Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2012

Chroniques européennes du 7 août 2012

Italie, Allemagne,Europe fédérale,immigration,insécurité,François Hollande,Christine Taubira,adhésion turque,mariage gay

ITALIE

Alors que Mario Monti semble décidé à ne pas se présenter devant les suffrages des électeurs italiens et que Silvio Berlusconi sort à nouveau du bois, aspirant à diriger la campagne de la droite mais sur une ligne plutôt europhobe, l’opinion italienne apparaît bouleversée, même si la « gauche » semble disposer d’un certain avantage.

Selon les différents instituts de sondage (SWG, Data Monitor…) sur la période comprise entre la fin juillet et le début août, le Parti Démocrate est crédité d’entre 24 et 27,9% des voix, ce qui le place largement devant le Peuple de la Liberté (PdL), crédité quant à lui d’entre 17% et 20,3% des voix, subissant une véritable hémorragie électorale. La situation de la droite parlementaire est encore plus dramatique si on songe que son allié traditionnel, la Ligue du Nord, oscille entre 4,5% et 7,6% des voix, avec une moyenne autour de 5%, barre fatidique s’il en est, et est donc durablement fragilisée par sa crise interne et surtout par la perte de crédit de son ancien dirigeant, devenu président d’honneur, et accusé de corruption, le populiste Umberto Bossi, et ce malgré l’élection comme nouveau président de Roberto Maroni.

Cet affaiblissement de la Ligue profite essentiellement à La Destra (« La Droite »), formation nationaliste issue d’une scission d’Alliance Nationale, qui est annoncée à entre 3% et 4,5% des voix, alors qu’en revanche les néo-fascistes de Fiamme Tricolore stagnent à 0,7% des voix environ. En outre, la formation Futuro e Liberta de Gianfranco Fini se situe entre 2,5 et 3,4% des voix, et échoue à représenter une quelconque alternative à la droite « berlusconienne ». De même, les centristes de l’UDC, avec entre 5 et 5,5% des voix, ne réussissent pas à peser, et ce malgré l’affaiblissement considérable du PdL. Enfin, l’Italie des Valeurs de l’ancien juge Di Pietro, associée à la gauche démocratique, avec entre 4,4 et 7% des voix, ne parvient pas à retrouver son plus haut niveau.

Cette situation étrange, avec une droite en pleine récession et une gauche qui ne parvient pas au plus haut niveau, s’explique avant tout par l’apparition d’une formation politique populiste, difficile à classer à gauche ou à droite, à savoir le mouvement « 5 étoiles » du trublion Beppe Grillo, axé sur une ligne radicalement europhobe et notamment sur l’abandon contre tout bon sens de l’€. Grillo a bénéficié en outre des sorties €-phobes d’un Berlusconi voulant faire parler de lui. Si l’ancien président du conseil adopte les mêmes thèses que Grillo, celui-ci devient automatiquement plus crédible. Son mouvement, nouveau et sans niche électorale précise, est crédité d’entre 13,9 et 19,5%. Il s’inscrit dans cette longue tradition italienne d’émergence régulière de mouvements protestataires, à savoir le fascisme première version de 1919, le qualunquisme (mouvement Uomo Qualunque) d’après-guerre ou encore la Ligue du Nord.

L’extrême-gauche quant à elle continue de faire dans la figuration. Sinistra e Liberta (SeL) obtiendrait entre 5,5 et 6,2% des voix, et Refondation Communiste (RC + PDCI) est située aux alentours de 3,5% des voix, alors que le parti des Pirates, avec 1,8% des voix, échouerait à obtenir des députés, à la différence de l’Allemagne, tout en pesant infiniment plus que son homologue français. Enfin, le PSI réapparaît sous sa forme traditionnelle mais est situé entre 0,4 et 2% selon les différents instituts de sondages.

Malgré le succès croissant de la formation de Beppe Grillo, si des élections législatives avaient lieu ce mois-ci, c’est la « gauche » qui l’emporterait, tout en s’alliant avec le « troisième pôle » centriste. En effet, la traditionnelle alliance entre les centristes et la droite ne permettant pas à cette dernière d’accéder au pouvoir, il est très vraisemblable que le centre se tourne vers la « gauche », exactement comme François Bayrou en France a appelé à soutenir le candidat du PS au second tour des élections présidentielles.

Tout comme en France, les conséquences d’une victoire de la « gauche » en Italie seraient à peu près semblables, à savoir mariage homosexuel, régularisation massive des clandestins (mais à ce sujet, Monti semble ne pas attendre la victoire du PD pour y procéder), abandon du droit du sang (ce que prône par exemple un Gianfranco Fini, passé du post-fascisme au néo-centrisme) et laxisme migratoire sous toutes ses formes.

ALLEMAGNE

Malgré une opinion très favorable en faveur de la chancelière allemande Angela Merkel, les élections législatives allemandes, prévues en 2013, paraissent mal engagées, et ce si la situation de l’opinion demeure semblable à celle d’aujourd’hui.

La CDU/CSU reste largement dominante avec 36% des voix environ, mais ce n’est plus le grand parti démocrate chrétien qu’on a connu, et surtout sa composante CSU, de plus en plus eurosceptique, apparaît affaiblie. Cependant, son principal allié, qui avec près de 16% aux dernières élections législatives lui avait offert la chancellerie, le parti libéral (FDP), est considérablement décrédibilisé, avec entre 4 et 5% d’opinions favorables. Il pourrait ainsi être exclu du parlement, empêchant ainsi à une alliance CDU + FDP de se former à nouveau.

La SPD (sociaux-démocrates) reste assez forte, avec entre 27 et 29% d’opinions favorables, mais ne semble pas actuellement en mesure de disputer la première place avec la CDU. En revanche, son allié traditionnel écologique, Die Grünen, est crédité d’environ 13% des voix, et en outre, Die Linke (« La Gauche »), avec laquelle la SPD refuse par principe toute alliance, est en perte de vitesse, annoncé entre 6 et 7% seulement.

En revanche, un nouvel allié potentiel en la personne du « Parti des Pirates » (Piraten Partei) est apparu. Crédité d’entre 7 et 9% des voix, ce parti est quasiment assuré de rentrer au parlement, et il est probable qu’il rejoigne une coalition formée de la SPD et des Verts. Premier parti du pays, la CDU serait pourtant exclu du pouvoir, au profit d’une SPD qui se veut davantage fédéraliste européenne, mais qui est surtout prête à faire le jeu du PS français. Or, dans la situation actuelle, la mutualisation des dettes serait une erreur si préalablement une politique européenne convergente en matière de réduction des déficits n’était pas mise en œuvre. Le PS français souhaite ainsi faire payer aux contribuables allemands son laxisme migratoire débridé et son achat de la paix civile dans les banlieues.

FRANCE

Alors que les propositions allemandes en faveur d’une fédéralisation accrue de l’Europe sont de plus en plus pressantes, la SPD et la CDU en soutenant fermement l’idée, même si sur des bases différentes, le gouvernement français fait dans l’hexagonalisme le plus obtus. Hollande veut bien que l’Allemagne paie, reprenant à sa manière ce vieux slogan germanophobe des années 20, mais ne veut surtout pas céder le moindre pouce de souveraineté. En effet, dans une Europe fédérale, il est probable qu’Hollande ne pourrait plus mener la politique démagogique qu’il souhaite.

J’avais craint ici même qu’une élection de la « gauche » française n’apporte que des catastrophes. Le premier mois du nouveau président avait paru invalider ma réflexion, celui-ci semblant faire preuve d’une certaine inertie qui n’était pas forcément la pire des politiques. Malheureusement, j’avais eu raison, et le véritable visage du PS a fini par réapparaître.

Sur la Turquie, il est évident que François Hollande semble ménager Erdogan. Il s’était pourtant engagé auprès de la communauté arménienne à faire rapidement voter une nouvelle loi pour sanctionner le négationnisme du génocide dont les Arméniens ont été victimes dans l’empire ottoman en 1915. Même si j’ai expliqué par ailleurs être opposé au principe des lois mémorielles, je suis aussi partisan de tout ce qui peut éloigner la Turquie de l’Europe. Hollande temporise et je ne sais pas ce qu’il a cédé pour obtenir la libération de cette jeune franco-kurde détenue en Turquie. En vérité, je crains qu’avec Hollande, dont le parti est férocement partisan de l’adhésion turque, tout comme la SPD allemande, la cause d’Erdogan soit bien défendue.

Sur la problématique migratoire, le « dur » Manuel Valls est en train d’encourager à nouveau l’immigration, légale comme clandestine, puisqu’il s’attaque déjà à la maigre politique préventive de son prédécesseur Claude Guéant. Alors que le projet de vote des étrangers extra-communautaires aux élections municipales semble en difficulté, car il faudrait le proposer aux électeurs par référendum, et tout le monde en connaît le résultat par avance, la « gauche » préfère donc une politique de régularisation des clandestins et de naturalisation de masse des étrangers. En outre, le garde des sceaux, Christine Taubira, ne cesse de fragiliser un peu plus l’appareil judiciaire. Elle s’oppose par ailleurs à toute politique répressive, et semble ne considérer les délinquants que comme des victimes de l’injustice sociale, ce qui s’applique en particulier aux gens issus de la diversité que la « gauche » voit avant tout comme victimes de discrimination. Les délinquants ont d’ailleurs parfaitement compris le message.

Enfin, le projet de mariage homosexuel est désormais en chantier. Le ministre chargé de le porter annonce son vote pour l’automne 2013. A ce sujet, ce ministre, Dominique Bertinotti, a été explicite, de même que le premier ministre. Il s’agira de permettre aux personnes homosexuelles de se marier, avec tous les droits inhérents, et d’adopter. Mme Kosciusko-Morizet, qui est à la droite ce que le lapin est au renard, vient de se déclarer favorable au mariage, mais pas à l’adoption. Le problème c’est que l’un va avec l’autre. A partir du moment où les couples mariés peuvent adopter, le refuser aux couples mariés homosexuels serait illégal car discriminatoire. C’est donc l’un et l’autre ou bien ni l’un ni l’autre. La droite la plus bête du monde est donc, sur cette question comme sur tant d’autres, en train de ramper devant les idées de son adversaire.

Sabotage du mariage, sabotage de la nationalité, laxisme migratoire et sécuritaire généralisé, refus de la politique allemande de fédéralisation européenne, écrasement par l’impôt des classes moyennes pour financer les banlieues, la « gauche» la plus folle du monde est de retour. Félicitations aux électeurs qui ont rendu tout cela possible.

Thomas FERRIER (LBTF/PSUNE)

29/07/2012

Restaurer des Jeux Olympiques authentiques

 
discobole.jpgEn 394 après J.C, l’empereur Théodose, revenu vainqueur d’Italie après avoir écrasé l’armée romaine occidentale d’Eugène, avec l’appui de ses nombreux mercenaires orientaux et huns, décide de mettre fin aux Jeux Olympiques, une des plus estimables traditions millénaires du peuple grec, un moment de paix et de saine concurrence entre les athlètes, un symbole de ce panhellénisme vanté par Isocrate mais qui avait échoué à se réaliser politiquement. Les autorités chrétiennes sous lesquelles l’empereur s’était de son plein gré placé ne supportaient plus ces cérémonies païennes en l’honneur de Zeus Olympien.

Il est vrai que si la tradition place la naissance des Jeux Olympiques en 776 avant J.C, date qui servira d’année zéro selon le calendrier hellénique, il s’agissait déjà de nouveaux jeux olympiques, réinstaurés notamment par l’intervention du spartiate Lycurgue. Les premiers jeux olympiques eurent en effet lieu à Olympie mais avec des athlètes un peu particuliers, à savoir les dieux eux-mêmes, autour du fils de Zeus, le héros et demi-dieu Héraclès en personne. C’est ainsi que la mythologie évoque les victoires d’Apollon, qui surpasse Hermès à la course et triomphe d’Arès au pugilat. Que ce soit l’initiative de Zeus en personne, d’Héraclès ou encore du père fondateur Pélops, dont le Pélopponèse porte le nom, leur dimension sacrée a toujours été affirmée. C’est en l’honneur de Zeus Olympien, dont la statue chryséléphantine ornait un temple considéré comme l’une des sept merveilles du monde, que les athlètes venus de toutes les cités de la Grèce s’affrontaient dans des joutes. Le vainqueur, démontrant ainsi qu’il avait la faveur des dieux, avait droit à sa statue personnelle, et même si sa cité était flattée de sa victoire, c’était l’athlète et lui seul qu’on honorait. Isocrate voit dans ces Jeux la base même de l’idée panhellénique, et la trève sacrée qui obligeait toutes les cités à cesser leurs opérations militaires durant les Jeux, était une belle manière de souligner la parenté profonde entre tous les citoyens grecs.

Bien sûr, les autres divinités du panthéon grec étaient aussi à l’honneur, et notamment les divinités hippioi par paire (« équines »), liées notamment aux combats, à savoir d’une part Arès Hippios et Athéna Hippia, et d’autre part Poséidon Hippios et Héra Hippia, mais aussi la Terre-Mère en personne, Déméter Chamynè (« la déesse qui dort à même le sol »).

Lorsque le baron de Coubertin entreprend avant 1896 de restaurer les antiques Jeux Olympiques, animé par une profonde foi en l’esprit européen et en une nostalgie sincère pour l’ancienne tradition hellénique, il cherche explicitement à s’extraire du cadre chrétien et bourgeois du sport. C’est naturellement qu’il songe à Athènes comme lieu des premières Olympiades modernes, et c’est ainsi qu’en 1896, un millénaire et demi après le décret infâme de Théodose, que les jeux en l’honneur de Zeus, mais sans que la référence aux dieux ancestraux soit explicite, voient à nouveau le jour.

En 1896, à l’exception de l’Ethiopie et du Japon, et des colonies européennes de peuplement en Amérique, les nations olympiques sont les nations d’Europe car le reste du monde est colonisé, en cours de colonisation ou simplement soumis à une tutelle européenne, comme la Chine. Lorsque le baron de Coubertin invente l’olympisme moderne, il le crée en européen décidé à éclairer les autres européens et à créer une solidarité de fait entre les peuples du continent. Malheureusement, son initiative n’empêchera pas la première guerre mondiale, qui se résume là encore à une guerre civile européenne.

Le drame c’est que le principe d’une représentation nationale était un facteur de concurrence détestable, de fierté nationaliste mal placée, et non l’hommage rendu à la civilisation européenne et aux athlètes. L’Allemagne nazie en 1936 s’emparera de son flambeau pour glorifier son idéologie mortifère, détournant ainsi la matrice hellénique pour magnifier ses objectifs conquérants, mais elle sera imité par les Etats-Unis et l’Union Soviétique au cours de la guerre froide, et désormais par la Chine (2008). A Moscou, à Los Angeles puis à Pékin, chaque régime, chaque modèle politique et économique, essaie d’avoir la suprématie. C’est d’ailleurs pourquoi les media donnent tant d’importance au classement des médailles par pays.

En outre, le capitalisme mondialisé a tout envahi, les droits télévisuels créant une manne financière artificielle considérable. Et le fait que le lieu où se déroulent les Jeux change à chaque fois a des conséquences en matière d’environnement particulièrement désastreuses, amenant à construire des infrastructures qui ne serviront plus jamais, mais aussi de graves conséquences économiques. La crise de la Grèce est ainsi intimement liée aux Jeux Olympiques de 2004 qui s’y sont déroulés.

Refonder les Jeux Olympiques, dans un esprit de rupture total avec la mondialisation libérale qui s’en est emparée, mais aussi dans celui d’un retour à la matrice grecque et à la volonté originelle de Coubertin de ranimer cette flamme sacrée, c’est mettre à bas le pseudo-olympisme contemporain, et dont on voit une nouvelle manifestation à Londres en cette année 2012.

La première mesure forte serait de décider que les Jeux Olympiques se dérouleront systématiquement tous les quatre ans à Athènes. Cela permettrait d’aider les Grecs à sortir de leur marasme économique en rentabilisant des installations coûteuses qui ne servent plus à rien.

La seconde mesure serait de décider de briser le caractère international des Jeux Olympiques modernes et d’en affirmer en revanche le caractère strictement européen. Cela implique de restreindre les JO aux seuls athlètes européens et d’en exclure également les sports étrangers ou non traditionnels. Les JO se substitueront ainsi par exemple au Championnat d’Europe d’athlétisme.

La troisième mesure serait d’affirmer le caractère amateur des JO, en clair revaloriser le sport amateur au détriment du sport professionnel. Ce sera privilégier l’importance de la victoire plutôt que celle du temps de référence, du record, chose inconnue des Grecs anciens. En particulier, l’athlétisme en Europe cesserait d’être professionnel. On peut imaginer l’organisation de pré-olympiades dans chaque ville, dans chaque euro-région, mettant en concurrence des sportifs européens amateurs, tout en supprimant l’idée de représentation nationale. Un athlète gagnera en tant que citoyen européen et non en tant que représentant de telle nation, de telle région. Dans l’antiquité, les vainqueurs d’Olympie étaient honorés de la même manière, qu’ils viennent d’Athènes, de Sparte ou de Thèbes, non en tant qu’athéniens, spartiates ou thébains, mais en tant que grecs.

Le vainqueur d’une compétition ne gagnera pas d’argent, ne bénéficiera d’aucun sponsoring, n’aura pas le droit de participer à des compétitions internationales rétribuées, mais se verra doté d’une couronne de feuilles de chêne dorées.

Par ailleurs, le principal problème c’est l’argent corrupteur du sport, lié aux droits de retransmission. Les nouveaux Jeux Olympiques devront alors voir leur système de diffusion totalement modifié, à savoir l’existence d’une seule retransmission officielle, identique au niveau européen, selon un format unique diffusé exclusivement par les chaînes publiques en Europe. La publicité sera totalement bannie aussi bien des retransmissions qu’au sein des lieux de compétition sportive ou sur les maillots. Tout gain éventuel généré par ces Jeux Olympiques servira à l’entretien des installations et éventuellement sera reversé aux caisses du futur Etat européen.

zeus.jpgEnfin, la dernière réforme, sans doute la plus provocatrice, sera de restaurer la dimension sacrée des Jeux Olympiques, allant au-delà de la cérémonie « néo-païenne » actuelle consistant à allumer la flamme olympique par les rayons du soleil. Mikis Theodorakis, lorsqu’il composa pour les JO son « Hymne à Zeus », avait déjà introduit implicitement cette dimension jovienne. Des cérémonies traditionnelles, conformes au rite antique, pourraient être introduites, afin que les Jeux Olympiques retrouvent leur sens vraiment « olympique », en l’honneur des Olympioi, et premiers vainqueurs des Jeux.

Les compétitions de natation ou de sports nautiques seraient exclues des Jeux Olympiques mais se dérouleraient lors des Jeux Isthmiques (en l’honneur de Poséidon, dans l’antiquité) et ce la même année. Les Jeux Olympiques d’hiver seraient parallèlement maintenus, avec deux modifications principales, leur dimension strictement européenne et leur caractère amateur. On peut enfin imaginer réintroduire les Jeux Pythiens (concours de poésie, de théâtre et pourquoi pas de cinéma) et les Jeux Néméens, afin que les quatre fêtes sportives de l’antique Hellade soient réintroduites, et pas seulement celle d’Olympie.

Thomas FERRIER (LBTF/PSUNE)

08/07/2012

De Soler, d’Onfray et de leurs détracteurs. Sur le monothéisme.

moses.jpgJean Soler est un remarquable historien spécialisé dans l’étude des origines du monothéisme. Acteur engagé de la société civile, dans ses deux derniers ouvrages, « La violence monothéiste » et « Qui est Dieu ? », il s’attaque aux trois monothéismes abrahamiques, en insistant sur la violence et l’exclusion qui leur seraient naturellement associées. Sa thèse n’est pas nouvelle et s’inscrit dans la plus pure tradition voltairienne, puis « néo-droitière », mais dans une version mise à jour à la suite des travaux novateurs d’archéologues israéliens (les auteurs de « La Bible dévoilée »). Ce n’est pourtant pas Soler qui crée le scandale mais l’éloge que Michel Onfray a prononcé dans Le Point à propos de son dernier ouvrage, reprenant en les vulgarisant les principales thèses de l’auteur dans son dernier opus.

Onfray nous a habitués à son combat contre l’obscurantisme religieux, lui-même professant un athéisme explicite et revendiqué, ce que nous ne partageons pas avec lui, partisans que nous sommes d’une vision bien au contraire ouvertement polythée. Il n’est pas étonnant que Soler lui ouvre de nouvelles perspectives, lui qui prend modèle sur le philosophe à coups de marteau, le démolisseur des idoles « galiléennes », pour reprendre l’expression de l’empereur Julien.

Depuis plusieurs jours, de nombreux intellectuels, notamment issus de la communauté juive, dénoncent Onfray comme un antisémite. Rien ne permet dans la pensée d’Onfray de le qualifier de tel puisque, très bon connaisseur de Nietzsche, il partage avec lui le refus absolu de l’antisémitisme, considéré comme d’essence chrétienne. Et son choix de privilégier Athènes à Jérusalem ne saurait en aucune manière être considéré comme une démarche d’hostilité mais comme un souci naturel de se relier à une tradition antique issue du génie européen propre.

Jean Soler, dans la conclusion de son pénultième ouvrage, annonce un retour à l’héritage grec, un peu comme Pléthon prédisant que la religion de l’avenir ne différerait guère de la religion grecque antique, déclarant qu’ « ils arriveront à cette conclusion, qu’en abandonnant le modèle gréco-romain pour le modèle judéo-chrétien, l’ère monothéiste aura été, avec ses ombres et ses lumières, ses ombres surtout, une erreur de parcours dans l’histoire de l’humanité ». Mais il ne pousse pas son raisonnement jusqu’au bout, évitant le choix courageux d’un Louis Ménard ou d’un marquis de Sade, celui de retrouver la matrice antique en renouant avec le polythéisme hellénique, avec l’olympisme. Et alors que dans quelques jours auront lieu de nouvelles olympiades, selon le vœu du baron de Coubertin de ramener à la vie ces jeux en l’honneur de Zeus, cela aurait été la cerise sur le gâteau. Car c’est un vœu pieux de croire qu’on pourrait retrouver la liberté de pensée des Grecs si on ne remet pas en cause et de manière absolue la marque que le monothéisme a laissée sur le visage lumineux d’Europê, si on ne renoue pas avec les dieux immortels qu’honoraient les philosophes grecs, au même titre que les simples citoyens.

Et pourtant Soler et Onfray commettent dès le départ une erreur de méthode, à savoir qu’ils se refusent à séparer le judaïsme du christianisme et de l’islam, et qu’ils ne perçoivent pas l’impact de l’universalisme comme vecteur de violence, contestant l’ethnocentrisme qu’ils prêtent aux Juifs, et s’indignant des lois hostiles à la mixité ethnique contenus dans les textes sacrés juifs, mais qu’on retrouve aussi bien dans l’Avesta iranien et dans les Lois de Manu en Inde. En effet, c’est bien l’universalisme, chrétien ou musulman, annoncée aussi à leur manière par Socrate et par l’empire romain, qui est la principale cause de violence, puisque l’autre n’est plus respecté en tant qu’autre mais se voit contraint de cesser de l’être et de se rallier à la nouvelle religion. Le caractère non-prosélyte (au sens moderne) du judaïsme, comme du zoroastrisme et de l’hindouisme, ce dernier étant une religion par ailleurs polythéiste et apparentée à l’hellénisme, change complètement la donne. Et Onfray, en ne renonçant pas à l’universalisme, se montre malgré lui disciple de Paul de Tarse pour qui il n’y a plus « ni juif, ni grec », déclarant ainsi la guerre religieuse tant à l’olympisme qu’au yahvisme.

Il y a eu certes, indéniablement, aux origines du yahvisme, une part de violence et de persécution. Mais c’est se méprendre que de prendre en compte le récit du VIIème siècle avant J.C selon lequel les Hébreux seraient venus d’Egypte et auraient décimé les Cananéens avant de s’installer dans une nouvelle terre promise. En vérité, non seulement nous savons aujourd’hui que ces récits de destruction des cités cananéennes n’ont aucune réalité historique, mais cela témoigne en réalité d’un conflit religieux au sein des Cananéens eux-mêmes.

C’est en effet au sein du peuple cananéen que va naître la scission yahviste, la mise en place d’un culte rendu à un dieu ethnarque reprenant les fonctions d’El Elyon, le dieu suprême du ciel, dieu honoré sur l’acropole de Jérusalem, et de Baal Adad, le maître de l’orage. Le panthéon cananéen était très riche en divinités masculines et féminines, parmi lesquelles des dieux souverains, ceux que je viens d’évoquer, mais aussi de grandes déesses, comme Elat Asherah, épouse d’El puis de Yahweh dans les premiers temps du judaïsme, la guerrière Anat, sœur et amante de Baal, et la merveilleuse Ashtoreth, celle-là même honorée à Babylone sous le nom d’Ishtar, toutes divinités remontant à au moins 6000 avant J.C, du temps où l’on parlait encore le proto-sémitique en Arabie.

Pendant des siècles, chaque souverain alternant philo-paganisme ou yahvisme intransigeant, prêtres de Yahweh et prêtres de Baal s’affronteront afin de convaincre les uns d’adopter la nouvelle religion, les autres de maintenir l’antique tradition. C’est en 620 avant J.C que le roi de Judée, Josias, prend position en faveur des yahvistes, ceux-ci se définissant comme hébreux et réservant désormais le terme tribal « cananéen » aux seuls païens. Lorsque la Bible dénonce les cananéens, elle dénonce uniquement les païens, de même qu’avec la christianisation de l’empire romain le nom ethnique d’ « hellènes » servit à désigner les fidèles des dieux de l’Olympe. Ainsi, le peuple juif n’est autre que le peuple cananéen devenu monothéiste et adepte du seul Yahweh, les autres dieux ayant été abandonnés et jusqu’à l’épouse même de Yahweh. Le mythe de la disparition des Cananéens doit se comprendre comme la conversion accomplie de l’ensemble de ce peuple.

Une fois que les cananéens sont devenus les judéens (yehudim), l’expansion du yahvisme s’arrête totalement, et à cette phase de prosélytisme violent succède une phase d’ethnocentrisme modéré, d’indépendance affirmée, jusqu’à ce que les empires voisins, aux appétits conquérants, s’intéressent à leur terre. Ce sera la domination des Assyriens, des Perses, des royaumes hellénistiques et de Rome. A aucun moment, les Judéens ne déclareront la guerre mais ils subiront ces jougs étrangers, rêvant d’un nouveau David libérateur, certains réussissant comme Judas Macchabée, et d’autres échouant lamentablement comme Simon Bar Koshba.

Si l’empire romain, à la différence d’un empire perse plus complaisant, s’oppose aux judéens, c’est parce que la Judée est une province romaine turbulente et révoltée. Du jour où la rébellion est totalement vaincue, avec la destruction de Jérusalem par Hadrien, cité transformée en une ville païenne, Aelia Capitolina, dédiée à Jupiter Capitolin et Zeus Olympien, le site du temple d’El Elyon puis de Yahweh étant désormais doté d’un temple de Zeus, la judéophobie des autorités romaines cessa rapidement. Les vexations sont supprimées par Antonin le Pieux. Et face au christianisme des Constantinides, païens et juifs combattront ensemble, au point où l’empereur Julien entamera la reconstruction du Temple, se révélant le premier sioniste.

Ainsi, si la phase de conversion des cananéens polythéistes a été de nature violente, comparable à la christianisation de l’Europe ou à l’islamisation du Moyen-Orient, le judaïsme cesse de l’être une fois ce processus accompli. Bien au contraire, au même titre que le paganisme, le judaïsme est persécuté, et notamment par les chrétiens et les musulmans, et ce n’est pas un hasard si le seul havre de paix dans l’Occident médiéval pour les juifs d’Europe a été la Lituanie païenne. Onfray et Soler, tout comme Voltaire, pensent qu’en s’attaquant aux racines juives du christianisme, et de l’islam, ils pourront triompher du monothéisme. Ils se trompent. C’est en renonçant à tout universalisme, en se recentrant sur l’Europe, qu’ils pourront redécouvrir les charmes de l’antiquité.

Mais il ne faut pas simplement choisir le camp d’Athènes, mais aussi celui de la Rome de Romulus, de Tara (sanctuaire druidique renommé), d’Uppsala (haut lieu de culte des dieux d’Asgard) et d’Arkona (sanctuaire slave). C’est en (re)devenant païens que cette haine stupide qui a pour nom « antisémitisme » cessera simplement d’exister. Elle était inconnue de nos ancêtres d’avant le christianisme, car ceux-ci ne se sentaient pas en religion des vassaux. Le judaïsme, lorsqu’ils étaient amenés, rarement, à le connaître, leur paraissait sans doute bien étrange, avec son absence de représentation de la divinité, comme Pompée entrant dans le saint des saints s’en étonnera, et les troupes romaines occupant la Judée, dans un contexte difficile, n’étaient pas nécessairement très judéophiles, à l’instar de Ponce Pilate. Il est vrai que, face aux nationalistes judéens, ils jouaient leur vie. Et si Jésus, à supposer qu’il ait réellement existé, a été exécuté par les autorités romaines, c’est parce qu’ils voyaient en lui, par sa revendication de « roi des Juifs » et de descendant de David, revendication qui avait aussi été celle de Judas Macchabée, un nationaliste rebelle, un indépendantiste menaçant la paix romaine dans la région. Ce n’est alors pas un hasard qu’il ait connu le sort des compagnons de Spartacus, ce dernier étant toutefois mort au combat et non sur la croix, contrairement à la légende.

C’est par le retour à ses (anciens) dieux que l’Europe, renouant ainsi avec sa plus longue mémoire, et Israël pourront renforcer leur amitié, malgré un passé douloureux difficile à faire passer. L’occupation romaine de la Judée puis le christianisme nous ont séparés, alors qu’Alexandre, César et Auguste étaient des amis du peuple juif, considérés comme tels, et étaient en même temps de solides polythéistes. Le judaïsme, parce que c’est une religion nationale, celle d’un peuple, n’est pas comparable au christianisme et à l’islam, même si ces derniers se sont appuyés sur le monothéisme israélite pour se bâtir. Les Juifs ne sont pas responsables de ce que leurs prétendus héritiers, qui les ont persécutés par ailleurs, ont pu commettre.

Par ailleurs, un courant idéologique original n’a jamais cessé d’animer le mouvement sioniste, au sein même de la Haganah par exemple, celui des « Cananéens », c'est-à-dire des Judéo-païens. Inspiré par l’œuvre du poète israélien Adyah Gurevitch (1907-1975), ceux-ci souhaitent le retour au polythéisme des anciens Hébreux, du temps où ils étaient encore des Cananéens. Il s’agit du sionisme le plus accompli, puisqu’il vise à un réenracinement total dans la terre de leurs ancêtres, jusqu’à retrouver les dieux des pères de leurs pères. Car, on oublie bien souvent que le judaïsme est l’héritier d’un polythéisme, et que les principales fêtes du calendrier juif remontent à une époque antérieure au yahvisme, même si ces fêtes ont été recouvertes, tout comme les fêtes « païennes » en Europe, d’un voile monothéiste.

La violence monothéiste nécessite une logique universaliste, celle du principe de conversion. Le païen, le kafîr, doit adopter la nouvelle religion ou périr s’il conserve son attachement aux dieux de ses ancêtres. Le christianisme, synthèse d’une dérive universaliste du yahvisme (celle de Paul) et de l’universalisme de l’imperium romanum, et l’islam, ne supportent pas l’altérité en religion. Et cette dimension semble échapper à l’analyse, habituellement brillante, d’Onfray, tout simplement parce que ce dernier n’a pas renoncé à tout universalisme et a du mal à concevoir qu’on puisse sérieusement revenir au polythéisme, tout comme le « païen » Alain de Benoist considère qu’il est « ridicule de croire en Jupiter ». Au cœur de tourments identitaires profonds, et alors que tout laisse à penser que l’Europe approche en ce XXIème siècle d’un abîme dans lequel elle risque d’être précipitée, et qu’Onfray fait tout pour ne pas voir, il suffit de songer à ses engagements politiques à l’extrême-« gauche », la religion européenne de l’avenir ne sera plus le christianisme, qui ne l’aura pas protégée, et ne sera pas non plus l’athéisme dont Onfray espère le succès. Mais le culte de ceux que les super-héros ont remplacé dans l’imaginaire contemporain, le culte des dieux immortels, qu’ils soient descendus de l’Olympe ou d’Asgard.

Thomas FERRIER

24/06/2012

Mes coups de gueule… (2)

LE FRONT NAZIONAL SELON DOMINIQUE REYNIE ?

ETU_4155_L148.jpgLa politologie, comme toute science humaine, doit s’efforcer d’adopter une démarche scientifique de neutralité et de prise de distance. Lorsqu’il s’agit du FN, de nombreux politologues agissent malheureusement en militants, ce qui fait que leur critique perd de sa pertinence.

Lorsque Claude Guéant qualifie le FN de mouvement « nationaliste et socialiste », cherchant à créer des passerelles artificielles entre le PS et le FN, il agit en dirigeant de l’UMP. Lorsque Jean-Luc Mélenchon qualifie le FN de « fasciste », reprenant la terminologie communiste classique, il agit en dirigeant d’un mouvement qui se réclame de l’anti-fascisme et de l’opposition à l’extrême-droite.

En revanche, lorsque Dominique Reynié dénonce un « vertige social-nationaliste » symbolisée par le rejet du texte constitutionnel « européen », il agit également en militant et en idéologue. Il est alors difficile de vouloir à la fois conserver l’image d’un chercheur indépendant et d’acteur de la vie publique, engagé dans le rejet du FN.

Pour analyser le néo-FN de Marine Le Pen, Dominique Reynié parle d’un « tournant ethno-socialiste » du FN (Etudes, novembre 2011), dénonçant « l’association du socialisme et du nationalisme ». Jean-Paul Gautier qualifie le programme du FN de « national » et « social » (Les Temps Nouveaux, Hiver 2012), le présentant comme prenant la suite du programme du PPF de Jacques Doriot.

Rattacher le FN à la grande synthèse « nationale et sociale » n’est autre qu’une volonté de fasciser le Front National, de pratiquer à son encontre une « reductio ad Hitlerum », processus dénoncé en son temps par Leo Strauss, en se parant des qualités, réelles au demeurant, propres à un politologue. Le « socialisme national », analysé par Zeev Sternhell et Marc Crapez comme la base idéologique des fascismes italiens et français, rattachant le fascisme à un phénomène issu de la gauche, mais dont ils excluent de manière plus ou moins arbitraire le national-socialisme allemand, s’est certes retrouvé comme matrice idéologique du jeune Maurice Barrès et a ensuite inspiré les fascistes et divers courants nationaux-révolutionnaires ultérieurs.

De plus, l’expression « ethno-socialiste » n’est pas neutre non plus, même si j’imagine que Dominique Reynié la popularise en français. En premier lieu, l’ « ethnico-socialisme » n’est autre en grec moderne que l’ εθνίκο-σοσίαλισμος, terme revendiqué par le fasciste grec Georgios Mercouris en 1934 (père de la célèbre Melina Mercouri), et qui se traduit explicitement par « national-socialisme ». On retrouve sous la plume du suédois Sven Lindholm, fondateur du Svensk Socialistisk Samling (« Union socialiste suédoise ») mais surtout fasciste affirmé, l’expression « Folksocialisten », revendiquée ensuite par un groupuscule néo-nazi allemand (« Freundeskreis Revolutionärer Volkssozialisten »), bien que l’expression Volkssozialismus ait été originellement employée par le politologue allemand Richard Löwenthal en 1936 lorsqu’il procéda à l’analyse du nouveau régime allemand.

Je ne pense pas que fasciser le FN, le rattacher à des mouvements d’avant-guerre de nature bien différente, contribuera à une meilleure compréhension du phénomène. Et de même, pour ceux qui entendent combattre le FN sur le plan des idées, dans le cadre du débat démocratique, c’est user d’une facilité dialectique qui se retourne contre ses auteurs. Analyser le FN c’est d’abord chercher à comprendre sa mécanique interne, son histoire, ses thématiques et leur utilisation. Le diaboliser, c’est lui rendre au final service et c’est en rester à une observation superficielle. C’est le jour où le FN sera vraiment dédiabolisé et qu’on le verra tel qu’il est en vérité, qu’il s’effondrera, non parce qu’on l’aurait découvert crypto-fasciste mais parce que son électorat l’imagine autrement qu’il n’est en vérité. Les électeurs doivent pouvoir choisir en conscience quel avenir ils souhaitent, ce qui n’est possible que par une information objective et complète. Orwell qualifiait la vérité de « révolutionnaire » et elle l’est en vérité. Car ce n’est pas seulement le FN qu’il faut montrer sous son vrai jour mais le PS, le Front de Gauche et l’UMP, et en vérité la société française en général. Il faut que les Européens voient en face la décadence actuelle de leur civilisation et de cette prise de conscience viendra la renaissance.

UN FRONT EUROPHOBE

Le FN est avant tout un parti explicitement anti-européen et c’est sa caractéristique principale, la thématique de l’immigration n’ayant été introduite par ce parti que par pur opportunisme, Le Pen père étant opposé au départ à sa mise en avant. Les artisans de celle-ci furent Duprat puis Stirbois et enfin les ralliés issus de la Nouvelle Droite, mais surtout le PS et le RPR, en lui offrant ce thème inexploitée sur un plateau d’argent. Désormais, l’électeur qui veut manifester son opposition à l’immigration est automatiquement rattaché au FN et ce dernier aux pires idéologies du XXème siècle, en raison notamment des provocations sémantiques de son ancien président.

Dans une interview publiée dans un journal autrichien, Kurier, Marine Le Pen expose sa vision de l’Europe et apporte son soutien au FPÖ de Strache, également en pointe en matière d’europhobie. Elle souhaite une fois de plus l’effondrement de l’Union Européenne, donc le malheur des européens car les conséquences seraient dramatiques et notamment parce que la fin de l’€ aurait des répercussions économiques désastreuses. Pour elle, cet effondrement rendrait possible la (non-)Europe des Nations, non-Europe car une Europe dans laquelle les (anciennes) nations la composant conserveraient l’intégralité de leur souveraineté, une Europe réduite à une vague coopération, ce n’est pas une Europe du tout.

Elle refuse le principe même d’une réforme de l’Union Européenne, qualifiée encore une fois d’ « Union Soviétique », reprenant ainsi l’expression de l’agent américain Boukovski. Elle se décrit comme « EU-Phobikerin », ce qui a été traduit maladroitement par « europhobe », alors que c’est « UE-phobe ». Son rejet de l’UE et de l’euro, qu’elle a tenté de masquer durant sa campagne, reste absolument entier. Or, comme l’a fait à juste titre remarquer Elie Barnavi, « l’Europe, c’est le Graal ». L’incapacité à penser l’Europe unie s’apparente en effet à une « phobie », c'est-à-dire à une peur irrationnelle, au nom de spécificités fétichisées. La négation par Marine Le Pen de l’européanité, au-delà des questions institutionnelles, est l’aveu d’un échec intellectuel. Elle la partage avec Geert Wilders, avec Declan Ganley et tant d’europhobes militants, alors même que la division de l’Europe sert ouvertement les intérêts américains.

Selon un article du journal américain Stratfor, « les Etats-Unis ne veulent pas d’un effondrement européen (…) mais en revanche ils trouvent un intérêt certain à la crise financière (…) maintenir les Européens dans un état de difficulté de longue durée est acceptable aux yeux des Etats-Unis. » En termes clairs, les USA ne souhaitent pas que l’Europe explose, car ils en seraient impactés immédiatement, mais que l’Europe reste dans le marasme le plus longtemps possible. En ce sens, les réactions de « petty nationalism » de Marine Le Pen et de ses homologues des pays voisins servent explicitement les intérêts américains.

Que l’Union Européenne soit loin d’être parfaite est une évidence. Son manque de légitimité démocratique, son absence de vision à long terme, son incapacité à définir des frontières cohérentes, la corruption idéologique qui domine ses institutions, sont les matérialisations évidentes d’une UE déficiente, mais à l’image des états qui la composent. Tout cela ne dérange pas Marine Le Pen. Députée au parlement de Strasbourg, alors qu’elle est incapable d’être élue députée nationale, elle profite pourtant bien d’institutions dont elle conteste toute legitimité et jusqu’à l’existence même.

Que l’Union Européenne doive être réformée en profondeur relève d’une attitude raisonnable, pour ne pas abolir cinquante ans de construction européenne, et je rappelle que, pour reprendre l’image de l’effondrement de l’Union Soviétique, puisque c’est elle qui choisit cette comparaison absurde, cela ne s’est pas fait sans heurts, et la Russie d’aujourd’hui paye encore un lourd tribut. L’irresponsabilité présentée comme une solution absolue à un système mondialisé d’une complexité extrême, c’est la caractéristique principale des mouvements populistes, comme les provocations anti-€ de Beppe Grillo ou les coups de menton de Jean-Luc Mélenchon. Alexis Tsirpas, par exemple, le jeune dirigeant de Syriza, souhaite que la Grèce reste dans l’€ sans réformer quoi que ce soit, sans les efforts nécessaires pour remédier à une dépense publique incontrôlée. « Faire payer les riches » ou « souhaiter la chute de l’UE », c’est la même chose. Ca n’engage à rien puisque les portes du pouvoir restent très éloignées.

L’europhobie de Marine Le Pen, « paradoxalement », est partagée par le PS. Alors qu’Angela Merkel propose courageusement une Europe politique au sens fort, et lui répondre « chiche » l’obligerait à un début de commencement de proposition, car cela reste un effet d’annonce, François Hollande au nom d’une « exception française » traîne des pieds et manifeste sa plus mauvaise volonté au risque de faire chanceler l’édifice communautaire tout entier. Ayant fait son lot de promesses inconsidérées, il sait désormais qu’il joue gros s’il déçoit aussi rapidement son élection.

TURQUIE ET HOLLANDE

Alors que Chypre va présider à partir du 1er juillet l’Union Européenne, la Turquie est menaçante. Elle réitère sa volonté de procéder au boycott des réunions communautaires si Chypre y est présente. Les déclarations des dirigeants islamistes de la Turquie en cours de « dékémalisation » devraient recevoir une réponse cinglante des chefs d’état et de gouvernement de l’Union.

Or le nouveau président français, qui avait pourtant annoncé qu’une de ses premières mesures serait le vote d’une loi condamnant la négation du génocide arménien, est devenu bien silencieux à ce sujet. Erdogan lui propose donc de venir visiter son beau pays, ce dernier y voyant un « privilège ». Le premier ministre turc a tout de suite vu dans l’élection du « socialiste » Hollande un moyen de réactiver le processus d’adhésion à l’UE. Il s’agit surtout de profiter des dissensions entre le nouvel élu et Angela Merkel, celle-ci étant opposée à cette adhésion, à la différence de la SPD allemande.

Alors que la Turquie s’éloigne de plus en plus de ce que l’on appelle communément l’état de droit, avec des arrestations arbitraires et des procès truqués, personne dans l’UE n’ose réagir. Les provocations permanentes du duo Erdogan/Davutoglu, Gül étant discret depuis qu’il est devenu président, et notamment à l’égard d’un état membre, Chypre, sont inacceptables et pourtant ne reçoivent aucune sanction. Au contraire, c’est Erdogan lui-même qui a pris l’initiative de sanctionner économiquement la France en raison de l’opposition de Sarkozy à l’adhésion turque et pour avoir voté un texte de restriction de la liberté d’expression, certes discutable, jugé défavorable à la Turquie.

Même si le processus d’adhésion est actuellement au point mort, 13 chapitres ont néanmoins été ouverts, et en aucune manière l’objectif d’une Turquie membre de l’UE n’est remis en question. En Hollande, Erdogan pense en tout cas avoir trouvé un allié potentiel. Et même si Hollande n’est pas le partisan le plus déterminé de cette intégration, le PS y est bien davantage favorable. Si Angela Merkel devait concéder une grande coalition, ou si la SPD gagnait les élections en 2013, la Turquie reprendrait son chemin vers l’UE, avec tout ce que cela peut signifier, tant au niveau des libertés publiques en Turquie même que dans l’image détestable qu’a l’UE, au sujet de cette question, auprès de nombreux citoyens européens.

Qui va enfin avoir le courage de dénoncer cette adhésion comme une erreur monumentale, et pour le peuple européen, et pour le peuple turc ? Qui va oser montrer le vrai visage du gouvernement turc actuel ? Cela m’étonnerait que ce soit François Hollande.

Thomas FERRIER

24/06/2012

Gauche contre "gauche" !

Message aux lecteurs du blog.

Pericles.jpgCertains lecteurs ont du mal à comprendre mon positionnement politique et pense que je suis proche de l’UMP, malgré une étiquette « euro-socialiste » pleinement assumée. En effet, si je tape d’abord, et en priorité sur le PS et sur le FN c’est parce que, plus que l’UMP, ils se présentent comme ce qu’ils ne sont pas. Le PS n’a de « socialiste » que le nom puisqu’il est totalement rallié au libéralisme économique et au mondialisme idéologique, sa seule différence avec l’UMP étant qu’il y ajoute en outre le libertarisme moral. Le FN prétend quant à lui défendre notre « identité nationale », alors qu’il nie l’européanité du peuple français, met les européens et ceux qui ne le sont pas dans le même sac sous le vocable de « immigrés », et que la seule raison pour laquelle des millions de français votent pour lui, la problématique de l’immigration extra-européenne, est abandonné au profit d’une conception néo-colonialiste et impériale de l’ « identité », celle de la France coloniale, car le FN défend à sa manière la même « diversité » que le PS mais restreint cette diversité au fait de posséder la citoyenneté française. Il y a donc dans les deux cas tromperie sur la marchandise. L’UMP, libérale et conservatrice, défendant l’idéologie du Système en place, ne trompe pas. Je préfère un ennemi qui ne se cache pas à de faux amis prêts à me poignarder dans le dos à la moindre occasion.

Mais lorsqu’un véritable homme de gauche apparaît, un authentique socialiste, même s’il ne partage pas l’européisme que je défends, même s’il reste encore pris dans un cadre national, je sais qu’il est de mon camp, qui est celui de Saint-Simon, celui de Pierre Leroux, celui de Benoît Malon, celui de Louis Ménard (pour ne citer que des socialistes français), ou encore de Giovanni Mazzini ou de Jack London. A l’imitation de ce dernier, je dirais que je suis socialiste et européen, mais que je suis européen avant d’être socialiste.

Alors qui sont ces véritables socialistes d’Europe, européistes ou pas ? Je pourrais citer le socialiste danois Thor Möger Pedersen, ministre des finances issu du Parti Socialiste Populaire (gauche radicale), âgé de seulement 26 ans, et qui ose défendre son identité danoise et européenne. Je pourrais citer le socialiste polonais, et explicitement païen, disciple de Ian Stachniuk, défenseur de son identité slave et pourfendeur de l’impérialisme américain, l’historien Mateusz Piskorksi, ancien membre de Samoobrona et désormais membre du Parti du Travail Polonais (gauche radicale), ou encore le socialiste allemand Oskar Lafontaine (Die Linke), remis de son cancer et en piste pour de nouvelles aventures. Et même si je ne partage pas du tout sa défiance envers l’Union Européenne, je reconnais que le social-démocrate controversé Thilo Sarrazin est un socialiste bien plus authentique. Et le russe Dmitri Rogozine, ancien dirigeant du mouvement socialiste patriote Rodina, et travaillant désormais dans l’équipe de Poutine, représente un véritable avenir pour le peuple russe.

Vous l’aurez compris, la gauche authentique est représentée par ceux qui incarnent un socialisme identitaire, potentiellement ou ouvertement européen, libéré des utopies marxisantes, rejetant le libertarisme des pseudo-socialistes « occidentaux » et défendant réellement le peuple. Le PS applique la politique migratoire désirée par le patronat, tout en mentant au peuple par des promesses sociales dont on ne le fait pas en vérité profiter, puisque réservées à acheter la paix civile dans les banlieues.

Nous savons bien qu’il n’y a jamais eu autant de privatisations en France que sous le gouvernement Jospin (1997-2002) et nous avons eu comme président « de gauche » un ancien volontaire national des Croix de Feu, qui s’est découvert une vocation de résistant en 1943, après avoir reçu l’insigne emblématique du régime d’un ancien maréchal de France, reconverti en chef d’état. C’est parce que la « gauche » n’est plus la gauche que l’électorat populaire lui a tourné le dos, que le peuple de gauche est contraint d’exprimer sa colère ou son désespoir par un vote populiste et notamment en faveur de la droite nationale et radicale. Le FN, premier parti ouvrier de France, c’est une réalité. Et c’est aussi vrai du FP norvégien, du DFP danois, du PVV de Wilders, et c’était vrai de la Ligue du Nord italienne. Le BNP et les SD suédois connaissent leurs meilleurs scores chez les ouvriers, tout comme les PS (« vrais finlandais ») finnois.

001.jpgSi on se désole, comme c’est mon cas, du succès de formations politiques europhobes et/ou eurosceptiques, alors que l’Europe est notre seule planche de salut, il faut aussi en expliquer les causes et trouver un remède. Que dit Terra Nova, ce think-tank proche du PS ? Que le patriotisme est nécessairement extrémiste, que le FN et l’UMP ont vocation à ne plus faire qu’un, qu’il faut que le PS laisse tomber l’électorat populaire, naturellement réactionnaire, pour ne s’intéresser qu’à deux électorats, à savoir l’électorat allogène d’une part, remplaçant l’électorat populaire de souche européenne, et la « jeune » bourgeoise européenne décadente des beaux quartiers, favorable à la « diversité » (pour les autres) mais qui met ses enfants dans des écoles privées pour ne pas avoir à la côtoyer.

Le socialisme européen que nous défendons est du côté du peuple, même quand il pense « mal ». Nous soutenons les Européens, et notamment les plus faibles, contre ce système qui cherche à les prendre en tenailles, entre une bourgeoisie parasitaire et un néo-prolétariat d’importation, à les étouffer. Socialistes mais européens !

Thomas FERRIER (LBTF/PSUNE)

17:36 Publié dans Analyses, Communiqués | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : psune, thomas ferrier, ump, ps | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Victoire de la fausse gauche "allo/bobo"

 
PS,Europe-Ecologie,François Hollande,UMP,FN,Jean-Luc Mélenchon,Marine Le Pen,Terra Nova,élections législativesLes « bourgeois bohême » parisiens peuvent être satisfaits à tous points de vue, même s’ils ne se rendent pas compte qu’ils creusent davantage encore leur propre tombe. La fausse « gauche » PS/Europe-Ecologie, avec l’appui implicite du PCF/Front de gauche, l’a emporté au second tour des législatives. Comme après la victoire de leur candidat aux présidentielles, François Hollande, les « banlieues » ont hurlé leur joie, prenant cette nouvelle victoire comme un blanc-seing, la nomination de Christiane Taubira, dont les positions sur la colonisation et en faveur de la promotion de la « diversité » sont bien connues, comme garde des sceaux, en étant l’illustration. Le jeune Killian, assassiné à l’âge de treize ans, par un individu dont la presse tait jusqu’au prénom, en sait quelque chose.

D’un côté, l’europhobie fanatique des souverainistes, Marine Le Pen en tête. De l’autre, l’europhobie meurtrière, celle dont a été victime notamment Killian et tant d’autres avant lui, cette europhobie, la seule phobie que SOS-Racisme semble refuser de combattre, comme si la violence de haine n’était que dans un seul sens. En effet, pour son (ancien) président Dominique Sopo, le « racisme anti-blancs », c'est-à-dire l’europhobie, est je cite « une notion forgée par le FN ». Je suppose donc que, si on appliquait le principe de réciprocité, le racisme contre les noirs serait par exemple une invention de Kemi Seba. Ce deux poids deux mesures, selon la race du criminel et celle de la victime, est intolérable. Dominique Sopo a récemment démissionné de la présidence de SOS-Racisme et se déclare tenté par un poste de ministre du gouvernement Ayrault. Finalement, il n’aura pas eu gain de cause… pour cette fois.

Le véritable vainqueur de ces élections.

Le vainqueur, c’est le parti des abstentionnistes. Au premier tour des élections, 42,77% des électeurs ont refusé de se prononcer et même de se déplacer. Au second tour, c’est même 43,7% des électeurs qui sont restés chez eux. Cette abstention est un record depuis 1973, et a augmenté de trois points par rapport à 2007. Et surtout, que l’abstention ait été plus forte au second tour qu’au premier est très significatif. Ces 1% de participation en baisse sont essentiellement le fait d’électeurs de droite du premier tour et qui n’avaient pas envie de s’opposer à la vaguelette rose, accroissant ainsi la marge de manœuvre du camp adverse.

Ce manque de participation s’explique par les querelles d’appareil à droite, entre une ligne qui veut conserver la stratégie Buisson, qui n’a pas été si mauvaise aux présidentielles, malgré l’échec du président sortant, et une ligne centriste, très politiquement correcte, menée notamment par Juppé, Kocziusko-Morizet et Raffarin. Pris entre ces deux tendances irréconciliables, Sarkozy n’avait pu choisir son camp. Or, s’il a échoué, c’est avant tout en raison du mauvais report de voix des électeurs FN, report qui aura aussi coûté des sièges à des candidats UMP lors des élections législatives.

Il s’explique enfin par la réforme du quinquennat et surtout cette concomitance entre les élections présidentielles et législatives. Le président élu, les électeurs se détournent des enjeux parlementaires, renforçant l’image monarchiste de notre « république ». Les législatives ne font que confirmer les présidentielles, beaucoup d’électeurs voulant laisser sa chance au nouveau dirigeant en lui donnant une majorité à l’assemblée, indépendamment du programme du président, du parti politique dont il est l’émanation, et des candidats eux-mêmes, élus sur leur étiquette uniquement, même s’ils sont sans expérience.

Un premier tour qui lamine les petites formations politiques.

Ce nouveau système des élections législatives, un mois après les présidentielles, a tué les enjeux. En conséquence de quoi, le scrutin majoritaire à deux tours, qui était très défavorable aux petites formations politiques, est désormais sans pitié. Les électeurs n’avaient que trois manières de voter possible, à savoir le vote de confirmation, c'est-à-dire le vote PS, le vote de réticence, c'est-à-dire le vote UMP, et enfin le vote de résistance, c'est-à-dire le vote FN.

Les deux autres formations de gauche, ne représentant pas une menace pour le nouveau pouvoir en place, ou ralliées totalement à lui, n’ont pas été trop victimes du vote utile. Il faut dire que Europe-Ecologie avait négocié ses places avec le PS. Ses seulement 5,65% des voix, c'est-à-dire plus du double du score d’Eva Joly aux présidentielles, s’expliquent uniquement parce que, à l’image de Cécile Duflot, Europe-Ecologie a bénéficié de cet accord auquel le PS n’était en rien obligé. En réalité, sans cet accord, Europe-Ecologie aurait sans doute disparu du jeu politique national. C’est ce qui est ainsi arrivé au Modem de Bayrou, qui n’a obtenu que 1,76% des voix et n’a pu sauver que deux députés, son chef de file étant même sévèrement battu dans sa circonscription. Les autres écologistes n’ont obtenu que 0,96% des voix dont 0,11% pour le MEI de Waechter (lui-même obtenant 10,52% à Altkirch) et 0,05% pour CAP 21.

Le Front National en revanche, avec un score très convenable, même si inférieur à celui obtenu en 1997, obtient malgré tout 13,6% des voix, contre 4,29% des voix en 2007 et 11,34% en 2002. Seule une soixantaine de ses candidats a pu atteindre le second tour, en duel ou en triangulaire. Cela s’explique notamment par le fait qu’il faut désormais 12,5% des inscrits et non plus 12,5% des votants pour passer au second tour. Le FN avait sept circonscriptions où ils étaient réellement en mesure d’obtenir des élus, essentiellement en Provence. Marine Le Pen a fait dans la circonscription autour de Hénin-Beaumont 42,36% des voix, ce qui était inattendu.

Le FN a aussi bénéficié dans son camp d’un vote utile, car les différentes chapelles de l’extrême-droite, à savoir essentiellement le trio NDP/MNR/PDF et la Ligue du Sud, n’ont obtenu que 0,19% des voix, et ce en tenant compte de l’excellent score de Jacques Bompard mais aussi du score plus modeste de Jacques Peyrat à Nice (16,2%). Bompard a fait 23,5% des voix au premier tour, victime de la candidate FN qui a obtenu plus de 16% des voix. Il était en revanche idéalement placé pour s’imposer au second tour, FN et UMP étant éliminés. Les candidats identitaires n’ont obtenu que 0,02% des voix, pour environ une vingtaine de candidats, ceux-ci oscillant entre 0,2% et 1,1% des voix selon les cas. Philippe Vardon (Bloc Identitaire) aurait sans doute fait un score de même nature s’il avait maintenu sa candidature à Nice, d’où son retrait avant l’échéance. La candidate FN choisie à son détriment a réussi à obtenir 21,41% des voix. Les figures principales de la droite radicale, Carl Lang (1,09%) et Roland Hélie (0,9%), ont été laminées. Il n’y a désormais plus d’opposition de droite nationale au FN, légitimé par les urnes.

Les mouvements souverainistes sont également durablement affaiblis avec seulement 0,43% pour Debout La République, mouvement qui sauve néanmoins son financement public, 0,2% pour le MPF (1 siège), 0,05% pour CPNT, 0,01% pour le RPF et 0,01% également pour l’Alliance Royale.

L’extrême-gauche est également victime d’un effet Mélenchon. Le PCF/FG obtient 6,91% des voix (contre 4,82% en 2002 et 4,29% en 2007). Le paradoxe est qu’avec un meilleur score, le PCF a perdu des députés. En 2007, il avait sauvé son groupe avec 15 élus. En 2012, il n’aura obtenu que 10 sièges et ne sauvera son groupe que par le ralliement d’élus domiens. Ce bon score, nuancé par l’échec de Jean-Luc Mélenchon à atteindre le second tour à Hénin-Beaumont, se fait au détriment de l’extrême-gauche, LO et NPA réunis n’obtenant que 0,98% des voix et perdant ainsi tout financement public. Les Pirates avec 0,06% des voix ont quant à eux échoué à représenter une alternative politique, à la différence de leurs homologues allemands qui pourraient rentrer au Bundestag en 2013. Seules les élections européennes en France permettent à de nouveaux mouvements politiques d’émerger (le FN en 1984, les Verts, le MPF… etc), les élections législatives étant verrouillées.

Les victimes d’un second tour sans saveur.

Le mauvais report de voix des électeurs FN amène à l’éviction hors du parlement de nombreux députés UMP, et notamment les membres de la Droite Populaire. Hervé Novelli, Eric Raoult, Nadine Morano sont les victimes principales de cette situation, alors même qu’ils avaient tenté d’envoyer des signaux favorables au FN. Marine Le Pen préférait, sauf cas particuliers, les faire battre et y a réussi. Claude Guéant est également vaincu par un dissident de droite, payant ainsi sa proximité avec le président déchu et un bilan contesté en matière de lutte contre l’insécurité. En revanche, Henri Guaino sauve sa peau. A Nancy, ville qui m’est tout particulièrement chère, la droite valoisienne est battue, les trois circonscriptions de la ville étant au PS, et six circonscriptions sur sept en Meurthe et Moselle. Les élections municipales de 2014 s’annoncent mal pour les héritiers d’André Rossinot, qui sera probablement candidat une dernière fois pour tenter d’empêcher la mairie de basculer.

Ségolène Royal est battue par un opposant socialiste à La Rochelle. Son candidat, Olivier Falorni, était au second tour alors que l’UMP était éliminée. Royal souhaitait son désistement, ce qui l’aurait fait élire avec le score très stalinien de 100%. La gauche étant sure d’avoir un député, on ne voit pas pourquoi Falorni aurait dû se retirer, sous prétexte que Ségolène Royal s’était rendue si détestable aux yeux de la droite locale que celle-ci était prête à tout pour la faire battre. Les électeurs, qu’importe leur vote du premier tour, ont exprimé de manière souveraine leur choix. Royal ne sera pas présidente de l’assemblée nationale, où elle aurait pu jouer la directrice d’école autoritaire auprès des élus.

François Bayrou est puni pour son soutien apporté à François Hollande au second tour des présidentielles. Ce soutien était incompréhensible pour la plupart de ses électeurs, qui ont préféré choisir l’UMP plutôt que de le réélire. Il a lui-même reconnu avec beaucoup de franchise que son électorat ne l’avait pas suivi dans un choix personnel bien inutile car le PS n’a pas cherché à sauver sa tête, bien au contraire. Il est difficile en effet d’expliquer aux électeurs qu’on prône l’alliance de la carpe et du lapin. Jean Lassalle, le sympathique centriste, sauve en revanche sa tête.

Jean-Luc Mélenchon aurait pu, en étant au second tour, offrir paradoxalement à son ennemie chérie un fauteuil de député. C’est finalement le socialiste Philippe Kemel qui s’impose de justesse face à Marine Le Pen, cette dernière n’obtenant que 49,89% des voix. En duel pur, le FN n’arrive pas à s’imposer, puisque Stéphane Ravier (49,01%) et Valérie Laupies (48,71%) échouent aussi. Ce n’est que dans le cas de triangulaires que le FN peut s’imposer, lorsque des conditions exceptionnelles s’y prêtent. Dans le Gard, Gilbert Collard est élu grâce au soutien implicite du candidat UMP, qui s’est maintenu pour obéir aux consignes de son parti, et Marion Maréchal (Le Pen) grâce au maintien d’une candidate socialiste qui n’avait pourtant aucune chance de l’emporter. Avec une élue issue de « la famille », l’image népotique du FN est renforcée. La victoire de Collard, qui a été membre de presque tous les partis politiques, et qui refuse de rejoindre le FN, pourrait quant à elle être à la Pyrrhus, car il est peu probable que Collard respecte la ligne que souhaitera voir impulsée Marine Le Pen. Enfin, Jacques Bompard (Ligue du Sud, ex-FN et ex-MPF) est élu député avec une avance confortable (58,77%), de même que Nicolas Dupont-Aignan (61,39%), récompensés par leur travail d’implantation.

Au final, la « gauche » l’emporte, le PS obtenant la majorité parlementaire seul. Il doit ce succès à l’absence totale de mobilisation de l’électorat de droite. Avec 343 sièges sur 577, soit moins de 60% des sièges, dont 302 sièges pour le PS et les divers gauches, le gouvernement Ayrault est conforté. Le Front de Gauche obtient 10 sièges, les radicaux de gauche 13 sièges, et Europe-Ecologie 18 sièges. Le MD de Bayrou n’a plus que deux sièges, le Nouveau Centre en obtient 14, les radicaux valoisiens 9 , et l’UMP ainsi que les divers droite 205 sièges. Les nationaux et souverainistes ont 5 sièges (2 FN, 1 DLR, 1 LS, 1 MPF), ce qui est un résultat inédit dans le cadre du scrutin majoritaire.

Marine Le Pen, battue, tente à nouveau sa chance mais au tribunal, afin de faire annuler le scrutin. Elle aurait préféré abandonner Strasbourg pour découvrir les charmes du Palais Bourbon. Elle fait néanmoins partie pour le moment des vaincus de juin 2012. Elle aura au moins le plaisir de partager cette situation avec Jean-Luc Mélenchon, qu’elle vient d’ailleurs de retrouver au tribunal après que ce dernier l’ait qualifiée de « fasciste ». François Bayrou est désormais un homme seul, tout comme Ségolène Royal est une femme seule, contrainte à une prise de distance forcée d’avec la vie politique nationale.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

18/06/2012

Quand la Grèce évite le Tartare

Samaras.jpgLes élections législatives grecques, les secondes en un mois, qui se sont déroulées ce dimanche 17 juin 2012, étaient décisives quant à l’avenir du pays, comme la presse internationale l’a rappelé. Certes, les menaces d’une éviction de la Grèce hors de la zone euro, cas qui n’est pas prévu par les traités communautaires, étaient prématurées. Elles étaient surtout destinées à avoir un impact émotionnel sur le choix des électeurs. Le PASOK ayant une image durablement écornée, associée à l’épouvantable gestion du « socialiste » Papandreou, seule la Nouvelle Démocratie d’Antonis Samaras était en mesure de l’emporter et de mettre en œuvre les mesures décidées au niveau de Bruxelles et des instances internationales pour « aider la Grèce ».

Le choix « mélenchonien » était en revanche de soutenir le jeune Alexis Tsirpas, leader du mouvement de « gauche » radicale Syriza. Son programme démagogique promet de mettre fin au mémorandum européen sur la crise grecque, un ensemble de mesures que le gouvernement d’Athènes devrait engager afin de bénéficier de l’aide de ses partenaires, tout en garantissant le maintien de la Grèce dans la zone euro. Tsirpas en outre est particulièrement ambigu quant à la gestion des flux migratoires, préoccupation essentielle de la population grecque au même titre que la crise.

Les Grecs ont préféré à 29,7% soutenir le parti de droite conservatrice, qui avait su s’unir à la fois à plusieurs anciens députés du Laos nationaliste, dont Makis Voridis, et à des libéraux modérés. Néanmoins, Syriza obtient 26,9% des voix, ce qui constitue un remarquable succès pour cette formation politique. Son succès se fait peu au détriment du PASOK, qui perd un point à 12,3% (contre 13,2% en mai) mais en revanche est réalisé en défaveur du reste de l’extrême-gauche. Les communistes du KKE ne font que 4,5% des voix (contre 8,5% en mai) et évitent de peu la disqualification. Les écologistes, Antarsya (extrême-gauche), les Pirates, les communistes dissidents du KKE-ML, s’effondrent.

A droite, le Laos continue sa descente aux enfers avec seulement 1,6% (contre 2,9% en mai), ayant par ailleurs perdu une partie importante de ses leaders, toute représentation nationale à la Vouli, et ce au profit des conservateurs mais probablement aussi de l’Aube dorée. Les Indépendants Grecs (Anexartiti Ellines) avec 7,5% perdent trois points ; ils faisaient 10,6% des voix il y a un mois. Issus d’une scission plus nationaliste de la Nouvelle Démocratie, une partie de leur électorat a rejoint par vote utile la maison mère.

Deux surprises, dans ce contexte de vote utile et de bipolarité ND/Syriza, sont néanmoins apparues. En premier lieu, avec 6,92% des voix contre 6,97% un mois auparavant, l’Aube Dorée, mouvement néo-fasciste radical et violent, maintient son haut niveau de soutien. C’est le résultat d’une exaspération des Grecs vis-à-vis des flux migratoires extra-européens. Malgré les déclarations négationnistes de son dirigeant, malgré les cas de violence avérés de ses représentants contre des adversaires politiques, malgré les agressions physiques dont certains membres se sont rendus coupables, ce mouvement extrême conserve son aura pleine et entière.

C’est en Laconie et à Sparte que l’Aube Dorée réalise ses meilleurs scores, alors que l’immigration y demeure marginale, avec 10,6% des voix. La Laconie est le berceau des Lacédémoniens/Spartiates mais aussi de l’école philosophique byzantine de Mistra, où Gémiste Pléthon au XVème siècle prêcha le retour aux dieux de l’Olympe et à un mode de vie à l’antique où les paysans libres constitueraient un vivier de soldats pour que l’Hellade retrouve sa liberté, et c’est à Areopoli en Laconie que le dirigeant grec Petros Mavromichalis sonna en 1829 l’heure de la révolution pour chasser l’occupant ottoman hors de l’Hellade. Néanmoins, Aube Dorée perd trois sièges, avec 18 députés contre 21 en mai, en raison de la prime accordée au parti vainqueur, à savoir la Nouvelle Démocratie.

La Gauche Démocratique (Dimokratiki Aristera) progresse quant à elle légèrement avec 6,3% des voix (6,1% en mai 2012) et maintient sa représentation nationale avec 17 députés. Cette formation de gauche modérée pourrait s’associer à la grande coalition qui va très certainement se mettre en place dans les prochains jours autour de Samaras. En effet, la ND seule n’a que 129 députés sur 300, ce qui est insuffisant pour gouverner. Elle aura besoin a minima des 33 députés du PASOK dans le cadre d’une coalition de crise destinée à faire appliquer les mesures de rigueur préconisées, et de l’appui de cette petite formation afin de donner l’image d’un gouvernement rassemblé. En seront naturellement exclus Syriza, le KKE et les nationalistes radicaux de la Hrysi Avgi.

L’attachement des Grecs à l’€ et à l’Union Européenne a été une fois de plus signalé par les électeurs. Ceux-ci n’ont pas voulu prendre majoritairement le risque de l’aventure avec Syriza. Les pressions européennes ont été décisives aux yeux d’un grand nombre de citoyens qui savaient au fond d’eux-mêmes qu’il n’y avait pas de solution alternative en l’état à cette politique de restriction budgétaire légitimement impopulaire. Mais les Grecs en ont en revanche assez de devoir se serrer la ceinture alors que l’immigration clandestine, et notamment musulmane, explose. Antonis Samaras, qui s’est distingué d’Alexis Tsirpas par sa fermeté affichée pour combattre ce problème, devra réussir à mener une telle politique tout en respectant les canons du droit occidental actuel. S’il devait échouer en ce domaine, l’exaspération grecque serait à son comble. C’est un peuple qui est prêt à beaucoup de sacrifices mais qui n’acceptera pas qu’on lui prenne ce que l’on est prêt en revanche à donner à d’autres.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

28/05/2012

Une nouvelle affaire Zemmour

Eric Zemmour,Patrick Lozès,Christine Taubira,RTL,liberté d'expression,YoussouphaUne fois de plus, le chroniqueur politique de RTL et d’I-Télé, qui officiait encore récemment sur France 2, fait l’objet d’une campagne de diffamation provenant de la « gauche » « anti-raciste » contre lui. Comme toujours, cela fait suite à des propos peu consensuels sur des problématiques sensibles, l’immigration extra-européenne, la place de la femme dans la société, l’insécurité liée à l’immigration. On lui reproche notamment d’avoir accusé Patrick Lozès, président du CRAN (représentant des associations noires), de s’être réjoui de l’élection de Barack Obama selon un prisme racialisant, et plus récemment de s’en être pris au nouveau ministre de la justice, Christine Taubira, lui reprochant notamment une forme de laxisme à géométries variables, selon que les criminels soient issus ou non « de la diversité », et aussi un combat féministe en faveur d’une nouvelle loi sur le harcèlement.

Immédiatement, les ligues de vertu ont repris leur disque-cours moralisateur en condamnant les propos d’Eric Zemmour. Précisons d’abord que défendre la liberté d’expression d’un journaliste ne signifie nullement acquiescer à ses propos, et je ne peux que désapprouver son discours euro-sceptique, anti-€ ou encore sa dévalorisation excessive des femmes, confondant par esprit de système de légitimes revendications, pour la plupart désormais acquises, avec les excès d’une minorité extrémiste, les adeptes de la « parité » ou de l’interdiction de la prostitution, qui rappellent les bonnes chrétiennes américaines exigeant l’interdiction de l’alcool, ou les islamistes turcs de l’AKP interdisant les bistrots. C’est d’ailleurs en raison de son europhobie que Marine Le Pen a cru nécessaire de prendre sa défense, et pas parce que Zemmour semble s’opposer à l’immigration extra-européenne.

Or, si une certaine presse reproche à Zemmour une approche racialisante des problématiques migratoires et sécuritaires, les défenseurs de Christine Taubira la victimisent en accusant le journaliste de s’en prendre à elle parce qu’elle est une femme et parce qu’elle est noire. La racialisation semble donc permise lorsqu’on porte l’étiquette du PS, mais pas dans les autres cas. C’est une étrange démarche de la part d’un parti qui prétend défendre l’égalité. En outre, lorsque le rappeur d’origine congolaise Youssoupha tient des propos extrémistes contre ce même Eric Zemmour, et il a d’ailleurs déclaré récemment dans un concert, « Zemmour, on t’enc… », on n’entend personne. C’est d’ailleurs la même chose lorsque qu’un autre pseudo-rappeur de banlieue, dont nous tairons le nom pour ne pas lui faire de la publicité, s’attaque publiquement, par le biais de podcasts, à différentes personnalités politiques et médiatiques, Eric Zemmour (encore) ou Marine Le Pen en tête.

L’indignation à géométries variables, les procès politiques pour financer des associations bidon n’arrivant plus à recevoir de dons, sont une atteinte portée à la justice dans notre pays. Alors que les tribunaux sont débordés, certains croient utiles de les surcharger d’affaires sans intérêt, relevant de la simple liberté d’expression. Et c’est la faute des procureurs en la matière qui acceptent de s’en saisir, alors même qu’ils classent des affaires graves sans suite. Il me paraît urgent qu’un des droits fondamentaux de la personne humaine, la liberté d’opinion et d’expression, soit réaffirmé et surtout appliqué. Même lorsque ce droit profite à ses adversaires politiques. C’est par la parole libre, parole de vérité, qu’on peut savoir à qui on a affaire. Lorsqu’un nationaliste comme le leader grec de l’Aube Dorée exprime des convictions extrêmes, en l’absence de loi pour les réprimer, il se dévoile et les électeurs peuvent réagir en conséquence. Depuis cette provocation, il a perdu deux points dans les sondages.

PS: d’un point de vue purement politologique, les nominations de Christiane Taubira à la Justice et de Laurent Fabius aux Affaires Etrangères paraissent bien des erreurs de casting, le second, tout comme le représentant aux affaires européennes, étant un des opposants au traité constitutionnel de 2005, ce qui, à l’heure d’une négociation vitale avec notre partenaire allemand, apparaît comme une faute de goût. Taubira, dont la candidature de 2002 avait coûté le second tour à Lionel Jospin, est étrangement récompensée, sans doute pour ne pas s’être représentée. La droite nationale lui reproche d’avoir été indépendantiste guyanaise. Nous pourrions, nous européistes, lui reprocher bien au contraire de ne plus l’être, car Christine Taubira a raison de vouloir défendre les siens avant les nôtres. Mais, lui reconnaissant cette légitimité, nous attendons d’elle qu’elle nous accorde le fait de vouloir la même chose qu’elle.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

Sauvons l’Hellade ou Thermopylae 2012.

mercury.jpgLa Grèce doit-elle se retrouver seule et démunie face à cet empire menaçant qui est la finance internationale, face à une agression économique dont les Etats-Unis d’Amérique sont, par le biais des agences internationales, c’est-à-dire américaines, de notation, qui font depuis des mois la pluie et le beau temps, le chef d’orchestre, afin de fragiliser l’Europe toute entière en s’en prenant à ses maillons les plus faibles (Irlande, Grèce et Portugal) ? L’Union Européenne doit-elle s’attendre à connaître le sort de la petite bien que courageuse Islande ? La question dépasse et de loin le seul € puisque le Royaume-Uni a annoncé il y a quelques jours qu’il était à nouveau en récession. La crise des dettes souveraines, qui se résume en fait aux dettes contractées par les Etats européens auprès de puissances extra-européennes, Chine en tête, est cependant en train de déstabiliser l’économie de la zone € et par extension de l’Europe toute entière. L’ancien président Boris Tadic paye ainsi un bilan économique désastreux, qui n’a pas pu être compensé par la promesse d’une adhésion future à l’Union Européenne, au profit de son éternel adversaire, le post-nationaliste Tomislav Nikolic. Et de même, tous les gouvernements sortants sont les uns après les autres sanctionnés. La défaite de Nicolas Sarkozy en France, les sondages médiocres en faveur des conservateurs britanniques ou la coalition CDU/CSU/FDP outre-rhin, l’illustrent remarquablement.

De nombreux dirigeants, dont le nouveau président François Hollande, ont dû reconnaître que des plans d’exclusion de la Grèce de la zone euro étaient à l’étude. Cette perspective, contraire d’ailleurs aux traités communautaires en exercice qui ne prévoient pas de retrait forcé de cette zone, déclencherait de toute évidence un effet domino, le Portugal et l’Espagne étant alors immédiatement attaqués à leur tour. L’euro n’y survivrait pas et probablement ce semblant d’Europe politique en gestation qu’on appelle Union Européenne. Les souverainistes, ennemis de toute Europe politique, pourraient se réjouir d’une telle perspective, même si le coût humain pour les européens serait terrible, ce qui prouve bien qu’aux yeux des souverainistes, le sort de leur peuple n’est pas important par rapport à leurs lubies nationalitaires, meilleures alliées des USA. Un véritable européen, attaché à défendre les intérêts de son peuple, même celui opposé à l’origine à la mise en place de l’€ en l’absence d’Europe politique, devrait naturellement prendre la défense de l’euro contre cette agression dissimulée contre les Européens.

Les véritables européistes que nous sommes, à rebours des égoïsmes nationaux stériles, mais aussi des délires mondialistes dont Mme Lagarde nous a donnés ce week-end quelques exemples, ne peuvent que prendre la défense de la Grèce, et telle l’alliance antique entre Sparte et Athènes contre les appétits du grand roi, exprimer leur solidarité de combat à l’égard de ces Européens que le serpent financier veut prendre à la gorge. Bien sûr, les dirigeants grecs, PASOK ou ND, ont menti aussi bien à leur peuple qu’à leurs partenaires européens, même si ces derniers le savaient pertinemment et ont laissé faire, mais ce n’est pas une raison pour que les Grecs subissent une régression sociale dans tous les domaines comme aujourd’hui. Certes l’aide venant des autres Européens doit être conditionnée à des réformes structurelles en profondeur, mais par une mise en place progressive, équitable et humaine. Et on voit bien que l’Etat grec en est incapable.

Il faudrait donc clairement le mettre sous tutelle, mettant fin à sa souveraineté nationale, sans pour autant remettre en cause les principes de la démocratie. Il n’y a qu’une seule possibilité de le faire, c’est que rapidement se crée un Etat européen, mettant la dette vis-à-vis des pays extra-européens en commun afin de la renégocier au plus haut niveau et un principe de convergence en matière de dépenses publiques. Il serait par exemple interdit d’embaucher de nouveaux fonctionnaires, exit alors le projet d’Hollande de recruter 60.000 enseignants supplémentaires, de financer l’immigration clandestine par des aides sociales, et de mettre fin à différentes situations d’assistanat abusif, particulièrement intolérable en période de crise. Dans le cas grec, il n’est pas normal, et sur ce point Jean-Luc Mélenchon a raison, que les armateurs grecs et l’église orthodoxe ne contribuent pas de manière significative à renflouer les caisses de l’Etat, plutôt que ne faire porter les efforts que sur l’homme du peuple (uomo qualunque en italien), au prix d’insupportables sacrifices.

Lorsque Wolfgang Schaüble propose l’élection d’un président européen au suffrage universel, proposition qui était celle de François Bayrou lors des élections présidentielles, nous lui rétorquerons qu’un président sans pouvoir, même élu au suffrage universel, n’est qu’un pantin, et qu’il faut bâtir une véritable Europe politique, qui ne se limitera pas à un président, mais qui aura l’ensemble des pouvoirs et des caractéristiques d’un Etat souverain. Cela veut dire assemblée européenne, cela veut dire armée européenne, cela veut dire budget européen. Et c’est ainsi que nous sauverons la Grèce et que nous sauverons l’Europe.

Au cœur de ce désastre, et de ce drame humain, les déclarations récentes de Mme Lagarde ont mis de l’huile sur le feu, alors que les Grecs vont voter à nouveau le 17 juin. Et pourtant, Mélenchon et Tsirpas n’ont aucune raison de la critiquer, puisqu’elle n’a fait qu’énoncer à haute voix l’idéologie mondialiste. Et selon cette dernière, indéniablement, le sort des enfants grecs est meilleur que celui des enfants nigériens. Ce n’est donc pas Christine Lagarde qu’il faut critiquer, car elle sert un système dont elle n’est qu’une des représentantes, mais c’est sa fonction qu’il faut dénoncer, et c’est l’organisation qui l’emploie. Or Jean-Luc Mélenchon n’est-il pas un alter-mondialiste, c’est-à-dire un mondialiste, donc un partisan d’organisations internationales sans légitimité démocratique ? Et ne préfère-t-il pas le travailleur immigré clandestin à un ouvrier français et/ou européen qui aurait le tort de critiquer l’immigration ? Quant à François Bayrou, sa réaction est parfaitement légitime et adaptée à la situation, à savoir que ce n’est pas acceptable de s’attaquer à un peuple tout entier, première victime après tout de ses gouvernements. Et de toute façon, Christine Lagarde aurait dû faire passer les intérêts de l’Europe et des Européens avant toute chose. Un européiste authentique n’aurait de toute façon jamais accepté de faire partie d’une organisation europhobe par sa nature même.

Tout cela démontre qu’en définitive le salut de l’Europe passe notamment par la remise en question de l’existence même d’organisations comme le FMI. D’ailleurs, dans la crise grecque, il n’était pas acceptable que le FMI s’en mêle, le problème devant être traité et réglé entre européens. En revanche, quand la Russie manifeste son inquiétude, elle est dans son rôle, car elle exprime sa solidarité européenne naturelle. Il faudrait d’ailleurs l’associer aux travaux en vue de sauver l’euro et de remédier au drame hellène, alors qu’en revanche aucune leçon ne devrait être admise de la part du voisin atlantique qui, en matière de déficit public, est en situation bien plus problématique que la notre, mais qui bénéficie d’un poids diplomatique sans commune mesure d’avec celui d’une Europe apolitique divisée en 27 états souverains.

Bien sûr, Christine Lagarde a fait preuve en la matière d’incompétence, car son propos était inutilement vexatoire et qui plus est perturbant à quinze jours d’une élection législative cruciale en Grèce, et aussi de déloyauté vis-à-vis d’une Europe à laquelle elle doit tout, son corps et son âme, et aussi sa fonction actuelle. Elle préfère défendre l’idéologie mondialiste, dont sa fonction au FMI est le symbole, que sa patrie. Et c’est en ce sens et en ce sens seulement qu’elle devrait démissionner. Parce qu’un européen doit être au service de l’Europe et d’elle seule, et ne faire preuve d’aucune allégeance envers un « machin ».

Sauver la Grèce, et l’Europe avec elle, ce n’est certes pas mentir aux citoyens grecs en leur promettant des lendemains qui chantent, le beurre et l’argent du beurre, comme le fait Alexis Tsirpas en Grèce (Syriza), l’€ sans la rigueur, mais écouter leur souffrance et leur apporter de vraies solutions. Ce n’est possible que si l’Europe politique, l’Europe souveraine, voie enfin le jour, même si elle doit s’établir sur la disparition totale des souverainetés nationales et l’ostracisme de toute la classe politique « européenne » actuelle. Et par ailleurs, il est possible en Europe de réduire les dépenses budgétaires sans que cela ne porte préjudice au portefeuille des citoyens. Or les Etats dépensent l’argent public au service d’intérêts qui ne sont pas les nôtres. On demande aux Grecs de rembourser jusqu’au dernier euro, mais on annule les dettes colossales des pays africains et on vend des pans entiers de notre économie à la Chine ou au Qatar, ou on finance l’état palestinien à perte. L’argent des travailleurs européens ? Pour les Européens !

L’Europe politique devient de plus en plus urgente. Elle ne naîtra pas avec un Hollande ou une Merkel aux affaires. Et ce n’est pas la croissance artificielle par la consommation, relancée par de nouveaux déficits, ni la rigueur extrême prônée par la chancelière allemande, qui nous sortiront du gouffre.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

20/05/2012

La démocratie et l'€uro en danger

 
A l’issue des dernières élections grecques, où les extrêmes ont considérablement progressé, les citoyens helléniques ont voulu signifier leur colère et leur déception par rapport à une classe politique incapable, le tandem ND/PASOK, mais aussi par rapport à une construction politique européenne qui n’a pas été à la hauteur des enjeux. Incapable de se doter d’un gouvernement, la Grèce va devoir revoter le 17 juin. On s’attend à une nouvelle progression du parti de gauche radicale Syriza, sorte d’homologue du Front de Gauche français, et à une légère baisse des droites radicales, qui pourrait profiter légèrement au LAOS, qui retrouverait ainsi sa représentation nationale, mais au détriment de l’Aube Dorée, dont le leader, Nikolaos Michaloliakos, s’est laissé aller à des propos extrémistes et explicitement néo-nazis, mais qui devrait conserver des députés.

La crise de l’euro et des dettes souveraines ne peut pas être résolue au niveau de la seule Grèce, mais bien au niveau de l’Europe toute entière. Or il n’existe pas réellement de démocratie européenne, malgré l’existence d’un parlement européen élu, mais qui n’ose pas s’emparer d’un pouvoir qu’il tire pourtant de sa légitimité démocratique, préférant laisser la commission et les chefs d’état et de gouvernement décider à la place du peuple et de ses représentants.

Ce désaveu d’une Union Européenne incapable de se prendre en main commence à toucher les états souhaitant la rejoindre. Ce jour, en effet, le candidat ex-nationaliste Tomislav Nikolic a battu, à la surprise générale, le candidat pro-européen Boris Tadic, lors du second tour des présidentielles serbes. Certes Nikolic ne cherche pas à mettre fin au processus d’adhésion, à la différence de son ancien parti, le Parti Radical Serbe, radicalement anti-UE comme son allié français, le FN. Mais sa victoire, alors même qu’il avait entretenu une certaine confusion sur le plan des idées, son positionnement pro-européen nouveau paraissant plutôt opportuniste, est bien la preuve là encore d’une déception. L’adhésion à l’UE de la Serbie paraît trop lointaine et comme c’était l’axe principal de campagne de Tadic, il en a payé le prix.

La crise économique de la zone euro s’accompagne d’une crise politique sur l’ensemble du continent européen. La défaite de Nicolas Sarkozy, les échecs successifs de la CDU aux élections des différents Länder, la déception des citoyens britanniques vis-à-vis de la coalition conservateurs/libéraux, sont différentes manifestations de cette crise profonde. Il est par ailleurs évident que si un référendum avait lieu en ce moment en Islande concernant l’adhésion à l’Union Européenne, les Islandais voteraient massivement non, et ce serait sans doute vrai dans tous les pays européens développés.

Pourtant, personne n’ose réellement montrer du doigt les responsables de cette crise profonde des sociétés européennes. Nous sommes dans un tel état de vassalité vis-à-vis de l’empire outre-atlantique que nous n’osons même plus appeler un chat par son nom. L’intérêt des USA, pour ne pas les nommer, n’est pas la ruine de l’Europe, qui aurait un effet domino dommageable à leur puissance économique, mais l’affaiblissement. Le département d’état dès 1999 craignait l’€uro comme une menace sérieuse à la domination du dollar. Comme un prédateur face à un troupeau d’animaux sans chef de troupe, vingt-sept animaux pour être précis, les agences américaines de notation, qui épargnent largement leur pays mais n’hésitent pas à baisser arbitrairement la note, donc la crédibilité internationale, des pays européens, ont vu dans la Grèce un moyen de déstabiliser la zone euro.

Depuis de nombreuses années, par bien des moyens, les Etats-Unis cherchent à empêcher à tout prix l’émergence d’une Europe politique unie, d’une Europe réconciliée et amie de la Russie, dans l’éventualité où cette dernière rejoindra cet ensemble politique. Par le soutien à l’immigration extra-européenne, et notamment musulmane, qui divise et déstabilise les sociétés européennes, aboutissant en même temps à la montée de mouvements populistes europhobes, incapables de proposer une alternative politique crédible, et facteurs eux aussi d’affaiblissement, par le soutien à l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, processus qui n’a abouti qu’à affaiblir les résistances kémalistes à la réislamisation rampante dont l’AKP de Recep Erdogan est le fer de lance, par les attaques économiques contre la Grèce et donc au final contre toute la zone euro, les Etats-Unis maintiennent l’Europe dans une position de sujétion. C’est comme s’il y avait deux coureurs de 100 mètres qui s’affrontaient, l’un sachant que son voisin est plus fort que lui attachant à ce dernier un boulet au pied pour l’empêcher de gagner la course. Il ne faut pas être dupe.

Tant que l’Europe politique authentique n’aura pas vu le jour, à savoir un unique décideur, un unique numéro de téléphone, une adresse précise, c'est-à-dire un gouvernement européen démocratiquement légitime, tant que nous resterons dans l’OTAN, qui ne devrait plus exister depuis l’effondrement du bloc soviétique, tant que nous ferons de l’ingérence politique au service d’intérêts qui ne sont pas les nôtres, l’Europe sera en crise. Il est facile comme le fait le nouveau président français de prôner la croissance, alors même qu’on rampe devant ceux qui la rendent impossible. De tous les pays européens, seule l’Allemagne semble résister davantage, même si son succès économique doit être nuancé par sa crise morale et démographique profonde.

Alors, Europe année zéro ?

Aux Européens de se réveiller, aux Européens d’enfin s’unir, avant qu’il ne soit trop tard, avant que l’ « acquis communautaire » ne soit perdu parce que nos dirigeants ne sont pas à la hauteur des enjeux, parce qu’ils n’ont pas conscience des menaces, ou n’ont simplement pas le courage de les affronter, parce qu’ils ne sont pas les hommes, et les femmes, de la situation. Parce qu’ils agissent en esclaves et non en hommes libres. Parce qu’ils agissent au nom de l’intérêt des oligarchies financières et pas en républicains au service de l’intérêt général, du bien commun de tous les Européens.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

08/05/2012

Bilan des élections présidentielles 2012 (conclusion).

 
La véritable alternative…
 
par Thomas FERRIER, 08/05/2012

thomas ferrier,psune,élections présidentielles 2012,consignes de voteCertains camarades se sont étonnés que le PSUNE, que je représente, n’ait pas pris position pendant ces élections. C’est l’heure de m’en expliquer. En premier lieu, nous n’avons rien à attendre en positif d’une élection présidentielle. Sur ce seul point, je partage l’avis des souverainistes, à savoir que le président français n’est plus que le gouverneur d’une province. Mais cela n’est pas tant dû à l’Union Européenne qu’au fait que la France seule n’a aucun moyen de se faire entendre à moins de disposer du soutien de ses partenaires. La France n’a plus les moyens de ses ambitions, et ce même si François Hollande affirme, par une sorte de chauvinisme très mal à propos, que la France n’est pas n’importe quel pays, qu’il y a un rêve français universel, et que les valeurs de la république ont vocation à s’étendre au monde entier. Idée funeste, responsable de toutes les colonisations et de tous les échecs, idée folle dont on paye aujourd’hui tous les jours les conséquences.

Il faudrait constitutionnaliser le principe que « la France est un pays européen », un pays comme les autres, ni meilleur ni pire, et dont l’avenir passe par l’émergence d’une Europe puissante, sociale et surtout vraiment européenne. Le PS incarne, même si en paroles il se proclame pro-européen, dans ses positions politiques même, l’Anti-Europe. Il est en ce sens le meilleur allié des souverainistes. Et aussi détestable soit la politique de la CDU de Merkel, cette dernière représente malgré tout l’Europe.

C’est en bâtissant une véritable Europe unitaire, plus ou moins fédérale, que le salut viendra. Aucun des candidats de cette élection n’a compris l’Europe, même si Sarkozy fut sans doute, et de fait, le moins anti-européen des candidats. Quand la caricature du Monde le présente en train de discuter avec Marine Le Pen, il oppose à sa préférence nationale une préférence européenne, le « buy european act ». Et il souhaite réformer Schengen pour que les frontières de l’Europe soient bien gardées, ce que tout véritable européen devrait souhaiter. On voit actuellement en Grèce avec le rejet de l’immigration extra-européenne, matérialisé par les 7% obtenus par un parti extrémiste, ce qu’il en coûte de nier la réalité des problèmes.

En second lieu, je ne souhaitais pas que le parti soit impacté par cette élection. En notre sein, chacun peut avoir des opinions différentes, même si nous avons tous un objectif commun, et il ne me semblait pas opportun de nous diviser là où il n’y a pas pour nous d’enjeu. Il allait naturellement de soi qu’on ne pouvait cautionner ni le discours europhobe de Marine Le Pen, ni la démagogie « antifasciste » de Jean-Luc Mélenchon. Bayrou par son « Achetons français » avait prouvé qu’il n’était européiste que de façade. De toute façon, son obsession présidentielle passe clairement chez lui avant l’enjeu européen. Le PSUNE toutefois, mouvement au sens fort républicain, ne pouvait pas en revanche appeler à l’abstention. Le choix ne pouvait donc être qu’entre le vote blanc, vote de conviction, et le vote Sarkozy, vote stratégique destiné à choisir le moindre mal pour empêcher un mal plus grand encore. Car, en tant que socialiste européen, j’ai honte de ce que la « gauche » est devenue depuis des décennies. Je préfère l’adversaire qui ne se cache pas que le faux ami qui, prétendant faire mon bien, n’a fait que mon malheur.

En Europe, nous avons une tâche immense à accomplir. Refonder la gauche sur ses vraies valeurs, à savoir la défense de l’européanité en même temps que des travailleurs de notre peuple (européen). Rejeter le libertarisme, volet moral du libéralisme économique. Rejeter les communautarismes, les individualismes, au nom de l’intérêt général, ce qui est cela « être républicain ». Tous se disent « républicains », mais aucun ne l’est dans les faits. Les politiciens restent dans les querelles de clocher, se disputent sur la couleur du mur, mais l’intérêt de tous les français, de tous les européens, passe après. Le FN contribue à l’élection de Hollande parce qu’il préfère l’intérêt du parti à l’intérêt de la France. Le PS soutient l’immigration parce qu’elle y puise un nouvel électorat, au détriment de l’intérêt de la France (et pour le PSE, de l’Europe), alors que c’est une mesure anti-sociale par excellence. Aucun socialiste authentique ne pourrait être favorable à l’immigration de travail, qui pèse sur les salaires et qui est insupportable en période de fort chômage.

L’Europe sera socialiste ou ne sera pas, mais l’Europe sera européenne ou ne sera plus, et avant d’être socialiste, avant d’être républicain, je suis d’abord et avant tout un européen, au service de tous mes compatriotes, solidaire avec eux car tous frères nés d’un même sang ! Et en tant qu’européen, sans avoir la moindre complaisance pour le président sortant, je me suis senti ce dimanche soir comme Juvénal face à la décadence de Rome. Parce que, derrière Sarkozy, ce représentant de la droite libérale et conservatrice dont je combats au plus profond de mon cœur l’idéologie, il y avait l’Europe. Et parce que, derrière Hollande, même si le nouveau président me paraît un homme honnête et sympathique, ce n’était pas l’Europe. On ne choisit sans doute pas ses alliés, et sans eux Hollande aurait perdu ce dimanche. Mais être républicain, c’est choisir de perdre au nom de l’intérêt général plutôt que de gagner au détriment de celui-ci.

Et la France a perdu quelque chose ce 6 mai 2012.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

Bilan des élections présidentielles 2012 (2ère partie).

sarko.jpgLes raisons profondes de l’échec de Sarkozy.

Nicolas Sarkozy paye dans cette défaite les nombreuses erreurs commises pendant sa présidence de cinq années, et on pourra noter en premier lieu qu’il est le premier président du quinquennat, car Jacques Chirac a été douze années aux affaires. Or ce format ne semble pas permettre, du moins en France, de prendre la pleine mesure du poste présidentiel. C’est au moment où Sarkozy semblait dominer sa fonction qu’il en est privé par la volonté du peuple. Et la raison principale ne tient pas tant à la politique qu’il a menée, dont par comparaison avec les voisins européens, on peut affirmer qu’elle n’a pas été si calamiteuse, qu’aux symboles envoyés, ceux là même qui ont coûté cher à Giscard d’Estaing en 1981.

A tort ou à raison, Nicolas Sarkozy est apparu comme le représentant des riches et des puissants. La soirée au Fouquet’s, que l’électorat pardonnait aisément à Mitterrand par exemple, et le yacht de Bolloré, ont confirmé cette image. Ce que l’opinion bien pensante accepte de représentants de la gauche (Tapie, Strauss-Kahn… etc), alors qu’elle est bien plus choquante de leur part, ne passe pas lorsque ce sont des représentants de la droite qui font de même. L’affaire Bettencourt a renforcé ce sentiment irrationnel, que la « gauche » a su exploiter en dénonçant un président « bling bling », passant sous silence la fameuse « gauche caviar ». La hausse de la TVA dite sociale, et bien d’autres mesures, comme l’allongement de la durée de cotisation pour la retraite, sont apparues comme punitives pour le peuple alors que les riches en auraient été prétendument exonérés. Or Nicolas Sarkozy a agi d’abord par pragmatisme, car surtaxer les riches est le meilleur moyen d’encourager leur expatriation, et le fait qu’alors ils ne paieront plus d’impôts du tout en France, ce qui nécessiterait qu’on augmente les impôts pour les classes moyennes, et dans un contexte économique de rigueur budgétaire.

Aucun patron n’a soutenu François Hollande ? Les stars du showbiz français, les riches chanteurs (comme Yannick Noah), les acteurs fortunés, ont-ils soutenu Nicolas Sarkozy ? Ils ont préféré son adversaire. D’ailleurs, dans cette élection, les amis de Sarkozy ont été très discrets, à l’instar de Johnny Hallyday. Mais il avait été répété que Sarkozy était le candidat des riches, et c’est ce qu’il paye aujourd’hui. Son image étant très dépréciée, les sondages d’opinion l’ayant maintenu au plus bas pendant presque tout son mandat, il n’a jamais pu inverser la tendance. Par ailleurs, le pouvoir a semblé l’user prématurément, lui faisant perdre rapidement de sa superbe. Enfin, le choix de sa nouvelle épouse semble avoir contribué négativement à cette image. Comme si, à l’instar de Napoléon, passer de Joséphine à Marie-Louise avait été considérablement défavorable. Or, que dire de DSK, celui qui était pressenti avant l’affaire Diallo comme futur président « socialiste » de la France, qui était marié avec la richissime et médiatique Anne Sinclair. Et que dire de François Hollande, vivant avec une journaliste de presse écrite.

Il est vrai que Nicolas Sarkozy n’a pas eu l’hypocrisie d’un François Mitterrand ou d’un Jacques Chirac, conservant bien sagement leur épouse pour des raisons médiatiques. Et on se souvient de l’acharnement de Mitterrand à taire l’existence de sa fille Mazarine, et de sa double vie. Il a divorcé à peine était-il élu de sa seconde épouse. Auprès d’un électorat du centre et de droite, cette vie personnelle n’était pas forcément un atout, bien au contraire.

Président omniprésent, étouffant son pâle premier ministre, il a pris tous les coups. Il n’a jamais su oser changer son gouvernement en profondeur, remettre à leur place un entourage délétère, et faire aussi le ménage au sein de la droite. Il n’a accepté la mise en place de la « droite populaire » que du bout des lèvres et ne leur a jamais donné la marge suffisante, la liberté nécessaire, pour redonner du sens à son mandat. Il a pactisé avec ses ennemis de l’intérieur de l’UMP, les récompensant par des postes de ministre, au lieu de les marginaliser. Il a enfin mis en avant des figures de la diversité, Rama Yade et Rachida Dati en tête, et les a réintroduites lors de sa campagne alors qu’elles lui avaient tourné le dos. La nomination de gens de « gauche », comme Hirsch ou Amara, n’était pas non plus ce qu’attendait son électorat. D’ailleurs, ces personnalités ont vite retrouvé la maison mère « socialiste ».

Parce qu’il savait qu’il avait terriblement déçu, parce qu’il craignait que la droite se présente divisée devant les électeurs, il a su éliminer la concurrence, ce que n’avait pas su faire Jospin en 2002. Il a su faire renoncer Boutin puis Borloo, Morin et enfin Villepin lui-même, ce dernier n’ayant jamais été réellement en mesure d’obtenir les 500 signatures, et ne le souhaitant probablement pas. Mais c’est comme seul candidat de droite, à l’exception du souverainiste Dupont-Aignan, qui était davantage sur une ligne « ni droite, ni gauche » et tentait maladroitement de concurrencer le FN, qu’il est apparu. Et au second tour, aucun autre candidat ne s’est rallié. Bayrou a apporté son soutien à Hollande, comme tous les candidats de « gauche » et jusqu’à Cheminade. Dupont-Aignan et Le Pen ont appelé au vote blanc, donc à un soutien à 50% dans un tel contexte à Hollande. Il n’avait aucune marge de manœuvre pour le second tour.

C’est donc en président honni, malgré un discours de départ qui avait une autre force que le « au revoir » de Giscard d’Estaing, qu’il quitte l’Elysée. Les media, visiblement soulagés, veulent vite l’enterrer pour magnifier le « glorieux vainqueur ». Comme pour VGE, dans quelques années, beaucoup d’électeurs regretteront certainement leur choix de ce dimanche. C’est là où l’on voit que la maturité républicaine du peuple laisse à désirer. Car il n’a pas lu les programmes des candidats, il n’a pas regardé objectivement les résultats et les promesses des uns et des autres. Hollande a fait dans la démagogie absolue, promettant monts et merveilles, alors qu’il savait n’avoir aucun moyen de réaliser cela. On a l’impression que tout va bien, que la France est en forme économiquement, et que la pauvreté résiduelle sera résorbée en imposant les riches. L’Union Européenne ? Le nouveau président français la pliera à sa volonté, alors qu’il reprochait encore récemment à Nicolas Sarkozy de vouloir remettre en cause Schengen.

Et demain, les législatives ?

Même si Guillaume Peltier dans Le Monde.fr semble encore y croire, les législatives seront remportées par la « gauche », non pas parce qu’elle serait devenue subitement majoritaire en France, mais d’abord parce que le PS a un formidable allié, qui réussira peut-être même à offrir au président sortant une majorité écrasante. Si le FN atteint les 17% que lui promettent les sondages actuels, Marine Le Pen annonce déjà qu’elle maintiendra systématiquement ses candidats en cas de triangulaires. Alors que le vote FN est désormais un vote national, le parti ayant nettement progressé dans l’ouest, une telle politique va amener la droite en dehors de Matignon et même en dehors du Palais Bourbon.

Il est inconcevable que dans le contexte actuel, avec le centre-droit à la tête de l’UMP du fait du départ de Sarkozy, une alliance entre l’UMP et le FN puisse avoir lieu. Elle se réalisera peut-être avec certains candidats de droite (comme Christian Vanneste) sans que l’on sache si cela sera payant. Mais Marine Le Pen est visiblement décidée à faire de la droite parlementaire son ennemi principal à abattre, tout en rêvant d’un groupe parlementaire, fantasme total. Si elle réussit déjà à faire entrer un seul député, elle pourra être contente. Quoi qu’on pense du bilan de Sarkozy, ou de l’homme, quelque détestation peut-on avoir pour les « humanistes » de l’UMP, qui n’ont en effet pas grand-chose de différent des dirigeants du PS, il est assez étrange de vouloir faire le jeu du pire tout en espérant voir se rallier ceux là même qu’elle aura contribué à faire battre. Or le FN n’a aucunement les moyens d’apparaître comme l’opposition authentique au nouveau président, manquant de cadres de valeur et de militants. L’UMP reste une énorme machine de guerre politique que son parti n’est pas en mesure d’égaler ni même de concurrencer.

Avec l’effet « président », beaucoup de français voulant lui donner sa chance, avec la stratégie de destruction de la droite jouée par le FN, alors que le meneur de l’UMP raccroche ses gants après sa défaite, l’UMP va vivre une véritable hécatombe. La « gauche » aura désormais tous les pouvoirs de nuisance disponibles, sénat, présidence, assemblée nationale, conseils régionaux et généraux, syndicats, sans pouvoir rien changer à la politique économique à mettre en œuvre.

Ce que fera Hollande les premiers temps…

Le nouveau président ira comme première action en Allemagne rencontrer Angela Merkel. Il y renoncera à tout son programme économique, à toutes ses promesses électorales qui ont séduit un électorat visiblement inconscient de la réalité contemporaine. La paupérisation de l’Europe, du fait de la mondialisation et aussi du fait de l’immigration qui accompagne cette dernière, avec un chômage de masse sur tout le continent, est indiscutable. Les premières mesures qu’ils pourraient prendre, comme le retour à la retraite à soixante ans et la suppression de la TVA sociale, seront très mal appréciées des marchés financiers. Il lui faudra alors, de peur de revenir en arrière, surtaxer les classes moyennes, pesant alors sur la consommation. Et pour sauver l’€, alors que la crise politique grecque va relancer la crise de l’€, il devra se concilier l’Allemagne.

Comme il décevra son électorat par des mesures anti-sociales que la crise lui imposera, une fois les premières semaines passées, il fera passer en force son programme libertaire. Une des premières mesures sera sans doute le mariage gay avec adoption, qui nécessitera une réforme constitutionnelle. Puis viendra la question du vote des étrangers extra-européens qui, crise ou pas crise, vivront toujours mieux en France que dans leur pays d’origine mais pèsent de plus en plus sur les avantages sociaux. Là encore, il faudra bien que quelqu’un paye, et ce seront à nouveau les classes moyennes. La première année de François Hollande sera celle de la désillusion, sauf pour les minorités de la diversité qui auront obtenu gain de cause. Après l’ivresse, on assistera à une sévère gueule de bois.

Bilan des élections présidentielles 2012 (1ère partie).

francois-hollande.jpgUn nouveau président de « gauche ».

Les sondages l’avaient prévu et les résultats l’ont confirmé. François Hollande est le nouveau président de la république française. Avec 51,62% des voix contre 48,38% des voix pour son adversaire vaincu, le candidat du PS s’est imposé bien qu’il ait été élu davantage par rejet du président sortant que par adhésion à sa propre personne. Son succès est un symbole fort envoyé par différents types d’électorat – les bourgeois- bohême des centres villes, Sarkozy ayant été dominé dans toutes les villes de plus de 100.000 habitants, les fonctionnaires inquiets pour l’avenir de leur statut et sensibles à la démagogie du candidat « socialiste », qui a beaucoup promis alors que la crise paupérise nos voisins européens du sud, les populations musulmanes et/ou non-européennes des banlieues ou des territoires d’outre-mer, les électeurs musulmans ayant même voté à 93% pour François Hollande, les homosexuels en attente de la mise en place promise par le candidat d’un « mariage gay » avec adoption. Cela explique nettement la foule bigarrée qui a fêté sa victoire, et la présence de nombreux drapeaux étrangers, surtout africains, est une réponse à la campagne très à droite de Nicolas Sarkozy.

Au second tour, la « gauche » a rassemblé son camp sans ostracisme. Mélenchon s’est rallié immédiatement après le soir du premier tour au candidat PS et si en ce jour François Hollande rend hommage aux communistes, c’est qu’il a bénéficié du formidable travail militant du PCF et du Front de Gauche. La droite en revanche n’a pas été capable de faire de même. Il faut dire que Sarkozy avait tout le monde contre lui. François Bayrou a annoncé son intention de voter pour Hollande, et la consigne de vote blanc de Marine Le Pen, dans un tel contexte, était aussi un cadeau fait au PS. En souhaitant explicitement l’implosion de l’UMP, elle a fait le jeu du PS. Même si les raisons de la défaite de Sarkozy sont multiples, le mauvais report de voix du FN et du MD en sa faveur a été déterminant (51% des électeurs de MLP ont voté Sarkozy, 14% ayant même voté Hollande, et 30% seulement des électeurs centristes ont soutenu l’ancien président).

Un échec héroïque de Nicolas Sarkozy.

Attaqué de toutes parts, Nicolas Sarkozy obtient malgré tout 48,38% des voix, après un débat de second tour où il a dominé son adversaire, même s’il s’est laissé aller aussi aux petites phrases assassines, et en ayant musclé son discours sur l’immigration de manière à obtenir le meilleur report de voix des électeurs FN. Cela n’a pas été suffisant, car beaucoup d’électeurs ont été sensibles aux arguments développés par Marine Le Pen sur le bilan calamiteux du président sortant à ce sujet.

Il avait donc contre lui non seulement toute la « gauche », qui ne s’est pas gêné pour le présenter comme un candidat d’extrême-droite, ainsi que l’a qualifié Arnaud Montebourg, ou même pour un fasciste, mais aussi les centristes et le FN. Cette « gauche » a été considérablement aidée par l’attitude partisane de la presse. Il suffit ainsi de songer à l’hebdomadaire Marianne, mais aussi aux nombreuses pétitions de principe d’artistes et d’intellectuels dénonçant l’attitude du président sur la question migratoire et sur l’islam. Elle a également été aidée par les « humanistes » de l’UMP, terme introduit par Jean-Pierre Raffarin, qui ont explicitement désapprouvé la campagne de leur candidat. Dimanche soir, Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, François Fillon ou encore Jean-François Coppé n’avaient pas l’air sérieusement attristé par la défaite de l’UMP, à la différence de Nadine Morano, qui ne pouvait cacher son amertume, ou encore d’Henri Guaino, accablé par ce résultat. Ce mardi, Chantal Jouanno explique ainsi que Nicolas Sarkozy a eu tort de faire une campagne trop axée sur l’immigration et l’insécurité. En réalité, c’est parce qu’il ne l’a pas fait suffisamment tôt qu’il a été battu. Deux semaines de plus auraient pu faire la différence. Gérard Longuet n’a pas réussi à inverser l’image désastreuse auprès d’un certain électorat que les déclarations de Jouanno contre son camp ont pu faire.

Un sondage indiquait que 65% des électeurs UMP souhaitaient une alliance avec le FN. Cette alliance n’était pas possible, d’une part parce que le FN n’en voulait pas, d’autre part parce que les esprits n’y étaient pas préparés. Il fallait donc simplement rester silencieux quant à la question posée par Marine Le Pen sur les consignes de vote aux législatives dans le cas d’un duel PS-FN. Ceux qui au sein de l’UMP ont laissé entendre qu’ils soutiendraient le PS, alors que le président sortant avait montré la nocivité du programme « socialiste », ont aidé François Hollande. C’était d’ailleurs sans doute implicitement leur volonté.

On peut donc parler d’un échec héroïque de Nicolas Sarkozy car il était extrêmement difficile dans ces conditions de pouvoir s’imposer et son score reste malgré tout très honorable. On est loin de la sanction que prédisaient certains sondages, par exemple des 58/42. Et donc, pour répondre à Montebourg, on peut dire selon sa terminologie que l’ « extrême-droite » a recueilli 48,38% des voix au second tour.

Analyse des résultats.

Nicolas Sarkozy s’impose nettement en dépassant parfois les 60% dans plusieurs régions françaises, l’Alsace (63,4%), seule région dirigée par la droite par ailleurs, la Provence (57,6%) et la Corse (55,87%), même si par rapport à 2007 il est en recul d’environ quatre points. En Champagne-Ardenne, le résultat est également bon (54,11%). En revanche, François Hollande triomphe en Limousin (63,78%), en Auvergne (56,91%) ce qui est inédit pour le PS dans cette région, en Aquitaine (56,57%), en Midi-Pyrénées (57,94%), en Poitou-Charentes (55,08%), en Nord Pas de Calais (54,13%) et en Bretagne (56,35%), dans des régions moins concernées par l’immigration, bien que le FN y ait fortement progressé ces dernières années, et dans lequel le report de voix des électeurs FN a été mauvais. Enfin, l’Ile de France a choisi à 53,32% des voix de faire confiance au candidat PS, ce qui s’explique notamment par la faiblesse du score du FN au premier tour dans cette région mais surtout par un vote massif des immigrés de seconde et troisième générations.

Symboliquement, c’est dans les départements et territoires d’outre-mer que les questions idéologiques ont joué le plus. Nicolas Sarkozy est ainsi sévèrement sanctionné aux Antilles, en Guyane et à la Réunion. En Guadeloupe, il est écrasé avec seulement 28,07%, et en Martinique, il n’obtient que 31,57% des voix. Ce désaveu est confirmé de manière moindre en Guyane (37,95%) mais en revanche de manière lourde à la Réunion (28,51%). A Mayotte, que le président a départementalisée pendant son mandat, il n’est qu’à peine récompensé, en n’obtenant que 50,94% des voix, mais en revanche s’impose en Polynésie Française (53,26%) mais surtout en Nouvelle-Calédonie (63,04%). Dans ce dernier cas, il a reçu un soutien massif de la population européenne de l’île, avec un très bon report de voix des électeurs du FN, alors que François Hollande a reçu un fort soutien des kanaks.

Pour la sans doute seconde fois en France, après 2007, mais de manière plus marquée, il y eu un fort vote communautaire en faveur du candidat « socialiste ». En Seine Saint-Denis, Hollande obtient ainsi 65,32% des voix, soit dix points de plus que Ségolène Royal en 2007 (56,54%). Dans le Val d’Oise, les villes à forte « diversité » ont voté massivement pour le PS. 64,64% à Argenteuil, 72,62% à Garges-lès-Gonesse, 66,2% à Goussainville ou encore 68,08% à Villiers-le-Bel.

Si à Marseille, le président sortant s’impose (52,83%), le vote est également déterminé par l’origine géographique. A Marseille 2ème secteur, Hollande obtient 67,91% des voix, 65,13% des voix dans le 8ème secteur, 56,23% des voix dans le 7ème secteur, 55,26% dans le 1er secteur. En revanche, à Antibes, Nicolas Sarkozy obtient 67,19% des voix, 68,3% à Cagnes sur Mer, 60,14% à Allauch, 68,8% à Cannes, 71,49% à Mandelieu-la-Napoule, 73,28% à Mougins, 60,32% des voix à Marignane, 58,35% à Toulon, 67,25% à Fréjus, 73,07% à Saint-Raphaël, 63,11% à Orange. Dans cette région provençale, les résultats sont très contrastés et dépendent essentiellement du report de voix du FN. Il s’agit dans certains cas d’un double vote communautaire, les européens votant UMP, les autres votant PS, alors que dans d’autres villes de la région, on ne peut tirer aucun enseignement de cette nature.

Enfin, dans beaucoup de régions françaises, les deux candidats sont à peu près à égalité, même si à l’avantage de François Hollande dans beaucoup de cas (Bourgogne, Normandie, Pays de la Loire, Picardie, Languedoc-Roussillon) et de Nicolas Sarkozy dans quelques autres (Centre, Franche-Comté, Lorraine). En Rhône-Alpes enfin, avec 52% des voix, Nicolas Sarkozy s’impose mais en perdant de trois à quatre points par rapport à 2007.

Au final, François Hollande l’emporte dans 14 régions alors que Nicolas Sarkozy ne l’emporte que dans 8 régions.

07/05/2012

Brèves européennes … (12)

Et pour quelques élections de plus…

ALLEMAGNE

Ce dimanche, des élections locales se déroulaient en Allemagne (élection du land de Schleswig-Holstein) et en Italie (élections municipales dans un certain nombre de grandes villes). Les résultats en Italie sont actuellement indisponibles, même s’il est probable qu’on va assister à un net recul de la Ligue du Nord dans des villes comme Vérone. En revanche, en Allemagne, le résultat du land est connu et très significatif dans l’optique des élections législatives de 2013.

La CDU d’Angela Merkel conserve lors de cette élection à peu près son score de 2009 (- 0,7% seulement), ce qui est une bonne nouvelle pour la chancelière, nouvelle contrebalancée par le net recul de la FDP, son allié de coalition, qui avec 8,2% (- 6,7 points), recule sévèrement, comme il le fait désormais à toutes les élections.

En revanche, la SPD connaît une nette remontée, avec 30,4% des voix (+ 5%), ce qui lui assure en nombre de sièges l’égalité parfaite avec la CDU (22 sièges). Elle a en outre la chance de disposer d’un allié, en l’occurrence Die Grünen, qui avec 13,2% des voix (+ 0,8%), conservent un très bon crédit, et même renforcé, aux yeux de l’opinion.

En revanche, Die Linke, avec 2,2% des voix seulement (- 3,8%), perd sa représentation au Landtag, et ce probablement en raison de l’émergence d’un nouveau venu, les Piraten qui, à l’instar de leur récent succès à Berlin, obtiennent 8,2% des voix (+ 6,4%). Leur progression se fait non seulement au détriment des libéraux mais aussi au détriment de Die Linke et même de la NPD. La présence en effet de dirigeants au discours plutôt favorable au nationalisme au sein de l’appareil national des Piraten a d’ailleurs été décelée par certains analystes. La NPD avec 0,7% des voix (- 0,2) ne parvient à prendre racine auprès de l’opinion du land. En 2005, elle parvenait encore à obtenir 1,9% des voix. La crise interne au sein de la NPD et sa radicalité excessive expliquent aisément ce score. La jeunesse allemande se reconnaît davantage dans la défense des libertés de l’internaute (d’où le bon score de Piraten) que dans un nationalisme de revanche et de nostalgie.
 
Enfin, le SSW régionaliste ("Fédération de votants de Schleswig du sud", Sydslesvigsk Vælgerforening en danois), représentant la minorité danoise, obtient avec 4,6% des voix (+ 0,3) un score honorable et obtient trois sièges (mais perd son quatrième siège, obtenu en 2009, et ce malgré une légère progression).

ARMENIE

Des élections législatives avaient également lieu ce dimanche en Arménie. Le Parti Républicain au pouvoir de Serge Sarkissian en sort largement conforté avec 44,05% des voix et 71 sièges, ce qui lui donne la majorité absolue. Le parti Arménie Prospère, qui lui est associé, obtient 30,2% des voix et 34 sièges. Le Congrès National Arménien, d’opposition, de l’ancien président Levon-Ter Petrosyan, obtient 7,1% et 7 sièges. Avec 5,73% des voix, le parti nationaliste de gauche et socialiste Dashnak (alias « Fédération Révolutionnaire Arménienne ») obtient 6 sièges, tout comme le parti libéral Héritage (5,79%) et le mouvement de centre-droit Règne de la Loi (Orinats Erkir) avec 5,49% des suffrages.

Le Parti Communiste Arménien, avec 1,05% des voix, est sévèrement battu, tout comme deux autres petits partis politiques (le Parti Démocratique Arménien, social-démocrate, 0,35% des voix environ, et le Parti Unifié des Arméniens, avec 0,2% des voix environ). La droite nationaliste était en revanche absente du scrutin.

Une Serbie enfin pro-européenne !

 
Les résultats définitifs des élections serbes, présidentielles et législatives, tardent à être disponibles, la commission électorale n’ayant fourni d’indications que sur environ 25% des suffrages. Toutefois, l’institut Nezvanično fournit des informations sur 83,9% des suffrages aux législatives et 86,5% des suffrages aux présidentielles. En l’attente, probablement mercredi ou jeudi, des résultats définitifs, je vais analyser le scrutin avec ces données.

Des présidentielles serrées...

Boris Tadic arriverait en tête du premier tour avec 25,4% des voix contre 25,2% à son adversaire Tomislav Nikolic. Qu’importe au final l’ordre entre les deux candidats, à l’issue du dépouillement complet, ils sont à peu près à égalité. Le socialiste Ivica Dačic, avec 14,2% des voix, apparaît non comme le faiseur de roi mais en tout cas comme un partenaire important du président sortant. Il aspire à être premier ministre, ce qui sera le cas si Tadic l’emporte mais sera en revanche une opportunité moins vraisemblable dans l’autre cas. Vojislav Kostunica, ancien premier ministre, avec 7,2% des suffrages, apportera très probablement son soutien à Nikolic, ce qui sera en revanche plus compliqué pour la candidate du Parti Radical Serbe (SRS), Jadranka Seselj, qui n’obtient que 3,9% des voix seulement, signant là l’effondrement durable de ce parti allié du FN français, tant le SRS déteste Nikolic, ancien responsable de cette formation dont il a été exclu pour européisme par Vojislav Seselj, actuellement détenu au TPI de La Haye.

Avec 6,5% des voix, Zoran Stankovic, pour l’Union des Régions (URS), obtient un résultat encourageant, de même que le candidat du Parti Libéral Démocrate (LDP), Cedomir Jovanovic (5,1%). En revanche, Vladan Glišic, candidat du parti nationaliste Dveri za zivot Srbije, n’obtient que 2,7% des voix, alors que les sondages l’annonçaient plus près de 5%. Le SRS comme Dveri ont subi un phénomène de vote utile en faveur de Tomislav Nikolic, ancien nationaliste. Zoran Dragisic, représentant d’une formation composée de paysans et d’ouvriers, échoue avec seulement 1,7%, avec un score analogue aux représentants des communautés non-serbes ou musulmanes, comme Istvan Pasztor (1,7%) pour les hongrois et Muamer Zukorlic (1,4%) pour la communauté musulmane de Serbie (notamment les albanais). Enfin, fermant la boucle, la candidate sociale-démocrate Danica Grujicic n’obtient que 0,7%.

... et des législatives moins disputées.

Si Tomislav Nikolic semble second au premier tour des présidentielles, son parti, le Parti Progressiste Serbe (SNS) est en revanche vainqueur aux législatives, avec 24,2% des voix et 74 sièges, contre 22,5% et 68 sièges pour le Parti Démocrate (DS) du président sortant Boris Tadic, victoire qui était prévue dans les sondages. Le Parti Socialiste Serbe (SPS) de Dacic obtient 14,3% des voix et 43 sièges et sera déterminant quant à la composition du gouvernement. Le Parti Démocrate de Serbie (DSS) de Vojislav Kostunica obtient quant à lui 6,9% des voix et 20 sièges.

D’autres alliés potentiels du DS de Tadic obtiennent des résultants encourageants. Les libéraux de Jovanovic ont ainsi obtenu 6,6% des voix et 20 sièges, alors que l’Union des Régions de Serbie de Mlađan Dinkic a obtenu 5,3% des voix et 16 sièges. Les mouvements régionalistes obtiennent en tout 3,51% des voix (hongrois, monténégrins, albanais du Sandjak, slovaques) et 8 sièges (dont 5 pour les hongrois d’Istvan Pasztor).

Comme aux élections présidentielles, le Parti Radical Serbe de Seselj est en fort recul, avec seulement 4,7% des voix. L’exclu Nikolic a ainsi réussi à remplacer dans le cœur de beaucoup de serbes le nationaliste extrême Seselj. De nombreux serbes veulent en effet tourner la page de l’époque Milosevic. Le SRS perd ainsi toute représentation parlementaire et sort durablement affaibli de cette élection. Il est concurrence par le mouvement Dveri, qui obtient 4,2% des voix, soit près du double du score obtenu par son représentant aux élections présidentielles du même jour. Ce mouvement nationaliste, plutôt lié à l’église orthodoxe, connaît une progression significative, mais échoue à entrer au parlement.

Au final…

Le second tour des présidentielles sera très accroché mais Boris Tadic devrait l’emporter s’il réussit à obtenir un très bon report de voix des socialistes et des libéraux. Pour le parlement, le SPS aura l’embarras du choix. Il pourra ou bien rejoindre une grande coalition avec le DS de Tadic, les libéraux et les régionalistes, ou bien rejoindre une coalition formée du SNS et du DSS de Kostunica, à supposer que Kostunica ne réclame pas le poste de premier ministre en cas de victoire de Nikolic à la présidentielle. Mais le SNS aura du mal à obtenir la majorité, même avec son allié. L’ancrage pro-européen du SPS devrait toutefois confirmer une alliance avec Boris Tadic, même si, bien que méfiantes, les chancelleries européennes ne semblent plus inquiètes par une éventuelle victoire de Tomislav Nikolic. En outre, l’échec historique des nationalistes semble confirmer de la part de l’électorat la volonté de rejoindre l’Union Européenne indépendamment de la question du Kosovo.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

---

Addendum: à près de 96% du dépouillement, Boris Tadic obtiendrait 25,33% des voix contre 24,99% des voix pour Tomislav Nikolic. Symboliquement, il serait donc en tête du premier tour. Dacic aurait 14,24% des voix, Kostunica 7,44%, Seselj 3,78% des voix, enfin Glisic 2,77%. Pour les législatives, le SNS est en revanche en tête avec 24,01% des voix devant le DS de Tadic (22,07%), le SPS de Dacic (14,54%), le DSS de Kostunica (7%) et le LDP de Jovanovic (6,53%). Le SRS de Seselj perd toute représentation parlementaire (4,36%) alors que Dveri (4,34%) échoue de peu pour entrer au parlement. Cet effondrement du SRS rappelle celui du PRM (Parti de la Grande Roumanie) de Corneliu Vadim Tudor, qui était tombé à un peu plus de 3% des voix alors qu'il avait pu accéder au second tour de l'élection présidentielle roumaine de 2000 [28,3% au premier tour].

La Grèce en détresse se tourne vers la radicalité

Le résultat des élections législatives grecques du 6 mai 2012 était attendu par tous les analystes européens, car il fait suite à l’effondrement économique du pays suite à la crise des dettes souveraines, et par extension de l’€. Ceux-ci espéraient la mise en place d’un gouvernement stable, mais les citoyens grecs en ont décidé autrement et sanctionnent sévèrement les deux grands partis traditionnels, la Nouvelle Démocratie (droite) et le Mouvement Socialiste Panhéllénique [PA.SO.K] (gauche). Réunis, avec seulement 149 sièges sur 300, les deux grands mouvements n’ont pas obtenu la majorité absolue. Electoralement, ils s’effondrent avec 18,85% et 108 sièges pour la ND (- 14,62% mais +17 sièges car le premier parti bénéficie d’une prime) et 13,18% et 41 sièges pour la PASOK (- 30,74% et -119 sièges).

500px-SYRIZA_svg.pngC’est notamment ce dernier, au pouvoir avec Papandreou avant la crise, qui connaît une sanction sans précédent, au profit d’un parti de gauche radicale, le SYRIZA (« Coalition de la Gauche Radicale »), qui obtient 16,78% des voix et 52 sièges (+ 12,18%, + 39 sièges), du Parti Communiste Grec [KKE] (+ 0,96%, + 5 sièges) et du DIMAR (« Gauche démocratique »), nouveau venu dans la vie politique du pays, un mouvement social-démocrate concurrent du PASOK, et qui obtient 6,1% des voix et 19 sièges.

500px-Meandros_flag_svg.pngA droite, la ND a subi la concurrence d’une scission représentée par le parti des Grecs Indépendants (Ανεξάρτητοι Ελληνες), mouvement populiste et nationaliste, qui obtient 10,6% des voix et 33 sièges. La montée d’un mouvement ultra-nationaliste, centré sur la lutte contre l’immigration, à savoir l’Aube Dorée (Χρυσή Αυγή), était annoncée. Le parti explose ses objectifs avec 6,97% des voix et 21 sièges, obtenant ainsi un groupe parlementaire. Le ras le bol des citoyens athéniens envers une immigration légale et clandestine problématique s’est exprimé très fortement. L’Aube Dorée, qui avait déjà réussi à atteindre plus de 5% aux dernières élections municipales sur la capitale, confirme son ascension et ce malgré une ligne très radicale, qu’il tente désormais d’adoucir.

En revanche, le LA.O.S (« Rassemblement populaire orthodoxe »), qui disposait d’un groupe et de 15 députés, sort de l’assemblée. Il paye son ralliement temporaire au gouvernement Papademos, qui lui avait valu de perdre un de ses meilleurs cadres (Makis Voridis) au profit de la ND, et échoue de peu en dessous du seuil de 3% donnant droit à une représentation parlementaire. Avec 2,9% des voix (- 2,73%), le mouvement de Karatzaferis connaît ainsi sa plus grave déconvenue. Le LAOS avait réussi à récupérer les cadres des mouvements nationalistes dissidents, comme l’équipe de l’ « Alliance Patriotique » (Πατρίοτικη Συμμάχια), version élargie de l’Aube Dorée, du fait de leurs scores dérisoires. Aujourd’hui, il est probable que le sens s’inverse et que le LAOS se vide de ses forces vives. A noter enfin l’émergence d’un petit parti nationaliste défendant « l’amour de la patrie », la Ligue de l’Unité Nationale, qui obtient 0,6% des voix.

Enfin, de nombreux partis politiques échouent à atteindre la barre des 3%, à savoir le mouvement libéral et pro-européen Drasi (1,8%), la gauche radicale anticapitaliste [ANT.AR.SYA] (1,19%), les écologistes (2,93%), le Rassemblement Démocratique (2,55%), le mouvement populiste de gauche OXI [« non »] (0,92%) ou encore « Production à nouveau ! » [Dimiourgia, xana] (2,15%). Signalons enfin la timide émergence des Pirates version grecque (0,51% des voix).

Ce résultat donne au DIMAR le rôle de sauveur, car ce parti est le seul apte à rejoindre les deux autres mouvements « pro-européens » décidés à appliquer les réformes nécessaires pour obtenir l’aide financière de l’UE. La seule alternative serait de « débaûcher » quelques députés fraîchement élus pour que la coalition PASOK + ND soit majoritaire. Mais les élus qui prendraient ce risque pourraient être très mal perçus par l’opinion grecque actuellement très échauffée.

Avec respectivement 78 sièges et 54 sièges, la gauche radicale et la droite radicale réunis atteignent 132 sièges, contre 60 pour la gauche sociale-démocrate (PASOK + DIMAR) et 108 pour la droite conservatrice. En pourcentage, toutes chapelles confondues, la gauche radicale obtient 26,87% des voix et la droite radicale 21,07% des voix, soit presque la moitié des votants. La crise économique amène naturellement à la montée des extrêmes, par le chômage qu’elle génère et par le fait que l’immigration extra-européenne devient rapidement insupportable aux yeux de nombreux électeurs dans une période de vache maigre. Cela fait réfléchir dans le cas français, avec le score important obtenu par le Front National et le Front de Gauche au premier tour des élections présidentielles, alors que la crise a pour le moment été ralentie dans notre cas par la gestion du président sortant et désormais déchu.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

25/04/2012

Marine Le Pen, un échec déguisé en victoire

marine le pen,nicolas sarkozy,thomas ferrierIl peut paraître à première lecture paradoxal de parler d’échec à propos du résultat de la candidate du Front National à l’issue du premier tour des élections présidentielles alors que la presse, quasi unanime, de même que la candidate et son équipe, évoquent un succès. Entendons nous bien, le score de 17,9% des voix obtenu par Marine Le Pen est le plus élevé de l’histoire de son parti. L’annonce par IPSOS sur France 2 d’une Marine Le Pen à 20%, passant alors ce cap symbolique, a fait l’effet d’une bombe médiatique, alors qu’au cours du dépouillement le pourcentage n’a cessé de baisser. En 2002, son père obtenait 16.9% des voix environ, un point de moins que sa fille dix ans après, mais si on y ajoute les voix de Bruno Mégret, FN et MNR réunis totalisaient plus de 19,3% des voix. Faudrait-il de la même façon ajouter les 1,8% de Nicolas Dupont-Aignan ? Son électorat me paraît assez différent de celui de Le Pen, à la différence de celui de Mégret, confondu avec son ancien président par beaucoup d’électeurs.

Ainsi, en 2012, l’extrême-droite fait moins bien qu’en 2002, même si le FN seul progresse. La différence certes est que la participation en 2012 est à un niveau exceptionnel, plus de 80% de votants, ce qui fait qu’en nombre de voix Marine Le Pen atteint les 6,5 millions d’électeurs.

Si on compare le score du FN et du MNR en 2002, région par région, au score obtenu par Marine Le Pen en 2012, on constate que le FN progresse nettement dans des régions où auparavant il était faible, comme si les électeurs anticipaient une progression de l’immigration extra-européenne dans leur région. En Auvergne, en Bretagne, dans les Pays de la Loire, surtout dans le Limousin (+3,5 points par rapport à FN+MNR en 2002), en Picardie, dans le Poitou-Charente (+3 points), en Basse-Normandie (+0,5 point), en Aquitaine (+ 1 point), le FN progresse nettement. En revanche, il stagne ou régresse légèrement dans des régions traditionnellement favorables, comme la Bourgogne (- 0,6), en Champagne-Ardenne (- 0,2), en Lorraine (- 0,6) ou encore dans le Nord Pas de Calais (- 1,8). Dans des fiefs comme l’Alsace (- 5,7 points) ou la Provence (- 3,3), mais aussi en Rhône-Alpes ou en Franche-Comté l’extrême-droite est nettement plus faible qu’en 2002, même si son score reste élevé. C’est enfin en Ile de France qu’elle continue sa baisse, avec seulement 12,28% des voix en 2012 contre 14,57% pour le seul FN en 2002 (et 16,55% si on y ajoute le MNR).

Enfin, si le FN progresse dans les campagnes de manière significative, et notamment dans l’ouest du pays, atténuant cette dichotomie ouest/est que le parti connaissait à chaque élection, il s’effondre dans les grandes villes. 11,86% seulement à Strasbourg, 8,22% à Bordeaux, 6,2% à Paris (contre 4,58% en 2007 pour Jean-Marie Le Pen), 13,66% à Montpellier, 10,55% à Nancy (contre 16,42% à Limoges, ville traditionnellement très hostile au FN), 10,34% à Toulouse, 7,78% à Nantes, 9,87% à Lyon, seule Marseille échappant à cette décrue.

Deux cas spécifiques méritent qu’on s’y attarde. En premier lieu, la Corse a voté très nettement en faveur de Marine Le Pen, avec 24,4% en moyenne sur l’ensemble de l’île, faisant du FN le second parti après l’UMP. Il faut se souvenir que la pourtant très jacobine Marine avait su en Corse tenir un discours opportuniste de nature très identitaire, axé sur la défense de la corsité. Les nationalistes corses, y compris les indépendantistes, très hostiles à l’immigration maghrébine, ne s’y sont pas trompés et ont tactiquement apporté leur soutien à cette candidate. De même, dans sa profession de foi antiraciste, Marine Le Pen a beaucoup appuyé les DOM-TOM. La Réunion et la Guyane, victimes d’une forte immigration clandestine, lui offrent plus de 10% des voix. Même à Saint-Pierre et Miquelon, île peu concernée par l’immigration, elle obtient plus de 16% des voix. En revanche, si elle est en progression, en Martinique et en Guadeloupe, elle recueille toutefois un score faible.

Ces données chiffrées permettent de relativiser très fortement le « succès » du FN en 2012. On constate certes une uniformisation du vote FN sur l’ensemble du pays, ce qui explique à elle seule le 1% de Marine en plus du score de son père en 2002. Mais apparaît aussi une véritable hémorragie au sein des grands centres urbains, y compris au sein de départements franciliens très concernés par l’immigration extra-européenne. Elle paye sans doute un phénomène de « white flight », dont elle profite en revanche en Seine et Marne, mais elle subit aussi l’impact de l’électorat issu de la diversité.

Si Marine Le Pen a évité une déconvenue au niveau national, elle ne le doit pas à sa stratégie de dédiabolisation ni à la sincérité de son antiracisme. C’est bien pourquoi il faut là encore parler d’échec déguisé. Si ses électeurs étaient animés par un vote de conviction, comme elle le prétend, ils auraient lu son programme et écouté ses propositions. Mais heureusement pour elle, ce n’est pas ce qu’ils ont fait, pas plus que les électeurs de Hollande n’ont lu le programme du PS, animés qu’ils étaient de se limiter à « sortir le sortant ». Très vite, Jean-Marie Le Pen a senti l’ombre de la défaite et a fait savoir qu’il désapprouvait la façon dont se déroulait la campagne de sa fille. Sous son influence, elle a redressé la barre en axant, non sans incohérence doctrinale, son discours sur la dénonciation de l’immigration et de l’insécurité, rassurant ainsi l’électorat protestataire, essentiellement animé par un fort rejet de l’immigration en général, et voulant signifier son mécontentement en votant pour un parti sulfureux. Elle a surtout bénéficié de l’échec de sa stratégie de dédiabolisation.

Le Pen père avait affirmé qu’un « FN gentil » n’intéresserait personne et j’avais moi-même écrit sur ce blog que c’était désormais le vote « Mélenchon » qui permettait de protester. J’avais tort car j’avais sous-estimé le fait que dans l’opinion, le vote FN restait un vote provocateur. Et Marine Le Pen doit d’avoir conservé cette image, qui a sauvé sa campagne, au Parti Socialiste. En Effet, si ce dernier, comme il le prétend, voulait vraiment que le FN recule, il aurait joué la carte de la dédiabolisation. C’est en montrant que le FN était un parti comme les autres, mais n’était pas crédible pour gouverner, que Marine Le Pen aurait pu faire un score médiocre. En le présentant comme le diable, comme un mouvement « raciste » et « fasciste » (comme l’affirmait Mélenchon), le FN pouvait ainsi capitaliser un fort votre protestataire. Mardi, Nicolas Sarkozy a enfin dit que le FN était un parti « républicain », acceptant ouvertement de la dédiaboliser. Il était temps. Si Sarkozy avait mis en œuvre une telle politique avant le premier tour, nul doute que Marine Le Pen aurait fait un score bien inférieur.

Les sondages se sont-ils trompés ? Ont-ils sous-estimé le vote pour Marine Le Pen ? En vérité, les instituts de sondage sont incapables de déterminer autre chose que des tendances générales. En outre, ils ne peuvent pas prévoir vers quel candidat le vote protestataire de la dernière minute pourrait se tourner. Environ 3% des votants hésitaient entre le vote anticapitaliste pour Mélenchon et le vote nationaliste pour Marine Le Pen. Ils se sont décidés pour Le Pen, amenant Mélenchon à 11% au lieu de 14% et Marine à 18% au lieu de 15 ou 16%. On peut considérer que les derniers discours de Mélenchon sur la « France métissée », sur le droit du sol intégral, et sur l’apport de l’immigration, lui ont aliéné de nombreux électeurs ouvriers. L’antifascisme de Mélenchon était totalement décalé de la réalité politique d’aujourd’hui. Il en a payé le prix, malgré une très bonne campagne jusque là.

A l’annonce des résultats, Marine Le Pen a expliqué qu’il s’agissait d’une victoire historique qui validait sa stratégie. C’est tout à fait inexact. Si on peut admettre que son score est très bon, bien que très inférieur à ce que lui promettaient les sondages en janvier 2012, très inférieur aussi au score qu’elle prétendait avoir, et à neuf points de la barre du second tour, il n’est pas non plus l’annonce d’un bouleversement politique de grande ampleur. Il y a encore deux semaines elle annonçait qu’elle serait au second tour et même qu’elle pourrait remporter l’élection. Elle affirme, on l’a vu, que le vote protestataire dont elle bénéficie est en fait un vote d’adhésion, façon de croire que l’électorat a validé son programme europhobe, alors que c’est bien ses positions à ce sujet qui, notamment en Alsace, l’ont empêchée d’atteindre les 20% et ont fait que les personnes âgées sont restées rétives à son discours.

C’est quand Marine Le Pen, contrainte et forcée, a parlé d’immigration à nouveau qu’elle a pu remonter la pente et se faire entendre. L’affaire Merah a pu en outre l’y aider. Or dans son discours de dimanche, le sujet n’a même pas été abordé. Elle peut remercier les dieux que l’électorat FN n’ait pas réagi à la mise en avant de son pathétique comité de soutien, dont la version publique était très axée sur la « diversité », que l’électorat n’ait pas entendu ses nombreux appels du pied aux « musulmans patriotes » devant la rejoindre pour lutter contre le « fascisme vert ».

Si Marine Le Pen continue dans sa stratégie de « gauche », abandonnant les fondamentaux qui font que l’électorat populaire la préfère à Mélenchon ou à Sarkozy, et si en face d’elle, le PS et l’UMP ont l’intelligence de l’encourager dans sa politique de dédiabolisation, la traitant exactement comme les autres candidats, abandonnant ce cordon sanitaire dénué de tout fondement rationnel, laissant tomber cet « antifascisme » de bazar, alors Marine Le Pen n’aura plus aucun avenir politique. Mais le PS a besoin du FN pour occuper un électorat populaire dans une voie de garage et pour empêcher droite et extrême-droite de former une « droite plurielle » comme cela a pu exister en Pologne, en Italie, en Autriche, au Danemark ou aux Pays-Bas. A terme, le FN finirait par devenir l’aile droite de l’UMP. Et surtout perdrait de nombreux électeurs qui ne votent FN que pour témoigner de leur exacerbation mais aussi de leur désespoir.

Une fois que le FN sera dédiabolisé, on pourra enfin le juger sur ses propositions et on verra qu’il ne tient pas du tout la route, que ce n’est pas un parti armé pour être « de gouvernement », ce qui ne s’affirme pas mais se prouve sur le terrain. Car le nationalisme français, que ce soit sous la forme aseptisée mais férocement souverainiste de Marine Le Pen ou sous la forme radicale d’un Carl Lang, n’a en aucune manière les clés de notre avenir. Le peuple français ne devra son salut qu’à l’émergence d’une véritable Europe politique, d’un Etat européen unitaire, plus ou moins fédéral, une Europe européenne qui aura à cœur de préserver son identité. Toute autre « solution » préconisée n’est qu’un leurre, un mensonge, une duperie. La France seule, même en 1812 ça n’a pas fonctionné. Abandonner l’euro serait un suicide économique et la ruine des petits épargnants. Instaurer un protectionnisme national à nos frontières, alors que nous sommes liés à nos partenaires européens, ne permettrait pas de réindustrialiser car nous serions alors victimes d’une politique de rétorsion économique qui annulerait les maigres gains et nous livrerait encore davantage à la finance internationale.

Revenons pour conclure sur le thème de l’europhobie, principal cheval de bataille de la candidate FN, mais dont l’électorat pour l’essentiel se moque, ne votant pour elle que comme symbole du refus de l’immigration extra-européenne. Jack Dion dans « Marianne » s’interrogeait aujourd’hui sur les « eurocrates », se demandant si au final ces ultra-libéraux n’étaient pas des europhobes cachés. Et en effet ils le sont, disons le explicitement. Barroso est le meilleur allié de Le Pen. Il y a les europhobes par nationalisme (Le Pen, Dupont-Aignan) et il y a les europhobes par mondialisme (Barroso, Juncker) et les uns comme les autres sont les deux faces d’une même médaille. Quand Marine Le Pen dénonce lundi soir l’Europe fédérale, elle s’attaque à un moulin à vent, car malheureusement il n’y a pas d’Europe fédérale, mais une Europe des Etats avec au milieu un nid de technocrates sans légitimité démocratique.

L’Europe, ce sont les Européens. L’Europe, c’est nous. Alors donnez nous l’occasion de vous montrer ce que les (vrais) européistes savent faire. Mettez nous aux affaires en Europe, et je vous garantis que le FN tombera à 1% des voix, et pour le plus grand plaisir de ses électeurs qui auront trouvé dans l’Europe unitaire les réponses à leurs inquiétudes et un rempart face à ce qui les menace, y compris en ce qui concerne l’immigration. Si Marine Le Pen n’a en face d’elle que des Barroso pour représenter l’Europe, alors c’est qu’elle a déjà gagné. Remplaçons au plus vite à Strasbourg et à Bruxelles ces mondialistes, libéraux autant qu’atlantistes, par des européistes authentiques et l’extrême-droite retournera dans les oubliettes de l’histoire.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

PS: l'image à l'envers, c'est voulu ;)

09/04/2012

Marine Le Pen vs Jean-Luc Mélenchon (acte II scène 2)

Et le succès de Jean-Luc Mélenchon...

Mélenchon.jpgDans le même temps, et même si le passage d’électeurs de l’un à l’autre reste mineur, Jean-Luc Mélenchon est passé dans certains sondages en position de troisième homme, avec des pointes à 15 ou 16% d’intentions de vote, dépassant désormais Marine Le Pen. Il assèche le marais de l’extrême-gauche et des Verts, Joly étant même tombée à 1.5% des voix dans un sondage récent, tout en prenant des électeurs au PS et au FN. Il est clair que c’est notamment le cas de l’électorat ouvrier. Il y a deux mois, Marine Le Pen obtenait plus de 42% des voix au sein de cet électorat, alors qu’elle est désormais à environ 25%. Dans le même temps, Jean-Luc Mélenchon, qui était marginal parmi les ouvriers, représente désormais dans certains sondages le premier candidat ouvrier.

Comment cet électorat, souvent anti-immigration d’ailleurs, en vient-il à se tourner vers un candidat fanatiquement pro-immigration ? Parce que cette thématique a été abandonnée par Marine Le Pen, ce que son père a déploré à juste titre d’un point de vue tactique, et qu’en conséquence l’électorat populaire fait passer le vote social avant le volet « national ». Or sur le terrain de la défense du peuple, des acquis sociaux, de l’imagerie révolutionnaire et « national-communiste », et ce malgré un discours libertaire, Jean-Luc Mélenchon est plus crédible que Marine Le Pen. Il bénéficie en outre des réseaux communistes, qui restent efficaces. Enfin, il a surtout pris la dimension d’un tribun populaire, provocateur, outrancier et donc nécessairement populiste. En incarnant le vote protestataire auquel le FN renonce par sa politique de « dédiabolisation » extrême, il commence à en récolter les fruits. Avant, pour « emmerder le système », on votait Le Pen. Aujourd’hui, on vote Mélenchon.

Les affiches de campagne du Front de Gauche et du Front National illustrent remarquablement cet état de fait. Nathalie Pingeot, responsable du FNJ, était outrée qu’un politologue explique que les jeunes votaient d’autant plus FN qu’ils étaient socialement ou intellectuellement limités. Ce politologue, à savoir Sylvain Crépon, faisait remarquer qu’il ne se basait que sur des données statistiques et s’étonnait que le FN ne soit pas fier de représenter le peuple, y compris dans ses couches les plus populaires. C’est en effet un motif de fierté que de prendre la défense des démunis, ce que Jean-Luc Mélenchon sait parfaitement faire. Les affiches de Marine Le Pen, avec le choix du bleu droitier, sont insipides, avec des slogans sans saveur et à la limite du bon français. « La révolution bleu marine » ne signifie pas grand-chose et rappelle la « révolution bleue » de l’ultra-libéral Claude Reichman. « Oui, la France », présentée comme une réponse à une question qui n’est pas posée, n’est pas un slogan compréhensible ni accrocheur. Il témoigne juste de l’obsession nationalitaire de Marine Le Pen, expliquant son europhobie mais aussi ses clins d’œil appuyés aux communautés issues de l’immigration francophone. Son comité de soutien, tel qu’apparu médiatiquement, mettait d’ailleurs en avant notamment des franco-ivoiriens et des franco-camerounais, alors même qu’elle avait précédemment prôné la fin de la double nationalité. Le choix d’un comité de soutien très divers ne pouvait que déstabiliser son électorat qui n’attend pas cela du FN. En privilégiant l’appartenance administrative à la France au détriment de l’appartenance historique, elle déboussole son électorat.

En revanche, avec son slogan « Prenez le pouvoir », le doigt inquisiteur, le regard dur, Jean-Luc Mélenchon incarne un courant anticapitaliste sans concession. Il se place véritablement dans une démarche révolutionnaire, quoi qu’on pense par ailleurs du personnage, de ses idées, et de son évident ralliement du second tour au candidat Hollande, ralliement certes qui sera âprement négocié. Alors qu’Eva Joly représente l’écologie punitive, selon le bon mot de Frédéric Nihous, Mélenchon, qui a annexé son programme, ne passe pas pour tel.

Le programme de Mélenchon est à vrai dire parfaitement démagogique et odieux à plus d’un titre. Mais ce n’est pas son discours qui attire à lui les électeurs, à part une minorité d’extrémistes de « gauche », d’éco-sectaires et d’anarcho-libertariens. C’est son style, et ne dit-on pas que le style, c’est l’homme. Il est insupportable, il a l’insulte facile, et c’est ce côté « Marchais » qui plaît. C’est donc fondamentalement une image qu’il vend et une idéologie de façade, celle du méchant rouge. Mais les communistes, du temps de Marchais, étaient opposés à l’immigration ou aux revendications homosexuelles. Mélenchon, lui, a repris les revendications communautaires du PS (pro-immigrés, pro-gays), le programme écologique des Verts, et la radicalité anticapitaliste des trotskystes. Et y a ajouté un côté plébéien et provocateur qui séduit la frange la plus protestataire de l’électorat FN.

Il y a d’ailleurs de fait une alliance tacite entre Mélenchon et Sarkozy, à la fois contre Hollande et contre Marine Le Pen. Ces derniers ont aussi fait une alliance de revers, puisque « Marine » épargne totalement le PS, ne tape que sur Sarkozy, et accessoirement sur Mélenchon, et souhaite clairement la défaite du candidat de droite. Mais cette stratégie déplaît à beaucoup de ses électeurs, qui craignent une victoire du PS, et notamment à ses électeurs les plus « droitiers », c'est-à-dire les plus anti-immigration. Si le bilan de Sarkozy en la matière ne saurait les séduire, bien au contraire, le président sortant apparaît comme un moindre mal. Et lui a de réelles possibilités d’être (ré)élu. Par ailleurs, la chute dans les sondages du FN peut engendrer un effet domino en sa défaveur. A partir du moment où la possibilité d’un FN au second tour est exclue, et que Mélenchon lui-même peut la devancer, son électorat peut davantage être sensible aux arguments de Sarkozy qui affirme, à raison, que le vote FN ne peut plus servir qu’à favoriser le PS de Hollande.

Rappelons d’ailleurs à ce titre le programme du PS, qui ne peut que glacer de sang l’électorat « FN » et de la droite de l’UMP, à savoir le vote des étrangers extra-communautaires aux élections municipales, le mariage gay avec adoption, le soutien à l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, et bien sûr les évidentes régularisations de clandestins que le PS s’empressera de réaliser, sans parler de la question des hausses d’impôts ou encore de celle de la légalisation des drogues douces. Si Jean-Luc Mélenchon a réussi à servir d’aiguillon pour le PS, Marine Le Pen, par sa critique systématique de l’UMP, ne peut plus jouer le même rôle.

Ainsi, Jean-Luc Mélenchon a parfaitement réussi dans sa stratégie opportuniste, piochant ici et là des éléments de programme des autres formations, alors que Marine Le Pen a fait de l’€ et de l’UE un point de fixation, parce qu’elle est certainement plus sincère, et que son europhobie est un postulat de principe, une conviction profonde autant qu’idiote. Or son électorat ne souhaite pas d’une dévaluation, qui ruinerait les petits épargnants, et comprend bien que l’€ est protecteur et que sa disparition serait tout sauf une bénédiction, d’où l’attachement des Grecs par exemple à cette monnaie. Mélenchon aussi, au départ, voulait jouer cette carte de l’europhobie, qu’il partage fondamentalement avec elle, mais a compris très vite que ce serait une impasse, et affirme maintenant que l’euro est notre monnaie. De la même façon, Dupont-Aignan, dont le cœur du projet est fanatiquement souverainiste, ne décolle pas. Ce n’est pas une ligne porteuse, et certainement pas dans ce contexte économique.

Bien sûr, Mélenchon est un attrape-gogos, tout comme l’est d’ailleurs « Marine », et incarne une incapacité française à sortir d’une forme de communisme mental, le fétichisme du drapeau rouge du premier ayant en face celui du drapeau tricolore. Deux fronts populistes et démagogiques s’affrontent, le dindon de la face étant l’électeur qui y perd son vote. Mais à ce jeu, Mélenchon semble plus fort. Seul le Le Pen des années 1988 et 1995 aurait été en mesure de l’affronter. Mais on ne devient pas tribun par l’ascendance.

Thomas FERRIER (PSUNE)