Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2017

Elections parlementaires britanniques : le demi-échec de Theresa May.

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/00/01/3571613594.png

Ce devait être le scrutin du renforcement pour les Conservateurs de Theresa May en route vers un « hard brexit ». Malgré le peu de charisme de ce premier ministre qui après avoir été opposé au brexit est devenu partisan d’un brexit radical, Theresa May espérait s’imposer largement et c’est ce qui était prévu selon les sondages de l’époque où elle a décidé d’organiser un scrutin anticipé.

Mal lui en a pris car le candidat du Labour Jeremy Corbyn, qui a lancé des attaques sur l’économie et sur la sécurité, sans évoquer le brexit contre lequel il s’était très timidement opposé, a bénéficié alors d’une dynamique favorable.

Avec 42,4% (+5,5 points), les Conservateurs l’emportent mais ils n’obtiennent que 318 sièges (contre 331 auparavant) et perdent ainsi la majorité absolue (326 sièges). Leur progression se fait surtout au détriment du parti UKIP. Ils devront s’allier pour gouverner avec probablement le parti DUP d’Irlande du Nord, les protestants d’Ulster, qui obtient 0,9% des voix (+0.3) et 10 sièges (+2). Mais même leur soutien éventuel n’offrirait qu’une majorité très faible. En outre, le DUP est assez dur et pourrait relancer la crise en Irlande du Nord.

Avec 40% des voix (+ 9,5) et 262 sièges (+30), le Labour de Jeremy Corbyn fait presque jeu égal avec les conservateurs même s’ils ont moins d’élus. Ils progressent notamment au détriment d’UKIP mais surtout des nationalistes écossais du SNP. Ceux-ci avec 3% des voix (-1,7) et 35 sièges (-21) sont ainsi fragilisés et la perspective d’obtenir un nouveau référendum sur l’indépendance semble pour le moment s’éloigner. Réunis, Labour et SNP ne sont pas en mesure de gouverner.

Les Libéraux Démocrates, seuls partisans de l’Union Européenne, n’obtiennent que 7,4% des voix (-0,5) et devront se contenter de 12 sièges (+4). Leur rôle sera modeste dans cette nouvelle assemblée.

UKIP s’effondre littéralement, tombant à 1,8% (-10,8) et perdant son seul siège. C’est une sévère déconvenue pour la formation souverainiste qui avec le Brexit perd sa seule raison d’être, après avoir tué la seule voix un peu identitaire, le BNP n’obtenant que 4000 voix et donc 0%. Le départ de Nigel Farage a également fait beaucoup. Présents avec 25 députés à Bruxelles, qu’ils perdront avec le brexit en 2019, ils seront absents du parlement national. L’impasse souverainiste, qu’on constate aussi dans le cas français, est ainsi démontrée.

Les nationalistes gallois obtiennent 0,5% (-0,1) et 4 sièges (+1), le Sinn Fein irlandais 0,7% (+0,2) et 7 sièges (+3). Les Verts avec 1,6% (-2,1) et un siège demeurent à un niveau très bas, en dehors de leur seule implantation locale.

Minoritaires ou avec une majorité fragile, Theresa May n’est donc pas du tout renforcée à l’issue de ce scrutin. Au contraire, dans le cadre des négociations avec le Brexit, elle aura du mal à se présenter en position de force. Le Brexit n’est d’ailleurs pas si certain que tous semblent le dire. Beaucoup d’eau coulera avant 2019.

Thomas FERRIER (Le Parti des Européens)

08/05/2015

Victoire écrasante de David Cameron aux élections britanniques

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

tories.jpgTous les media annonçaient une réélection difficile pour David Cameron, au coude à coude avec son adversaire travailliste Ed Miliband. On imaginait alors un Royaume-Uni ingouvernable, avec une droite prise en otage par UKIP, et donc une coalition multicolore à la tête du pays.

Les résultats, bien loin des sondages, sont sans appel. Avec 36.9% des voix (+0.8) et 331 sièges (+24), les Conservateurs sont les grands vainqueurs du scrutin et réussissent à dépasser la majorité absolue (326) de cinq sièges. Ils n’auront pas besoin d’alliés pour gouverner le pays pendant cinq ans. Même s’ils ne progressent pas en voix d’une manière significative, leur victoire est homogène sur une grande partie du pays. Avec 30.4% des voix (+1.4), le Labour est battu, alors même qu’il progresse en voix et en pourcentage. Il n’obtient toutefois que 232 sièges (-26). Il a certes récupéré les voix de Libéraux-Démocrates déçus mais de manière insuffisante pour faire la différence.

Les Libdem de Nick Clegg sont en revanche les grands perdants de ce scrutin, tombant à 7.9% des voix et à 8 sièges (-49). C’est une véritable déculottée qu’a subi ce parti libéral pro-européen. Il paie là le prix d’une alliance contre nature de cinq ans avec la droite conservatrice aux relents eurosceptiques. Incapable de marquer sa différence, associé à une politique d’austérité qu’il a dû avaler, le parti est sévèrement puni dans les urnes.

Avec 12.6% des voix (+9.5%), le mouvement UKIP de Nigel Farage progresse nettement entre 2010 et 2015 mais est très loin des 27% des voix obtenus aux élections européennes. Dans un tel contexte, c’est une sérieuse déconvenue, aggravée par l’échec personnel de Farage, UKIP devant se contenter d’un seul élu à l’arrachée. Ce dernier, qui s’était engagé à démissionner de la présidence du parti en cas de défaite, s’est exécuté, même s’il n’exclut pas un retour dans quelques mois à la tête d’une formation marquée par son charisme. Dans ses 12.6% des voix, on trouve des électeurs conservateurs soutenant une ligne très eurosceptique mais aussi toute la droite nationale. Le BNP (1.9% en 2010) est laminé et doit se contenter d’un millier d’électeurs. Les English Democrats en ont un peu plus de 6000. Tout cela est dérisoire.

Si les Conservateurs progressent malgré cette fuite d’électeurs droitiers vers UKIP, c’est qu’ils récupèrent une part essentielle de l’électorat Libdem. Ceux-ci ont finalement préféré reconduire le gouvernement précédent, au prix de la survie de leur mouvement, plutôt que de mettre le Labour au pouvoir. Les attaques de Cameron contre une gauche accusée de s’inspirer du « contre-modèle » français ont pu faire mouche. En outre, environ 3% des électeurs britanniques se sont décidés au dernier moment, par un réflexe de vote utile et pour donner une majorité au pays, à soutenir le premier ministre sortant.

Autre vainqueur et non des moindres de ce scrutin, le mouvement indépendantiste écossais SNP. Il obtient 56 des 59 sièges pour l’Ecosse et atteint exactement 50% des voix, ce qui est en fait et de loin le premier parti de la province. Les Libdem et le Labour ont été sérieusement punis. Au final, les conservateurs disposent de deux sièges et le Labour d’un seul. Néanmoins, ce succès du SNP ne lui permettra pas de peser sur le Labour, dont il aurait été un partenaire indispensable. Là encore, des électeurs ont pu craindre son influence et ont alors choisi les Tories de Cameron.

Les nationalistes gallois (Plaid Cymru) obtiennent 3 sièges et 12.1% dans leur province. Ils progressent très légèrement en voix dans un contexte de vote utile. En revanche, les nationalistes de Cornouailles, à savoir le Mabyon Kernow, restent à un niveau très faible, entre 1.1 et 4.1% des voix selon les cantons. En Irlande du Nord, les électeurs étaient également très partagés. Les unionistes obtinrent 8 sièges quand le Sinn Fein n’en a obtenu que 3. Les premiers ont obtenu 25.7% des voix et les seconds 24.5%. Une nouvelle formation émerge, l’UUP, formation alliée avec les Tories avec 16% des voix. Le SDLP (la gauche nord-irlandaise) obtient 3 sièges.

Enfin, les Verts (Greens) progressent nettement, passant de 1% à 3.8% en cinq ans, et réussissant à faire rentrer un élu à la Chambre des Communes. Ils ont pu à la marge freiner le résultat du Labour.

david cameron,ukip,labour,tories,victoire,snpDavid Cameron, qui s’était engagé à tenir un référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union Européenne, et qui le fera probablement en 2017, sort très renforcé. Il le doit au relatif échec d’UKIP mais aussi à l’effondrement de son allié libéral-démocrate. Même si sa progression est très faible, elle est suffisante et elle a permis de faire basculer le scrutin dans de nombreuses circonscriptions en sa faveur, y compris dans le fief de Farage. La gauche, qui reste généralement forte en terre non-anglaise, conserve son bastion gallois et la région autour de Londres, en raison notamment du vote des ex-immigrés, mais perd l’Ecosse. Cette dernière aura d’ailleurs un poids sans doute déterminant dans le résultat du futur référendum. En effet, elle est beaucoup plus pro-européenne que le reste du pays et pourrait le menacer d’une sécession si le Royaume-Uni choisissait une voie trop anglocentrée.

En tout cas, voici Cameron aux affaires jusqu’en 2019-2020. Il continuera de mener sa politique d’austérité et à naviguer sur un fil avec l’Union Européenne, qui a déjà annoncé, par le biais de Juncker, qu’elle n’accepterait pas de limitations à la liberté de circuler, une des raisons pourtant du vote eurosceptique au Royaume-Uni en l’absence d’un positionnement « identitaire » européen et d’un refus clair des flux passés et présents venus du Commonwealth. L’europhobie croissante de l’opinion britannique, attisée par une presse aux ordres de la City, n’est pas une fatalité. Mais ce n’est pas avec l’Union Européenne actuelle, enlisée dans sa médiocrité et aboyant les ordres des USA, et appelant au laxisme migratoire, comme le Vatican d’ailleurs, qui fera évoluer les mentalités en sa faveur.

 

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

20:45 Publié dans Analyses, Elections en Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : david cameron, ukip, labour, tories, victoire, snp | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook