Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2016

Un « brexit » qui fait mal

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/02/02/1620049121.png

Brexit.jpgAvec 51.9% des voix, les électeurs britanniques ont finalement choisi de soutenir le brexit, c'est-à-dire d’ouvrir un processus prévu pour durer entre deux et quatre ans et devant aboutir à la sortie du Royaume-Uni de l’actuelle Union Européenne. Contrairement à ce que disent media et responsables politiques nationaux et européens, l’UE reste pour le moment à 28. Elle ne sera 27 que dans plusieurs années et ce sous réserve que le brexit ait réellement lieu. Car il ne suffit pas de voter en sa faveur à un référendum pour que le dit processus aboutisse.

Les causes du succès du brexit.

Elles sont multiples et j’ose même affirmer que tous les électeurs qui ont voté en faveur du brexit ne cherchaient pas nécessairement à ce que leur pays quitte réellement l’Union Européenne. L’électorat est versatile et surtout rarement cohérent. Il peut parfois soutenir en même temps des positions contradictoires.

La principale raison du vote « pro-brexit » est de s’opposer à l’immigration. Le paradoxe est que, en rejetant l’UE, les électeurs envoient un mauvais signal à l’égard des travailleurs européens installés dans leur pays, alors qu’en fait les électeurs visaient les populations aneuropéennes de l’ancien empire colonial installées au Royaume-Uni et contre lesquelles un conservateur comme Enoch Powell s’opposait dans les années 60. Non seulement le « brexit » ne changera rien à la situation migratoire du Royaume-Uni mais il risque même d’aggraver les flux issus du Commonwealth.

Le dernier débat de campagne opposait le maire de Londres, d’origine pakistanaise et de confession musulmane, Sadiq Khan, avec l’ancien maire, anglais de souche, Boris Johnson. Or Khan prônait le maintien dans l’UE alors que Johnson prônait le départ. Il est bien évident que le fait que les partisans les plus acharnés du multiculturalisme et de l’islamotropisme, notamment le Labour, aient soutenu le « remain » a beaucoup fait dans le succès du « brexit ».

Par ailleurs, les actuels dirigeants de l’Union Européenne sont extrêmement impopulaires. La technostructure de Bruxelles insupporte jusqu’aux partisans les plus déterminés d’une Europe politique. Elle n’a aucune légitimité démocratique et ne sert que de bouc émissaire que les dirigeants des Etats utilisent pour s’exonérer de leurs propres responsabilités en période d’élections. Les politiciens comme Juncker, battus dans leur pays ou mis en examen, sont recasés à Bruxelles par leurs équivalents au pouvoir de Paris ou de Berlin. L’Union Européenne ne gagne quasiment jamais les referenda qui la concernent. Songeons au « double non » de la France et des Pays-Bas en 2005, ou du non irlandais au traité de Lisbonne. C’est bien la preuve d’une perte considérable de crédit et d’un rejet croissant qui est plus que légitime objectivement.

Enfin, dernière raison du succès du brexit, le désaveu de David Cameron. Ce dernier, annonçant son départ dans les trois mois, s’est vanté de son bilan, résumé au mariage pour tous, version britannique, et à l’anti-racisme. On notera d’ailleurs sa médiocrité dans la défense du « remain ». Politicien médiocre au final, qui a mis lui-même les clous sur son cercueil politique, il ne sera pas vraiment regretté.

De même, les menaces d’Obama, Soros et autres n’ont pu qu’agacer la fierté britannique et à juste titre. La peur économique, efficace chez les bourgeois, n’a eu aucun effet au sein du prolétariat britannique de souche, qui n’espérant rien, et n’ayant rien à perdre, a osé s’en affranchir. Il s’est au contraire massivement exprimé pour le brexit.

Les conséquences du brexit ?

En premier lieu, la première conséquence est une nouvelle crise de l’Union Européenne. On s’étonnera de l’empressement du président français à vouloir accélérer le brexit réel. Après tout, les dirigeants de l’UE ont l’habitude de faire revoter le peuple quand celui-ci s’exprime contre leurs intérêts. Il s’agit pour Hollande et Merkel d’empêcher la contamination qui risque de toucher surtout la Suède et le Danemark. Car il n’est pas sûr en effet qu’un « swexit » ou qu’un « danxit » ne puissent avoir lieu, vu l’état de l’opinion dans ces pays.

Mais il y a ensuite les conséquences plus concrètes pour le Royaume-Uni lui-même et il n’est pas sûr que son choix politique ait été le plus avisé. L’Ecosse va probablement appliquer au Royaume-Uni ce que ce dernier s’apprête à appliquer à l’Union Européenne. Un nouveau référendum sur l’indépendance se profile et cette fois il pourrait bien aboutir. 62% des Ecossais ont ainsi dit non au brexit. De même, le Sinn Fein a très finement réagi en annonçant sa volonté de rattacher l’Irlande du nord à l’Irlande indépendante pour rester dans l’Union Européenne. Là encore le brexit était minoritaire en Ulster. Cette provocation va certainement relancer le conflit nord-irlandais qui était endormi au sein de l’Union Européenne.

Enfin, que dire des conséquences économiques. Elles sont difficiles à prévoir. Le Royaume-Uni n’ayant pas l’euro, la crise devrait être limitée mais les agences internationales de notation, Moody comme Standard & Poor, laissent entendre qu’elles vont dégrader la note du Royaume-Uni en lui retirant son triple A. Le taux d’intérêt de la dette britannique va alors augmenter et surtout la capacité du pays d’emprunter à un taux intéressant va diminuer.

Enfin ceux qui ont mis leurs espoirs dans le brexit vont vite déchanter. Les Britanniques, dont leur pays n’était pas membre de l’espace Schengen, vont se rendre compte que l’immigration va continuer. Ce qui est logique puisqu’elle n’a jamais été liée à des décisions de l’Union Européenne mais aux gouvernements de gauche et de droite du Royaume-Uni depuis un demi-siècle. Le Royaume-Uni est peu impacté par la crise actuelle des migrants. Mais cela va peut-être changer. La France annonce en effet qu’elle ne retiendra plus les clandestins qui s’entassent dans Calais. Le « brexit » non seulement n’arrêtera pas l’immigration mais l’augmentera donc. Mais les Polonais ne viendront plus prendre le travail des Pakistanais.

Evoquons enfin les conséquences politiques. Cameron partira en octobre. Il a été douloureusement désavoué par les électeurs. A la tête d’une majorité fragile, les conservateurs conserveront-ils le pouvoir ? Les élections seront-elles anticipées ? Et UKIP ? Artisan parmi d’autres du brexit, mais marginalisé dans la campagne par Johnson et l’aide droitière des Conservateurs, et n’ayant comme but principal que la sortie de l’UE, comment va-t-il évoluer ? Il est probable que non seulement il n’en sortira pas renforcé mais qu’il va sérieusement reculer. Son rôle s’arrête une fois le brexit sur les rails. Farage va donc connaître une probable victoire à la Pyrrhus.

Le brexit aura-t-il réellement lieu ?

Le processus de « brexit » est officiellement lancé du fait même du résultat de ce référendum, mais il n’est pas pour autant accompli. Cela va prendre plusieurs années et cela va être complexe, car c’est inédit. Même si le Royaume-Uni est hors zone euro et hors Schengen, ses liens avec l’Union Européenne sont forts. Que vont devenir les fonctionnaires britanniques de l’UE ? Les députés ? Les accords de libre-échange ? Les relations diplomatiques ? Qu’est-ce que cela implique pour Euro-tunnel. Les questions sont nombreuses.

Il est tout à fait possible que les pourparlers de « brexit » n’avancent pas plus que les pourparlers d’adhésion de la Turquie à l’UE. Le pourrissement est une stratégie classique. Supposons ainsi que le Labour Party gagne les prochaines élections britanniques, face à un parti conservateur implosant entre anti-UE renforcés par ce résultat et pro-UE. 69% des électeurs du Labour ont voté contre le brexit. Même si le Labour n’annoncera pas l’abandon du processus, il peut être amené à le ralentir considérablement.

En outre, si les conséquences du brexit sont trop douloureuses, l’opinion britannique peut se retourner. On a vu le cas en Islande où l’adhésion à l’UE et même à l’euro était très haute lors de la crise mais a ensuite diminué considérablement lorsque la situation s’est améliorée, au point où le processus d’adhésion a même été arrêté et la demande d’adhésion retirée. Qui peut dire dans deux ans si l’opinion publique britannique sera toujours en faveur du départ ? L’idée qu’un nouveau référendum ait lieu dans un ou deux ans pour arrêter le processus de « brexit » n’est pas absurde. Mais il faudra alors que l’UE se fasse discrète et surtout cesse toutes ses propositions  migratoires délirantes.

Thomas FERRIER (Le Parti des Européens)

08/02/2015

Pourquoi Mitterrand n'aurait pas dû être président en 1981

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/02/02/356790240.4.png

mensonge,mitterrand,caste médiatique,démocratie,usurpation,francisqueMon analyse ne porte pas sur le bilan des quatorze années du président « socialiste », d’un homme qui avait dénoncé De Gaulle en proclamant « dix ans, ça suffit ! » et qui, face au péril migratoire qu’un Giscard n’avait pas su combattre avait déclaré, « vous êtes ici chez vous chez nous ».

La question est de savoir comment cet homme politique, avec son passé, a pu devenir le premier président « PS » de la Vème république. L’idée est que si son histoire authentique avait été révélée aux Français, malgré l’impopularité relative du président sortant, il n’aurait jamais été élu et aurait même dû être désavoué par ses principaux soutiens.

Que pouvait-on savoir dès 1981 en cherchant un peu, en faisant un travail journalistique de base, travail qui n’a pas été mené ou alors limité à certains journaux « sulfureux » (Le Crapouillot, Minute) dont aucun journal de référence ne reprit les découvertes ? Ces informations étaient en réalité connues de ses adversaires comme de nombreux journalistes. Mais elles ont été tues et nous tenterons d’expliquer pourquoi. En 1981, peu savaient qu’un début de cancer de la prostate avait été diagnostiqué chez le candidat « socialiste ». Cette information aurait néanmoins dû être connue des Français, et à plus forte raison en 1988. Ils étaient en droit de connaître l’état de santé précis d’un candidat à l’élection ultime. Ils ne l’ont été qu’une fois Mitterrand réélu et gravement atteint, lorsque le secret ne pouvait plus être conservé.

Mais nombreux connaissaient le passé d’extrême-droite de François Mitterrand dans les années 30, un proche alors de l’Action Française et des Croix de Feu, mais aussi de la Cagoule, et qui avait même défilé au quartier latin contre « l’invasion métèque ». Ils savaient aussi que Mitterrand n’avait pas été résistant tout de suite et même avait soutenu Pétain jusqu’en 1942, au point d’être décoré de la francisque par le vieux maréchal. Ils savaient que le candidat socialiste menait une double vie, mais seul l’hétérodoxe Jean-Edern Hallier osa braver ce tabou au péril de sa vie et ce bien après 1981. Enfin, ils ne pouvaient pas ignorer que Mitterrand lui-même avait organisé dans les années 50 un faux attentat contre sa personne, le fameux « attentat » dit de l’Observatoire qui, à lui seul, aurait dû lui interdire toute carrière politique de premier plan.

Voilà des éléments que les Français étaient en droit de connaître avant de se prononcer sur le choix de leur président de la république. Mais les media n’ont rien dit, de même que ses adversaires, de gauche comme de droite. L’ancien employé de Messerschmitt, le volontaire STO Georges Marchais, aurait été mal placé pour lui faire la leçon. Et la droite, comme à son habitude, n’a aucun courage quand elle est confrontée aux leçons de morale d’une « gauche » pourtant mal placée en ce domaine. On le voit encore ces derniers jours avec des ténors de l’UMP appelant à voter pour le PS contre le FN.

C’est en 1965 qu’une occasion en or de neutraliser politiquement Mitterrand était offerte à Charles De Gaulle. Ce dernier s’était ainsi imaginé être élu dès le premier tour, mais il fut contraint à un second tour qu’il emporta nettement, mais sans dominer de manière écrasante son adversaire. De Gaulle avait sous la main un dossier complet. Il pouvait ainsi réduire le dit adversaire à néant. Son honneur personnel lui interdit néanmoins d’utiliser l’arme absolue, sans songer qu’il aurait pu arrêter là la carrière de quelqu’un qui devint 26 ans après président. On constatera de la même façon que Valéry Giscard d’Estaing n’a jamais osé attaquer Mitterrand sur son passé, ni en 1974, ni en 1981.

Pourquoi la droite et les media n’ont-ils pas osé déballer ce passé qui n’aurait jamais dû passer ? La droite a toujours été tétanisée par la « gauche » et n’a jamais osé lui rentrer dans le lard. Elle ne l’a pas fait en 1981 et pas davantage depuis. On imagine pourtant un Chirac en 1988 faisant alliance avec le FN et qui aurait pu rétorquer aux leçons de morale de Mitterrand le passé de ce dernier. Sa victoire était alors assurée.

Quant aux media, le milieu journalistique étant dominé par la « gauche », ils avaient intérêt à taire la vérité et à assurer ainsi le succès de leur poulain, même si ce dernier avait été jadis d’extrême-droite, un « crime » qu’on ne pardonne pas en revanche à Longuet ou Madelin. Ils ont ainsi menti aux Français, pratiqué une évidente désinformation, afin de donner à la « gauche » une victoire politique après sa victoire idéologique (depuis 1968).

A partir du moment où les Français ont élu François Mitterrand sans bénéficier des informations nécessaires pour se déterminer de manière libre et souveraine, cette élection a constitué un coup d’état politico-médiatique, un viol du peuple. Et de même en 2012 on aurait pu avoir comme président un homme politique ayant un « problème » avec les femmes, si son comportement ne lui avait pas dû une arrestation aux USA. L’Elysée serait devenu un véritable lupanar. En 2007, les deux candidats du second tour affichaient une famille unie alors qu’aucun des deux ne vivait plus avec son compagnon. C’est ainsi qu’Arnaud Montebourg, à cause d’une boutade médiatique où il révélait que le problème de Ségolène Royal était « son compagnon », fut exclu de la campagne. Mentir aux Français avant d’être élu, ce n’est pas simplement faire de fausses promesses qu’on sait ne pas tenir, c’est mentir aussi sur qui on est et avec qui on vit.

Ce trait de caractère ne se trouve pas qu’au PS ou à l’UMP. On se souviendra ainsi de l’émoi médiatique faisant suite à l’annonce par un journal à scandales de l’orientation sexuelle d’un haut responsable du FN. Néanmoins, à l’âge médiatique, malgré la malhonnêteté intellectuelle des media du Système, les secrets les mieux gardés finissent par voler en éclats. Il serait bon qu’ils explosent avant que ces gens soient élus et non une fois en place.

Si la classe médiatique faisait bien son travail, elle aurait le devoir de livrer aux citoyens une information des plus complètes. Mais elle ne le fait pas car elle a un intérêt personnel à mentir et à faire élire des gens qui sans cela ne seraient jamais élus. François Mitterrand en 1981 aurait été battu ou n’aurait même pas été choisi candidat de la « gauche ». Chirac en 1995 n’aurait sans doute pas non plus été élu, de même que Sarkozy en 2007 et Hollande en 2012. L’histoire de notre pays aurait-elle alors changé en mieux ? C’est probable. Car rien de bon ne naît des mensonges !

C’est pourquoi il ne peut y avoir de démocratie véritable que s’il y a une transparence totale en politique et que si des journalistes neutres et objectifs informent correctement les citoyens de la réalité derrière les beaux discours et les apparences. Nous en sommes malheureusement loin.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

31/05/2014

Faut-il dédiaboliser le Front National ?

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/02/02/356790240.4.png

FN-logo-municipales.jpgDepuis 2011 et l’accession à la tête du FN de Marine Le Pen, celle-ci est la promotrice d’une démarche de dédiabolisation, rompant avec la dialectique paternelle, afin de mettre fin au « cordon sanitaire » dont souffre sa formation politique, et accéder ainsi à des responsabilités. A la différence de la « dédiabolisation » version Mégret, qui était une stratégie, Marine Le Pen entreprend ce processus parce qu’elle ne veut pas être porteuse d’un message idéologique qu’elle ne partage pas. Sa volonté de « troquer » la lutte contre l’immigration, sous-entendue « extra-européenne », pour un souverainisme pur et dur doublé d’un « patriotisme » institutionnel, n’est pas non plus tactique. Cela relève au contraire d’une forme de sincérité, sans doute liée à une certaine incurie.

Néanmoins, cette « dédiabolisation » a atteint une limite, à savoir que ni la « gauche » ni la droite n’entendent mettre fin à cet ostracisme, accusant ce parti de tous les maux, et notamment de représenter une idéologie extrémiste, raciste et/ou fasciste. Même si l’UMP a choisi d’abandonner le front dit « républicain » pour un « ni PS, ni FN », ce qui le différencie de l’anti-fascisme incantatoire du PS, il maintient une solide distance de sécurité.

En vérité, ce que l’UMP et le PS condamnent, ce n’est pas le programme du FN mais un crypto-programme imaginaire qui ne s’y trouve pas, un « programme » qui en revanche reçoit l’approbation de millions d’électeurs à qui on a expliqué que le FN n’était pas un parti « comme les autres ». Dédiaboliser le FN c’est le prendre au sérieux tel qu’il est. C’est analyser sans passion, avec objectivité, son programme. Ce n’est pas lui prêter des intentions malveillantes.

Quel serait l’avantage pour l’UMP de procéder à une dédiabolisation aboutie ? Il ôterait au FN l’essentiel de ce qui fait son succès, sa dimension « sulfureuse ». Si le FN a réussi à obtenir 25% des voix aux élections européennes de 2014, c’est d’abord parce que ses électeurs se servent de ce vote pour envoyer un signal d’alarme et de colère aux autres partis. C’est parce qu’ils pensent sincèrement, puisque les media l’ont affirmé, que le FN est une alternative au système en place et qu’il souhaiterait entreprendre une politique de reflux migratoire. Le FN n’est donc pas un objet politique comme les autres puisqu’il sert de fantasme aussi bien à ses adversaires qu’à ses partisans.

A partir du moment où le FN serait traité comme les autres, les électeurs le verraient sous son vrai jour et se rendraient bien compte que ce parti n’est pas crédible tant du point de vue du programme économique que des qualités intrinsèques des individus à sa tête. En fait, la dédiabolisation du FN signifierait la mort à court ou moyen terme de ce parti. Il ne vit que grâce à ses adversaires. On comprend bien pourquoi l’UMP aurait intérêt à cette rupture, car elle lui permettrait de ne plus reculer devant la « gauche » et d’avoir à droite une réserve de voix pour le second tour. En outre, alors que la question de l’immigration a été tabouisée, sa dénonciation ayant été laissée à l’usage exclusif du FN, la dédiabolisation permettrait à la droite de reprendre à son compte ce thème.

Pour le PS, on comprend bien pourquoi cette dédiabolisation serait funeste. Elle ferait tomber le rôle de diviseur de la droite que Mitterrand a accordé au FN. La disparition du FN en outre ne supprimerait pas les causes de ce vote, qui cherchera à s’exprimer ailleurs. Cela pourrait offrir une opportunité pour l’émergence d’un courant politique réellement alternatif au système en place sur les questions d’identité et d’Europe, un courant de défense des Français et Européens de souche, par exemple, qui s’opposerait frontalement à la « gauche » mondialiste, sans être complice des victoires de cette même « gauche » par des attaques contre la droite, comme le fait le FN de Marine Le Pen.

C’est bien la peur d’un tel courant qui rend pour le PS un parti comme le FN précieux. Cela lui permet de stériliser dans le débat toutes les questions d’identité et d’immigration, et de maintenir de 15 à 25% des électeurs dans une voie politique de garage. En laissant le « monopole du réel » au FN, la droite, de peur d’être diabolisée à son tour, fait le succès de ce parti.

Un Front National réellement dédiabolisé, cela n’intéresse aucun électeur. Identique aux autres partis, dont il partage fondamentalement les travers, mais sans la compétence réelle de gouvernement, il perdrait tout crédit. C’est pourquoi la stratégie de Marine Le Pen est une erreur majeure du point de vue de son parti. Elle a eu la chance que droite et « gauche » maintiennent ce blocage et cette injustice a été le carburant de ses victoires électorales. Quand un électeur veut sanctionner les ténors de la droite ou de la « gauche » au pouvoir, quand il veut manifester sa colère contre une immigration de moins en moins maîtrisée, il vote FN. Il est alors sûr de voir la mine déconfite des dirigeants du PS et de l’UMP et, à défaut que son message soit entendu, il aura au moins eu le sentiment de l’avoir transmis.

Il n’est pas vrai que le Front National bénéficie d’un « vote de conviction » parce que ses électeurs ne votent pas pour le programme du FN mais pour ce qu’ils croient y trouver et qui en vérité n’y est pas. 88% de ses électeurs ont voté pour le FN principalement en raison de leur opposition à l’immigration, pas à cause de l’€uro ni de la volonté de ce parti de faire quitter l’Union Européenne. Or, « Marine » a interprété ce résultat comme un rejet de l’Europe et dans son discours de victoire n’a pas évoqué une seule seconde la problématique migratoire. Le souverainisme assumé représente moins de 5% de l’électorat. Si les électeurs du FN le jugeaient tel qu’il est, et non tel qu’ils croient le voir, par la faute des media et des autres partis politiques, le FN aurait réellement fait moins de 5%, mais cela aurait laissé le champ libre à des formations réellement identitaires.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

07/04/2014

Hongrie : joueur Orban joue encore !

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

orban.jpgLes élections parlementaires de ce dimanche 6 avril 2014 devaient décider de la composition de la nouvelle assemblée hongroise, après quatre ans de gouvernement de droite, mené par Viktor Orban, aux affaires. La presse annonçait une victoire indiscutable du premier ministre sortant, dont l’ampleur n’était pas en revanche très nette. Dans un contexte où le jeu se jouait à quatre partis, les autres faisant de la figuration, sans oublier les partis représentant les minorités, le suspens était limité. Néanmoins, les sondages semblent avoir surestimé le Fidesz d’Orban.

Avec 44.54% des voix, le Fidesz remporte une élection jouée d’avance, mais avec une perte de 8.2 points en quatre ans, ce qui indique une certaine lassitude des électeurs, sans remettre en cause la prépondérance du parti au pouvoir, en raison notamment d’une forte prime dévolue au vainqueur. Dans un parlement désormais à 199 places, le Fidesz dispose de 133 sièges, soit les 2/3 de l’assemblée, un résultat largement suffisant pour voter les lois d’une manière confortable, avec une majorité des plus stables.

La coalition Összefogas (Unité) autour du parti social-démocrate (MSZP) mené par Attila Mesterhazy (et Ferenc Gyurczany en n°2) réussit un score honorable avec 25.99% des voix et obtient ainsi 38 sièges dans la nouvelle assemblée. Ce score, supérieur à celui annoncé par les sondages, reste néanmoins modeste en raison notamment de plusieurs scandales financiers touchant d’anciens dirigeants du parti. Par ailleurs, si la tête de liste est nouvelle, les vieux de la vieille comme Gyurczany sont toujours présents. C’est malgré tout un échec, moins déshonorant toutefois qu’en 2010.

Le Jobbik était annoncé aux alentours de 16% dans les sondages, soit un score proche des 16.67% obtenus en 2010. Par un recentrage tactique, qui aurait pu décontenancer certains électeurs, le Jobbik réussit un score en nette progression, avec 20.54% des voix (+ 3.87), bénéficiant du vote de déçus du Fidesz ou de gens choqués par les scandales, et disposera de 23 sièges.

Loin derrière, la liste libérale et démocrate LMP obtient 5.26% des voix et 5 sièges. C’est un score inespéré dans le contexte électoral actuel. Le LMP sera la dernière formation à entrer au parlement.

C’est un échec pour le Munkaspart (Parti des Travailleurs), néanmoins en progression, avec 0.58% des voix, devant une liste centriste (KTI, 0.22% des voix), la liste autour de Maria Seres (0.45%) ou encore le Parti des Verts (Zöldek Partja) avec 0.37% des voix. Enfin, les listes représentant les minorités (tziganes et roms, allemands, slaves, arméniens, grecs…) ont obtenu en tout environ 0,6% des voix et ne disposeront d’aucune représentation.

Malgré un mode de scrutin très favorable, le Fidesz recule dans l’opinion, une érosion logique car Orban s’use au pouvoir, même s’il reste extrêmement populaire. Il n’a pas réussi à marginaliser le Jobbik qui reste la 3ème force, même s’il n’a pas réussi à passer devant la gauche. Le repositionnement de ce parti, jugé néanmoins trop radical aux yeux de l’extrême-droite occidentale pour se coaliser avec elle à l’issue des élections européennes, semble avoir payé. La gauche, qui tend à imiter ses partis frères de l’ouest, peine à s’imposer alors que le conservatisme à coloration chrétienne de Orban résiste.

La seule surprise est donc ce recul modéré du Fidesz accompagné d’une progression mesurée de l’extrême-droite. Rien ne change vraiment. Sans refondation, on voit mal la gauche en 2018 triompher.

Thomas FERRIER (LBTF/PSUNE)

02/03/2014

Pour la paix en Ukraine et la réconciliation avec la Russie

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

Flag-Pins-Ukraine-Russia.jpgCela fait plusieurs semaines maintenant que la crise ukrainienne occupe nos écrans radar, avec son lot de suspens et de retournements. Désormais, la Russie s’apprête à lancer une intervention armée, non pour rétablir le sinistre Yanoukovitch, démonétisé de Paris à Moscou, mais pour protéger ses intérêts en Crimée et éventuellement dans les autres régions dans lesquelles les russophones sont nettement majoritaires. Une telle action unilatérale, acceptée lorsque la France souhaite intervenir en Centrafrique ou au Mali, devient inacceptable dès lors que c’est la Russie qui est à la manœuvre. Le gouvernement ukrainien provisoire, qui parle d’un casus belli et annonce mobiliser, n’est probablement pas menacé.

Cette crise présente plusieurs dimensions qu’il faut bien avoir à l’esprit lorsqu’on prétend l’analyser. Il faut se garder d’un jugement partisan de principe, pro-ukrainien ou pro-russe, car qui ne voit que la position d’un des camps ne voit rien.

Du point de vue ukrainien

D’un côté, des manifestants mobilisés, réunissant des citoyens de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, en passant par tout le spectre politique, veulent chasser un président certes élu mais qui a tout d’un autocrate, corrompu à l’extrême, et au bilan économique des plus médiocres. Sa volonté de s’aligner sur la Russie, en rompant tout rapprochement avec l’Union Européenne, a mis le feu aux poudres. Certains militants sont prêts à des actions violentes auxquelles répond une contre-offensive gouvernementale encore plus violente. Le sang coule et c’est par dizaines, peut-être par centaines, que des Ukrainiens  meurent. Il s’agit surtout de militants de Svoboda ou du « Pravyi Sektor », des nationalistes radicaux prêts à en découdre avec le pouvoir.

Même si l’Ukraine et la Russie prennent leurs racines communes dans la Rus’ de Kiev, au Xème et XIème siècles, elles ont connu de longues périodes où elles étaient séparées. Si l’ukrainien et le russe ne diffèrent guère, ce sont tout de même deux langues distinctes. Et sous les tsars et plus encore sous le régime soviétique, une russification linguistique et culturelle a été très vigoureuse. L’identité ukrainienne est celle d’un peuple meurtri, et s’apparente à la situation des Irlandais face à l’empire britannique.

Pour toutes ces raisons et pour bien d’autres, l’Ukraine est coupée en deux, entre les russophones qui se sentent indéfectiblement liés à la Russie voisine, et des ukrainophones qui tentent de se rapprocher de l’Europe occidentale et prétendent rejoindre l’Union Européenne, même si les nationalistes de Svoboda sont en vérité des souverainistes, pour marquer une rupture plus nette avec la Russie.

Mais ce nationalisme reste animé d’un esprit revanchard et la preuve en est la décision du parlement de supprimer le statut de langue officielle du russe au profit du seul ukrainien. C’est un acte d’une maladresse extrême, alors qu’il fallait au contraire rassurer les russophones dès la chute de Yanoukovitch. L’effondrement du Parti des Régions ne devait pas faire place à des vexations outrancières contre les russophones.

Du point de vue russe

Pour Vladimir Poutine, aucun doute n’est permis, les russophones d’Ukraine et les russes de Crimée sont potentiellement menacés d’une répression à leur encontre. La chute de Yanoukovitch a amené à des manifestations de soutien de nombreux Ukrainiens des régions orientales du pays en faveur d’une action russe, voire d’une sécession.

Poutine n’entend pas perdre la Crimée, qui bénéficie d’un statut particulier et qui a conservé des liens politiques et même militaires avec la Russie, abritant sur son sol de nombreux soldats russes et des navires de combat. Il a tout à gagner à une intervention armée, qui permettra de stabiliser sa frontière occidentale, d’unir par un élan patriotique le peuple russe derrière lui, faisant taire les contestations internes, et de rappeler aux occidentaux que dans son espace il entend être respecté.

L’Union Européenne a été très mal avisée de négliger la susceptibilité russe en la matière. En apportant un soutien sans discernement aux manifestants de Maïdan, dont certains expriment une russophobie explicite, au-delà de la question du départ d’un dirigeant médiocre, en laissant faire une forme de coup d’état à Kiev, sans respecter les accords mis en œuvre dans lesquels les Russes avaient été partie prenante, les occidentaux ont gravement attenté aux intérêts vitaux de la Russie. Poutine devait donc réagir et il ne pouvait le faire par des demi-mesures. Même s’il n’a pas encore donné son feu vert officiel à une intervention que son parlement soutient, maîtrisant les risques à provoquer d’une manière trop brutale les USA, il ne fait aucun doute qu’il entend se faire respecter. S’il annonce vouloir conserver l’unité de l’Ukraine, refusant ainsi de céder à toute tentative d’annexion, on sent bien se profiler une Transnistrie II, un partage non officiel de l’Ukraine en deux parties, la seconde pouvant être limitée à la Crimée ou élargie à Donetsk et même Kharkiv.

Rappelons dans le cas de la Crimée que son rattachement à la république soviétique d’Ukraine en 1954 était purement arbitraire car ne tenant pas compte du caractère massivement russe de la population de cette presque-île. Lorsque l’URSS s’est effondrée, la nouvelle Ukraine a conservé les frontières dont elle disposait sous le régime précédent. C’était une erreur qui aujourd’hui est en train d’être réparée au forceps.

Des accusations d’extrémisme qui sonnent faux

Toute crise comme celle que vit l’Ukraine apporte son lot de discours extrémistes. Mais il serait trop facile d’opposer de bons russes à des néo-nazis, ou de bons patriotes ukrainiens à des communistes. Aux  provocations extrémistes du « Pravyi Sektor » où s’affiche le portrait de Stepan Bandera, répondent les nostalgies néo-communistes, certains vieux membres de l’Armée Rouge allant jusqu’à monter la garde devant une statue de Lénine, pourtant responsable de la mort de nombreux ukrainiens… et russes. Ni le drapeau à croix gammée ni le drapeau soviétique ne devraient être brandis, ça n’a aucun sens.

russie,ukraine,réconciliation,crimée,atlantisme,europe,thomas ferrier
En fait, les extrémistes sont l’alibi que chaque camp envoie à l’autre pour justifier l’un de son éloignement de la Russie, l’autre de son action militaire. L’antifascisme promu par certains russophones sonne faux. L’anticommunisme de certains ukrainiens sonne tout autant faux. C’est la preuve d’une immaturité politique profonde de certaines franges de la population, dans un pays pauvre, miné par la crise économique, et tiraillé entre deux tendances lourdes agissant comme deux centrifugeuses.

Une Europe absente, des USA trop présents

Dans cette équation, il ne faudrait pas non plus négliger le rôle détestable des Etats-Unis, qui récupèrent à leur profit cette crise ukrainienne pour continuer leur stratégie d’endiguement de la Russie, finissant par celle de l’anaconda, de l’étranglement pur et dur. A Washington, on s’interroge déjà sur des sanctions à prendre contre Moscou. Mais la Russie n’agit pas d’une manière différente de celle des USA qui interviennent lorsque leurs intérêts sont menacés sans se préoccuper de l’opinion internationale. On peut regretter que Moscou ait choisi cette voie et on aurait pu espérer une démarche plus rassurante. Mais la Russie s’adapte à ses interlocuteurs d’en face.

Or l’Union Européenne, une fois de plus, est incapable de répondre d’une seule voix, et se montre impuissante. C’est bien sûr le cas des pantins de Bruxelles, qui n’ont que le pouvoir que les gouvernements leur accordent, c'est-à-dire aucun, mais c’est surtout celui des dirigeants même des Etats. Hollande a eu un rôle totalement marginal, Cameron et Merkel ont été dépassés. Ils ont laissé leur « allié » américain mener la dance. On se souviendra du mot d’une responsable américaine disant en privé que l’Union Européenne pouvait « aller se faire foutre ».

Tant que l’Union Européenne ne sera pas capable de se doter à sa tête d’autres personnes qu’un Barroso aujourd’hui ou un Schulz demain, elle ne sera pas prise au sérieux et n’aura son mot à dire en rien. Elle assistera démunie, si ce n’est complice, aux actions des USA sur son sol ou à ses frontières.

Seul un européisme pur et dur pourra ramener la paix

Il n’y a qu’une seule position tenable dans ce conflit, une voix de la raison à faire entendre, c’est celle de la paix et de la réconciliation en Ukraine et entre Ukrainiens et Russes. Ce n’est de l’intérêt de personne que ce pays implose, créant des séquelles pouvant mettre des décennies à être digérées. Nous devons reconnaître à la fois la pleine légitimité du peuple ukrainien dans sa volonté de chasser du pouvoir un président corrompu et celle des russophones qui expriment une inquiétude non feinte quant à leur avenir dans l’Ukraine actuelle. Il aurait été nécessaire qu’ils soient rassurés et ménagés, associés de plein pied dans la reconstruction politique du pays.

russie,ukraine,réconciliation,crimée,atlantisme,europe,thomas ferrierVouloir régler le problème ukrainien sans associer la Russie à cette démarche était non seulement illusoire mais relevait d’une faute d’analyse grave. C’est autour d’une table que les responsables du mouvement « Euromaïdan », des représentants sérieux de l’Union Européenne et des représentants de la Russie que l’avenir du pays devait se décider. Les inquiétudes russes devaient être écoutées et prises en compte. Le statut de la Crimée devait être garanti, tout comme celui de la langue russe.

L’absence d’Europe politique, l’inféodation des dirigeants des Etats européens de l’ouest ou des « dirigeants » de l’Union Européenne aux USA, tout cela est détestable. C’est malheureux de voir l’Europe, une fois de plus, manipulée et instrumentalisée afin de la maintenir divisée.

Si, comme je le pense, l’avenir de l’Europe se joue dans une convergence Union Européenne/Russie, jusqu’à la fusion qui transformerait notre continent en première puissance mondiale, alors cette division au cœur de l’Ukraine n’est pas acceptable. Et tout doit être fait pour y remédier dans les meilleurs délais et avec le moins de victimes possible. Il n’y a qu’une seule façon de décourager Poutine de mener une intervention armée, c’est de lui proposer une alternative acceptable pour lui comme pour les russophones. Mais surtout, il faut que ce soit les Européens ensemble, Russes et membres de l’UE, qui dialoguent, les USA devant être écartés de toute discussion et réduits à un rôle de spectateur extérieur.

Contrairement à ce que prétendent les souverainistes, la crise ukrainienne montre qu’une Europe divisée sera toujours une proie et l’instrument de sa propre destruction. Une démarche vraiment européiste, c’est de défendre tous les Européens, et donc de défendre et les positions ukrainiennes et les positions russes en même temps. On peut dire que cela demande un certain talent d’équilibriste, mais c’est la seule attitude responsable. C’est ainsi que nous pourrons garantir une paix sincère et durable, et ensuite une réconciliation dans l’honneur.

Si la Russie intervient en se limitant à des objectifs légitimes, la protection de la Crimée et des régions russophones, il faudra considérer cette action comme un mal, mais comme un mal nécessaire. Il faudra trouver les mots pour que cette situation temporaire trouve une résolution acceptable par tous.

Poutine a tendu la main depuis 2005 à l’Union Européenne, évoquant l’Europe « de l’Islande à l’Oural et par extension jusqu’au Pacifique ». Mais cette main, personne n’a pu et n’a su la saisir. Au contraire, la Russie a le sentiment, à tort ou à raison, que le reste de l’Europe est dans une situation de décadence bien plus avancée, qu’il est sous tutelle, et qu’il s’efforce de refouler la Russie en Asie. C’est notre faiblesse qui inquiète les Russes, non « nos » menaces pathétiques dictées par « nos » maîtres.

Face à une Europe politique unie, puissante, responsable, libre et souveraine, la Russie pourra dialoguer d’égal à égal, en toute franchise, et nous trouverons ensemble des solutions qui satisferont tous les citoyens de notre continent. Et l’Ukraine redeviendra un pont de l’amitié entre nous. Alors la Russie et le reste de l’Europe s’uniront pour forger le XXIème siècle européen, pour la paix et la prospérité, de Reykjavik à Moscou.

Je ne peux que souhaiter que les Ukrainiens et les Russes trouvent assez de ressources en eux pour sortir grandis de cette crise. Ils méritent mieux. Et je ne peux qu’inviter les dirigeants des autres pays européens à agir avec davantage de prudence à l’avenir, à respecter nos frères de l’est et à se libérer de chaînes « outre-atlantiques » de plus en plus insupportables. Malheureusement, je sais que ceux qui actuellement président à nos destinées n’en feront rien. C’est pourquoi il faudra les chasser du pouvoir, tout comme les Ukrainiens ont su chasser Yanoukovitch. Vive la Russie, vive l’Ukraine et vive l’Europe libre, bientôt libre !

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

Nota Bene: la troisième image est celle du drapeau de la Rus de Kiev, où on retrouve le rouge et or de la Macédoine antique et de la Rome républicaine.

20/10/2013

L’affaire « Leonarda », symbole d’une dérive politique française

Kosovo.gifLe cas de la jeune Leonarda Dibrani, expulsée vers son pays d’origine, le Kosovo, avec l’ensemble de sa famille, a créé une véritable tempête médiatique, obligeant le président de la république en personne à sortir de sa réserve. Il y a lieu de s’étonner lorsque le gouvernement d’un pays européen se sent obligé de suspendre toutes les affaires courantes pour réagir face à une reconduite à la frontière légale d’une famille d’immigrés clandestins.

Toutefois, ce cas est une fois de plus emblématique d’une société européenne, et en particulier française, à la dérive. Il pose la question du droit d’asile, des autres droits accordés aux immigrés clandestins et payés par les contribuables en France, de la gestion de l’immigration clandestine en général, de la politique du gouvernement PS en la matière, enfin de la façon dont le chef de l’état mène les affaires. Les conséquences politiques de ce qui aurait dû ne rester qu’une affaire de police seront probablement considérables.

1. Du droit d’asile et des autres droits accordés aux migrants illégaux.

Depuis de nombreuses années, le droit d’asile a été complètement perverti, n’étant qu’un moyen pour des immigrés clandestins de suspendre toute opération de reconduite à la frontière en y faisant appel. Par ailleurs, le principe même de l’asile impliquerait un caractère temporaire, alors que ceux qui en bénéficient ne retournent généralement jamais dans leur pays d’origine. Il y a dès lors lieu de s’interroger sur le bien fondé de maintenir un dispositif sur lequel en outre les citoyens n’ont jamais été consultés et qui est largement détourné de ses objectifs de départ.

D’une manière générale, à moins de ne pas pouvoir bénéficier de relais communautaires ou d’organisations d’extrême-gauche, appelant ouvertement à ne pas respecter la loi commune, un immigré clandestin a peu de chances d’être renvoyé dans son pays. La plupart des migrants reconduits à la frontière sont rentrés illégalement sur le territoire national par la Guyane ou Mayotte, ou bien ils sont d’origine européenne, et ne bénéficient pas de toutes les protections dont jouissent des migrants d’une autre origine.

Même s’il est débouté de tout droit d’asile, un clandestin contestera systématiquement les arrêtés d’expulsion au tribunal administratif et même en cour administrative d’appel. Dans la moitié des cas, l’arrêté sera annulé par le tribunal pour vice de forme ou sur certificat médical. Et par le biais du droit du sol (ius soli), si une famille de clandestins fait naître des enfants en France, elle sera inexpulsable. Sachant que les procédures durent pendant des années, la famille Dibrani elle-même était présente en France depuis plus de quatre ans, c’est bien souvent le cas.

La famille Dibrani a eu « le tort » de faire naître ses enfants en Italie, qui ne pratique par le droit du sol mais le droit du sang (ius sanguinis), le véritable droit républicain soit dit en passant, et a préféré s’installer dans un pays plus laxiste comme la France. Malgré tout, même les tribunaux français ont estimé que cette famille n’avait pas vocation à rester, ne manifestant aucune volonté d’assimilation. François Hollande ne conteste d’ailleurs pas le bien fondé de l’expulsion, d’un point de vue juridique.

Comment pourrait-on remédier à cette dérive ? Il serait peut-être judicieux de revenir sur le droit du sol, comme l’a fait l’Irlande il y a quelques années, confrontée à une immigration clandestine indésirable. Mais surtout il serait normal de considérer qu’un immigré clandestin, étant par principe rentré illégalement sur le territoire, a vocation à retourner dans son pays et doit y être encouragé, au lieu de favoriser sa venue par un appel d’air juridique. Leur accorder des aides sociales, scolariser leurs enfants, alors qu’on sait que l’éducation coûte cher, et leur permettre d’accéder à des juridictions administratives pour contester la loi, tout cela ne va pas dans le sens d’une véritable lutte contre l’immigration clandestine autre que cosmétique et rhétorique.

2. Des conséquences politiques de l’affaire.

Manuel Valls, qui joue sa carrière politique sur sa manière de gérer le ministère de l’intérieur, est en première ligne. Il est durement accusé par l’extrême-gauche et même par une partie de son camp de mener la même politique que son prédécesseur de droite. Mélenchon parle même de « rendre Valls au Front National ». Et s’il a menacé de quitter le gouvernement si « Leonarda » revenait en France, c’est parce qu’il sait qu’il est attendu au tournant par l’opposition.

François Hollande, pris entre deux feux, entre la propagande gauchiste qui pousse des lycéens parisiens dans la rue, et la crainte de faire le jeu du Front National, n’a une fois de plus pas su trancher. Alors que les éléments de l’enquête montraient que la police avait fait son travail, Hollande n’a pas voulu en rester là et s’est senti obligé de donner des gages sur sa gauche, en annonçant qu’il était prêt à accepter le retour de la jeune kosovare mais pas du reste de sa famille. Il n’a pas été récompensé parce que la « gauche » radicale a maintenu sa pression et conteste cette décision, qualifiée d’inhumaine. Et il continue de décevoir un peu plus encore les Français, en montrant son incapacité à prendre position, à cesser de ménager la chèvre et le chou.

Manuel Valls a été humilié par son président, mais ne parle pourtant pas de démission, annonçant que « Leonarda » ne reviendra pas en France, malgré les mots contraires de Hollande, mots qu’il prétend par ailleurs défendre. On saura dans les prochaines semaines s’il le paiera dans les sondages d’opinion ou si les Français le considéreront au contraire comme la victime d’un chef de l’état aux abois.

Le Front National est de fait le grand gagnant, une fois de plus, de cette affaire, car il pourra ainsi démasquer l’impuissance du gouvernement « socialiste », entre la réforme Taubira, que même Valls considérait comme laxiste, et un bilan sécuritaire des plus calamiteux. Pourtant, le FN accuse encore une fois l’Union Européenne, via Schengen, d’être responsable. En réalité, si la famille Dibrani a choisi la France et non l’Allemagne, et si elle a quitté l’Italie, pays qui sont tous membres de l’UE, c’est bien parce qu’elle y a trouvé un confort supérieur, bénéficiant de nombreux avantages dont ils n’auraient pas disposé dans d’autres pays. C’est donc bien un problème français, qui prend racine dans le préambule même de la constitution de la Vème république, préambule repris de la constitution précédente de 1946, et qui est dans le même esprit que la fameuse DUDH de 1948 sur laquelle la CEDH est bâtie.

Le Kosovo n’est pas membre de l’Union Européenne ni de l’espace Schengen. Par ailleurs, les dirigeants kosovars ont fait savoir qu’ils contestaient tout droit d’asile d’un ressortissant kosovar, le Kosovo étant pour eux un état de droit démocratique et respectueux des minorités. C’est du bon sens. Le problème n’est pas l’absence de frontières à l’intérieur de l’UE mais qu’il n’y ait pas de frontières autour de l’UE. En clair, sans politique européenne de lutte contre l’immigration clandestine, les frontières du continent resteront des passoires. Mais il ne peut y avoir de politique de cette nature sans Etat européen. Comme pour la question de l’€, la bonne gestion des frontières de l’UE n’est possible que si elle est pilotée par un Etat.

On voit bien que tant que l’UE n’aura pas à sa tête un gouvernement politique européen, et dirigé par des visionnaires et non par de médiocres boutiquiers comme Barroso ou Schulz, qui plus est nommés par les gouvernements des Etats, le vote populiste aura de beaux jours devant lui.

Mais à qui la faute ? Certainement pas aux électeurs qui en ont plus qu’assez de servir de vaches à lait. La faute en est aux chefs d’état et de gouvernement, qui ne sont pas à la hauteur des enjeux, et qui se sentent même obligés de céder aux injonctions d’une jeune kosovare.

Thomas FERRIER (LBTF/PSUNE)

23/06/2013

Le retour de Superman

man of steel,superman,héros,christopher nolan,zach snyder,euro-américainsSept ans après le très moyen Superman returns (2006), après dix ans de diffusion de la série Smallville à la télévision, Kal-El est revenu sur les écrans de cinéma. Man of steel de Christopher Nolan et Zach Snyder était très attendu, car de sa réussite dépendrait la renaissance de la franchise. Force est de constater que ce film est à la hauteur des espérances, même s’il a déplu à la critique officielle et « autorisée » et à tous ceux qui prétendent vouloir défendre « l’exception française » en cinéma, ceux-là même qui en réalité trahissent l’esprit européen fondé sur le principe du héros, esprit auquel encore une fois les (Euro-)Américains rendent hommage.

Par rapport au Superman de 1978, Krypton revisité nous plonge immédiatement dans un monde aux contours franchement étrangers, une planète où règnent les principes de l’archéo-futurisme, entre usines colossales et dragons, nouvelle chevalerie et reproduction ex utero. La destruction programmée de Krypton évoque une planète se refermant sur elle-même, abandonnant l’exploration spatiale, et épuisant ses ressources au point d’avoir irrémédiablement condamné l’existence même de la planète, et ayant perdu toute créativité. Sur Krypton, les enfants ne naissent pas de leurs parents biologiques et sont sélectionnés en fonction des tâches qui leur seront ultérieurement confiés. Ainsi, le général Zod est-il conditionné pour être le protecteur de Krypton, n’ayant aucune liberté quant à choisir son destin et étant prêt à toutes les extrémités, sans morale inhibitrice, pour assurer le salut de son peuple.

Un clin d’œil historique étrange apparaît sous la forme du codex, un crâne qui conserverait tout le patrimoine génétique des Kryptoniens, et dont se saisit Jor-El, remarquablement interprété par Russell Crowe. Or ce crâne n’est autre que celui d’un australopithèque, comme si en vérité les Kryptoniens étaient tout simplement originaires de la Terre, ce qui expliquerait pourquoi ils sont semblables aux humains dans un environnement pourtant sans aucun rapport avec le nôtre. L’origine autochtone est évidemment impossible pour des raisons évidentes d’évolution des espèces. Cette aberration scientifique, que les Comics n’ont jamais expliquée, trouve alors une explication. Par ailleurs, cette volonté dans un environnement de science-fiction de donner une forme de logique et de réalisme, correspond pleinement à la grille de lecture de Christopher Nolan dans sa trilogie consacrée à Batman. Les pouvoirs de Superman, en raison des effets de notre soleil jaune, sont aussi expliqués.

Man of steel insiste peu ou pas du tout sur des aspects traditionnels des films précédents. Exit la kryptonite verte. Exit la forteresse de solitude, remplacée par un vaisseau d’exploration kryptonien de 18000 ans d’âge échoué sur notre planète. Exit Lex Luthor, malgré quelques allusions visuelles à la Lex Corp. Exit surtout l’humour des films précédents, et honnêtement, ce fut une excellente idée.

Enfin, on découvre un Superman qui mérite son surnom. Comme dans les comics, Superman se bat et bavarde peu. Dans son affrontement d’avec Zod et les autres Kryptoniens, il donne tout. Les immeubles de Métropolis sont littéralement détruits par ce choc des titans. Si le super souffle est absent, car ayant été trop sollicité dans les films précédents, la force considérable de Superman est exploitée au maximum. Ce n’est qu’après de longues minutes d’intense combat que Superman réussit enfin à triompher de son adversaire, ce dernier le conduisant toutefois à l’extrémité ultime, Superman étant contraint de tuer Zod pour protéger des innocents.

La relation avec ses parents adoptifs est également bien développée. L’étrange sacrifice de Jonathan Kent afin de préserver le secret de son fils est indéniablement émouvant. Les problèmes scolaires du jeune Clark sont également l’occasion d’exploiter un élément important de psychologie, le trouble identitaire d’un jeune adolescent découvrant des pouvoirs qu’il ne sait pas maîtriser et devant cacher son jeu aux yeux de tous.

D’un point de vue idéologique, Superman apparaît comme le résultat d’une assimilation pleinement réussie, au point où le héros se décrit comme « on ne peut plus patriote », comme tous les habitants du Kansas. A choisir entre une nouvelle Krypton et notre planète, il préfère la seconde au point de sacrifier tout son héritage pour sauver l’humanité.

Il convient de souligner que, dans une Amérique qui change, alors que les dernières données démographiques indiquent qu’en 2040 les américains de souche européenne seront minoritaires, Superman reste avant tout un héros WASP, malgré son origine extra-terrestre. Le film donne d’ailleurs, tout comme dans les Batman de Nolan, une place extrêmement réduite à la « diversité ». Le choix par ailleurs heureux d’un Perry White afro-américain, incarné par Laurence Fishburne, n’est que l’exception qui confirme la règle. Quant aux Kryptoniens eux-mêmes, ils n’ont guère de « diversité » en leur sein, pour ne pas dire aucune. Leurs cheveux bruns éviteront toutefois une allusion trop explicite à un certain régime du passé.

man of steel,superman,héros,christopher nolan,zach snyder,euro-américainsCe Superman européen, trop européen pour plaire à Libération, nous offre ce que tous les fans de l’homme à la cape attendaient. La dimension héroïque du personnage est clairement assumée, au prix d’une romance avec Lois Lane réduite au minimum, la charmante Amy Adams ayant néanmoins un rôle clé. Là encore, Nolan fait le choix du réalisme. Le Superman qui met des lunettes pour devenir Clark Kent et se cacher aux yeux de Lois a disparu. Dès le départ, et avant même que Clark ne devienne Superman, elle sait qui il est et d’où il vient. Son côté journaliste d’investigation hors pair est d’ailleurs remarquablement exploité.

Quant à la bande originale, les thèmes de John Williams sont abandonnés. L’erreur de John Ottman dans Superman returns aura sans doute été de les conserver, même s’ils sont remarquables et ne seront pas remplacés dans la tradition populaire. Hans Zimmer, tout comme il avait mis de côté les thèmes de Danny Elfman pour Batman begins, repart à zéro. La musique est remarquablement adaptée au film, sachant magnifier le courage des protagonistes, Jor-El d’abord, dans une scène d’action enthousiasmante où il résiste seul à l’armée de Zod, puis Kal-El ensuite guerroyant entre les immeubles ou dans les rues de Smallville.

Man of steel pulvérise Avengers et annonce une suite qui ne pourra être qu’impressionnante. Dans ce concours entre Warner et Disney, malgré l’avance du second, exploitant au maximum la licence Marvel, il n’est pas sûr que DC Comics ne retrouve pas son rang. La trilogie Batman aura payé. Sans la patte de Nolan, il n’est pas sûr que Superman ait pu réussir son grand retour. Cela nous promet une Justice League d’anthologie pour 2015.

Sans être l’incarnation du surhomme nietzschéen, les allusions christiques dominant un personnage aux accents malgré tout apolliniens, ce Superman reste d’une dimension héracléenne. Ce ne sont pas au final les valeurs chrétiennes qui dominent un Superman qu’on retrouve pourtant à au moins deux reprises gisant les bras en croix, et même s’il vient prendre conseil auprès d’un prêtre. Au contraire, il agit plus par devoir que par compassion, avec une dimension romaine qui ne tient pas qu’à son physique, et trouve le sens de sa vie au combat. Certes, il n’est pas non plus un nouveau Conan, malgré cette scène où on le retrouve juché sur une montagne de crânes, avant de s’enfoncer dans le sol.

Avec des effets spéciaux remarquables, notamment exploités pour le montrer volant dans les airs, l’impression de vitesse étant parfaite, ou lorsque Krypton apparaît en début de film, avec un scénario bétonné qui donne une place non négligeable aux souffrances de la jeunesse du héros, dans un jeu constant entre enracinement et respect des valeurs enseignés, Man of steel est un grand film. Il est le Superman que la jeunesse d’Europe en 2013 était en droit d’attendre.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

26/05/2013

Chroniques de la décadence européenne - 26/05/2013

DU « MARIAGE POUR TOUS »

romeburning.jpgUne nouvelle manifestation d’opposition au mariage homosexuel se déroulait aujourd’hui. Moins importante que les précédentes, elle témoigne d’une indiscutable démobilisation d’une partie des opposants. Elle était prévue et dans une certaine mesure elle a eu lieu. C’était inévitable, à partir du moment où plus aucun dispositif institutionnel ne pouvait empêcher l’application de cette loi.

A l’issue de ce mouvement de contestation arrivant à son terme, puisque de l’aveu des ténors de l’UMP comme de la personnalité non représentative de cette contestation, la créature médiatique « Frigide Barjot », ce sera la dernière manifestation. Quel bilan provisoire peut-on en tirer de toute cette affaire ?

Du côté du gouvernement, on n’a pas tremblé afin de tenir la promesse faite par le candidat Hollande à une « communauté » sexuelle marginale, quelques milliers d’individus étant concernés, mais sans doute bien représentés au PS. La loi commune a pourtant pour but l’intérêt de tous et n’a pas à être modifiée pour plaire à une extrême minorité. En vérité, la seule chose que le président en exercice peut faire, c’est de récompenser les minorités qui l’ont soutenu, qu’elles soient sexuelles ou ethniques. Il n’a aucun moyen en revanche de contrer la crise économique que nous connaissons et qui s’explique par l’échec total du modèle libéral, un modèle qui arrive à épuisement, pris dans ses contradictions.

Le gouvernement a été aidé en ce sens par une droite tiède si ce n’est timide, incapable de parler d’une seule voix, se divisant entre ceux qui voudraient se limiter à mettre en place la même politique que la « gauche » (François Fillon) mais à sa place, et ceux qui voudraient proposer une alternative plus marquée, selon la démarche de l’ancien président Sarkozy (Jean-François Copé et Guillaume Peltier). La droite molle a déjà renoncé à remettre en question cette loi si elle devait arriver au pouvoir en 2017. La droite « forte », qui sait qu’elle devra se résoudre au même renoncement, comme l’a fait le Parti Populaire en Espagne, est en revanche prête à assumer en paroles et dans la rue son refus. Il faut bien éviter la fuite des électeurs conservateurs vers l’extrême-droite et le Front National, dont la dirigeante a été pourtant particulièrement discrète sur cette question, Marine Le Pen étant indiscutablement gay-friendly, tout comme Virginie Merle (« Frigide Barjot »), à la différence notable de sa nièce.

Il a aussi été aidé, en plus des sénateurs et des députés de droite venus en renfort de la fausse « gauche », par un conseil constitutionnel particulièrement complaisant, qui a adapté son calendrier à celui voulu par le président de la république, au point de rendre sa décision favorable le jour international de « lutte contre l’homophobie ». On savait déjà que Jean-Louis Debré ne serait pas zélé sur cette question, et il l’avait d’ailleurs annoncé, et on se doutait bien qu’un politicien âgé comme Giscard d’Estaing suivrait le mouvement, incapable qu’il avait été du temps du pouvoir à s’opposer au « parti de la décadence ».

Enfin, François Hollande a été considérablement aidé par Virginie Merle, épouse Tellenne, personnage fantasque que les media ont mis en exergue et qui a ainsi pu se retrouver propulsée à la tête d’un mouvement dont elle ne partageait en rien les finalités. En effet, partisane officielle de l’union civile pour les homosexuels, c'est-à-dire en vérité du « mariage civil », se limitant à refuser un droit d’adoption que l’union civile autoriserait en réalité aussi, elle n’était pas à même d’opposer un front du refus sérieux à la politique gouvernementale. Au contraire, elle a plutôt cherché à orienter le mouvement vers une voie sans issue, n’hésitant pas à jeter l’anathème sur le « Printemps français » et à dénoncer des extrémistes pour la plupart imaginaires. Elle a fini par s’écarter lorsque ses provocations multiples, et sa déclaration honteuse sur Dominique Venner, qu’elle ne connaissait pas, l’ont fait mal voir de gens agacés et désormais moins disposés à la tolérer parmi leurs rangs.

Sa mise en avant, tout comme celle des évêques et des représentants les plus marqués de l’ultra-cléricalisme le plus réactionnaire, ont permis de détourner une saine colère populaire vers une voie de garage. Or il y avait d’excellentes raisons, sans avoir nulle besoin de se référer au christianisme, de refuser le « mariage pour tous », qui est une insulte perpétuelle à la tradition européenne, héritière du génie grec, romain et nordique. C’est bien pourquoi un historien païen n’a pas hésité à se sacrifier au nom de notre civilisation il y a quelques jours à Notre-Dame. Ce geste héroïque a indigné de nombreux chrétiens, et en particulier les traditionnalistes, qui n’ont pas été en mesure de le comprendre. J’y reviendrai dans un prochain article.

Quant à la conclusion de cette affaire, à savoir la promulgation de la loi à la va vite par un gouvernement aux abois, Hollande ayant mis moins d’une journée pour signer le décret d’application, une fois le verdict du Conseil Constitutionnel rendu, elle invite à une réflexion plus générale sur le concept de loi.

Le véritable courage politique ne sera pas de se limiter à l’abrogation en 2017. La droite « forte » et le néo-FN de Marine Le Pen ont annoncé qu’ils l’abrogeraient, tout en précisant que ceux qui se seront mariés entre 2013 et 2017 le resteront. On sait ce qu’il faut penser d’un tel engagement. Une fois au pouvoir, ils n’en feront rien.

La seule position crédible dans le cadre national serait bien de prôner l’abrogation avec effet rétroactif de cette loi. Mais il n’existe pas de « solution nationale », ni sur cette question ni sur une autre. La France n’est d’ailleurs pas la seule en Europe à avoir mis en place un « mariage » homosexuel. Elle ne fait que rejoindre les pays scandinaves, le Benelux, la péninsule ibérique, et sera prochainement suivie du Royaume-Uni. Seule une solution européenne, dans le cadre de la mise en place d’un état civil européen, pourra y remédier. En définissant à l’échelle de l’Europe le mariage civil comme l’union d’un homme et d’une femme dans le cadre d’un nouvel Etat qui s’appellera l’Europe, la question sera réglée. Et cette loi PS rejoindra les oubliettes de l’histoire, en même temps que la constitution française. Une constitution européenne la remplacera, bâtie sur des principes sains, conforme au génie de nos ancêtres.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

20/05/2013

Hollande, l'homme pour qui les mots n’ont pas de sens

 
pictoroutier_c7.jpgJeudi 16 mai, à l’émission « C’est dans l’air » d’Yves Calvi, le politologue Dominique Reynié, commentant l’annonce faite par Hollande d’instaurer avec les pays de la zone euro un gouvernement économique qui se réunirait tous les mois autour d'un président et qui notamment débattrait des principales décisions de politique économique à prendre par les Etats-membres, harmoniserait la fiscalité, commencerait à faire acte de convergence sur le plan social, note que c’est un pas important vers le fédéralisme qui allait être opéré. Il se fondait également sur la promesse de réaliser une union politique européenne dans les deux ans.

Bruno Le Maire a trouvé que le discours sonnait faux. Ce n’est pas cela. Précisément, chez Hollande, les mots n’ont pas de sens. N’a-t-il, au début de son discours, expliqué qu’il oeuvrait avec succès depuis un an pour la souveraineté de la France ? Ne continue-t-il pas, en matière économique, de proposer aux Français des propositions aussi mesquines que détaillées, s’éloignant des solutions retenues par tous nos voisins ? Comment cela serait-il compatible avec davantage de fédéralisme ? Au moins son prédécesseur Nicolas Sarkozy osait-il parler de souveraineté partagée, ce qui était à la fois cohérent et honnête, même s’il n’est pas allé assez tôt et assez loin dans ce domaine : il est bien dommage qu’il n’ait pas converti la proposition faite en août 2011, en pleine crise de la zone euro, avec Angela Merkel .

D’ailleurs Hollande voit la France comme un trait d’union entre une Europe du Nord et une Europe du Sud. Or s’il faut un trait d’union, s’il faut jouer les pays du Sud contre les pays du Nord, c’est qu’il n’y a pas d’Europe.

Que faut-il comprendre quand notre président répond, à tout propos, qu’il décidera ? Nous sommes, en théorie, en démocratie, même si notre régime est présidentiel. Le président ne vote pas les lois. Par ailleurs, s’il voulait vraiment ouvrir une perspective européenne, il parlerait au moins de décisions partagées. Peut-être les mots n’ont-ils pas de sens et veut-il dire par là qu’il décidera tout seul pour ne rien décider, qu’il laissera ses ministres se complaire dans la cacophonie pour ensuite s’en féliciter.

Une seule chose est sûre. Le président est heureux dans son job. Il est fier de lui. Mais chacun sait que les heureux au travail sont les incapables.

Il y a quand même un point sur lequel les mots creux qui succèdent aux mots creux finissent par inquiéter. Cette absence de référence à la démocratie dans le discours se retrouve, notamment, quand il parle de l’Europe. Il envisage un gouvernement économique avec un président nommé. Il considère que la France est honorée par son dialogue avec le collège des commissaires. Où est la représentation populaire dans tout cela ?

Mais on peut encore une fois se rassurer car les mots n’ont toujours pas de sens. Il n’y a aucune chance pour que l’Allemagne s’intéresse à des propositions aussi mal formulées, aussi peu empreintes de démocratie. Le journal Ouest-France cite Michael Stübgen, membre de la CDU d’Angela Merkel et porte-parole des affaires européennes au Bundestag, lequel les critique sans ménagement : « il s'agit d'une tentative, avec de grands discours européens, de faire diversion face aux efforts insuffisants de réformes au niveau national ».

En mettant la condition absurde d’une harmonisation sociale par le haut, Hollande sait qu’il apporte une fin de non-recevoir à la main que les autres lui tendent. Paradoxalement, il ne voit dans sa prétendue « gouvernance économique » qu’un moyen pour les états de renforcer leur souveraineté, de se dégager des contraintes communes, celles de la Banque centrale et celles de la commission, ce qui ferait presque passer, par comparaison, Manuel Barroso pour un sage. Ce faisant, il feint d’ignorer que ces contraintes ont été acceptées ou voulues par les états en question. De fait il voit la zone Euro comme une manne dans laquelle chacun pourrait puiser, sans qu’aucune règle ne soit imposée à personne. C’est la raison pour laquelle la zone Euro devrait, selon lui, être dotée d'une capacité budgétaire et pouvoir lever des emprunts.

Le journal Die Welt l’a bien compris : « Hollande continue à ne pas montrer le moindre appétit pour la réduction des dépenses de l'État». De son côté, le site du Spiegel ironise, quand il entend Hollande «se féliciter de quelques uns de ses succès … en grande pompe monarchique». Les Anglais ne sont pas plus tendres avec lui. Le Guardian, qui compare sa prestation au célèbre « En attendant Godot » de Beckett, retient qu’ « il existe de forts doutes sur sa capacité à nager contre les courants qui le tirent vers le fond ».

Quand Hollande parle d’offensive, d’initiative européenne, de sortir l’Europe de sa langueur, cela ne veut simplement rien dire.
 
Peter Eisner (PSUNE/LBTF)

12/05/2013

Esclavage et repentance ou la rançon exigée d'Hollande

esclavage,repentance,10 mai 2013,françois hollande,françafrique,hypermnésie,abraham lincoln,psune,thomas ferrierCe 10 mai 2013, le lendemain de la fête de l’Europe, le président de la République française tenait un discours de repentance dans lequel il fustigeait la France pour avoir participé à la traite négrière. Par une simplification historique abusive, François Hollande alimente ainsi une hypermnésie orientée, qui accable une fois encore l’Europe et l’Europe seule. Louis-Georges Tin, président du CRAN, ne s’y est pas trompé puisque le même jour il décidait de porter plainte contre la Caisse des Dépôts et Consignations, qu’il accuse de disposer de fonds issus d’un dédommagement que la France avait reçu de Haïti pour prix de son indépendance. Il chiffre à 21 milliards d’€, selon un calcul d’actualisation imaginaire, le préjudice subi et demande à ce que notre pays rembourse cette « dette ». Les chômeurs français apprécieront.

Le député européen écologiste Jean-Jacob Bicep réclame quant à lui la mise en place d’une journée européenne consacrée aux victimes de la colonisation et de l’esclavage affirmant sans rire que « toute l’Europe en a profité ». On voit mal en quoi l’Irlande, colonie des Britanniques, aurait profité de la colonisation alors qu’elle était elle-même colonisée, ni en quoi les Etats d’Europe centrale et orientale, qui pour la plupart n’ont obtenu leur indépendance qu’en 1918, ou encore l’Islande qui ne l’a été qu’en 1945, auraient été bénéficiaires d’une politique qui, par ailleurs, n’a jamais bien au contraire enrichi les pays qui se lancèrent dans l’aventure coloniale, leur attachant en réalité un boulet économique.

Pour des raisons morales, l’esclavage était inacceptable, même s’il n’a enrichi qu’une poignée de marchands, une infime partie du peuple français, nation de paysans jusqu’au milieu du XIXème siècle. Rappelons que le servage n’a été aboli en France qu’en 1789 et ne l'a été en Russie qu’en 1861. Or un serf européen n’est rien d’autre qu’un esclave, un servus. Enfin, les ouvriers français et européens, ceux qui ont été avec les capitaines d’industrie les principaux responsables de la richesse de l’Europe moderne, ont connu un sort au XIXème siècle qui n’était en rien enviable. Je pense notamment aux mineurs français qui se sont tués à la tâche pour améliorer le sort de leurs enfants.

De même, la colonisation fut une erreur monumentale, tant morale qu’économique, sur laquelle les peuples européens ne furent jamais démocratiquement consultés. Il ne faut jamais oublier le combat de George Clémenceau contre cette folie dans les années 1880, mais aussi ce mot lucide du journaliste Raymond Cartier à la fin des années 50 : « Le colonialisme a toujours été une charge en même temps qu’un profit, souvent une charge plus qu’un profit. » On ne peut pas dire que l’Europe s’est enrichie, pas même les pays colonisateurs, bien au contraire.

Revenons sur la question même de l’esclavage que François Hollande dénonce comme fondée sur « la couleur de la peau ». Cette assertion également doit être discutée.

Lire la suite

02/04/2013

De la religion en Europe…

Jupiter-olympien1.jpgEn songeant aux premiers gestes du nouveau pape en ce lundi de Pâques 1er avril, fête des Veneraliae à Rome en l’honneur de la déesse de l’amour, et fête d’Ostara chez les peuples germaniques, je constate une fois de plus que l’Europe souffre d’être une vassale en religion, pour reprendre cette expression d’Ernest Renan. Je songe aussi aux mots de l’historien européen Dominique Venner selon lesquels « face à tout ce qui menace notre identité et notre survie en tant qu’Européens, contrairement à d’autres peuples, nous ne disposons pas du secours d’une religion identitaire ».

Comme premier acte, ce pape argentin d’origine italienne trouve bon de baigner les pieds de douze détenus (chiffre symbolique), dans un geste qui avait peut-être du sens dans la Judée du Ier siècle, mais qui n’en a aucun dans l’Europe du XXIème siècle. Il croit utile aussi d’intensifier le « dialogue avec l’islam ». On aimerait qu’il ait d’abord à cœur de défendre la civilisation européenne, dont il est le dépositaire, non seulement en tant que souverain pontife, héritier des prêtres païens (pontifices maximi) de Rome, dont il arbore les symboles, mais aussi en tant que fils de l’Europe.

A ceux qui s’inquiètent de lendemains qui déchantent, à ceux qui voient s’annoncer les nuages sombres au-dessus de notre noble continent, ce n’est pas vers la religion chrétienne qu’il faut chercher un espoir, mais auprès de ceux qui ont béni notre terre d’Europe, auprès des dieux de l’Olympe et d’Asgard.

Thomas FERRIER (LBTF/PSUNE)

22/09/2012

Provocations...

 
peter eisner,psune,laïcité,islam,charlie hebdo,marine le penLa publication par Charlie Hebdo de caricatures touchant à l’Islam a suscité, en France, beaucoup de réactions de la part de nos élites. Certaines intelligentes, comme celle de Christophe Barbier, interrogé dans l’émission C’est Dans l’Air, et d’autres hypocrites, comme celle d’Olivier Mazerolle débattant avec Ruth Elkrief.

La première erreur généralement commise est de penser que cette publication était adressée aux musulmans. Un représentant du journal s’est même trompé en disant qu’il voulait attaquer les intégristes. En réalité, c’est la population française dans son ensemble, sa classe politique et médiatique en particulier, qui en était le destinataire. Charlie Hebdo, que je n’ai jamais lu ni feuilleté car je n’ai aucune raison de l’apprécier, a fait pour une fois œuvre utile. Il a posé, sans le savoir, la question suivante aux Français : tenez-vous réellement aux principes fondamentaux qui font notre civilisation et nos modes de vie ? Ou alors êtes-vous prêts à toutes les compromissions ?

Là au moins, Christophe Barbier a été clair. Nous devons être intransigeants sur le liberté d’expression, même si cela nous fait prendre des risques. Notre liberté vaut bien de les prendre. Il a répondu « oui » à la question.

De son côté, Olivier Mazerolle, parmi beaucoup d’autres mais peut-être plus que d’autres, a répondu « non » en essayant de nous faire prendre ce « non » pour un « oui ». Selon lui, l’hebdomadaire n’aurait pas dû publier : c’était irresponsable. En revanche il faudrait, toujours selon lui, se montrer très ferme sur le respect de nos règles, refusant, par exemple, la pression sur les médecins hommes amenés à examiner des femmes. Il est vrai que nos dirigeants ne sont pas très clairs sur les sujets de ce genre. On a interdit la burqa dans l’espace public, mais on ne fait pas de zèle pour l’empêcher. On n’a rien fait contre l’abattage hallal généralisé. On ne parle plus des horaires séparés dans les piscines. On a accepté des exceptions dans les sports etc. Cependant Mazerolle croit-il nous duper en nous laissant imaginer que la fermeté qu’il préconise sera plus facile à installer que la liberté d’expression ? Mettons-nous à la place du musulman qui veut respecter les préceptes religieux qu’on lui a appris. Il n’est pas obligé de lire Charlie Hebdo ; de plus les insultes contre sa religion ne sont pas de son fait. En revanche, s’il permet qu’un homme examine sa femme, c’est lui qui commet l’offense. N’est-ce pas plus douloureux pour lui ?

En fait, tout est lié. Le respect de la place de la femme dans la société et la liberté d’expression ne sont pas séparables. Si l’on capitule sur l’un, on capitulera sur l’autre.

Marine Le Pen a lancé un autre pavé dans la mare, en proposant d’interdire les signes religieux dans la rue. La classe politique a réagi négativement dans sa quasi totalité. En revanche, comme un sondage de BFM semble le montrer, les Français y seraient favorables. Elle ajoute ceci : il faut interdire le voile, donc aussi la kippa. Elle fait ainsi œuvre utile en lançant le débat, même si elle n’a pas étudié sérieusement la question et y apporte une réponse inadaptée.

La seconde erreur généralement, qu'elle commet par ailleurs, est de placer sur le même pied les religions juive et musulmane. Cette erreur dérive d’une autre, celle qui consiste à interpréter la laïcité sous un angle exclusivement universaliste : soit une laïcité de combat qui s’oppose à toutes les religions, soit une laïcité d’empathie qui est ouverte à toutes, celle qui est choisie aujourd’hui par les anciens laïcards.

Or la laïcité, prise dans son sens authentique, est ce qui vient du peuple, par opposition à ce que prêchent les clercs. En Europe, la démonstration publique d’un christianisme populaire est laïque ; à l’intérieur du christianisme, les réminiscences de paganisme chez les gens du peuple sont des signes de laïcité. Comme un nombre important de Juifs a partagé la vie des Européens pendant des siècles et contribué à la culture européenne, leur pratique religieuse ne contredit pas la laïcité. Sachant, toutefois, que le port de signes extérieurs est surtout le fait de gens récemment arrivés.
 
L’Islam européen, celui des Albanais par exemple, n’a jamais posé de problèmes, mais il est très minoritaire. C’est au contraire un Islam d’importation, étranger au peuple européen, qui est en cause. Il ne peut pas se prévaloir des excuses que l’on accordera au Judaïsme.

Cette seconde provocation nous ramène à la première. La différence majeure, chez nous, entre le Judaïsme et l’Islam est que le second est prosélyte quand le premier ne l’est pas. Un article de Thomas Ferrier en a fait récemment la démonstraton. Ainsi la notion de « terre d’Islam », qui désigne toute terre sur laquelle un musulman a posé le pied, n’a-t-elle rien en commun avec la « terre d’Abraham ». En fait, la question posée par Charlie Hebdo se résume ainsi : la France, et par extension l’Europe, est-elle terre d’Islam ?
 
Peter Eisner (LBTF/PSUNE)

29/07/2012

Le triomphe du Chevalier Noir

The dark knight rises.jpg

Après le plus conventionnel Batman Begins et le grandiose The Dark Knight, avec la performance d’acteur du regretté Heath Ledger dans le rôle du Joker, Christopher Nolan devait conclure sa trilogie sur un succès. Il était pourtant très difficile de dépasser le second long métrage consacré au chevalier noir de Gotham, tant au niveau du scénario que du jeu d’acteurs, et notamment les palpitantes dernières trente minutes. Il était également nécessaire que Nolan satisfasse les fans de DC et offre à Batman une fin digne de lui, puisqu’il était bien entendu que le troisième film serait aussi le dernier.

Par son choix d’un environnement extrêmement réaliste, Nolan s’interdisait la possibilité d’introduire des personnages trop fantasques comme Poison Ivy ou Victor Fries, tous deux préalablement défigurés par le médiocre Batman & Robin de Schumacher. Il ne fallait donc pas non plus s’attendre à une apparition de Superman à la fin du film pour introduire Man of Steel. En outre, la mort de Ledger rendait difficile la remise en avant du Joker car aucun acteur n’aurait pu crédiblement reprendre le flambeau.

Nolan a donc dû retourner au mythe et s’est ainsi qu’il s’est inspiré des meilleurs comics consacrés à Bruce Wayne, à savoir les cycles Knightfall et No Man’s Land, tout en reprenant son principe d’un terrorisme à grande échelle (post-2001) menaçant Gotham. Il s’agissait aussi de s’inspirer à nouveau de Batman Begins, afin de fermer la boucle. Le film est donc centré sur le personnage de Bane, Tom Hardy ayant enfin un rôle à sa mesure, bien plus valorisant que son rôle timide dans Target. Celui-ci associe force physique et intelligence tactique, face à un Bruce Wayne vieillissant, aux tempes blanchissant, qui a perdu la foi et traîne son corps blessé dans l’intimité de son manoir depuis huit ans.

Batman retrouve ses premières couleurs lorsque Catwoman, alias Anne Hathaway, fait son apparition au cœur de ses appartements. Plus fidèle à la bande dessinée que la blonde Michelle, elle incarne remarquablement la cambrioleuse féline. Retrouvant la tenue de Batman, il se retrouve avec à dos la police de Gotham, qui croit qu’il est l’assassin d’Harvey Dent puisqu’à la fin de The Dark Knight il avait endossé sa mort pour préserver son image de procureur intègre, mais aussi la Ligue des Ombres dont Bane, pourtant officiellement exclu, semble le dirigeant. La confrontation entre Batman et Bane tourne rapidement à l’avantage de ce dernier, qui a en outre réussi à ruiner Bruce Wayne et obligé ce dernier à s’associer avec l’énigmatique Miranda Tate, jouée par Marion Cotillard.

Comme dans Knightfall, la chauve-souris est brisée, paralysée et enfermée au fond d’une prison exotique, sans espoir de s’en libérer, et assistant en outre, par le biais d’une télévision, à la chute de sa cité, prise en otage au sens littéral par un Bane anarchiste, libérant les prisonniers de Blackgate, enfermant les policiers de la ville sous des tonnes de bêton, chassant les riches de leurs appartements, jugeant et condamnant à mort les résistants. Révélant l’innocence de Batman dans la mort de Dent, pensant ainsi salir définitivement la mémoire du commissaire Gordon, Bane ne se rend pas compte qu’il fait de Batman le sauveur de Gotham.

La remontée de Bruce Wayne est certainement le moment à la fois le plus angoissant et le plus majestueux du film de Nolan. Le spectateur souffre avec le héros, constate son impuissance. En quatre mois, Bruce Wayne se reconstruit physiquement mais demeure incapable de se libérer de sa prison. C’est au moment où il comprend ce qu’il a à perdre, lorsqu’il est à nouveau animé d’une pulsion de vie, et se souvenant bien à propos du message nietzschéen de son père sur la nécessité de chuter pour remonter la pente, qu’il parvient enfin à redevenir Batman.

Mais ce n’est pas un Batman solitaire qui ressort du trou béant dont il était le prisonnier. Ce n’est pas un Batman qui attaque bille en tête, comme s’il n’avait rien à perdre. John « Robin » Blake, le commissaire Gordon, l’élite de la police de Gotham, et la charmante Catwoman l’aident dans sa mission. Bane reçoit alors la leçon qu’il mérite mais pour mieux faire apparaître un personnage de l’ombre, Talia Al-Ghûl, fille du méchant du premier film, animée par une vengeance sans pitié et par une forme d’éco-terrorisme.

Nolan offre enfin son mythe à Batman, celui-ci donnant l’illusion d’être mort en sacrifice, tout en sauvant réellement sa cité, libérant Bruce de son nom si lourd à porter, de la malédiction Wayne, et lui permettant de se construire une nouvelle vie aux côtés de Selina Kyle. La scène finale où Alfred effondré, avec un Michael Caine au sommet de son art, découvre Bruce et Selina à la terrasse d’un café en Italie, conclut un film épique sur une note fondamentalement optimiste. Un nouveau héros par ailleurs se lève, avec « Robin », montrant qu’il y aura toujours un Batman à Gotham.

Nolan a pris certaines libertés avec la tradition Batman, négligeant la filiation entre Don Diego de la Vega et Bruce Wayne, l’un et l’autre timides aristocrates le jour et héros au service de la justice la nuit. C’est bien en sortant du film The mark of Zorro que les parents du jeune Bruce sont tués sous ses yeux par Joe Chill, et non en ayant assisté à un spectacle de chauves-souris comme le présente Nolan. Ce dernier synthétise également en un seul personnage le chef de la Ligue des Ombres, l’assassin professionnel Henri Ducart et Ras-al-Ghûl, et enfin associe le mercenaire Bane dès le départ à Talia.

La dimension plus humaine de Batman est ainsi affirmée plus que jamais, à la différence de tous les autres super-héros. Nolan en exagère la dimension sociale car Bruce Wayne ne se prétend pas spécialement bon, et le généreux donateur est avant tout une image qu’il se donne pour cacher ses autres activités. Mais la rédemption par l’amour qui lui est offerte ne peut que satisfaire les aficionados de l’homme au masque. Le couple Batman/Catwoman, très perturbé dans la version de Tim Burton mais aussi dans le nouveau cycle 52 de DC Comics, est explicitement établi à la fin du film.

Enfin, la musique de Hans Zimmer, remarquable dans les deux premiers opus, est à la hauteur du nouveau film de Nolan. Elle diffère fondamentalement de la musicalité héroïque d’un John Williams dans Superman mais surtout de celle de Danny Elfman dans les deux Batman de Tim Burton. Mind if I cut in ?, le quatrième morceau de la bande originale, associe désespoir et chaos en devenir. Rise annonce véritablement la remontée à la surface d’un Batman métamorphosé.

Il sera difficile de reprendre le flambeau de l’adaptation cinématographique de Batman après le chef d’œuvre de Nolan. On ne pourrait imaginer une renaissance du personnage qu’en choisissant de coller de près à la bande dessinée, comme pour Amazing Spiderman. The Dark Knight Rises rappelle toutefois que Batman ne peut pas agir seul, à la différence de Superman, de Wonder Woman ou de Green Lantern, tous dotés de super-pouvoirs. Quatre Robins (Richard Grayson, Jason Todd, Timothy Drake et Damian Wayne, son propre fils) sont nécessaires, de même qu’une Batgirl (Barbara Gordon) et une Catwoman ambigue, pour arriver à maîtriser la criminalité dans Gotham. En tout cas, Nolan a fait rentrer Batman de la plus belle des manières dans le XXIème siècle. Et son message devrait faire réfléchir l’Europe toute entière. A l’heure où le monde européen décline, où sa natalité est en berne, où il subit des flux migratoires comme jamais dans son histoire, où son économie vacille et sa monnaie unique chancèle, il lui faut retrouver la pulsion de vie, pulsion primale, pulsion primaire parfois ; il lui faut « réapprendre la langue du Soleil », comme le disait Robert Sabatier.

Pourquoi tombons-nous ? Mais pour mieux nous relever, voyons. C’est ainsi que la chauve-souris, symbole de protection, devient phénix, symbole de renaissance.

Thomas FERRIER (LBTF/PSUNE)

Restaurer des Jeux Olympiques authentiques

 
discobole.jpgEn 394 après J.C, l’empereur Théodose, revenu vainqueur d’Italie après avoir écrasé l’armée romaine occidentale d’Eugène, avec l’appui de ses nombreux mercenaires orientaux et huns, décide de mettre fin aux Jeux Olympiques, une des plus estimables traditions millénaires du peuple grec, un moment de paix et de saine concurrence entre les athlètes, un symbole de ce panhellénisme vanté par Isocrate mais qui avait échoué à se réaliser politiquement. Les autorités chrétiennes sous lesquelles l’empereur s’était de son plein gré placé ne supportaient plus ces cérémonies païennes en l’honneur de Zeus Olympien.

Il est vrai que si la tradition place la naissance des Jeux Olympiques en 776 avant J.C, date qui servira d’année zéro selon le calendrier hellénique, il s’agissait déjà de nouveaux jeux olympiques, réinstaurés notamment par l’intervention du spartiate Lycurgue. Les premiers jeux olympiques eurent en effet lieu à Olympie mais avec des athlètes un peu particuliers, à savoir les dieux eux-mêmes, autour du fils de Zeus, le héros et demi-dieu Héraclès en personne. C’est ainsi que la mythologie évoque les victoires d’Apollon, qui surpasse Hermès à la course et triomphe d’Arès au pugilat. Que ce soit l’initiative de Zeus en personne, d’Héraclès ou encore du père fondateur Pélops, dont le Pélopponèse porte le nom, leur dimension sacrée a toujours été affirmée. C’est en l’honneur de Zeus Olympien, dont la statue chryséléphantine ornait un temple considéré comme l’une des sept merveilles du monde, que les athlètes venus de toutes les cités de la Grèce s’affrontaient dans des joutes. Le vainqueur, démontrant ainsi qu’il avait la faveur des dieux, avait droit à sa statue personnelle, et même si sa cité était flattée de sa victoire, c’était l’athlète et lui seul qu’on honorait. Isocrate voit dans ces Jeux la base même de l’idée panhellénique, et la trève sacrée qui obligeait toutes les cités à cesser leurs opérations militaires durant les Jeux, était une belle manière de souligner la parenté profonde entre tous les citoyens grecs.

Bien sûr, les autres divinités du panthéon grec étaient aussi à l’honneur, et notamment les divinités hippioi par paire (« équines »), liées notamment aux combats, à savoir d’une part Arès Hippios et Athéna Hippia, et d’autre part Poséidon Hippios et Héra Hippia, mais aussi la Terre-Mère en personne, Déméter Chamynè (« la déesse qui dort à même le sol »).

Lorsque le baron de Coubertin entreprend avant 1896 de restaurer les antiques Jeux Olympiques, animé par une profonde foi en l’esprit européen et en une nostalgie sincère pour l’ancienne tradition hellénique, il cherche explicitement à s’extraire du cadre chrétien et bourgeois du sport. C’est naturellement qu’il songe à Athènes comme lieu des premières Olympiades modernes, et c’est ainsi qu’en 1896, un millénaire et demi après le décret infâme de Théodose, que les jeux en l’honneur de Zeus, mais sans que la référence aux dieux ancestraux soit explicite, voient à nouveau le jour.

En 1896, à l’exception de l’Ethiopie et du Japon, et des colonies européennes de peuplement en Amérique, les nations olympiques sont les nations d’Europe car le reste du monde est colonisé, en cours de colonisation ou simplement soumis à une tutelle européenne, comme la Chine. Lorsque le baron de Coubertin invente l’olympisme moderne, il le crée en européen décidé à éclairer les autres européens et à créer une solidarité de fait entre les peuples du continent. Malheureusement, son initiative n’empêchera pas la première guerre mondiale, qui se résume là encore à une guerre civile européenne.

Le drame c’est que le principe d’une représentation nationale était un facteur de concurrence détestable, de fierté nationaliste mal placée, et non l’hommage rendu à la civilisation européenne et aux athlètes. L’Allemagne nazie en 1936 s’emparera de son flambeau pour glorifier son idéologie mortifère, détournant ainsi la matrice hellénique pour magnifier ses objectifs conquérants, mais elle sera imité par les Etats-Unis et l’Union Soviétique au cours de la guerre froide, et désormais par la Chine (2008). A Moscou, à Los Angeles puis à Pékin, chaque régime, chaque modèle politique et économique, essaie d’avoir la suprématie. C’est d’ailleurs pourquoi les media donnent tant d’importance au classement des médailles par pays.

En outre, le capitalisme mondialisé a tout envahi, les droits télévisuels créant une manne financière artificielle considérable. Et le fait que le lieu où se déroulent les Jeux change à chaque fois a des conséquences en matière d’environnement particulièrement désastreuses, amenant à construire des infrastructures qui ne serviront plus jamais, mais aussi de graves conséquences économiques. La crise de la Grèce est ainsi intimement liée aux Jeux Olympiques de 2004 qui s’y sont déroulés.

Refonder les Jeux Olympiques, dans un esprit de rupture total avec la mondialisation libérale qui s’en est emparée, mais aussi dans celui d’un retour à la matrice grecque et à la volonté originelle de Coubertin de ranimer cette flamme sacrée, c’est mettre à bas le pseudo-olympisme contemporain, et dont on voit une nouvelle manifestation à Londres en cette année 2012.

La première mesure forte serait de décider que les Jeux Olympiques se dérouleront systématiquement tous les quatre ans à Athènes. Cela permettrait d’aider les Grecs à sortir de leur marasme économique en rentabilisant des installations coûteuses qui ne servent plus à rien.

La seconde mesure serait de décider de briser le caractère international des Jeux Olympiques modernes et d’en affirmer en revanche le caractère strictement européen. Cela implique de restreindre les JO aux seuls athlètes européens et d’en exclure également les sports étrangers ou non traditionnels. Les JO se substitueront ainsi par exemple au Championnat d’Europe d’athlétisme.

La troisième mesure serait d’affirmer le caractère amateur des JO, en clair revaloriser le sport amateur au détriment du sport professionnel. Ce sera privilégier l’importance de la victoire plutôt que celle du temps de référence, du record, chose inconnue des Grecs anciens. En particulier, l’athlétisme en Europe cesserait d’être professionnel. On peut imaginer l’organisation de pré-olympiades dans chaque ville, dans chaque euro-région, mettant en concurrence des sportifs européens amateurs, tout en supprimant l’idée de représentation nationale. Un athlète gagnera en tant que citoyen européen et non en tant que représentant de telle nation, de telle région. Dans l’antiquité, les vainqueurs d’Olympie étaient honorés de la même manière, qu’ils viennent d’Athènes, de Sparte ou de Thèbes, non en tant qu’athéniens, spartiates ou thébains, mais en tant que grecs.

Le vainqueur d’une compétition ne gagnera pas d’argent, ne bénéficiera d’aucun sponsoring, n’aura pas le droit de participer à des compétitions internationales rétribuées, mais se verra doté d’une couronne de feuilles de chêne dorées.

Par ailleurs, le principal problème c’est l’argent corrupteur du sport, lié aux droits de retransmission. Les nouveaux Jeux Olympiques devront alors voir leur système de diffusion totalement modifié, à savoir l’existence d’une seule retransmission officielle, identique au niveau européen, selon un format unique diffusé exclusivement par les chaînes publiques en Europe. La publicité sera totalement bannie aussi bien des retransmissions qu’au sein des lieux de compétition sportive ou sur les maillots. Tout gain éventuel généré par ces Jeux Olympiques servira à l’entretien des installations et éventuellement sera reversé aux caisses du futur Etat européen.

zeus.jpgEnfin, la dernière réforme, sans doute la plus provocatrice, sera de restaurer la dimension sacrée des Jeux Olympiques, allant au-delà de la cérémonie « néo-païenne » actuelle consistant à allumer la flamme olympique par les rayons du soleil. Mikis Theodorakis, lorsqu’il composa pour les JO son « Hymne à Zeus », avait déjà introduit implicitement cette dimension jovienne. Des cérémonies traditionnelles, conformes au rite antique, pourraient être introduites, afin que les Jeux Olympiques retrouvent leur sens vraiment « olympique », en l’honneur des Olympioi, et premiers vainqueurs des Jeux.

Les compétitions de natation ou de sports nautiques seraient exclues des Jeux Olympiques mais se dérouleraient lors des Jeux Isthmiques (en l’honneur de Poséidon, dans l’antiquité) et ce la même année. Les Jeux Olympiques d’hiver seraient parallèlement maintenus, avec deux modifications principales, leur dimension strictement européenne et leur caractère amateur. On peut enfin imaginer réintroduire les Jeux Pythiens (concours de poésie, de théâtre et pourquoi pas de cinéma) et les Jeux Néméens, afin que les quatre fêtes sportives de l’antique Hellade soient réintroduites, et pas seulement celle d’Olympie.

Thomas FERRIER (LBTF/PSUNE)

08/07/2012

De Soler, d’Onfray et de leurs détracteurs. Sur le monothéisme.

moses.jpgJean Soler est un remarquable historien spécialisé dans l’étude des origines du monothéisme. Acteur engagé de la société civile, dans ses deux derniers ouvrages, « La violence monothéiste » et « Qui est Dieu ? », il s’attaque aux trois monothéismes abrahamiques, en insistant sur la violence et l’exclusion qui leur seraient naturellement associées. Sa thèse n’est pas nouvelle et s’inscrit dans la plus pure tradition voltairienne, puis « néo-droitière », mais dans une version mise à jour à la suite des travaux novateurs d’archéologues israéliens (les auteurs de « La Bible dévoilée »). Ce n’est pourtant pas Soler qui crée le scandale mais l’éloge que Michel Onfray a prononcé dans Le Point à propos de son dernier ouvrage, reprenant en les vulgarisant les principales thèses de l’auteur dans son dernier opus.

Onfray nous a habitués à son combat contre l’obscurantisme religieux, lui-même professant un athéisme explicite et revendiqué, ce que nous ne partageons pas avec lui, partisans que nous sommes d’une vision bien au contraire ouvertement polythée. Il n’est pas étonnant que Soler lui ouvre de nouvelles perspectives, lui qui prend modèle sur le philosophe à coups de marteau, le démolisseur des idoles « galiléennes », pour reprendre l’expression de l’empereur Julien.

Depuis plusieurs jours, de nombreux intellectuels, notamment issus de la communauté juive, dénoncent Onfray comme un antisémite. Rien ne permet dans la pensée d’Onfray de le qualifier de tel puisque, très bon connaisseur de Nietzsche, il partage avec lui le refus absolu de l’antisémitisme, considéré comme d’essence chrétienne. Et son choix de privilégier Athènes à Jérusalem ne saurait en aucune manière être considéré comme une démarche d’hostilité mais comme un souci naturel de se relier à une tradition antique issue du génie européen propre.

Jean Soler, dans la conclusion de son pénultième ouvrage, annonce un retour à l’héritage grec, un peu comme Pléthon prédisant que la religion de l’avenir ne différerait guère de la religion grecque antique, déclarant qu’ « ils arriveront à cette conclusion, qu’en abandonnant le modèle gréco-romain pour le modèle judéo-chrétien, l’ère monothéiste aura été, avec ses ombres et ses lumières, ses ombres surtout, une erreur de parcours dans l’histoire de l’humanité ». Mais il ne pousse pas son raisonnement jusqu’au bout, évitant le choix courageux d’un Louis Ménard ou d’un marquis de Sade, celui de retrouver la matrice antique en renouant avec le polythéisme hellénique, avec l’olympisme. Et alors que dans quelques jours auront lieu de nouvelles olympiades, selon le vœu du baron de Coubertin de ramener à la vie ces jeux en l’honneur de Zeus, cela aurait été la cerise sur le gâteau. Car c’est un vœu pieux de croire qu’on pourrait retrouver la liberté de pensée des Grecs si on ne remet pas en cause et de manière absolue la marque que le monothéisme a laissée sur le visage lumineux d’Europê, si on ne renoue pas avec les dieux immortels qu’honoraient les philosophes grecs, au même titre que les simples citoyens.

Et pourtant Soler et Onfray commettent dès le départ une erreur de méthode, à savoir qu’ils se refusent à séparer le judaïsme du christianisme et de l’islam, et qu’ils ne perçoivent pas l’impact de l’universalisme comme vecteur de violence, contestant l’ethnocentrisme qu’ils prêtent aux Juifs, et s’indignant des lois hostiles à la mixité ethnique contenus dans les textes sacrés juifs, mais qu’on retrouve aussi bien dans l’Avesta iranien et dans les Lois de Manu en Inde. En effet, c’est bien l’universalisme, chrétien ou musulman, annoncée aussi à leur manière par Socrate et par l’empire romain, qui est la principale cause de violence, puisque l’autre n’est plus respecté en tant qu’autre mais se voit contraint de cesser de l’être et de se rallier à la nouvelle religion. Le caractère non-prosélyte (au sens moderne) du judaïsme, comme du zoroastrisme et de l’hindouisme, ce dernier étant une religion par ailleurs polythéiste et apparentée à l’hellénisme, change complètement la donne. Et Onfray, en ne renonçant pas à l’universalisme, se montre malgré lui disciple de Paul de Tarse pour qui il n’y a plus « ni juif, ni grec », déclarant ainsi la guerre religieuse tant à l’olympisme qu’au yahvisme.

Il y a eu certes, indéniablement, aux origines du yahvisme, une part de violence et de persécution. Mais c’est se méprendre que de prendre en compte le récit du VIIème siècle avant J.C selon lequel les Hébreux seraient venus d’Egypte et auraient décimé les Cananéens avant de s’installer dans une nouvelle terre promise. En vérité, non seulement nous savons aujourd’hui que ces récits de destruction des cités cananéennes n’ont aucune réalité historique, mais cela témoigne en réalité d’un conflit religieux au sein des Cananéens eux-mêmes.

C’est en effet au sein du peuple cananéen que va naître la scission yahviste, la mise en place d’un culte rendu à un dieu ethnarque reprenant les fonctions d’El Elyon, le dieu suprême du ciel, dieu honoré sur l’acropole de Jérusalem, et de Baal Adad, le maître de l’orage. Le panthéon cananéen était très riche en divinités masculines et féminines, parmi lesquelles des dieux souverains, ceux que je viens d’évoquer, mais aussi de grandes déesses, comme Elat Asherah, épouse d’El puis de Yahweh dans les premiers temps du judaïsme, la guerrière Anat, sœur et amante de Baal, et la merveilleuse Ashtoreth, celle-là même honorée à Babylone sous le nom d’Ishtar, toutes divinités remontant à au moins 6000 avant J.C, du temps où l’on parlait encore le proto-sémitique en Arabie.

Pendant des siècles, chaque souverain alternant philo-paganisme ou yahvisme intransigeant, prêtres de Yahweh et prêtres de Baal s’affronteront afin de convaincre les uns d’adopter la nouvelle religion, les autres de maintenir l’antique tradition. C’est en 620 avant J.C que le roi de Judée, Josias, prend position en faveur des yahvistes, ceux-ci se définissant comme hébreux et réservant désormais le terme tribal « cananéen » aux seuls païens. Lorsque la Bible dénonce les cananéens, elle dénonce uniquement les païens, de même qu’avec la christianisation de l’empire romain le nom ethnique d’ « hellènes » servit à désigner les fidèles des dieux de l’Olympe. Ainsi, le peuple juif n’est autre que le peuple cananéen devenu monothéiste et adepte du seul Yahweh, les autres dieux ayant été abandonnés et jusqu’à l’épouse même de Yahweh. Le mythe de la disparition des Cananéens doit se comprendre comme la conversion accomplie de l’ensemble de ce peuple.

Une fois que les cananéens sont devenus les judéens (yehudim), l’expansion du yahvisme s’arrête totalement, et à cette phase de prosélytisme violent succède une phase d’ethnocentrisme modéré, d’indépendance affirmée, jusqu’à ce que les empires voisins, aux appétits conquérants, s’intéressent à leur terre. Ce sera la domination des Assyriens, des Perses, des royaumes hellénistiques et de Rome. A aucun moment, les Judéens ne déclareront la guerre mais ils subiront ces jougs étrangers, rêvant d’un nouveau David libérateur, certains réussissant comme Judas Macchabée, et d’autres échouant lamentablement comme Simon Bar Koshba.

Si l’empire romain, à la différence d’un empire perse plus complaisant, s’oppose aux judéens, c’est parce que la Judée est une province romaine turbulente et révoltée. Du jour où la rébellion est totalement vaincue, avec la destruction de Jérusalem par Hadrien, cité transformée en une ville païenne, Aelia Capitolina, dédiée à Jupiter Capitolin et Zeus Olympien, le site du temple d’El Elyon puis de Yahweh étant désormais doté d’un temple de Zeus, la judéophobie des autorités romaines cessa rapidement. Les vexations sont supprimées par Antonin le Pieux. Et face au christianisme des Constantinides, païens et juifs combattront ensemble, au point où l’empereur Julien entamera la reconstruction du Temple, se révélant le premier sioniste.

Ainsi, si la phase de conversion des cananéens polythéistes a été de nature violente, comparable à la christianisation de l’Europe ou à l’islamisation du Moyen-Orient, le judaïsme cesse de l’être une fois ce processus accompli. Bien au contraire, au même titre que le paganisme, le judaïsme est persécuté, et notamment par les chrétiens et les musulmans, et ce n’est pas un hasard si le seul havre de paix dans l’Occident médiéval pour les juifs d’Europe a été la Lituanie païenne. Onfray et Soler, tout comme Voltaire, pensent qu’en s’attaquant aux racines juives du christianisme, et de l’islam, ils pourront triompher du monothéisme. Ils se trompent. C’est en renonçant à tout universalisme, en se recentrant sur l’Europe, qu’ils pourront redécouvrir les charmes de l’antiquité.

Mais il ne faut pas simplement choisir le camp d’Athènes, mais aussi celui de la Rome de Romulus, de Tara (sanctuaire druidique renommé), d’Uppsala (haut lieu de culte des dieux d’Asgard) et d’Arkona (sanctuaire slave). C’est en (re)devenant païens que cette haine stupide qui a pour nom « antisémitisme » cessera simplement d’exister. Elle était inconnue de nos ancêtres d’avant le christianisme, car ceux-ci ne se sentaient pas en religion des vassaux. Le judaïsme, lorsqu’ils étaient amenés, rarement, à le connaître, leur paraissait sans doute bien étrange, avec son absence de représentation de la divinité, comme Pompée entrant dans le saint des saints s’en étonnera, et les troupes romaines occupant la Judée, dans un contexte difficile, n’étaient pas nécessairement très judéophiles, à l’instar de Ponce Pilate. Il est vrai que, face aux nationalistes judéens, ils jouaient leur vie. Et si Jésus, à supposer qu’il ait réellement existé, a été exécuté par les autorités romaines, c’est parce qu’ils voyaient en lui, par sa revendication de « roi des Juifs » et de descendant de David, revendication qui avait aussi été celle de Judas Macchabée, un nationaliste rebelle, un indépendantiste menaçant la paix romaine dans la région. Ce n’est alors pas un hasard qu’il ait connu le sort des compagnons de Spartacus, ce dernier étant toutefois mort au combat et non sur la croix, contrairement à la légende.

C’est par le retour à ses (anciens) dieux que l’Europe, renouant ainsi avec sa plus longue mémoire, et Israël pourront renforcer leur amitié, malgré un passé douloureux difficile à faire passer. L’occupation romaine de la Judée puis le christianisme nous ont séparés, alors qu’Alexandre, César et Auguste étaient des amis du peuple juif, considérés comme tels, et étaient en même temps de solides polythéistes. Le judaïsme, parce que c’est une religion nationale, celle d’un peuple, n’est pas comparable au christianisme et à l’islam, même si ces derniers se sont appuyés sur le monothéisme israélite pour se bâtir. Les Juifs ne sont pas responsables de ce que leurs prétendus héritiers, qui les ont persécutés par ailleurs, ont pu commettre.

Par ailleurs, un courant idéologique original n’a jamais cessé d’animer le mouvement sioniste, au sein même de la Haganah par exemple, celui des « Cananéens », c'est-à-dire des Judéo-païens. Inspiré par l’œuvre du poète israélien Adyah Gurevitch (1907-1975), ceux-ci souhaitent le retour au polythéisme des anciens Hébreux, du temps où ils étaient encore des Cananéens. Il s’agit du sionisme le plus accompli, puisqu’il vise à un réenracinement total dans la terre de leurs ancêtres, jusqu’à retrouver les dieux des pères de leurs pères. Car, on oublie bien souvent que le judaïsme est l’héritier d’un polythéisme, et que les principales fêtes du calendrier juif remontent à une époque antérieure au yahvisme, même si ces fêtes ont été recouvertes, tout comme les fêtes « païennes » en Europe, d’un voile monothéiste.

La violence monothéiste nécessite une logique universaliste, celle du principe de conversion. Le païen, le kafîr, doit adopter la nouvelle religion ou périr s’il conserve son attachement aux dieux de ses ancêtres. Le christianisme, synthèse d’une dérive universaliste du yahvisme (celle de Paul) et de l’universalisme de l’imperium romanum, et l’islam, ne supportent pas l’altérité en religion. Et cette dimension semble échapper à l’analyse, habituellement brillante, d’Onfray, tout simplement parce que ce dernier n’a pas renoncé à tout universalisme et a du mal à concevoir qu’on puisse sérieusement revenir au polythéisme, tout comme le « païen » Alain de Benoist considère qu’il est « ridicule de croire en Jupiter ». Au cœur de tourments identitaires profonds, et alors que tout laisse à penser que l’Europe approche en ce XXIème siècle d’un abîme dans lequel elle risque d’être précipitée, et qu’Onfray fait tout pour ne pas voir, il suffit de songer à ses engagements politiques à l’extrême-« gauche », la religion européenne de l’avenir ne sera plus le christianisme, qui ne l’aura pas protégée, et ne sera pas non plus l’athéisme dont Onfray espère le succès. Mais le culte de ceux que les super-héros ont remplacé dans l’imaginaire contemporain, le culte des dieux immortels, qu’ils soient descendus de l’Olympe ou d’Asgard.

Thomas FERRIER

24/06/2012

Mes coups de gueule… (2)

LE FRONT NAZIONAL SELON DOMINIQUE REYNIE ?

ETU_4155_L148.jpgLa politologie, comme toute science humaine, doit s’efforcer d’adopter une démarche scientifique de neutralité et de prise de distance. Lorsqu’il s’agit du FN, de nombreux politologues agissent malheureusement en militants, ce qui fait que leur critique perd de sa pertinence.

Lorsque Claude Guéant qualifie le FN de mouvement « nationaliste et socialiste », cherchant à créer des passerelles artificielles entre le PS et le FN, il agit en dirigeant de l’UMP. Lorsque Jean-Luc Mélenchon qualifie le FN de « fasciste », reprenant la terminologie communiste classique, il agit en dirigeant d’un mouvement qui se réclame de l’anti-fascisme et de l’opposition à l’extrême-droite.

En revanche, lorsque Dominique Reynié dénonce un « vertige social-nationaliste » symbolisée par le rejet du texte constitutionnel « européen », il agit également en militant et en idéologue. Il est alors difficile de vouloir à la fois conserver l’image d’un chercheur indépendant et d’acteur de la vie publique, engagé dans le rejet du FN.

Pour analyser le néo-FN de Marine Le Pen, Dominique Reynié parle d’un « tournant ethno-socialiste » du FN (Etudes, novembre 2011), dénonçant « l’association du socialisme et du nationalisme ». Jean-Paul Gautier qualifie le programme du FN de « national » et « social » (Les Temps Nouveaux, Hiver 2012), le présentant comme prenant la suite du programme du PPF de Jacques Doriot.

Rattacher le FN à la grande synthèse « nationale et sociale » n’est autre qu’une volonté de fasciser le Front National, de pratiquer à son encontre une « reductio ad Hitlerum », processus dénoncé en son temps par Leo Strauss, en se parant des qualités, réelles au demeurant, propres à un politologue. Le « socialisme national », analysé par Zeev Sternhell et Marc Crapez comme la base idéologique des fascismes italiens et français, rattachant le fascisme à un phénomène issu de la gauche, mais dont ils excluent de manière plus ou moins arbitraire le national-socialisme allemand, s’est certes retrouvé comme matrice idéologique du jeune Maurice Barrès et a ensuite inspiré les fascistes et divers courants nationaux-révolutionnaires ultérieurs.

De plus, l’expression « ethno-socialiste » n’est pas neutre non plus, même si j’imagine que Dominique Reynié la popularise en français. En premier lieu, l’ « ethnico-socialisme » n’est autre en grec moderne que l’ εθνίκο-σοσίαλισμος, terme revendiqué par le fasciste grec Georgios Mercouris en 1934 (père de la célèbre Melina Mercouri), et qui se traduit explicitement par « national-socialisme ». On retrouve sous la plume du suédois Sven Lindholm, fondateur du Svensk Socialistisk Samling (« Union socialiste suédoise ») mais surtout fasciste affirmé, l’expression « Folksocialisten », revendiquée ensuite par un groupuscule néo-nazi allemand (« Freundeskreis Revolutionärer Volkssozialisten »), bien que l’expression Volkssozialismus ait été originellement employée par le politologue allemand Richard Löwenthal en 1936 lorsqu’il procéda à l’analyse du nouveau régime allemand.

Je ne pense pas que fasciser le FN, le rattacher à des mouvements d’avant-guerre de nature bien différente, contribuera à une meilleure compréhension du phénomène. Et de même, pour ceux qui entendent combattre le FN sur le plan des idées, dans le cadre du débat démocratique, c’est user d’une facilité dialectique qui se retourne contre ses auteurs. Analyser le FN c’est d’abord chercher à comprendre sa mécanique interne, son histoire, ses thématiques et leur utilisation. Le diaboliser, c’est lui rendre au final service et c’est en rester à une observation superficielle. C’est le jour où le FN sera vraiment dédiabolisé et qu’on le verra tel qu’il est en vérité, qu’il s’effondrera, non parce qu’on l’aurait découvert crypto-fasciste mais parce que son électorat l’imagine autrement qu’il n’est en vérité. Les électeurs doivent pouvoir choisir en conscience quel avenir ils souhaitent, ce qui n’est possible que par une information objective et complète. Orwell qualifiait la vérité de « révolutionnaire » et elle l’est en vérité. Car ce n’est pas seulement le FN qu’il faut montrer sous son vrai jour mais le PS, le Front de Gauche et l’UMP, et en vérité la société française en général. Il faut que les Européens voient en face la décadence actuelle de leur civilisation et de cette prise de conscience viendra la renaissance.

UN FRONT EUROPHOBE

Le FN est avant tout un parti explicitement anti-européen et c’est sa caractéristique principale, la thématique de l’immigration n’ayant été introduite par ce parti que par pur opportunisme, Le Pen père étant opposé au départ à sa mise en avant. Les artisans de celle-ci furent Duprat puis Stirbois et enfin les ralliés issus de la Nouvelle Droite, mais surtout le PS et le RPR, en lui offrant ce thème inexploitée sur un plateau d’argent. Désormais, l’électeur qui veut manifester son opposition à l’immigration est automatiquement rattaché au FN et ce dernier aux pires idéologies du XXème siècle, en raison notamment des provocations sémantiques de son ancien président.

Dans une interview publiée dans un journal autrichien, Kurier, Marine Le Pen expose sa vision de l’Europe et apporte son soutien au FPÖ de Strache, également en pointe en matière d’europhobie. Elle souhaite une fois de plus l’effondrement de l’Union Européenne, donc le malheur des européens car les conséquences seraient dramatiques et notamment parce que la fin de l’€ aurait des répercussions économiques désastreuses. Pour elle, cet effondrement rendrait possible la (non-)Europe des Nations, non-Europe car une Europe dans laquelle les (anciennes) nations la composant conserveraient l’intégralité de leur souveraineté, une Europe réduite à une vague coopération, ce n’est pas une Europe du tout.

Elle refuse le principe même d’une réforme de l’Union Européenne, qualifiée encore une fois d’ « Union Soviétique », reprenant ainsi l’expression de l’agent américain Boukovski. Elle se décrit comme « EU-Phobikerin », ce qui a été traduit maladroitement par « europhobe », alors que c’est « UE-phobe ». Son rejet de l’UE et de l’euro, qu’elle a tenté de masquer durant sa campagne, reste absolument entier. Or, comme l’a fait à juste titre remarquer Elie Barnavi, « l’Europe, c’est le Graal ». L’incapacité à penser l’Europe unie s’apparente en effet à une « phobie », c'est-à-dire à une peur irrationnelle, au nom de spécificités fétichisées. La négation par Marine Le Pen de l’européanité, au-delà des questions institutionnelles, est l’aveu d’un échec intellectuel. Elle la partage avec Geert Wilders, avec Declan Ganley et tant d’europhobes militants, alors même que la division de l’Europe sert ouvertement les intérêts américains.

Selon un article du journal américain Stratfor, « les Etats-Unis ne veulent pas d’un effondrement européen (…) mais en revanche ils trouvent un intérêt certain à la crise financière (…) maintenir les Européens dans un état de difficulté de longue durée est acceptable aux yeux des Etats-Unis. » En termes clairs, les USA ne souhaitent pas que l’Europe explose, car ils en seraient impactés immédiatement, mais que l’Europe reste dans le marasme le plus longtemps possible. En ce sens, les réactions de « petty nationalism » de Marine Le Pen et de ses homologues des pays voisins servent explicitement les intérêts américains.

Que l’Union Européenne soit loin d’être parfaite est une évidence. Son manque de légitimité démocratique, son absence de vision à long terme, son incapacité à définir des frontières cohérentes, la corruption idéologique qui domine ses institutions, sont les matérialisations évidentes d’une UE déficiente, mais à l’image des états qui la composent. Tout cela ne dérange pas Marine Le Pen. Députée au parlement de Strasbourg, alors qu’elle est incapable d’être élue députée nationale, elle profite pourtant bien d’institutions dont elle conteste toute legitimité et jusqu’à l’existence même.

Que l’Union Européenne doive être réformée en profondeur relève d’une attitude raisonnable, pour ne pas abolir cinquante ans de construction européenne, et je rappelle que, pour reprendre l’image de l’effondrement de l’Union Soviétique, puisque c’est elle qui choisit cette comparaison absurde, cela ne s’est pas fait sans heurts, et la Russie d’aujourd’hui paye encore un lourd tribut. L’irresponsabilité présentée comme une solution absolue à un système mondialisé d’une complexité extrême, c’est la caractéristique principale des mouvements populistes, comme les provocations anti-€ de Beppe Grillo ou les coups de menton de Jean-Luc Mélenchon. Alexis Tsirpas, par exemple, le jeune dirigeant de Syriza, souhaite que la Grèce reste dans l’€ sans réformer quoi que ce soit, sans les efforts nécessaires pour remédier à une dépense publique incontrôlée. « Faire payer les riches » ou « souhaiter la chute de l’UE », c’est la même chose. Ca n’engage à rien puisque les portes du pouvoir restent très éloignées.

L’europhobie de Marine Le Pen, « paradoxalement », est partagée par le PS. Alors qu’Angela Merkel propose courageusement une Europe politique au sens fort, et lui répondre « chiche » l’obligerait à un début de commencement de proposition, car cela reste un effet d’annonce, François Hollande au nom d’une « exception française » traîne des pieds et manifeste sa plus mauvaise volonté au risque de faire chanceler l’édifice communautaire tout entier. Ayant fait son lot de promesses inconsidérées, il sait désormais qu’il joue gros s’il déçoit aussi rapidement son élection.

TURQUIE ET HOLLANDE

Alors que Chypre va présider à partir du 1er juillet l’Union Européenne, la Turquie est menaçante. Elle réitère sa volonté de procéder au boycott des réunions communautaires si Chypre y est présente. Les déclarations des dirigeants islamistes de la Turquie en cours de « dékémalisation » devraient recevoir une réponse cinglante des chefs d’état et de gouvernement de l’Union.

Or le nouveau président français, qui avait pourtant annoncé qu’une de ses premières mesures serait le vote d’une loi condamnant la négation du génocide arménien, est devenu bien silencieux à ce sujet. Erdogan lui propose donc de venir visiter son beau pays, ce dernier y voyant un « privilège ». Le premier ministre turc a tout de suite vu dans l’élection du « socialiste » Hollande un moyen de réactiver le processus d’adhésion à l’UE. Il s’agit surtout de profiter des dissensions entre le nouvel élu et Angela Merkel, celle-ci étant opposée à cette adhésion, à la différence de la SPD allemande.

Alors que la Turquie s’éloigne de plus en plus de ce que l’on appelle communément l’état de droit, avec des arrestations arbitraires et des procès truqués, personne dans l’UE n’ose réagir. Les provocations permanentes du duo Erdogan/Davutoglu, Gül étant discret depuis qu’il est devenu président, et notamment à l’égard d’un état membre, Chypre, sont inacceptables et pourtant ne reçoivent aucune sanction. Au contraire, c’est Erdogan lui-même qui a pris l’initiative de sanctionner économiquement la France en raison de l’opposition de Sarkozy à l’adhésion turque et pour avoir voté un texte de restriction de la liberté d’expression, certes discutable, jugé défavorable à la Turquie.

Même si le processus d’adhésion est actuellement au point mort, 13 chapitres ont néanmoins été ouverts, et en aucune manière l’objectif d’une Turquie membre de l’UE n’est remis en question. En Hollande, Erdogan pense en tout cas avoir trouvé un allié potentiel. Et même si Hollande n’est pas le partisan le plus déterminé de cette intégration, le PS y est bien davantage favorable. Si Angela Merkel devait concéder une grande coalition, ou si la SPD gagnait les élections en 2013, la Turquie reprendrait son chemin vers l’UE, avec tout ce que cela peut signifier, tant au niveau des libertés publiques en Turquie même que dans l’image détestable qu’a l’UE, au sujet de cette question, auprès de nombreux citoyens européens.

Qui va enfin avoir le courage de dénoncer cette adhésion comme une erreur monumentale, et pour le peuple européen, et pour le peuple turc ? Qui va oser montrer le vrai visage du gouvernement turc actuel ? Cela m’étonnerait que ce soit François Hollande.

Thomas FERRIER

24/06/2012

18/06/2012

Quand la Grèce évite le Tartare

Samaras.jpgLes élections législatives grecques, les secondes en un mois, qui se sont déroulées ce dimanche 17 juin 2012, étaient décisives quant à l’avenir du pays, comme la presse internationale l’a rappelé. Certes, les menaces d’une éviction de la Grèce hors de la zone euro, cas qui n’est pas prévu par les traités communautaires, étaient prématurées. Elles étaient surtout destinées à avoir un impact émotionnel sur le choix des électeurs. Le PASOK ayant une image durablement écornée, associée à l’épouvantable gestion du « socialiste » Papandreou, seule la Nouvelle Démocratie d’Antonis Samaras était en mesure de l’emporter et de mettre en œuvre les mesures décidées au niveau de Bruxelles et des instances internationales pour « aider la Grèce ».

Le choix « mélenchonien » était en revanche de soutenir le jeune Alexis Tsirpas, leader du mouvement de « gauche » radicale Syriza. Son programme démagogique promet de mettre fin au mémorandum européen sur la crise grecque, un ensemble de mesures que le gouvernement d’Athènes devrait engager afin de bénéficier de l’aide de ses partenaires, tout en garantissant le maintien de la Grèce dans la zone euro. Tsirpas en outre est particulièrement ambigu quant à la gestion des flux migratoires, préoccupation essentielle de la population grecque au même titre que la crise.

Les Grecs ont préféré à 29,7% soutenir le parti de droite conservatrice, qui avait su s’unir à la fois à plusieurs anciens députés du Laos nationaliste, dont Makis Voridis, et à des libéraux modérés. Néanmoins, Syriza obtient 26,9% des voix, ce qui constitue un remarquable succès pour cette formation politique. Son succès se fait peu au détriment du PASOK, qui perd un point à 12,3% (contre 13,2% en mai) mais en revanche est réalisé en défaveur du reste de l’extrême-gauche. Les communistes du KKE ne font que 4,5% des voix (contre 8,5% en mai) et évitent de peu la disqualification. Les écologistes, Antarsya (extrême-gauche), les Pirates, les communistes dissidents du KKE-ML, s’effondrent.

A droite, le Laos continue sa descente aux enfers avec seulement 1,6% (contre 2,9% en mai), ayant par ailleurs perdu une partie importante de ses leaders, toute représentation nationale à la Vouli, et ce au profit des conservateurs mais probablement aussi de l’Aube dorée. Les Indépendants Grecs (Anexartiti Ellines) avec 7,5% perdent trois points ; ils faisaient 10,6% des voix il y a un mois. Issus d’une scission plus nationaliste de la Nouvelle Démocratie, une partie de leur électorat a rejoint par vote utile la maison mère.

Deux surprises, dans ce contexte de vote utile et de bipolarité ND/Syriza, sont néanmoins apparues. En premier lieu, avec 6,92% des voix contre 6,97% un mois auparavant, l’Aube Dorée, mouvement néo-fasciste radical et violent, maintient son haut niveau de soutien. C’est le résultat d’une exaspération des Grecs vis-à-vis des flux migratoires extra-européens. Malgré les déclarations négationnistes de son dirigeant, malgré les cas de violence avérés de ses représentants contre des adversaires politiques, malgré les agressions physiques dont certains membres se sont rendus coupables, ce mouvement extrême conserve son aura pleine et entière.

C’est en Laconie et à Sparte que l’Aube Dorée réalise ses meilleurs scores, alors que l’immigration y demeure marginale, avec 10,6% des voix. La Laconie est le berceau des Lacédémoniens/Spartiates mais aussi de l’école philosophique byzantine de Mistra, où Gémiste Pléthon au XVème siècle prêcha le retour aux dieux de l’Olympe et à un mode de vie à l’antique où les paysans libres constitueraient un vivier de soldats pour que l’Hellade retrouve sa liberté, et c’est à Areopoli en Laconie que le dirigeant grec Petros Mavromichalis sonna en 1829 l’heure de la révolution pour chasser l’occupant ottoman hors de l’Hellade. Néanmoins, Aube Dorée perd trois sièges, avec 18 députés contre 21 en mai, en raison de la prime accordée au parti vainqueur, à savoir la Nouvelle Démocratie.

La Gauche Démocratique (Dimokratiki Aristera) progresse quant à elle légèrement avec 6,3% des voix (6,1% en mai 2012) et maintient sa représentation nationale avec 17 députés. Cette formation de gauche modérée pourrait s’associer à la grande coalition qui va très certainement se mettre en place dans les prochains jours autour de Samaras. En effet, la ND seule n’a que 129 députés sur 300, ce qui est insuffisant pour gouverner. Elle aura besoin a minima des 33 députés du PASOK dans le cadre d’une coalition de crise destinée à faire appliquer les mesures de rigueur préconisées, et de l’appui de cette petite formation afin de donner l’image d’un gouvernement rassemblé. En seront naturellement exclus Syriza, le KKE et les nationalistes radicaux de la Hrysi Avgi.

L’attachement des Grecs à l’€ et à l’Union Européenne a été une fois de plus signalé par les électeurs. Ceux-ci n’ont pas voulu prendre majoritairement le risque de l’aventure avec Syriza. Les pressions européennes ont été décisives aux yeux d’un grand nombre de citoyens qui savaient au fond d’eux-mêmes qu’il n’y avait pas de solution alternative en l’état à cette politique de restriction budgétaire légitimement impopulaire. Mais les Grecs en ont en revanche assez de devoir se serrer la ceinture alors que l’immigration clandestine, et notamment musulmane, explose. Antonis Samaras, qui s’est distingué d’Alexis Tsirpas par sa fermeté affichée pour combattre ce problème, devra réussir à mener une telle politique tout en respectant les canons du droit occidental actuel. S’il devait échouer en ce domaine, l’exaspération grecque serait à son comble. C’est un peuple qui est prêt à beaucoup de sacrifices mais qui n’acceptera pas qu’on lui prenne ce que l’on est prêt en revanche à donner à d’autres.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

09/06/2012

Mes coups de gueule... (1)

ministre-du-logement-cecile-duflot-a-fait-sensation-en-arrivant-en-jean-pour-son-premier-conseil-des-ministres-a-l-elysee-le-17-mai-2012-a-paris.jpgVER TOTALITAIRE

Depuis que le secrétaire général d’Europe Ecologie – Les Verts, la bobo parisienne Cécile Duflot, est devenue ministre, son mouvement ne se sent plus. Elle est d’ailleurs responsable du premier dérapage sérieux dans la campagne du nouveau gouvernement socialiste, en annonçant hors de son champ de compétence ministériel être en faveur de la légalisation des drogues dites par convention « douces ».

Un témoignage récent d’une buraliste parisienne à propos de l’attitude sectaire de Mme Duflot a suscité chez moi un agacement naturel. En effet, cette ministre se permet de donner des leçons aux vendeurs de journaux sous prétexte que ceux-ci fournissent à leurs clients, à la demande de ceux-ci, des sacs plastiques pour pouvoir transporter leurs journaux en toute sécurité. Pour Cécile Duflot, le client devrait savoir à l’avance qu’il va acheter des journaux, ou qu’il va pleuvoir, et se doter d’un sac personnel. On voit ici toute la dimension sectaire, qu’on leur connaît par ailleurs dès qu’on aborde la question du nucléaire, de ce mouvement pseudo-écologiste, qu’on appelle communément « pastèque » car vert dehors mais rouge foncé dedans.

Il est également ironique de constater que ce parti, qui prône de manière quasi hystérique le mariage gay, le désapprouve en revanche, et le considère comme has been, lorsqu’il est hétérosexuel. Cécile Duflot, tout comme l’actuel président de la république, n’a pas en effet souhaité épouser le père de ses enfants.

Quant à la légalisation des drogues prétendument « douces », c’est une idée malfaisante. Il faut bien admettre, certes, que la lutte en France contre la criminalité liée au trafic de cannabis est pour le moment un échec. Elle l’est avant tout parce que les gouvernements successifs n’ont jamais voulu affronter le problème à bras le corps et sanctionner efficacement les revendeurs qui, pour la plupart, sont en réalité connus des services de police. Si ceux-ci étaient arrêtés et sévèrement punis, si les autorités veillaient à ce que la loi soit respectée, si les media mettaient autant de zèle à le combattre qu’ils le font contre le tabac et l’alcool, nous n’en serions sans doute pas là. Mais il est si facile d’autoriser ce que l’on n’a simplement pas le courage de réellement interdire. C’est la même façon que d’acheter la paix civile en dilapidant l’argent du contribuable dans certaines banlieues de Paris ayant connu des émeutes.

Une autre raison de cet échec c’est l’absence en la matière d’harmonisation européenne, certains pays laxistes comme les Pays-Bas ayant largement exagéré, même si le gouvernement néerlandais souhaite interdire aujourd’hui la vente de cannabis aux citoyens communautaires, ce qui juridiquement paraît difficile à mettre en œuvre.

Le libertarisme obsessionnel des « Verts », qui sont à l’écologie ce que la moquette est au parquet, est de fait la principale revendication d’une formation politique sectaire et au final franchement hallucinée. L’ergot ne leur réussit pas.

VER TOTALITAIRE II

Autre ver, ou devrais-je dire vert, celui de l’islamisme. Ici en Tchétchénie. Le dictateur local, et islamiste forcené, Ramzan Kadyrov, que la Russie poutinienne tolère parce qu’il maintient la paix civile et brise toute velléité d’indépendance, a décidé par le biais de ses « milices de la vertu » de terroriser les jeunes femmes et jeunes filles tchétchènes afin de leur imposer le port de l’hijab. Le combat contre le fanatisme ne se limite évidemment pas à la France, mais la Russie laisse faire ce qu’elle a peur de réprimer, sa crainte étant que la chute de son allié relance la guerre de Tchétchénie qui avait permis en 2000 à Vladimir Poutine de devenir président. C’est en ce domaine, comme dans tant d’autres, qu’on voit l’importance de défendre un européisme identitaire, car l’islamisme, cet autre universalisme totalitaire, est le pire ennemi des identités. J’ai rappelé dans des articles précédents toutes les qualités de la culture tchétchène, et leur profond paganisme, enraciné dans leur plus longue mémoire, qu’il partage avec leurs voisins et cousins ingouches, ceux-là même qui en 1956, ont construit le premier temple païen de l’histoire contemporaine, dédié au dieu de l’orage Sela pour le remercier de leur avoir permis de revenir au pays.

Les indépendantistes relativement laïcs du mouvement de libération tchétchène n’ont rien de commun avec ces potentats locaux prêts à tout pour rester au pouvoir et imposer une idéologie rétrograde à leur population. On peut certes comprendre que la Russie n’ait pas pu laisser la Tchétchénie s’émanciper, car sinon elle avait vingt autres conflits séparatistes, mais n’avait-elle pas d’autre moyen que de laisser un tyranneau local imposer la sharia à un peuple européen.

A Bruxelles comme en Tchétchénie, l’Europe ne doit pas céder un pouce face à cette idéologie de régression sociétale et d’avilissement moral, et prendre tout particulièrement à cœur la défense des femmes européennes des Balkans ou du Caucase. Mais si on ne sait pas empêcher les crimes d’honneur à Berlin, je vois mal comment l’Europe actuelle pourrait les empêcher à Groznyï.

LE CAS BACHAR EL ASSAD

La situation en Syrie est évidemment effroyable, bien qu’il soit difficile de démêler le vrai du faux, tant nous sommes tombés au royaume de la propagande. La Russie préfère croire en la bonne foi du gouvernement syrien, même si elle admet maintenant un départ négocié de Bachar El Assad. L’affaire libyenne n’a pas, semble-t-il, servi de leçon. Or, alors qu’il est probable que les Frères Musulmans l’emportent au Caire, que quatre français viennent encore d’être tués par un attentat islamiste en Afghanistan, et que la Libye continue, à l’abri des caméras désormais tournés vers Damas, à souffrir de conflits entre les différents clans vainqueurs, toujours au profit de l’islamisme, comme dans le nord du Mali d’ailleurs, on sait très bien que, parmi ceux qui contestent toute légitimité au régime syrien actuellement en place, fondé sur l’idéologie baasiste, à savoir un socialisme arabe laïc, et sur les mouvements sociaux-nationalistes (comme le PSNS), il y a un gros noyau d’islamistes.

Admettons que le régime alaouite actuellement en vigueur à Damas s’effondre, sous la pression internationale. Est-ce que cela se fera en faveur d’une démocratie libérale ? Bien sûr que non. Les premiers vainqueurs seront les islamistes syriens, soutenus par la Turquie voisine.

MARIANNE ET LA TURQUIE

Depuis plusieurs années, j’écris régulièrement sur la Turquie et je dénonce la stratégie d’Erdogan consistant, au nom de l’adhésion contre-nature à l’Union Européenne, qui a réussi à briser le camp kémaliste qui protégeait la laïcité, certes à la turque, en vigueur de l’autre côté de la Mer Egée, et à mettre l’armée au pas. Les journalistes, les militaires et désormais les musiciens et autres artistes sont menacés. Si on ne les rattache pas au complot fourre-tout Ergenekon, on les menace de représailles physiques.

Martine Gozlan pour « Marianne » a compris. Elle dénonce dans un ouvrage récent l’ « imposture turque », démontrant que toutes nos craintes étaient fondées. Pour autant, on n’entend pas la « gauche » sur cette question, le PS comme la SPD étant partisans de l’adhésion turque et souhaitant continuer le processus d’intégration avec elle. Bien au contraire, il faudrait dénoncer cette adhésion comme inacceptable et y mettre fin. Erdogan a trop longtemps profité de la naïveté des gouvernements européens. Son agenda caché n’est même plus caché du tout. Et pourtant, aucun dirigeant européen ne réagit et n’ose dévoiler le pot aux roses. Honte à cette classe politique « européenne » incapable de se faire respecter et incapable surtout de dénoncer l’injustice lorsqu’elle est flagrante.

Thomas FERRIER

09/06/2012

16:46 Publié dans Billets, Mes coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook