Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2013

Guillaume Faye, les Indo-Européens et le christianisme

Toujours dans le cadre de l'entretien qu'il nous a accordés, Guillaume Faye revient avec nous sur les thèmes fondateurs que sont la question indo-européenne et le conflit entre paganisme et christianisme.

LBTF: L’Homo Indo-Europaeus : plutôt un vieux romain du temps de la République ou plutôt un guerrier germanique ?

athena.jpgGuillaume FAYE: Du côté de Varus et de Caton contre Arminius, donc ? Le vieux romain et le guerrier tribal germain appartenaient au même peuple, sans le savoir. Mêmes valeurs. Les Germains rêvaient, selon Tacite, des « maisons chauffées » des Romains. Le vieux Romain et le guerrier germanique (ou celtique) appartenaient au même ensemble ethnique (à la différence des peuples orientaux soumis par l’Empire). L’historien allemand Theodor Mommsen l’a parfaitement démontré. Lorsque le Gaulois cisalpin Brennus (Ar Vrenn de son vrai nom celtique, Le Brenn en français) fait le siège du Capitole, il parle le même langage d’honneur et de courage que ses ennemis romains assaillis. En revanche, les codes ne seront plus du tout les mêmes quand Rome affrontera les peuples orientaux.

Néanmoins, si la machine à remonter le temps existait, je m’engagerais dans la glorieuse Xème (le sanglier sur les enseignes, sous l’aigle) pour défendre le limes du Rhin. Mais, au delà de ces propos superficiels, ce qui est étonnant, c’est que sont les descendants des Germains tribaux décrits par Tacite, désordonnés, c’est-à-dire les Allemands, qui ont, aux XIXe et XXe siècle, repris les normes rigoureuses d’organisation militaire des Romains. Tandis que les Italiens, descendants des Romains, manifestaient des dispositions bien peu ”romaines”. À mon avis, moi qui raisonne de manière sociobiologique, c’est parce que les Italiens ont subi, dès le IVe siècle, un choc génétique, dû au brassage avec des populations exogènes non- indoeuropéennes. Ce qui a modifié la psychologie collective.

LBTF: Le christianisme a-t ‘il joué selon vous un rôle majeur dans l’effondrement de l’empire romain ?

Guillaume FAYE: D’après feu Lucien Jerphagnon, grand historien catholique mais touché par la saga de Julien dit l’Apostat dont il écrivit une biographie émouvante, le responsable de l’effondrement fut le Germain – Goth du Rhin et de l’Elbe ou Goth transdanubien. Constantin (306-337) ne fit qu’autoriser le christianisme. C’est Théodose Ier qui l’instaura comme religion officielle. Mais le déclin de l’Empire était antérieur, ce qui disculpe le christianisme naissant. La cause de la chute de l’Empire romain – qui, ne l’oublions pas, a été un véritable orage historique (1) – reste un mystère, sur lequel les historiens s’empoignent. À mon humble avis, la trop grande taille –indéfendable– de l’Empire (de la Grande Bretagne à l’Irak actuels), l’hétérogénéité ethnique, l’édit de nationalité universelle de Caracalla (212) sont à mettre au rang des suspects, de même qu’un système de gouvernement impérial totalement chaotique, sans droit constitutionnel – contrairement à l’ancienne République.

Mais le christianisme, avec sa mentalité dogmatique et antiscientifique, en rupture avec la pensée gréco-païenne libre, avec ses incessantes luttes entre orthodoxes et hérétiques, a certainement joué un rôle accélérateur. D’après André Lama , historien autodidacte et politiquement incorrect, le déclin de l’Empire romain provient du mélange des populations, qui a tué la source créatrice romaine de souche. Mais il est vrai que, d’après plusieurs auteurs des IVe, Ve et VIe siècles, qui ressentaient le déclin de l’Empire, le recul de la civilisation (transports, économie, culture, éducation...) et vivaient les incursions barbares, les populations restées païennes estimaient que la cause de la chute était la fin de la protection de Rome par ses dieux, abandonnés au profit du christianisme devenu religion d’État.

Osons une comparaison ”archéofuturiste” : l’introduction du christianisme dans le Bas-Empire a fait régresser les mentalités par rapport à la période païenne vers l’archaïsme d’une pensée magique. Tout comme l’évolution de l’islam aujourd’hui...

(1) D’un simple point de vue technique, il a fallu attendre 1.000 ans pour que les Florentins redécouvrent les techniques de sculpture sur marbre et de fonte du bronze des Romains. Louis XIV à Versailles vivait dans une situation de confort bien inférieure à celle de son homologue Trajan au Palatin, dix-sept siècles plus tôt. On allait plus rapidement de Trèves à Rome au IIe siècle qu’au XVIIIe siècle. Etc.

LBTF: En matière de religion, vous avez toujours mis en avant votre sensibilité païenne, en particulier hellénique. Croyez-vous à la « résurrection » des « anciens » dieux ou à la renaissance de leur culte, même sous une forme très modernisée ?

Guillaume FAYE: Le paganisme est un mot qui dissimule plusieurs réalités: le paganisme superstitieux (où l’on croit réellement à l’existence de forces et de divinités cachées) et le paganisme intellectuel des élites helléno-romaines , par exemple, qui étaient parfaitement agnostisques. La force du christianisme fut de camper une religion spiritualiste avec un abondement narratif nettement plus fort que celui des mythologies païennes, handicapées par le grand écart entre les dieux souverains, les divinités locales, familiales, et l’absence de sotériologie personnelle, à une époque de troubles et de dérélictions.

Mon rejet du christianisme (mais non pas du catholicisme traditionnel, qui est du paganisme dissimulé, comme l’orthodoxie) tient à sa substance universaliste, à son humanisme doctrinaire. J’admire le paganisme grec pour sa liberté de pensée et son agnosticisme. Les divinités n’étaient que des allégories, pas des idoles. Je suis voltairien, je défends les chrétiens d’Orient persécutés par l’islam, mais c’est une attitude politique et culturelle, non pas religieuse. En revanche, l’attitude ethnomasochiste de l’Église actuelle face à l’immigration de peuplement et à l’islamisation (confortée par le Pape François) me renforce dans ma vision païenne du monde, tendance aristotélicienne : non, nous ne nous ne sommes pas tous frères, oui, il faut vivre chacun dans sa Cité.

Concernant le retour des anciens dieux païens (au sens d’une croyance spiritualiste et d’un culte) ou même de la création de nouvelles divinités, thème d’ailleurs déjà abordé chez les poètes romantiques du XIXe siècle, je suis assez réticent. Ce serait du folklore et d’ailleurs ça existe déjà aux USA, c’est un business comme un autre. Pierre Vial, dans nombre de ses textes sur la question, a d’ailleurs très bien défini le néo-paganisme comme une conception du monde et non pas comme un néo-culte spiritualiste.

L’essence du paganisme grec, auquel je me réfère, c’est de placer la philosophie, c’est-à-dire la liberté examinatrice de l’entendement , le logos, au dessus des vérités révélées, l‘examen au dessus de la croyance, le souci de son propre peuple (symbolisé par un panthéon « national » et civique) avant celui des autres. Le paganisme, comme vision du monde, ne méprise pas la notion d’humanité, mais, avec réalisme, ne la considère pas comme une divinité. Le paganisme est un anti-fanatisme, y compris contre le fanatisme de la tolérance.

(Sur le paganisme, j’avais écrit un article, jadis, pour la revue de Christopher Gérard, Antaïos, qui avait été fondée par Ernst Junger. Sur les rapports paganisme/christianisme/ judaïsme, voir mon essai La Nouvelle question juive, ED. du Lore., qui a déplu aux ignorants.)

LBTF: Quel est le dieu (ou la déesse) grec dont vous vous sentez le plus proche, et pourquoi ?

Guillaume FAYE: Cette question n’est pas ”païenne”. Un vrai païen se sent pas plus proche d’une divinité que d’une autre. Il les aime toutes, en fonction des aléas de la vie. Cela dit, je vais vous révéler une chose étonnante : j’ai fait une grande partie de mes études chez les Pères Jésuites. Ils ne m’ont jamais appris l’Histoire sainte, l’Ancien ni le Nouveau Testament mais en revanche, ils étaient imbattables sur la mythologie gréco-latine (ainsi d’ailleurs que germano-scandinave, et celtique ou slave, très proches). L’Illiade, on en apprenait par cœur les vers (en grec ancien) alors que les écrits de St Augustin ou de St Thomas nous étaient parfaitement inconnus. Cela en dit long sur la prégnance du paganisme, au sein même de l’Église.

Néanmoins, je vous répondrai que les deux divinités païennes helléniques les plus fascinantes sont le couple Apollon-Dionysos : la raison solaire et la turbulence créatrice. De même, le paganisme gréco-romain donne une image de la féminité complexe et complète à travers ses déesses. Historiquement, c’est la Renaissance italienne du quattrocento florentin qui a fait redécouvrir l’esprit païen et l’esthétique qu’il porte.

Quant aux manifestations de survie et de renaissance des paganismes germano-scandinaves, celtiques et slaves, il ne faut pas les ignorer. Ils font partie d’une mystérieuse quête des racines dont nous ne connaissons pas l’aboutissement. C’est cela aussi, l’archéofuturisme.

21:46 Publié dans Analyses, Entretiens, Guillaume Faye, Histoire, Religion | Lien permanent | Commentaires (5) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/10/2013

Guillaume Faye et l'Europe unie (4)

280px-Europe_(orthographic_projection)_svg.pngGuillaume Faye est le théoricien le plus représentatif de l'européisme identitaire, à savoir que l'Europe est sa patrie, et pas une simple construction politique ou économique. Auteur du Nouveau discours à la Nation Européenne (nouvelle édition en 1999), et de nombreux autres ouvrages dédiés à la défense de notre civilisation, son dernier étant Mon Programme, écrit pour enrichir le débat au moment des élections présidentielles de 2012. Il répond aux questions du blog LBTF.

LBTF: Bonjour Guillaume Faye. En 1999, vous ressortiez votre « Nouveau discours à la nation européenne », et en 2012 « Mon programme ». En 1999, vous affirmiez que « l’Union Européenne (…) est la mise en œuvre du projet d’union des cités grecques ». En 2012, dans le cadre de la campagne électorale, en revanche, vous déclarez ne plus défendre « la thèse des Etats-Unis d’Europe ». Qu’est-ce qui a changé, selon vous ?

Guillaume FAYE: Ce qui a changé, c'est l'histoire. L'idée d'union européenne a été dévoyée de l'intérieur. Mais ce n'est pas une raison pour l'abandonner. Quand vous aimez une femme et qu'elle vous trompe, ce n'est pas forcément une bonne raison pour cesser de l'aimer et de la détester. Pour l'instant, les États–Unis d'Europe doivent être mis entre parenthèses provisoires. Ce n'est pas néanmoins un argument pertinent pour être souverainiste. J'ai conscience qu'étant profondément machiavélien (au vrai sens du terme et non pas vulgaire), ma position peut poser problème.

LBTF: Dans « Mon programme », au chapitre sur la France et l’Europe, vous émettez des propositions que pourraient soutenir les souverainistes, avec un « conseil des gouvernements de l’Union », l’abolition du parlement européen, l’abrogation des accords de Schengen, même si vous prônez le maintien de l’€uro, avec exclusion des Etats surendettés, ce qui les amènerait objectivement à la ruine. Vous-êtes-vous converti au souverainisme ou est-ce simplement que, le cadre choisi par l’ouvrage, se plaçant dans une logique nationale, en lien avec les élections présidentielles, amène nécessairement à restaurer la « souveraineté nationale », en attendant une (éventuelle) souveraineté européenne ?

GF: La véritable Union européenne, de puissance, ne pourra se construire qu'autour d'institutions lisibles et simples. Nous sommes actuellement dans une situation ingérable, bureaucratique. Sans vrai fédérateur. L'essentiel est l'Idée Européenne qui, comme je l'ai répété est d'abord ethnique avant d'être économique, institutionnelle ou administrative. On a mis la charrue avant les boeufs. Le sentiment détermine les institutions et non l'inverse. Les Cités grecques ne se sont unies que face à un ennemi commun. En réalité, il faudrait la naissance d'un souverainisme européen. Mais il y a loin de la coupe à la bouche. L'idée européenne ne fonctionnera jamais tant qu'elle ne sera pas affectivement présente chez nos peuples. Ou alors, c'est du calcul de technocrates, sans aucune chance de réalisation. L'histoire a pour matière une certaine exaltation. L'Union européenne ne propose aucun idéal mobilisateur, pas plus – voire beaucoup moins, hélas – que les États qui la composent. Ce qui ne veut pas dire que j'abandonne mon idéal central de Nation Européenne (souveraine).

L'idée officielle actuelle d'Union européenne est l'inverse même de celle de Nation européenne. C'est contradictoire, mais c'est le jeu de la dialectique historique. Compliqué, n'est-ce pas ? Les institutions nouvelles que j'ai proposées dans ce livre procèdent du réalisme. Je me méfie de ce paradoxe qu'est le romantisme technocratique. Maintenant, je ne suis pas un gourou, j'ai une analyse variable. Qui peut prétendre avoir raison alors même que nous ne connaissons pas l'avenir et que nous voyons assez mal le présent ? La détermination de Thomas Ferrier pour des États-Unis d'Europe est une position qui doit être poursuivie, tentée. L'essentiel est l'unité de l'Europe, ethniquement, quelle que soit sa forme. Machiavel, suivant Aristote son maître, disait que seul compte le but. Les formes sont toujours assez secondaires.

LBTF: Même si le parlement européen n’a aucun pouvoir, il dispose d’une relative légitimité démocratique, en ce sens où des formations politiques marginales au sein de l’assemblée nationale, en raison d’un mode de scrutin majoritaire, peuvent y être représentées. En ce sens, à l’instar des Etats généraux en 1789, le parlement européen ne peut-il être l’antichambre d’une assemblée européenne constituante par auto-proclamation pour peu que des européistes authentiques y soient majoritaires ou en tout cas une forte minorité mobilisatrice (30% des députés par exemple) ? Une institution n’est-elle pas en mesure de s’émanciper et de prendre le pouvoir, malgré ses traités fondateurs ?

GF: Cette remarque est théoriquement vraie mais pratiquement problématique. Les institutions européennes ne sont pas démocratiques puisque la Commission viole en permanence les traités en passant du rôle d'exécution à celui d'ordonnancement. Le Parlement européen ressemble à une chambre d'enregistrement napoléonide. Bien sûr, une révolution serait possible. Le problème est que le Parlement européen n'est qu'une coquille vide. L'idée d'une assemblée européenne constituante et révolutionnaire ? Pourquoi pas ? Piste à suivre. Mais ce genre de situation ne sera possible que dans un contexte de crise très grave.

Il faudrait étudier sérieusement la possibilité juridique d'une révolte parlementaire européenne. L'idée est intéressante, on ne peut que la souhaiter même si l'on en doute. L'idée est brillante mais elle se heurte à la pesanteur d'une opinion publique matraquée et d'élites médiocres. Cela dit, en cas de crise très grave, une prise de conscience européenne globale est possible. Le recours au Parlement européen serait intéressant. Qui sait ? Dans les situations tragiques, l'ordre juridique et institutionnel connaît une distorsion bien connue des historiens. Voir à ce propos la remarquable biographie de Pompée par Éric Thessier (Perrin). Le Parlement européen pourrait-il devenir une instance révolutionnaire ? Dans l'histoire romaine (où le Sénat fut nul) comme dans d'autres, c'est un Princeps qui rétablit l'ordre de marche.

LBTF: En 1999, vous prôniez la subversion de l’Union Européenne et non la confrontation avec elle, « montons dans l’avion européen et jouons aux pirates de l’air, en montant en douce, puis braquons le pilote ». En 2012, vous évoquez l’idée que la France « fasse chanter » l’Union Européenne pour exiger d’elle une refonte totale.

GF: C'est vrai. Mais le problème, c'est que, tragiquement, l'avion européen n'a pas de réacteurs (contrairement à ce que j'avais cru) et ne peut même pas décoller. On ne s'amuse pas à braquer un avion au sol. En réalité, l'Union européenne est un être politique virtuel. Contrairement aux souverainistes français, je ne ne me réjouis pas de l'impuissance de l'UE. Celle de l'État français est la même. Le mal est global. Bien sûr, j'ai prôné une refonte totale de l'UE. Dans un sens machiavélien : reculer en apparence pour avancer en réalité. Il faut refonder complètement les institutions de l'UE, selon mes principes. Pour renforcer l'Europe.

LBTF: Demeurez-vous un européiste qui attend que la flamme de la foi en l’Europe se réveille ? Ou avez-vous abandonné l’espoir d’une révolution européenne, d’une république européenne ?

GF: Mon espoir est évidemment celui d'une nation européenne globale. Tout mon courant de pensée a toujours été celui du nationalisme européen, respectueux de tous les autres.

27/10/2013

Guillaume Faye et Dominique Venner (2)

233153Venner.pngNous continuons la publication thématique de notre entretien avec Guillaume FAYE. Cette fois, nous abordons la figure de Dominique VENNER, fondateur d'un mouvement européiste dans les années 60, et qui s'est donné la mort il y a quelques mois pour inviter les Européens à sortir de leur dormition mortifère.
 
---
 
LBTF: Le mardi 21 mai dernier vers 14h40, sur l’autel même de la cathédrale Notre-Dame de Paris, l’historien Dominique Venner, auteur notamment du Cœur Rebelle (autobiographie), d’une biographie d’Ernst Jünger, de "Histoire des Européens. 35.000 ans d’identité", "le Siècle de 1914", "Le choc de l’Histoire", liste non exhaustive… et aussi directeur de la revue la Nouvelle revue d’Histoire, a mis fin à ses jours.

Guillaume FAYE: Cette nouvelle fut pour moi un choc. Immédiatement, la comparaison avec la mort volontaire de Mishima, nationaliste japonais, m’est venue à l’esprit. Tout d’abord, en s’immolant à Notre-Dame, Venner a signifié que ce sanctuaire chrétien, il se le réappropriait comme païen. S’immoler sur un autel chrétien comme s’il était un réceptacle de sang à la mode capitoline ou delphique, c’est une première dans l’ Histoire. Venner a voulu frapper de stupeur ses contemporains par son geste. Dans un premier temps, je me suis dit : « quel dommage ! » Venner a décidé de conclure sa vie par sa propre volonté, d’organiser la ”chute”, comme disent les scénaristes et les dramaturges. Ne pas laisser sa mort entre les mains du destin, mais la vouloir. Choisir sa fin et lui donner un sens. L’éthique romaine de Regulus dans sa sombre splendeur. Fiat mors tibi. Ta mort n’appartient qu’à toi, même les dieux n’en décident pas, car le païen est un homme libre. L’inverse absolu du païen étant l’adepte de l’islam, c’est-à-dire de la soumission.

LBTF: Que vous inspire l’homme, son œuvre, ses idées, et quel est selon vous le meilleur enseignement qu’il faut en tirer ?
 
Guillaume FAYE: J’ai écrit un long texte sur cette question ainsi qu’un hommage funèbre à Venner, « La mort d’un Romain » que j’ai envoyé à Roland Hélie qui l’a diffusé sur Internet. Je vous y renvoie. Venner est celui qui m’a fait entrer en 1970 dans le milieu identitaire de la résistance européenne, pour employer une appellation peu courante. Je n’en dirai pas plus. Sur son œuvre et ses idées, il semble qu’il avait décidé d'aborder les choses sous un angle historique et détourné et non pas polémique et politiquement direct, contrairement à sa stratégie de jeunesse. Néanmoins son message testamentaire et funéraire est très clair quand on le lit honnêtement : Venner s’insurgeait d’abord contre la destruction de l’identité ethnique des Européens. Et il essayait aussi de résoudre ses propres contradictions.

LBTF: Considérez-vous que son geste, doit être perçu comme étant un acte désespéré, ou un acte politique ? Ou les deux ?

Guillaume FAYE: Il est très difficile de se mettre dans la peau d’un homme qui se donne la mort. Il y a forcément un mélange de motivations intimes et de raisons ”extérieures”. Néanmoins, on peut donner à son désespoir (dont les causes sont complexes) un sens politique. Par là, Venner a très exactement suivi Mishima. Mais il est impudique et ignoble d’interpréter ou pis, de salir un tel geste, comme l’ont fait les Femen. Le suicide est un mystère. Dans les religions du Salut (où le suicide est peccamineux) le martyre remplace le suicide. Mais c’est un autre débat. Dans l’islam, le martyre, sous forme d’une immolation qui tue les ennemis (p.ex. attentats terroristes) trahit une mentalité de paranoïa perverse, liée à une pathologie mentale.

LBTF: Pensez-vous qu’il puisse réellement servir à « réveiller les consciences », vœu qu’il avait formulé dans le dernier éditorial de son blog ? Qu’il peut réellement avoir un impact, et disons-le « changer les choses » ? Croyez-vous réellement qu’il peut déboucher sur une refondation politique concrète, à l’instar par exemple de l’immolation de Ian Palach en 1968 ?
 
Guillaume FAYE: C’est une possibilité. La mort sacrificielle a, depuis le néolithique, chez presque tous les peuples, une signification lourde. Même si notre époque tente, en vain, d’évacuer cette dimension. Le suicide de Dominique Venner au chœur de Notre-Dame fera date et n’est pas destiné à être un ”événement” englouti par l’actualité comme une défaite du PSG face à l’OM. Un mythe va se créer, en forme d’exemple, autour de cette mort volontaire. Mais il faudra un certain temps. Venner n’a tué personne en se tuant, il ne s’est pas fait exploser avec une ceinture de dynamite. Il a interrompu sa vie, et il a mis son plongeon dans la mort au service d’un message. Il a suivi très exactement les traces de Yukio Mishima. Maintenant, ce que je viens de vous dire n’est pas une certitude. Chacun suit sa voie. Personnellement, l’idée du suicide ne m’a jamais effleuré comme moyen de faire passer un message. Tout simplement parce que la mort interrompt la délivrance du message. À moins de penser qu’on ait tout dit...

LBTF: Ou bien en regardant tout ce qui s’est passé (ou plutôt rien passé) depuis dans « la mouvance nationale » au sens large, ne partagez-vous pas le constat formulé par certains, où il ressort un certain cynisme désabusé (Pensons à un récent éditorial de Philippe Randa, reprenant les constats de Nicolas Gauthier et Alain Soral), pour ne pas dire le nihilisme que dénonçait Nietzsche ? En d’autres termes, ce suicide maintenant oublié des media une semaine après alors qu’on est à quasiment J+ 4 mois, a-t-il réellement « servi à quelque chose » ?
 
Guillaume FAYE: Encore une fois, les commentaires de Randa, de Gauthier et de Soral sont hors-sujet, trop liés à l’actualisme. Les médias importent peu. La mort volontaire de Venner est un fait transmédiatique, qui restera dans les mémoires. La « mouvance nationale » actuelle n’est pas le réceptacle adéquat. Venner a voulu donner à son geste tragique une dimension historique et non pas médiatique et immédiate. Il ne s’adressait pas à ses amis, à ses proches, à la ”mouvance”, dite d’extrême-droite. Il s’adressait à son peuple, c’est-à-dire aux Européens, et son message portait essentiellement sur la préservation de l’identité ethnique actuellement menacée.

Guillaume Faye et la gouvernance "française" (1)

guillaume faye,politique française,europe,françois hollande,front nationalLe politiste engagé Guillaume FAYE, partisan de l'Europe comme nation, comme le rappelle l'intitulé d'un de ses anciens ouvrages, "Nouveau discours à la nation européenne", a accepté notre invitation à évoquer sa conception du monde à partir des questions thématiques que nous lui avons posées. Chaque jour, Le Blog Thomas FERRIER publiera ses réponses. Vous pouvez également retrouver ses analyses sur son propre blog, www.gfaye.com . Je précise à toutes fins utiles que les propos de Guillaume Faye ne réflètent pas nécessairement les positions de notre blog.

Nous ouvrons le bal par le thème de la politique française et notamment de la présidence "Hollande".

---

LBTF: Juste quelques mots sur ce que vous inspire l’actualité politique du moment : affaire Cahuzac, bilan de François Hollande, « mariage pour tous », baisse programmée des allocations familiales, taxation future et probable des Smartphones et plus généralement de tout appareil connecté, laxisme judiciaire, affaire du « mur des cons », affaire du RER de Grigny, émeutes à Trappes, Colombes, Stockholm, agression islamique d’un militaire à Londres, Paris, situation de guerre civile à Marseille, affaire Méric, affaire Vikernes, affaire syrienne (faut-il intervenir ou pas ? Intérêt ou pas pour l’Europe ?)…

Guillaume FAYE: Pour tous ces commentaires politiques, vous voyez mon blog, J’ai Tout Compris ou gfaye.com Le gouvernement socialiste mène sa politique catastrophique dans la plus parfaite inconscience. C’est l’idéologie qui dirige, mêlée aux calculs politiciens classiques, à l’improvisation, etc. L’affaire Cahuzac est très amusante et reflète les terrifiantes contradictions de la gauche et de ce pays : voilà donc un ministre chargé de taxer et d’assommer fiscalement ses concitoyens qui, lui-même, fraude le fisc qu’il estime (d’ailleurs à juste titre) confiscatoire et racketteur. C’est l’arroseur arrosé, le gendarme-voleur. L’État le savait et l’a protégé en vain. La commission parlementaire d’enquête, entièrement truquée par le PS, a essayé de limiter les dégâts.

Mariage pour tous ? Ça fait plus de dix ans que j’avais dit que ça arriverait inéluctablement. C’est un symptôme, il faut s’attaquer aux causes. Sur l’insécurité et la criminalité (dues au mélange détonnant d’immigration incontrôlée et de laxisme judiciaire) nous allons monter vers des niveaux stratosphériques. Comme je l’ai souvent dit, nous nous dirigeons (pas seulement en France) vers soit une rupture, aux conséquences révolutionnaires, soit une mort tiède (Warmtod, concept éthologique lorenzien) , un effondrement mou. Il ne faut pas exclure , sous des formes imprévisibles, la révolte populaire massive des Européens de souche. Un phénomène viral, épidémique, transpolitique, qui ne toucherait pas que la France mais pourra se répandre comme une nuée ardente, au ras du sol, dans l’Union européenne. L’Histoire est ouverte, l’avenir est détectable mais non pas prévisible, l’impensable peut se produire. Mais l’Histoire, quand elle déchaine ses vagues, « n’épargne pas le sang », comme disait Jules César.

LBTF: En règle générale, comment voyez-vous le fonctionnement de l’actuelle présidence ?

Guillaume FAYE: François Hollande n’est pas à la hauteur d’un chef d’État, encore moins que ses prédécesseurs. Le dernier homme à la hauteur fut Pompidou. Pourquoi cette situation ? La cause est sociologique. Les élites, les vraies, se détournent de la carrière politique. Elles se destinent à la carrière économique (y compris à l’étranger). Les élus, le personnel des cabinets ministériels, les ministres sont d’un niveau plutôt en dessous de la moyenne requise par la fonction. Le plus étonnant, c’est au gouvernement, dont les membres (surtout les femmes) sont nommées au regard de critères (y compris la ”diversité”) qui n’ont rien à voir avec la compétence. Mme Duflot, Mme Taubira, Mme Touraine, Mme Filipetti, Mme Belkacem etc. sont des militantes, des idéologues, mais toutes atteintes par le principe de Peter : dépassement du niveau de compétence (c’était la même chose avec Rama Yade, un vrai gag ambulant). Ce n’est pas nouveau : un Kouchner aux Affaires étrangères était aussi inapte qu’un Douste-Blazy ou aujourd’hui que le prétentieux Fabius (rien à voir avec Hubert Védrine). Bref, pas de pros ou trop peu. La sphère politicienne souffre globalement d’un manque de niveau. Autant que d’une absence de vision, d’intuition et de bon sens.

Second élément, très grave aussi : la pollution de la classe politique, droite et gauche, par les briques idéologiques de la vulgate mortifère que nous connaissons bien., notamment sur la question de la préservation de l’identité ethnique européenne. En rupture avec les sentiments intuitifs d’un peuple de souche, invisible et sans droit à la parole.

LBTF: Par son côté « inamovible », par l’autisme dont semble faire preuve le Président de la République vis-à-vis d’un mécontentement croissant, illustré par une côte de popularité au plus bas, ne peut-on pas y voir là une certaine dérive monarchique, spécifique à la France, a contrario par exemple des Etats-Unis, où il existe, gravé dans le marbre constitutionnel et juridique, une procédure pouvant destituer le Président de ses fonctions (impeachment).

Guillaume FAYE: Le problème n’est pas tant constitutionnel que relevant du ”peuple français” lui-même, qui est très pusillanime. On mérite ceux qu’on élit. La France est une république monarchique, la Grande Bretagne, une monarchie républicaine. Cela dit, deux rois de France sur trois n’étaient pas à la hauteur, pas plus qu’un Princeps Augustus romain ( on traduit faussement pas ”Empereur”) sur deux. Le problème réside plus dans la solidité de la société civile et de la congruence du corps social autour de la Nation. Aux USA, la destitution est exceptionnelle. En France, elle est remplacée par la cohabitation : le Chef de l’État, le PR, rendu impuissant par une majorité parlementaire hostile. Si, après l’élection de M. Hollande, l’électorat avait élu une majorité non-socialiste au Palais Bourbon, M. Hollande n’aurait pas pu appliquer son programme. Il aurait passé ses journées à l’Élysée, à tourner en rond.

LBTF: Enfin plus généralement que vous inspire l’observation de l’actuelle classe politique, de l’extrême-gauche, au FN inclus, quand bien même ce dernier semble bénéficier d’une certaine notoriété médiatique plus importante qu’auparavant, notamment sous l’impulsion de Marine Le Pen et de l’énarque techno-souverainiste et ancien chevènementiste Florian Phillippot ? Que vous inspire le ralliement officiel du géopoliticien Aymeric Chauprade au FN, lui qui dans la Nouvelle Revue d'Histoire n°22 proposait comme solution au problème migratoire, le fait de « repasser le film à l’envers » ?

Guillaume FAYE: Les réponses à ces questions sont largement exprimées dans mon blog J’ai Tout Compris. Le FN recueille des voix non-politiques, protestataires. Sa critique des actuelles institutions européennes est exacte, mais la vision de l’Europe qu’il en tire est erronée. D’ailleurs, (contradiction) le FN a prospéré sur les élections européennes tout en étant anti-européiste. Passons. Le vote FN est essentiellement motivé par les problèmes d’immigration massive, d’islamisation et d’insécurité, toutes choses liées. Les positions du FN sur l’économie et le social sont erratiques et irréalistes. Le FN occupe une position symbolique dans la dramaturgie politique française mais pas encore gouvernementale. Il y a une forme de jacquerie dans le vote FN.

Concernant la question européenne, le FN rejette en bloc l’UE et l’Euro, parfois pour de bonnes raisons critiques. Cependant, les solutions du FN sont techniquement inappropriées. Sortir de l’€uro, c’est 40% d’inflation pour le Franc de retour et la fonte des neiges pour toutes les épargnes. La cata. Il vaut mieux modifier la structure du navire Europe en construction que de le couler. Encore une fois, l’idée européenne est la bonne mais les institutions européennes doivent être corrigées, comme l’idéologie qui les anime. La question centrale est d’ailleurs l’idéologie : une France souverainiste sans UE avec l’idéologie actuelle, il n’y aurait aucune différence. Le poison, ce n’est pas l’UE ou Bruxelles, c’est la mentalité générale qui nous corrompt. Elle est présente au cœur de toutes les élites de chacun de nos pays. Le problème, ce n’est pas l’UE, pas Bruxelles, pas le souverainisme, c’est l’idéologie dominante : le renoncement à l’identité ethnique et culturelle. L’ennemi, ce n’est pas l’ « Europe », c’est une pathologie mentale. Et, si une révolution surgit, une révolte, elle ne pourra être qu’européenne, c’est à dire épidémique – avec la Russie en arrière cour, derrière le décor.

Concernant Aymeric Chauprade et sa remarque que vous citez, je dirais que le problème migratoire a atteint un point de non-retour en Europe. Exactement comme un processus thérapeutique qui doit passer des médicaments à l’intervention chirurgicale. Pour résoudre ce problème, il faudra instaurer des protocoles douloureux. Inverser la tendance, repasser le film à l’envers, effectivement, C’est un processus révolutionnaire, qui relèvera d’une polémologie lourde. Je n’en dirai pas plus.

03/09/2013

L'Europe selon Jacques Cordonnier

ada20ans.pngLe blog Thomas Ferrier reprend ses entretiens sur l'Europe. Aujourd'hui, Jacques Cordonnier, président du mouvement régionaliste Alsace d'Abord, et européen de coeur et d'esprit depuis toujours. Il nous a fait l'honneur de répondre à nos questions avec sa franchise habituelle.

LBTF: Jacques Cordonnier, bonjour !

Jacques Cordonnier: bonjour !

LBTF: Région, Nation, Europe ? Y a-t-il selon vous un mot de trop dans ce triptyque ?

JC: Les appartenances à une région, à une nation et à l’Europe sont les trois composantes du sentiment identitaire de chaque Européen. L’importance relative de chacun de ces liens – région, nation, Europe - est variable selon les individus, mais que nous le voulions ou non, nous sommes tous déterminés par cette triple appartenance.

LBTF: L’Alsace de par son histoire est une terre d’Europe par excellence. Comment expliquez-vous que l’européanisme naturel de l’électeur alsacien l’amène paradoxalement à soutenir dans une proportion non négligeable un parti europhobe comme le Front National ?

JC: Les résultats électoraux en Alsace, lors des différents scrutins depuis plusieurs décennies, peuvent sembler paradoxaux. Mais le paradoxe n’est qu’apparent. Lors du référendum sur le traité de Maastricht en 1992, comme au référendum sur le traité constitutionnel en 2005, c’est l’Alsace qui, de toutes les régions françaises, a donné au « Oui » ses meilleurs scores. Et au moment des élections présidentielles, c’est aussi l’Alsace qui vote dans des proportions importantes en faveur du Front National.

Comment s’expliquent ces paradoxes ? Eh bien, tout simplement les électeurs alsaciens font la part des choses entre les différents scrutins, et savent hiérarchiser leurs critères de choix. Pour les élections présidentielles, ils mettent en tête de ces critères la question de l’immigration. Quand ils sont interrogés sur l’avenir de l’Europe, ils font sans barguigner le choix de la construction européenne. Il y a en réalité une grande cohérence dans ces résultats électoraux : les Alsaciens sont favorables à l’Europe européenne et hostiles à l’immigration non-européenne.

LBTF: Une vague d’euroscepticisme semble s’abattre sur l’Europe. Pour ceux qui ont foi comme nous en l’Europe et en son unité, qu’est-ce qui peut maintenir la flamme ?

JC: Les effets de la crise financière et économique ont, depuis 2008, amplifié la méfiance de nombreux européens vis-à-vis de l’Europe. Les dirigeants politiques, même pro-européens, en portent une grande part de responsabilité, car ils ont toujours tenu un discours ambigu auprès de leurs électeurs, imputant aux institutions européennes les conséquences de leurs propres insuffisances.

Mais en même temps, les Français comme les autres Européens prennent de plus en plus conscience que les menaces et les tensions qui se développent à l ‘échelle de la planète ne peuvent pas trouver de réponse à l’échelle d’un pays. La montée en puissance de la Chine, la responsabilité des États-Unis dans les dérèglements de la finance mondiale, la dépendance énergétique de l’Europe, l’augmentation continue de l’immigration non européenne sont au cœur de problématiques qui dépassent largement l’échelle de la France seule. Les récentes révélations de l’espionnage des institutions européennes par les agences américaines de renseignement illustrent bien à quel niveau se déroulent les conflits et à quel niveau doit être organisée la riposte.

LBTF: Comment résister ? Entre ceux qui usurpent l’idée d’Europe, la réduisant à n’être qu’une province du « système-monde », et ceux qui profitent des défauts graves de l’UE actuelle pour enterrer l’idée européenne avec le parlement de Strasbourg, nous sommes cernés par des aveugles.

JC: Les souverainistes ne cessent de dénoncer l’Europe de Bruxelles comme une Europe fédérale. Ceci est totalement trompeur. Par sa tendance à s’attribuer autoritairement toutes les compétences, l’Europe de Bruxelles se construit au contraire sur un modèle très largement jacobin. La subsidiarité si souvent invoquée n’est plus qu’un concept inappliqué. Loin d’être fédérale, l’Europe est aujourd’hui jacobine à l’extrême, puisqu’elle conjugue tous les défauts des systèmes ultra-centralisés : autoritarisme, opacité et pouvoir parlementaire inexistant.

À l’autre bout de l’échelle, il y a les nombreux europhiles d’incantation. Ces partisans de l’Europe économique ont favorisé la dérive libérale des institutions. Loin de préparer l’avènement d’une Europe politique, l’hypertrophie de l’économie a entraîné la dépolitisation et la consécration du pouvoir des experts. L’Europe se retrouve aujourd’hui chahutée dans le mouvement brownien d’une mondialisation débridée, à la grande satisfaction d’un certain nombre de commissaires européens.

Entre les souverainistes et les europhiles de la finance - les aveugles - il y a ceux qui voient, ceux qui préconisent et réclament la réforme des institutions européennes pour relancer et vivifier le projet européen. La relance de l’Europe politique est la seule réponse aux effets désastreux de la mondialisation poussée à l’excès.


LBTF: L’Europe de vos rêves, ou de vos espoirs, c’est quoi ? Une Europe fédérale ?

JC: Le bon chemin vers l’union politique de l’Europe, c’est la voie fédérale qui seule permet de construire un ensemble politiquement cohérent, souverain, tout en respectant les différences et les spécificités des peuples. La question de la souveraineté est la question fondamentale et il faut méditer cet étrange paradoxe : tout ce que les États membres de l’Union ont perdu en souveraineté n’a pas profité à l’Europe ; celle-ci n’est pas devenue plus souveraine pour autant. On aurait pu espérer que le Parlement européen s’empare instantanément de chaque parcelle de souveraineté abandonnée par les États. Malheureusement, les choses ne se sont pas passées comme cela. Le Parlement européen, seule instance théoriquement détentrice de la souveraineté populaire, s’est privé à la fois de son pouvoir normatif et de son pouvoir de contrôle. Le Parlement européen n’est aujourd’hui qu’une chambre d’enregistrement pilotée par les chefs des partis nationaux.

LBTF: Que vous inspire l’idée de « nation européenne » au singulier, à partir du moment où elle est bâtie sur de saines bases et respecte les identités régionales ?

JC: L’Europe en réalité n’a pas pour but d’effacer les nations, mais de les dépasser, en séparant la nation de l’État. Les nations sont des réalités historiques qui doivent être prises en compte dans une optique marquée par l’application systématique du principe de subsidiarité, au même titre que les régions et les territoires articulés autour des grandes métropoles. Sublimer les nations européennes en une nation européenne est le projet auquel nous devons nous attacher. Il faudra remplacer la démagogie par la pédagogie et expliquer aux peuples que la marche vers l’intégration politique implique que les États membres consentent à des abandons de souveraineté, par le haut en faveur de l’Europe, et par le bas en faveur des régions.

L’actualité à propos du conflit syrien a mis en lumière l’incapacité de la France à agir seule et l’alignement de son gouvernement sur celui-des États-Unis. Ceci démontre à quel point la souveraineté de la France seule est limitée, stérile et inopérante. Et c’est cela que les partis nationalistes veulent préserver ? Dérisoire ! Une Europe unie aurait assurément mieux défendu les intérêts des Européens.

LBTF: Dominique Venner affirmait que l’Europe souffrait de l’absence d’une religion identitaire. Pensez-vous que le paganisme puisse être l’une des voies d’un renouveau spirituel de l’Europe ?

JC: Je ne le pense pas, pour la simple raison que le paganisme n’existe plus. Pour qu’une religion prospère, il lui faut des adeptes et des prêtres. On constate d’ailleurs que les Européens s’éloignent de plus en plus de leur foi, quelle que soit leur religion, l’islam mis à part. Les gens deviennent agnostiques. Le redressement de l’Europe ne viendra pas de la religion, mais de la politique.

LBTF: Que répondez-vous à ceux qui prônent la mort de l’Union Européenne ?

JC: Ceux qui prônent la mort de l’Union sont à classer dans la même catégorie que ceux qui prônent la sortie de l’Union. Même s’ils sont plus nombreux qu’il y a dix ans, ils sont encore minoritaires. En France, en additionnant les électeurs du Front de gauche, de Debout la République et du Front national, on est en dessous de 30 %. Et encore, il reste à vérifier si tous ces gens-là sont vraiment pour la fin de l’Union. Un sondage récent a montré que plus de 50 % des électeurs FN souhaitaient que la France reste dans la zone Euro. Mais il demeure que, même minoritaires, ces europhobes peuvent s’avérer dangereux car ils font peur aux responsables politiques qui guignent leurs voix aux élections.

Le meilleur argument à opposer aux europhobes, c’est la perspective d’une réforme en profondeur des institutions de l’Europe. La première institution à réformer, c’est bien sûr la Commission de Bruxelles. On ferait un grand pas en avant en décidant que le président de la Commission soit élu au suffrage universel et non plus choisi par les chefs de gouvernement selon le critère de la moindre compétence. Il faudra aussi modifier le mode de désignation des membres de la Commission. C’est à raison, malheureusement, que les nationalistes de tous pays leur reprochent leur manque de légitimité. Réformons, transformons la Commission européenne, mais de grâce, ne tirons pas prétexte de ses défauts pour sortir de l’Union européenne.

LBTF: Quel est le principal défaut et la principale qualité selon vous de l’€uro ?

JC: La grande qualité de l’Euro, monnaie de l’Europe, est d’être le premier attribut de sa souveraineté et l’outil indispensable de son retour à la croissance et à la puissance. Pour s’en convaincre, il suffit de voir tous les efforts que déploient les États-Unis pour l’affaiblir. Le grand défaut de l’Euro, est de ne pas avoir été crée par des politiques, mais par des experts et des techniciens de la finance. Un défaut en entraînant un autre, les politiques ont été appelés à la rescousse pour accueillir dans la zone Euro des pays qui n’étaient pas prêts à l’intégrer. La zone Euro est un ensemble qui n’a pas trouvé sa cohérence et dont la gouvernance est encore fortement marquée par l’opacité. Il faut réformer les institutions, changer les gouvernants, mais en aucun cas abandonner l’Euro.

LBTF: L’Europe est-elle condamnée à un long déclin et à la division perpétuelle, comme la Grèce et ses cités au IVème siècle ?

JC: Le déclin de l’Europe, entamé au début du XXème siècle, n’est pas une fatalité. Les pères de l’Europe qui se sont attelés à sa reconstruction après la dernière guerre ont fait de mauvais choix qui nous ont fait perdre plusieurs décennies : être partis du commerce et de l’économie au lieu de la politique et de la culture, n’avoir jamais statué sur les frontières et la finalité de l’Europe, avoir construit une Europe sans les peuples et même parfois contre les peuples. Aujourd’hui, les Européens entrevoient confusément les raisons pour lesquelles nous sommes dans l’impasse.

Les europhiles sincères ne peuvent se contenter d’incantations sur l’Europe idéale et rejeter en bloc ce qui existe aujourd’hui. Il faut changer les hommes. Ce ne sont pas les institutions seules qui sont en cause, mais bien les hommes et les femmes qui y siègent et qui prennent des décisions en notre nom.

Il faut que l’Union européenne soit pensée et animée par des politiques. L’exécutif bruxellois ne gouverne pas, il se contente de gérer. José-Manuel Barroso, l’actuel président de la Commission, navigue à vue, sans aucune vision à long terme. Quant au Parlement européen, il faudra qu’un nouveau Traité lui donne le pouvoir de légiférer et de contrôler.

De l’Union européenne à l’Europe unie, le chemin est long et difficile. La période chaotique que traverse l’Europe aujourd’hui est la phase de prise de conscience. Les Européens sont en train de réaliser que leur avenir n’est pas dans le métissage planifié, la soumission au pouvoir des financiers, l’alignement sur les Américains. Les Européens doivent réapprendre à rêver de grandeur et d’indépendance.

LBTF: Jacques Cordonnier, je vous remercie. C'est dans l'unité d'action que les vrais Européens triompheront ensemble de l'adversité.

23:05 Publié dans Analyses, Entretiens, Institutions européennes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/06/2013

FIGURES EUROPEISTES: GERARD DUSSOUY (2/2)

gérard dussouy,thomas ferrier,européisme identitaire,nation européenne[IDEOLOGIE EUROPEENNE]

LBTF: Les Etats « nationaux » ne sont-ils pas devenus aujourd’hui les geôliers des peuples ?

GD: La formule est raide. Mais, elle est juste dans la mesure où les Etats « nationaux » sont impuissants, chacun séparément, face aux forces du marché planétaire et qu’ils sont devenus les « relais » des instances mondiales (OMC, FMI), dont ils s’efforcent de faire appliquer les consignes. Ils sont incapables de promouvoir une politique alternative.

LBTF: Le souverainisme est à la mode. Qu’est-ce qui explique son (relatif) succès ? Le fétichisme « national » est-il une solution à la crise ?

GD: Face à la crise et aux multiples difficultés qui s’accumulent, et en raison de l’incapacité de l’UE de remplir sa mission (assurer la prospérité des Européens), le reflexe naturel de tous ceux qui sont en manque d’imagination politique est le retour en arrière.

La peur de l’avenir amène les hommes à se raccrocher à ce qu’ils connaissent, c’est à dire à ce qui, dans un contexte dépassé, a contribué à leur sécurité, plutôt qu’à innover.

LBTF: L’euroscepticisme n’est-il pas à terme amené à abandonner toute lutte contre l’immigration non-européenne au profit d’une vision néocoloniale suicidaire ? Le fait que le FN mette la question migratoire en sourdine au profit d’une attaque permanente contre toute idée de construction européenne n’en est-il pas le symbole ?

GD: On a du mal à suivre la politique extérieure de la France aujourd’hui. Faute de vouloir s’impliquer dans la construction européenne (refus systématique de la droite et de la gauche des plans conduisant à la supranationalité), mais incapable, en même temps, d’orienter la politique de l’UE, elle paraît, en effet, se retourner vers son champ de prédilection, l’Afrique. Le seul continent où elle se donne l’impression d’être encore une puissance. Mais pourra-t-elle, seulement, en soutenir le prix ?

Quant au parti extrémiste que vous citez, sa xénophobie anti-européenne et, surtout, sa germanophobie sont telles, qu’il n’est pas surprenant qu’il tienne désormais l’immigration extra-européenne pour un moindre mal. L’irrationnel conduit aux comportements politiques les plus contradictoires et les plus contreproductifs qui soient.

LBTF: Qu’est-ce qui fait selon vous que l’européisme authentique, que vous comme moi défendons, n’arrive pas à se faire entendre ?

GD: Comme je l’ai indiqué plus avant, il part d’une analyse réaliste et rationnelle de la réalité qui met en cause les préjugés nationaux, d’un côté, et les idéologies universalistes (socialistes comme libérales), de l’autre. Il a le plus grand mal à se faire entendre, car il est pris entre deux idéologies dominantes, l’une nationaliste, l’autre mondialiste. Il lui faut faire admettre, par ceux qui veulent bien écouter ses arguments, que le cycle des Etats-nation européens est achevé, d’une part, et que, d’autre part, les théories sur l’unité du genre humain et sur l’émergence d’une société mondiale (qu’elle soit socialiste ou libérale) sont des apories, sources de tous les maux dont nous souffrons et dangereuses pour notre survie.

Cependant, le nouveau contexte historique et le travail d’explication peuvent faire évoluer les choses, parce que les croyances sont contingentes. Les normes et les valeurs émergent et évoluent en fonction d’un processus systémique à la fois écologique (les relations entre les acteurs et leur environnement matériel), social (les relations entre les acteurs) et interne (les caractéristiques propres aux acteurs).

C’est pourquoi, à la lumière des désordres sociaux et sociétaux qui s’installent, et qui ne feront qu’empirer, la possibilité pour les européistes de contribuer à une révolution cognitive, c’est à dire à changer le paradigme ou la vision du monde à partir duquel se structure la société européenne, est réelle.

LBTF: Le parti américain est au pouvoir en Europe, tant au niveau des capitales nationales que de Bruxelles et de Strasbourg. Peut-on espérer triompher de lui, en s’appuyant par exemple sur la Russie ?

GD: Je ne sais pas si l’on peut aborder la question en ces termes. Parce que la problématique européenne se pose moins en termes de rapports internationaux, et de rivalité américano-russe en Europe, qu’en termes de blocs socio-idéologiques, de catégories de population opposées, de conflits potentiels entre classes dirigeantes et peuples, face à des choix de société et de civilisation. Néanmoins, vous avez raison de parler d’un parti américain dans le sens où les gouvernants européens sont incapables de se déterminer sans l ‘aval de Washington, et à plus forte raison de prendre des décisions qui pourraient contrarier les Etats-Unis.

Mais, dans le contexte très chaotique qui va s’installer dans un futur proche, au moins dans une partie du continent, il n’est pas absurde de penser que la construction de l’Europe pourrait se faire, ou plutôt reprendre, non plus d’Ouest en Est, c’est à dire à l’initiative des Occidentaux, dont la conception universaliste du monde aura été rejetée par les peuples en perdition, mais d’Est en Ouest, à l’initiative, ou avec le concours, de la Russie, l’une des dernières puissances européennes en état de marche (avec peut-être la Pologne, l’Allemagne, et certains Etats alpins). Et cela, parce que la Russie aura compris que son intérêt est de s’incruster dans l’Europe, avec laquelle elle partage son avenir, face au reste du monde.

LBTF: Que pensez-vous du principe de « nationalité européenne », reposant sur des critères de convergence et sur le ius sanguinis, qui permettrait ainsi de refonder un principe de citoyenneté qui a été dévoyé par les (anciens) Etats ?

GD: Dans le choix à faire entre le jus soli et le jus sanguinis, qui sont les deux critères à partir desquels la nationalité est acquise selon les différents pays européens, il est clair que le second est le seul à devoir être pris en considération, parce que le seul qui soit pertinent, dans l’attribution de la nationalité européenne.

En effet, et d’une façon générale, on est en droit d’écrire que le jus soli n’a plus de sens dans le monde d’aujourd’hui caractérisé par la mobilité extrême des individus, et rendue si aisée par les moyens de communication. Autant, dans le passé, compte tenu des difficultés à surmonter, on pouvait tenir l’installation d’une personne dans un pays pour un acte de foi dans celui-ci, autant maintenant, le nomadisme des hommes enlève toute valeur morale à ce même comportement, qui ne doit plus rien à la conviction.

Dans un espace où les hommes n’ont plus de repères, où ils peuvent changer de lieu de résidence sans rendre aucun compte, sans remplir la moindre obligation, il est évident que le jus sanguinis est le dernier refuge de la citoyenneté, européenne en l’occurrence.

LBTF: Dans votre ouvrage, vous évoquez la nécessité de disposer d’une langue unitaire, qui ne soit pas l’anglais. Vous proposez le latin. Nous prônons en revanche l’europaiōm ou « européen », qui n’est autre qu’une version modernisée du proto-indo-européen, langue-mère des Européens reconstituée par grammairiens et linguistes depuis deux siècles. Qu’en pensez-vous ?

GD: Au train où vont les choses, l’Europe aura bientôt une langue commune et qui sera l’anglais. Mais un anglais qui n’est plus une langue européenne, et dont on peut se demander s’il appartient encore aux Anglais. Ce qui n’est pas acceptable.

La question est donc de savoir quelle langue commune adopter pour surmonter l’énorme problème de communication que pose le plurilinguisme européen, au demeurant tout à fait légitime et à conserver. C’est pourquoi, j’ai proposé d’en revenir au latin, langue de la civilisation européenne par excellence, et qui fut longtemps pratiquée par toutes les populations éduquées d’Europe, qu’elles fussent d’origine latine, germanique, bretonne ou autre.

Je ne saurais me prononcer sur votre proposition n’étant ni linguiste, ni connaisseur de cette proto langue européenne modernisée. Cependant, le débat est ouvert et on ne peut l’évacuer. A partir de là, elle est à étudier.

LBTF: Si on définit la nation comme le regroupement de ceux de même ascendance, peut-on alors parler de « nation européenne » ? Ne peut-on pas considérer l’Europe comme une nation sans Etat, comme l’Italie d’avant Cavour et l’Allemagne d’avant Bismarck ? Reste alors à la doter de cet Etat, qui ne peut qu’être proche de celui dont vous êtes promoteur.

GD: La nation est une notion moins facile à définir qu’il n’y paraît, et qui peut prêter à bien des confusions. Chez les Romains, la natio a avant tout un sens ethnique. Sous l’Ancien Régime, en France, le terme conserve cette connotation et est assez proche du mot « patrie » (on parle de nation picarde ou de nation bourguignonne). La nation peut donc exister sans Etat. Et on a cet exemple de la nation polonaise qui a survécu à la disparition de son Etat (au 18° siècle), jusqu’à son rétablissement en 1919. Quant aux nations italienne et allemande, elles existaient culturellement de longue date. Mais, il aura fallu le Piémont et la Prusse pour qu’elles soient, chacune respectivement, rassemblées dans une même communauté politique, c’est à dire sous la forme d’un même populus, pour parler comme les Latins. La nation, comme on la connaît aujourd’hui, est donc un fait de puissance.

gérard dussouy,thomas ferrier,européisme identitaire,nation européenneDès lors, par rapport à votre interrogation, on peut considérer qu’il existe bien une « nation européenne » potentielle, en raison des ascendances communes et de l’unité civilisationnelle. Toutefois, jusqu’à aujourd’hui, les différenciations internes l’ont largement emporté. Principalement à cause de l’absence de péril extérieur (les épisodes tels les Champs Catalauniques et Lépante furent bien trop rares et trop éloignés dans le temps pour provoquer une cristallisation de l’Europe). En revanche, les épreuves qui s’annoncent, et dont on sous-estime aujourd’hui la dureté, permettront, peut-être, l’émergence de l’Etat européen en mesure de rassembler, ou de fabriquer au moyen d’une trame fédérale indispensable, la « nation européenne » pluriculturelle préexistante.

[SYMBOLES EUROPEENS]

LBTF: Assumez-vous le drapeau de l’Union Européenne ? Ne pensez-vous pas qu’un drapeau qu’on ne brandit pas perd de sa force ?

GD: Pourquoi pas ? Mais il faut reconnaître qu’il est bien fade, et qu’il ne symbolise en rien l’Europe. Il pourrait être celui d’un club sportif. De toutes les façons, un drapeau ne vaut que par les sacrifices qui ont été faits en son nom.

LBTF: L’hymne européen dans sa version actuelle n’est pas chanté. Ne pourrait-on pas par exemple chanter son premier couplet, dans sa version originale ?

GD: J’avoue mal le connaître, et je n’ai pas d’opinion à ce sujet.

LBTF: Faut-il mentionner les « racines chrétiennes » de l’Europe dans des textes fondateurs ?

GD: Je ne le pense pas, bien que l’héritage chrétien ne soit pas contestable. Mais un Etat n’a aucune raison de se revendiquer d’une religion, même si les Américains ou les Arabes le font. A moins qu’il n’entende l’instrumentaliser.

LBTF: L’absence de « religion identitaire » pour les Européens, que déplorait Dominique Venner dans « Le choc de l’histoire », le christianisme étant une religion à vocation universelle, est-elle selon vous un problème ?

GD: Comme agnostique, l’idée de religion n’emporte pas mon adhésion. La déchristianisation de l’Europe ne serait pas un mal en soi, à mes yeux, si ce n’était qu’elle laisse le champ libre à une religion plus infantilisante et plus aliénante encore, l’Islam. Et, s’il a fallu lutter pendant plusieurs siècles pour laïciser les sociétés européennes, sans malheureusement se débarrasser de toutes ses scories universalistes, ce n’est pas pour succomber maintenant à cet obscurantisme là.

Le seul culte que j’admets est celui des ancêtres parce qu’il nous indique d’où l’on vient, et qu’il nous permet de rester en prise avec nos origines, qu’il est une façon de respecter les sacrifices accomplis, et qu’il désigne à notre postérité une route à suivre, par delà les errements individualistes souvent misérables.

LBTF: Gérard DUSSOUY, je vous remercie.

GD: C’est moi qui vous remercie, Thomas Ferrier, de m’avoir donné l’occasion de répondre à un certain nombre de questions essentielles pour ceux qui réfléchissent au devenir de l’Europe et de nos enfants.

ENTRETIEN AVEC GERARD DUSSOUY (PARTIE 2/2)

FIGURES EUROPEISTES: GERARD DUSSOUY (1/2)

 
Europa.jpgGérard DUSSOUY est professeur émérite à l’université de Bordeaux, spécialiste de la géopolitique, et partisan déclaré d’un européisme authentique. Il est l’auteur en 2013 de « Fonder un Etat européen », aux éditions Tatamis.

LBTF: Gérard DUSSOUY, bonjour.
 
GD: Bonjour.

[INSTITUTIONS ET POLITIQUE]

LBTF: Votre ouvrage expose d’une manière extrêmement pédagogique l’enjeu européen. Pourquoi personne n’a-t’il osé aussi explicitement défendre l’Europe politique ?

GD: La politique et la rationalité ne font pas bon ménage. Or, le discours en faveur de l’Europe politique est un discours éminemment réaliste et rationnel qui suppose des efforts intellectuels, une réflexion globale et l’acceptation de mises en cause matérielles et symboliques. On ne peut pas construire une carrière politique dessus. Il va à l’encontre des représentations et des mythes nationaux récurrents, des contes de fée idéologiques (sur le changement social et sur le monde à venir) qui embrouillent les esprits. Mais qui permettent aux hommes politiques d’accéder au pouvoir, et de s’y maintenir le plus longtemps possible, en réfutant la réalité et en misant sur des comportements électoraux conformistes et routiniers.

De fait, les partis traditionnels, de droite et de gauche, ne croient à la possibilité d’une Europe politique, ou ils n’en veulent pas, et ils entretiennent les opinions publiques dans leur scepticisme. Dans cette optique, les médias ont tout intérêt à étouffer le discours européiste, réaliste et rationnel, qui contredit ces derniers, et à donner la parole aux groupements souverainistes qui font dans l’imprécation, mais qui sont sans solution.

Néanmoins, l’efficience d’un discours dépend aussi du contexte dans lequel il est prononcé. On peut penser que celui qui se dessine sera plus favorable à l’Europe politique. Après le figement de la Guerre froide (qui interdisait toute idée d’émancipation de l’Europe) et les illusions du nouvel ordre marchand mondial (dont on commence à peine à prendre la mesure du désastre qu’il entraîne pour les nations européennes), des échéances se profilent qui ne laisseront pas d’autre alternative qu’entre sa réalisation ou le chaos et la misère. Alors, gageons que nécessité et pédagogie combineront leurs effets salutaires.

LBTF: Quand on lit de prétendus « fédéralistes européens » comme Daniel Cohn-Bendit, on a l’impression que l’Europe dont ils parlent est un objet théorique, sans identité, sans racines, sans histoire. Ne sont-ils pas alors les meilleurs alliés des souverainistes.

GD: Les « fédéralistes européens » ne sont pas des européistes, au sens où il s’agit de penser une Europe souveraine et décomplexée, libre de ses choix politiques et sociétaux, mais des mondialistes, des cosmopolites. L’Europe en soi, avec son histoire, sa civilisation, et les intérêts spécifiques de ses peuples ne les intéressent pas. Ils ne voient dans l’Union européenne qu’une zone de libre-échange, préfiguration de ce que doit devenir le monde entier, quitte à ce que les Européens en fassent les frais, compte tenu des disparités considérables qui séparent les différentes sociétés du globe. Dans cette démarche, José Barroso, le président irresponsable de la Commission, n’entend-il pas réaliser avec les Etats-Unis une zone de libre-échange transatlantique dont les attendus iront au-delà des recommandations de l’Organisation Mondiale du Commerce ?

Il tombe sous le sens que les conséquences sociales catastrophiques de la politique économique de l’UE fait des « fédéralistes européens » les alliés objectifs, comme auraient dit les marxistes à une époque, de ceux qui, par désarroi ou par nostalgie, s’énoncent souverainistes, et ne peuvent maîtriser leurs affects.

LBTF: Une erreur majeure des prétendus européistes est de laisser aux souverainistes le « monopole du réel », refusant de prendre en compte la colère, la frustration, l’angoisse des Européens vis-à-vis de phénomènes mondialisés, comme le capitalisme international, l’islamisme ou l’immigration non-européenne. Quel discours devrait-on selon vous opposer aux europhobes ?

Europa2.jpgGD: Le problème ici, est que tous autant qu’ils sont, les « Bruxellois » ou autrement dit la sphère dirigeante de l’UE, d’un côté, et les souverainistes, de l’autre, ont perdu le sens du réel. Les premiers, parce qu’ils courent après leur rêve d’un monde irénique, d’une humanité totalement intégrée et débarrassée de tous les rapports de force. En dépit du fait que leur politique met en péril l’existence même des sociétés et des cultures européennes. Les seconds parce qu’ils ne veulent pas comprendre que le repli national est, face aux dérives et à l’aveuglement de l’UE qu’ils dénoncent à juste à titre, une impasse. Ils n’ont pas pris conscience des changements intervenus dans les rapports de puissance mondiaux. Il faut leur montrer que, par exemple, seul un Etat européen serait capable de mettre à la raison, par les mesures de rétorsion nécessaires et adéquates, les grands financiers ; ou encore, de s’opposer efficacement à l’expansionnisme musulman, lequel est, à la fois, démographique (par l’émigration), religieux (par le prosélytisme) et financier (par l’investissement).


LBTF: Vous évoquez la nécessité d’un « parti européen révolutionnaire », parti pilote qui permettrait d’engager un processus politique en vue d’une république européenne. A quoi devrait-il ressembler selon vous ?

GD: Aucune organisation politique, aucun parti politique, pas même dans un seul des pays de l’Union européenne, n’est porteur aujourd’hui du projet de l’Etat européen. Tous les partis, nationaux par essence, sont frappés par le tropisme électoral et par une absence patente de vision de l’avenir.

La prise de conscience européenne, susceptible de légitimer et d’engager le processus d’unification, nécessite donc l’émergence d’un acteur politique révolutionnaire en ce sens qu’il transcenderait les clivages nationaux en termes de représentation du monde, d’objectifs politiques et de méthode d’action.

Supranational par vocation, cet acteur (parti, réseau, réseau de réseaux) doit trouver les moyens d’européaniser les débats politiques en faisant ressortir l’identité européenne des enjeux de toutes natures, des risques encourus. Ce qui n’est pas difficile quand on observe les émeutes ethniques qui frappent les grandes villes européennes, ou quand on recherche les causes de la crise économique et sociale qui atteint, à des degrés divers, les salariés européens. Les remèdes ou les solutions ne peuvent être, tout le monde le sait, que communautaires.
 
L’acteur européiste doit se concevoir comme plurinational dans son action (des thématiques communes et des actions similaires sont à mener dans un maximum de pays européens) et multinational dans son implantation en Europe (il doit exister partout où il le peut, sous des formes diverses et variées).

LBTF: Une assemblée européenne constituante par auto-proclamation du parlement européen, serait-ce une bonne méthode pour faire naître l’Etat européen que vous appelez de vos vœux ?

GD: Ce scenario me semble particulièrement optimiste. Mais il serait idéal. Il suppose qu’une majorité de parlementaires européens soient acquis aux idées européistes.

LBTF: Si un européisme identitaire émergeait à l’échelle d’un seul état européen, mais pas à l’échelle de l’Europe entière, ne risquerait-il pas d’être écrasé ?

GD: Le risque existe effectivement, même pour l’un des plus puissants Etats européens. C’est pourquoi, si cet Etat entend jouer le rôle de « Piémont de la nouvelle Europe », il lui faut des relais dans les autres Etats, afin de ne pas demeurer isolé et de pouvoir s’unir vite avec un ou quelques autres Etats.

Votre question amène à souligner la nécessité de cette organisation européiste supranationale, prête à éclairer les opinions publiques, à l’instant esquissée.

[EUROPE ET FRONTIERES]

LBTF: Qu’est-ce qu’un européen ?

GD: C’est un être humain dont la filiation européenne ancestrale est prouvée.

LBTF: Dans votre ouvrage, vous prônez à terme l’intégration de la Russie dans l’Europe unifiée, idée à laquelle nous sommes très favorables. Mais qu’en serait-il par exemple du Caucase ?

GD: Il faut rappeler que le Caucase représente pour la Russie sa « frontière naturelle » méridionale. Celle qui la sépare et la protège du monde moyen oriental. Et l’acquisition de ce rempart naturel a été le résultat d’une politique tsariste de longue haleine. L’éventuelle adhésion de la Russie à l’Europe unie ne changerait rien.

Il faut ajouter que les deux Etats de Transcaucasie, l’Arménie et la Georgie, ont aussi leur place dans une Europe, dont ils sont des « postes avancés » aux portes de l’Asie centrale.

LBTF: L’islam, balkanique et caucasien, est-il compatible avec l’adhésion à l’Union Européenne, y compris à la version que vous prônez ?

GD: Sans doute, mais à la condition d’une laïcisation complète, achevée (ce qui ne fut pas le cas dans l’ancienne Union soviétique).

LBTF: La Turquie la plus européenne n’est-elle pas celle qui refuse de rejoindre l’Union Européenne ?

GD: Je suppose que vous faites allusion à la région d’Andrinople, qui a peut-être intérêt à demeurer dans un « entre-deux ».

LBTF: Le Royaume-Uni peut-il faire partie de cette République Fédérale Européenne ?

GD: En théorie, cela ne pose pas de problème puisque l’appartenance à un éventuel Etat européen repose sur l’adhésion à ses valeurs et à sa politique. En pratique, en ce qui concerne le Royaume-Uni, compte tenu des sacrifices symboliques (monarchie) et des révisions politiques (relation spéciale avec les Etats-Unis) à faire, ou des obstacles psychologiques à surmonter (estime de soi), l’hypothèse apparaît bien incertaine, très douteuse.

Toutefois, rien n’est définitif. La recomposition ethnique de la population britannique, avec la décomposition inhérente de la nation anglaise, pourrait modifier l’attitude des Anglais, Gallois et Ecossais dans le sens d’une plus grande solidarité avec les autres Européens.
 
ENTRETIEN AVEC GERARD DUSSOUY (PARTIE 1/2)