Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2021

Lettre ouverte de Thomas Ferrier à Eric Zemmour

 

Lettre ouverte d’un européiste authentique

à Éric Zemmour

 

Cher Éric Zemmour, vous êtes à mes yeux le moins souverainiste de tous les souverainistes, et c’est pourquoi je m’adresse à vous dans la perspective heureuse d’une candidature aux prochaines élections présidentielles que vous pourriez envisager de présenter dans les prochains mois.

Alors que Marine Le Pen prend conseil auprès de son père pour savoir comment vous contrer (in Le Point de cette semaine), ce qui indique la panique qui l’étreint, votre candidature est attendue à la fois pour la soutenir de la part de vos partisans et pour l’entraver de la part d’adversaires appartenant à la « Macronie ».

Si votre analyse du péril migratoire et démographique qui pèse sur l’Europe est irréprochable par sa lucidité et sa cohérence, si vous avez parfaitement raison sur un plan géopolitique de vouloir rapprocher la France et – par extension – l’Europe de la Russie, si avec justesse vous ne prônez ni l’abandon de l’euro ni une quelconque sortie de l’actuelle Union européenne, je trouve néanmoins qu’il existe un défaut dans votre cuirasse auquel vous pourriez remédier en remisant parfois certains accents séguinistes de votre dialectique. Ces accents pourraient vous valoir le reproche d’un repli sur soi.

Vous vous placez dans l’héritage de Bonaparte et de De Gaulle, deux parrains symboliques qui représentent la France dans deux périodes parmi les plus glorieuses mais aussi les plus tragiques de son histoire. Or ces deux grands hommes n’étaient pas seulement de grands Français, ils étaient aussi de grands Européens, même si leur réalisme politique leur faisait taire publiquement ces orientations.

Pour Napoléon en 1816, lorsqu’il médite sur son destin devant Las Cases, l’empereur exilé déclara ainsi à propos de l’Europe :

« L’Europe n’aurait bientôt fait de la sorte, véritablement, qu’un même peuple et chacun, en voyageant partout se serait toujours trouvé dans la patrie commune. »

Quant au général de Gaulle, dans ses Mémoires d’espoir publiés en 1970, il s’exprima à propos des nations d’Europe en ces termes :

« Toutes étant de même race blanche, de même religion chrétienne, de même manière de vivre, liées entre elles depuis toujours par d’innombrables relations de pensée, d’art, de science, de politique, de commerce, il est conforme à leur nature qu’elles en viennent à former un tout, ayant au milieu du monde son caractère et son organisation. »

Mais sous de Gaulle, où le péril migratoire était croissant mais infime par comparaison avec notre époque, cette unité nécessaire de l’Europe n’avait aucun caractère d’urgence. En 2021, cette nécessité est devenue impérieuse. Vous faites erreur, cher Éric Zemmour, lorsque vous donnez du crédit, même s’il s’agit pour vous de s’y opposer, au prétendu projet européiste d’Emmanuel Macron. Non, le Président en exercice n’est pas un européiste authentique, mais le fossoyeur de l’idée européenne qu’il dénature en l’associant à ses lubies sociétales libertaires et à son mépris des natifs européens.

Pour que l’Europe s’unisse véritablement, pour que sur un plan politique elle ne fasse plus qu’un, pour que l’Europe de l’Islande à l’Oural, évoquée par le général de Gaulle, et par extension jusqu’au Pacifique selon l’ajout circonstancié de Vladimir Poutine, il y a deux obstacles.

Ce ne sont pas des obstacles institutionnels mais des obstacles sociétaux. Jamais l’Europe centrale et orientale n’acceptera de faire patrie commune avec une Europe occidentale promotrice du mariage pour tous et de l’ouverture aux flux migratoires post–coloniaux issus du tiers-monde. Ces flux engendrent par ailleurs une montée de l’extrême-droite en Europe occidentale par un nombre croissant d’électeurs qui ne trouvent que cette expression politique pour s’y opposer, sans pour autant partager les lubies anti-européennes de ces partis, ce qui amène là encore à entraver cette unité.

L’Europe s’unira donc nécessairement contre l’immigration extra–continentale et contre les dérives sociétales inspirées par les USA. L’Europe n’a besoin ni de la diversité ni de l’extrême-droite, mais d’une identité européenne restaurée dans une unité politique qui reste à construire.

Face à Emmanuel Macron, vous devez vous opposer à lui sur son terrain, et prouver aux yeux de tous que le plus européen des deux, c’est vous !

Avec mes salutations européennes respectueuses,

Thomas FERRIER 

Écrire un commentaire