Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2012

Un parlement européen à la démarche totalitaire ?

 Bruxelles.jpg

Je me suis très souvent élevé contre cette comparaison aberrante à laquelle procèdent les souverainistes et autres europhobes consistant à mettre en parallèle l’Union Européenne et l’Union Soviétique. Mais lorsque malheureusement certains parlementaires européens cherchent à tout prix, par leurs actions, à leur donner raison, alimentant ainsi la mauvaise réputation d’une pourtant vénérable institution, il faut aussi le dénoncer. Et c’est en l’occurrence le cas concernant les subventions accordées aux partis européens.

Rappelons les données générales. Par la faute des Etats, la notion d’association européenne à caractère politique, donc de parti politique européen, n’existe pas. Elle aurait pourtant le mérite de donner vraiment à l’Europe une dimension politique dans l’opinion publique continentale. En son absence, la notion la plus proche est celle d’une coalition de partis politiques de différents pays d’Europe, comme c’est le cas par exemple du PPE (« Parti populaire européen ») ou du PSE (« Parti socialiste européen »), qui coalisent les partis conservateurs et les partis sociaux-démocrates. Dans ce cadre, Bruno Gollnisch (FN) est parvenu à coaliser au moins sept partis politiques nationalistes dans le cadre d’une AEMN (« Alliance européenne des mouvements nationaux »), et a donc obtenu conformément aux règles en vigueur une subvention de l’Union Européenne.

Quoi qu’on puisse penser de cet homme politique et du rassemblement de mouvements pour la plupart résolument eurosceptiques si pas totalement europhobes, opposants donc aux institutions dont ils bénéficient des fonds, à partir du moment où une formation respecte les règles en vigueur lui accordant cette subvention, elle est de droit. Or, une majorité de parlementaires européens a voté un texte dénonçant cet état de fait, au motif qu’il ne faudrait accorder de subvention qu’à des partis qui, je cite, « respectent les principes fondateurs de l’Union ainsi que la charte des droits fondamentaux », et demande une révision de fait rétroactive des statuts.

C’est là que nous tombons bel et bien dans une forme de totalitarisme, car pour être un « parti politique » européen reconnu, c'est-à-dire une alliance de partis (pour être précis), il faudrait respecter une idéologie d’état et des tables de la loi. Ce n’est pas seulement un état totalitaire en gestation, mais aussi une théocratie. Rappelons en premier lieu que la Pologne et le Royaume-Uni ont obtenu concernant la charte des droits fondamentaux une clause d’exemption, ce qui nuance fortement la valeur du dit texte. La Pologne notamment craignait qu’on lui impose par ce biais d’autoriser l’avortement. Un parti politique doit pouvoir, librement, contester une « vérité politique établie », considérer que les valeurs dominantes actuelles ne sont pas les bonnes, et souhaiter réorienter l’Union Européenne dans une autre direction que celle qu’elle prend actuellement. Si on ne se reconnaît pas dans tout ou partie des principes fondateurs de l’Union, si on considère que la charte des droits fondamentaux n’est pas satisfaisante ou que le principe même d’une telle charte est contestable du point de vue de la démocratie et de la liberté d’opinion, on doit pouvoir le faire.

Tout cela est déplorable. Là encore, les institutions européennes sont confrontées à des stratégies habiles de la part des droites nationales-populistes qui savent « jouer le jeu ». Et au lieu d’y répondre en se montrant plus démocrates qu’elles, elles tombent dans le même excès, à savoir l’intolérance. Ce faisant, elles donnent raison aux eurosceptiques qui dénoncent le déficit démocratique de l’Union Européenne. Il y aurait pourtant une autre réponse à apporter, c’est d’enfin autoriser le principe de véritables partis européens, déclarés en tant que tels au niveau de l’Union, et seuls habilités à obtenir des subventions européennes aux prorata de leurs résultats électoraux. Il est évident que les mouvements europhobes auraient été incapables de se dissoudre au profit d’un mouvement unique, leur souverainisme leur interdisant de mettre en place une « droite euro-populiste ».

Le PSUNE, en tant que parti européen par ses objectifs et ses idées, mais pas au niveau de son statut juridique, pour les raisons évoquées précédemment, demande au parlement européen de revoir rapidement sa copie, et souhaite que les états membres de l’Union Européenne mettent en place le statut d’association européenne, et par ce biais de parti politique européen. A terme, ce sont ces partis là qui devraient se présenter aux élections européennes, mais aussi aux élections nationales. Sarkozy n’aurait plus besoin de se justifier lorsqu’il appelle Merkel à son aide, puisque celle-ci ferait partie de la même formation politique que lui.

Dotons enfin l’Europe d’authentiques partis européens qui devront s’opposer réellement, au lieu de négocier en catimini dans l’enceinte du parlement de Strasbourg les bonnes places ; mettons fin à ce système de présidence tournante du parlement européen (deux ans et demi le PPE, deux ans et demi le PSE), et faisons enfin rentrer au parlement européen une véritable opposition politique, résolument européiste, au lieu de voir s’affronter nationalistes et mondialistes dans une arène sans pouvoir législatif, l’initiative des lois venant de la commission européenne, qui n’a rien de démocratique.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

01/04/2012

L’ « initiative européenne citoyenne » (ICE), une fausse bonne idée

phoenixpsd1recadreeclairepng.pngComment remédier au déficit démocratique de l’Union Européenne, principal axe d’ailleurs, et seul vraiment efficace, de la dénonciation eurosceptique ? Le traité de Lisbonne introduit une nouvelle disposition, applicable dès aujourd’hui, à savoir l’initiative européenne citoyenne qui permet aux citoyens de l’UE de disposer d’un droit de pétition, afin de faire remonter une problématique au niveau des institutions. Hélas, dans une Union Européenne qui n’est ni une nation, ni une république, à la différence de la Suisse, ce dispositif n’a véritablement aucun sens.

En premier lieu, même si l’initiative a obtenu le nombre de signatures requises, elle ne donne lieu à un débat qu’à la condition que la commission de Bruxelles considère la question comme légale puis comme légitime. En premier lieu, il existera une procédure d’enregistrement de l’initiative, ce qui constituera un premier sas. De l’aveu même de ses promoteurs, tout ce qui ne rentrera pas dans les compétences de l’UE telles que définies par les traités sera rejeté. De même, toute disposition qui voudra s’opposer à l’idéologie dominante, par exemple en vue de restaurer la peine de mort, de s’opposer au laxisme migratoire, de relancer la natalité européenne par exemple, sera également rejetée, au motif de non-respect de la Charte des Droits Fondamentaux par exemple ou de toute autre disposition contenue dans un traité.

Quel peut être le sens d’une « initiative citoyenne » qui n’a aucun droit de remettre quoi que ce soit de pré-établi en cause ? En clair, on pourra proposer par exemple une ICE pour légaliser le mariage gay ou régulariser les clandestins, mais pas une ICE en sens contraire. Et surtout, une initiative souhaitant engager l’UE dans un autre chemin que celui défini par les traités actuels sera neutralisée. Les citoyens de l’UE pourront faire une pétition qui ou bien ira dans le sens du vent, et ne servira donc à rien, ou ira à rebours et finira dans la déchetterie de Bruxelles.

La vraie innovation aurait été le référendum européen d’initiative populaire, nécessitant de récolter un million de signataires, référendum contraignant que des institutions non démocratiques ne pourraient pas empêcher. Ce référendum reposera sur le principe d’une liberté totale d’opinion et d’expression, dont les institutions actuelles de l’UE prétendent être défenseurs alors qu’elles le bafouent constamment. Tout ce qui a pu être décidé doit pouvoir être annulé. Toute erreur doit pouvoir être corrigée à tout moment et ce par l’assentiment populaire.

Moralité : il n’y a qu’une seule façon de mettre en place une véritable démocratie européenne, un pouvoir réel de contrôle des institutions par les citoyens, c’est d’instaurer la République Européenne, de mettre fin au pouvoir exorbitant de la commission, des deux conseils représentant les Etats, et des Etats eux-mêmes, qui en matière de démocratie ne peuvent d’ailleurs pas donner de leçons à l’UE. Il suffit de songer au mode de fonctionnement des institutions françaises, et notamment au mode de scrutin en vigueur aux élections présidentielles et législatives. Ce carcan juridique, ce totalitarisme nouveau d’un droit devenu fou, est le principal ennemi de la démocratie et un argument offert aux europhobes de tous poils.

Il ne faut pas opposer une prétendue démocratie des Etats membres avec une prétendue oligarchie bruxelloise. Ce sont en vérité les deux faces de la même pièce. L’ICE est une tromperie sur la marchandise, une ouverture « démocratique » qui cache une démarche liberticide, une façon de faire croire aux gens qu’ils auront du pouvoir alors qu’on les dupe sciemment. Il y a pire que l’absence explicite de démocratie, c’est de faire croire aux citoyens qu’ils sont en démocratie. Le meilleur esclave est celui qui ne sait pas qu’il l’est. Contre ces ersatz de pseudo-démocratie, opposons leur un projet démocratique européen de grande envergure. A l’Union Européenne des ventres mous et des pieds tendres, opposons leur la République Européenne, union européenne en mode fédéral et unitaire, l’Europe des Européens, par le peuple, pour le peuple.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

Elections présidentielles 2012 : état de la situation à trois semaines du premier tour

 
Image-3-copie-2.pngA maintenant vingt et un jours du premier tour des élections présidentielles, plusieurs tendances semblent caractériser l’état de la campagne. Bien qu’il faille demeurer méfiant par rapport aux données fournies par les instituts de sondage, ils constituent malgré tout des outils d’analyse dont il convient de tenir compte. Le sondage quotidien IFOP/Fiducial/Paris Match me paraît en ce sens le plus pertinent pour déterminer les tendances générales à l’œuvre, sans préjuger du résultat.

En janvier 2012, Marine Le Pen se situait dans ce sondage aux alentours de 21,5% en moyenne au premier tour, ce qui faisait dire à la candidate sa certitude d’être au second tour. Si les sondages sont erronés, alors ils le sont dans tous les cas de figure, et pas seulement quand ils sont en défaveur d’un candidat. Cette semaine, elle se trouvait entre 16 et 16,5% selon les jours, ce qui constitue une baisse de près de cinq points en trois mois. Entre temps, la campagne a commencé, et la stratégie entreprise par Marine Le Pen dans le cadre de sa politique dite de « dédiabolisation » commence à montrer ses limites. Dans le sondage LH2 d’avril 2012, Marine Le Pen tombe même à 13,5%, score pronostiquée le 20 mars par CSA, avant qu’elle ne remonte dans le sondage CSA suivant (Vague 20) à 15%. Harris Interactive lui pronostiquait cette semaine un score de 16%. Enfin, dans le sondage BVA du mois de mars, Marine Le Pen n’est créditée que de 13% des intentions de vote. Malgré et peut-être même à cause des évènements de Toulouse, sa cote est désormais fortement dévaluée.

Dans le même temps, Jean-Luc Mélenchon progresse nettement dans tous les sondages. Il atteint désormais 15% des intentions de vote dans le sondage LH2 du 1er avril 2012, 14% dans le dernier sondage BVA, 14% puis 13,5% chez IFOP jeudi et vendredi derniers, 12,5% seulement chez CSA (contre 13% une semaine auparavant). Cette progression d’environ quatre points résulte d’une excellente campagne, très à gauche, du candidat du Front de Gauche. Alors que des pans entiers de son programme devraient faire fuir les électeurs populaires, en raison d’une démarche libertaire, défendue notamment par Clémentine Autain pour qui, la première mesure n’est pas d’ordre économique, pour combattre le chômage ou la précarité, mais le mariage gay, en complet décalage des aspirations des électeurs les plus modestes, le meeting de Bastille du 18 mars, à forte coloration symbolique, a été très efficace. Il faut dire que dans le même temps Marine Le Pen a déboussolé son électorat ouvrier par un discours incohérent sur les problématiques migratoires. Le « lepénisme de gauche » lorsqu’il se réduit à un discours socialisant ne tient pas longtemps face au « mélenchonisme » d’un homme politique crédible sur son terrain naturel.

Expliquer le recul de Marine Le Pen et parallèlement la montée de Jean-Luc Mélenchon n’est pas chose facile. On peut en premier lieu considérer que la candidate du FN est attaquée sur ses deux fronts, d’une part par Nicolas Sarkozy qui a repris à son compte un discours plus dur sur l’immigration, et surtout plus ethnicisant, d’autre part sur le terrain social par le candidat de la « gauche » radicale, au détriment également des deux candidats trotskystes, réduits à peau de chagrin (entre 0% et 1% chacun dans les sondages pour Arthaud et Poutou), et de la candidate « pastèque » Eva Joly. Il faudrait donc à la candidate du FN mettre en œuvre une double contre-offensive, à savoir être plus socialiste que Mélenchon et en même temps plus dure sur la question de l’immigration extra-européenne que Sarkozy, ce qui ne serait tout de même peu difficile. Lors des évènements de Toulouse, la modération de Marine Le Pen l’a desservie. Ses appels à l’aide des « français musulmans » contre le « fascisme vert » sont incompréhensibles aux yeux d’un électorat populaire de souche européenne excédé. Sa promesse d’appliquer la « priorité nationale » en faveur des français d’origine immigrée ne lui apporte aucun crédit au sein des populations concernées, mais en revanche là encore la dessert vis-à-vis de l’électorat populaire. En se défendant, certes à juste titre, de prôner une « priorité ethnique » aux indigènes, elle n’a pas compris que son électorat souhaitait en vérité une telle politique.

Sa volonté de dédiabolisation, qui aurait pu se limiter à arrêter tout excès de langage et à se démarquer des positions idéologiques de la vieille extrême-droite, tout en restant dure sur son fond de commerce, rappelle les égarements d’Argenteuil de son père en 2007. En reproduisant les mêmes erreurs qu’en 2007, en abandonnant son électorat naturel aux habiles conseillers sarkozystes, comme l’a théorisé Patrick Buisson, elle fait une campagne à contre courant de ce que souhaitent ses électeurs traditionnels. Ce n’est pas sa campagne « à gauche » en matière économique qui lui nuit, bien au contraire, mais d’abord sa confusion sur les problématiques migratoires, et surtout son europhobie quotidienne, liée d’ailleurs « paradoxalement » au thème précédent. C’est bien parce qu’elle se refuse à opposer européens et non-européens, qu’elle ne voit l’Europe que comme un mal insupportable, qu’elle ne parle même plus de la question de l’adhésion turque, que Sarkozy devrait relancer d’ailleurs, qu’elle baisse sensiblement dans les sondages. Une analyse de la French Politics de Londres propose une prospective intéressante à ce sujet. Selon eux, Marine Le Pen devrait faire environ entre 15 et 17% des voix, avec une forte probabilité à 15%. Pour eux, cela signerait une « sous-performance » et donc la manifestation d’un « échec patent de la stratégie personnelle de Marine Le Pen (pour) dédiaboliser le parti ». Cette hypothèse n’est pas à exclure. Jean-Marie Le Pen n’avait-il pas prédit qu’un « Front gentil » n’intéresserait personne ?

Mélenchon, lui, n’est pas « gentil », au point d’en inquiéter la patronne du MEDEF, Laurence Parisot, qui le compare à un révolutionnaire de la Terreur (1793). C’est sans doute à ses yeux le plus grand compliment qu’on peut lui faire. Et pourtant, il serait facile de le démasquer, notamment en s’attaquant à son soutien à l’immigration massive et aux excentricités libertaires de son programme, mais aussi à son enrichissement personnel. Seul Jean Quatremer, journaliste à Libération, est parvenu à trouver son point faible, déclenchant contre lui l’ire du disciple français de Die Linke. Reste qu’un Oskar Lafontaine sera mille fois plus sympathique, et vraiment socialiste, que « Jean-Luc ». La gauche « Sarrazin » (du nom de ce social-démocrate allemand) serait d’ailleurs facilement prête à voter FN ou UMP dans un autre contexte. Mais la crise économique a abouti à une radicalisation de l’opinion. Si les extrémistes de l’Aube dorée sont aux portes du parlement à Athènes, c’est dire ce qu’un discours « FN old school » aurait pu obtenir dans ces élections.

Le souverainisme n’a vraiment aucune espèce d’avenir en France. Dupont-Aignan, dernier vestige du triumvirat Pasqua-Seguin-Villiers de 1992, est promis à une déculottée électorale, crédité qu’il est dans les sondages d’entre 0,5% et 1,5% maximum. C’est d’ailleurs la campagne anti-€ qui plombe notamment Marine Le Pen. Mélenchon, tenté de les suivre sur cette voie, a rapidement compris l’impasse. Sarkozy quant à lui choisit un positionnement euro-critique, proposant ainsi de rétablir les contrôles aux frontières s’il ne parvient pas à obtenir des garanties contre l’immigration clandestine de la part de ses partenaires de l’UE, mais sans tomber dans l’europhobie qui caractérise NDA et MLP.

Les évènements de Toulouse ont profité nettement à Nicolas Sarkozy, qui est désormais en tête dans la plupart des sondages, en tout cas pour le premier tour, le second annonçant toujours une victoire du candidat du PS, mais de moins en moins large. Président en exercice, choisissant une position rassurante face à la crise comme face à cette tragédie, même si ses services n’ont pas été capables de détecter le terroriste avant qu’il ne frappe, il donne le sentiment d’incarner mieux que les autres candidats la fonction de président. Hollande est très loin d’avoir la même crédibilité, sa cote s’expliquant d’abord par le rejet viscéral du style Sarkozy par beaucoup d’électeurs. On vote Hollande non pour lui mais contre Sarkozy, et ce phénomène, lors du débat du second tour, peut s’effondrer si le programme du PS apparaît trop mortifère.

Le choix du PS de soutenir le vote des étrangers extra-communautaires aux élections locales ou encore sa position sur le mariage gay et l’adoption, sans parler de son choix d’une imposition accrue, peuvent être rédhibitoires pour Hollande au second tour. Les résultats du premier tour auront une incidence décisive. Si Mélenchon obtient un gros score, Hollande en bénéficiera nettement et deviendra le nouveau président de la république. Si Le Pen réussissait, il n’est pas sûr qu’elle ne parviendrait pas à, de fait, contribuer à la défaite de Sarkozy. En revanche, si elle connaît une déconvenue, son électorat pourrait considérer Sarkozy comme le seul recours et se reporter très massivement vers lui, assurant ainsi sa réélection.

Enfin, François Bayrou ne parvient pas à créer de sursaut en sa faveur. Après avoir bien progressé, une fois sa candidature annoncée, il stagne entre 10,5% et 13% des intentions de vote. Il sera certainement victime, plus que tout autre candidat, du vote utile, son positionnement idéologiquement illisible le desservant. Sa grande année a été 2007. L’électorat de centre-droit choisira Sarkozy par défaut, d’ailleurs toutes ses figures se rallient, les unes après les autres, le dernier ralliement en date étant celui de Rama Yade. L’électorat de centre-gauche sera naturellement porté vers le candidat Hollande. Dans ce contexte, on peut considérer que si Bayrou parvient à obtenir 12% des voix, ce sera malgré tout un moindre mal.
 

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

14/03/2012

Portrait de candidats au scalpel: Front vs Front

jean-luc mélenchon,marine le pen,populisme,démagogie,caricature,thomas ferrierMarine Le Pen, 43 ans, candidate du Front National aux élections présidentielles 2012.

Après de nombreuses épurations internes, la plus hémorragique étant celle de 1998 où les partisans de Bruno Mégret ont quitté un navire qui leur apparaissait à la dérive, en janvier 2011, Marine Le Pen, fille du président en exercice depuis la fondation du parti en 1972, devient officiellement dirigeante du FN et en conséquence candidate à l’élection présidentielle de 2012. Sa victoire interne n’est pas le résultat d’une ascension naturelle, d’une circulation des élites au sein de l’appareil politique qui aurait bien fonctionné, ou d’une joute d’égal à égal face à un adversaire déterminé. 

Elle est en vérité un constat d’échec, l’incapacité d’un parti politique à renouveler ses cadres et à proposer un autre contrat à ses militants et ses électeurs. En quarante ans d’âge, le FN n’a rien de mieux à proposer que la propre fille du chef, héritière d’une boutique familiale. Ce résultat est aussi la conséquence d’une structure en déliquescence, avec un nombre d’adhérents dérisoire par rapport aux grosses machines électorales que sont le PS et l’UMP. Ce fait est apparu notamment lors du processus de collecte des parrainages d’élus, et notamment de maires, préalable à la candidature proprement dite. Elle payait là la dernière épuration en date, celle des militants catholiques traditionnalistes qui avaient choisi Bruno Gollnisch comme président, celle aussi de Carl Lang et de ses partisans, idéologiquement peu compatibles avec une ligne pacifiée, mais agents de terrain efficaces.

Adepte d’une ligne plutôt nationale-libérale, Jean-Marie Le Pen s’était présenté comme le rassembleur de la « droite nationale », toutes tendances confondues, atténuant en cela sa démarche autocratique et népotique. Il savait flatter les différents camps, et souvent pardonner après chaque crise. Il était l’artisan d’une « union patriotique » en 2007, sachant tendre la main au « félon » Mégret, union qui fut sciemment sabotée par Marine Le Pen. Cette dernière a privilégie au contraire une ligne plutôt nationale-sociale, son « nationalisme » se limitant à une dénonciation permanente, et caricaturale, de l’Union Européenne, son « socialisme » se résumant quant à lui à une démagogie de tous les instants et à des plagiats du programme du Front de Gauche, énervant passablement ce dernier.

Ce virage « ethno-socialiste », ainsi que l’a qualifié Dominique Reynié, mais qu’on ne saurait certainement pas interpréter comme une nouvelle forme de fascisme, se retrouve en vérité dans tous les partis politiques, et tout particulièrement chez Mélenchon et Dupont-Aignan. Le côté « ethno » est de toute façon très discutable puisque la candidate du FN défend en vérité une conception purement administrative de la nationalité, comme tous ses adversaires. Si un ethno-libéralisme tente péniblement de la concurrencer à sa droite, autour du candidat Carl Lang, d’ethno-socialisme au sens strict, il n’y a pas. En revanche, aux yeux de la majorité de son électorat, et qu’importent les déclarations sincères mais en sens contraire de Marine Le Pen, elle est perçue comme détentrice d’une ligne mêlant nationalisme ethnique et démagogie socialisante.

Son ascension politique s’apparente à celle qui permit à Ségolène Royal de devenir la candidate du PS en 2007. Elle est en effet strictement médiatique, mais à la différence de Royal, Marine Le Pen a pu en outre bénéficier de l’aide directe d’une partie de l’appareil politique, et notamment de sa direction. Dès 2002, « Marine » apparaît aux yeux des media comme la plus apte à remplacer un vieux chef usé, à l’issue d’un second tour désastreux. En 2007, elle accompagne son père vers le seul véritable échec de sa carrière, un score qui ramène le parti à son démarrage de 1984. Adepte d’une dédiabolisation de forme comme de fond, Marine Le Pen, formée idéologiquement dans la continuité de son ex-beau-frère Samuel Maréchal, va alors connaître une ascension interne extrêmement rapide, alors même que la vieille garde tente par tous les moyens de l’en empêcher. Mais face à elle, le timide Gollnisch, incapable de s’opposer à son président, ne fait pas le poids et abandonne les uns après les autres, par son inertie, tous ses partisans. Si Jean-Marie Le Pen n’est au départ pas vraiment enthousiaste face à la montée de sa fille, il ne s’y oppose pas et finalement l’encourage en ce sens.

Bien que Marine Le Pen ait bénéficié d’une victoire résultant d’une confrontation aux apparences démocratiques face à Bruno Gollnisch, un rapport 2/3 contre 1/3, on peut considérer ce dernier davantage comme un sparring partner qui a surtout permis à « Marine » de débusquer ses adversaires à l’intérieur du parti, tous rapidement amenés à quitter le FN, de manière volontaire ou contrainte. A aucun moment, il n’a pris les traits d’un combattant déterminé à proposer une vraie alternative. Résigné, il devra subir les vexations de son ancienne adversaire, mais il est vrai qu’on est généralement son propre bourreau.

A la différence de son père, qui a cinquante ans de vie politique derrière lui, cinquante ans aussi de combat, à Suez comme en Algérie, et qui peut apparaître comme un self made man, Marine Le Pen n’a pas eu à se construire et a récolté essentiellement les fruits d’une œuvre paternelle. Ses lacunes idéologiques apparaissent évidentes et seront difficiles à combler, malgré les fiches que lui rédigent ses conseillers politiques. Par ailleurs, l’appareil dont elle jouit désormais de l’usage exclusif n’est pas en très bon état. L’apparition de nouveaux dirigeants à ses côtés, l’équipe d’Hénin-Beaumont en tête, le médiatique Gilbert Collard, et le technocratique Florian Philippot, et sans oublier son propre compagnon, Louis Aliot, ne suffit pas à masquer les faiblesses d’un parti qui se prétend « de gouvernement » alors qu’il n’a simplement pas les hommes de la situation.

La ligne politique choisie par Marine Le Pen est la fameuse « dédiabolisation », qui est la continuité de la démarche de 2007 qui n’a pas convaincu ses électeurs. Persuadée d’être inattaquable sur des thèmes comme l’immigration et l’insécurité, alors que Nicolas Sarkozy a prouvé qu’il était facile de détourner des électeurs en reprenant ces thèmes, elle a choisi d’adopter un ton violemment eurosceptique, reprenant cette idée réactionnaire par nature du « retour du franc », tout en l’associant à un discours sur l’état social, reprenant ainsi au PS et au Front de Gauche le thème de la défense de la fonction publique, celui de la laïcité, et enfin celui du rôle de l’état. Ce néo-gauchisme à la sauce nationale de Marine Le Pen prend une dimension ouvriériste. Mais l’ouvrier qui vote FN, bien qu’attaché au modèle social à la française, le fait avant tout en raison de l’immigration, et tout spécifiquement de l’immigration extra-européenne.

Croire, comme elle le fait, que l’ouvrier français est europhobe et étatiste, c’est mal le connaître. Et si Mélenchon ne parvient pas à (re)conquérir cet électorat, ce n’est pas en reprenant son discours, même en l’associant plus fortement à la dénonciation de l’Union Européenne, qu’elle sera convaincante.

Alors, bien sûr, elle est rappelée à l’ordre par le contre-modèle de 2007, et régulièrement se voit contrainte de revenir aux fondamentaux du parti, de reprendre un discours plus ferme sur l’immigration et sur l’insécurité. Mais est-elle crédible aux yeux d’un électorat excédé lorsqu’elle prend une défense forcenée des DOM-TOM, renonçant par exemple à instrumentaliser la départementalisation de Mayotte contre le président sortant, façon de prouver par l’exemple qu’il ne défend pas notre « identité nationale », ou lorsqu’elle explique qu’elle sera la candidate de l’égalité entre « français de souche » et « français immigrés », cette dernière notion étant contradictoire, ce qui est exactement le discours de tous les autres partis.

 

 

jean-luc mélenchon,marine le pen,populisme,démagogie,caricature,thomas ferrierJean-Luc Mélenchon, 60 ans, candidat du Front de Gauche aux élections présidentielles 2012.

C’est parce que son avenir au sein du Parti Socialiste était bouché que, dévoré par une ambition personnelle évidente, « humain trop humain », le sénateur Jean-Luc Mélenchon, homme du sérail mitterrandien, et pouvant espérer une retraite extrêmement confortable, ses émoluments nationaux et européens lui permettant d’espérer 10.000 € par mois de retraite, selon le journaliste Jean Quatremer, décide de quitter son parti. Il s’inspire ce faisant de l’émergence d’une gauche radicale en Allemagne réunissant des ex-SPD du WASG autour du sympathique Oskar Lafontaine et des anciens communistes d’Allemagne de l’Est de l’ex-SED, devenu PDS, autour du moins sympathique Gregor Gysi. Son « Parti de Gauche », qui correspond plus ou moins à une traduction de « Die Linke » en Allemagne, s’élargit en Front de Gauche lorsqu’il s’associe avec le PCF, comme c’est le cas pour ces élections présidentielles.

Oskar Lafontaine a conservé le sens du peuple, et n’a jamais hésité à tenir des discours pouvant plaire à une gauche allemande qui apprécie les analyses du social-démocrate Thilo Sarrazin sur l’immigration extra-européenne, ayant même scandalisé les bien pensants en évoquant de manière négative les Fremdarbeiter, « travailleurs étrangers », expression connotée que les conformistes préfèrent qualifier de Gastarbeiter, « travailleurs hôtes ». Jean-Luc Mélenchon, qui aspire à ramener dans son giron les électeurs ouvriers tentés par un vote FN, en revanche, ne comprend pas le peuple. L’électorat populaire est en vérité sur la même ligne que cet élu communiste courageux qu’est André Gérin.

L’électorat communiste des années 70 et 80 soutenait une démarche socialiste autoritaire mais aussi patriotique, à l’instar du modèle soviétique. Toutes les propositions libertaires du candidat Mélenchon auraient été passibles des tribunaux en URSS. Ce régime interdisait l’avortement, réprimait l’homosexualité, défendait la patrie « soviétique », et n’était pas loin sur certains points de la ligne idéologique de Pamyat, mouvement culturel adepte d’un nationalisme radical. C’est encore la ligne politique de l’actuel candidat communiste russe Guennadi Ziouganov. Ce « communisme Labiche », que vantait Céline, se retrouve aujourd’hui proche des thèses du FN. L’électeur « national-communiste » abandonné par son parti, qui défend désormais les thèses trotskystes, s’est naturellement tourné vers ce qu’il pensait trouver de plus proche, le discours social-national de Marine Le Pen, qui est certes un écran de fumée, mais pas davantage que les promesses socialistes de Jean-Luc Mélenchon. André Gérin, proche de la ligne historique du PCF, serait bien davantage capable de proposer à cet électorat une alternative à Marine Le Pen, mais il est isolé au sein d’un appareil s’offrant désormais aux thèses les plus libertaires de la radicalité gauchiste.

En reprenant les thèses de l’extrême-gauche trotskyste, faites de féminisme radical, d’islamophilie béate, l’un et l’autre unis paradoxalement contre la société occidentale, de pro-avortement extrême, d’égalitarisme transgenres, défendant le mariage pour les homosexuels tout en dénonçant dans le même temps l’institution du mariage (traditionnel) comme ringarde, d’apologie du métissage cachant en vérité un racisme europhobe, Mélenchon éloigne de lui des électeurs qui pourraient être lassés par la démagogie trop apparente de « Marine ». La légitimité de Mélenchon aux yeux de l’électorat est sur la question sociale, son libertarisme lui permettant certes d’assécher le marais gauchiste, LO et NPA étant promis à un score aux alentours de 0.5% chacun, et de marginaliser Eva Joly, privée d’une partie de l’électorat bobo en faveur de toutes les « excentricités morales ».

Or sur cette question du socialisme, quelle est la référence absolue de Jean-Luc Mélenchon ? François Mitterrand. En matière de socialisme, on a connu mieux qu’un ex-volontaire national, ex-cagoulard, ex-pétainiste, mais réel opportuniste. Mais il est vrai que le machiavélisme du premier peut inspirer le second. Car, et avec un certain succès, atteignant désormais 10% dans les sondages, Jean-Luc Mélenchon se crée un nouvel espace politique lui permettant de négocier pour lui une bonne place au sein d’un gouvernement socialiste que mettrait en place François Hollande s’il était élu. Il pourrait ainsi remplacer Europe Ecologie, dont la candidate est créditée dans les sondages de 2 à 3% des voix, comme partenaire principal d’une gauche plurielle. Il a ainsi su remarquablement rebondir.

Si on compare Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen, on constate que leur principale différence porte sur les choix de société, même si Marine Le Pen est beaucoup plus « progressiste » en matière de mœurs que le FN, mais pas sur les questions économiques. Tenté de rejoindre sur l’Europe les mêmes positions que Marine Le Pen - on se souvient en 2005 de sa tirade méprisante contre le peuple lituanien - il a néanmoins compris qu’un programme économique anti-€ et anti-UE ne serait pas crédible. Son internationalisme marxiste l’amène par exemple à se sentir proche du travailleur grec, comme il pourrait l’être autant ceci dit du travailleur nord-coréen ou vénézuélien, mais il ne comprend rien à la question européenne. C’est en outre un immigrationniste forcené, le terme même de « français » l’insupportant, favorable à l’ouverture des frontières nationales et européennes à la pauvreté mondiale, même si cela ruine les travailleurs français dont il se prétend le défenseur.

A l’europhobie de Marine Le Pen, qui ne va pas jusqu’à s’attaquer à l’idée même de civilisation européenne, répond l’europhobie fondamentale de Jean-Luc Mélenchon, qui au fond de lui-même, autant par son internationalisme idéologique que par son franchouillardisme pro-diversité, déteste l’Europe sous toutes ses formes, même s’il prétend s’en défendre.

Par ailleurs, chose qu’il partage là encore avec « Marine », Mélenchon ne supporte pas la contradiction. Tout comme elle qui dit « non » avec fureur lorsqu’un journaliste la met devant ses contradictions, à l’instar de Michel Field lui rappelant le sens des bals nationalistes de Vienne, Mélenchon s’énerve et menace. Jean Quatremer en a fait à plusieurs reprises les frais, pour avoir eu le tort de mettre en exergue la mansuétude supposée du candidat vis-à-vis des régimes populistes d’Amérique du sud. Or en démocratie le débat libre est essentiel. Ce style qu’on pourrait penser plébéien ne dessert toutefois par le candidat du Front de Gauche, qui aime à dénoncer les comportements arrogants de l’hyper-classe. Il parvient, alors que Carla Bruni n’arrive pas à faire croire que Nicolas Sarkozy et lui forment une famille « modeste », à accréditer son image d’homme du peuple, tout comme la fille du milliardaire de Saint-Cloud. Au moins Philippe Poutou, à défaut de penser comme un homme du peuple qu’il est pourtant, est un vrai ouvrier. Gauchiste certes, et donc complètement déconnecté des souhaits de l’ouvrier français, il ne trompe néanmoins pas sur la marchandise.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

13/03/2012

Bilan provisoire de la campagne présidentielle française au 13 mars 2012

RF.gifCe 16 mars, nous devrions connaître la liste officielle et définitive des candidats aux élections présidentielles d’avril 2012. Marine Le Pen a annoncé ce mardi qu’elle avait enfin obtenu le précieux sésame, à savoir les 500 parrainages d’élus, mettant fin ainsi à un suspense qui durait depuis plusieurs semaines sur l’éventualité de son absence de la compétition. Philippe Poutou les aurait également, et Nicolas Dupont-Aignan assure « à 99,9% » qu’il aura les parrainages nécessaires avant cette date fatidique. Les seules inconnues sont de savoir si Dominique de Villepin et Corinne Lepage disposeront des signatures requises et à temps. Leur absence ne bouleverserait toutefois pas l’échiquier politique.

Certaines tendances commencent à apparaître à la lecture des différents sondages que publient les instituts statistiques. En premier lieu, Nicolas Sarkozy, notamment suite à son discours de Villepinte, remonte la pente, puisqu’il est crédité aujourd’hui selon IFOP de 28,5% des voix, alors que son adversaire « socialiste », François Hollande, est désormais dépassé, avec seulement 27% des intentions de vote.

Marine Le Pen voit son potentiel électoral s’effriter en faveur du président sortant. Entre le 12 janvier 2012 et le 13 mars 2012, elle est ainsi passée de 21,5% (résultat maximal) à 16% des voix, selon cet institut qui procède à un sondage quotidien. Ce tassement, que constatent les autres instituts, semble donner raison aux conseillers droitiers de Nicolas Sarkozy, à savoir Patrick Buisson et Guillaume Peltier. Buisson dans Le Monde daté du 14 mars annonce qu’au final François Hollande sera battu plus nettement que Ségolène Royal. Cela paraît néanmoins difficile à croire, même si la victoire du « socialiste » semble moins nette (54,5% contre 46,5%) qu’il y a quelques semaines. Le « hold-up » de 2007 semble néanmoins en passe de se réaliser à nouveau, Marine Le Pen, visiblement éprouvée par une campagne démarrée très tôt, ayant du mal à retrouver un nouveau souffle. Même si elle a durci le ton sur la question migratoire, son europhobie plus générale, que ne partage pas le président, ne la rend pas crédible. Par ailleurs, son entêtement à apparaître comme la plus anti-raciste des candidates de la droite rend son discours confus vis-à-vis de son électorat naturel, pour qui cette subtilité de langage ne correspond pas aux attentes qu’il exprime. Elle a été notamment silencieuse sur la question de Mayotte, qui est pourtant un moyen efficace de critiquer Nicolas Sarkozy.

Jean-Luc Mélenchon fait quant à lui une campagne très dure à gauche. Il est désormais crédité de 10% d’intentions de vote par plusieurs instituts de sondage. Cela s’explique essentiellement par les maladresses d’Eva Joly, qui s’est mise à dos beaucoup d’électeurs, et par l’assèchement de l’extrême-gauche. Arthaud (LO) est à 0.5% d’intentions de votes, et Poutou (NPA) est régulièrement à 0%. Ainsi, Mélenchon est-il parvenu à rassembler sur son nom toute l’extrême-gauche. Eva Joly quant à elle sombre, incapable de dépasser les 2.5% et commence à être lâchée par son propre camp. Noël Mamère a ainsi récemment exprimé son souhait de voir cette candidate se retirer au profit du candidat du PS. En se maintenant jusqu’au bout, et en réalisant un piètre résultat, Joly met en danger l’accord électoral Europe Ecologie/Parti socialiste pour les législatives. Toutefois, Cécile Duflot maintient sa confiance dans la candidate franco-norvégienne à l’accent si particulier.

François Bayrou, qui alterne des positions européistes, comme l’élection du président européen au suffrage universel direct, et des positions francocentrées, comme un protectionnisme national, qui est analogue à celui prôné par Marine Le Pen, pouvait profiter d’un affaiblissement de Nicolas Sarkozy pour apparaître comme le seul capable d’empêcher François Hollande d’accéder à l’Elysée. Le sursaut de l’UMP rend sa stratégie difficile à crédibiliser. Il est crédité dans ce sondage de 13% des voix, ce qui est un signal encourageant mais insuffisant. Villepin est à 1% et Dupont-Aignan oscille entre 0.5 et 1%. Son propos selon lequel il pourrait prendre Marine Le Pen comme premier ministre, même s’il a tenté par la suite de préciser son propos en l’élargissant à Chevènement et Montebourg, pourrait amener ses électeurs à lui préférer Marine Le Pen, seule en mesure, bien que cela apparaisse de plus en plus comme hors de portée, d’être au second tour. La candidature de Corinne Lepage, dont on peine à déterminer le sens, est limitée quant à elle à un 0.5% honorifique, mais il n’est pas sûr qu’elle puisse être présente dans cette compétition.

2012 apparaît donc comme la manifestation du retour en force du clivage UMP/PS, le FN apparaissant comme un outsider à la peine, après un démarrage en fanfare. Les faiblesses de la candidate Le Pen apparaissent au fur et à mesure de ses prestations télévisées, dans un contexte où Sarkozy durcit le ton. La volonté de « dédiabolisation » de cette candidate, à peine entamée par quelques provocations de son père, n’a pas que des effets positifs, surtout lorsque celle-ci se fait non seulement sur la forme mais aussi sur le fond. Sarkozy, remarquablement aiguillé par ses conseillers, semble en passe, du moins pour le premier tour, de contenir la poussée nationaliste et peut-être au final de l’endiguer. Marine Le Pen est attendue au tournant par son électorat, et si elle retrouvait le score paternel de 15% des voix, qui reste un bon résultat sur le principe, elle aurait du mal à s’en relever et le paierait aux législatives. Quant à Mélenchon, le PCF peut-être satisfait, n’en déplaise au courageux André Gérin, de son choix qui pour le moment semble payant, à la différence des Verts, qui semblent perdre tout crédit.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

Législatives slovaques : une élection au cœur de la crise

Fico.jpgLes élections parlementaires slovaques qui se sont déroulées samedi dernier se plaçaient dans le cadre de la crise des dettes souveraines. Elles résultent d’une décision contrainte de la coalition de droite sortante dans le cadre de la mise en place d’un fonds européen que le parlement de Bratislava devait voter. La gauche sociale-démocrate (SMER) incarnée par son dirigeant Robert Fico (photo) avait exigé des élections anticipées si elle apportait son soutien au dit FESF, ce qu’elle avait obtenu.

Le résultat est sans appel. La coalition de droite, réunissant plusieurs partis libéraux et conservateurs, a été laminée, alors que le SMER a réalisé un score historique de plus de 44% des voix, 44.41% pour être précis, lui permettant de gouverner seul. Il progresse de 9.62% en deux ans, et 21 sièges de plus (pour un total de 83 sièges / 150). Le principal parti de droite, l’Union démocratique et chrétienne (SDKU-DS), dont le premier ministre sortant était le représentant, n’a obtenu que 6,09% des voix contre 15.42% des voix il y a deux (-9.33 points). C’est un désaveu total et une sanction électorale sans appel. Le parti « Liberté et solidarité », associé à la coalition sortante, est pareillement sanctionné en n’obtenant que 5.88% des voix contre 12.14% en 2010 (-6.26 points). En revanche, le Mouvement Démocratique Chrétien (KDH), progresse légèrement avec 8.82% des voix contre 8.52% en 2010 (+0.3 points). Des trois partis vainqueurs de 2010, il est le seul à résister à cette vague d’alternance.

Deux autres victimes de ces élections sont à signaler. Il s’agissait d’anciens alliés de la coalition de gauche de Robert Fico au pouvoir avant 2010. Ces partis populistes et/ou nationalistes avaient résisté à la victoire de la démocratie chrétienne mais n’ont pas pu renouveler cet exploit face à la montée de la gauche. Le HZDS de Meciar n’obtient que 0.93% des voix contre 4.32% des voix il y a deux, confirmant ainsi son déclin. Il paye le prix de son échec de 2010, car en Slovaquie il faut 5% des voix pour faire rentrer des députés de son parti au parlement. Le SNS (Parti national slovaque), allié du FN français, perd quant à lui sa représentation nationale car, avec 4.55% des voix contre 5.07% en 2010, il tombe en dessous du même seuil. Il est notamment victime de la progression d’un petit parti nationaliste, le LSNS, qui avec 1.58% des voix contre 1.33% en 2010, progresse légèrement au détriment du SNS. Ce dernier paye sans doute son alliance précédente avec le SMER, qui rendait compliqué son positionnement politique. Sa campagne, axée notamment sur la lutte contre l’islamisation, thème un peu hétérodoxe dans un pays d’Europe centrale, et contre la minorité hongroise, n’a pas convaincu. Toutefois, les partis défendant les minorités ont plutôt régressé électoralement d’environ 1.5 points (4.28% pour le MKP-SMK, 6.89% pour le MOST-HID).

La surprise électorale provient de nouvelles formations politiques, comme la coalition Ol’ano, qui défend les « gens ordinaires » et les « personnalités indépendantes », qui connaît un net succès en obtenant 8.55% des voix, et comme le mouvement 99% qui obtient 1.58% des voix.

Enfin, le KSS (communistes) avec 0.72% des voix, contre 0.83% en 2010, continue de perdre année après année son capital de sympathie, victime essentiellement de la ligne politique du SMER-SD, une ligne socialiste assez affirmée, mais dans un cadre européen et en conservant les réformes libérales des coalitions le précédant.

Dans une Union Européenne où la droite est nettement dominante, en attente d’un résultat éventuellement contraire en France en 2012 puis en Allemagne en 2013, cette victoire de la gauche sociale-démocrate, avec la figure controversée de Robert Fico à sa tête, est comme le signe d’une perturbation profonde des électorats en période de crise budgétaire. Le principe poujadiste du « sortons les sortants » s’applique à nouveau dans un tel contexte. Cette victoire présage-t-elle d’un virage à « gauche » de l’opinion publique européenne ? Ou bien s’agit-il au contraire d’un vote circonstanciel, d’une façon peut-être aussi de donner tort au voisin hongrois, dont la droite parlementaire, incarnée par le Fidesz, avec sur son côté le parti nationaliste Jobbik, est dominante ?

Les prochaines élections présidentielles françaises pourraient répondre à cette question. En revanche, les élections grecques devraient amener la gauche classique (PASOK) à connaître une sévère défaite, au profit non seulement de la droite et de l’extrême-droite mais des « gauches » radicalisées. Enfin les élections autrichiennes, qui se profilent à l’horizon, devraient amener la gauche SPÖ à s’imposer et à fonder une nouvelle grande coalition, car les nationalistes du FPÖ (et du BZÖ) ont le vent en poupe, tout particulièrement Heinz-Christian Strache, qui a connu une légère baisse dans les sondages suite à plusieurs déclarations controversées mais qui retrouve à nouveau le plus haut niveau d’opinions favorables.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

04/03/2012

Brèves Européennes… (12)

RUSSIE

vladimir-poutine-clin-d-oeil.jpgLa presse occidentale s’attendait à une victoire dans un fauteuil pour Vladimir Poutine, reprenant en chœur les accusations de la minorité libérale, celle qui était associée aux affaires du temps de l’ère Eltsine, selon lesquelles le pouvoir pratiquerait des fraudes massives. Pour ces élections présidentielles, qui avaient lieu aujourd’hui, plusieurs observateurs étrangers, notamment polonais, ont attesté que le scrutin s’est déroulé de manière transparente. Le score de Vladimir Poutine ne doit pas nous induire en erreur, sinon il faudrait aussi considérer les 82% de Jacques Chirac en 2002 comme le résultat de fraudes. Le principal reproche qui peut être fait au gouvernement russe c’est d’avoir établi un système de reconnaissance juridique des partis politiques bien trop exigeant et surtout de n’avoir pas permis une véritable pluralité de candidatures. Mais on peut aussi constater l’absence criante de renouvellement de la classe politique russe.

Vladimir Poutine aurait obtenu selon des résultats provisoires, 70% des bulletins de vote ayant été dépouillés, plus de 65% des voix, score sans appel qui était néanmoins pronostiquée ces dernières semaines par plusieurs instituts de sondages. Son principal adversaire, le (national) communiste Guennadi Ziouganov, nostalgique avoué de l’époque de Staline, aurait obtenu environ 17% des voix, score à peu près comparable à celui du parti communiste (KPFR) aux législatives de décembre 2011. Le libéral Prokhorov, qui a mené une campagne plutôt pro-européenne, est troisième avec un peu plus de 6,8% des voix, ce qui constitue pour cette première candidature un score plutôt encourageant. Le nationaliste (LPDR) Vladimir Jirinovski réalise un score très modeste d’environ 6,5% des voix. Enfin le candidat de gauche modérée Sergueï Mironov (Russie Juste) n’obtient que 3,7% environ, ce qui est un échec. Dans l’opinion médiatique occidentale, Prokhorov et Mironov étaient des candidats du pouvoir destinés à incarner une fausse alternative à Poutine.

Dans une Russie dont le courant libéral a été totalement déconsidéré par son incapacité à gérer la transition du communisme au capitalisme, associé pendant dix ans aux oligarques s’accaparant les richesses du peuple russe, le choix était entre la continuité du pouvoir avec Vladimir Poutine et les voies extrêmes, celle du retour en arrière nostalgique du communiste Ziouganov ou celle de l’aventure nationaliste avec Jirinovski, candidats tous les deux depuis 1993 aux différentes élections. La victoire de Poutine était donc parfaitement logique puisqu’il représente une troisième voie entre le populisme réactionnaire et/ou social et le libéralisme à l’occidentale, et qu’encore jeune et sportif, il n’apparaît pas aussi usé en dix ans qu’un Sarkozy en cinq ans de présidence française. Cette image dynamique, même si le maladroit passage de flambeau entre Medvedev et Poutine l’a beaucoup entamée, joue nettement en sa faveur. A ces élections présidentielles, aucun candidat n’était en mesure de lui disputer la victoire. Il serait facile d’en accuser le pouvoir, mais lorsqu’on regarde les figures de l’opposition, celles qui sont encensées en Europe occidentale mais honnies en Russie, on comprend que tant qu’aucune figure n’émergera au sein de la vie politique russe, Poutine sera présent, même par défaut.

GRECE

La crise économique qui touche avec une violence inouïe le peuple grec depuis des mois commence à s’exprimer politiquement. Alors que des élections législatives sont annoncées, le gouvernement provisoire de Lucas Papademos gère les affaires courantes et s’efforce de faire appliquer les mesures préconisées par ses partenaires, et notamment par l’Allemagne, appliquant un effroyable plan de restriction budgétaire. Même si les gouvernements grecs ont été particulièrement négligents, même si les réformes, en matière de gestion de l’impôt notamment, sont absolument nécessaires, les Européens doivent redoubler de témoignage d’amitié pour le peuple grec, car si on lui demande beaucoup, il faut aussi beaucoup lui offrir.

Excédée, la population grecque s’exprime désormais par la radicalisation et entend sanctionner les partis en place qui se partagent le pouvoir depuis des décennies. Les socialistes du PASOK de Papandreou semblent promis à une sévère punition, annoncés entre 8 et 13,5% selon les sondages de février, et à 11% en mars. La Nouvelle Démocratie (droite) est promise à un sort beaucoup plus favorable, avec entre 19,5% et 31% selon les sondages de février et 28% pour mars. Néanmoins, ce bon score, qui ferait à nouveau de la ND le premier parti grec, ne saurait cacher une montée très importante de la gauche radicale. Les communistes obtenaient entre 9,5% et 14% des suffrages en février et obtiendraient en mars 11%. Si on ne tient compte que du dernier sondage publié le 4 mars 2012, si les élections avaient lieu aujourd’hui, la gauche radicale, comprenant les communistes (KKE), la gauche radicale (Syriza) et la gauche démocratique (Dimar) obtiendraient, réunis, 39% des voix (11+12+16), après une pointe jusqu’à 43,5% en février 2012. L’extrême-gauche n’est pas la seule à bénéficier d’un regain de soutien, l’extrême-droite dans une moindre mesure en profite également. Si le Laos n’obtiendrait que 4% des voix en mars (entre 4,5 et 5,5% des voix en février), subissant le contrecoup de sa brève association avec le nouveau gouvernement, c’est l’Aube Dorée (Hrisi Avgi) qui avec 3,5% des voix en mars (2,5-3% en février) crée la surprise. Ce mouvement nationaliste, plutôt radical, considéré généralement comme « néo-nazi », est connu pour ses actions musclées dans certains quartiers d’Athènes contre les immigrés clandestins, et a même réussi à faire rentrer un représentant au conseil municipal d’Athènes lors des dernières élections locales avec un score de 5% environ des voix. En Grèce, pays de la démocratie par excellence, un parti est représenté au parlement à partir de 3% des voix. Des députés de Hrisi Avgi (XA) pourraient ainsi rejoindre les députés nationalistes du Laos, dont l’ancien dirigeant du Front Hellénique, brièvement secrétaire d’état. Enfin, les écologistes, avec 4% en mars dans les sondages et entre 2 et 3,5% en février, pourraient également rentrer au parlement.

Avec une extrême-gauche très puissante et une extrême-droite en progression, la démonstration est faite que la crise grecque a des répercussions profondes sur les habitudes électorales. En France, où l’on craint une contagion de la crise grecque, la leçon athénienne n’est pas sans intérêt. C’est avec la victoire de la « gauche » de Papandreou, alors que les problèmes structurels du pays étaient déjà réels du temps de Caramanlis et de la droite au pouvoir, que le système grec est apparu dans toute sa fragilité. La victoire probable du candidat « socialiste » François Hollande pourrait annoncer une crise analogue en France, et sa contestation des accords européens est en elle-même un facteur de déstabilisation. Par ailleurs, les sondages élevés en faveur de Mélenchon (8-9%) et de Le Pen fille (15-19%) indiquent une réelle anxiété des couches populaires et d’une partie de la classe moyenne.

SERBIE

C’est fait. La Serbie est officiellement reconnue candidate à l’adhésion à l’Union Européenne. Ce statut lui avait été refusé à plusieurs reprises. Elle entame un long processus qui doit l’amener à rejoindre les 27 et bientôt 28 états membres (après la future adhésion croate). C’est un succès pour le président sortant Boris Tadic, qui s’était personnellement engagé pour apaiser les relations avec le Kosovo voisin, condition absolument impérative pour faire sauter le dernier verrou, après avoir contribué à l’arrestation de Karadzic et de Radic. Alors que des élections présidentielles se profilent, cette victoire diplomatique de Tadic aura une grande importance dans la balance.

La Serbie a pendant une décennie connu un mouvement nationaliste extrêmement fort, apportant son soutien aux Serbes de Bosnie, refusant de « livrer » leurs criminels de guerre, et dénonçant la situation au Kosovo. Mené par le Parti Radical Serbe (SRS) de Vojislav Seselj, mais aussi par le nationalisme plus modéré de Kostunica, la Serbie se voyait interdire toute perspective européenne. Avec l’élection de Boris Tadic, qui a fait de l’adhésion à l’UE son cheval personnel de bataille, avec le basculement du Parti Socialiste Serbe, l’ancien parti de Milosevic, du côté europhile, et surtout avec la scission du SRS du fait de l’orientation pro-européenne d’un courant qui deviendra le Parti Progressiste Serbe (SNS) de Tomislav Nikolic, crédité dans les sondages d’une très bonne opinion, le camp europhile est devenu nettement majoritaire. Le SRS est désormais le seul parti europhobe, et Seselj, jadis allié d’un Jean-Marie Le Pen, a même excommunié Nikolic il y a quelques années, le poussant à la rupture, en raison du positionnement pro-européen qu’avait exprimé ce dernier.

Selon les derniers sondages de février, alors que des élections présidentielles puis législatives sont prévues au premier semestre 2012, le Parti Démocratique (DS) de Tadic est crédité de 28% environ de soutien, mais c’était avant la reconnaissance du statut de candidat à l’adhésion à l’UE, alors que le SNS de Nikolic est annoncé à près de 31%. En revanche, le SRS europhobe s’effondre avec seulement 7% de partisans. Le parti de Kostunica (DSS) n’obtiendrait que 5,6% en cas d’élection ce mois-ci. Les socialistes (SPS) seraient à une cote d’environ 7%. Enfin les libéraux-démocrates obtiendraient 6%.

Néanmoins l’euroscepticisme dépasse le cadre des élections, même s’il jouit d’une base de 12 à 13% de partisans déclarés. On a pu le constater lors du référendum croate où un tiers des votants s’est opposé à l’adhésion croate à l’UE, alors que seuls les partis nationalistes (HSP, HCSP), qui représentent moins de 5% des électeurs, avaient officiellement appelé à voter non. Si le processus d’adhésion est trop long, la volonté majoritaire du peuple serbe de rejoindre l’Union Européenne pourrait à son tour s’émousser, surtout si la minorité serbe au Kosovo n’est pas mieux respectée par la majorité albanaise.

De la campagne de France…

Nicolas Sarkozy,François Hollande,Marine Le Pen,Jean-Luc Mélenchon,président de la république,haine,peurQuelques données…

Au fur et à mesure que le premier tour des élections présidentielles françaises se profile à l’horizon, la campagne bat son plein. Alors même que le processus de récolte des signatures approche de son terme, le ton monte entre les différents candidats et les sondages, souvent contradictoires, perturbent le choix des électeurs. En vérité, une majorité de français hésite et on ne peut que les comprendre lorsque l’on constate le niveau de médiocrité des débats et la confusion qui règne en premier lieu dans le cerveau des candidats. Ainsi, quel peut avoir comme sens un sondage dans lequel 40% des personnes interrogées ne se prononcent pas, et cela sans tenir compte en plus du caractère très relatif de la représentativité du panel. Quelle part de français contactés ne répond plus aux sondages par téléphone ?

Il paraît donc absolument impossible de déterminer de grandes tendances dans cette élection. A chaque fois qu’un candidat a annoncé sa candidature officielle, il a progressé dans les sondages les semaines suivantes avant de retomber au niveau originel. Marine Le Pen oscille quant à elle entre 14% et 21,5%, même si les derniers sondages la placent davantage entre 15 et 18,5%. François Bayrou atteint 15% dans un sondage de ce jour, mais tous les autres l’indiquent plutôt aux alentours de 12%, bien loin d’une qualification au second tour. Jean-Luc Mélenchon semble désormais stabilisé autour de 8 ou 9% des voix, ce qui serait un bon score pour sa formation et pour le PCF qui lui est associé, mais il réalise ce score au détriment de l’extrême-gauche, véritablement laminée, tous sondages confondus, et de la candidate écologiste, étouffée également à sa droite par Hollande. Ce dernier apparaît extrêmement haut dans les sondages, entre 28% et 31% des voix environ, ce qui témoignerait d’un profond rejet du président sortant. Enfin, les candidats « gaullistes », Villepin et Dupont-Aignan, sont également marginalisés, aux alentours de 1 à 1,5% des voix, et Lepage est même à 0% dans celui de ce jour.

La récolte des signatures continue pendant ce temps, et ce jusqu’au 16 mars, date à laquelle tous les parrainages auront dû être déposés au conseil constitutionnel. Le Pen prétendait en début de semaine manquer d’une cinquantaine de signatures ; Dupont-Aignan et Poutou prétendent être en mesure d’obtenir leurs signatures manquantes. Il semble en revanche que pour Lepage et Villepin l’affaire soit très mal engagée. Enfin Lang affirme qu’il a obtenu 380 signatures de maire, mais qu’il lui sera très difficile de récolter les 120 signatures manquantes. Ce nombre de parrainages, s’il est confirmé, peut expliquer à lui seul les difficultés de la candidate du Front National, et démontrerait que l’appareil politique de ce dernier n’est pas celui d’une future présidente de la république. Sans militants, manquant de cadres, le FN ne ressemble pas du tout à un parti de gouvernement, même si sa dirigeante prétend le contraire.

… d’une campagne pathétique.

Face à cet afflux massif d’informations en provenance des media sur les déclarations de tel ou tel candidat, l’électeur moyen s’y perd, et même les électeurs politisés commencent à saturer. Les projets politiques perdent totalement de l’importance au profit d’une démagogie de tous les instants et de stratégies incohérentes. Nicolas Sarkozy, aidé en cela par son ministre de l’intérieur, a durci le ton sur les questions migratoires et d’identité nationale comme en 2007, mais dans le même temps il remet en avant Rachida Dati et demain sans doute Rama Yade. Une phrase bien à droite pour capter l’attention des électeurs « nationaux » qui ne sont pas convaincus par le programme économique anticapitaliste et europhobe de Marine Le Pen. Une phrase à « gauche » pour conserver le soutien d’une partie des électeurs centristes et éviter une hémorragie en faveur de Bayrou. Ce jeu d’équilibriste, qui lui avait bien réussi en 2007, semble désormais causer sa perte. Le président sortant ne peut pas s’appuyer sur son bilan pour se crédibiliser aux yeux de la majorité des français.
La démagogie en revanche a droit de cité. Mélenchon et Le Pen fille cherchent l’un comme l’autre à récolter les voix populaires, en ayant recours à une phraséologie socialisante et en dénonçant les banques et l’hyper-classe, Marine Le Pen accentuant en plus le ton anti-européen, s’attaquant à l’€ et à l’Union Européenne. Dans un tel contexte, les candidats gauchistes disparaissent de la scène puisque leur discours est repris en chœur par d’autres, de la même façon que la ligne souverainiste de Dupont-Aignan est étouffée.

Le comble du caractère pathétique de cette campagne présidentielle a été atteint lors du non-débat sur France 2 entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Celui-ci semble déterminé à disputer au FN l’électorat populaire, oubliant que son soutien à l’immigration, il prône notamment la régularisation des clandestins, est inaudible et le sera de plus en plus au sein de l’électorat ouvrier. Il attaque donc violemment la candidate d’extrême-droite, notamment dans ses meetings, mais sans succès. Plutôt que de dénoncer l’europhobie de la candidate, car il la partage fondamentalement, son internationalisme marxiste se mêlant aisément avec une forme de chauvinisme, ou d’attaquer son programme économique, il préfère l’attaquer sur les questions sociétales ou sur les nouvelles provocations de Jean-Marie Le Pen, ou a recours, tout comme plus étrangement Claude Guéant lorsqu’il déclare que le FN est « nationaliste et socialiste », à un anti-fascisme incantatoire. Cette vieille « recette » n’a jamais fonctionné, bien au contraire, et il serait plus honnête de considérer que le principal défaut du FN, c’est d’être justement un parti comme les autres, ce qui lui interdit en vérité tout critique pertinente du système en place.

Face à cette dialectique vindicative, Marine Le Pen aurait eu beau jeu de le renvoyer dans ses cordes d’un « tu quoque ». Ce n’est pas ce qu’elle a choisi de faire. Dans une scène comique, en petite fille boudeuse, et après un long exposé de pourquoi elle refusait de débattre avec Jean-Luc Mélenchon, elle a refusé de regarder son adversaire en face, tout en débattant avec lui par l’intermédiaire du présentateur. L’art politique, c’est de débattre, même et surtout face à un adversaire qui lui ne lâche rien, et surtout pas ses coups. Si on refuse la confrontation, on envoie un message selon lequel on se se sait dominé et incapable de parer les attaques de l’ennemi. Ni Nicolas Sarkozy ni son propre père n’auraient commis une telle erreur tactique.

Quant aux questions économiques, alors qu’elle est animée par des postulats anti-européens de principe, son argumentaire ne tient pas longtemps face à un spécialiste mais aussi face au bon sens élémentaire. Si elle ne parvient pas au second tour des élections de 2012, ce sera en grande partie à cause de son absence de crédibilité sur les questions économiques, payant ainsi le prix de sa haine de l’idée européenne. En outre, elle commet la même erreur que son père en 2007. En effet, alors que Nicolas Sarkozy droitise son discours un jour sur deux, Marine Le Pen a déserté son espace politique naturel, ayant réduit à la portion congrue des thématiques comme l’immigration, la place de l’islam et l’insécurité. Même lorsqu’elle tente d’y revenir, sentant qu’elle perd pied dans son propre camp, elle n’est pas convaincante. Expliquer à un électorat anti-immigration qu’elle prône l’égalité entre « français immigrés », notion au demeurant étrange, et « français de souche », ce qui est affirmé par tous les candidats d’ailleurs, n’est pas la meilleure façon de le rassurer quant à la sincérité des opinions en la matière de la candidate. « Heureusement » pour elle, son père est encore là pour sortir quelques « bons » mots et citer quelques auteurs sulfureux.

De l’échec de Sarkozy à la menace Hollande.

Si les électeurs s’intéressaient vraiment aux programmes des deux principaux candidats, mais ceux-ci brouillent les pistes en s’invectivant l’un l’autre, évitant ainsi les sujets qui fâchent, François Hollande ne passerait même pas le cap du premier tour. Mais les coups, parfois justifiés, par exemple sur la question du vote des étrangers extra-communautaires aux élections locales, que lui envoie l’UMP, ne portent pas. En vérité, Sarkozy a tellement déçu et agacé de nombreux citoyens qu’il subit aujourd’hui le prix de sa campagne de 2007. Si Philippe Bilger, qu’on aura connu mieux inspiré, annonce son soutien à Hollande, c’est la démonstration par excellence de cet état d’esprit qu’on devine dominant au sein des classes moyennes. Taxer les plus riches, au risque par effet hétérotélique de les voir payer leurs impôts à l’étranger, ce n’est pas un problème. Légaliser le mariage homosexuel et l’adoption, ce n’est pas un problème. Régulariser massivement les clandestins et faire voter les étrangers extra-communautaires aux élections municipales, ce n’est pas un problème. Soutenir l’adhésion d’une Turquie provoquante à l’Union Européenne, pas un souci. Remettre en cause des accords européens obtenus par une négociation complexe, amenant les principaux dirigeants de nos partenaires à refuser de recevoir le candidat « socialiste », risquant ainsi de déstabiliser davantage notre économie, qui n’en a pas besoin, où est le problème.

Non, la seule chose importante est de chasser Nicolas Sarkozy de l’Elysée. Remplacer un pantin par un autre, après tout, serait-ce si dramatique ? Bien sûr, si on attend du futur président qu’il œuvre dans le bon sens, autant s’abstenir dès le premier tour. Néanmoins, et en France c’est une expérience coutumière, on a pu constater amèrement que le candidat rentrant était bien pire que le candidat sortant. Vous avez détesté Sarkozy ? Vous haïrez Hollande. Ce n’est donc peut-être pas la peine de choisir par défaut le pire. Loin de moi de soutenir le président sortant, et d’ailleurs je n’attends rien d’un nouveau président, mais il faut objectivement regarder Hollande en face et voir à quelle catastrophe nous devons nous attendre s’il est élu. Et il semble bien que, sauf erreur majeure de sa part, si par exemple il apparaissait sous son vrai jour comme la version « de gauche » de Sarkozy, il sera le prochain président. Son programme calamiteux semble sans importance aux yeux d’électeurs excédés dont le rejet aveugle de Sarkozy va les amener à choisir Sarkozy en pire.

Hollande incarne l'anti-sarkozysme, donc le rejet haineux du président sortant et de ce qu'il représente, alors que Sarkozy incarne l'anti-hollandisme, la peur panique des mesures économiquement les plus dangereuses du candidat pseudo-socialiste. La haine contre la peur, ce n'est pas de cette politique là dont on a besoin en France et en Europe. Le programme de Hollande comme celui de Sarkozy n'ont plus d'importance, et puis quel électeur lit encore les programmes présidentiels. Le problème est que sur tout les points que j'ai évoqués, Hollande fera ce sur quoi il s'est engagé.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

04/02/2012

Brèves européennes… (11)

FINLANDE

Le premier tour des élections présidentielles finlandaises qui s’est déroulé le 22 janvier dernier n’a pas annoncé un « 21 avril » à la française entre un candidat souverainiste et un candidat favorable à l’Union Européenne. Avec 17,5% des voix (contre 18,6% en 2006), le centriste souverainiste Paavo Väyrynen a échoué nettement à se qualifier au second tour ayant été dépassé d’un peu moins de deux de points par un candidat écologiste, représentant ainsi de toute la gauche. Le conservateur Sauli Niinistö en revanche, avec 37% des voix dès le premier tour, a pris une bonne option en vue de la victoire, annoncée par tous les instituts de sondage. La surprise est venue du très bon score de la Ligue Verte et de son candidat, Pekka Haavisto, connu pour avoir publiquement révélé son homosexualité, ce qui n’a pas empêché son ascension. Avec 18,8% des voix, il est certes largement distancé par le candidat de droite, et il ne saurait compter sur un report de voix favorable. Le candidat écologiste précédent en 2006 n’avait obtenu que 3,5%.

Timo Soini, candidat des « Vrais Finlandais », une droite nationale souverainiste, était annoncé dans les sondages aux alentours de 6%. Tous les politologues français considéraient alors que ce score très modeste était lié au type d’élection et que cela ne signifiait rien quant à la cote de son parti dans l’opinion finlandaise. Avec 9,4%, Soini réalise un score bien supérieur à ce qui était annoncé, et pourtant la presse française considère désormais qu’il est en net recul, que son élimination, tout comme celle de Väyrynen, est le signe d’un affaiblissement du courant eurosceptique dans le pays. En fait, Soini n’avait fait que 3,4% aux dernières élections présidentielles et progresse donc de plus de 175%, ce qui est considérable, et surtout il fait mentir tous les sondages. C’est donc une véritable réussite, dans un contexte peu propice, mais qui coûte très certainement à l’autre candidat souverainiste son second tour.

Enfin, le principal perdant de cette élection est le parti social-démocrate, dont le candidat Paavo Lipponen doit se contenter de 6,7% des voix (contre 49,4% pour Tarja Halonen en 2006), alors que le candidat de l’alliance de gauche, Paavo Arhinmäki, obtient 5,5%. La représentante de la communauté suédoise, Eva Biaudet, obtient 2,7% des voix (contre 1,6% pour Henrik Lak en 2006). Enfin, première candidate issue de l’immigration extra-européenne, la chrétienne-démocrate Sari Essayah, réalise un score médiocre, avec environ 2,5% des voix (le parti ayant obtenu 2% des voix en 2006).

CROATIE

Le référendum croate sur l’adhésion de la Croatie en 2013 à l’Union Européenne du 22 janvier 2011 n’a pas créé de surprise. Comme à chaque fois qu’un pays d’Europe médiane souhaite rejoindre l’Union Européenne, le oui l’emporte très largement. Avec 66,67% de oui, le peuple croate valide le choix de ses dirigeants de rejoindre l’Union. 33,33% des votants ont néanmoins rejeté le principe de l’adhésion, ce qui est un score important qui dépasse largement les effectifs de la droite nationaliste, HSP et HCSP réunis regroupant un peu plus de 5% des électeurs. Cette défiance est d’autant plus visible que le taux de participation est particulièrement médiocre, 43,54%. Plus d’un électeur sur deux a préféré rester chez lui plutôt que de se rendre dans les urnes, considérant les jeux comme faits. L’UE suscite donc davantage l’indifférence que l’opposition, celle-ci étant molle. On constate d’une manière générale que la classe politique est favorable à l’adhésion, à l’instar de la classe politique serbe, dont l’ex-nationaliste Tomislav Nikolic, exclu il y a plusieurs années du Parti Radical Serbe de Seselj, un des favoris des futures élections présidentielles, a rallié le point de vue « européiste » bruxellois.

L’Union Européenne ne fait plus rêver et la crise des dettes souveraines a contribué de manière détestable à cet état de fait. On voit bien que l’UE telle qu’elle est n’est pas satisfaisante et n’est pas à la hauteur des enjeux ni des rêves des européens. Mais ceux qui proposent de la quitter n’ont que du sang et des larmes à nous proposer comme alternative, sans que la moindre victoire pointe à l’horizon. S’il n’y a aucun salut hors de l’Union Européenne, pour le moment il n’y en a aucun non plus en son sein. L’Union Européenne doit être transformée en autre chose, dépasser l’ersatz d’Europe politique qu’elle n’a jamais cessé d’être depuis les années 50. Elle doit devenir une république, une véritable nation. Les européens doivent apprendre à penser à l’unisson, car c’est notre avenir commun qui est en jeu. Lorsqu’ils se tournent vers leur pré carré naturel, ils choisissent l’esclavage. La liberté est dans l’unité européenne. Seule l’Europe unie peut rivaliser et même dominer les Etats-Unis, maîtriser les appétits chinois et les convulsions islamiques.

FRANCE (I)

Lors de cette précampagne présidentielle française, Marine Le Pen est cette semaine à nouveau au cœur de l’actualité. Elle a d’abord suscité des réactions hostiles de l’ensemble de la classe politique et des media en raison de sa présence à un bal viennois relevant d’une de ces nombreuses confréries estudiantines autrichiennes, mal dégrossies d’un nationalisme étroit et réactionnaire, et dont est issu Karl-Heinz Strache, le jeune leader de la FPÖ, et successeur dans ce rôle du défunt et sulfureux Jörg Haider. Elle n’y a gagné aucun électeur et a surtout démontré sa méconnaissance des subtilités de l’histoire politique européenne. Elle a en revanche obtenu un petit succès lorsqu’elle est parvenue à poser au conseil constitutionnel une question relative à la constitutionnalité du système des parrainages en vigueur pour pouvoir se présenter aux élections présidentielles, soutenue dans sa demande par Christine Boutin, Nicolas Dupont-Aignan et plus étrangement par Nathalie Arthaud, candidate de Lutte Ouvrière.

C’est sur cette question que Nicolas Sarkozy aurait d’ailleurs un coup à jouer, en apportant officiellement les signatures manquantes à Marine Le Pen, et à quelques autres petits candidats, au nom des principes de la démocratie. Il aurait ainsi le beau rôle et désactiverait totalement la stratégie lepéniste d’instrumentalisation de la problématique des signatures d’élus.

Cherchant à rallier à sa cause tous les souverainistes, étouffant ainsi Dupont-Aignan, Marine Le Pen abandonne dans le même temps la ligne classiquement nationaliste de son père. Ouverte aux questions de diversité, elle a présenté un comité de patronage très bigarré, avec la mise en avant de bi-nationaux africains, ce qui est étrange lorsque l’on songe que la candidate s’était auparavant élevée contre la binationalité. En revanche, elle continue de manifester une opposition radicale à l’Union Européenne, reprenant à la fois les arguments souverainistes traditionnels de l’extrême-droite mais aussi les arguments économiques de l’extrême-gauche, plagiant systématiquement, au mot près, les discours de Jean-Luc Mélenchon, ce qui a fait dire à Nicolas Sarkozy qu’elle menait « une campagne d’extrême-gauche », celle-ci prônant même le retour à la retraite à 60 ans. Son obsession anti-€, qu’elle partage avec Dupont-Aignan, est par ailleurs aberrante économiquement et éloigne les classes moyennes de sa formation. Il n’est pas sûr que son électorat, qui vote avant tout pour elle en raison de la problématique migratoire extra-européenne, se retrouve dans ce nouveau discours démagogique.

Le candidat identitaire, Philippe Vardon, qui avait souhaité obtenir l’investiture du Front National aux élections législatives de juin prochain, est la principale victime de cet alignement de la candidate Le Pen sur un positionnement néo-colonialiste et radicalement europhobe. Il aura un(e) opposant(e) estampillé(e) FN contre lui sur Nice-5. Le soutien de Vardon et de sa structure, Nissa Rebela, à la candidate, a donc été vain. Le Bloc Identitaire, quant à lui, qui est sur une ligne beaucoup plus pro-européenne, a choisi conformément au souhait de 62% des adhérents, de ne soutenir aucun candidat aux élections présidentielles, même si 33% des votants à leur consultation interne appelaient à soutenir Le Pen. Mais c’était avant que ne soit officiel le refus de la candidate FN de s’allier avec les identitaires niçois.

FRANCE (II)

Nicolas Sarkozy tient sa ligne concernant la loi mémorielle condamnant l’expression du négationnisme, notamment dans le cas du génocide arménien, et ce malgré les protestations du gouvernement turc, qualifiant la politique française de « raciste », mais aussi de députés et sénateurs, tous partis confondus, et même de plusieurs ministres, dont Alain Juppé. Sarkozy a expliqué à ces derniers qu’ils ne voyaient « pas plus loin que le bout de leur nez ». Il a même annoncé que si le conseil constitutionnel censurait cette loi, suite à deux recours auprès de cette institution (l’un de 75 sénateurs, l’autre d’une soixantaine de députés), il la ferait repasser devant les parlementaires. Selon le président, la non-constitutionnalité de cette nouvelle loi remettrait en cause la loi précédente dite « Gayssot », une façon pour lui de rappeler les conséquences en jeu. J’ai déjà rappelé à plusieurs reprises mon opposition de principe aux lois mémorielles. Par ses réactions outrancières, et ses menaces, la Turquie en revanche donne d’elle-même une image détestable, et si le gouvernement abandonnait cette loi sous la pression d’un gouvernement étranger, ce serait une faute politique. Néanmoins, il y avait dès le départ une autre stratégie possible, qui ne passait pas par une loi, et qui aurait été de mettre fin à l’adhésion turque à l’Union Européenne, adhésion dont une majorité de citoyens européens ne veut simplement pas entendre parler.

08/01/2012

Des élections présidentielles (bilan de début d’année)

AGMA_Jetons_vote.jpgLa multiplication des candidatures a engendré un phénomène naturel de lassitude de la part des édiles susceptibles d’apporter leur parrainage aux candidats aux élections présidentielles. Même s’il ne faut pas être dupe des annonces alarmistes de Marine Le Pen, il est évident que le risque pour beaucoup de candidats marginaux de ne pas être en mesure de se présenter est réel. La colère de Christine Boutin, qui aura beaucoup de mal à obtenir les 500 signatures nécessaires, annonçant une « bombe atomique » et laissant entendre qu’elle serait prête à se rallier à François Bayrou, qui a fait savoir qu’il n’en voulait pas, n’est pas feinte.

Un autre problème est que le vote utile va être extrêmement fort cette année, même si on peut aussi s’attendre à une participation en nette baisse. Le jeu politique est désormais à quatre ; il était encore à trois au mois de novembre 2011, chacun dans son espace privilégié et étouffant toute concurrence. François Hollande réduit l’extrême-gauche à une marginalité totale, bénéficiant en outre du retrait d’Olivier Besancenot. Joly s’effondre dans les sondages (3%) et Mélenchon recule légèrement. François Bayrou est passé de 6% à 12% des intentions de vote en seulement deux mois, asséchant le potentiel électoral de Morin, Villepin, Lepage ou encore Boutin. Marine Le Pen maintient Dupont-Aignan à 0,5%, Nihous en dessous même de ce seuil, obtient le soutien du mouvement Nissa Rebela, rattaché à la mouvance identitaire, et ne risque pas d’avoir un concurrent à sa droite, Carl Lang étant absent des sondages et incapable de toute évidence d’obtenir le nombre de parrainages requis. Nicolas Sarkozy a quant à lui réussi à éviter les candidatures à droite, limitant la nocivité de la candidature de Dominique de Villepin, bloquant celle de Christine Boutin, et ayant convaincu Borloo de renoncer à être candidat.

A l’issue de 2012, il est probable que plusieurs formations politiques succombent, comme le NPA dont le candidat Poutou devrait atteindre péniblement 0,5% des voix, s’il obtient les signatures pour se présenter, ou encore comme Debout la République (DLR), le Mouvement des Citoyens (MDC) et le Parti Chrétien Démocrate (PCD). Lutte Ouvrière retombera à la marginalité extrême, mais comme il s’agit d’un objet politique non identifié, ce mouvement ne disparaîtra pas et sa candidate, Nathalie Arthaud, qui obtiendra très certainement ses parrainages, sera présente en 2017.

Dans un tel contexte, se porter candidat à l’élection présidentielle relève du suicide politique. Europe-Ecologie va regretter amèrement de ne pas avoir apporté son soutien dès le premier tour à François Hollande, car l’accord signé avec les Verts par le candidat socialiste sera caduque si les écologistes font un score dérisoire. Leur intérêt serait d’ailleurs de retirer rapidement leur candidate du jeu, Eva Joly n’étant manifestement pas la personne adéquate pour permettre une percée électorale de leur mouvement. Chevènement n’ira pas au bout, sa candidature étant un moyen de pression sur le PS. Jean-Luc Mélenchon, qui a le mérite de proposer une ligne plus cohérente, devrait résister davantage à l’effet de vote utile en faveur d’Hollande, mais dépassera péniblement les 5%.

La barre de qualification du second tour paraît haute, aux alentours de 25%. Même si François Bayrou réalisait 18% des voix, en prenant de manière égale à la gauche et à la droite, Hollande serait aux alentours de 25% et Nicolas Sarkozy aux alentours de 23%. Marine Le Pen, créditée par IFOP d’un score compris entre 19% et 20%, même si ce score est peut-être sous-estimé, ne devrait donc pas pouvoir se qualifier, à moins d’une poussée de Bayrou telle qu’on se retrouverait dans un cas de figure inédit, un second tour sans PS et UMP opposant le MD (Mouvement démocrate) de Bayrou au FN de Marine Le Pen. Ce cas extrême paraît toutefois peu probable, à moins que la colère des Français, qui s’exprime davantage dans l’abstention, explose. En tout cas, Bayrou, qui n’a rien de sérieux à proposer, pourrait à nouveau réaliser une certaine percée, alors que le FN devrait dépasser ses scores antérieurs et probablement la barre des 20%. Autant dire que les petits candidats seront laminés comme jamais ils l’ont été aux élections présidentielles. Gare au score à la Cheminade pour plusieurs d’entre eux.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

01/01/2012

Du proto-indo-européen à l’*eurōpaiom

dnghu_europaio3.gifLe commerçant et humaniste italien du XVIème siècle Filippo Sassetti, qui avait voyagé jusqu’en Inde, avait constaté une parenté linguistique entre le sanscrit et l’italien, notamment concernant le nom du mot « dieu » [devas en sanscrit, dio en italien], la parenté et les nombres. Ce qui n’était qu’une intuition fut par la suite théorisée par plusieurs philologues et notamment par Leibniz, qui évoquera une théorie scythique pour expliquer la parenté constatée entre le persan, le sanscrit et les grandes langues européennes, antiques et modernes. Cette origine scythique sera ensuite qualifiée au début du XIXème siècle d’indo-européenne, d’indo-germanique ou d’aryenne.

Selon les linguistes et philologues du XIXème siècle, en effet, il aurait existé à l’époque préhistorique une langue ancestrale, qui sera ensuite appelée proto-indo-européen, d’où proviennent le grec, le latin, les langues de l’Inde du nord et de l’Iran, les langues celtiques, germaniques, baltes et slaves, ainsi que notamment l’albanais et l’arménien. En comparant les différents vocables dans les différentes langues-filles ainsi que les noms et mythes des divinités anciennes, les linguistes ont pu reconstituer la grammaire de cette langue originelle et un nombre important de noms, d’adjectifs et de verbes.

En 2006, des chercheurs espagnols au sein d’une université ont proposé cette langue-mère qu’est le proto-indo-européen comme base pour construire la langue nationale de l’Union Européenne, d’une manière analogue à la modernisation de l’hébreu afin d’en faire la langue nationale d’Israël. Cette langue européenne a été appelée par eux eurōpaiom, c'est-à-dire « européen », tout simplement.

L’eurōpaiom est une version plus lisible du proto-indo-européen tel que reconstitué par les linguistes. Ainsi , le nom proto-indo-européen du loup a été reconstitué sous la forme *wlkwos mais a été simplifié en europaiōm en wlqos. L’ eurōpaiom conserve en outre ses cas (nominatif, vocatif, accusatif, génitif, datif, ablatif, instrumental et locatif) et désinences associées (trois déclinaisons), ses modes verbaux (indicatif, subjonctif, optatif, participe et éventuellement infinitif), ses voix (active et médio-passive). La désinence masculine classique est en –os, comme en grec [-as en sanscrit, -us en latin] , la désinence féminine en –a, comme en grec, en latin et dans les langues slaves, la désinence neutre étant en –om.

A titre d’illustration, prenons par exemple le nom d’un dieu, deiwos au nominatif [latin deus, sanscrit devas], qui appartient à la deuxième déclinaison indo-européenne, et le nom d’une déesse, deiwa [latin dea]au nominatif, qui appartient à la première déclinaison, ces deux termes se déclinant d’une manière assez comparable au grec classique.

NOMINATIF SING. deiwos (m.), deiwā (f.)
VOCATIF SING. deiwe, deiwā
ACCUSATIF SING. deiwom, deiwām
GENITIF SING. deiwosio, deiwās
DATIF SING. deiwōi, deiwāi
ABLATIF SING. deiwōd, deiwād
INSTRUMENTAL SING. deiwō, deiwā
LOCATIF SING. deiwoi, deiwāi

NOM. PLUR. deiwōs, deiwās
VOC. PLUR. deiwōs, deiwās
ACC. PLUR. deiwōms, deiwāms
GEN. PLUR. deiwōm, deiwās
DAT. PLUR. deiwobhios, deiwābhios
ABL. PLUR. deiwobhios, deiwābhios
INSTR. PLUR. deiwōis, deiwābhis
LOC. PLUR. deiwōisi, deiwāsi

De la même façon, prenons l'exemple d'un verbe indo-européen classique, dont la première personne du singulier du présent finit par -ō comme dans le verbe grec λέγω, "je dis", à savoir bherō, "je porte". Nous avons ainsi:

PRESENT

1ère personne sing. : *bherō

2ème personne sing. : *bheresi

3ème personne sing. : *bhereti

1ère personne plur. : *bheromes

2ème personne plur. : *bherete

3ème personne plur. : *bheronti

 

spreadtheword.pngL’association espagnole Dnghu (« langue » en eurōpaiom), fondée par Carlos Quiles et Mayte Batalla en 2007, fait actuellement la promotion de l’eurōpaiom comme langue nationale de l’Union Européenne. Vous pouvez obtenir des informations précises sur le site de cette association, dont je vous conseille fortement la consultation :

http://dnghu.org/

29/12/2011

Une mauvaise loi au service d'une mauvaise stratégie

vahakn.jpgLes lois mémorielles relèvent d’une démarche politique fondée à la fois sur la démagogie politicienne, prenant en otage une communauté, et en même temps sur une attitude fondée sur une peur qui, même légitime, reste mauvaise conseillère, de la part de la dite communauté.

L’UMP a voulu provoquer la Turquie pour l’éloigner de l’Union Européenne, ce qui paraît réussi, tout en recevant l’appui pour d’autres raisons des élus « socialistes », toujours favorables au principe de lois mémorielles destinées à limiter la liberté d’expression des citoyens. Au lieu de se servir de ces biais détournés, en concoctant une bien mauvaise loi, le président Sarkozy aurait dû bien au contraire prendre ses responsabilités, dès 2007 d’ailleurs, et demander à nos partenaires l’arrêt immédiat, et définitif, du processus d’adhésion de la Turquie à l’UE, entamé à tort et de manière irresponsable en avril 2005. Il aurait ainsi respecté ses engagements de candidat et aurait procédé à une clarification utile. En effet, ce processus n’est pas bon pour l’Europe, et d’ailleurs une majorité de citoyens européens sont opposés à cette adhésion, mais il n’est pas bon non plus pour la Turquie. Nous n’avons pas de destin commun, et d’ailleurs, bien qu’admirateur sincère de la civilisation européenne, Mustafa Kemal lui-même n’avait jamais eu l’intention de faire de la Turquie un pays européen, mais s’inspirait bien davantage du Japon, qui avait su adapter les acquis de notre civilisation tout en conservant son identité.

Pour des raisons stratégiques, l’AKP a souhaité affaiblir son opposition nationale, essentiellement incarnée par l’armée, en se servant de ce processus d’adhésion comme levier de réformes allant dans le sens de sa démarche politique. C’est pourquoi il serait bon que les nationalistes turcs laïcs, eux aussi opposés à cette loi française, mais également hostiles à l’intégration européenne, puissent retrouver des couleurs. Du peuple turc, nous n’exigeons rien et c’est à lui seul de choisir, de manière souveraine, ce qu’il souhaite ou non affirmer ou reconnaître.

Il n’y a aucun besoin, pour protéger les Arméniens de France comme d’Arménie, de se mettre la Turquie à dos, et ce même si nous sommes totalement opposés à son adhésion. Il vaudrait mieux, pour de bonnes raisons, que le gouvernement français renonce à cette nouvelle loi mémorielle et, courageusement, abroge aussi les lois mémorielles précédentes. En revanche, et dans le même temps, il convient de mettre fin de manière unilatérale au processus d’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, au profit d’une relation apaisée mais distincte.

Toutefois, cela ne signifie en aucune manière, bien au contraire, qu’il faille être inattentif aux légitimes angoisses arméniennes auxquelles nous, vrais européistes, devons apporter les bonnes réponses. Et cette loi mémorielle n’en est pas une. Il faut en premier lieu affirmer la reconnaissance pleine et entière des Arméniens comme un peuple européen, ce qu’ils sont à tous points de vue, n’en déplaise à certains nationalistes, en Russie ou ailleurs, un peuple européen aux frontières extrêmes de notre continent. Et il faut affirmer aussi que, parce qu’européenne, l’Arménie a vocation au même titre que la Géorgie voisine, mais aussi que la Russie, à rejoindre l’Union Européenne et à s’abriter derrière son bouclier géopolitique et économique. C’est avec nous, entre européens, que le peuple arménien retrouvera la sérénité et la splendeur passée. Ainsi, qui s’attaquerait demain aux Arméniens s’attaquerait en même temps à l’Europe toute entière. Et cette affirmation de l’européanité de l’Arménie, et ce qui devra en suivre logiquement, voilà la bonne réponse. Nous n’oublierons pas les fils d’Hayk dans l’Europe de demain, mais nous n’exprimerons notre sympathie à leur égard par une loi liberticide de circonstance.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

De l'avenir de la Russie

drapeaurusse.jpgA l’issue des élections législatives russes, qui ont été principalement caractérisées par une nette baisse du pourcentage de voix obtenu par le parti gouvernemental Russie Unie (Единая Россия), tombé en dessous du seuil de 50%, de nombreuses et régulières manifestations ponctuent depuis la vie politique russe, menées notamment par le trentenaire russe Alexeï Navalnyi, présenté comme libéral dans les media occidentaux mais comme nationaliste dans les media russes, puisque présent régulièrement aux « marches russes » organisées par la droite nationale russe. Ce dernier a indiqué son intention de se présenter aux élections présidentielles russes face à Vladimir Poutine.

Ces manifestations, qui réunissent un horizon très varié allant de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, mais auxquelles ni la KPFR (communistes) ni la LDPR (nationalistes de Jirinovski) ne se sont jointes, sont parfois qualifiées de « révolution orange », expression désormais décriée pour désigner des manifestants libéraux et/ou atlantistes, par leurs adversaires. C’est un raisonnement arbitraire et inacceptable car on pourrait ainsi soutenir à ce titre et sous ce prétexte n’importe quel gouvernement, même si ce dernier opprime son peuple. Il faut donc admettre par principe, mais sans naïveté, la sincérité de l’engagement de ceux qui défilent contre le pouvoir en place.

Même si on peut suspecter à la marge des bourrages d’urnes ou des pressions, ce qui existe dans toutes les démocraties, le résultat de Russie Unie demeure valable et significatif, pour une raison évidente, à savoir l’absence totale de crédibilité des partis concurrents. En effet, les alternatives proposées étaient pour l’essentiel bien moins démocratiques encore. Ce qui est sûr, c’est qu’au moins 15% des électeurs russes ont sanctionné le roque Medvedev/Poutine, qui a été, il faut le reconnaître, une erreur stratégique majeure. Un second mandat présidentiel de Medvedev, qui n’aurait en rien empêché Poutine d’être sous le statut de premier ministre le véritable chef d’orchestre, aurait été positif. Medvedev a su très habilement se doter d’une authentique carrure de chef d’état pendant les quatre années de son mandat, ce qui au final a peut-être inquiété son mentor, expliquant alors sa volonté de redevenir président.

Poutine sera certainement (ré)élu président mais sans doute avec un score bien inférieur, concédant peut-être un second tour face à Ziouganov, le KPFR étant à l’issue des élections législatives le principal parti d’opposition. Il n’a cependant aucun adversaire susceptible de devenir président. Qui en effet pourrait souhaiter l’élection du candidat communiste, qui ramènerait la Russie vingt ans en arrière, puisque Ziouganov est animé d’une démarche nostalgique à l’égard de l’URSS et a été incapable de fonder un parti social-démocrate ? Le KPFR n’a rien appris de l’échec du communisme en Russie. Qui pourrait souhaiter de la même façon l’élection du candidat nationaliste en la personne de Vladimir Jirinovski, candidat depuis 1993, tout comme Ziouganov d’ailleurs, aux différentes élections, et dont le programme ne pourrait amener qu’à des conflits ? Qui enfin pourrait réellement vouloir prendre le risque de mettre à nouveau les libéraux au pouvoir, comme ils l’ont été durant les années Eltsine, où ils vendaient littéralement le pays aux intérêts étrangers et ruinaient le peuple ? Enfin, si l’objectif des « démocrates » et « libéraux » russes est que la Russie imite la France actuelle, alors disons le tout net, dans ce cas, il vaut mieux que Poutine reste longtemps aux affaires.

En clair, Poutine est, faute de mieux, l’homme de la situation, non seulement pour les Russes mais aussi pour les vrais Européens. Certes, son bilan politique de ces dernières années n’est guère satisfaisant, et les dérives autoritaires constatées demeurent problématiques. Beaucoup restent notamment à faire en matière de justice sociale et de redistribution des richesses au plus grand nombre de citoyens. Pourtant, aucune alternative salutaire n’est actuellement envisageable. D’ailleurs, certains nationalistes ne s’y sont pas trompés, à l’instar du dynamique Dmitri Rogozine, qui vient d’être nommé comme l’équivalent de ministre de la défense, mais aussi des Patriotes de Russie (Патриоты Россий), dont le dirigeant renonce à se porter candidat aux présidentielles. En revanche, d’autres nationalistes commettent l’erreur majeure de s’associer à des gens bien peu recommandables, à des provocateurs évidents, à des oligarques en disgrâce, au nom de slogans extrémistes, à l’instar de Belov et de Dyomouchkine, dirigeants de la coalition extra-parlementaire Les Russes (Русские), perdant ainsi leur maigre crédit.

Il existe toutefois pour l’avenir de la Russie une alternative à bâtir, et qui est de rejoindre une Europe politique unitaire enfin émancipée des Etats-Unis, en rupture avec le libéralisme mondialisé et ses funestes compagnons (dénatalité, chômage et immigration). Dans une Europe euro-socialiste dans laquelle la Russie aurait naturellement toute sa place, le peuple russe saurait choisir une nouvelle voie. L’Union Européenne actuelle, empêtrée dans ses crises institutionnelles et économiques, dirigée par des technocrates incompétents et des politiciens conformistes, ne saurait séduire en revanche les russes. Seul l’européisme authentique, tel que défendu par exemple par notre modeste formation, pourra amener la Russie et le reste du continent à joindre leurs efforts et à ne faire plus qu’un. D’ailleurs c’est officiellement la ligne défendue par Medvedev et Poutine, quoi qu’on puisse penser de leur sincérité à ce sujet, continuant ainsi la démarche en vue d’une « maison commune européenne ». C’est l’Europe qui est le véritable remède de la Russie, tout comme la Russie constitue un remède pour le reste de l’Europe.

La Russie abandonnera vis-à-vis de l’Europe politique sa real-politik quand l’Union Européenne la découvrira enfin. Car si l’Europe doit en interne s’en abstenir, elle doit en revanche vis-à-vis de l’extérieur s’assumer à nouveau. Dmitri Rogozine a rappelé récemment que la ligne stratégique des Etats-Unis en Europe se résumait à « les Etats-Unis en son sein, la Russie en dehors, l’Allemagne à genoux ». Et les vrais européistes de répondre désormais, « les Etats-Unis en dehors, la Russie en son sein, et l’Europe (enfin) debout ». En effet, russophobie, germanophobie et europhobie servent de fait les intérêts américains, et si certains nationalistes russes font leur jeu, c’est aussi le cas des nationalistes et souverainistes français.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

11/12/2011

Présidentielles 2012: une multitude de candidats

sarkozy,hollande,le pen,villepin,morin,bayrou,poutou,lang,chevènement,boutin,lepage,arthaud,mélenchon,joly,dupont-aignan,asselineau,stoquerIl n’y a rien de mieux pour créer des enjeux artificiels qu’une élection présidentielle française. A l’origine, création du général De Gaulle pour lui-même, et surtout pour se libérer de la tutelle de l’assemblée et du sénat, héritiers de la quatrième république, cette élection a changé de sens avec l’instauration du quinquennat, créant un régime présidentiel. Cette simple constatation attise les appétits des dirigeants des nombreuses structures politiques, grands partis mais aussi petites formations spécifiques. En fait, avec l’élection de Nicolas Sarkozy, beaucoup d’électeurs ont compris que les annonces présidentielles n’avaient aucune prise sur le réel.

Avec la mondialisation économique, avec les traités et conventions internationaux, avec les règles de l’Union Européenne, avec un droit constitutionnel devenu de plus en plus démophobe, et dont le conseil constitutionnel est désormais un gardien sourcilleux, ce qu’il n’était pas du temps de De Gaulle, enfin avec le poids de plus en plus important des media et des lobbies communautaires, le pouvoir réel d’un président de la république française est nul. C’est ce que Sarkozy a pu constater, et on le voit déçu par une fonction dont il attendait beaucoup mais qui ne correspond pas du tout à l’image qu’il avait pu en avoir.

Légitimer une élection en s’y présentant alors qu’on sait que le véritable pouvoir n’en provient plus, c’est mentir au peuple, c’est lui faire croire qu’on peut lui proposer des solutions pour résoudre ses problèmes alors qu’on sait pertinemment ne pas pouvoir, une fois élu, les mettre en œuvre. Sarkozy a suscité beaucoup d’espoir et le rejet dont il est l’objet est à la hauteur de ces espoirs déçus. Mais ses adversaires auraient ils pu faire mieux ? Le PS, qui n’a pas moins démissionné que l’UMP face à la réalité du pouvoir, sait au moins détourner l’attention vers des mesures démagogiques destinées à une petite partie de la population. Il a renoncé au socialisme au profit du libéralisme économique mais donne l’illusion d’être encore une formation « progressiste » en cédant à la mode sociétale gauchiste qui plaît tant à une partie de la bourgeoisie.

Désormais, la liste des candidats aux élections présidentielles ne cesse de s’accroître. Si Borloo a jeté l’éponge, c’est aussi le cas du candidat du Bloc Identitaire qui a avec raison renoncé, son objectif étant de faire connaître sa formation politique et non de réellement se présenter. La « gauche » est pour le moment la plus raisonnable, avec deux candidats de l’extrême-gauche (Arthaud et Poutou), inconnus du grand public à la différence de leurs prédécesseurs (Laguiller et Besancenot), qui arriveront réunis, péniblement, à 1% des voix, un candidat rassemblant les communistes et l’aile la plus à gauche du PS (Jean-Luc Mélenchon), une candidate écologiste de « gauche » (Eva Joly) et le candidat du PS (François Hollande). A cette liste se rajoute le souverainiste de « gauche » Jean-Pierre Chevènement. Ces six candidats de gauche, mais dont on peut penser qu’ils ne seront que cinq réellement candidats, car l’annonce de Chevènement apparaît pour le moment comme un moyen de pression sur Hollande, s’opposent à de nombreux candidats de droite.

On s’attendait au renoncement de Dominique de Villepin et celui-ci se porte finalement candidat aujourd’hui, tout comme François Bayrou, dont la candidature était prévisible, et même Hervé Morin entend se présenter, sans oublier l’écologiste du centre Corinne Lepage. La droite conservatrice et/ou souverainiste propose elle aussi plusieurs candidats – Nicolas Stoquer pour le RPF, François Asselineau pour l’UPR (qui souhaite que la France quitte l’Union Européenne), Nicolas Dupont-Aignan pour DLR, Christine Boutin pour le PCD (chrétien-démocrate) et Frédéric Nihous pour CPNT (chasseurs). Nicolas Sarkozy est donc confronté à une multiplicité de candidatures gênantes, même si leur nocivité est limitée par leur extrême marginalité politique, à l’exception de Bayrou, dont le plus récent sondage annonce un score, sans doute très surévalué, de 13%. Enfin, l’extrême-droite présentera deux candidats, à savoir Marine Le Pen pour le FN et Carl Lang pour l’UDN (« Union de la droite nationale », coalition nationaliste hétéroclite fondée sur un commun rejet de la personne de Marine Le Pen).

La règle mise en place par Valéry Giscard d’Estaing exigeant pour un candidat aux élections présidentielles de réunir 500 signatures/parrainages d’élus a ainsi tout son sens. En effet, être candidat devient une mode, alors même que l’on n’a rien à dire, une façon d’exister alors qu’on est ignoré tout le reste du temps. Ce n’est pas respectueux des électeurs, ce n’est pas non plus respectueux des institutions. Qui plus est l’élection est jouée d’avance, entre deux ou trois candidats, le candidat du FN servant à faire élire son adversaire s’il parvient au second tour. Les chances de Bayrou toutefois paraissent minces et il est peu probable même qu’il réalise un aussi bon score qu’en 2007. En outre, ces élections présidentielles mettent en avant le principe fort peu républicain de l’homme providentiel, ce qui amène certains candidats à se présenter avec une grande régularité tous les cinq ans. Jean-Marie Le Pen a ainsi été candidat à cinq reprises (six si on compte son échec à obtenir les 500 signatures en 1981) et Arlette Laguiller à six reprises. Ce sera enfin la quatrième candidature de François Bayrou.

Je tiens à le préciser, mais vous l'avez deviné, je ne serai pas candidat aux élections présidentielles. Je laisse à d'autres le soin de s'y ridiculiser, en la présence la grande majorité des candidats que je viens brièvement de présenter. Ma position pour le premier tour des élections présidentielles sera donc, je l'annonce dès maintenant, le vote blanc. Quant au second tour, nous verrons bien qui aura présenté le programme le moins nocif des deux finalistes, car nous n'attendons du résultat de ces élections aucune bonne nouvelle.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

Brèves européennes… (10)

FR-Europa.jpgUNION EUROPEENNE

Enfin un accord… Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et vingt et un autres chefs d’état et/ou de gouvernement sont parvenus à un accord afin de mettre en place une politique économique européenne commune fondée sur l’application de la rigueur budgétaire et de la lutte contre les déficits. Ils espèrent ainsi mettre fin à la déstabilisation des marchés, suite aux conséquences de la crise de la dette grecque. Suite à la décision de David Cameron d’opposer son veto à la mise en place d’un nouveau traité permettant d’appliquer cet accord, Sarkozy et Merkel ont été contraints de proposer un traité limité aux dix-sept membres de la zone euro, et d’en exclure ainsi les pays n’ayant pas adopté la monnaie unique. Ainsi écartés, la pression sur les gouvernements de ces pays fut telle que leurs dirigeants demandèrent à rejoindre les états signataires, même le Danemark, qui avait jadis refusé l’€ et bénéficié d’une clause dérogatoire. Enfin, on apprenait en fin de soirée que la Hongrie, la Suède et la Tchéquie avaient annoncé leur volonté de rejoindre les signataires, mais ont choisi d’obtenir la confiance de leur parlement national avant d’officialiser leur décision.

Ainsi, le Royaume-Uni de David Cameron s’est-il de fait exclu de lui-même des décisions. En posant à ses partenaires des conditions inacceptables, il a isolé son pays au sein du continent et a obligé Sarkozy et Merkel à oser l’impensable, ne pas céder aux pressions britanniques. Cameron a voulu s’éviter un désaveu national en présentant un projet d’esprit fédéral aux parlementaires britanniques, mais surtout éviter tout conflit interne au sein des Tories. Les libéraux-démocrates faisant partie de sa coalition, et depuis ayant considérablement régressé dans les sondages, ne peuvent pas protester, sinon ils prennent le risque de faire chuter le gouvernement de coalition et provoquer ainsi de nouvelles élections dont ils seraient les grands perdants. Les souverainistes les plus durs quant à eux ont été entendus, ce qui devrait limiter toute progression du mouvement UKip et éviter un débordement par la droite.

ROYAUME UNI

David Cameron s’est présenté comme celui qui voulait défendre avant tout les intérêts britanniques, selon un postulat souverainiste des plus classiques, sans se demander de quels britanniques il voulait défendre les intérêts, mais aussi si l’Union Européenne pouvait elle aussi préserver les dits intérêts. Et c’est là que le bât blesse. La presse explique ainsi que Cameron a voulu défendre les intérêts de la City, mais la City n’est pas le peuple anglais, ni la nation britannique. Ce n’est que l’expression financière de l’hyper-classe mondialiste, dans un pays qui a renoncé à son industrie et saboté son service public à la seule fin de plaire à une caste d’oligarques internationaux. Des bénéfices de la City, le peuple britannique n’en voit pas la couleur. La paupérisation de la population anglaise est une évidence, et le pays est devenu si décourageant pour son propre peuple que les retraités britanniques préfèrent s’installer en France, même si la crise actuelle limite désormais ce choix. Enfin, les récentes émeutes qui ont touché Londres et quelques autres villes ont démontré à quel point l’Angleterre a été trahie par ses dirigeants, travaillistes comme conservateurs, et que Thatcher a fait beaucoup de dégâts, tout comme le « New Labour » de Blair.

Le « Labour » a abandonné le socialisme britannique, cette idéologie qui naît avec Owen (socialism apparaît en 1831 sous sa plume) mais aussi avec la Fabian Society originelle, et dont le dernier authentique représentant au XXème siècle fut Henry Hyndman. Il a libéralisé à outrance le service public, comme le souhaitent les plus libéraux en France, et a ouvert large les portes du royaume à un prolétariat importé, ce qui avait déjà été commencé par ses prédécesseurs de « gauche » comme de droite, et avait amené un conservateur du nom de Powell à briser sa carrière politique pour avoir osé remettre en question un choix sur lequel le peuple britannique n’avait jamais été consulté. Ceci explique pourquoi les ouvriers britanniques, désespérés, sont contraints de tourner le dos à la « gauche » et se tourner vers les nationalistes qui, à l’instar de la version française, ne les défendent pas davantage, mais profitent de leur désarroi. C’est quand la gauche n’est plus de « gauche » que le peuple se tourne vers la droite nationaliste.

Le socialisme européen est la réponse véritable aux angoisses qui assaillent le peuple britannique et aux maux qui rongent leur société et les démunissent face à la mondialisation économique et migratoire. C’est par son exemple que le socialisme anglais renaîtra de ses cendres, et à ses côtés un socialisme gallois et un socialisme écossais. Cameron comme Blair ne servent pas les intérêts du peuple, de même que Sarkozy et Merkel font in extremis un pas fédéral, contraint forcé, parce qu’il y a des élections en 2012 et 2013 dans lesquelles ils jouent leur avenir, et n’auraient aucune chance d’être réélus si le chaos financier engloutissait la vieille Europe.

Le peuple britannique ne doit pas se réfugier dans un nationalisme sourcilleux, dans un souverainisme europhobe, car cela sert les intérêts de ceux qui les ont trahis. Ils vous ont convaincu, citoyens anglais, écossais et gallois, que l’€ était un danger, que la souveraineté britannique était un joyau qu’il faut préserver, alors que ce dit joyau, ils l’ont vendu depuis longtemps au monde entier. Ceux qui ont le mot « souveraineté » plein la bouche, ce sont ceux qui servent une politique atlantiste de soumission aux Etats-Unis et une politique mondialiste en matière économique au service des oligarques internationaux mais certainement pas du peuple. A la souveraineté de papier du Royaume-Uni d’aujourd’hui, il faut lui opposer une souveraineté d’acier, celle dont l’Europe demain pourra bénéficier.

L’entité politique qui défendra et protégera les travailleurs britanniques, les travailleurs européens, au Royaume-Uni, c’est l’Europe ! Vos élites vous ont fait croire qu’il fallait tourner le dos à l’€ et à l’UE. Ils vous ont mentis. Mais il est vrai que l’UE actuelle ne servirait pas plus vos intérêts. C’est la république européenne, et elle seule, qui vous permettra de résoudre réellement vos problèmes.

SERBIE

Alors que les 27 dirigeants ont officialisé l’acceptation de la Croatie en leur sein, qui devrait avoir lieu, si le référendum en ce sens confirme la décision d’adhésion, à la mi-2013, le processus d’adhésion d’avec la Serbie a été repoussé à février 2012, en l’attente d’une amélioration des relations entre la Serbie et le Kosovo. En avril 2005, quand des dirigeants irresponsables ont entamé le processus d’avec la Turquie, ils n’ont pas mis de conditions, ni par rapport à la question kurde, ni par rapport au sujet arménien. Et la Turquie n’est pas vraiment un pays européen, et à nos yeux pas du tout même. La Serbie a fait des efforts considérables pour pouvoir rejoindre l’UE. Sa demande en tant qu’authentique pays européen est légitime et par ailleurs il faut soutenir le gouvernement de Boris Tadic. Repousser dans le temps l’acceptation de ce pays, c’est faire le jeu des europhobes serbes (du Parti Radical Serbe [SRS]), fragiliser le gouvernement en place, et ne rien résoudre quant au problème kosovar.

Le PSUNE apporte son soutien plein et entier à Boris Tadic, qui œuvre patiemment pour que son pays rejoigne l’Europe politique, même si l’UE actuelle n’est en aucun cas la panacée. Symboliquement, il est important que la Serbie soit à nos côtés et serve de pont de l’amitié avec la Russie. Osons le dire à haute voix : « Serbie oui, Turquie non ! ».

RUSSIE

Suite aux résultats annoncés en Russie, selon lesquels le parti Russie Unie aurait obtenu 49,34%, soit près de quinze points de moins qu’en 2007, des manifestations plus ou moins spontanées ont eu lieu dans plusieurs grandes villes du pays. Les accusations de fraude massive, certaines organisations parlant d’un score de Russie Unie surévalué de dix à vingt points, en sont la source. Certains affirment (comme l’Observateur Citoyen) que Russie Unie n’aurait obtenu en réalité que 29,8% des voix, les communistes du KPRF 22,6%, le LDPR nationaliste 14%, Russie Juste 21% et Yabloko 8,3%.

Il est bien évident que dans un grand pays comme la Russie, qui ne découvre la démocratie que depuis le début des années 90, et qui a connu une période effroyable d’effondrement économique durant l’ère Eltsine, les fraudes existent. Elles sont certes moins hypocrites qu’en France où la fraude consiste en fait à une manipulation médiatique, comme on l’a constaté dans l’entre deux-tours de l’élection présidentielle de 2002, quoi qu’on puisse penser du challenger face au président sortant. Mais même si beaucoup de russes n’ont pas apprécié le roque entre Poutine et Medvedev, ils reconnaissent que cette décennie leur a permis de retrouver leur fierté et d’arpenter à nouveau le chemin vers une relative prospérité, même si le chemin est encore long. L’oligarchie russe est certes détestable, comme elle l’est en version anglaise à Londres ou en version française à Paris, où elle n’y est pas moins arrogante. Et là encore, les européens de l’ouest n’ont aucune leçon à donner.

Poutine et Medvedev sont-ils moins dignes que Sarkozy et Merkel ? Certainement pas. Maintenant, ce duo est celui de la situation de la Russie d’aujourd’hui. Les russes ont pu constater les méfaits du libéralisme économique et donc se méfient pour beaucoup du libéralisme politique, de cette croyance dans une prétendue démocratie sous prétexte que le compte des voix est honnête. Les images de la télévision russe quant aux évènements de nos banlieues en 2005 ont montré ce qu’il fallait penser du « modèle » français. Certes Poutine n’est en aucune manière la panacée, loin de là, mais qu’y a-t-il en face de lui. L’éternel (national-)communiste Ziouganov, candidat depuis maintenant près de deux décennies, tout comme le provocateur ex-« rouge-brun » Jirinovski, dont la seule raison d’être est d’empêcher l’émergence d’une droite radicale contestataire ? Il y eut jadis Lebed, qui aurait pu proposer une autre voie à la Russie, et demain peut-être Rogozine. Mais pour le moment, Poutine est là.

Mais l’avenir de la Russie ne passe pas par un pouvoir national, certainement pas autoritaire, mais bien par l’adhésion à la République Européenne qu’il faut fonder et dans laquelle le peuple russe a naturellement toute sa place. Quand on voit ce qu’est actuellement l’Union Européenne, il est toutefois difficile de proposer aux russes de nous rejoindre. Mais leur avenir est là. Et certainement pas en remplaçant Poutine par un Eltsine plus jeune, qui aura à cœur d’autres intérêts que ceux du peuple. Car ne soyons pas dupes des manœuvres américaines derrière cette contestation. De même qu’il ne faut pas s’imaginer que c’est le fruit du hasard si les agences de notation ménagent les USA, qui sont dans le rouge en matière de dette souveraine, alors qu’ils s’acharnent sur l’Europe.

05/12/2011

Résultats définitifs des élections en Europe du 04/12/2011

CROATIE

Bien que les pourcentages nationaux ne soient pas connus, nous connaissons le nombre de sièges attribué à chaque parti. La coalition de centre-gauche Kurukiku obtient 80 sièges. Dans les circonscriptions où elle était présente, elle domine très largement son adversaire de droite. Le HDZ est en effet le grand perdant du scrutin, conformément aux sondages, avec seulement 47 sièges. Le HDSSB, autre mouvement de centre-droit, obtient six sièges, alors que le Parti du Travail, de gauche, obtient lui aussi six sièges. La liste indépendante d’Ivan Grubisic obtient deux sièges. Le HSS, ou parti paysan, n’obtient qu’un seul siège.

La droite nationaliste a obtenu deux sièges, mais il y a eu manifestement confusion entre le Parti du Droit (HSP) et le Parti du Droit Dr. Ante Starkevic/Parti Pur du Droit (HSP/HCSP), un seul siège étant attribué à l’un ou à l’autre selon les sites. En réalité, le HSP traditionnel, allié du FN français, a obtenu son seul siège dans la circonscription réservée à la diaspora croate (XI), avec 10.1% des voix. Le HSP/HCSP a en revanche obtenu son premier siège dans la circonscription X avec un score de 6%. Ces résultats sont disponibles sur le site officiel des élections croates. Ce score indique clairement un terreau souverainiste/eurosceptique, certes limité mais qui a progressé alors que la perspective d’adhésion s’annonce, celle-ci devant avoir lieu en juillet 2012, sous réserve.

Addendum:

Les résultats définitifs des élections, enfin publiées, indiquent que malgré son score de plus de 10% dans la XIème circonscription, celui-ci est insuffisant pour avoir un élu. Le HSP est donc privé de tout député. 

Ayant procédé au calcul des pourcentages obtenus au niveau national, le Kukuriku (gauche) a obtenu près de 41,5% des voix, alors que le HDZ (droite) n'a obtenu que 23,1% des voix, ce qui constitue une sévère défaite. Le Parti du Droit (HSP) obtient 3,1% des voix environ, alors que le Parti du Droit dr. Ante Starkevic / Parti Pur du Droit (HCSP) obtient 2,8% des voix environ. Les Travaillistes obtiennent 5,2% environ. Le HDSSB, présent dans seulement deux circonscriptions, a obtenu 2,9% au niveau national. Enfin le HSP "Autochtone" a obtenu 0,24% des voix.

RUSSIE

Les résultats définitifs des élections russes étant parvenus en fin de soirée, les voilà désormais disponibles. Russie Unie obtient 238 sièges soit la majorité absolue, mais avec 49,34% (je précise que l’AFP annonce 49,54%, score correspondant à 94% du dépouillement), soit une perte de plus de quatorze points. Russie Juste, parti issu de Rodina, et positionné au centre-gauche, a obtenu 13,24% et 64 sièges. Le LDPR (parti libéral-démocrate russe) de Vladimir Jirinovski a obtenu 11,67%, ce qui est un excellent score pour le parti, son meilleur depuis les 23% obtenus en 1993. Le KPRF (communiste) avec 19,19% des voix et 92 sièges reste le second parti du pays, et progresse nettement. Certes il n’atteint pas son objectif de 20% des voix, et dénonce d’ailleurs de nombreuses irrégularités dans le scrutin, irrégularités dont il aurait été spécialement victime. Son leader, Guennadi Ziouganov, dirigeant du parti depuis sa fondation au début des années 90, en sort renforcé. Le parti de droite libérale Yabloko, « Pomme », n’obtient que 3,42% des suffrages, ce qui constitue un nouvel échec. Le mouvement nationaliste de gauche Patriotes de Russie avec 0,97% des voix ne parvient pas à récupérer l’ancien électorat de Rodina et subit aussi la concurrence du LDPR qui a mené une campagne très nationaliste, le ralliement de Dmitri Rogozine au parti poutinien et les consignes d’abstention lancées par la droite nationaliste radicale « Les Russes ».

SLOVENIE

Contrairement à ce qui était annoncé par les sondages, et à ma première analyse, la droite slovène a échoué. En effet, si les Sociaux-Démocrates (SD) sortants sont sévèrement sanctionnés par les électeurs avec 10,5% des voix et 10 sièges (contre 29 sièges aux élections précédentes), c’est le mouvement « Slovénie Positive » de Zoran Jarkovic qui est le grand vainqueur avec 28,53% des voix et 28 sièges. Ce parti n’est pas de centre-droit mais en fait de centre-gauche, prêt à s’allier par ailleurs avec les sociaux-démocrates battus. Le Parti Démocrate Slovène (SDS), c'est-à-dire la droite, avec 26,24% et 26 sièges, alors que les sondages lui en promettaient 31%. La liste indépendante de Grigor Virant avec 8,41% des voix et 8 sièges a également créé la surprise. Ces résultats témoignent de l’extrême méfiance des électeurs quant aux deux principaux partis. Des figures nouvelles peuvent ainsi émerger. Le parti de défense des retraités (DeSUS) obtient 6,99% des voix et 6 sièges, de même que le Parti Populaire Slovène (SLS) avec 6,89% des voix et le même nombre de sièges. Le parti chrétien KLS « Nova Slovenija » avec 4,8% des voix et 4 sièges complète l’ensemble. Le Parti National Slovène (SNS) avec 1,8% des voix et 0 député connaît un sérieux revers. Il avait réalisé 5% des voix et 5 sièges précédemment.

20:24 Publié dans Analyses, Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hsp, hcsp, poutine, medvedev, ziouganov, jirinovski, kurukuku, jarkovic | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/12/2011

Brèves européennes… (9)

Ce dimanche, l’Europe connaissait trois élections législatives, en Russie, en Croatie et en Slovénie. En attendant les résultats définitifs ce soir ou demain matin, je vous propose ici un résumé de la situation.

SLOVENIE

Selon des résultats partiels, à 65% environ du dépouillement, la liste de centre-droit de Zoran Jankovic intitulée Pozitivna Slovenija remporterait 28,69% des suffrages, devant la liste du Parti Démocrate Slovène (SDS) qui obtiendrait 26,16% des voix. Le grand perdant de ces élections est la liste des Sociaux Démocrates (SD), qui avec 10,54% des voix, connaît un effondrement spectaculaire, annoncé par ailleurs par les sondages depuis plusieurs semaines. Ils payent là les problèmes économiques dus à la crise des dettes souveraines mais aussi des affaires de corruption. La Liste Civique de Gregor Virant (centre-droit, DLGV) obtient un résultat honorable de 8,42%. Le Parti Démocrate des Retraités de Slovénie (DeSUS) obtient 6,95% des voix. Enfin, le Parti Populaire Slovène (démocrate-chrétien) obtient 6,86% des voix alors que le Parti du Peuple Chrétien obtient 4,76% des voix. En nombre de sièges, le centre-droit est largement majoritaire, les sociaux-démocrates n’obtenant que dix sièges.

Autre vaincu de ce scrutin, le Parti National Slovène (SNS), représentant la droite nationaliste et eurosceptique, qui n’obtient que 1,79% des voix (contre 5,4% en 2008), perd ses cinq sièges et est désormais exclu du parlement.

La chute de la maison socialiste est très impressionnante, puisqu’elle passe en quatre ans de 30,45% et 29 sièges à 10,23% et 10 sièges. Le vainqueur est quant à lui une formation nouvelle, Slovénie Positive, qui n’était pas représentée en 2008, mais obtient désormais 29 sièges en 2011.

CROATIE

Selon les prévisions électorales, à ce stade du dépouillement, mais en l’absence d’informations précises quant au pourcentage obtenu par les différentes formations politiques, se limitant à attribuer 44,5% des voix au centre-gauche et 22,1% des voix au centre-droit représenté par le HDZ, les résultats partiels attribuent 82 sièges à la coalition Kukuriku, 40 sièges au HDZ , 6 sièges aux travaillistes, 6 sièges également au HDSSB (Alliance démocrate croate de Slavonie et Baronja, un mouvement nationaliste), 2 sièges au Parti Paysan Croate (HSS), 2 sièges à la liste d’Ivan Grusilic, et un siège à la droite nationaliste HSP (Parti du Droit), élu par la diaspora, alors que la coalition formée de la liste HSP « Ante Starkevic »/HCSP (Parti du Droit du docteur Ante Starkevic + Parti Pur du Droit), a fortement progressé mais échoue à entrer au parlement.

Au niveau des résultats partiels, dans les onze circonscriptions croates, la progression de la droite nationaliste est impressionnante si on cumule les scores du HSP traditionnel et de la coalition HSP/HCSP dissidente. Région I : 5,97% (HSP 3,11% + HSP/HCSP 2,86%). Région II : 3,88% (HSP 2,4% + HSP/HCSP 1,48%). Région III : 1,8% (1,28 + 0,52). Région IV : 6,66% (5,36 + 1,3). Région V : 7,63% (4,06 + 3,57). Région VI : 5,79% (3,38 + 2,41). Région VII : 6,39% (3,56 + 2,83). Région VIII : 2,64% (1,54 + 1,1). Région IX : 7,17% (3,59 + 3,58). Région X : 8,18% (5,33 + 2,85). Région XI – diaspora : 12,34% (7,81 + 4,53). Alors que la Croatie devrait rejoindre l’Union Européenne en juillet 2012, ces scores, affaiblis par la division des deux partis, indiquent un seuil d’euroscepticisme assez significatif.

RUSSIE

A environ 30% du dépouillement des bulletins des électeurs russes, Russie Unie, le parti de Poutine et Medvedev, aurait obtenu 47,34% des voix, soit un recul de près de seize points par rapport aux résultats de 2007. Le KPRF (communiste) aurait réussi son pari en dépassant les 20% des voix (20,7%), alors que le Parti libéral-démocrate (LPDR) de Jirinovski avec 14,43% des voix deviendrait le second parti du pays et obtiendrait son second meilleur score depuis 1993 (où il avait obtenu 23% des voix et inquiété à l’époque les gouvernements occidentaux quant à l’évolution de la Russie vers le fascisme). Le mouvement Russie Juste, ex-Rodina, aurait obtenu 13,3% des voix. Ces scores, s’ils se confirmaient, indiqueraient une sanction électorale pour le duo dirigeant le pays et pour leur parti, et ce malgré une campagne dynamique mais aussi par l’exercice d’un certain nombre de pressions sur les électeurs. Ce résultat est néanmoins une bonne nouvelle pour la démocratie et prouve que le gouvernement russe respecte globalement la volonté des électeurs. Ce n’est pas la Biélorussie.

Ils jettent le masque !

bandeaubillets2 - eisn.png

443-32.jpgOn savait toute la classe politique française europhobe, certains partis l’étant malgré tout moins que d’autres. Les récents développements de la crise de l’Euro ont eu le mérite de clarifier les positions de chacun.

La réponse à la crise que tentent de proposer Angela Merkel et Nicolas Sarkozy est bien expliquée par l’économiste Marc Fiorentino. Si ces dirigeants sont suivis dans leurs pays respectifs, on s’orienterait vers une petite zone Euro dure à six pays, ceux qui disposent encore du triple A. Des pays comme l’Italie et l’Espagne s’y rattacheront, s’ils parviennent à surmonter leurs difficultés, ce qu’ils essaieront certainement de faire. L’alternative, qui n’en est pas vraiment une, serait de quitter l’Euro. Ce qui pourrait aussi menacer la France.

Le compromis présenté par les dirigeants français et allemand repose sur deux contraintes. D’une part celle, avancée par la France, de mutualiser autant qu’il est possible les moyens de défense entre pays européens. D’autre celle, imposée par l’Allemagne, d’éviter que des mesures de protection se traduisent par la reproduction des erreurs du passé, par un laxisme laissant filer la dette. Autrement dit, les Allemands ne veulent en aucun cas donner de prime aux mauvais élèves ; il est facile de les comprendre.

Il faut parler de la proposition de Merkel et Sarkozy avec beaucoup de prudence. Les prochaines élections en France lui laissent peu de chances. Cela dit, si elle était vraiment mise en place, elle ne serait pas si monstrueuse. On remplacerait la gouvernance technocratique de Bruxelles par des accords intergouvernementaux contraignants.

Evidemment cela n’aurait de comparable avec la solution préconisée par le PSUNE, ni sur le plan du contrôle démocratique par une assemblée nationale élue directement par les citoyens --- comme serait celle de la République européenne --- ni sur le plan de l’efficacité --- car le compromis cité ignore provisoirement deux grands pays, sans y ajouter qu’il se prive de l’apport de la Russie. Mais ce ne serait pas moins démocratique que le cadre de l’actuelle Union, surtout du côté allemand où le Bundestag conserve le contrôle des événements.

Il est inutile de se voiler le visage. La proposition consiste à créer un club piloté par l’Allemagne. Que l’on constate des réactions germanophobes n’est pas très étonnant a priori. Cependant, si l’on creuse un peu, on s’aperçoit que la réaction à la proposition mentionnée ne fait que révéler une germanophobie, qui est en réalité une europhobie, dont l’origine est beaucoup plus profonde.

La réaction la plus significative a été celle de Jean-Marie Le Guen, qui, comme on le sait, a comparé la journée de Nicolas Sarkozy face à Angela Merkel et Mario Monti à « Daladier à Munich », qui a même persisté et signé. Or Le Guen n’est pas un socialiste extrémiste. C’est toujours un soutien de Dominique Strauss-Kahn.

Si comparer Madame Merkel à Hitler a soulevé l’indignation, pour être qualifié de « dérapage », on n’a pas analysé, pour autant, la saillie de Monsieur Le Guen. Car l’image du nazisme et de l’holocauste n’y a pas sa place. Comment faut-il voir les rapports entre la France et l’Allemagne aujourd’hui ?

D’abord l’Allemagne n’a surtout pas intérêt à affaiblir la France, pas plus d’ailleurs que ses autres voisins européens. L’Union et l’Euro ont été une formidable chance pour elle et elle a tout avantage à ce que cela dure. Par ailleurs, ce n’est pas parce qu’elle lutte sérieusement contre ses déficits, qu’elle gère mieux des services publics moins dispendieux, qu’elle écrase moins ses entreprises sous la fiscalité, qu’elle utilise mieux la formation en alternance, qu’elle possède des syndicats défendant réellement les travailleurs, que les socialistes y ont été plus intelligents, qu’elle est moins laxiste en matière d’immigration, qu’en conséquence son taux de chômage est beaucoup plus bas … qu’elle ne connaît pas de problèmes. Son endettement est considérable et ne tient que parce que sa parole a plus de valeur que celle de ses voisins. Elle s’appuie aussi sur de nombreux travailleurs pauvres.

Et elle est aussi capable de n’importe quoi. Renoncer à l’énergie nucléaire pour ressortir le charbon et accroître sa dépendance vis-à-vis du gaz russe est peut-être le tournant qui amorce son déclin. D’ailleurs on ne comprend pas comment les Grünen et nos Verts, qui se prétendent écologistes et mondialistes, ont pu y pousser. L’Allemagne va accroître ses émissions de carbone, contribuant au réchauffement climatique. Elle sacrifie les pays du sud au confort de ses propres habitants, ce qui nous renvoie à une forme de suprématisme colonialiste. En même temps, elle ferait mieux, pour assurer la sécurité de ses habitants d’aider les pays nucléarisés à risque, comme ceux de l’Europe de l’Est, à sécuriser leurs centrales ; voire d’aider l’Italie, qui est sur une zone sismique ; voire d’accepter d’augmenter le nombre de centrales sur son sol ; en tout cas, pour son approvisionnement en énergie, d’aider la France à conserver son parc nucléaire.

Ensuite, comme l’a dit Fiorentino, la France ne cherche pas à se calquer sur l’Allemagne, mais sur le meilleur élève de la classe. Ou tout au moins sur le moins mauvais pour le moment. Et puis, est-il si mauvais d’accepter des leçons des autres. Longtemps la Tchécoslovaquie a été une annexe économique de l’Allemagne. Aujourd’hui les voitures Audi de prestige utilisent des moteurs construits en Tchéquie.

Dans cette affaire, il faut comprendre que ce qui est bon pour l’Allemagne est bon pour l’Europe et inversement. Que, de la même façon, ce qui est bon pour la France est bon pour l’Europe et inversement. Les économies du continent sont tellement interdépendantes que les intérêts des uns et des autres se confondent.

Ainsi la germanophobie actuelle n’est-elle que l’expression d’une europhobie archaïque et fondamentale. Il n’est pas étonnant de la trouver chez Marine Le Pen, dont la formation garde la nostalgie de l’empire colonial. Il n’est pas étonnant de la trouver chez Arnaud Montebourg, qui se vante de racines africaines. La réticence du PS tout entier, et de son candidat François Hollande, à soutenir, sur le principe, l’initiative de Merkel et Sarkozy prouve que cette formation est sur la même ligne que les précédents et que le … FN. La surprise viendrait de Jean-Luc Mélenchon, qui incite pour une fois à la prudence. Peut-être est-il moins europhobe dans son cœur qu’il le laisse croire.

Cette fin de semaine, le sujet a été débattu entre Eric Zemmour et Nicolas Domenach. Le premier assume le patrimoine européen et peut-être son destin, mais il ne sait pas voir les Européens comme un peuple ; cela étant, cet eurosceptique a la critique modérée sur les derniers événements. Le second a l’Europe en permanence dans la bouche, mais il n’en assume ni le patrimoine ni le destin ; sa critique est celle d’un mondialiste, ou d’un franco-mondialiste puisqu’il voudrait qu’on commence par régler les problèmes du monde à partir de la France. Il aurait fallu un troisième interlocuteur, qui puisse dire : oui à la souveraineté populaire, oui à la démocratie, oui à la monnaie nationale, sachant que peuple, démos, nation sont pour nous synonymes d’Europe.

Peter Eisner (LBTF/PSUNE)