Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2015

Régionales 2015: Défaite des Républicains, échec du Front National.

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/02/02/356790240.4.png

bougie.jpgCe dimanche, je suis donc allé faire mon devoir citoyen. L’affiche du candidat de droite était à moitié déchirée, la tête du candidat du Front National recouverte de peinture noire et celle du candidat socialiste, qui s’est maintenu contre l’avis de l’appareil PS, affublée d’une moustache hitlérienne et du mot « collabo ». C’est dire si l’hystérie « antifasciste » qui a occupé tout l’appareil politico-médiatique depuis une semaine est forte. Cette manipulation collective téléguidée depuis Solférino fait insulte à notre démocratie.

Au final, elle a été payante. Le Front National échoue à s’emparer d’une seule région et en pourcentage, même s’il progresse en nombre de voix, il ne progresse guère, même en duel. Marine Le Pen est battue dans un rapport 42/58 par Xavier Bertrand (LR) tout comme Marion Maréchal Le Pen (44/56 face à Christian Estrosi). Et même en triangulaire, Florian Philippot échoue face à la droite (47/36 en faveur de Philippe Richert). Enfin, en Languedoc-Roussillon-Midi, Louis Aliot n’obtient que 34% des voix environ, la droite ayant même renforcé sa troisième place (21.5% environ contre 18% au premier tour). Aucun vote utile en sa faveur n’a finalement eu lieu.

La droite est également punie pour avoir joué la stratégie du PS. Si elle gagne bien les trois régions au détriment du FN grâce au désistement du PS, ce qui en fait aussi son otage, elle en aurait laissé filer au moins deux autres. Le PS aurait ainsi gagné cinq régions, alors que les sondages à l’origine ne lui en promettaient que trois, et ce grâce au maintien d’un FN fort, notamment dans le Centre et en Franche-Comté/Bourgogne. Toutefois, les résultats à cette heure sont encore très serrés. La Normandie serait finalement gagnée par la droite par une avance de seulement 0.3% des voix (Hervé Morin).

Les Franciliens auront en revanche su se préserver d’un retour du PS, Valérie Pécresse ayant de justesse (44 contre 42%) battu Claude Bartolone, dont les propos europhobes (« anti-blancs ») ont été ainsi sanctionnés. En effet, le candidat FN perd quatre points (de 18.2 à 14.2%) en faveur de la droite. Le vote utile n’a visiblement fonctionné qu’en Ile de France.

La droite « la plus bête du monde » en la personne de Nathalie Koscziusko-Morizet a même réussi à considérer les résultats de ce soir comme une « grande victoire » alors que c’est une défaite puisque la gauche s’en sort finalement très bien, alors que son bilan gouvernemental est catastrophique et que tous les signaux sont au rouge. Quant aux malheureuses victimes des crimes islamistes, elles sont oubliées. Aucune leçon n’aura été apprise et la sanction du premier tour aura été vite oubliée.

Au final, le Front National, même s’il augmente nettement le nombre de ses voix et surtout le nombre de ses conseillers régionaux, a échoué. La progression de la participation a globalement joué contre lui. Cette mobilisation plus ou moins artificielle au nom d’une « république » fantasmée et gravement dénaturée lui aura été fatale. Même si Marine Le Pen a réussi à relever le niveau du plafond de verre de plus de dix points, sa dédiabolisation a montré ses limites. Elle porte malgré elle une tunique de Nessus dont elle est incapable de se débarrasser malgré les nombreuses concessions de forme mais aussi de fond qu’elle a acceptées. Cela donne en partie raison à son père, même si les provocations rhétoriques ne sauraient constituer une alternative crédible non plus.

On voit mal comment, alors que son parti est incapable de gagner un second tour dans deux des régions qui lui sont le plus favorables, elle serait capable de gagner les présidentielles en 2017, même en ayant 30% des voix au premier tour. La leçon est donc amère, même si officiellement les dirigeants du parti estiment que ces résultats sont une victoire. Le fait de n’avoir emporté aucune région pose question quant à la définition qu’ils donnent du mot « victoire ». En politique, les symboles comptent davantage que des données statistiques. C’est l’échec d’une stratégie (le « tout national ») et d’une ligne (la dénonciation de l’UMPS). Marion Maréchal-Le Pen réussit toutefois mieux que sa tante (45% chez elle contre 42% chez la seconde).

Plusieurs leçons à son sujet peuvent être tirées :

-    d’abord que la diabolisation médiatique de ce parti, malgré ses nouvelles personnalités et son nouveau discours, est encore efficace. Son programme anxiogène en matière économique et inutilement europhobe n’a certes pas contribué à améliorer son image.

-    ensuite que le cadre national est verrouillé et qu’il est absurde de s’entêter à ne voir de salut politique que dans ce seul cadre. Le cadre européen serait davantage prometteur pour un mouvement adoptant alors une ligne plus identitaire et « remigrationniste », puisque c’est ainsi qu’il est de toute façon perçu par ses électeurs naturels, malgré ses dénégations et ses appels inaudibles à bénéficier aussi du soutien électoral de « banlieues patriotes » composées de « compatriotes musulmans ».

-    enfin qu’il n’y a pas et il n’y aura pas de solution nationale et que 2017 n’est pas un véritable enjeu électoral. La solution ne peut être qu’européenne. Le problème est que pour le moment, en l’absence d’un parti identitaire européen, renforcé et médiatisé, il n’y a simplement aucune solution sur le terrain. Mais au moins l’espoir de l’émergence d’un tel parti et de son succès éventuel existe-t-il encore.

Dans une France où la droite au sens large est très majoritaire, la gauche continue de dominer électoralement et fait mieux que de limiter la casse. Ces élections régionales ont par ailleurs montré que dans le cadre actuel, et malgré des évènements dramatiques, le système se défend bien. Au prix des règles élémentaires de la démocratie. Que le FN après tout ait été à la tête de plusieurs régions, par la volonté des électeurs, où il aurait pu montrer sa compétence ou son incompétence, n’était pas scandaleux. Et le fait que les listes du PS aient eu le droit de se retirer, ce qui est contraire aux principes mêmes de ces élections régionales, est proprement scandaleux. Nous noterons que le candidat du PS dans l’Est, Jean-Pierre Masseret, a eu raison de se maintenir contre la décision de Cambadélis (PS) puisque la région n’a pas été gagnée par le FN et que la gauche y sera donc représentée, ce qui ne sera le cas ni dans le Nord, ni en Provence.

Thomas Ferrier (PSUNE/LBTF)

Addendum: Les nationalistes corses (menés par Gilles Simeoni), clairement identitaires dans l'âme, remportent le second tour avec 35.4% des voix contre 28.5% pour le PS, 27.1% pour la droite et 9.1% pour le FN. Néanmoins ils ne disposeront que de 24 sièges et devront donc trouver des alliés.

22/08/2015

Qui mène le FN ?

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/02/1498962716.png

fnps.jpgIl y a plusieurs façons d'analyser les évolutions du FN : de l'intérieur, en considérant les actions de ses dirigeants, ou de l'extérieur, en considérant les pressions qui s'exercent sur lui et les ouvertures qu'on lui offre. C'est la seconde façon qui nous en apprend le plus. Regardons comment l'eau qui sort de terre se répand en surface. On a l''impression qu'elle en fait à sa guise. En réalité c'est la pente du sol, ce sont les obstacles divers qui guident son trajet. Il en est de même pour le FN, du moins tant que ce parti n'aura pas de vision politique claire et assumée.

Bien sûr, le détail du parcours de ce parti est-il ponctué par l'intransigeance de son fondateur, par la médiocrité de sa présidente ou par la personnalité de tel ou tel. Mais les grandes lignes de son évolution lui échappent. C'est la classe médiatique, c'est-à-dire fondamentalement le PS, qui les dessine. Elle le fait en accordant l'antenne à tel dirigeant à tel moment, en lançant une campagne de dénigrement à tel autre. Bref tout se passe comme si c'étaient des gens comme Laurent Joffrin qui tenaient la tête du FN.

Quelles sont donc les parois de la vallée que le PS et son bras armé de la classe médiatique ont mis en place pour le FN ? Très simplement il s'agit de faire gagner la "gauche". Pour cela il convient

1 - que le FN soit assez fort pour peser,
2 - qu'il prenne des voix à droite sans trop en prendre à gauche,
3 - qu'il ne puisse pas s'allier avec la droite.

Pour remplir le point 3 et un peu le point 2, il faut que le FN soit diabolisé. En effet il faut pouvoir empêcher les partis de droite de conclure des accords, ne serait-ce que des alliances électorales comme la "gauche" en conclut avec l'extrême gauche. Mais il faut aussi que les électeurs de gauche résistent à l'envie de voter pour ce parti dont on a décidé qu'il serait infréquentable. Cependant, pour remplir le point 1 et un peu le point 2, il ne faut pas que le FN soit trop diabolisé non plus. Bien sûr la diabolisation permet au FN de recueillir la contestation au pouvoir. Mais il faut aussi permettre à certains électeurs de droite de s'y retrouver.

Par conséquent, quelles que puissent être les déclarations et démonstrations des dirigeants du FN, jamais leur parti ne sera normalisé, considéré comme un autre. En revanche l'inscription du FN dans la stratégie de dédiabolisation de sa présidente n'est que celle dans la ligne de plus grande pente instituée de l'extérieur. Elle permet au parti d'être plus fort, de prendre plus à droite, mais sans excès cependant, sans espoir d'accéder au pouvoir contre la "gauche", parce que la diabolisation restera là, prête à être activée à tout moment.

Ces derniers jours, à l'occasion de l'exclusion du FN de son fondateur, on a parlé de l'évolution de la ligne politique du parti. On peut la mesurer à la lumière du poids respectif de deux orientations : l'allophobie et l'europhobie.

Au départ le FN s'est construit sur le rejet des allogènes, représentés notamment par certains immigrés, de la part d'une frange importante de la population. C'est cette orientation que les partis au pouvoir jugent insupportable, probablement parce qu'ils se sont montrés incapables de traiter le problème de l'immigration de masse. C'est exclusivement cette orientation que la classe bien pensante retient pour définir le fonds de commerce du FN, comme pour parler de la lepenisation des esprits. C'est bien parce que cette orientation trouve un écho majoritaire dans le pays qu'il fallait la combattre avec force.

Avec Marine, le FN a glissé du rejet des allogènes vers le rejet de l'idée européenne, idée abusivement confondue avec la technocratie de l'UE actuelle. Curieusement, alors que les médias occultent tout ce qui pourrait renforcer la première orientation, évitant le plus possible de donner les noms ou prénoms des suspects dans les crimes, ces mêmes médias ouvrent largement l'antenne à Florian Philippot pour dire du mal de l'Europe. Le risque est moindre car le sentiment européen reste majoritaire, quand l'UE elle-même est peu appréciée. En plus l'europhobie interdit toute alliance politique avec la droite. Elle n'empêcherait pas celle avec la "gauche", qui s'allie avec un "parti de gauche" aussi europhobe que le FN, sachant que François Hollande n'est pas très net lui-même sur la question européenne, soumis qu'il est aux USA et plombé par des promesses faisant peu de cas de nos voisins.

Ainsi l'évolution de la ligne stratégique était-elle dirigée de l'extérieur. Pour autant le fameux fonds de commerce reste en réserve pour maintenir un niveau de diabolisation quoi qu'il arrive. Il pouvait paraître surprenant que les médias accordent une pareille audience au vieux fondateur. Or ce n'est que très normal; c'est une façon de mettre en place des digues.

Le résultat est que le FN est assuré de faire de bons scores, avec la possibilité de gratifier ses militants. En revanche il n'accèdera pas au pouvoir. Pour cela il aurait fallu qu'il ait une ligne politique forte, en adéquation avec les attentes profondes de l'électorat, aussi bien sur l'immigration que sur l'Europe, quitte à devoir peiner avant de recruter les fruits de son labeur.

Maintenant, comme chacun sait, il peut arriver que le Golem échappe à son créateur.

Pierre EISNER (LBTF/PSUNE)

11:00 Publié dans Analyses, Elections en Europe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fn, marine le pen, gauche, diabolisation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/10/2013

Diaboliser ou dédiaboliser le FN ? PS vs UMP 2.0

 
De la diabolisation du Front National.

Devil-Inside.jpgDe Libération accusant le FN d’être « 100% extrême-droite » et Marine Le Pen d’être une faf (« fasciste ») à des élus socialistes partis en croisade contre ce parti (Désir, Carlotti qualifiant le FN de « fasciste », Mandon évoquant « un parti national-fasciste » donc mussolinien, Assouline… etc), la « gauche » a décidé d’axer son plan de communication dans sa lutte contre un « fascisme » imaginaire, dans un anti-fascisme de bazar, une attitude que Lionel Jospin avait fustigée il y a quelques années, révélant qu’il n’avait jamais été autre chose qu’une stratégie.

Le FN avait survécu aux années 70 en restant un groupuscule alliant néo-fascistes et nationaux conservateurs. Avec François Mitterrand aux affaires, ex-volontaire national du mouvement du colonel de La Rocque, et qui avait défilé dans les années 30 contre « l’invasion métèque » aux côtés de camelots du roi, le FN allait se voir propulser en haut des écrans. Pour le président « socialiste », qui connaissait bien l’extrême-droite, et connaissait parfaitement aussi sa profonde médiocrité, il s’agissait de conserver le pouvoir en divisant la droite. Il ne s’agissait pas de favoriser un PFN ou une « nouvelle droite » prêts à s’allier avec armes et bagages avec la droite classique, mais de mettre en avant un provocateur né du nom de Jean-Marie Le Pen.

Et pour que ce Front National ne puisse pas être tenté de jouer la carte d’une « droite plurielle », Mitterrand a aussi inventé SOS-Racisme, officine du PS chargée de mettre en plan la fameuse diabolisation, face à laquelle la droite, RPR comme UMP, se retrouvera démunie, de peur d’assumer un discours plus ferme. Sans le talent rhétorique de Le Pen, malgré tout, et de ses lieutenants, le FN n’aurait été qu’un feu de paille. Avec les 11% obtenus aux élections européennes de 1984, puis le gain d’une trentaine de sièges de députés en 1986, grâce à l’introduction du scrutin proportionnel sous Mitterrand, le FN s’installe durablement dans le paysage politique national.

En 1987, le dérapage de Le Pen concernant le fameux « détail » donne un formidable élan à l’opération de diabolisation, qui n’avait pas encore pris corps. Désormais, Le Pen est devenu un paria au sein de la vie politique. Mais il commence vite à découvrir les avantages de la diabolisation, qui lui permet d’incarner un vote anti-système. Il n’y a pas que des désavantages à jouer le rôle du diable, d’autant plus qu’il est désormais convaincu que le « détail » va définitivement contrarier le destin national qu’il imaginait pouvoir jouer. Pour le PS, la diabolisation permet non seulement d’empêcher toute alliance droite/FN mais aussi d’accuser la droite de « faire le jeu du FN », alors même qu’elle tente de donner tous les gages possibles pour s’en distancer.

A la fin des années 80, la droite pense avoir trouvé la parade, en durcissant le ton sur la question migratoire. Chirac et « le bruit et les odeurs », Giscard dénonçant en 1991 l’immigration-invasion et prônant le droit du sang, vont tenter d’affaiblir ce FN si infréquentable. Pour que cette stratégie fonctionne, ce qui ne sera le cas qu’un bref instant pendant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, il faut des actes et non des paroles. Or les actes ne viendront pas. Au contraire, la droite se place toujours à la remorque de la « gauche » et ne revient jamais sur les décisions politiques prises par ses adversaires lorsqu’ils ont été au pouvoir. Tétanisés par une peur qui les paralyse, la peur d’être associée à « la bête », le RPR, l’UDF puis l’UMP n’ont jamais su mettre en œuvre une politique qui puisse faire reculer son adversaire à sa droite. Au contraire, le centre-droit à la Chirac et à la Juppé, fort peu éloigné sur les questions sociétales de la « gauche », a tout fait pour établir un cordon sanitaire entre lui et le FN. Et aujourd’hui encore Fillon est vigoureusement critiqué pour avoir laissé entendre pouvoir préférer un candidat FN à un candidat PS, alors que Copé a rappelé la règle du jeu, le refus de toute alliance sous aucun prétexte avec le FN, et l’exclusion de tout candidat ou militant qui enverrait un signal politique en ce sens.

Le plan ourdi par Mitterrand a fonctionné mieux qu’il ne pouvait l’imaginer puisque, même s’il est mort depuis dix-sept ans, sa stratégie lui a survécu au point d’être réactivée par un François Hollande au plus bas des sondages. Car la campagne médiatique que mène le PS contre le FN ne doit pas nous tromper. Elle permet de faire monter le FN qui se pose en victime d’attaques injustes, Marine Le Pen faisant son possible pour épurer son parti de tous les nationalistes, offrant sa tribune à des anciens du PS, de l’UMP ou du MoDem propulsés candidats à peine leur adhésion validée. Lorsqu’un sondage annonce un FN à 24% aux élections européennes, ce qui ne doit pas surprendre vu l’état du pays depuis l’élection d’Hollande, on devine un jeu dangereux mené par le PS. On devine qu’Hollande, pour être réélu en 2017, doit par tous les moyens éviter une candidature Sarkozy et surtout faire monter une Marine Le Pen, afin que cette dernière se retrouve au second tour face à lui et lui assure ainsi une réélection dans un fauteuil, au prix de faire imploser la droite classique et d’offrir à « Marine » un bon 40%.

De fait, une alliance objective a eu lieu entre le PS et le FN, même s’ils s’affrontent durement sur un plan médiatique. Mais en 2012, les dirigeants du FN ont appelé en interne au vote Hollande. Et la campagne médiatique contre eux sert remarquablement leurs intérêts, faisant de Marine Le Pen l’opposante en chef au gouvernement, alors que la droite classique est meurtrie par des querelles d’ego et par une totale incohérence stratégique. Fillon prône dans son programme le rétablissement du droit du sang alors que dans le même temps il dénonce à Valeurs Actuelles une campagne trop droitière de Sarkozy en 2012. Copé évoque un enfant à qui on aurait volé un pain au chocolat pendant le ramadan, pour ensuite expliquer à quel point les idées du FN le répugnent. Les électeurs de l’UMP, dont une majorité est favorable à des alliances locales avec le FN, n’y comprennent plus rien.
 
De la nécessaire dédiabolisation du FN.

Si le PS a inventé la diabolisation du FN pour nuire gravement à la droite, cette dernière aurait dû contre-attaquer par une politique de dédiabolisation, traitant le FN comme n’importe quel autre parti de droite et en se calquant sur l’attitude du PS vis-à-vis du Front de Gauche. Le problème c’est que l’UMP imagine avoir besoin des centristes, par exemple ceux de l’UDI, pour gagner les élections, et craint donc de les perdre en marquant le curseur trop à droite, et sait aussi avoir besoin d’un bon report des électeurs du FN au second tour. Cette position instable, qui oblige les leaders de l’UMP à adopter des attitudes contradictoires, est vouée à l’échec. Patrick Buisson avait bien compris quelle stratégie il était nécessaire d’adopter, ce qu’a fait Nicolas Sarkozy avec succès en 2007. Il n’y en a pas d’autre.

Si Nicolas Sarkozy a perdu les élections en 2012, c’est entre autres choses parce qu’il n’a pas su maintenir de manière déterminée cette ligne, s’affublant comme directrice de campagne de la centriste Kosciuszko-Morizet, au discours très conformiste. Lorsqu’il a compris qu’il était nécessaire à nouveau de durcir le ton, il était trop tard, surtout que la déception des électeurs avait été à la hauteur de l’espoir que Sarkozy avait suscité en 2007. Sa crédibilité sur les questions « identitaires » était émoussée. Sarkozy avait réussi à faire quasiment disparaître le FN de la scène politique nationale, tombant même à 4,3% des voix aux législatives de 2007, mais son incapacité à mener la politique qu’il avait promise, ses compromissions avec la « gauche » bobo, préférant choisir ses ministres chez ses adversaires que dans son propre camp, son ralliement objectif à l’idéologie mondialiste et à son arrogance financière, l’ont amené au désastre. Le FN, après être tombé de la roche tarpéienne, a réussi à remonter le capitole et désormais pourrait être devenu le premier parti du pays.

Sarkozy aura été le fossoyeur de la droite nationale mais aussi celui qui aura permis sa résurrection, comme si l’UMP avait été le bûcher d’où a pu renaître ce sombre phénix. Mais la leçon n’a pas été apprise par ceux qui s’envisagent comme ses successeurs, Fillon en tête.

Pour parer les coups de la « gauche », qui accuse l’UMP de collusions avec le FN, la droite devrait s’affirmer et prôner officiellement la fin de la diabolisation et l’ouverture à droite. Il convient de traiter le FN comme un parti comme les autres, ce qui ne signifie pas le ménager sur ses propositions les plus mauvaises, comme son rejet de la construction européenne et de l’€uro, mais être prêt au cas par cas à des alliances avec lui. En faisant tomber le mur entre les deux formations, la stratégie de la « gauche » sera vaincue et la droite pourra envisager un avenir. Dans le même temps, les électeurs seront contraints de voir le FN tel qu’il est et non pas tel que ses adversaires et les media le présentent. Le capital de sympathie dont jouit ce parti parce que les Français l’imaginent autrement qu’il n’est en vérité s’effondrera.

Il ne faut pas oublier que, contrairement à ce qu’affirme le PS, qui accuse le chômage et la précarité d’être la cause du vote FN, la raison principale et quasi unique pour laquelle de plus en plus de Français votent FN est la question de l’immigration extra-européenne et de l’insécurité qu’elle génère. Or, sur ces questions qui bâtissent son socle électoral, le FN de « Marine » est en train de virer sa cutille et au nom d’une vision universelle de la France, associée à un nationalisme europhobe, renoncer à son opposition à cette immigration là. Le FN accepte de fait l’idéologie de la diversité qu’il a prétendu fustiger depuis de nombreuses années, mais les électeurs ne s’en rendent pas compte puisque la « gauche » et les media affirment que le FN est un parti raciste.

En faisant sauter le verrou de la diabolisation, les électeurs du FN verront que « leur » parti est comme les autres, qu’il n’est qu’une variante de chevènementisme, et que la solution ne s’y trouve pas. Et même s’ils ne se tournent pas vers la droite classique, qui n’est pas plus lucide que le FN sur cette question essentielle qui tourmente les électeurs, ils pourront contribuer à l’émergence d’une véritable alternative politique au système en place.

Dédiaboliser le FN, c’est redonner à la démocratie toute sa place, en condamnant les anathèmes et en arrêtant de persécuter toute personne qui à un moment ou à un autre croit trouver dans le FN une solution à nos problèmes. Les réactions suite aux propos d’Alain Delon ou de Jean Roucas sont scandaleuses. Un citoyen doit avoir le droit de choisir librement quel parti il veut soutenir, sans être inquiété dans sa vie professionnelle comme dans sa vie personnelle. Ces réactions indignes que relaie la presse à chaque ralliement font d’ailleurs le jeu du FN.

Lorsque le FN aura été traité comme les autres partis, lorsqu’affirmer son soutien à ce parti n’aura aucune conséquence, il apparaîtra sous son vrai jour. Non pas comme un parti d’extrême-droite. Mais pas plus comme une alternative au fameux « UMPS ». Il apparaîtra comme un parti qui n’a pas compris les causes de l’effondrement de notre civilisation et en conséquence n’y apporte pas les bonnes solutions. C’est parce que le FN a l’image d’un parti « pas comme les autres » qu’il devient populaire. Si le FN apparaît comme le parti du système qu’il est, une fois l’image de radicalité qui lui est associée par les media évaporée, il s’effondrera car la dédiabolisation aboutie, que souhaite pourtant Marine Le Pen, c’est la mort du FN.
 
Thomas FERRIER (PSUNE)