’homme moderne est face à un homme de la tradition, face à un résistant contre toutes les décadences, contre toutes les trahisons.

L’homme est mort mais son âme est immortelle. Il aura été l’homme qui aura dit non à l’extinction de l’Europe, non à ce long suicide de la psychê européenne qui nous emmène jusqu’au bord du gouffre. Et pendant que ce soir, sur cette place de la Bastille où de vrais hommes ont combattu pour la liberté et pour la république, trônent ceux qui se réjouissent d’avoir tourné le dos à l’Europe éternelle, Dominique gagne le royaume de Zeus, invaincu.

Son combat pour l’Europe européenne, il l’aura mené jusqu’au bout, jusqu’à l’ultime. Europa ne l’oubliera pas. Et nous ne l’oublierons pas.

Nous n’oublierons pas l’historien remarquable, l’auteur de « Histoire et traditions des Européens », du plus récent « Choc de l’histoire », de ce « Dictionnaire de la collaboration » où il n’hésita pas à rappeler le passé collaborationniste de gauche du père d’un ancien premier ministre PS.

Nous n’oublierons pas l’homme cultivé, plein de sagesse, d’une noblesse sans égal, mais un homme abordable, chaleureux et de conviction. Il fut un pilier, celui d’une Europe qui ne renoncera jamais à demeurer ce qu’elle est et à éblouir le monde. Si Arès avait dû sur terre s’incarner, il aurait été un Dominique Venner.

Il servit Mars, dans son combat pour une civilisation qui ne se mettra jamais à genoux puis dans son action politique pour que naisse la Nation Europe ! Puis il se mit au service de Minerve, et de Dame Clio, et par sa plume sure, par son talent, il nous rappela nos ancêtres, la vision qui fut la leur et pourquoi ils sont morts.

Dominique nous a quittés. Pour que la victoire soit, même s’il ne la verra pas en parcourant la terre des vivants, il a choisi sa mort. Tous les hommes libres d’Europe, tous ceux qui chérissent notre civilisation immémoriale, née du génie de ces Boréens que Dominique évoquait avec nostalgie, née de la Grèce d’Homère, dont l’Iliade était son livre de chevet, et de la Rome de Brutus l’ancien, pleurent en ce jour.

C’est un européen parmi les meilleurs qui vogue sur la barque de Charon. Son nom sera à jamais en notre cœur. Et sa statue, un jour, siègera devant cette cathédrale dans laquelle il coupa le fil des Parques, par un geste conquérant.

Il y a deux millénaires, ce n’était pas cette vierge qu’on y honorait mais Athéna Parthénos, la Minerve gallo-romaine, Brigantia. En face du temple de Mars Camulus, où désormais se trouve la Préfecture de Police par une ironie de l’histoire. Au cœur même de Lutèce, dans la cité des Parisii, il s’est éteint mais ce faisant il a allumé une flamme qui, elle, ne s’éteindra pas.

dominique venner,suicide,21 mai 2013,thomas ferrier,hommagePour que sa mort n’ait pas été vaine, les Européens que nous sommes avons hérité d’un devoir, celui de faire vivre et de faire revivre l’Europe, celui de combattre jusqu’à notre dernière goutte de sang pour que l’Europe unie soit, pour que l’Europe renaisse. Tel est son message.

Dominique Venner n’était pas un souverainiste ni un réactionnaire. Il était un véritable révolutionnaire, un authentique patriote de l’Europe unie, et surtout un homme d’une grande valeur, un kalos kagathos.

Salut à toi, combattant de l’Europe !
 
Thomas FERRIER

12/05/2013

L’Etat européen, une nécessité historique

dussouy_modifie-1.jpgIl faut remercier les éditions Tatamis pour la publication de l’ouvrage très stimulant de Gérard Dussouy, professeur émérite et géopoliticien, intitulé « Fonder un Etat européen », préfacé par l’européiste identitaire Dominique Venner.

Afin de ne pas heurter de manière trop directe une partie de son lectorat, Dussouy a choisi de sous-titrer son ouvrage de la mention « contre l’Europe de Bruxelles », une manière de se dissocier d’une construction européenne éminemment critiquable par bien des aspects mais dont on peut aussi espérer qu’elle aboutisse, adroitement subvertie par de sains principes, à cette République européenne fédérale que Gérard Dussouy appelle de ses vœux.

La représentation d’Europa par Eric Heidenkopf, dont le nom est déjà tout un symbole (« tête de païen »), qui sert d’illustration à l’ouvrage est en elle-même un programme. Elle a les traits d’une déité scandinave mais muni d’un casque d’hoplite, une lance et un bouclier sur lequel est figurée la chouette d’Athéna, telle qu’elle apparaissait sur la drachme athénienne et sur la pièce grecque d’un €uro. Lui prêter les traits de Minerve n’est pas innocent. C’est ainsi par exemple que Britannia fut représentée. Europa est donc de fait l’incarnation de la nation européenne, en même temps qu’elle représente la sagesse dont il faudrait que les Européens fassent preuve afin qu’ils s’unissent.

Dussouy a pleinement compris que le destin de l’Europe était dans son unité, dans la construction d’un véritable Etat européen. Il sait que notre avenir passe aussi par une politique ambitieuse vis-à-vis des Européens de l’Est, et notamment vis-à-vis de la Russie. Selon lui, « il est clair que l’avenir de l’Europe est à l’Est, surtout si l’on pense à une intégration à moyen terme de la Russie » (p 108). Audacieux, il ajoute même qu’ « il serait justifié d’envisager un déplacement de l’Europe vers le centre du continent ». Europolis n’a en effet de sens qu’au cœur du continent, entre l’Allemagne de l’Est, la Bohême-Moravie, l’Autriche et la Hongrie.

Pour lui, « l’Etat européen [est] la seule chance de survie politique (…) des peuples européens » (p 129). Cette analyse évidente à nos yeux, mais encore bien trop contestée aux yeux du plus grand nombre, surtout dans cette période de crise où les sirènes eurosceptiques sont à la mode, résulte d’un constat implacable. Dussouy ne tait aucun des maux qui rongent notre continent, la démographie véritablement en berne de nos pays, la submersion migratoire et islamique qui menace notre européanité, et l’incapacité de l’Union Européenne actuelle à proposer des solutions. Il n’est pas non plus dupe des « bons chiffres » de la natalité française, qui cache mal la part des domiens et des migrants aboutissant à ce résultat artificiel.

Prônant un « supranationalisme européen » (p 142), il ne voit pourtant pas l’Europe comme une nation ni même comme une nation en gestation, à l’image de l’Italie d’avant Cavour. Nous divergeons de lui sur ce point. A partir du moment où une nation regroupe ceux « nés d’une même lignée », l’Europe est bel et bien une nation, une nation sans Etat, ce à quoi Dussouy propose à juste titre de remédier. En revanche, sa condamnation d’ « Etats-Unis d’Europe », qui maintiendraient les anciens Etats dans leur géographie actuelle, est absolument justifiée. Sa « fédération de régions », ce que nous appelons euro-régions, est l’idéal, à partir du moment où on évite la balkanisation prônée par certains régionalistes.

La question de la langue commune est courageusement abordée. Dussouy prône le choix du latin (p 155), en référence à l’antique romanité. Je ne pense pas qu’on puisse le faire accepter aux Européens de langue germanique ou de langue slave, qui constituent la majorité des habitants de notre continent, et pas même aux Grecs modernes. Sans nier l’apport remarquable de la langue latine à notre civilisation, elle apparaîtrait comme un privilège accordé aux locuteurs de langue romane. Seul l’europaiōm, qui n’est autre qu’une version modernisée de la langue-mère des Européens, celle que les linguistes ont baptisée « proto-indo-européen », traiterait à égalité tous les grands groupes linguistiques de notre continent.

Dussouy, après avoir exposé les raisons de son refus d’une adhésion turque, ose enfin braver la bien- pensance en soutenant l’idée d’une intégration de la Russie à l’Europe unie, où elle a toute sa place. Il désavoue par ailleurs la théorie « eurasiste », présentée à juste titre comme un « leurre », et que prône un Douguine, soutenu par ses relais français islamotropes. Et l’auteur oppose un « patriotisme géographique » à la théorie fumeuse d’Habermas sur le « patriotisme constitutionnel » (p 166).

Sa conclusion est sans appel. C’est un appel au réveil européen, à sortir de la dormition que dénonce Venner. « La voie de salut (…) est dans la revendication et la réalisation de l’Etat européen fédéral et volontariste qui permettra aux Européens d’exister et de rester eux-mêmes. » (p 179)

L’avenir est donc bien cette alternative absolue entre l’Europe et la mort. Ευρώπη η θανάτος ! Dussouy nous invite à regarder en face cette réalité. C’est l’immense mérite de cet ouvrage brillamment argumenté et sans concession. Si nous divergeons d’avec l’auteur sur des points spécifiques et d’importance très relative (« nation » européenne, latin comme « langue commune »), le cœur de sa démarche est nôtre. Et à la différence de prétendus défenseurs d’une Europe unie qui tremblent à l’idée même que la Russie nous rejoigne, il sait que la clé de notre salut se trouve aussi à Moscou.

Enfin, s’il fustige l’Union Européenne, c’est pour ce qu’elle n’est pas, la matrice de la véritable Europe unie. Mais elle le deviendra, et grâce à des gens comme Gérard Dussouy. Malgré le ton pessimiste de l’ouvrage, à dessein, sa lecture offre en définitive un formidable message d’espoir et de courage politique. Lisez et faites lire Dussouy !

Thomas FERRIER (PSUNE)

Contre l’Europe de Bruxelles – Fonder un Etat européen, par Gérard Dussouy, Editions Tatamis, 180 pages, 14 € (port compris).

21/04/2013

Du principe de non-rétroactivité des lois et du "mariage pour tous"

Harmodius_and_Aristogeiton.jpgLe président français Hollande a initié depuis maintenant plusieurs mois un processus législatif en vue d’introduire un « mariage pour tous » qui n’est autre que l’ouverture du mariage aux homosexuels, seuls bénéficiaires de cette disposition. Alors que la loi a été votée par l’assemblée et le sénat, et qu’il ne reste que quelques points marginaux à voter, et ce même si un recours constitutionnel aura certainement lieu, 60 députés et sénateurs opposés à cette loi étant faciles à trouver, des manifestations importantes, parfois émaillées de divers incidents et de provocations, militantes ou policières, ont lieu. Elles sont sévèrement réprimées alors qu’en revanche la criminalité de banlieue explose, et que la police et la justice semblent démunies pour y faire face. Il est sans doute plus facile d’arrêter des jeunes européens dans les rues de Paris que de mettre en prison des délinquants multirécidivistes mineurs, comme ceux de Grigny.

Dans son argumentation de défense de cette loi, François Hollande a expliqué qu’ "il faut respecter le Parlement et la loi, et respecter le suffrage universel, qui a été informé de [ses] intentions lorsqu’[il s’est] présenté devant lui » mais qu’ « il peut décider autre chose dans quatre ans ». Ainsi le nouveau président laisse entendre qu’on pourrait revenir rétroactivement en 2017 sur cette loi, que ce qu’il fait, d’autres pourraient le défaire, et invite les autres partis à clarifier leur position, dire précisément ce qu’ils feraient une fois au pouvoir.

L’UMP et le FN ont ainsi annoncé qu’ils abrogeraient la loi sur le « mariage pour tous » s’ils arrivent au pouvoir, mais Marine Le Pen a cru bon d’ajouter en revanche que ceux qui auront été mariés, donc entre 2013 et la future abrogation de cette loi, le resteront. C’est ainsi que la droite espagnole, qui avait annoncé avant sa victoire électorale qu’elle reviendrait sur la loi sur le mariage de Zapatero, a fini par se dégonfler. L’intérêt en effet d’abroger une loi dont l’essentiel de ses conséquences a déjà eu lieu paraît en effet peu pertinent.

Le véritable courage politique serait sans doute de ne pas se limiter à abroger la loi pour l’avenir mais en annuler rétroactivement les effets. Parce que, si on considère qu’un « mariage homosexuel » n’aurait pas de sens, il n’en a pas plus au passé qu’au futur.

C’est là que se pose la question d’un principe de droit qu’on suppose intangible et qui est celui de la non-rétroactivé des lois. Or, le gouvernement peut décider d’augmenter les impôts qui s’exercent sur des revenus antérieurs. La rétroactivité des lois a également été appliquée par le Tribunal Militaire International de Nuremberg en 1946 contre les criminels nazis, en raison de l’horreur inspirée par les actes commis, condamnés à mort au nom d’une loi postérieure aux faits. Et dans la première démocratie historique, Athènes, Périclès fit annuler rétroactivement l’octroi de la citoyenneté athénienne aux étrangers naturalisés du temps de la dictature des Pisistratides.

Ainsi, en démocratie, ce qu’un pouvoir politique a pu faire, le peuple peut le défaire. Et si un gouvernement devenu illégitime, qui n’a plus le soutien que de 25% des citoyens, sous prétexte d’être majoritaire dans les assemblées, fait voter une loi scandaleuse aux yeux du plus grand nombre, alors cette loi doit pouvoir être annulée totalement, y compris de manière rétroactive.

Dans un contexte européen d’extrême hétérogénéité des statuts maritaux, la France n’étant ni le premier ni le dernier pays du continent à inventer un « mariage gay », ce que les Grecs et les Romains, pourtant très tolérants en matière de sexualité, n’auraient jamais imaginé et auraient refusé de toute leur âme, la question est de toute façon dépassée et concerne l’Europe tout entière.

Dans le cadre de l’Europe unie, il faudra harmoniser les règles en matière de mariage afin d’établir un état civil européen. Plutôt que d’abroger des lois nationales qui cesseront d’exister en même temps que les constitutions des anciens états européens, il suffira de définir le mariage en Europe selon le principe de l’union de deux personnes de sexe différent, comme cela sera encore le cas dans plus d’un pays européen, Russie en tête, et la question sera résolue, sans avoir recours à un principe rétroactif.

Thomas FERRIER (PSUNE)

09/04/2013

Nouveau compte Youtube!

Chers lecteurs,

J'ai le plaisir de vous annoncer la création d'un nouveau compte Youtube pour le partage de mes vidéos.

http://www.youtube.com/channel/UC1EOu1tjbaHG876xpiHUOTA

Les anciennes interviews y seront bientôt publiées. Vous pourrez alors vous abonner en toute simplicité à "Thomas Ferrier" depuis votre compte Google (Gmail, Youtube, G+), ainsi que commenter directement sur Youtube.

Les anciens articles du blog proposant des vidéos seront également mis à jour avec les nouvelles vidéos dès que possible.

Merci pour votre soutien.

Bien cordialement,
Thomas.

17:04 Publié dans Communiqués | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/04/2013

Pourquoi il faut supprimer les allocations familiales

PSUNE_communiqué.pngmaternite-nice-echange-bebes-video-L-1.jpg

A l’origine, les allocations familiales étaient destinées à dynamiser la natalité française, que les gouvernements trouvaient trop faible. Leur sens a été complètement détourné depuis près de trente ans, à partir du moment où elles ont cessé d’être allouées aux seuls citoyens, là où elle avait du sens, mais universalisées. Désormais, elles stimulent la natalité d’importation, alors que leur impact sur la natalité indigène n’est pas évident.

Réformer les allocations familiales, ce n’est certainement pas faire ce qu’envisage le gouvernement « socialiste » de Jean-Marc Ayrault, à savoir diminuer jusqu’à 75% les allocations alloués aux classes moyennes dites « aisées ». Or, s’il y a lieu de favoriser la natalité, c’est bien celle des classes moyennes, capables d’offrir à leurs enfants des conditions de vie idéales. Ce n’est certainement pas en les accordant aux populations les plus pauvres ou aux banlieues.

A partir du moment où l’usage de ces allocations est dévoyé, devient contre-productif et est de toute façon extrêmement coûteux, en l’absence de la seule politique qui serait nécessaire en ce domaine, à savoir l’exclusivité citoyenne européenne en matière d’accès aux allocations familiales, il convient de les supprimer purement et simplement. C’est la seule politique raisonnable en ce domaine. Malheureusement, le gouvernement attise la « haine des riches » et tourne le dos à tout bon sens en la matière. Beaucoup de français se font prendre bêtement à ce jeu, sans réfléchir aux enjeux qui s’y cachent.

Pourquoi le gouvernement ne supprime-t’il pas ces allocations familiales comme je le préconise, alors qu’il pourrait ainsi faire des économies très significatives ? Parce que les allocations familiales servent à acheter la paix civile dans les banlieues et certainement pas à rehausser la natalité française. Le gouvernement prétend qu’on aurait un taux de natalité de 2 enfants/femme, mais tient compte dans ce chiffre de la natalité importée. La natalité indigène est en réalité beaucoup plus proche de 1,6 enfants/femme, comparable à celle des autres pays européens, et c’est seulement celle-là qu’il faudrait encourager, ce qui n’est pas possible dans le cadre de l’Etat français, mais le serait dans celui d’un Etat européen.

Thomas FERRIER (PSUNE)

27/03/2013

Faire entendre la voix de l’Europe !

Bretagne_euro.jpgAyant répondu à l’invitation qui m’avait été faite de débattre avec un défenseur de l’identité bretonne et avec un souverainiste laïciste, ce qui m’a été reproché par certains mouvements de « gauche radicale », j’ai eu l’occasion le week-end dernier d’exposer brièvement ce qu’était l’européisme authentique, en insistant sur la nécessité historique pour les Européens, et en particulier pour ceux qui sont attachés à cette européanité que nous défendons, de s’approprier l’Union Européenne, au lieu d’en dénoncer les travers, de la reprendre à ces technocrates et ces idéologues mondialistes qui président pour le moment à ses destinées, à nos destinées.

Faire entendre la voix de l’Europe, y compris auprès de ceux qui sont rétifs à cette nécessité historique qu’est l’unification politique de la civilisation européenne, du continent européen, telle était la mission qui m’était confiée. A la surprise des nombreux participants de ces assises sur la crise sociale européenne, ils ont pu entendre un discours nouveau, cohérent et déterminé en faveur de l’Europe unie, de l’Europe envisagée comme une république, comme une véritable nation, seule forme possible de salut pour notre terre au XXIème siècle.

Certains se sont émus d’entendre prôner la disparition pure et simple de l’Etat français, et en particulier de sa nationalité, en raison du dévoiement de cette dernière depuis des décennies, et son remplacement par un Etat européen avec sa nationalité, cette dernière reposant sur le principe de Périclès, le ius sanguinis, nationalité indépendante de celles des Etats actuels et reposant sur des critères de convergence objectifs. Le temps ne m’a pas permis d’exposer plus précisément le cheminement intellectuel et les raisons stratégiques objectives qui ont amené notre modeste formation à cette conclusion proprement révolutionnaire. Cela a même amené une figure du nationalisme hexagonal à prendre position contre notre démarche, affirmant qu’en trente secondes il pourrait dénoncer la contre-vérité dont nous aurions été prétendument les vecteurs, alors qu’il faut en vérité au moins un quart d’heure pour expliquer précisément pourquoi nous avons raison et pourquoi il a tort.

Il était aisé de constater que les « nationaux » dans leur version française sont incapables de distinguer l’Etat et la nation. Pour eux, la disparition de l’Etat « national » signifie la disparition de la nation. Or la Bretagne est une nation, même si elle est sans état, comme l’étaient l’Italie avant 1860 et l’Allemagne avant 1870. Et l’Europe aussi est une nation sans état et qui attend son Cavour ou son Bismarck pour s’en doter. Dans l’Europe unie, Bretagne et France seront des nations au sein de la grande nation, mais des nations d’identité et non de souveraineté. Seul l’Etat européen, démocratique et subsidiaire, sera souverain.

Le discours souverainiste qui nous a été opposé repose sur des sentiments et non sur la raison, sur une nostalgie d’une époque dont on prête des vertus immenses parce qu’on les oppose à la situation actuelle, à savoir ces années 60 mythifiées, période de plein emploi, mais germes de cet avenir désastreux que nous constatons tous les jours. La France du franc fort contre l’Europe de l’euro fort. La France du plein emploi certes, mais sans ouverture des frontières en dehors du cadre d’une CEE (qui date de 1957) que seuls les extrêmes contestaient alors. Mais aussi la France des conflits coloniaux (1946-1962), une France qui certes se dote de l’arme nucléaire mais qui est contrainte à céder, tout comme le Royaume-Uni, à Suez.

A cette idée que « la France, c’était mieux avant », nous opposerons celle d’une Europe qui sera « mieux après ». Dans le cadre d’une Europe unie, l’identité française sera bien mieux protégée qu’elle ne l’aura été dans le cadre « national », car force est de constater que c’est l’Etat français, et ses gouvernements depuis trois décennies, qui ont mis en danger cette même identité, et non l’Union Européenne. Il ne faut pas se tromper d’ennemi. Vouloir unifier l’Europe, ce n’est pas faire le jeu du mondialisme, c’est mal l’unifier qui le serait.

L’Union Européenne n’est pas ce qu’elle aurait dû être, mais elle le deviendra. Car face aux mêmes périls, les Européens doivent opposer une action commune, concertée et pilotée par une seule structure. Le « parti européiste » a comme mission historique de forger l’Etat européen, en s’appuyant sur ses régions, et la Bretagne est particulièrement en pointe dans ce combat, et sur l’Union Européenne, dans la mesure où celle-ci n’est considérée que comme le réceptacle naturel de l’expression populaire de l’européisme politique. L’enjeu est au parlement européen et c’est là que l’avenir de notre continent se jouera.

La voix de l’Europe s’exprimera partout où cela sera nécessaire. Elle n’acceptera d’oukazes d’aucune mouvance, qu’elle soit des extrêmes (gauche ou droite) ou des formations « mainstream ». Je répondrai aux invitations sincères d’où qu’elles proviennent mais sans renoncer à ce que je suis et au devoir qui est le mien de défendre l’Europe et les Européens le mieux possible. Je pense avoir modestement, dans le cadre de ce débat, fait réfléchir le public et fait reculer cet euroscepticisme mortifère dans une terre amie, une terre de Bretagne qui a toujours été européenne de cœur et de raison, qui n’a jamais considéré qu’un mariage entre princes pouvait justifier une annexion, qui n’a pas oublié le roi Nominoë ni Arthur Pendragon, et qui pense avec tristesse à ces si nombreuses victimes bretonnes d’une guerre absurde mais à mort entre une France nationaliste et une Allemagne nationaliste.

La Bretagne a payé le prix du sang parce que l’Europe était divisée, parce que les appétits « nationaux » de son grand voisin étouffaient sa soif de liberté. Dans une Europe unie, la Bretagne ne sera pas plus souveraine que dans une France unie, mais en revanche son identité sera respectée, son histoire sera aimée, sa langue sera enseignée. Aux côtés d’un Pays de Galles, d’une Ecosse, d’une Irlande, d’une île de Man et même d’une Cornouaille reconnus, la Bretagne représentera au sein de la grande Europe les peuples celtes et l’héritage des druides.

L’organisateur, que je tiens par ailleurs à remercier, a osé dire en introduction de cette journée, « vive la Bretagne et vive l’Europe ». Cette provocation ultime, mais si vraie, a heurté certains défenseurs d’une France repliée sur son hexagone. Mais ce ne sont pas les régions qui affirment leur identité, ce n’est pas une Europe qui fait de même, qui seraient les vecteurs du mondialisme. C’est l’Etat « national », qui n’a plus de « national » que le nom qui est le geôlier des peuples, et la courroie de transmission de l’internationalisme désincarné.

Thomas FERRIER, secrétaire général du PSUNE

20/03/2013

Réponse à des détracteurs de « gauche » radicale

 
usine.JPGOnt été portées à ma connaissance, dans le cadre du débat auquel je participerai ce samedi en Bretagne, des critiques issues de la mouvance de « gauche » radicale. Cherchant à démontrer une prétendue collusion de l’invité, en l’occurrence moi, avec les organisateurs du dit débat, ils reprochent au PSUNE deux points assez marginaux du programme concernant la fonction publique et le développement des entreprises.

Prônant la « simplification des procédures de licenciement des agents publics », mais sur des critères objectifs, ce qu’ils oublient de signaler, le PSUNE est critiqué. Même si des dérives sont possibles, l’idée générale est de pouvoir se séparer de personnels manifestant de manière indiscutable d’importantes insuffisances professionnelles. Les fonctionnaires sont au service du public, payés par les impôts des citoyens. S’il est légitime qu’ils conservent un statut protégé, ce n’est pas à n’importe quel prix. Beaucoup de français et d’européens ont malheureusement une image plutôt défavorable du service public. Pour redorer le blason de ce dernier, il faut oser le réformer dans le bon sens, en améliorant la qualité du service tout en conservant un management humain.

La seconde critique porte sur l’attention apportée par le parti à encourager l’initiative privée de nature entrepreneuriale. C’est du bon sens, et tous les grands partis politiques l’expriment aussi, y compris le PS. La question est de savoir s’ils sont crédibles en ce sens. Une nation de fonctionnaires, ça a existé et ça ne marche pas. Nous avons besoin de créateurs et non d’assistés, nous avons besoin de créer de l’emploi et non de sauver des entreprises en faillite. Il faut protéger les travailleurs français et européens, œuvrer pour l’amélioration de leur cadre de travail, mais il faut aussi moderniser l’outil de production, être compétitif. Une entreprise qui ne fait pas de profit crée des chômeurs. Le PSUNE précise toutefois qu’il s’agit aussi de s’opposer au « capital spéculatif ». J’ignorais que l’extrême-« gauche » préférait l’enrichissement par la bourse à celui par le travail.

Même si le libéral Nicolas Sarkozy a défendu le « travailler plus pour gagner plus » en 2007, alors que beaucoup de citoyens aimeraient travailler tout court, et n’ont pas cette possibilité, c’est quand même un principe socialiste, celui de Stakhanov. Il est étonnant que des nostalgiques de l’URSS, chose tout de même assez étrange quand on voit l’ampleur du désastre, ne l’aient pas compris.

Le socialisme n’est pas le marxisme. Le socialisme ne défend pas des syndicats non représentatifs sous le prétexte qu’ils seraient installés depuis longtemps et qu’ils auraient de forts relais politiques. Le socialisme ne défend pas une économie d’assistés mais une économie de travailleurs. Le socialisme n’est pas libertaire non plus, le libertarisme n’étant qu’un libéralisme économique appliqué aux mœurs.

La « gauche » radicale ferait bien de s’interroger sur le fait que les ouvriers français et européens préfèrent voter à droite que pour eux. C’est parce qu’elle n’est pas vraiment socialiste. Alors, il est vrai que du point de vue de la légende de la « gauche », défendre l’initiative privée ou ne pas défendre des gens incompétents profitant d’un statut privilégié qu’ils ne méritent pas, cela ne fait pas « socialiste » ni « de gauche ». Et pourtant, c’est cela en vérité le socialisme, à savoir l’amélioration de la qualité de vie des travailleurs, la hausse des salaires, la création d’emplois rémunérés correctement. Les défendre ce n’est pas les maintenir dans un emploi sans avenir, mais de leur donner les moyens de retrouver rapidement un emploi. Le flex-securité, c’est un principe socialiste.

Alors, messieurs de la « gauche » radicale, encore un effort pour devenir socialistes !

23/02/2013

De l'usurpation d'identité dont nous sommes victimes

profile_picture_by_anti__troll-d5czqe6.pngInternet est un lieu de liberté, mais comme dans tout espace sans contrôle, il existe des individus gravement perturbés qui prennent plaisir à nuire à ceux qui veulent agir sur le réel et améliorer le sort de leurs compatriotes.

Certains ont même l'esprit assez tordu pour usurper l'identité d'autrui sur internet, ce qui a fait réfléchir le législateur à des possibilités techniques d'identifier un utilisateur et de certifier sa signature. L'inconvénient, et il est majeur, c'est bien sûr la limitation du sentiment de liberté que peut ressentir un internaute en naviguant sur la toile.

Ainsi, le PSUNE et son secrétaire général, à savoir l'administrateur de ce blog, étant acteurs certes modestes de la vie politique, sont-ils régulièrement l'objet d'attaques de la part d'anonymes qui n'hésitent pas à usurper mon identité pour me sâlir et me diffamer et ce depuis plusieurs années.

J'ai ainsi découvert l'existence d'un blog wordpress qui est un mauvais fake du blog officiel de Thomas Ferrier et où ses créateurs, qui utilisent mon image dans des photo-montages minables qu'ils postent sur des forums extrémistes en déshérence, font dans le "porno-nazisme" grotesque et provocateur. Engager des poursuites contre ces lâches individus, qui agissent sous faux nez, serait fastidieux et inutile. Ces gens profitent d'internet, qui permet à des formations politiques manquant de moyens et de fonds d'exister, pour troubler notre message en l'associant au pire. On ne peut pas davantage être au service du système en place qu'en agissant de la sorte.

Si nous ne sommes rien, ignorez nous. Et si nous sommes quelque chose, et que vous êtes opposé à notre conception du monde, faites le donc à visage découvert et non cachés derrière des IP anonymes et des courriels bidon.

Je rappelle donc, pour que les choses soient claires, que les sites du PSUNE sont:

Le Forum:

http://socialiste.forumactif.com/

Le Blog:

http://thomasferrier.hautetfort.com/

Le Site:

http://psune.fr/

Tout autre site se revendiquant de notre formation relèverait d'une usurpation d'identité caractérisée à des fins diffamatoires.

Autre rappel utile :

« - Le fait d'usurper l'identité d'un tiers ou de faire usage d'une ou plusieurs données de toute nature permettant de l'identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d'autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération, est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende. » « - Cette infraction est punie des mêmes peines lorsqu'elle est commise sur un réseau de communication au public en ligne. » (loi LOPPSI du 14 mars 2011)

13:27 Publié dans Communiqués | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : trollage, internet, usurpation d'identité, loppsi, psune | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

17/02/2013

L’europhobie, le nationalisme des imbéciles.

ue.jpgCrise de la zone €uro, effondrement des économies grecque et chypriote, annonce par le premier ministre britannique David Cameron d’un référendum sur l’Union Européenne pour 2016, une vague d’euro-scepticisme s’abat sur le vieux continent. Le bouc émissaire « UE » fonctionne à plein régime afin que les gouvernements se maintiennent au pouvoir sans que le peuple ne les désigne comme les principaux responsables de la crise et n’exige de manière musclée des explications.

On ne voit pas en quoi l’€uro aurait été responsable en 2010 de la ruine de l’Islande. On ne voit pas non plus en quoi l’€uro obligerait le gouvernement Cameron à mettre en place une politique de rigueur budgétaire extrême, alors que le Royaume-Uni a conservé la £ivre. Pourtant, aux yeux d’un marxiste comme Jacques Sapir, désormais principal soutien de Nicolas Dupont-Aignan, l’€uro est responsable de tout. Il est certes indéniable que l’€uro est la seule monnaie qui ne soit pas pilotée par un gouvernement et c’est son principal défaut. La monnaie unique implique la mise en place d’une gouvernance économique de la zone €uro qui, si on la souhaite démocratique, et elle ne peut que l’être si elle veut être pérenne, passe en réalité par la création d’un Etat européen unitaire, qu’on l’appelle « fédération européenne »,  « république européenne » ou « nation européenne ». Ainsi, le renforcement de l’€uro passe nécessairement par une Europe politique digne de ce nom.

Les souverainistes, europhobes par principe, profitent de cette instabilité monétaire, pour attaquer à nouveau la monnaie unique. Ils y sont opposés car ils ne veulent pas d’Europe politique, car ils veulent que l’Etat « national » conserve l’intégralité de ses anciens pouvoirs et parce qu’ils dotent la monnaie d’un pouvoir quasi magique. Ainsi, selon Marine Le Pen, seule la « dévaluation compétitive » permettrait de réindustrialiser le pays et de relancer la croissance. En fait, une monnaie ne peut plus être dévaluée, mais elle peut en revanche se déprécier. Les premiers perdants d’une dépréciation monétaire qui résulterait de l’abandon de l’€uro, ce sont les épargnants. Ceux-ci verraient la valeur et donc le pouvoir d’achat de leurs économies diminués de plus de 30% minimum, alors que dans le même temps les prix augmenteront de manière conséquente, la dette en montant sera considérablement augmentée, et le coût de l’essence également. Voilà la politique prétendument sociale que la droite nationale propose pour sortir le pays de la crise.

Lire la suite

16/02/2013

Présidence d’Hollande : nos craintes de 2012 étaient justifiées

hollande,europhobie,mariage pour tous,vote des étrangers,mali,fn,ps,turquieEn mai 2012, le PSUNE avait alerté les électeurs au sujet des dangers qu’il y avait à faire élire le candidat du Parti « Socialiste », François Hollande. J’avais même annoncé qu’Hollande était Sarkozy en pire et qu’il fallait privilégier le moindre mal, car sur des points essentiels, le programme du candidat PS était calamiteux, et qu’on devait s’attendre s’il était élu à la mise en place du pire gouvernement de l’histoire de la cinquième république.

Mais entre de nombreux électeurs votant contre Sarkozy (et non « pour » Hollande) et l’électorat des banlieues votant en masse pour le candidat en chef de l’assistanat et du « multikulti », malgré une campagne de plus en plus musclée du président sortant, Hollande est devenu président. Il faut dire que son ex-concubine Royal, aux présidentielles de 2007, avait quand même réussi à obtenir, malgré une campagne absolument pathétique, près de 47% des voix.

Le président « normal », à peine élu, commença très vite à dévisser dans les sondages, pour tomber à un niveau extrêmement bas d’opinions favorables. Dans un tel contexte, j’ai cru que le pire n’était pas certain et que finalement il renoncerait à la plupart de ses propositions. J’étais incité à le croire lorsque le projet de vote des étrangers non-européens aux élections locales semblait abandonné.

Face à la droite « la plus bête du monde », incapable de se serrer les coudes face au gouvernement, mais préférant se diviser entre le pseudo-dur Copé et le (très) mou Fillon, la fausse « gauche » a pu reprendre des couleurs. Hollande s’est même senti pousser des ailes, alors qu’il est rejeté par de plus en plus de français. Mais la « démocratie » à la française a ce charme propre au règne de Louis XVI, à savoir qu’une fois à son siège, le monarque ne s’occupe plus de l’avis du peuple. Hollande gouverne avec le PS aux affaires et fera tout ce qu’un conseil constitutionnel fondamentalement dévoyé et sénescent l’autorisera à faire.

Ainsi, il a mis en place le « mariage pour tous », c'est-à-dire le blanc seing accordé à une minorité au sein d’une minorité, pour plaire aux bobos parisiens. Il relance cette proposition de vote des étrangers extra-communautaires, qu’il avait mis sous le boisseau car cette mesure impliquerait une réforme constitutionnelle qu’il n’est pas sûr de pouvoir mener à son terme. Il ouvre cette semaine à nouveau les pourparlers d’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, malgré la dérive autocratique et islamiste indéniable de ce pays.

Pire encore, une chose que je n’avais pas même imaginée, Hollande nous lance dans une nouvelle aventure coloniale, avec cette intervention au Mali contre tous bon sens, se mêlant d’un conflit millénaire entre populations nomades afrasiennes au nord et populations sédentaires noires au sud, des gens réunis dans un seul Etat par l’arbitraire colonial et décolonial et qui ne souhaitent pas vivre ensemble.

Enfin, une évidente collusion entre le PS et le FN est apparue. On sait qu’en interne, en 2012, le FN a incité ses membres à choisir la politique du pire et à voter pour Hollande contre Sarkozy. « Marine » sait gré à Hollande de rétablir l’ancien mode de suffrage aux élections régionales, alors que la réforme territoriale de Sarkozy risquait de la priver d’au moins 80% de ses conseillers régionaux sortants. Elle a apporté son soutien à l’action militaire de la France au Mali. Elle ne s’est opposée que très mollement au mariage gay, envoyant des signaux contradictoires à son électorat. L’existence même d’un lobby gay au sein du FN a ainsi été mise en avant par certains journaux, dont VSD pour s’en réjouir et Minute pour s’en inquiéter. Et Florian Philippot, ancien chevènementiste, n’aurait pas dépareillé au PS, même s’il parle a minima d’immigration et d’islam pour neutraliser ses ennemis internes.

Hollande et son gouvernement ont également adopté de fait une approche parfaitement europhobe. L’intervention au Mali s’est faite sans la moindre concertation avec les autres pays européens, ceux-ci s’abstenant d’y participer même s’ils soutiennent officiellement cette action. Les relations entre Hollande et Merkel ont atteint le degré le plus bas. Et on apprenait cette semaine que la France ne respecterait pas son engagement de réduction du déficit budgétaire de 3%, ce qui est un très mauvais signe envoyé aux agences internationales de notation. Il faut bien continuer d’alimenter financièrement à coups de subventions les banlieues afin d’y maintenir un semblant de paix civile.

Thomas FERRIER (PSUNE)