Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2014

Hongrie : joueur Orban joue encore !

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

orban.jpgLes élections parlementaires de ce dimanche 6 avril 2014 devaient décider de la composition de la nouvelle assemblée hongroise, après quatre ans de gouvernement de droite, mené par Viktor Orban, aux affaires. La presse annonçait une victoire indiscutable du premier ministre sortant, dont l’ampleur n’était pas en revanche très nette. Dans un contexte où le jeu se jouait à quatre partis, les autres faisant de la figuration, sans oublier les partis représentant les minorités, le suspens était limité. Néanmoins, les sondages semblent avoir surestimé le Fidesz d’Orban.

Avec 44.54% des voix, le Fidesz remporte une élection jouée d’avance, mais avec une perte de 8.2 points en quatre ans, ce qui indique une certaine lassitude des électeurs, sans remettre en cause la prépondérance du parti au pouvoir, en raison notamment d’une forte prime dévolue au vainqueur. Dans un parlement désormais à 199 places, le Fidesz dispose de 133 sièges, soit les 2/3 de l’assemblée, un résultat largement suffisant pour voter les lois d’une manière confortable, avec une majorité des plus stables.

La coalition Összefogas (Unité) autour du parti social-démocrate (MSZP) mené par Attila Mesterhazy (et Ferenc Gyurczany en n°2) réussit un score honorable avec 25.99% des voix et obtient ainsi 38 sièges dans la nouvelle assemblée. Ce score, supérieur à celui annoncé par les sondages, reste néanmoins modeste en raison notamment de plusieurs scandales financiers touchant d’anciens dirigeants du parti. Par ailleurs, si la tête de liste est nouvelle, les vieux de la vieille comme Gyurczany sont toujours présents. C’est malgré tout un échec, moins déshonorant toutefois qu’en 2010.

Le Jobbik était annoncé aux alentours de 16% dans les sondages, soit un score proche des 16.67% obtenus en 2010. Par un recentrage tactique, qui aurait pu décontenancer certains électeurs, le Jobbik réussit un score en nette progression, avec 20.54% des voix (+ 3.87), bénéficiant du vote de déçus du Fidesz ou de gens choqués par les scandales, et disposera de 23 sièges.

Loin derrière, la liste libérale et démocrate LMP obtient 5.26% des voix et 5 sièges. C’est un score inespéré dans le contexte électoral actuel. Le LMP sera la dernière formation à entrer au parlement.

C’est un échec pour le Munkaspart (Parti des Travailleurs), néanmoins en progression, avec 0.58% des voix, devant une liste centriste (KTI, 0.22% des voix), la liste autour de Maria Seres (0.45%) ou encore le Parti des Verts (Zöldek Partja) avec 0.37% des voix. Enfin, les listes représentant les minorités (tziganes et roms, allemands, slaves, arméniens, grecs…) ont obtenu en tout environ 0,6% des voix et ne disposeront d’aucune représentation.

Malgré un mode de scrutin très favorable, le Fidesz recule dans l’opinion, une érosion logique car Orban s’use au pouvoir, même s’il reste extrêmement populaire. Il n’a pas réussi à marginaliser le Jobbik qui reste la 3ème force, même s’il n’a pas réussi à passer devant la gauche. Le repositionnement de ce parti, jugé néanmoins trop radical aux yeux de l’extrême-droite occidentale pour se coaliser avec elle à l’issue des élections européennes, semble avoir payé. La gauche, qui tend à imiter ses partis frères de l’ouest, peine à s’imposer alors que le conservatisme à coloration chrétienne de Orban résiste.

La seule surprise est donc ce recul modéré du Fidesz accompagné d’une progression mesurée de l’extrême-droite. Rien ne change vraiment. Sans refondation, on voit mal la gauche en 2018 triompher.

Thomas FERRIER (LBTF/PSUNE)

17/03/2014

Analyse des élections parlementaires serbes de mars 2014

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

made-in-serbia-logo-eagle.jpgLes résultats quasi définitifs des élections serbes qui se déroulaient ce dimanche sont désormais connus et ils sont riches d’enseignements. Avec 48,34% des voix, Aleksandar Vušič a presque réussi son parti, atteindre les 50% des suffrages. Le parti de Tomislav Nikolic, le SNS, est donc le grand vainqueur de ce scrutin, rafflant 158 sièges, ce qui lui permet de bénéficier d’une majorité absolue au parlement. En 2012, il n’avait obtenu que 24,05% et double donc son score. La stratégie hybride, mi-nationaliste, mi-européiste, du président en exercice et de son premier ministre, a payé. Il a su vider de son électorat les deux frères ennemis, le Parti Démocrate de Boris Tadic et le Parti Radical Serbe de Seselj.

Divisé en deux camps rivaux, le camp démocratique a subi un échec retentissant. La liste du Nouveau Parti Démocrate de Tadic n’obtient que 5,71% des voix et 18 sièges. Son rival, le Parti Démocrate (officiel) n’obtient guère mieux avec 6,04% des voix et 19 sièges. Leur division a été mortifère puisque le DS originel avait obtenu 22,07% des voix en 2012. De nombreux électeurs pro-européens, qui votaient Tadic,ont préféré soutenir le gouvernement en place. On peut désormais considérer la carrière de l’ancien président Tadic comme derrière lui. Les « Démocrates » doivent se refonder pour demain pouvoir à nouveau peser.

Associé au nouveau pouvoir, le Parti Socialiste de Serbie a rompu depuis longtemps avec l’époque Milosevic. Ivica Dasic avec 13,51% des voix et 44 sièges, encaisse bien, même s’il perd presque 1% et gagne en revanche un siège. Même si son appui n’est pas nécessaire, il est probable que le SNS de Vusic maintiendra sa coalition avec lui.

Le camp nationaliste connaît en revanche une sévère déconvenue. La descente aux affaires du SRS de Seselj continue. Son discours europhobe ne passe plus et son image est désormais marginalisée. Avec 2% (contre 4,62% en 2012), c’est une fin de règne. Le mouvement Dveri n’en profite puisqu’il n’obtient que 3,57% des voix (contre 4,34% en 2012) et échoue à s’implanter durablement dans le paysage politique. Le Front Patriotique avec 0,13% des voix échoue à les concurrencer.

Les autres partis politiques sont perdants et tombent à des niveaux vraiment très modestes. L’Union des Régions de Serbie avec 3,04% des voix est marginalisée, de même que le Parti Libéral Démocrate avec 3,35% des voix (contre 6,53% en 2012), qui perd ses quatorze députés et devient insignifiant. En revanche, les partis régionalistes ou micro-identitaires se renforcent légèrement, avec 2,11% pour les Hongrois de Voïvodine, 0,95% pour le mouvement du Sandjak, obtenant en tout 11 sièges.

Nikolic, par son image d’ancien nationaliste, agissant avec beaucoup de circonspection concernant le Kosovo, sans heurter les plus patriotes mais sans mettre en danger le processus d’adhésion de la Serbie à l’Union Européenne, a su transformer son image. Il oriente la Serbie dans le sens de la construction européenne, même si on ne sait pas encore quelle sera sa réaction suite à la stratégie russe en Crimée. Son parti est en tout cas considérablement renforcé et ses adversaires très sérieusement affaiblis. La Serbie semble avoir désormais rompu avec sa tradition d’un mouvement nationaliste à près de 25% des voix. Si Nikolic a rompu avec le SRS, au point où ce dernier voit en lui un véritable traître, les électeurs lui ont donné raison et il s’est révélé une personnalité pugnace et habile. En revanche la ligne Seselj est en train de devenir groupusculaire. Il faut dire que ce parti est « piloté » depuis le tribunal pénal international de La Haye. L’époque des Seselj, des Tudor ou des Siderov en Europe de l’Est est terminée.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

02/03/2014

Pour la paix en Ukraine et la réconciliation avec la Russie

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

Flag-Pins-Ukraine-Russia.jpgCela fait plusieurs semaines maintenant que la crise ukrainienne occupe nos écrans radar, avec son lot de suspens et de retournements. Désormais, la Russie s’apprête à lancer une intervention armée, non pour rétablir le sinistre Yanoukovitch, démonétisé de Paris à Moscou, mais pour protéger ses intérêts en Crimée et éventuellement dans les autres régions dans lesquelles les russophones sont nettement majoritaires. Une telle action unilatérale, acceptée lorsque la France souhaite intervenir en Centrafrique ou au Mali, devient inacceptable dès lors que c’est la Russie qui est à la manœuvre. Le gouvernement ukrainien provisoire, qui parle d’un casus belli et annonce mobiliser, n’est probablement pas menacé.

Cette crise présente plusieurs dimensions qu’il faut bien avoir à l’esprit lorsqu’on prétend l’analyser. Il faut se garder d’un jugement partisan de principe, pro-ukrainien ou pro-russe, car qui ne voit que la position d’un des camps ne voit rien.

Du point de vue ukrainien

D’un côté, des manifestants mobilisés, réunissant des citoyens de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, en passant par tout le spectre politique, veulent chasser un président certes élu mais qui a tout d’un autocrate, corrompu à l’extrême, et au bilan économique des plus médiocres. Sa volonté de s’aligner sur la Russie, en rompant tout rapprochement avec l’Union Européenne, a mis le feu aux poudres. Certains militants sont prêts à des actions violentes auxquelles répond une contre-offensive gouvernementale encore plus violente. Le sang coule et c’est par dizaines, peut-être par centaines, que des Ukrainiens  meurent. Il s’agit surtout de militants de Svoboda ou du « Pravyi Sektor », des nationalistes radicaux prêts à en découdre avec le pouvoir.

Même si l’Ukraine et la Russie prennent leurs racines communes dans la Rus’ de Kiev, au Xème et XIème siècles, elles ont connu de longues périodes où elles étaient séparées. Si l’ukrainien et le russe ne diffèrent guère, ce sont tout de même deux langues distinctes. Et sous les tsars et plus encore sous le régime soviétique, une russification linguistique et culturelle a été très vigoureuse. L’identité ukrainienne est celle d’un peuple meurtri, et s’apparente à la situation des Irlandais face à l’empire britannique.

Pour toutes ces raisons et pour bien d’autres, l’Ukraine est coupée en deux, entre les russophones qui se sentent indéfectiblement liés à la Russie voisine, et des ukrainophones qui tentent de se rapprocher de l’Europe occidentale et prétendent rejoindre l’Union Européenne, même si les nationalistes de Svoboda sont en vérité des souverainistes, pour marquer une rupture plus nette avec la Russie.

Mais ce nationalisme reste animé d’un esprit revanchard et la preuve en est la décision du parlement de supprimer le statut de langue officielle du russe au profit du seul ukrainien. C’est un acte d’une maladresse extrême, alors qu’il fallait au contraire rassurer les russophones dès la chute de Yanoukovitch. L’effondrement du Parti des Régions ne devait pas faire place à des vexations outrancières contre les russophones.

Du point de vue russe

Pour Vladimir Poutine, aucun doute n’est permis, les russophones d’Ukraine et les russes de Crimée sont potentiellement menacés d’une répression à leur encontre. La chute de Yanoukovitch a amené à des manifestations de soutien de nombreux Ukrainiens des régions orientales du pays en faveur d’une action russe, voire d’une sécession.

Poutine n’entend pas perdre la Crimée, qui bénéficie d’un statut particulier et qui a conservé des liens politiques et même militaires avec la Russie, abritant sur son sol de nombreux soldats russes et des navires de combat. Il a tout à gagner à une intervention armée, qui permettra de stabiliser sa frontière occidentale, d’unir par un élan patriotique le peuple russe derrière lui, faisant taire les contestations internes, et de rappeler aux occidentaux que dans son espace il entend être respecté.

L’Union Européenne a été très mal avisée de négliger la susceptibilité russe en la matière. En apportant un soutien sans discernement aux manifestants de Maïdan, dont certains expriment une russophobie explicite, au-delà de la question du départ d’un dirigeant médiocre, en laissant faire une forme de coup d’état à Kiev, sans respecter les accords mis en œuvre dans lesquels les Russes avaient été partie prenante, les occidentaux ont gravement attenté aux intérêts vitaux de la Russie. Poutine devait donc réagir et il ne pouvait le faire par des demi-mesures. Même s’il n’a pas encore donné son feu vert officiel à une intervention que son parlement soutient, maîtrisant les risques à provoquer d’une manière trop brutale les USA, il ne fait aucun doute qu’il entend se faire respecter. S’il annonce vouloir conserver l’unité de l’Ukraine, refusant ainsi de céder à toute tentative d’annexion, on sent bien se profiler une Transnistrie II, un partage non officiel de l’Ukraine en deux parties, la seconde pouvant être limitée à la Crimée ou élargie à Donetsk et même Kharkiv.

Rappelons dans le cas de la Crimée que son rattachement à la république soviétique d’Ukraine en 1954 était purement arbitraire car ne tenant pas compte du caractère massivement russe de la population de cette presque-île. Lorsque l’URSS s’est effondrée, la nouvelle Ukraine a conservé les frontières dont elle disposait sous le régime précédent. C’était une erreur qui aujourd’hui est en train d’être réparée au forceps.

Des accusations d’extrémisme qui sonnent faux

Toute crise comme celle que vit l’Ukraine apporte son lot de discours extrémistes. Mais il serait trop facile d’opposer de bons russes à des néo-nazis, ou de bons patriotes ukrainiens à des communistes. Aux  provocations extrémistes du « Pravyi Sektor » où s’affiche le portrait de Stepan Bandera, répondent les nostalgies néo-communistes, certains vieux membres de l’Armée Rouge allant jusqu’à monter la garde devant une statue de Lénine, pourtant responsable de la mort de nombreux ukrainiens… et russes. Ni le drapeau à croix gammée ni le drapeau soviétique ne devraient être brandis, ça n’a aucun sens.

russie,ukraine,réconciliation,crimée,atlantisme,europe,thomas ferrier
En fait, les extrémistes sont l’alibi que chaque camp envoie à l’autre pour justifier l’un de son éloignement de la Russie, l’autre de son action militaire. L’antifascisme promu par certains russophones sonne faux. L’anticommunisme de certains ukrainiens sonne tout autant faux. C’est la preuve d’une immaturité politique profonde de certaines franges de la population, dans un pays pauvre, miné par la crise économique, et tiraillé entre deux tendances lourdes agissant comme deux centrifugeuses.

Une Europe absente, des USA trop présents

Dans cette équation, il ne faudrait pas non plus négliger le rôle détestable des Etats-Unis, qui récupèrent à leur profit cette crise ukrainienne pour continuer leur stratégie d’endiguement de la Russie, finissant par celle de l’anaconda, de l’étranglement pur et dur. A Washington, on s’interroge déjà sur des sanctions à prendre contre Moscou. Mais la Russie n’agit pas d’une manière différente de celle des USA qui interviennent lorsque leurs intérêts sont menacés sans se préoccuper de l’opinion internationale. On peut regretter que Moscou ait choisi cette voie et on aurait pu espérer une démarche plus rassurante. Mais la Russie s’adapte à ses interlocuteurs d’en face.

Or l’Union Européenne, une fois de plus, est incapable de répondre d’une seule voix, et se montre impuissante. C’est bien sûr le cas des pantins de Bruxelles, qui n’ont que le pouvoir que les gouvernements leur accordent, c'est-à-dire aucun, mais c’est surtout celui des dirigeants même des Etats. Hollande a eu un rôle totalement marginal, Cameron et Merkel ont été dépassés. Ils ont laissé leur « allié » américain mener la dance. On se souviendra du mot d’une responsable américaine disant en privé que l’Union Européenne pouvait « aller se faire foutre ».

Tant que l’Union Européenne ne sera pas capable de se doter à sa tête d’autres personnes qu’un Barroso aujourd’hui ou un Schulz demain, elle ne sera pas prise au sérieux et n’aura son mot à dire en rien. Elle assistera démunie, si ce n’est complice, aux actions des USA sur son sol ou à ses frontières.

Seul un européisme pur et dur pourra ramener la paix

Il n’y a qu’une seule position tenable dans ce conflit, une voix de la raison à faire entendre, c’est celle de la paix et de la réconciliation en Ukraine et entre Ukrainiens et Russes. Ce n’est de l’intérêt de personne que ce pays implose, créant des séquelles pouvant mettre des décennies à être digérées. Nous devons reconnaître à la fois la pleine légitimité du peuple ukrainien dans sa volonté de chasser du pouvoir un président corrompu et celle des russophones qui expriment une inquiétude non feinte quant à leur avenir dans l’Ukraine actuelle. Il aurait été nécessaire qu’ils soient rassurés et ménagés, associés de plein pied dans la reconstruction politique du pays.

russie,ukraine,réconciliation,crimée,atlantisme,europe,thomas ferrierVouloir régler le problème ukrainien sans associer la Russie à cette démarche était non seulement illusoire mais relevait d’une faute d’analyse grave. C’est autour d’une table que les responsables du mouvement « Euromaïdan », des représentants sérieux de l’Union Européenne et des représentants de la Russie que l’avenir du pays devait se décider. Les inquiétudes russes devaient être écoutées et prises en compte. Le statut de la Crimée devait être garanti, tout comme celui de la langue russe.

L’absence d’Europe politique, l’inféodation des dirigeants des Etats européens de l’ouest ou des « dirigeants » de l’Union Européenne aux USA, tout cela est détestable. C’est malheureux de voir l’Europe, une fois de plus, manipulée et instrumentalisée afin de la maintenir divisée.

Si, comme je le pense, l’avenir de l’Europe se joue dans une convergence Union Européenne/Russie, jusqu’à la fusion qui transformerait notre continent en première puissance mondiale, alors cette division au cœur de l’Ukraine n’est pas acceptable. Et tout doit être fait pour y remédier dans les meilleurs délais et avec le moins de victimes possible. Il n’y a qu’une seule façon de décourager Poutine de mener une intervention armée, c’est de lui proposer une alternative acceptable pour lui comme pour les russophones. Mais surtout, il faut que ce soit les Européens ensemble, Russes et membres de l’UE, qui dialoguent, les USA devant être écartés de toute discussion et réduits à un rôle de spectateur extérieur.

Contrairement à ce que prétendent les souverainistes, la crise ukrainienne montre qu’une Europe divisée sera toujours une proie et l’instrument de sa propre destruction. Une démarche vraiment européiste, c’est de défendre tous les Européens, et donc de défendre et les positions ukrainiennes et les positions russes en même temps. On peut dire que cela demande un certain talent d’équilibriste, mais c’est la seule attitude responsable. C’est ainsi que nous pourrons garantir une paix sincère et durable, et ensuite une réconciliation dans l’honneur.

Si la Russie intervient en se limitant à des objectifs légitimes, la protection de la Crimée et des régions russophones, il faudra considérer cette action comme un mal, mais comme un mal nécessaire. Il faudra trouver les mots pour que cette situation temporaire trouve une résolution acceptable par tous.

Poutine a tendu la main depuis 2005 à l’Union Européenne, évoquant l’Europe « de l’Islande à l’Oural et par extension jusqu’au Pacifique ». Mais cette main, personne n’a pu et n’a su la saisir. Au contraire, la Russie a le sentiment, à tort ou à raison, que le reste de l’Europe est dans une situation de décadence bien plus avancée, qu’il est sous tutelle, et qu’il s’efforce de refouler la Russie en Asie. C’est notre faiblesse qui inquiète les Russes, non « nos » menaces pathétiques dictées par « nos » maîtres.

Face à une Europe politique unie, puissante, responsable, libre et souveraine, la Russie pourra dialoguer d’égal à égal, en toute franchise, et nous trouverons ensemble des solutions qui satisferont tous les citoyens de notre continent. Et l’Ukraine redeviendra un pont de l’amitié entre nous. Alors la Russie et le reste de l’Europe s’uniront pour forger le XXIème siècle européen, pour la paix et la prospérité, de Reykjavik à Moscou.

Je ne peux que souhaiter que les Ukrainiens et les Russes trouvent assez de ressources en eux pour sortir grandis de cette crise. Ils méritent mieux. Et je ne peux qu’inviter les dirigeants des autres pays européens à agir avec davantage de prudence à l’avenir, à respecter nos frères de l’est et à se libérer de chaînes « outre-atlantiques » de plus en plus insupportables. Malheureusement, je sais que ceux qui actuellement président à nos destinées n’en feront rien. C’est pourquoi il faudra les chasser du pouvoir, tout comme les Ukrainiens ont su chasser Yanoukovitch. Vive la Russie, vive l’Ukraine et vive l’Europe libre, bientôt libre !

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

Nota Bene: la troisième image est celle du drapeau de la Rus de Kiev, où on retrouve le rouge et or de la Macédoine antique et de la Rome républicaine.

16/02/2014

Elections européennes en France : étude du sondage Opinionway de février 2014

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

élections européennes,mai 2014,euroscepticisme,FN,PS,UMP,centre-droit,déception,euroSelon le dernier baromètre Opinionway/LCI/Le Figaro, à un peu plus de trois mois avant l’élection, l’UMP sortirait vainqueur du scrutin avec 22% des voix, contrairement à un sondage précédent d’un autre institut qui mettait le FN en première position avec 23%. Le FN serait second avec 20% des voix environ, auxquels il faudrait rajouter les 3% de voix en faveur de la liste de Debout La République animé par le non-candidat Nicolas Dupont-Aignan, pour comptabiliser le vote « souverainiste ». Néanmoins, l’UMP perdrait 5 points environ par rapport à 2009 en faveur du Front National, qui en prendrait 6 au PS, à l’extrême-gauche et surtout aux petites listes.

Le Parti Socialiste connaîtrait une sévère déconvenue avec 16% des voix, un score malgré tout proche de celui qu’il avait obtenu en 2009 (16,5%) mais c’était à l’époque où Europe-Ecologie avait obtenu dans le même temps 16,3% des voix. Il n’en obtiendrait plus que 9%, ce qui veut dire que le camp de la gauche « modérée » perdrait sept points. Le Front de Gauche, avec 9% des voix, en reprendrait 3. En revanche, le Nouveau Parti Anticapitaliste aurait 4%, score important par rapport à leur poids politique en France, mais plus faible que les 6,1% obtenus en 2009. Cela place l’extrême-gauche à 13%, ce qui n’est pas négligeable.

Connus pour leur positionnement pro-« européen » mais en version mondialiste, le Modem et l’UDI, désormais associés, obtiendraient 12% des voix (+3,5%). Cette modeste progression par rapport au score antérieur du seul Modem montre le poids réel de l’UDI et du centre-droit (3/4%) par rapport à la droite UMP (22%).

Ce sondage pose également d’autres questions qui matérialisent le désaveu de l’actuelle Union Européenne par un nombre d’électeurs croissant. Ainsi, 45% des Français se disent déçus, et 11% manifestent une nette opposition alors que 12% s’en désintéressent purement et simplement. 32% seulement semblent plus ou moins satisfaits ou espèrent une évolution davantage positive de la construction européenne. La fierté d’être membre de l’Union se limite à 5% des citoyens, ce qui est très peu. 3% sont satisfaits. On peut penser que c’est le socle de gens satisfaits aussi du président Hollande.

Sur la question de l’€, la démagogie eurosceptique et l’incapacité des dirigeants pro-« européens » à expliquer convenablement les choses aboutissent à ce que 26% des citoyens (+6) souhaitent le « retour au franc » et 20% se moquent de la disparition de l’€ sans la souhaiter pour autant. Les opposants à une sortie de l’€ ne sont plus que 53% (-9). Sortir de l’€ est une lubie qui cache un rejet idéologique de toute monnaie européenne par les dirigeants des partis nationalistes et/ou souverainistes, et qui ne repose sur des prétendues analyses économiques partiales de gens par ailleurs opposés à l’idée européenne par principe. Mais l’absence de pilotage démocratique de l’€ n’est pas pour autant durable et crédible.

Pour 22% des Français, l’appartenance de la France à l’Union Européenne est une mauvaise chose. Ce score reste constant, mais les neutres augmentent, 35% (+6) pensant que cela n’a aucun impact, ni en bien, ni en mal. Ils ne sont plus que 42% à estimer qu’il s’agit d’une bonne chose. Mais ils sont 45% à craindre que l’identité française soit menacée par la construction européenne.

Par ailleurs, une fois de plus, l’élection européenne est détournée des enjeux continentaux par les enjeux nationaux, en clair par la volonté de nombreux électeurs de sanctionner la classe politique nationale, le gouvernement et le président, dans les urnes. Si les électeurs semblent vouloir centraliser les élections municipales sur le choix d’un maire, indépendamment de son étiquette, ils souhaitent visiblement se rabattre sur l’élection suivante pour manifester leur colère. Cela pourrait amener à un FN fort, même si, pour des raisons de participation, j’en doute, comme je l’ai expliqué dans un article précédent. Mais je doute que la participation aux élections européennes soit bonne, mais dans ce cadre. Ils sont 68% à vouloir voter en fonction des questions nationales, et seulement 31% (-9) sur des questions d’enjeu européen.

La faute en est, là encore, à l’absence de campagne européenne, au fait que ce sont les partis nationaux et non les coalitions européennes qui se présentent au suffrage, qu’il y a des arrangements « entre amis » pour décider du futur président de la commission, indépendamment du résultat. Mais même si les électeurs votent national aux européennes, le gouvernement aura beau jeu de relativiser ce vote en accusant l’euroscepticisme. Pourtant, si la gauche devait être sanctionnée en mai 2014, c’est bien à cause de la politique du gouvernement et non de la médiocrité incontestable des actuels dirigeants de l’Union Européenne. Par ailleurs, Barroso pourrait être dépassé en nocivité par le « socialiste » allemand Schulz, c’est dire, si les électeurs européens n’y prennent pas garde.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

Une votation suisse identitaire mais non europhobe

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

drapeau_ue_ch1.jpgL’Union Démocratique du Centre, die Schweizerische Volkspartei (« Union du Peuple Suisse ») en allemand, un nom clairement plus significatif de l’orientation de ce mouvement dans cette langue, proposait au vote une « initiative populaire » de lutte contre « l’immigration de masse ». L’expression était relativement vague, regroupant sous un même vocable aussi bien l’immigration européenne que non-européenne. L’UDC a certainement dû choisir, pour des raisons de légalité, une terminologie relativement obscure afin de ne pas encourir le risque d’être accusé de discrimination, comme elle aurait pu l’être si elle avait ciblé par exemple « l’immigration extra-européenne ». Pour s’opposer à celle-ci, il fallait donc s’opposer aussi à l’immigration européenne.

Avec 50,3% des voix, d’extrême justesse donc, la proposition de l’UDC a été acceptée par les électeurs suisses, suscitant émotion et tollé au sein de l’Union Européenne, mais rappelant surtout à des gouvernements faisant promotion de « multiculturalisme », à l’instar du gouvernement Ayrault, l’impopularité d’une politique qu’ils imposent de fait à leurs concitoyens et sur laquelle ils se gardent bien de les interroger. Là encore, une oligarchie politico-médiatique s’arroge le monopole du bien et refuse au peuple le droit de s’exprimer sur une question cruciale. Elle refuse ce droit parce qu’elle connait déjà la réponse négative et ne veut surtout pas être contrainte d’en tenir compte. En ce sens, les Suisses ont voté pour tous les Européens.

Du fait de l’ambigüité de ce texte, les électeurs les plus concernés par l’immigration ne sont pas nécessairement ceux qui ont voté « oui ». Ce paradoxe en apparence s’explique. Dans les cantons francophones, de nombreux frontaliers français travaillent. Ils ne se distinguent pas nécessairement des citoyens suisses, ni par la langue, ni par le comportement.  Les électeurs ont donc été sensibles à leur situation. Si la proposition UDC n’a obtenu que 39,1% de oui à Genève, 38,9% dans le canton de Vaud, 39,3% dans celui de Neuchâtel, et 48,3% dans celui du Valais, ce qui représente néanmoins une opinion importante, c’est pour cette raison. Ceux qui ont voté « oui » l’ont fait pour cibler l’immigration extra-européenne.

En revanche, à l’exception de Zürich, où le oui n’a obtenu que 47,3% des voix, les cantons germanophones, moins touchés par une immigration européenne, ont voté massivement en faveur de la proposition de l’UDC, seul parti pourtant à la défendre et ce contre tous les autres. Si la capitale fédérale Berne a donné un petit 51,1% des voix, le canton d’Appenzell a donné 63,5% au oui, celui d’Obwald 59 ,1%, celui de Thurgovie 57,8%, le canton emblématique de Schwyz 63,1%, et Uri 58,2%. Les Italophones du Tessin ont fait mieux, en donnant 68,2% au oui. On retrouve la division classique ouest/est, francophone/germanophone, avec un PSS fort dans le premier camp et une UDC/SVP forte dans le second. Cela rappelle aussi la situation belge opposant Wallonie et Flandre. On peut considérer que la « France » universaliste a un effet idéologique délétère sur les francophones voisins, à l’exception sans doute du Val d’Aoste.

Ce vote massif des cantons germanophones et italophobes traduit un rejet net de toute immigration, dans un environnement où le chômage progresse (7% dans le Tessin), et une manifestation identitaire de défense face à une évolution sociétale du continent européen, et notamment de sa partie occidentale, qui inquiète. Là encore, ce n’est pas spécialement l’immigration européenne qui pose question, à l’exception de quelques groupes nationaux ou religieux mal vus, que l’immigration moderne. Face à des pays qui confèrent leur nationalité à n’importe qui et de manière laxiste, les Suisses savent que l’ouverture aux Européens n’est pas l’ouverture qu’aux Européens et que Schengen, en l’absence de frontières européennes continentales, est une boîte de Pandore. Or la Suisse a des avantages géostratégiques qui lui permettent de limiter l’impact du mondialisme, même si elle est touchée comme les autres, et de bénéficier d’avantages avec l’Union Européenne dans le même temps. Certes, la Suisse est aussi menacée que les autres Européens face aux phénomènes contemporains, dénatalité criante et flux migratoires illégaux, mais elle a au moins quelques moyens de ralentir cette involution. Et quand on pose aux Suisses la question, ils répondent en ce sens.

Le vote suisse doit donc nous faire réfléchir sur le sens et la définition de la nationalité, des droits et devoirs qu’elle confère et qu’elle devrait être seule à conférer, sur l’immigration de travail en période de chômage et de crise économique, sur les principes fondateurs de la démocratie, trop souvent bafoués en France, mais respectés a minima en Suisse, et sur le fonctionnement et les buts de l’Union Européenne.

Si les Suisses sont nombreux à rejeter désormais toute perspective d’adhésion à l’Union, s’ils sont prêts à limiter l’immigration européenne pour limiter l’extra-européenne, c’est avant tout par la faute de l’Union elle-même, incapable de défendre vraiment les Européens en Europe. C’est parce que nous ferons évoluer l’Union Européenne dans un sens vraiment européen que demain la Suisse voudra en être, pour les mêmes raisons qui font qu’elle refuse aujourd’hui l’idée même d’adhésion. Si elle pense, et elle a raison de le penser, que l’Union Européenne ne les protège pas, et ne résoudra pas des questions que même la démocratie suisse ne parvient pas à résoudre, et elles sont nombreuses, elle préférera rester seule, même au risque d’être victime de sanctions économiques dont on doute que l’Union Européenne osera les mettre en œuvre.

Le vote suisse, que les media français veulent présenter comme un vote hostile aux travailleurs français en Suisse, ce qui est un mensonge, est bien, comme l’a expliqué le politologue Pascal Sciarini (Le Monde.fr du 09/02/2014), un vote identitaire, « contre l’immigration, pas contre l’Europe », et il faut le comprendre comme tel. Ne laissons pas ceux qui refusent que nous puissions nous exprimer à ce sujet l’interpréter autrement.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

02/02/2014

Y aura-t-il une vague eurosceptique en mai 2014 ? 2/2

Une vague eurosceptique ?

élections européennes,mai 2014,euroscepticisme,front national,thomas ferrierDeux types de mouvements nationalistes et/ou eurosceptiques semblent émerger, selon que l’on se trouve en Europe occidentale ou en Europe centrale.

En Europe centrale, deux mouvements se distinguent, à savoir l’Aube Dorée, mouvement néo-fasciste au discours surtout centré sur le problème de l’immigration non-européenne, et le Jobbik, parti national-radical de type « hungariste », favorable à la Turquie et à l’islam au nom d’une définition eurasienne fausse de la magyarité, dans un pays où l’immigration est très réduite. Ces partis, au cœur matriciel judéophobe, connaissent un certain succès, dépassant les 13% dans les sondages. L’Aube Dorée a certes été très fragilisée par l’arrestation et la mise en examen de ses principaux ténors, ce qui n’empêchera pas la progression électorale de ce mouvement, vue la situation de la Grèce.

Mais dans le reste de l’Europe centrale, les mouvements nationalistes, qui parfois se sont retrouvés au second tour d’élections présidentielles, sont en très net recul. Le « mouvement national » polonais, en pleine reconstruction, sera très loin des scores passés de la Ligue des Familles ou de Samoobrona. En Roumanie, le PRM (« Grande Roumanie ») est en pleine déliquescence, de même qu’Ataka en Bulgarie, le Parti National Slovaque (SNS) comme son homologue slovène ou le HSP croate. Quant à l’allié traditionnel du FN en Serbie, le Parti Radical Serbe (SRS), certes d’un pays qui n’est pas encore membre de l’Union Européenne, il sombre littéralement sondage après sondage.

En revanche, en Europe occidentale, les sondages indiquent une nette progression des mouvements eurosceptiques, toutes tendances confondues, et ce autour de deux coalitions en gestation. Autour du FN de Marine Le Pen et du PVV de Geert Wilders, désormais alliés, s’organise une coalition hétéroclite de mouvements, comme Plataforma y Espana (extension espagnole du mouvement catalan) ou la Ligue du Nord, deux mouvements qui n’auront probablement aucun élu en mai 2014, mais surtout des poids lourds de la mouvance « nationale », à savoir le FPÖ de Strache, premier parti du pays selon certains sondages (autour de 25%), le Vlaams Belang belge et les Sverigedemokraterna, crédités de plus de 10% de voix dans les sondages suédois.

Une deuxième coalition, souverainiste davantage que nationaliste, repose sur la tendance UKiP de Nigel Farage, en tête dans la dénonciation de l’Union Européenne, non sans un succès indéniable, puisqu’il parvient à peser sur les Tories de David Cameron, et pourrait obtenir 20% des voix au Royaume-Uni, faisant disparaître un British National Party qui avait pourtant obtenu près de 6% des voix en 2009. Sur cette ligne, modérée sur la question migratoire, se retrouvent le DFP danois, anciennement dirigé par Pja Kjarsgaard, qui lui aussi pourrait atteindre 20% des voix, mais aussi le Perussuomalaiset finlandais de Timo Soini (16/18%).

La première a peu de chances de créer son propre groupe parlementaire à Strasbourg car il faudrait 25 députés, ce qu’ils auront, mais issus de sept pays de l’UE, ce qu’ils n’auront pas. Malgré ses prétentions, Marine Le Pen ne devrait pas parvenir à créer le dit groupe. Dans ce cadre, Wilders pourrait être tenté de rejoindre la seconde coalition une fois les élections passées. Car le second groupe ne devrait avoir aucun mal à conserver celui dont il dispose déjà.

Mais tout ça part d’un principe un peu douteux, à savoir la confiance qu’on peut avoir envers les sondages. Il est assez ironique de constater que le nouveau FN s’appuie sur des sondages, alors même qu’il avait eu dans le passé comme habitude d’en dénoncer le caractère artificiel et partisan, tant que ceux-ci lui étaient défavorables. Cela amène Marine Le Pen à se vanter de représenter le futur premier parti du pays, si les sondages où le FN est à 23% sont confirmés dans les urnes. Elle oublie que la participation est déterminante dans le résultat des partis. Si son électorat, dont elle attise l’euroscepticisme en permanence, reste chez lui au lieu de manifester son soutien en mai 2014, non seulement elle ne fera pas ses 23% mais le FN pourrait n’obtenir qu’un médiocre 12 ou 13%. Il est en effet paradoxal de dénoncer l’Union Européenne mais de bénéficier de ses institutions, lorsqu’on n’arrive pas à se faire élire député national. Pourquoi un électorat anti-UE irait-il se déplacer dans des élections pour élire le parlement de cette même UE ?

Cette vague eurosceptique, indéniable, pourrait ainsi voir son impact considérablement limité par un électorat qui ne se mobiliserait pas pour une élection dont l’intérêt ne lui sauterait pas nécessairement aux yeux. Même si le gouvernement français est à juste titre extrêmement impopulaire, il n’est pas dit que cela se manifestera dans des élections atypiques où de toute façon PS et UMP font classiquement de mauvais scores. La méthode Coué marche parfois mais il faut faire attention aussi de ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

En outre, même si cette poussée électorale avait lieu, dans la plupart des grands pays européens, avec par exemple l’arrivée de députés allemands de l’AfD, et un FN et un UKiP en tête, les groupes eurosceptiques, même s’ils surmontaient leurs divisions historiques, auraient un poids fort limité et seraient incapables de peser. En effet, en refusant de toute façon toute alliance avec les rares mouvements nationalistes d’Europe centrale en mesure de faire rentrer des députés, et même en les acceptant d’ailleurs, ce qui est impensable pour un Geert Wilders, ils seraient trop faibles. Les mouvements nationaux en Europe Centrale ont quasiment disparu, alors même qu’en Espagne, en Irlande ou au Portugal, ils continuent d’être inexistants. Pour qu’il y ait une vague eurosceptique, il faudrait qu’elle soit le fait de partis concertés, présents sur tout le continent, et dans une coalition explicite et revendiquée.

Ainsi peut-on penser que cette « vague eurosceptique » sera très modeste, loin d’un tsunami, même si le nombre de députés eurosceptiques n’aura jamais été aussi important. Cela ne changera rien à la situation du continent, qui continuera de mourir de sa division et non d’une fédéralisation imaginaire, mais cela amènera peut-être au niveau national à quelques modifications à la marge. En effet, un FN devenu premier parti du pays, obligerait peut-être le gouvernement à une légère réorientation mais gênerait davantage la droite parlementaire que la « gauche » mondialiste. Cela reste très hypothétique. Il sera au contraire facile de relativiser un résultat avec un taux de participation qui sera de toute façon faible, donc jugé non représentatif, et le vote de 15 à 25% d’électeurs ne servira une fois de plus à rien.

 

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

Y aura-t-il une vague eurosceptique en mai 2014 ? 1/2

Pourquoi l’Union Européenne est impopulaire.

union européenne,euroscepticisme,mondialisme,front nationalTous les sondages en Europe annoncent une forte poussée des mouvements eurosceptiques ou europhobes aux élections européennes de 2014. L’Union Européenne est en train de payer son incapacité à parler d’une seule voix et à se placer au service véritable et exclusif des Européens, des indigènes/autochtones du continent européen. Car en vérité, nous n’avons pas bâti l’Europe politique, qui reste à construire. En l’absence de toute transparence démocratique, limitée dans ses pouvoirs d’action par des traités contraignants qui ont maintenu le véritable pouvoir au niveau de chaque état-« nation », état de plus en plus autoritaire au fur et à mesure qu’il devient de moins en moins « national » d’ailleurs, l’Union Européenne ne peut qu’être contestée. Et en outre, elle se refuse à accuser les véritables responsables de son impopularité, les gouvernements des Etats.

L’Union Européenne sert à faire le sale « boulot » pour les gouvernements, qui souhaitent la même politique libérale et atlantiste, mais n’ont pas le courage de l’assumer directement devant le peuple. Qui peut croire ainsi que le PS actuel est « socialiste » et « démocrate » ? Mais il ne l’est pas non parce que la « méchante Union Européenne » l’obligerait à renier son identité, mais parce que l’Union Européenne est à l’image des chefs de gouvernement et de partis. Quel est le pouvoir du président du PPE ou de l’ADSE sur les partis membres ? Strictement aucun. Gustavo Barroso, le président de la Commission, est redevable d’un pouvoir qu’il ne tient que des chefs d’état et de gouvernement, et pas du véritable pouvoir que confère le suffrage universel. Il est la courroie de transmission de Paris et de Berlin… mais aussi de Washington.

L’Union Européenne n’ayant pas de réel pouvoir et n’étant pas dirigée par de véritables européistes, elle est accusée de tous les maux sans avoir les moyens de se défendre efficacement contre une propagande europhobe aussi mensongère que la propagande « euro »-mondialiste à laquelle la dernière prétend s’opposer.

En attaquant l’Union Européenne, « nain politique » par la faute des Etats, on exonère ainsi facilement de toutes responsabilités le gouvernement en place. En accusant l’€ de la ruine économique du continent, alors que l’€ n’a pas empêché le relèvement irlandais, et n’est la cause ni de l’effondrement économique de l’Islande ni de la politique d’extrême rigueur budgétaire appliquée à Londres, on se sert de la monnaie unique comme d’un bouc émissaire afin de ne pas aborder les sujets qui fâchent.

Le nouveau Front National a ainsi troqué le thème de la lutte contre l’immigration, sous-entendue extra-européenne, pour la lutte contre l’Union Européenne. Ce faisant, il trahit ses électeurs qui votaient ou votent pour lui pour la seule raison qu’ils croient que ce parti va résoudre cette question. Le néo-chevènementisme symbolisé par le ralliement opportun de Florian Philippot, mais qui n’est pas nouveau, ne fait que matérialiser l’acceptation d’une définition universaliste et néo-colonialiste de la France. Le mouvement UKiP, qui n’a pas un mot contre l’immigration issue du Commonwealth, s’en prend quant à lui aux travailleurs européens, Polonais, Roumains et Bulgares, comme si c’était eux qui étaient le problème. Cette démagogie europhobe, qui trahit en réalité un ralliement total à l’idéologie mondialiste, celle d’une définition « multiculturelle » de l’identité « nationale » des Etats européens, est évidemment insupportable mais contre elle l’Union Européenne ne fait rien. Elle préfère à l’instar d’une Viviane Reding exciter les colères justifiées des Européens contre une immigration non désirée en exigeant davantage encore d’ouverture des frontières, quand le peuple souhaite le contraire.

Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, l’Union Européenne est, souvent à juste titre mais parfois fort injustement aussi, impopulaire. C’est donc logique qu’elle suscite en réaction une montée de mouvements hostiles à l’UE, même si pour des raisons malhonnêtes intellectuellement et en trahissant les intérêts de leurs propres électeurs. Le ralliement du FN à l’idéologie souverainiste sera sans doute sa perte mais pour le moment, dans le contexte actuel, ce n’est pas le cas.

26/10/2013

Tchéquie : une victoire sociale-démocrate à la Pyrrhus ?

11520706-vecteur-drapeau-de-republique-tcheque.jpgVendredi et samedi se déroulaient les élections législatives tchèques anticipées, suite à la démission du gouvernement de centre-droit il y a quelques mois, empêtré dans des problèmes de corruption, et alors que l’ancien président Vaclav Klaus, issu du même parti ODS, a quitté ses fonctions avec une impopularité record.

Le parti social-démocrate tchèque (CSSD) remporte ses élections avec 20,45% des voix, soit une baisse de deux points environ par rapport à 2010. C’est donc un succès très relatif, même si son principal adversaire, le Parti Démocrate (ODS) réalise un score extrêmement bas, avec seulement 7,72% des voix, contre un peu plus de 20% il y a trois ans. Il n’est désormais plus le premier parti de droite.

Les conservateurs du mouvement TOP09, qui faisait également partie de la coalition sortante, et malgré l’opinion positive de nombreux électeurs pour Karel Schwarzenberg, sont sanctionnés avec 12% des voix contre 16,7% en 2010. Cette baisse est naturellement plus modérée que celle de l’ODS, mais elle témoigne d’un véritable rejet par les électeurs du gouvernement précédent. Le nouveau président de « gauche » Milos Zeman, dont les partisans (les Zemanovici) n’ont obtenu que 1,5% des voix, n’est pas non plus gagnant.

Ce sont de nouvelles formations politiques qui, sorties du néant, réussissent désormais une entrée fracassante au parlement. Des mouvements qu’on qualifiera hâtivement de « populistes » ont pris la place de la droite traditionnelle. Il y a notamment le mouvement démocrate de Tomio Okamura, d’origine tchèque et japonaise, qui obtient 6,88% des voix, et surtout la liste ANO 2011 du slovaque Andrej Babis, tribun de la plèbe à la rhétorique reconnue, avec 18,71% des voix, se plaçant second derrière la gauche.

Autre gagnant de ce scrutin, le parti communiste (KSCaM), issu de l’ancienne époque soviétique. Il réalise 14,91% des voix, en progression de plus de trois points. Il progresse notamment au détriment de la sociale-démocratie et limite également le départ d’un électorat ouvrier et populaire vers les vestiges de la droite nationaliste.

Alors que les Républicains ont disparu de la scène politique (le « Parti National » n’obtenant que 0,1% des voix aux élections précédentes) et que le Parti Ouvrier (Delnicka Strana), mouvement nationaliste radical, a été interdit, les partis souverainistes ne profitent pas de cet espace libre. La liste Hlavu Vzhuru (« Tenez la tête haute »), issue de la base du mouvement Suverinat, et soutenue par l’ancien président Vaclav Klaus, et qui avait obtenu plus de 2,5% des voix en 2010, s’effondre avec seulement 0,42% des voix, l’autre liste souverainiste (Suver.-Strana) n’obtient que 0,27% des voix. Le courant eurosceptique traditionnel est donc considérablement affaibli, même si le mouvement des Libres Citoyens (Strana Svobodnych Obcanu) obtient 2,42% des voix sur un programme de démocratie directe, avec proposition d’un référendum sur le maintien de la Tchéquie au sein de l’Union Européenne.

Dernier mouvement à passer la barre fatidique des 5%, ouvrant à des députés, l’union démocrate-chrétienne. Elle obtient 6,78% des voix et complète ainsi le tableau.

Les partisans d’un « socialisme national » à la tchèque, forme spécifique de sociale-démocratie, échouent à revivifier ce vieux courant national, brisé par cinquante de communisme. Ils n’obtiennent que 0,07%. Les monarchistes sont également réduits à un score extrêmement marginal (0,17%). Les Pirates obtiennent 2,63% ce qui démontre qu’un mouvement européen transnational est capable de s’organiser et de se présenter dans presque tous les pays de l’Union Européenne. Leur score n’est pas insignifiant même s’il sera difficile de capitaliser par la suite. Enfin, les Verts (Strana zelenych), beaucoup moins gauchistes qu’en France ou en Allemagne, restent à la marge avec 3,09% des voix.

Avec l’émergence de deux nouvelles formations politiques menées par des personnalités appréciées de nombreux électeurs, les deux partis principaux ne sont pas capables d’obtenir une coalition tenable. La plus logique reste l’alliance des communistes et des sociaux-démocrates dans une coalition de gauche plurielle, mais elle ne sera pas majoritaire. De même, une droite plurielle menée par TOP09 paraît extrêmement difficile à mettre en œuvre, du fait de l’effondrement total de l’ODS.

La Tchéquie ce soir est donc probablement une fois de plus ingouvernable, car de nombreux partis rentrent au parlement, en tout sept, deux de « gauche », trois de « droite » et deux inclassables. On retrouve par certains aspects un phénomène « Beppe Grillo » avec de nouveaux venus en politique, aux origines tranchant avec le tchèque de la rue. Elle peut au mieux espérer une coalition de « gauche » minoritaire, soutenue par exemple par ANO 2011, ou organiser une grande coalition d’où l’ODS serait probablement exclu.

Dans cette Europe en crise, l’électorat est fortement perturbé et ne sait plus à quel sein se vouer. Il peut tomber dans les bras de démagogues professionnels ou bien dans ceux de nationalistes obtus et d’europhobes de principe. Le résultat c’est l’effacement des différences entre la « gauche » et la droite.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

13/10/2013

Diaboliser ou dédiaboliser le FN ? PS vs UMP 2.0

 
De la diabolisation du Front National.

Devil-Inside.jpgDe Libération accusant le FN d’être « 100% extrême-droite » et Marine Le Pen d’être une faf (« fasciste ») à des élus socialistes partis en croisade contre ce parti (Désir, Carlotti qualifiant le FN de « fasciste », Mandon évoquant « un parti national-fasciste » donc mussolinien, Assouline… etc), la « gauche » a décidé d’axer son plan de communication dans sa lutte contre un « fascisme » imaginaire, dans un anti-fascisme de bazar, une attitude que Lionel Jospin avait fustigée il y a quelques années, révélant qu’il n’avait jamais été autre chose qu’une stratégie.

Le FN avait survécu aux années 70 en restant un groupuscule alliant néo-fascistes et nationaux conservateurs. Avec François Mitterrand aux affaires, ex-volontaire national du mouvement du colonel de La Rocque, et qui avait défilé dans les années 30 contre « l’invasion métèque » aux côtés de camelots du roi, le FN allait se voir propulser en haut des écrans. Pour le président « socialiste », qui connaissait bien l’extrême-droite, et connaissait parfaitement aussi sa profonde médiocrité, il s’agissait de conserver le pouvoir en divisant la droite. Il ne s’agissait pas de favoriser un PFN ou une « nouvelle droite » prêts à s’allier avec armes et bagages avec la droite classique, mais de mettre en avant un provocateur né du nom de Jean-Marie Le Pen.

Et pour que ce Front National ne puisse pas être tenté de jouer la carte d’une « droite plurielle », Mitterrand a aussi inventé SOS-Racisme, officine du PS chargée de mettre en plan la fameuse diabolisation, face à laquelle la droite, RPR comme UMP, se retrouvera démunie, de peur d’assumer un discours plus ferme. Sans le talent rhétorique de Le Pen, malgré tout, et de ses lieutenants, le FN n’aurait été qu’un feu de paille. Avec les 11% obtenus aux élections européennes de 1984, puis le gain d’une trentaine de sièges de députés en 1986, grâce à l’introduction du scrutin proportionnel sous Mitterrand, le FN s’installe durablement dans le paysage politique national.

En 1987, le dérapage de Le Pen concernant le fameux « détail » donne un formidable élan à l’opération de diabolisation, qui n’avait pas encore pris corps. Désormais, Le Pen est devenu un paria au sein de la vie politique. Mais il commence vite à découvrir les avantages de la diabolisation, qui lui permet d’incarner un vote anti-système. Il n’y a pas que des désavantages à jouer le rôle du diable, d’autant plus qu’il est désormais convaincu que le « détail » va définitivement contrarier le destin national qu’il imaginait pouvoir jouer. Pour le PS, la diabolisation permet non seulement d’empêcher toute alliance droite/FN mais aussi d’accuser la droite de « faire le jeu du FN », alors même qu’elle tente de donner tous les gages possibles pour s’en distancer.

A la fin des années 80, la droite pense avoir trouvé la parade, en durcissant le ton sur la question migratoire. Chirac et « le bruit et les odeurs », Giscard dénonçant en 1991 l’immigration-invasion et prônant le droit du sang, vont tenter d’affaiblir ce FN si infréquentable. Pour que cette stratégie fonctionne, ce qui ne sera le cas qu’un bref instant pendant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, il faut des actes et non des paroles. Or les actes ne viendront pas. Au contraire, la droite se place toujours à la remorque de la « gauche » et ne revient jamais sur les décisions politiques prises par ses adversaires lorsqu’ils ont été au pouvoir. Tétanisés par une peur qui les paralyse, la peur d’être associée à « la bête », le RPR, l’UDF puis l’UMP n’ont jamais su mettre en œuvre une politique qui puisse faire reculer son adversaire à sa droite. Au contraire, le centre-droit à la Chirac et à la Juppé, fort peu éloigné sur les questions sociétales de la « gauche », a tout fait pour établir un cordon sanitaire entre lui et le FN. Et aujourd’hui encore Fillon est vigoureusement critiqué pour avoir laissé entendre pouvoir préférer un candidat FN à un candidat PS, alors que Copé a rappelé la règle du jeu, le refus de toute alliance sous aucun prétexte avec le FN, et l’exclusion de tout candidat ou militant qui enverrait un signal politique en ce sens.

Le plan ourdi par Mitterrand a fonctionné mieux qu’il ne pouvait l’imaginer puisque, même s’il est mort depuis dix-sept ans, sa stratégie lui a survécu au point d’être réactivée par un François Hollande au plus bas des sondages. Car la campagne médiatique que mène le PS contre le FN ne doit pas nous tromper. Elle permet de faire monter le FN qui se pose en victime d’attaques injustes, Marine Le Pen faisant son possible pour épurer son parti de tous les nationalistes, offrant sa tribune à des anciens du PS, de l’UMP ou du MoDem propulsés candidats à peine leur adhésion validée. Lorsqu’un sondage annonce un FN à 24% aux élections européennes, ce qui ne doit pas surprendre vu l’état du pays depuis l’élection d’Hollande, on devine un jeu dangereux mené par le PS. On devine qu’Hollande, pour être réélu en 2017, doit par tous les moyens éviter une candidature Sarkozy et surtout faire monter une Marine Le Pen, afin que cette dernière se retrouve au second tour face à lui et lui assure ainsi une réélection dans un fauteuil, au prix de faire imploser la droite classique et d’offrir à « Marine » un bon 40%.

De fait, une alliance objective a eu lieu entre le PS et le FN, même s’ils s’affrontent durement sur un plan médiatique. Mais en 2012, les dirigeants du FN ont appelé en interne au vote Hollande. Et la campagne médiatique contre eux sert remarquablement leurs intérêts, faisant de Marine Le Pen l’opposante en chef au gouvernement, alors que la droite classique est meurtrie par des querelles d’ego et par une totale incohérence stratégique. Fillon prône dans son programme le rétablissement du droit du sang alors que dans le même temps il dénonce à Valeurs Actuelles une campagne trop droitière de Sarkozy en 2012. Copé évoque un enfant à qui on aurait volé un pain au chocolat pendant le ramadan, pour ensuite expliquer à quel point les idées du FN le répugnent. Les électeurs de l’UMP, dont une majorité est favorable à des alliances locales avec le FN, n’y comprennent plus rien.
 
De la nécessaire dédiabolisation du FN.

Si le PS a inventé la diabolisation du FN pour nuire gravement à la droite, cette dernière aurait dû contre-attaquer par une politique de dédiabolisation, traitant le FN comme n’importe quel autre parti de droite et en se calquant sur l’attitude du PS vis-à-vis du Front de Gauche. Le problème c’est que l’UMP imagine avoir besoin des centristes, par exemple ceux de l’UDI, pour gagner les élections, et craint donc de les perdre en marquant le curseur trop à droite, et sait aussi avoir besoin d’un bon report des électeurs du FN au second tour. Cette position instable, qui oblige les leaders de l’UMP à adopter des attitudes contradictoires, est vouée à l’échec. Patrick Buisson avait bien compris quelle stratégie il était nécessaire d’adopter, ce qu’a fait Nicolas Sarkozy avec succès en 2007. Il n’y en a pas d’autre.

Si Nicolas Sarkozy a perdu les élections en 2012, c’est entre autres choses parce qu’il n’a pas su maintenir de manière déterminée cette ligne, s’affublant comme directrice de campagne de la centriste Kosciuszko-Morizet, au discours très conformiste. Lorsqu’il a compris qu’il était nécessaire à nouveau de durcir le ton, il était trop tard, surtout que la déception des électeurs avait été à la hauteur de l’espoir que Sarkozy avait suscité en 2007. Sa crédibilité sur les questions « identitaires » était émoussée. Sarkozy avait réussi à faire quasiment disparaître le FN de la scène politique nationale, tombant même à 4,3% des voix aux législatives de 2007, mais son incapacité à mener la politique qu’il avait promise, ses compromissions avec la « gauche » bobo, préférant choisir ses ministres chez ses adversaires que dans son propre camp, son ralliement objectif à l’idéologie mondialiste et à son arrogance financière, l’ont amené au désastre. Le FN, après être tombé de la roche tarpéienne, a réussi à remonter le capitole et désormais pourrait être devenu le premier parti du pays.

Sarkozy aura été le fossoyeur de la droite nationale mais aussi celui qui aura permis sa résurrection, comme si l’UMP avait été le bûcher d’où a pu renaître ce sombre phénix. Mais la leçon n’a pas été apprise par ceux qui s’envisagent comme ses successeurs, Fillon en tête.

Pour parer les coups de la « gauche », qui accuse l’UMP de collusions avec le FN, la droite devrait s’affirmer et prôner officiellement la fin de la diabolisation et l’ouverture à droite. Il convient de traiter le FN comme un parti comme les autres, ce qui ne signifie pas le ménager sur ses propositions les plus mauvaises, comme son rejet de la construction européenne et de l’€uro, mais être prêt au cas par cas à des alliances avec lui. En faisant tomber le mur entre les deux formations, la stratégie de la « gauche » sera vaincue et la droite pourra envisager un avenir. Dans le même temps, les électeurs seront contraints de voir le FN tel qu’il est et non pas tel que ses adversaires et les media le présentent. Le capital de sympathie dont jouit ce parti parce que les Français l’imaginent autrement qu’il n’est en vérité s’effondrera.

Il ne faut pas oublier que, contrairement à ce qu’affirme le PS, qui accuse le chômage et la précarité d’être la cause du vote FN, la raison principale et quasi unique pour laquelle de plus en plus de Français votent FN est la question de l’immigration extra-européenne et de l’insécurité qu’elle génère. Or, sur ces questions qui bâtissent son socle électoral, le FN de « Marine » est en train de virer sa cutille et au nom d’une vision universelle de la France, associée à un nationalisme europhobe, renoncer à son opposition à cette immigration là. Le FN accepte de fait l’idéologie de la diversité qu’il a prétendu fustiger depuis de nombreuses années, mais les électeurs ne s’en rendent pas compte puisque la « gauche » et les media affirment que le FN est un parti raciste.

En faisant sauter le verrou de la diabolisation, les électeurs du FN verront que « leur » parti est comme les autres, qu’il n’est qu’une variante de chevènementisme, et que la solution ne s’y trouve pas. Et même s’ils ne se tournent pas vers la droite classique, qui n’est pas plus lucide que le FN sur cette question essentielle qui tourmente les électeurs, ils pourront contribuer à l’émergence d’une véritable alternative politique au système en place.

Dédiaboliser le FN, c’est redonner à la démocratie toute sa place, en condamnant les anathèmes et en arrêtant de persécuter toute personne qui à un moment ou à un autre croit trouver dans le FN une solution à nos problèmes. Les réactions suite aux propos d’Alain Delon ou de Jean Roucas sont scandaleuses. Un citoyen doit avoir le droit de choisir librement quel parti il veut soutenir, sans être inquiété dans sa vie professionnelle comme dans sa vie personnelle. Ces réactions indignes que relaie la presse à chaque ralliement font d’ailleurs le jeu du FN.

Lorsque le FN aura été traité comme les autres partis, lorsqu’affirmer son soutien à ce parti n’aura aucune conséquence, il apparaîtra sous son vrai jour. Non pas comme un parti d’extrême-droite. Mais pas plus comme une alternative au fameux « UMPS ». Il apparaîtra comme un parti qui n’a pas compris les causes de l’effondrement de notre civilisation et en conséquence n’y apporte pas les bonnes solutions. C’est parce que le FN a l’image d’un parti « pas comme les autres » qu’il devient populaire. Si le FN apparaît comme le parti du système qu’il est, une fois l’image de radicalité qui lui est associée par les media évaporée, il s’effondrera car la dédiabolisation aboutie, que souhaite pourtant Marine Le Pen, c’est la mort du FN.
 
Thomas FERRIER (PSUNE)

07/10/2013

Il faut une alternative au Front national !

alternatif.jpgCe dimanche 22 septembre, Jean-Pierre Elkabbach, Mickaël Darmon et Arnaud Le Parmentier du journal Le Monde, accueillaient Marine Le Pen sur la chaîne i>TELE entre 10 et 11 heures, dans le cadre de l’émission « Le grand rendez-vous » en partenariat avec la station Europe 1 et Le Monde.

Dans la première moitié de l’émission, consacrée aux affaires mondiales et la sécurité, Marine Le Pen, sans pour autant montrer une quelconque finesse d’analyse, a tenu tête à des journalistes enfermés dans des stéréotypes éculés, juste capables de lui envoyer des remarques caricaturales, pour renforcer finalement son emprise sur le débat.

Dans la seconde moitié, les mêmes journalistes, rouges de colère, n’ont cessé de l’interrompre, posant question sur question dans un total désordre, sans parvenir à la déstabiliser vraiment, lui rendant service au contraire. Dans cette partie, consacrée notamment à l’Europe, on aurait pu penser le terrain défavorable à l’invitée. Or ses opposants n’ont rien réussi contre elle.

Cette émission, après bien d’autres, a fait apparaître une évidence. Désormais, en France, face au Front national de Marine Le Pen, il n’y a plus de pensée politique. Cela fait un moment qu’on s’en doutait, vu que les partis dits de gouvernement étaient incapables de se définir autrement que par rapport au Front. Le PS ne sait rien proposer d’autre que de lutter contre lui --- alors qu’il en assure la promotion par ses paroles et ses actes. L’UMP, au dire de certains de ses dirigeants, aurait comme ligne fondatrice la barrière qu’il défend et qui le sépare dudit parti.

Déjà on a souvent dit que le Front national aurait le monopole du réel. Il serait le seul à oser parler ouvertement de la situation explosive dans les banlieues, de l’exécution très relative de peines pourtant réduites au minimum, de l’absence de respect de la laïcité et de quelques autres anomalies qui montrent le décalage entre la réalité et le discours officiel.

Il faut désormais ajouter que, dans une classe politique médiocre, le Front national de Marine Le Pen se verrait, paradoxalement, concéder une sorte de monopole de la cohérence. C’est, de fait, l’incohérence de ses adversaires que l’auditeur pouvait constater lors de l’émission dons nous parlons.

L’incohérence en politique extérieure.

A propos de l’attentat à Nairobi, Marine Le Pen n’a eu aucune peine à expliquer que nous déplorons ici l’action de ceux que nous avons soutenu ailleurs. Alors que nous combattons les terroristes islamistes au Mali, nous les avons aidés en Libye et nous ne cessons de les aider en Syrie, avec les conséquences que l’on peut craindre en retour sur notre territoire. Elle a expliqué notre aide aux « rebelles » syriens par l’allégeance au Qatar, dont la France serait devenue la « catin » par le choix de ses dirigeants. Elle aurait pu ajouter que notre position au Mali, certes plus cohérente avec nos intérêts, n’était guère plus glorieuse, puisque dictée par une vision colonialiste, qu’on désigne sous le néologisme de Françafrique ; elle ne l’a pas fait parce qu’elle partage, hélas, cette vision. Heureusement pour elle, ses contradicteurs n’ont rien relevé, puisqu’ils la partagent aussi, comme la classe politique dirigeante.

L’incohérence en matière sécuritaire.

Sur le terrain de la sécurité, abordé à propos de la montée de la criminalité de sang à Marseille, Marine Le Pen n’a eu aucune peine non plus à dénoncer le double langage des dirigeants, fermes dans leurs allocutions, certains élus allant jusqu’à appeler l’armée, mais timorés sur le terrain, interdisant à la police d’exercer son métier. En effet si l’on a peur que des délinquants poursuivis se réfugient dans un transformateur ou s’aventurent sur la voie ferrée, que leur scooter conduit à sa limite vienne buter un véhicule, si l’on a peur qu’une intrusion policière dans certains quartiers suscite des révoltes, si l’on ne veut en aucun cas construire des prisons, alors il faut interdire à la police d’agir et à la justice de sévir. Cependant Marine n’a pas été très claire sur ce que devraient assumer des dirigeants qui renonceraient au laxisme. Bien sûr, ses contradicteurs ne pouvaient la mettre en défaut là-dessus puisqu’ils nient en bloc tous les problèmes.

L’incohérence en matière européenne.

On s’attendait surtout à voir Marine Le Pen en difficulté sur les chapitres de l’économie et de l’Europe. Or il n’en a rien été non plus. Il est vrai qu’elle a su modérer un peu son discours, se contentant de présenter quatre exigences qu’elle voudrait négocier, notamment, avec Angela Merkel :

- la possibilité, pour la France, de recourir à un protectionnisme intelligent,
- le retour aux frontières nationales pour contrôler les entrées des personnes,
- la priorité des lois nationales,
- le patriotisme économique, avec notamment la restriction des marchés publics.
 
Là où Le Pen est moins claire, c’est quand elle dit qu’elle espère obtenir ces dérogations avant de proposer un référendum sur la sortie de l’Euro. Ou bien ces points sont compatibles avec l’Euro et il n’est plus besoin d’en sortir. Ou ils ne le sont pas et il ne sert à rien de négocier ; on sort alors de l’Euro d’abord.
 
Pour autant, ses critiques envers le discours dominant sont justifiées. Son programme est cohérent, si l’on n’y regarde pas de trop près, ce qui ne veut pas dire qu’il soit pertinent. Ses adversaires, contradicteurs d’un jour ou classe politique nationale, ne sont pas cohérents du tout. C’est bien normal puisque tous sont europhobes, autant qu’elle et juste différemment. Ils sont mondialistes et ne voient l’Europe que comme une étape sans intérêt propre. La façon dont les médias dénigrent le modèle allemand, qui ne serait bon que pour des teutons, la façon dont François Hollande fait la guerre à Angela Merkel, comparée à Bismarck de ce côté du Rhin, tout cela en dit long sur l’absence de sentiment européen chez nos élites.

Evidemment personne n’a demandé à Marine Le Pen si elle serait favorable à une union un peu protectionniste, à un contrôle sans faiblesse des frontières européennes par une police européenne, à un parlement européen votant les lois et représentant démocratiquement les citoyens de l’union, à un patriotisme économique européen. Dans ces conditions, que peut-on lui reprocher ?

Et alors ?

Compte tenu de ce qui vient d’être dit, on pourrait s’attendre à une déferlante "Front national" lors des prochaines élections. Elle n’aura pas lieu parce que la propagande relayée par les médias est toujours très puissante. Etant donnée la médiocrité des autres, l’électeur ne pourrait logiquement que voter pour ce parti, mais on saura l’en dissuader.

En tout cas, si le Front national venait à gagner une élection majeure, ce ne serait pas un scandale en soi. Ce serait un fait de démocratie banal, un acte républicain comme beaucoup d’autres. Etant donné ce que sont ses adversaires, le dit parti l’aurait simplement mérité.
 
Alors, où est le problème ? Il est dans le fait que les solutions proposées par Marine Le Pen s’appuient sur une analyse erronée ; elles sont fondamentalement inadaptées. Mettre le Front national aux commandes ne pourrait que conduire à une impasse et ce parti ne se maintiendrait alors pas longtemps. Nous allons voir tout cela de plus près.

Une erreur d’analyse sur la politique française.

Marine Le Pen ne parle que de l’UMPS, renvoyant dos-à-dos les deux grands partis de gouvernement. Elle n’a pas tort sur tout. Dans bien des cas, l’UMP est tétanisée par le discours de la « gauche » et les mêmes consignes proviennent des mêmes loges. Mais elle n’a pas raison non plus.

Son attitude a deux explications toutes simples. D’un côté, c’est au PS de François Mitterrand que le FN doit son démarrage électoral. De l’autre, l’UMP, comme avec Nicolas Sarkozy, chasse souvent sur ses propres terres et lui dispute les électeurs. Pour toutes ces raisons, en 2012, le FN a favorisé l’élection de François Hollande.
 
Cependant l’UMPS n’avait de traduction concrète qu’avec le Front républicain. Ce dernier a été une création du PS pour piéger la droite. La stratégie exigeait en même temps la diabolisation du FN, stratégie que l’UMP a bêtement relayée. Dès lors que le FN ne voudrait plus être diabolisé, il ne devrait plus parler d’un UMPS qui le marginalise. Il devrait être un parti parmi d’autres. Avec l’assouplissement du discours de l’UMP vis-à-vis du FN, l’occasion devrait être saisie par ses dirigeants.
 
Plus fondamentalement, on ne peut pas identifier les lignes politiques de l’UMP et celle du PS. Il est vrai que les deux se soumettent à Bruxelles, mais pas de la même façon. L’UMPS joue la carte européenne en l’assumant, donc de façon parfois efficace. Le PS déteste l’Europe et ne fait que la subir, avec les défauts cumulés des deux niveaux, national et européen. Bien sûr, compte tenu de son europhobie, Marine Le Pen ne peut pas donner ici un bon point à l’UMP ; à la limite elle devrait en donner un mauvais, pour faire la différence, comme pourrait d’ailleurs le faire un Jean-Luc Mélenchon.
 
En matière sécuritaire et identitaire, l’UMPS a échoué là où le PS échoue. Mais il y a des degrés. La future loi Taubira dépasserait très largement la loi Dati. Nicolas Sarkozy avait commencé un programme de constructions de prisons, tenté des centres éducatifs fermés, instauré les peines plancher pour les récidivistes. Tout cela a disparu ou va disparaître.
 
L’électeur de base ne s’y trompe pas. Il a su voter Sarkozy en 2007. En 2012 Marion Maréchal-Le Pen a été élue avec le concours de jeunes militants de l’UMP.
 
La position de Marine Le Pen n’est pas sans conséquences graves. L’électorat UMP est prêt à des alliances pour les municipales. Pourquoi reste-t-elle si timide, prenant le risque du maintien d’élus PS détestés ? Le peuple pourrait s’en souvenir.

Une erreur majeure d’analyse sur l’Europe.

Dans l’émission dont nous parlons, Marine Le Pen a été relativement discrète sur l’Europe. Elle n’a pas été agressive envers Angela Merkel. Il reste que son europhobie est structurante dans sa pensée : c’est l’Europe qui nous interdit ceci, l’Europe qui nous interdit cela.

Or, n’en déplaise à notre invitée, la faute de l’Europe est qu’il n’y a pas d’Europe. Ou bien elle est aux abonnés absents ou elle se contente de renvoyer le discours de dirigeants nationaux qui n’osent pas s’exprimer à titre personnel et assumer leurs choix.

Prenons un exemple qui a servi à Marine Le Pen, celui de l’intervention en Libye. A ceux qui l’accusaient de cautionner les massacres programmés par Kaddhafi sur la population de Benghazi, elle a opposé une remarque très pertinente : accusez vous l’Allemagne, qui n’a rien fait, de complicité dans ces massacres, accusez-vous l’Italie, accusez-vous l’Espagne ? Y a-t-il meilleure démonstration du fait que la position française ne doit rien à l’Europe ? Que si Europe il y avait eu, la France n’aurait peut-être pas pu aider les islamistes ? C’est la même chose avec la Syrie. D’ailleurs, dans les deux cas, les Etats-Unis sont plus modérés que la France. Dans le second, David Cameron a eu le mérite de s’en remettre à la représentation populaire. Nos voisins, comme l’Union, ne sont pas responsables de nos errements.
 
L’Europe interdit-elle à la France de construire des prisons ? L’oblige-t-elle à instaurer le mariage homosexuel ? Sur presque tous les sujets, l’Europe n’y est pour rien et, même dans l’optique de Marine Le Pen, ce peut être dommageable.
 
Il reste la question de l’économie. La monnaie commune nous interdit de laisser opérer la dépréciation monétaire comme correcteur de compétitivité, puisque ce n’est pas la nôtre. Monsieur de la Palice aurait pu le dire. Dans les faits, c’est pourtant faux. Nous avons la possibilité de disposer en France d’un euro dont le pouvoir d’achat soit inférieur à celui qu’il a en Allemagne, comme ce serait le cas pour un Franc dévalué. Il suffit de jouer sur la TVA. Avec un taux à 25% sur les produits délocalisables, contre 19% en Allemagne, l’euro français aurait, sur ces produits, une valeur d’achat inférieur d’environ 6% à celui de nos voisins allemands. Cela revient à diminuer de 6% aussi le prix des produits que nous cherchons à exporter. N’est-ce pas ce qui était attendu ? Mieux, cela n’augmenterait pas le coût des importations de matière première, alors qu’une vraie dépréciation le ferait.

Des propositions inadaptées.

6486.pngNous n’allons pas expliquer en détail pourquoi la solution aux difficultés justement relevées par Marine Le Pen ne peut pas se trouver à l’échelle de la France alors qu’en revanche elle est tout à fait imaginable à l’échelle de l’Europe, pour peu qu’on le veuille bien, évidemment. Notre cadre national est trop petit ; nous ne faisons pas le poids, même avec la meilleure volonté du monde ; nous ne pouvons pas agir sur les règles du jeu, celles qui nous écrasent.

En réalité, seul le programme du PSUNE apporte les réponses adaptées aux problèmes mortifères qui menacent le continent tout entier.
 
Peter EISNER (LBTF)

29/09/2013

"Victoire" à la Pyrrhus de la grande coalition en Autriche

carte-autriche.jpgUne semaine après les électeurs allemands, les électeurs autrichiens devaient se prononcer ce dimanche pour renouveler les 183 sièges de député de leur parlement. Et une fois de plus, les sondages de fin de campagne se sont révélés très proches du résultat final.

Les populistes eurosceptiques réussissent un score sans précédent avec près de 30,8% des suffrages, ce qui est largement supérieur au score du parti vainqueur, le SPÖ (sociaux-démocrates), qui n’obtient que 27,1% (-2,2%, - 4 sièges), mais ils sont divisés en trois mouvements, à savoir le FPÖ de Hans-Christian Strache, le BZÖ fondé par feu Jörg Haider et un nouveau venu piloté par le milliardaire Frank Stronach.

Le FPÖ, réconcilié avec sa branche carinthienne du FPK, réussit avec 21,4% des voix un score très positif, progressant de 3,9 points et obtenant 42 sièges (+8). On est toutefois loin de sondages de 2012 mettant le FPÖ en deuxième position face à la SPÖ. On est également loin du score d’Haider en 2000 (27%). L’avenir néanmoins semble rose pour ce parti, car son frère ennemi, le BZÖ de Buchner, sombre avec 3,6% des voix seulement (- 7.1%) et perd toute représentation parlementaire. Il a été notamment victime d’un basculement de certains de ses électeurs vers le FPÖ mais surtout vers la liste de Stronach. Avec 5,8% des voix, ce dernier obtient pour son parti 11 sièges, mais son score est très inférieur à ce que certains sondages lui prédisaient il y a plusieurs semaines. La droite nationale se contentera donc de 53 sièges, soit autant que le SPÖ.

Néanmoins, la chute de Stronach et la disparition du BZÖ offrent à terme à Strache la perspective de rassembler par la suite sous son égide l’ensemble du « camp national ». Malgré un bon résultat, mais qui n’est pas non plus remarquable, la défaite du BZÖ et de Stronach, défaite relative dans son dernier cas, doit lui faire plaisir.

Le SPÖ n’est pas le seul à reculer, puisque les conservateurs de l’ÖVP sont également sanctionnés, n’obtenant que 23,8% des voix et 46 sièges (- 2,2%, - 5 sièges). C’est la sanction logique d’une grande coalition, même si « gauche » et droite réunis obtiennent réunis le plus mauvais score de l’après-guerre.

D’autres formations ont en effet profité du désaveu par une partie de l’électorat du gouvernement sortant. Les Verts (Grüne) avec 11,5% (+ 1%) et 22 sièges (+2) obtiennent un résultat honorable et une légère progression, mais moindre par rapport à ce que présidaient certains sondages qui les voyaient à 14 et même à 15%. En revanche, un nouveau venu, le NEOS, mouvement libéral et pro-européen, semble avoir réussi à tirer sa carte du jeu. Avec 4,8% des voix, le NEOS obtient neuf sièges. C’est un très bon résultat pour une formation récente. En Autriche, dépasser les 4% donne des sièges, ce qui n’est pas le cas chez le voisin allemand, l’AfD ayant ainsi été exclue tout comme le FDP pour ne pas avoir atteint 5%.

Pour les petits partis, les résultats sont conformes aux habitudes. Le KPÖ avec 1% des voix progresse très modestement (+0,2%), le CPÖ (chrétiens) régresse et tombe à 0,1% (-0,5% par rapport à 2008), ce qui annonce la fin probable de leur existence politique. Les Piraten, avec 0,8% des voix, échouent tout comme leurs homologues allemands. Les électeurs autrichiens sont restés sages. Notons toutefois que le parti des Pirates est de fait le premier mouvement transnational, même si ses résultats sont très modestes.

La (future) grande coalition, inévitable au vu des résultats, se dessine avec un SPÖ toujours dominant son partenaire. Avec 99 sièges sur 183, l’union SPÖ/ÖVP est majoritaire et pourrait proposer de s’ouvrir aux Verts et à NEOS. Le FPÖ restera aux portes du pouvoir, en sachant qu’en plus une union avec l’ÖVP n’aurait pas permis de dégager une majorité parlementaire. Sur le papier, toutefois, une union ÖVP/FPÖ/Stronach est pensable, mais l’ÖVP a fait le choix du refus de toute coalition de droite. Strache inquiète davantage qu’Haider, notamment en raison de sa ligne eurosceptique et de sa volonté de travailler avec Marine Le Pen et Geert Wilders.

Thomas FERRIER (PSUNE)

Brèves européennes… (20)

1211-presseurop-vadot.gifITALIE

Berlusconi condamné, la prochaine étape était sa destitution du statut de sénateur italien. Il avait à de nombreuses reprises menacé le gouvernement d’être prêt à le faire tomber s’il était abandonné à ce sort judiciaire qui lui est promis. Les dernières déclarations du président du conseil Letta l’ont fait choisir la confrontation pure et simple. La presse italienne unanime condamne le « geste fou » d’un homme acculé.

Ayant demandé aux ministres du PDL de démissionner du gouvernement, ceux-ci se sont promptement exécuté. Ils déstabilisent ainsi un « jeune » gouvernement bâti sur des assises fort peu solides. Dans un tel contexte, et alors que des élections législatives anticipées pourraient se solder par un match nul, le président Napolitano va sans doute chercher à mettre en place une coalition gérable, qui dépendra essentiellement du bon vouloir des députés de la liste Grillo.

Même si Berlusconi a été depuis des années l’objet de procédures judiciaires et ce dans de nombreuses affaires financières et même de mœurs (« Ruby »), dénonçant des juges « rouges », et il est vrai qu’il y a lieu en France comme en Italie de s’interroger sur la neutralité d’une magistrature syndiquée désignant ses adversaires idéologiques sur un « mur des cons », son entêtement à vouloir échapper à la justice de son pays est impressionnant. Il est prêt à engager l’avenir de son pays pour protéger son avenir personnel. Mais qui l’a fait roi ? C’est bien le peuple italien, qui l’a choisi à plusieurs reprises depuis 1994 pour présider à ses destinées.

Toutefois, lorsqu’on analyse les premiers mois du gouvernement Letta, on constate qu’il emmène l’Italie dans le mur, aussi surement que les marchés financiers. Les côtes de Lampedusa n’ont jamais été autant assaillies par des migrants en déshérence, le mauvais signal « Kyenge » ayant engendré naturellement un appel d’air conséquent. C’est sans regret qu’il faudrait souhaiter la chute de Letta, et d’une certaine manière, paradoxalement, il est possible que Berlusconi rende service involontairement à son pays. Et il n’est pas sûr que, malgré les admonestations du Vatican, l’électeur italien de droite et même du centre soit spécialement choqué par les tribulations sexuelles de son ancien président du conseil. La Rome impériale n’a jamais été vraiment effacée dans les mémoires par la religion de Christ.

L’électeur de base de Beppe Grillo, constatant l’impasse politique de son vote, pourrait au final préférer le tribun Berlusconi, un homme visiblement prêt à tout, au meilleur comme au pire. Ce dernier aura indiscutablement marqué l’Italie de la fin du XXème siècle et du début du XXIème. Chassé sous la pression des marchés financiers, véritables décideurs pour le moment de l’avenir de l’Europe, jusqu’à ce qu’on ose les remettre à leur vraie place, Berlusconi pourrait revenir en fanfare, alors qu’on l’imagine au fond du trou. Il l’a déjà prouvé par le passé. Il faut toujours se méfier des vieux lions, car ils ont toujours la volonté de bondir et de mordre.

GRECE

La chasse aux nazis est ouverte, et dans ce jeu politique, même en mode hellénique, tous les coups sont permis. La victime de la vindicte gouvernementale, sous pression des partenaires de la Grèce, et de l’Union Européenne ? L’Aube Dorée (Hrysi Afgi) de l’extrémiste Nikos Michaloliakos. Il faut dire qu’il faisait tache et donnait de son pays une très mauvaise image aux yeux de la presse bobo des capitales européennes. Et alors que la Grèce début janvier 2014 va présider pour six mois l’Union Européenne, Samaras avait intérêt à mettre de l’ordre dans sa maison, quitte à organiser des poursuites judiciaires baroques et dont on peut s’interroger sur la légalité juridique.

Croisement des affaires Vikernes et Méric. Un militant antifasciste, rappeur de son état, Pavlos Fyssas, a été tué lors d’une rixe par un militant nationaliste proche de l’Aube Dorée. Et voilà que ce samedi, Michaloliakos et plusieurs députés de son parti sont arrêtés à la demande de la Cour Suprême grecque, accusés d’appartenir à une organisation de nature terroriste. Un parti représenté à la Vouli par 18 députés est ainsi mis en examen, et ce à la suite d’une campagne médiatique liée à un fait divers sordide. De toute évidence, cet évènement tombait d’une manière propice afin de permettre à Samaras de régler en très peu de temps une grosse épine dans son pied. Ceci dit, entre Syriza et l’Aube Dorée, il est difficile de dire ce qui en vérité serait le pire pour les Grecs.

Mais n’a-t’il pas agi avec trop d’empressement, afin de flatter une partie de l’opinion internationale ? Encensé pour cette action par tout ce que la France compte de journalistes de « gauche », c'est-à-dire 95% de ce corps de métier, Samaras pourrait le regretter amèrement.

Un mouvement recueillant près de 15% dans les sondages ne se manie pas à la légère, car c’est prendre le risque de lui offrir la pose du martyr. Un député d’extrême-droite ne s’est d’ailleurs pas gêné pour rappeler que les politiciens corrompus qui ont « ruiné le peuple grec », n’ont pas été condamnés. Il n’y a pas à ma connaissance de mouvement politique représenté au parlement qui ait été réellement interdit. Le Vlaams Blok l’a certes été mais pour se reconstituer immédiatement en Vlaams Belang.

Ce n’est pas à des magistrats ni à des adversaires politiques de juger d’un parti, aussi détestable soient les idées qu’il mette en avant. C’est au peuple de dire si « Aube Dorée » est digne de ses suffrages ou pas. Or il semble qu’un électeur sur six pense qu’il l’est. La faute est clairement du côté des responsables politiques du PASOK et de la Nouvelle Démocratie, qui ont laissé faire l’effondrement du pays, s’ils n’en ont pas été complices, et qui soumettent le peuple grec à une immigration indésirable qui excède de plus en plus de Grecs.

Supposons qu’à l’issue de son enquête, la Cour soit incapable de prouver ses accusations contre « Aube Dorée » ou bien qu’elle ne puisse pas engager de poursuites, pour vice de forme, parce que je doute que dans cette affaire médiatique, les règles du droit aient été toutes respectées. L’effet sera désastreux. Alors que la classe politique nationale est démonétisée aux yeux de l’opinion publique, « Aube Dorée » reviendrait du tribunal en vainqueur. C’est le pire cadeau qu’on pourrait faire au peuple grec. Visiblement, ceux qui rabâchent aux oreilles du peuple les horreurs de notre histoire, n’ont pas la si longue mémoire qu’ils prétendent avoir.

Combattre « Aube Dorée », c’est donner au peuple grec les moyens de sa renaissance, au sein d’une Europe unie. Bien sûr qu’il ne sert à rien de voter pour des partis extrémistes, pour Syriza comme pour Hrysi Afgi. Mais il n’est pas sûr qu’il soit non plus utile de voter pour des partis de menteurs et de corrompus. L’impasse est d’abord de la responsabilité d’une classe politique européenne médiocre, incapable de combattre les maux qui gangrènent notre civilisation, et ayant choisi de livrer le peuple à la folie criminelle des mondialistes.

Les juges peuvent demain interdire « Aube Dorée » mais n’empêcheront pas la colère populaire de s’exprimer par d’autres biais. Et de toute façon, le lendemain même, un nouveau parti, « Aube Argentée » ( ?) verra le jour, avec une popularité accrue.

Un fait divers où un citoyen d’extrême-gauche meure des coups portés par un citoyen d’extrême-droite déclenche une campagne médiatique sans équivalent dans le pays. Cela sert les intérêts d’un gouvernement sous pression, mis en demeure d’agir contre un parti politique sulfureux, mais légal, par les autres dirigeants des pays européens. Ca ne trompe personne.

Thomas FERRIER (PSUNE)

23/09/2013

Elections allemandes 2013 : un scrutin sans grande surprise

 
angela-merkel.jpgA 85% du dépouillement, les grandes tendances ne devraient pas être modifiées ; ainsi peut-on considérer le résultat des élections législatives allemandes comme à peu près certain, l’incertitude restant dans le nombre de sièges accordés à la CDU/CSU. Si cette dernière obtenait, de manière inédite, la majorité absolue des sièges, elle pourrait gouverner sans besoin d’une coalition avec la SPD ni d’alliance contre nature de dernière minute avec Die Grünen.

La CDU/CSU obtient 42,7% des voix environ (34,1% pour la CDU et 8,6% pour la CSU). C’est l’effet Merkel mais aussi l’effondrement du FDP qui est pour la première fois de son histoire exclu du Bundestag. Avec seulement 4,8% des voix (et 2,4% même en premier choix), le mouvement est durement sanctionné par les électeurs. Il a également été victime d’un fort vote utile en faveur de la chancelière sortante.

La SPD représenté par Peer Steinbrück a été lourdement sanctionnée avec 25,5% des voix, ce qui est malgré tout une progression d’environ 2.6 points. L’impact des scandales ayant touché la CDU et la mise en cause de Merkel dans l’affaire des écoutes américaines a été très faible. Le bilan économique, certes contestable, de la CDU a joué en sa faveur, malgré une politique énergétique particulièrement maladroite, à savoir la sortie contre tout bon sens du nucléaire.

Les écologistes sont également sanctionnés durement, en raison des scandales liés à la pédophilie qui ont touché le parti ces derniers mois, mais aussi parce que Merkel a asséché la principale revendication des Grünen, la sortie du nucléaire. Avec 8,2% des voix, ils retombent à un score à un chiffre, annonçant peut-être leur chant du cygne.

Die Linke, avec 7,9% des voix, maintient sa force, même si le parti de Gregor Gysi perd 3.3 points. Il continue en Allemagne de l’Est d’avoir le vent en poupe, même si la tendance WASG semble en revanche avoir échoué à se maintenir à l’Ouest.

La principale inconnue de ce scrutin était le résultat du mouvement AfD, un parti récent basé sur une sortie de l’€uro, mais ayant aussi adopté la thématique migratoire d’une manière plus souple toutefois que la droite nationaliste. Comme la NPD en 1969 (4,3%), AfD échoue à rentrer au Bundestag, n’obtenant que 4,6% des voix, ce qui constitue malgré tout un bon premier score, et annonce un succès potentiel pour les élections européennes de 2014, la barre étant alors à 3%. Malgré tout, symboliquement, c’est un échec, même si relatif. En outre, AfD n’a pas réussi à assécher complètement l’extrême-droite.

La NPD avec 1,2% des voix perd un 0.3 point. Elle continue ainsi son inexorable chute vers la marginalité groupusculaire, malgré des coups médiatiques provocateurs. Elle ne peut pas accuser les Républicains, les REP n’obtenant que 0,2% des voix (- 0.2), mais tout au plus les candidats de Pro Deutschland (0.2%), Die Freiheit faisant un score dérisoire. Réunie, la droite nationale obtient un ridicule 1,6%, toutes chapelles confondues. Elle est essentiellement victime de AfD mais aussi d’un vote en faveur de la CDU/CSU.

Autre échec, celui des Piraten, qui n’obtiennent que 2,1% des voix, alors que certains sondages il y a quelques mois leur promettaient une entrée fracassante au parlement. L’incohérence de leur ligne politique, l’importance des enjeux et la popularité d’Angela Merkel ont fait le reste.

C’est donc face à une Allemagne en forme, même si une grande coalition devait voir malgré tout le jour, et une chancelière soutenue, que le président français Hollande va devoir négocier. Réélue en fanfare, elle sera moins bien disposée à son égard. Le score de l’AfD, qui aurait pu l’inquiéter, l’amènera en revanche à tempérer sa politique européenne, les Grecs pouvant en faire les frais.

La CSU, avec 8,6% des voix, dépasse les Verts et la Gauche. C’est un score inespéré qui va lui permettre de peser davantage au sein de la coalition avec la CDU. Elle détrône la FDP, éliminée du jeu. Philip Rösler, son porte-parole, était d’ailleurs effondré ce soir.
 
Thomas FERRIER (PSUNE)

14/09/2013

Elections norvégiennes 2013

ferrier,psune,elections législatives en norvège 2013Ce lundi se déroulaient des élections législatives très attendues en Norvège. C’est la première fois en effet que les électeurs s’expriment dans un scrutin national à la suite des attentats de Breivik. Leur réaction était donc attendue. La gauche craignait un vote de sanction car, passé le temps du deuil, les Norvégiens avaient le sentiment que le gouvernement n’avait pas pris toutes les dispositions nécessaires pour prévenir ce genre d’actes. En outre, même si la situation économique reste positive, un vote d’alternance est logique.

Malgré sa popularité en berne, les Travaillistes (Arbeiderpartiet) demeurent le premier parti du pays, avec 30,8%, perdant certes 4,5 points par rapport à 2009, mais deux seulement par rapport à 2005. Ils formeront avec 55 députés le plus grand groupe, même s’il sera amputé de neuf sièges. Mais ce succès personnel du parti se fait au détriment de ses alliés naturels. Le parti de centre-gauche Senterpartiet, avec 5,5% des voix, perd 0,7% et un siège, et de même le Parti Socialiste (Socialistisk Venstreparti) n’obtient que 4,1% des voix (-2,1) et 7 sièges (-4), l’ensemble n’obtenant que 72 sièges en tout (-14). De son côté, le parti écologiste (Miljopartiet De Gronne), soutenu par l’ancien candidate écologiste aux élections présidentielles françaises, la franco-norvégienne Eva Joly, progresse nettement et obtient son premier siège avec 2,8% (+2,4) des voix. Le parti Rouge (Rodt), avec 1,1% des voix (-0,3) reste sans député.

Les Conservateurs (Høyre) avec 26,8% remportent le scrutin, même s’ils sont seconds en voix, en pourcentage et en sièges. Ils progressent de 9,6 points en cinq ans, et passent de 30 sièges à 48. De nombreux électeurs ont quitté le Parti du Progrès (Fremskrittspartiet) afin de voter utile, mais aussi par réaction face aux évènements d’Utoya, en raison de la brève appartenance de Breivik au FP. Ce dernier n’avait pas trouvé sa place au sein d’une formation qu’on présente en France comme de « droite nationale », une sorte de FN soft, ce qui était sans doute encore le cas sous la direction de Carl Hagen, mais qui donne des gages à l’idéologie dominante, ayant même choisi un norvégien d’origine indienne pour diriger sa section de jeunesse.

L’effet « Breivik » aura été de recentrer encore davantage la formation dirigée par Siv Jensen sur une position de droite conservatrice, mais à ce jeu certains électeurs auront préféré les conservateurs originaux, et en outre les électeurs inquiets par la problématique migratoire seront probablement restés chez eux. Avec 16,3% des voix, le FP perd 6,6 points par rapport à 2009 mais aussi 5,8 points par rapport à 2005. En 2009 en effet, avec 22,9% des voix, le FP était devenu le second parti du pays et le premier parti d’opposition. Il est désormais largement distancé par le Høyre.

Enfin, plusieurs partis nouveaux sont apparus, mais demeurent à un niveau faible. Les Pirates (Piratpartiet) n’obtiennent que 0,3% des voix et le mouvement des Chrétiens (De Kristne) seulement 0,6%. Ils sont donc loin de la barre des 2% donnant droit à des élus. En 2009, les listes alternatives de droite nationale, comme les Patriotes Norvégiens (NorgesPatriotene), étaient réduites à néant. En 2013, c’est au tour des communistes de se retrouver à zéro. Il faut environ 60.000 voix pour espérer des députés, et toutes ces formations en sont loin.

En cumulé, le centre-droit, si on y inclut le FP, aurait obtenu 53,7% des voix (+4,1), avec un échange de voix entre Høyre et le FP d’environ sept points, alors que le centre-gauche n’aurait obtenu que 40,2% des voix, mais ce si on ne compte pas les Verts en leur sein.

Pour gouverner, conservateurs et libéraux de Venstre (5,2% des voix, +1,4 ; 9 sièges, +7), autre gagnant de ce scrutin mais dans une moindre mesure, auront besoin de former une coalition avec le Parti du Progrès pour gouverner. Ce dernier y semble prêt , n’étant plus en mesure de devenir le premier parti du pays. Il répudie « progressivement » toute idée d’identité nationale et/ou européenne pour des strapontins ministériels. Toutefois, le prix à payer pourrait être de connaître la situation du FPÖ après 2000 en Autriche, la droite conservatrice s’emparant d’une partie (supplémentaire) de son électorat.

L’évolution du FP, qui certes n’a jamais été comparable aux autres partis nationaux, FN comme FPÖ, laisse présager de celle que connaîtront ces autres partis si les portes du pouvoir s’ouvrent à eux dans le cadre d’une grande coalition. Mais pour leurs électeurs, qui en espérent sans doute autre chose, la leçon sera amère.
 
Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

01/09/2013

Le PSUNE, parti des Européens, mouvement pour l’Europe Nation

newlogopsd1png2s1.pngL’ère des nations (1815-1945), débutant avec l’effondrement de l’empire napoléonien et finissant dans les ruines de Berlin, a emmené l’Europe au bord du précipice, détournant son génie créateur vers la volonté de détruire son voisin, alors même que dans le domaine de l’industrie, elle rayonnait, et qu’elle imposait sa volonté au monde entier, dans un phénomène de colonisation dont nous allions payer par la suite le prix des décennies après l’indépendance de ces pays auparavant sous tutelle.

Pourtant, les pères fondateurs de l’actuelle Union Européenne (Schuman, Monnet, De Gasperi, Adenauer, Spaak… etc) ont échoué à construire l’Europe unie dont ils se voulaient les promoteurs. Face au refus de toute Europe fédérale par un Etat français empêtré dans des guerres coloniales et craignant davantage un sursaut allemand qu’une vassalisation américaine, l’Europe politique a été abandonnée en chemin dès 1954, au profit d’une Europe exclusivement économique.

Pris en étau entre des Etats prêts à mettre en commun des politiques économiques libérales que tous les dirigeants partageaient, mais refusant toute concession concernant leur souveraineté politique, et une opinion publique désinformée par des media restés « nationaux », la construction européenne n’a pas avancé.

En un demi-siècle, l’Europe politique est toujours aussi absente alors même qu’elle n’a jamais été aussi nécessaire. La CEE puis l’UE n’ont pas été en mesure d’émanciper l’Europe du joug américain, alors même que le bloc soviétique, seule justification de l’existence de l’OTAN, s’était effondré. La monnaie unique (€uro) est certes monnaie « nationale » de 17 états du continent, mais elle ne bénéficie d’aucun pilotage démocratique et d’aucun appui, car l’Europe politique est inexistante, limitée à un parlement européen sans pouvoir où les partis « nationaux » remisent leurs politiciens en fin de carrière afin de leur offrir un revenu complémentaire, des parlementaires élus certes démocratiquement mais dans le cadre des (anciens) Etats.

Alors que les Etats n’ont jamais cessé d’être souverains, ils ont laissé croire que l’Union Européenne actuelle était responsable de politiques qu’ils souhaitaient mais savaient impopulaires. Nain politique, l’UE est pourtant accusée d’être une sorte de dictateur non élu imposant sa volonté à des peuples privés de parole. Or, c’est l’Etat « national », dirigé par une oligarchie politico-économico-médiatique, à l’idéologie ouvertement mondialiste, qui est le principal responsable et coupable de l’avilissement de notre civilisation.

L’Europe est en effet, prise dans sa globalité aussi bien qu’analysée au niveau de chaque état, dans une situation de déclin qui pourrait paraître irréversible aux yeux d’une classe politique dévoyée et corrompue, veule et se soumettant au plus offrant. Déclin démographique avec un taux de natalité européen extrêmement bas, et qui plus est surévalué par la prise en compte de la démographie des populations issues de l’immigration post-coloniale installées sur notre continent, sans consultation démocratique des Européens. Déclin économique, avec une production qui s’exile de plus en plus dans les pays à l’économie émergente et au faible coût de main d’œuvre, et alors que ses meilleurs chercheurs s’en vont aux USA. Déclin moral, avec la promotion de modes de vie incompatibles avec une civilisation cherchant à se relever, avec une corruption endémique et une insécurité chronique, essentiellement due à l’échec d’un modèle multiculturel utopique que nos dirigeants veulent imposer contre tout bon sens. Déclin militaire, avec une armée française et une armée britannique en hiver budgétaire, et une armée russe disposant d’un matériel vieilli.

Face à ces maux qui s’accumulent, menaçant à terme la civilisation européenne toute entière dans son existence même, les Etats ne sont pas seulement impuissants mais complices de cet effondrement, s’ils n’en sont pas les promoteurs, vendant leur peuple aux intérêts d’un mondialisme criminogène. Et l’Union Européenne, dont les dirigeants ne sont que les pions placés par les gouvernements, et sans légitimité démocratique pour asseoir un quelconque pouvoir, n’est que la courroie de transmission de politiques « nationales » suicidaires.

C’est face à ce déclin, qui est réversible si des Européens et des Européennes de bonne volonté engagent la contre-décadence et prennent démocratiquement les rênes du pouvoir, que le PSUNE est né. Ce mouvement a pour ambition d’œuvrer à l’unité politique de l’ensemble du continent européen, de l’Islande à la Russie, de bâtir ainsi la Nation Européenne, sublimation des anciennes nations et Etat nouveau dont la mission est de préserver puis de restaurer notre civilisation afin qu’elle retrouve la grandeur qui a été la sienne. Mais il a aussi pour mission de défendre les Européens, en Europe d’abord mais aussi dans le monde, d’assurer le relèvement politique, économique, démographique et moral de notre terre.

Seule une Europe unie, disposant d’un Etat démocratique légitime à sa tête, peut être en mesure de vaincre les périls qui s’annoncent et de mettre fin au pourrissement intérieur qui est en train de mettre notre civilisation à genoux. Les politiques nécessaires demandent en effet une action au plus haut niveau, qui est celui de l’Europe, et pas à l’intérieur de chacun des anciens Etats. Il est trop tard pour une solution « nationale » et il est inimaginable que chaque pays évolue d’une manière parallèle. Non seulement le temps manque mais la division politique de notre continent permet aux puissances d’involution de ruiner petit à petit des pans entiers de notre civilisation. Les USA aussi bien que la Chine ou l’umma islamiya jouent les uns contre les autres.

psune,thomas ferrier,great europe,présentation du parti,europe,européensFace à ce déclin, le PSUNE propose la mise en place d’un Etat européen unitaire, bâti sur des bases démocratiques, rompant avec l’idéologie mondialiste au profit d’une conception eurocentrée, n’ayant à cœur que la défense des stricts intérêts des Européens. Cet Etat a vocation à réunir en son sein tous les (anciens) Etats du continent, y compris à moyen terme la Russie, faisant de l’Europe la première puissance mondiale.

L’Europe du PSUNE rompra avec l’atlantisme des dirigeants actuels de l’UE, ce qui ne signifie pas qu’elle ne cherchera pas à maintenir dans la mesure du possible un lien d’amitié, d’égal à égal, avec son ancienne colonie américaine. Elle cherchera à encercler le cœur de l’islamisme par une alliance de revers, avec Israël, le Liban, la Syrie et un Iran libéré du joug du régime des héritiers de Khomeiny et réconcilié avec son ancienne mémoire, comme le souhaitait le dernier shah, et en outre avec l’Inde, que nous concevons comme un partenaire davantage que comme un concurrent, et dont nous n’oublions pas l’antique parenté de nos deux civilisations.

Une Europe eurocentrée, c’est une Europe qui rompra avec les anciens liens coloniaux des anciens Etats. Elle mettra fin à toute Françafrique, repositionnera l’Espagne sur son destin européen, éloignera le Royaume-Uni des USA et le rapprochera du continent qui est le sien, et elle engagera la Russie à se retourner vers l’ouest et à rompre avec tout eurasisme suicidaire. Le fleuve Amour n’est pas une zone tampon mais la frontière entre deux mondes.

L’Europe de demain affirmera les valeurs européennes les plus ancestrales, et non les pseudo-valeurs mondialistes de l’après-1945, une époque où une Europe divisée n’avait plus son destin en mains. Elle défendra son européanité, ce qui est son essence profonde, et protégera son peuple contre toutes les submersions et contre toutes les subversions. Elle mettra en avant son héritage, son bien commun le plus fondamental, et tout en respectant les identités régionales et (ex-)nationales, unira ceux qui sont intimement apparentés, à savoir les Européens.

Dans ce cadre, elle instituera une nationalité européenne fondée sur les critères démocratiques, ceux de l’Athènes du Vème siècle, matrice de notre civilisation, afin que les Européens, frères nés d’un même sang, en soient les détenteurs naturels, gardiens d’un noble patrimoine. Elle mettra ainsi fin au dévoiement des anciennes nationalités, données à n’importe qui pour n’importe quelle raison, comme s’il s’agissait d’un droit et non d’un héritage et d’un devoir.

C’est sur ces questions et sur bien d’autres encore que le PSUNE entend œuvrer, même si sa voix est pour le moment inaudible au sein d’un silence mortifère.

Nous sommes la voix de l’Europe. Et nous allons réussir à ce qu’à nouveau notre continent puisse se faire entendre… et respecter.

Dans l’unité, nous triompherons, car dans la division, nous périrons.

L’Europe vaincra.

Thomas FERRIER, secrétaire général du PSUNE

04/08/2013

Napoléon et l'Europe unie

"L'Europe n'eût bientôt fait de la sorte véritablement qu'un même peuple, et chacun en voyageant partout, se fût trouvé toujours, dans la patrie commune." (Napoléon Ier, 24 août 1816, Sainte-Hélène)

Qu’est-ce qui fait monter le FN ?

Qu’est-ce qui fait monter le FN ?

fnuf.jpgMême s’il est désolant qu’un parti europhobe comme le FN soit extrêmement haut dans les enquêtes d’opinion, on ne saurait plus nier la réalité d’un vote de plus en plus significatif en sa faveur. Un sondage pour les élections européennes le place même à 18% des voix, ce qui est considérable pour ce type d’élection. Rappelons qu’en 2009, alors qu’il avait pourtant digéré la scission du MNR et remonté déjà la pente par rapport à son effondrement à 4,3% aux législatives, le FN ne fit que 6,34% des voix. En clair, avec 18% des voix, il progresserait en cinq ans de 185%. Mais un sondage IFOP de fin mai le place même à 21%, et à 20% en juin selon l’institut CSA. C’est dire qu’il faut s’attendre pour juin 2014 à un résultat très élevé pour ce parti. De plus, il conserverait en points voire dépasserait le score de Marine Le Pen aux présidentielles de 2012. Comment expliquer une telle progression dans l’opinion publique de ce parti ?

Le PS, allié de fait du FN

On se souviendra que François Mitterrand avait joué la carte du FN pour diviser la droite. Ce jeu machiavélien avait consisté d’abord à encourager les media à inviter l’outsider Le Pen puis à introduire une part de proportionnelle en 1986, offrant au FN un groupe parlementaire pendant deux ans. On sait en outre que l’anti-racisme que le PS mettra en avant était destiné en partie à empêcher toute fusion des droites, fusion qui aurait anéanti tout l’intérêt de la manœuvre.

Mais aujourd’hui, alors que le FN a éliminé le PS d’un second tour dans plusieurs législatives partielles, il est bien évident que cette stratégie a été abandonnée. Désormais, le PS cherche par tous les moyens à faire baisser le FN mais il s’y prend si mal qu’il fait son jeu. Et les résultats du gouvernement sont, en matière d’immigration et d’insécurité, si désastreux, par une sorte d’effet « Taubira », malgré les formules choc du ministre de l’intérieur, qu’il ne peut en être autrement.

L’UMP est divisée en deux lignes quasi incompatibles, entre les européistes timides lorgnant sur le centre de François Fillon, et une droite populiste et davantage eurosceptique autour de Jean-François Copé. Une ligne européiste et populiste à la fois pourrait réussir. C’était la ligne de Nicolas Sarkozy, mais cette synthèse a explosé. Elle n’est donc pas en mesure d’empêcher la fuite d’électeurs populaires vers le FN.

Mais c’est pourtant bien le PS qui est le principal responsable de ce vent d’europhobie qui souffle sur notre pays et profite au Front. Alors que l’UMP met en avant une « histoire de la nation européenne », écrite par le député européen Philippe Juvin, le gouvernement PS a vis-à-vis de l’Europe une attitude contradictoire et souvent hostile. François Hollande ne parle d’ailleurs quasiment jamais d’une manière positive de l’Europe, ayant prétendu pendant sa campagne que la France seule pourrait la réorienter dans le sens de la croissance. Quant à Jean-Luc Mélenchon, qui tape beaucoup sur l’UE, sans remettre en cause pour autant l’€uro, et en soutenant d’une manière caricaturale l’immigration, il favorise là encore le FN en orientant l’électorat populaire qui lui reste vers des thématiques eurosceptiques, le FN ayant acquis une légitimité sur ces questions, d’où le positionnement très ambigu vis-à-vis de lui d’un Dupont-Aignan.

Qu’oppose le PS au FN de Marine Le Pen ? Il tente à nouveau la vieille ficelle complètement usée de l’antiracisme et de l’antifascisme, de l’indignation exacerbée pour tel ou tel propos relativement anodin d’un des dirigeants de ce parti. On reprochera à Marine Le Pen d’avoir comparé l’occupation des rues par la prière musulmane à l’occupation allemande, alors qu’on reprochait a contrario à son père d’avoir sous-estimé la nocivité de la seconde. Cette attitude ne paie pas. Ce n’est pas en dissolvant quelques partis extrémistes, en les reliant plus ou moins implicitement au FN, ou en arrêtant un norvégien radical, qui avait appelé à voter pour Marine Le Pen en 2012, qu’il arrivera à le faire baisser.

Lire la suite

23/07/2013

La cote d’amour de l’Europe en berne (Eurobaromètre 79)

drapeau-europeen.jpgL’eurobaromètre de juillet 2013 vient d’être publié par l’Union Européenne. Bien sûr, les questions les plus dérangeantes comme l’identité européenne ou l’élargissement, et notamment le cas de la Turquie, n’ont pas été posées, car on devinait une réponse qui ne plairait pas à nos dirigeants. Mais les renseignements fournis par ce sondage demeurent intéressants.

62% des Européens se sentent citoyens de l’Union, ce qui est tout de même relativement faible. Il faut dire que les avantages de cette « citoyenneté » ne sautent pas aux yeux puisqu’elle n’apporte aucune plus value notable par rapport à la citoyenneté « nationale ». Ce serait différent si la séparation entre ceux qui seraient citoyens européens et ceux qui ne le seraient pas été bien plus significative et si les règles de son acquisition n’étaient pas automatiquement liées à un processus de naturalisation interne à un des états membres. Le principe d’une nationalité européenne, synonyme plus ou moins de citoyenneté européenne, avec des critères précis d’attribution et offrant une « exclusivité citoyenne », renforcerait considérablement une Europe en berne en lui offrant un complément d’appartenance identitaire qui lui fait défaut.

Néanmoins, il y a donc 37% des Européens qui ne se considèrent pas comme citoyens de l’Union mais exclusivement comme citoyen national. La France est légèrement en dessous de la moyenne quant à ce sentiment, car 61% des Français seulement se considèrent comme citoyens européens. C’est bien moins que d’autres pays comme Malte (81%), l’Allemagne (73%) ou des pays plus eurosceptiques en apparence comme le Danemark (71%) ou la Suède (69%), mais c’est toutefois davantage qu’au Royaume-Uni (48%), qu’à Chypre (45%) et en Grèce (44%). L’impact de la crise économique dans ces deux derniers pays explique pour beaucoup ce résultat, alors que l’UE leur apparaît comme punitive. Mais n’oublions pas que le désaveu de la classe politique nationale est encore plus fort.

Même si un vent d’euroscepticisme semble souffler sur notre continent, il s’inscrit dans un contexte de défiance des Européens contre le pouvoir politique, communautaire comme national. 31% des Européens ont confiance dans l’Union Européenne, ce qui est certes peu, mais 26% seulement en leur parlement national, et 25% en leur gouvernement. C’est une crise politique générale à laquelle nous assistons et qui emporte tout sur son passage.

L’optimisme pour l’avenir de l’Union Européenne n’est également pas brillant. 49% restent optimistes, mais 46% sont désormais pessimistes. Parmi les plus optimistes, nous avons le Danemark (72%) et la Pologne (63%), mais 44% seulement des Français le sont, 40% des Espagnols et des Britanniques, 30% des Grecs, 28% des Chypriotes et autant de Portugais.

La question de l’€uro, cette monnaie unique qu’on accuse de tous les maux, est différente. On pourrait imaginer que les pays dans lesquels le sentiment européen est fort seraient les premiers à le soutenir, mais il n’en est rien. Si 51% des Européens y sont favorables, 43% lui sont opposés. Le soutien en France et en Allemagne est modéré (62% et 66%), alors qu’il est nettement plus fort dans certains pays slaves mais aussi en Belgique (76%) et en Finlande (75%).

Les pays qui ne possèdent pas l’€ comme monnaie sont généralement hostiles à cette dernière. 25% des Tchèques, 29% des Polonais, 32% des Danois mais seulement 15% des Britanniques et 19% des Suédois sont favorables à la monnaie unique. Ce désaveu n’est pas surprenant dans le contexte actuel, et notamment au Royaume-Uni, où la propagande €uro-phobe est particulièrement virulente. Paradoxalement, en Hongrie, 50% des habitants sont pour l’€, ce qui n’est pas le cas du futur adhérent à la zone, la Lettonie (43% de pour), et encore moins pour la Lituanie voisine (40%). 79% des Britanniques et des Suédois sont opposés à toute introduction. Dans le cas de la Grèce, en revanche, 60% des Grecs veulent conserver la monnaie unique (36% sont contre) et dans le cas de Chypre, c’est 47/47, la crise bancaire ayant un effet désastreux sur l’image monétaire en général.

On peut ainsi constater que le sentiment européen est à la baisse et qu’en tout cas il ne converge pas avec le soutien à l’€uro. Certains pays où l’européanité est forte (Suède, Danemark) ne veulent pas en entendre parler, alors que les Britanniques sont encore plus hostiles, mais 48% d’entre eux restent européens. La volonté de l’aile dure du parti conservateur de Cameron de sortir leur pays de l’UE divise l’opinion. Le rejet de l’€uro en revanche est très massif.

Lire la suite