Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2017

Elections parlementaires britanniques : le demi-échec de Theresa May.

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/00/01/3571613594.png

Ce devait être le scrutin du renforcement pour les Conservateurs de Theresa May en route vers un « hard brexit ». Malgré le peu de charisme de ce premier ministre qui après avoir été opposé au brexit est devenu partisan d’un brexit radical, Theresa May espérait s’imposer largement et c’est ce qui était prévu selon les sondages de l’époque où elle a décidé d’organiser un scrutin anticipé.

Mal lui en a pris car le candidat du Labour Jeremy Corbyn, qui a lancé des attaques sur l’économie et sur la sécurité, sans évoquer le brexit contre lequel il s’était très timidement opposé, a bénéficié alors d’une dynamique favorable.

Avec 42,4% (+5,5 points), les Conservateurs l’emportent mais ils n’obtiennent que 318 sièges (contre 331 auparavant) et perdent ainsi la majorité absolue (326 sièges). Leur progression se fait surtout au détriment du parti UKIP. Ils devront s’allier pour gouverner avec probablement le parti DUP d’Irlande du Nord, les protestants d’Ulster, qui obtient 0,9% des voix (+0.3) et 10 sièges (+2). Mais même leur soutien éventuel n’offrirait qu’une majorité très faible. En outre, le DUP est assez dur et pourrait relancer la crise en Irlande du Nord.

Avec 40% des voix (+ 9,5) et 262 sièges (+30), le Labour de Jeremy Corbyn fait presque jeu égal avec les conservateurs même s’ils ont moins d’élus. Ils progressent notamment au détriment d’UKIP mais surtout des nationalistes écossais du SNP. Ceux-ci avec 3% des voix (-1,7) et 35 sièges (-21) sont ainsi fragilisés et la perspective d’obtenir un nouveau référendum sur l’indépendance semble pour le moment s’éloigner. Réunis, Labour et SNP ne sont pas en mesure de gouverner.

Les Libéraux Démocrates, seuls partisans de l’Union Européenne, n’obtiennent que 7,4% des voix (-0,5) et devront se contenter de 12 sièges (+4). Leur rôle sera modeste dans cette nouvelle assemblée.

UKIP s’effondre littéralement, tombant à 1,8% (-10,8) et perdant son seul siège. C’est une sévère déconvenue pour la formation souverainiste qui avec le Brexit perd sa seule raison d’être, après avoir tué la seule voix un peu identitaire, le BNP n’obtenant que 4000 voix et donc 0%. Le départ de Nigel Farage a également fait beaucoup. Présents avec 25 députés à Bruxelles, qu’ils perdront avec le brexit en 2019, ils seront absents du parlement national. L’impasse souverainiste, qu’on constate aussi dans le cas français, est ainsi démontrée.

Les nationalistes gallois obtiennent 0,5% (-0,1) et 4 sièges (+1), le Sinn Fein irlandais 0,7% (+0,2) et 7 sièges (+3). Les Verts avec 1,6% (-2,1) et un siège demeurent à un niveau très bas, en dehors de leur seule implantation locale.

Minoritaires ou avec une majorité fragile, Theresa May n’est donc pas du tout renforcée à l’issue de ce scrutin. Au contraire, dans le cadre des négociations avec le Brexit, elle aura du mal à se présenter en position de force. Le Brexit n’est d’ailleurs pas si certain que tous semblent le dire. Beaucoup d’eau coulera avant 2019.

Thomas FERRIER (Le Parti des Européens)

Commentaires

Mes prévisions prennent forme petit à petit :
(16/06/2017) L’ancien président tchèque a affirmé qu’il erroné de contraindre la République Tchèque à devenir multiethnique et expliqué que le pays devait quitter l’Union Européenne.

« Le temps est venu de préparer le retrait de notre pays de l’UE » a-t-il fait valoir dans une déclaration, mardi, assurant que la sortie de l’UE de la Tchéquie était « la seule façon dont nous pouvons remplir nos obligations de maintenir, sauver et transmettre aux futures générations le pays que nous ont légué nos ancêtres ».

La déclaration de Vaclav Klaus condamne la décision de l’Union Européenne d’enclencher une procédure disciplinaire contre les pays européens refusant l’immigration du tiers-monde, essentiellement islamique.

Il a en outre ajouté : « Nous rejetons le plan de l’UE d’utiliser des étrangers pour remplacer les Tchèques et nous refusons de laisser notre pays être transformer en une société multiethnique, composée de communautés hostiles, comme nous le voyons aujourd’hui en France et au Royaume-Uni… Sans parler des attaques terroristes presque quotidiennes qui sont liées à l’immigration de masse. »

(Source : Breitbart)

Écrit par : Benoît | 21/06/2017

Répondre à ce commentaire

Mes prévisions prennent forme petit à petit http://breizatao.com/2017/06/16/une-sortie-de-la-tchequie/

Écrit par : Benoît | 21/06/2017

Répondre à ce commentaire

Vaclav Klaus n'a clairement pas son mot à dire et n'a plus de rôle politique de toute façon. Sa parole n'a aucune importance.

Quant au Brexit, il ne résout en rien le problème multiculturaliste et risque même de l'accentuer par tropisme néo-colonial (Commonwealth).

Attention aux prédictions auto-réalisatrices. Nous avons besoin d'unir les Européens, pas de les diviser.

Quant au chantage de l'UE sur les pays du groupe de Visegrad, ce ne sont que des effets d'annonce, très maladroits au demeurent, qui n'ont aucune chance de devenir une réalité car il faudrait l'unanimité pour sanctionner un pays.

Écrit par : Thomas FERRIER | 21/06/2017

Répondre à ce commentaire

@ Benoît

Vous pouvez rester dans le sujet de mes articles ?

Écrit par : Thomas FERRIER | 21/06/2017

Répondre à ce commentaire

Je me voulais être dans le sujet par extension, ou disons indirectement puisqu'on parle de sortie de l'UE.

Oui il n'a plus rien à dire mais son influence est considérable, en réalité le parti qui sortira la république tchèque de l'UE c'est le SPD http://spd.cz/ pratiquement l'équivalent de l'Ukip anglais.

Écrit par : Benoît | 21/06/2017

Répondre à ce commentaire

La Tchéquie et la Hongrie étant les deux capitales européennes du X, je crois que les occidentaux leur épargneront le grand remplacement.

Écrit par : Thomas FERRIER | 21/06/2017

Répondre à ce commentaire

M. Ferrier,
Que pensez-vous des relations à venir entre Écossais et Anglais? Pensez-vous souhaitable un retrait des premiers du Royaume afin de préserver leur arrimage européen, si les institutions et partenaires communautaires se montrent conciliants envers une adhésion facilitée de l'Écosse (l'Espagne semble avoir renoncé à s'opposer à cette éventualité)? Ou pensez-vous préférable de maintenir l'intégrité du bloc britannique en attendant des jours meilleurs et une prise de conscience des Anglais de l'impasse souverainiste?

Écrit par : vinayaka | 22/06/2017

Répondre à ce commentaire

Je pense qu'il faut que l'Irlande du Nord, l'Ecosse et le Pays de Galles se séparent de l'Angleterre si le brexit va jusqu'à son terme (ce qui n'est pas certain). Voire même la Cornouaille.

Écrit par : Thomas FERRIER | 22/06/2017

Répondre à ce commentaire

Je ne connais pas la faisabilité juridique d'un tel scénario, mais il aurait fallu procéder à une sortie des Anglais du Royaume uni. Cela aurait permis le maintien des autres peuples dans l'UE.

Écrit par : vinayaka | 23/06/2017

Répondre à ce commentaire

Les états, les peuples, les ethnies composent en corps unique, une sorte d'écosystème composé d'interdépendances obligatoires, c'est à dire que les peuples naissent de l'économie, la culture naît de l'économie aussi et crée un système de pensées et des valeurs propres, une ethnie qui acquière son indépendance, son état, crée en quelque sorte son entreprise, les états ne sont en somme rien d'autre que des entreprises, à partir de ce postulat il est selon moi assez aisé de comprendre pourquoi l'unification européenne ne fonctionnera pas, la vidéo suivante résume parfaitement ce que je tente d'expliquer sur le problème des grands ensembles et les pouvoirs centralisés, ça mène automatiquement à une régression de l'intelligence et au gaspillage de potentiel, la vidéo pourrait très bien s'intituler : Pourquoi l'européisme est voué à l'échec https://www.youtube.com/watch?v=I9v4bwTE7c4

Écrit par : Benoît | 23/06/2017

Répondre à ce commentaire

Je me suis trompé de vidéo, voici celle qui pourrait s'intituler : l'erreur de l'européisme https://www.youtube.com/watch?v=h5VFEzzd0eE

Écrit par : Benoît | 23/06/2017

Répondre à ce commentaire

Si l'Union Soviétique n'avait pas disparu pour évoluer elle serait devenue l'Union Européenne.

Écrit par : Benoît | 24/06/2017

Répondre à ce commentaire

L'URSS avec son nationalisme grand-russe, son socialisme, avec ses lois contre les "comportements bourgeois", serait devenue l'UE ? Et sans doute que Pamyat' aurait été le GRECE.

Écrit par : Thomas FERRIER | 24/06/2017

M. Ferrier
Vous semblez penser que le brexit n'ira pas à son terme. Quel événement ou évolution pourrait enrayer le processus? L'irrationnel semblant de mise actuellement chez nos amis britanniques, je vois mal une prise de conscience collective d'ici mars 2019. La presse europhobe empêchera tout mouvement en faveur d'un coup de frein.
Politiquement, un renversement d'alliance paraît improbable. Et s'il devait avoir lieu, ce serait en faveur de travaillistes peu enclins à endosser une telle responsabilité. Seuls les LibDems et le SNP pourraient défendre un tel revirement, mais leur poids politique auprès des anglais est dérisoire. Quant à de nouvelles élections à court terme, j'en doute fort...

Écrit par : vinayaka | 24/06/2017

Répondre à ce commentaire

Je pense que le résultat de la négociation se finira par un non à un nouveau référendum en 2019 et que tout le processus s'arrêtera, ou que la situation en Irlande du nord ou en Écosse changera. L'opinion est en train de se retourner.

La presse europhobe n'a permis au brexit que de gagner avec 51,8% des voix car beaucoup de jeunes n'avaient pas voté...

En clair, le brexit n'aura pas lieu car le gouvernement britannique n'arrivera pas à le faire. Et devra laisser tomber.

Écrit par : Thomas FERRIER | 24/06/2017

Répondre à ce commentaire

Vous verrez que le brexit aura lieu.

Écrit par : Benoît | 24/06/2017

Beaucoup de jeunes de l'Ukip ont votés, dire que l'Ukip est le parti des vieux est inexact, c'est un argument qui a été avancé par les europhiles, or après enquête il s'est avéré qu'il y a autant de jeunes des deux côtés.

Écrit par : Benoît | 25/06/2017

Les événements ne cessent de me donner raison, ceci vient d'être filmé à Prague https://www.youtube.com/watch?v=06x-iIFxdvM je suis militant et activiste anti-européen, je suis de près tout se qui se passe en Europe centrale, or l'hostilité anti-européenne vient encore monter d'un cran, je pense que nous allons vers le soulèvement, on revit le scénario de la chute du bloc soviétique et ses satellites.

Écrit par : Benoît | 24/06/2017

Répondre à ce commentaire

Vous ne verrez jamais cela sur vos médias, pour cause tous sont au mains de la secte europhile https://www.youtube.com/watch?v=-f6ZOtlM7r8

Écrit par : Benoît | 24/06/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire