Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2015

Qui mène le centre ?

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/02/1498962716.png

Logo_udf.pngDans un précédent billet nous avons vu que le FN était mené par la galaxie du PS par l'intermédiaire de la classe médiatique. Nous allons voir qu'il en est de même de ce qu'on appelle le "centre" ou le "centre droit".

De la même façon que le FN d'aujourd'hui, les centres sont caractérisés par l'absence d'idéal politique, fût-ce un idéal perverti. Souvent appelé le « marais », le centre, sous quelque forme qu'il prenne, est le marigot où pataugent tous les arrivistes. Quand François Bayrou prétend voter pour les propositions allant dans le bon sens d'où quelles viennent, comme si choisir ce qui était bon allait de soi, il nie le rôle de la vision politique, laquelle guide précisément le choix. Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que le centre soit mené de l'extérieur, du PS en l'occurrence.

Comme dans le cas du FN, le centre doit favoriser la "gauche" et nuire à la droite. Il y a cependant de grandes différences. Il convient en effet :

1 - que le centre existe sans prendre de trop de place, pour ne pas empiéter sur la "gauche", tout en lui fournissant un réservoir d'électeurs,

2 - qu'il divise la droite, ou du moins l'influence, pour lui faire perdre les voix des sympathisants de la « droite de la droite » au profit du FN,

3 - que la "gauche" ne lui laisse jamais la place en terme d'alliances.

Le point 1 est décisif dans le second tour des élections. L'aide peut venir d'un choix des dirigeants : en 2012 François Hollande a obtenu le soutien de François Bayrou. Mais c'est surtout le choix personnel de certains lecteurs qui décide : en 2017, le PS espère que des électeurs ayant voté Alain Juppé à la primaire de droite répugnent à suivre Nicolas Sarkozy s'il est choisi. Cependant un centre trop fort pourrait marginaliser la "gauche", appliquant plus ou moins sa politique mais lui faisant perdre ses prébendes.

Le point 2 rejoint ce que nous avons vu pour le FN. Fondamentalement, pour que le FN ferme la route à la droite, il faut faire monter le premier et diviser la seconde. Sachant que le premier ne doit pas trop monter non plus.

Le point 3 a toujours été satisfait, le centre ayant en général vocation à s'associer à la droite. C'était vrai pour l'UDF et c'est vrai pour l'UDI. La seule exception a été la parenthèse Bayrou en 2007 et 2012. Cependant, en 2007, Ségolène Royal n'a pas voulu négocier avec Bayrou et, en 2012, Hollande n'a pas voulu non plus.

Comment la classe médiatique doit-elle opérer pour satisfaire les points ci-dessus ? Elle doit ouvrir les ondes au centre, ce qui lui est d'autant plus facile que la ligne politique du centre n'existe pas; si l'on préfère c'est par défaut le même politiquement correct « bobo » qui la caractérise et qui s'applique aussi au PS. Elle doit surtout être sévère avec la droite classique et faire clairement apparaître la fracture qui la sépare du centre. De cette façon le point 2 est rempli et le point 1 en partie aussi.

Il reste à éviter de promouvoir un centre conquérant et à empêcher l'alliance avec la "gauche" pour satisfaire le point 3 et ce qu'il reste du point 1. Pour cela il convient de "droitiser" médiatiquement le centre, de la même façon qu'on continue de diaboliser le FN. C'est le volet économique qui sert d'appui à l'ancrage à droite du centre. Ici encore c'est très facile. Les positions du PS comme celles du candidat Hollande sur l'économie sont si lamentables qu'il sera difficile à un politicien qui n'est pas rompu aux traditions de la "gauche" de les adopter.

L'inclinaison paresseuse vers le centre est parfaitement illustrée par les positions prises par Alain Juppé depuis qu'il brigue la candidature à la future présidentielle. Il parvient à déborder Bayrou par sa gauche. On l'a vu très politiquement correct à propos du mariage pour tous. On le voit pratiquement sur la ligne du PS en matière d'éducation, ce qui est un comble pour quelqu'un qui sort du moule de l'élitisme républicain. Le seul point sur lequel Najat Belkacem a pu le reprendre, et là les médias l'ont bien relevé, est la valorisation du salaire des instituteurs, ce qui est curieusement une option marquée à droite, qui figurait dans le programme de Sarkozy. Sinon, sur le pédagogisme officiel qui détruit l'acquisition de la lecture et du calcul au primaire, pas un mot de sa part. Sur le "collège unique" qui abaisse tout le monde de peur d'en faire monter quelques uns, il ne touchera qu'au vocabulaire.

Veut-il que l'Ecole forme des citoyens, c'est-à-dire des personnes instruites capables de jugement autonome, bref des hommes ou des femmes libres ? Pas du tout. Il ne faut pas, selon lui, de clivage entre droite et gauche sur l'Ecole.

Bref Juppé se laisse porter par le courant médiatique bien-pensant en donnant des coups de pagaie pour faire bonne mesure. Il est impossible de faire plus centriste que lui. Bayrou doit être vert de rage.

Cela étant le dosage du point 1 est délicat. La primaire à droite complique le jeu du PS. Si Juppé venait à l'emporter, il balaierait Hollande au second tour, à supposer que ce dernier en soit. Même si Juppé avait dû se rapprocher de la droite classique avant le premier tour pour éviter un FN qui y serait trop fort. Ensuite les législatives porteraient au pouvoir une droite assez semblable à ce qu'elle a toujours été. Et les marges de manœuvre du président ne seraient pas si grandes. Les PS aurait tout perdu, y compris un adversaire au pouvoir facile à combattre.

Pierre EISNER (LBTF/PSUNE)

20:15 Publié dans Analyses, Elections en Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : centristes, centre, udf, modem, udi, juppé | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/05/2014

Il n'y a personne pour défendre l'Europe !

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/02/1498962716.png

Tunisia.jpgA quelques jours des élections européennes, aucune formation grande, moyenne ou petite ne prend la défense de l'Europe. La seule liste qui tiendrait un discours favorable en apparence est celle de l'UDI-Modem. François Bayrou ne plaide-t-il pas pour une Europe plus unie?

Hélas, on s'aperçoit tout de suite que le propos est biaisé. De quoi Bayrou se félicite-t-il? D'avoir auprès de lui l'Ukraine "en lutte" et la Tunisie. Or la Tunisie n'est pas européenne et, si l'Ukraine l'est, sa lutte est soutenue par les USA, par leur diplomatie et leurs services spéciaux. Et pourquoi faudrait-il tendre vers une Europe plus unie ? Parce que Monsieur Poutine la souhaiterait désunie. D'abord rien ne dit que la désunion des Européens soit dans l'intérêt des Russes : une Europe unie aurait chassé les Américains du jeu. Ensuite la Russie est européenne et une Europe unie ne chercherait pas à s'en faire un ennemi.

Il est possible de chercher à renforcer l'union entre les peuples européens. Il n'y a guère que deux façons pour cela. La première est révolutionnaire et définitive : elle consiste à réaliser la fusion des Etats actuels de tout le continent un peu à la manière de la première république française. La seconde est plus modeste : elle consiste à renforcer les liens entre quelques états un peu comme Wauquiez le propose. On peut toujours espérer que cela engendre un processus s'étendant et s'approfondissant. La difficulté est que le démarrage est de plus en plus ardu.

Il faudrait commencer par rapprocher la France et l'Allemagne. C'était encore envisageable il y a deux ans. Depuis la politique de Hollande a placé des obstacles infranchissables. C'est l'affirmation d'une politique européenne opposée à celle de notre voisin. C'est l'écart qui s'est creusé entre les performances de nos pays. C'est notre incapacité à tenir nos engagements. Le dernier geste en date, le patriotisme industriel de Montebourg, s'ajoute à tout cela. Personne n'a fait remarquer qu'un pays qui inclurait la France et l'Allemagne pratiquerait un aménagement du territoire, ne laissant pas les activités se concentrer en un seul endroit.

Or Bayrou, en faisant voter pour Hollande, est l'un des responsables de ces obstacles. Il ne peut prôner aujourd'hui ce qu'il a rendu impossible par son action d'hier.

Peter Eisner (LBTF/PSUNE)