Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2013

Esclavage et repentance ou la rançon exigée d'Hollande

esclavage,repentance,10 mai 2013,françois hollande,françafrique,hypermnésie,abraham lincoln,psune,thomas ferrierCe 10 mai 2013, le lendemain de la fête de l’Europe, le président de la République française tenait un discours de repentance dans lequel il fustigeait la France pour avoir participé à la traite négrière. Par une simplification historique abusive, François Hollande alimente ainsi une hypermnésie orientée, qui accable une fois encore l’Europe et l’Europe seule. Louis-Georges Tin, président du CRAN, ne s’y est pas trompé puisque le même jour il décidait de porter plainte contre la Caisse des Dépôts et Consignations, qu’il accuse de disposer de fonds issus d’un dédommagement que la France avait reçu de Haïti pour prix de son indépendance. Il chiffre à 21 milliards d’€, selon un calcul d’actualisation imaginaire, le préjudice subi et demande à ce que notre pays rembourse cette « dette ». Les chômeurs français apprécieront.

Le député européen écologiste Jean-Jacob Bicep réclame quant à lui la mise en place d’une journée européenne consacrée aux victimes de la colonisation et de l’esclavage affirmant sans rire que « toute l’Europe en a profité ». On voit mal en quoi l’Irlande, colonie des Britanniques, aurait profité de la colonisation alors qu’elle était elle-même colonisée, ni en quoi les Etats d’Europe centrale et orientale, qui pour la plupart n’ont obtenu leur indépendance qu’en 1918, ou encore l’Islande qui ne l’a été qu’en 1945, auraient été bénéficiaires d’une politique qui, par ailleurs, n’a jamais bien au contraire enrichi les pays qui se lancèrent dans l’aventure coloniale, leur attachant en réalité un boulet économique.

Pour des raisons morales, l’esclavage était inacceptable, même s’il n’a enrichi qu’une poignée de marchands, une infime partie du peuple français, nation de paysans jusqu’au milieu du XIXème siècle. Rappelons que le servage n’a été aboli en France qu’en 1789 et ne l'a été en Russie qu’en 1861. Or un serf européen n’est rien d’autre qu’un esclave, un servus. Enfin, les ouvriers français et européens, ceux qui ont été avec les capitaines d’industrie les principaux responsables de la richesse de l’Europe moderne, ont connu un sort au XIXème siècle qui n’était en rien enviable. Je pense notamment aux mineurs français qui se sont tués à la tâche pour améliorer le sort de leurs enfants.

De même, la colonisation fut une erreur monumentale, tant morale qu’économique, sur laquelle les peuples européens ne furent jamais démocratiquement consultés. Il ne faut jamais oublier le combat de George Clémenceau contre cette folie dans les années 1880, mais aussi ce mot lucide du journaliste Raymond Cartier à la fin des années 50 : « Le colonialisme a toujours été une charge en même temps qu’un profit, souvent une charge plus qu’un profit. » On ne peut pas dire que l’Europe s’est enrichie, pas même les pays colonisateurs, bien au contraire.

Revenons sur la question même de l’esclavage que François Hollande dénonce comme fondée sur « la couleur de la peau ». Cette assertion également doit être discutée.

Lire la suite

20/01/2013

Faut-il mourir pour Bamako ?

Mali.jpgFrançois Hollande a décidé sans concertation avec nos partenaires et alliés européens d’une intervention armée de la France dans son ancienne colonie du Mali. Après que la droite ait formellement soutenu l’initiative présidentielle, celle-ci commence à s’inquiéter d’une action militaire fort aventureuse. On peut s’étonner qu’alors qu’on nous a expliqués qu’il fallait pratiquer une sévère rigueur budgétaire de manière à réduire drastiquement la dette, le gouvernement s’engage dans un conflit nécessairement très coûteux. Les raisons sont donc autres, et en tout cas très éloignées des préoccupations réelles des Français.

Les états africains issus des anciens empires coloniaux sont découpés de manière arbitraire et nous sommes face à deux lignes de partage au cœur de cette partie du continent. La première division est celle entre les Arabo-berbères au nord et les populations nigéro-africaines au sud. Même si ce conflit s’est teinté d’islamisme, ce qui n’était pas la caractéristique du mouvement national touareg (MNLA), il s’agit avant tout d’une opposition ethnique entre deux populations bien différentes. La seconde division, qui ne concerne pas directement le Mali, mais en revanche la Côte d’Ivoire, c’est la vague islamique qui déferle vers le sud chrétien. C’est notamment le cas au Nigéria où s’affrontent musulmans et chrétiens, mais aussi en Côte d’Ivoire, le candidat de la France y étant du côté musulman d’ailleurs.

Au cœur de cet effondrement d’un état post-colonial plus qu’artificiel, la France a choisi d’intervenir pour protéger la route du sud, qui mène à la capitale Bamako, contre la tentative d’infiltration des éléments les plus durs de l’islamisme touareg, ceux-ci bénéficiant d’un armement glané notamment dans les anciennes armureries d’état de la Libye de feu Kadhafi. 6000 combattants islamiques, cela peut paraître peu, mais il s’agit de troupes bien entraînées, galvanisées par leur idéologie fanatique, et qui connaissent parfaitement le terrain. La crainte que les troupes françaises s’enlisent comme les Russes en Afghanistan est justifiée et réelle.

François Hollande affirme que cette intervention française n’a pas seulement pour but de protéger Bamako mais de rétablir l’unité territoriale du Mali. Cela impliquerait donc de mener une action jusqu’au cœur de l’Azawad, du pays touareg et arabe, c'est-à-dire de prendre de gros risques dans un environnement hostile. Alors que le président évoquait une intervention limitée dans le temps, avec la volonté de ne pas rester dans le pays, il est revenu sur ses propos, affirmant que la France restera là bas autant de temps que nécessaire.

En outre, la France est seule, ce qui est logique, puisqu’elle a décidé de manière unilatérale d’envoyer des troupes. Les britanniques et les allemands peuvent a posteriori prétendre soutenir l’action de Paris mais ils n’envoient pas de troupes et ont a priori peu d’intention de le faire. Seule la Russie poutinienne envoie à nos côtés des conseillers militaires. Ce ne sont pas les autres troupes africaines, renfort bancal, qui pourront combler l’absence des autres européens. Cela donne même l’image d’une France devenue un pays africain, à la tête d’une coalition de pays de l’Union Africaine.

Les raisons véritables de cette entreprise militaire sont nombreuses et variées. La plus évidente est la volonté d’un président de la république fraîchement élu de rehausser sa cote de popularité, dans un contexte où le chômage explose, où les entreprises les plus emblématiques du pays (Peugeot, Renault) licencient alors même qu’elles continuent d’engranger des bénéfices, et délocalisent, et où l’insécurité est grandissante dans nos rues. Hollande s’entête par ailleurs à vouloir imposer le « mariage pour tous » à une société française partagée sur la question et majoritairement opposée à l’adoption d’enfants par des homosexuels. Après avoir renoncé à tout son programme social, et s’être rangé du côté de la finance qu’il prétendait vouloir mettre au pas, il est bien obligé d’appliquer son programme sociétal en faveur de lobbies communautaires qui ont eu un rôle clé dans son élection.

La seconde est la défense d’intérêts économiques de groupes français et internationaux liés au gouvernement en place à Bamako. Cela concerne notamment l’approvisionnement en uranium. On retrouve la très classique Françafrique à laquelle une décolonisation non finalisée n’a pas permis de rompre. L’appel à l’aide du président malien ne doit pas tromper. Il ne fait qu’agir en tant que courroie de transmission des groupements d’intérêt mondialistes qui tiennent le sud du pays sous leur coupe.

En voulant jouer les gendarmes de l’Afrique, la France tourne évidemment le dos une fois de plus à l’Europe, agissant comme si nous étions encore à l’époque des réseaux de Foccart. Elle le fait en pratiquant la novlangue, présentant comme terroristes des militants islamistes et « nationalistes ». C’est pourtant exactement le discours d’un Poutine en Tchétchénie.

Atteint une nouvelle fois du syndrome de la grenouille, le gouvernement français entend rétablir l’ordre en Afrique du nord alors qu’il est incapable de le rétablir dans de nombreuses banlieues françaises. Par ailleurs, par le biais d’une immigration africaine de plus en plus massive, la France est désormais liée à tous les conflits du continent et se sent obligé de les régler. On a vu ce qu’il en avait coûté à œuvrer à la chute du détestable régime libyen. L’islamisme en est sorti considérablement renforcé, ce qui serait aussi le cas si le régime syrien de Bachar El Assad tombait à son tour.

Combien de milliards d’euros vont ainsi être dilapidés pour une guerre qui n’est décidément pas la nôtre ? Combien de soldats français vont devoir encore perdre la vie en raison des ambitions universalistes d’un gouvernement qui tourne le dos à son peuple et laisse les ouvriers français finir leur carrière au Pôle Emploi ?

L’ « union sacrée » derrière une opération manifestement néo-coloniale est choquante. Que le parti de Jaurès soit à sa tête en dit long. On constate ainsi qu’une fois de plus le PS n’est ni « européen » ni « socialiste » et sert d’autres intérêts que ceux des Français. Le comble est que ce parti veut promouvoir comme représentant des « sociaux-démocrates européens » au niveau du parlement de Strasbourg pour 2014 une figure aussi contestable que celle d’Harlem Désir.

Thomas FERRIER (PSUNE)

07/01/2010

Françafrique

seguin-conseil-const-dec_1171011927.jpgAFP | 07/01/2010 | Le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali a exprimé sa "profonde tristesse" après le décès de Philippe Séguin, "un ami personnel et un fidèle ami de la Tunisie", son pays natal, a indiqué l'agence gouvernementale TAP.

Exprimant son "immense regret" pour la perte d'un "illustre homme politique et intellectuel", Ben Ali a fait part de ses "vives condoléances et de ses sincères sentiments de compassion à la famille du défunt, ainsi qu’à sa famille politique élargie, avec laquelle il partage la douleur", a ajouté l'agence.

La nouvelle du décès du président de la Cour des Comptes et ancien président de l'Assemblée nationale françaises figurait en tête l'actualité internationale sur le site de l'agence gouvernementale.

Un livre de condoléances devait être ouvert à l'ambassade de France à Tunis, ville natale de Philippe Séguin, où sa maison parentale est devenue le siège de l'association d'amitié franco-tunisienne.

Né en avril 1943 à Tunis, Philippe Séguin était attaché à la Tunisie et s'y rendait régulièrement en vacances.

SOURCE (AFP via LEFIGARO)

15:55 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : françafrique, seguin, tunisie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook