Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2011

De l'avenir de la Russie

drapeaurusse.jpgA l’issue des élections législatives russes, qui ont été principalement caractérisées par une nette baisse du pourcentage de voix obtenu par le parti gouvernemental Russie Unie (Единая Россия), tombé en dessous du seuil de 50%, de nombreuses et régulières manifestations ponctuent depuis la vie politique russe, menées notamment par le trentenaire russe Alexeï Navalnyi, présenté comme libéral dans les media occidentaux mais comme nationaliste dans les media russes, puisque présent régulièrement aux « marches russes » organisées par la droite nationale russe. Ce dernier a indiqué son intention de se présenter aux élections présidentielles russes face à Vladimir Poutine.

Ces manifestations, qui réunissent un horizon très varié allant de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, mais auxquelles ni la KPFR (communistes) ni la LDPR (nationalistes de Jirinovski) ne se sont jointes, sont parfois qualifiées de « révolution orange », expression désormais décriée pour désigner des manifestants libéraux et/ou atlantistes, par leurs adversaires. C’est un raisonnement arbitraire et inacceptable car on pourrait ainsi soutenir à ce titre et sous ce prétexte n’importe quel gouvernement, même si ce dernier opprime son peuple. Il faut donc admettre par principe, mais sans naïveté, la sincérité de l’engagement de ceux qui défilent contre le pouvoir en place.

Même si on peut suspecter à la marge des bourrages d’urnes ou des pressions, ce qui existe dans toutes les démocraties, le résultat de Russie Unie demeure valable et significatif, pour une raison évidente, à savoir l’absence totale de crédibilité des partis concurrents. En effet, les alternatives proposées étaient pour l’essentiel bien moins démocratiques encore. Ce qui est sûr, c’est qu’au moins 15% des électeurs russes ont sanctionné le roque Medvedev/Poutine, qui a été, il faut le reconnaître, une erreur stratégique majeure. Un second mandat présidentiel de Medvedev, qui n’aurait en rien empêché Poutine d’être sous le statut de premier ministre le véritable chef d’orchestre, aurait été positif. Medvedev a su très habilement se doter d’une authentique carrure de chef d’état pendant les quatre années de son mandat, ce qui au final a peut-être inquiété son mentor, expliquant alors sa volonté de redevenir président.

Poutine sera certainement (ré)élu président mais sans doute avec un score bien inférieur, concédant peut-être un second tour face à Ziouganov, le KPFR étant à l’issue des élections législatives le principal parti d’opposition. Il n’a cependant aucun adversaire susceptible de devenir président. Qui en effet pourrait souhaiter l’élection du candidat communiste, qui ramènerait la Russie vingt ans en arrière, puisque Ziouganov est animé d’une démarche nostalgique à l’égard de l’URSS et a été incapable de fonder un parti social-démocrate ? Le KPFR n’a rien appris de l’échec du communisme en Russie. Qui pourrait souhaiter de la même façon l’élection du candidat nationaliste en la personne de Vladimir Jirinovski, candidat depuis 1993, tout comme Ziouganov d’ailleurs, aux différentes élections, et dont le programme ne pourrait amener qu’à des conflits ? Qui enfin pourrait réellement vouloir prendre le risque de mettre à nouveau les libéraux au pouvoir, comme ils l’ont été durant les années Eltsine, où ils vendaient littéralement le pays aux intérêts étrangers et ruinaient le peuple ? Enfin, si l’objectif des « démocrates » et « libéraux » russes est que la Russie imite la France actuelle, alors disons le tout net, dans ce cas, il vaut mieux que Poutine reste longtemps aux affaires.

En clair, Poutine est, faute de mieux, l’homme de la situation, non seulement pour les Russes mais aussi pour les vrais Européens. Certes, son bilan politique de ces dernières années n’est guère satisfaisant, et les dérives autoritaires constatées demeurent problématiques. Beaucoup restent notamment à faire en matière de justice sociale et de redistribution des richesses au plus grand nombre de citoyens. Pourtant, aucune alternative salutaire n’est actuellement envisageable. D’ailleurs, certains nationalistes ne s’y sont pas trompés, à l’instar du dynamique Dmitri Rogozine, qui vient d’être nommé comme l’équivalent de ministre de la défense, mais aussi des Patriotes de Russie (Патриоты Россий), dont le dirigeant renonce à se porter candidat aux présidentielles. En revanche, d’autres nationalistes commettent l’erreur majeure de s’associer à des gens bien peu recommandables, à des provocateurs évidents, à des oligarques en disgrâce, au nom de slogans extrémistes, à l’instar de Belov et de Dyomouchkine, dirigeants de la coalition extra-parlementaire Les Russes (Русские), perdant ainsi leur maigre crédit.

Il existe toutefois pour l’avenir de la Russie une alternative à bâtir, et qui est de rejoindre une Europe politique unitaire enfin émancipée des Etats-Unis, en rupture avec le libéralisme mondialisé et ses funestes compagnons (dénatalité, chômage et immigration). Dans une Europe euro-socialiste dans laquelle la Russie aurait naturellement toute sa place, le peuple russe saurait choisir une nouvelle voie. L’Union Européenne actuelle, empêtrée dans ses crises institutionnelles et économiques, dirigée par des technocrates incompétents et des politiciens conformistes, ne saurait séduire en revanche les russes. Seul l’européisme authentique, tel que défendu par exemple par notre modeste formation, pourra amener la Russie et le reste du continent à joindre leurs efforts et à ne faire plus qu’un. D’ailleurs c’est officiellement la ligne défendue par Medvedev et Poutine, quoi qu’on puisse penser de leur sincérité à ce sujet, continuant ainsi la démarche en vue d’une « maison commune européenne ». C’est l’Europe qui est le véritable remède de la Russie, tout comme la Russie constitue un remède pour le reste de l’Europe.

La Russie abandonnera vis-à-vis de l’Europe politique sa real-politik quand l’Union Européenne la découvrira enfin. Car si l’Europe doit en interne s’en abstenir, elle doit en revanche vis-à-vis de l’extérieur s’assumer à nouveau. Dmitri Rogozine a rappelé récemment que la ligne stratégique des Etats-Unis en Europe se résumait à « les Etats-Unis en son sein, la Russie en dehors, l’Allemagne à genoux ». Et les vrais européistes de répondre désormais, « les Etats-Unis en dehors, la Russie en son sein, et l’Europe (enfin) debout ». En effet, russophobie, germanophobie et europhobie servent de fait les intérêts américains, et si certains nationalistes russes font leur jeu, c’est aussi le cas des nationalistes et souverainistes français.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

04/12/2011

Brèves européennes… (9)

Ce dimanche, l’Europe connaissait trois élections législatives, en Russie, en Croatie et en Slovénie. En attendant les résultats définitifs ce soir ou demain matin, je vous propose ici un résumé de la situation.

SLOVENIE

Selon des résultats partiels, à 65% environ du dépouillement, la liste de centre-droit de Zoran Jankovic intitulée Pozitivna Slovenija remporterait 28,69% des suffrages, devant la liste du Parti Démocrate Slovène (SDS) qui obtiendrait 26,16% des voix. Le grand perdant de ces élections est la liste des Sociaux Démocrates (SD), qui avec 10,54% des voix, connaît un effondrement spectaculaire, annoncé par ailleurs par les sondages depuis plusieurs semaines. Ils payent là les problèmes économiques dus à la crise des dettes souveraines mais aussi des affaires de corruption. La Liste Civique de Gregor Virant (centre-droit, DLGV) obtient un résultat honorable de 8,42%. Le Parti Démocrate des Retraités de Slovénie (DeSUS) obtient 6,95% des voix. Enfin, le Parti Populaire Slovène (démocrate-chrétien) obtient 6,86% des voix alors que le Parti du Peuple Chrétien obtient 4,76% des voix. En nombre de sièges, le centre-droit est largement majoritaire, les sociaux-démocrates n’obtenant que dix sièges.

Autre vaincu de ce scrutin, le Parti National Slovène (SNS), représentant la droite nationaliste et eurosceptique, qui n’obtient que 1,79% des voix (contre 5,4% en 2008), perd ses cinq sièges et est désormais exclu du parlement.

La chute de la maison socialiste est très impressionnante, puisqu’elle passe en quatre ans de 30,45% et 29 sièges à 10,23% et 10 sièges. Le vainqueur est quant à lui une formation nouvelle, Slovénie Positive, qui n’était pas représentée en 2008, mais obtient désormais 29 sièges en 2011.

CROATIE

Selon les prévisions électorales, à ce stade du dépouillement, mais en l’absence d’informations précises quant au pourcentage obtenu par les différentes formations politiques, se limitant à attribuer 44,5% des voix au centre-gauche et 22,1% des voix au centre-droit représenté par le HDZ, les résultats partiels attribuent 82 sièges à la coalition Kukuriku, 40 sièges au HDZ , 6 sièges aux travaillistes, 6 sièges également au HDSSB (Alliance démocrate croate de Slavonie et Baronja, un mouvement nationaliste), 2 sièges au Parti Paysan Croate (HSS), 2 sièges à la liste d’Ivan Grusilic, et un siège à la droite nationaliste HSP (Parti du Droit), élu par la diaspora, alors que la coalition formée de la liste HSP « Ante Starkevic »/HCSP (Parti du Droit du docteur Ante Starkevic + Parti Pur du Droit), a fortement progressé mais échoue à entrer au parlement.

Au niveau des résultats partiels, dans les onze circonscriptions croates, la progression de la droite nationaliste est impressionnante si on cumule les scores du HSP traditionnel et de la coalition HSP/HCSP dissidente. Région I : 5,97% (HSP 3,11% + HSP/HCSP 2,86%). Région II : 3,88% (HSP 2,4% + HSP/HCSP 1,48%). Région III : 1,8% (1,28 + 0,52). Région IV : 6,66% (5,36 + 1,3). Région V : 7,63% (4,06 + 3,57). Région VI : 5,79% (3,38 + 2,41). Région VII : 6,39% (3,56 + 2,83). Région VIII : 2,64% (1,54 + 1,1). Région IX : 7,17% (3,59 + 3,58). Région X : 8,18% (5,33 + 2,85). Région XI – diaspora : 12,34% (7,81 + 4,53). Alors que la Croatie devrait rejoindre l’Union Européenne en juillet 2012, ces scores, affaiblis par la division des deux partis, indiquent un seuil d’euroscepticisme assez significatif.

RUSSIE

A environ 30% du dépouillement des bulletins des électeurs russes, Russie Unie, le parti de Poutine et Medvedev, aurait obtenu 47,34% des voix, soit un recul de près de seize points par rapport aux résultats de 2007. Le KPRF (communiste) aurait réussi son pari en dépassant les 20% des voix (20,7%), alors que le Parti libéral-démocrate (LPDR) de Jirinovski avec 14,43% des voix deviendrait le second parti du pays et obtiendrait son second meilleur score depuis 1993 (où il avait obtenu 23% des voix et inquiété à l’époque les gouvernements occidentaux quant à l’évolution de la Russie vers le fascisme). Le mouvement Russie Juste, ex-Rodina, aurait obtenu 13,3% des voix. Ces scores, s’ils se confirmaient, indiqueraient une sanction électorale pour le duo dirigeant le pays et pour leur parti, et ce malgré une campagne dynamique mais aussi par l’exercice d’un certain nombre de pressions sur les électeurs. Ce résultat est néanmoins une bonne nouvelle pour la démocratie et prouve que le gouvernement russe respecte globalement la volonté des électeurs. Ce n’est pas la Biélorussie.

Elections législatives russes (sortie des urnes)

A 20h00, heure française, un sondage "sortie des urnes" disponible sur le site RIA Novosti est paru. Selon celui-ci, le parti de Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev est en net recul, passant de 63,5% à 48,5% des voix. Ce résultat, décevant pour le parti en place, même s'il reste largement dominant, paraît être la conséquence d'une réaction défavorable des électeurs russes quant au retour de Vladimir Poutine à la présidence de la république. Le roque entre les deux dirigeants a déplu. Il est d'autant plus significatif que le gouvernement a mené une campagne vigoureuse en faveur du parti.

C'est le Parti communiste russe (KPFR) qui est manifestement le principal bénéficiaire du recul du parti en place, obtenant 19,8% des voix, soit presque les 20% de voix qui étaient son objectif principal. Russie Juste, parti social-démocrate fondé à partir de la tendance la plus à gauche de Rodina, avec 12,8% des voix est troisième. Le Parti libéral-démocrate de Jirinovski avec 11,42% progresse également, ayant appuyé une ligne nationale-patriotique plus intransigeante, axée sur la lutte contre l'immigration et la défense des russes "de souche".

Les autres partis politiques n'ont pas atteint les 7% nécessaires pour entrer au parlement. Le centre-droit libéral Iabloko n'a obtenu que 4,17% des voix, ce qui est à peine mieux que Iabloko et le SPS ("Union des droites") réunis en 2007. Le parti d'opposition Juste Cause avec 1,1% des voix et Patriotes de Russie (nationalistes de gauche) avec 0,9% restent extrêmement marginaux. Enfin, le mouvement "Les Russes" (Ру́сские), unifiant l'ex-Union Slave et l'ex-DPNI et représentant l'extrême-droite, était absent de ces élections.

08/05/2011

Le patriotisme européen contre l’europhobie !

bandeauedito3.png

2408923518.jpg9 mai, fête de l’Europe ! Oui, mais elle n’est un jour férié dans aucun état membre, à la différence d’un 8 mai par exemple, qui symbolise certes la victoire sur une idéologie criminogène mais aussi la division en deux et pour un demi-siècle du continent européen. Comment les européens pourraient-ils s’identifier véritablement à leur continent, à cette union politique si malmenée en ce moment, à ses symboles ? Comment peuvent-ils exprimer concrètement leur européanité, que les mondialistes leur nient par ailleurs au nom d’une « citoyenneté » du monde totalement imaginaire ?

Pour s’opposer à cette vague d’europhobie qui s’abat sur l’Union Européenne, en raison notamment, on l’a vu dans un article précédent, de l’impuissance de ses institutions et de la médiocrité de ses dirigeants et de ses parlementaires, il faut lui opposer un véritable patriotisme européen, au nom de cette Europe qui est notre terre, qui est aussi notre civilisation, de cette Europe née d’un même sang, unie par une même âme.

Le PSUNE demande aux chefs d’état et de gouvernement de l’ensemble des états membres de l’Union Européenne de décider de faire du 9 mai un jour férié pour tous les européens. Mais cela ne suffit pas. Il faut faire du 9 mai une fête de la réconciliation européenne et plus encore de la puissance européenne. Pourquoi refuser à l’Union Européenne ce que l’on trouve légitime pour les états membres ? Le 9 mai doit donc être plus que la fête de l’Europe, il doit devenir la fête nationale de l’Union Européenne et en ce sens doit disposer d’un défilé militaire européen spécifique.

Chaque année, dans une capitale européenne différente (a priori sur le continent, pour des raisons pratiques), chaque pays européen enverra des représentants de ses forces armées, unités terrestres et aériennes, pour un défilé patriotique européen qui devra démontrer la puissance de l’Europe et susciter le respect des autres puissances. Sachant qu’en Russie, le 9 mai fête la victoire de la Russie, sous le masque de l’Union Soviétique, en 1945, victoire qu’elle se devait d’obtenir sous peine de disparition, il me paraît nécessaire d’associer pleinement la Russie à cette festivité et de demander à cette dernière de défiler systématiquement avec les autres armées européennes en présence de ses dirigeants (russes et de l’UE). Le lien entre l’Union Européenne et la Russie sera ainsi considérablement renforcé.

Bien évidemment, faire du 9 mai une fête patriotique implique qu’on renonce complètement aux cérémonies du 8 mai, au nom de la réconciliation européenne, ce qui était il y a plus de trente ans une proposition de Giscard d’Estaing. L’effort de guerre russe, décisif, sera ainsi remercié, et on se retrouvera à nouveau entre européens. Les Etats-Unis ne seront pas associés à cette fête, de la même façon que la France ne participe pas à la fête nationale d’indépendance de ces derniers. Dans le cas français, cela signifie que le 8 mai cessera d’être un jour férié, au profit du 9 mai, et que l’Etat renoncera au défilé du 14 juillet, cette date demeurant toutefois fête nationale et jour férié.
 
Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

16/02/2010

ABM US en Bulgarie et Roumanie: Lavrov attend des explications

MOSCOU, 16 février - RIA Novosti | Moscou espère obtenir des explications relatives au déploiement éventuel d'éléments du bouclier antimissile US en Bulgarie, a annoncé le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov en visite au Guatemala.

"Entre nos pays (Russie et Etats-Unis, ndlr) il existe un accord sur la transparence, mais nous apprenons par les médias que tel ou tel élément du bouclier antimissile US sera déployé dans tel ou tel pays. Nous voudrions savoir où est la conformité à cet accord? Nous espérons recevoir des éclaircissements sur cette question", a indiqué le ministre russe.

Vendredi 12 février, le premier ministre bulgare Boïko Borisov, a fait savoir que Washington mènerait des négociations avec Sofia au sujet du déploiement sur le territoire de la Bulgarie de ces éléments. Cette déclaration a suivi celle du président roumain Traian Basescu, le 4 février, sur la disposition de Bucarest à accueillir des missiles intercepteurs américains, précisant que ces missiles visent à contrer une "éventuelle menace iranienne".

Moscou estime que le déploiement d'éléments du bouclier antimissile US à proximité des frontières russes poursuit l'objectif de dévaloriser son potentiel de dissuasion nucléaire.

SOURCE (Ria Novosti)

14/02/2010

Mythe n°3 : la Russie est un pays eurasiatique - par Thomas Ferrier

anna-kournikova-picture-1.jpgDepuis une dizaine d'années, le russe Alexandre Douguine, jadis membre de Pamyat, représentant de la « nouvelle droite » et adepte de l'idéologie nationale-bolchevique, a développé une conception eurasiatique de la Russie, au sein de sa structure, le Parti « Eurasie » (Evrazia). Le passé extrémiste de ce penseur russe n'a semble-t-il pas empêché certains politologues français de voir en lui la référence idéologique principale de la politique de Vladimir Poutine. Aujourd'hui, Douguine se veut au nom d'une conception pérennialiste le moteur d'une conception eurasienne de la Russie, ouvertement favorable à l'islam et à la Chine, et est en ce sens le négateur de la stricte européanité de son pays. Avant d'expliquer en quoi la Russie est un pays européen, et seulement européen, rappelons brièvement les racines de cette conception.

Sous le prétexte du fait que la Russie a été occupée pendant plusieurs siècles par les conquérants mongols, ce qui a isolé le pays d'un certain nombre de courants de pensée issus du reste de l'Europe, et selon l'idée arbitraire de certains occidentaux choqués par une certaine brutalité russe, beaucoup de penseurs européens et même russes en sont venus à penser sincèrement que la Russie n'était pas un pays européen. Le grand écrivain Dostoïevski déclara ainsi qu' « en Europe, nous sommes des tatars mais en Asie, nous sommes aussi des européens » et ajouta en outre, et dans le même ordre d'idées, que « le russe n'est pas seulement un européen, il est aussi un asiatique ». L'adage traditionnel du « grattez le russe et vous verrez le tatar » n'est pas pour rien dans cette vision des choses. Le poète Aleksandr Blok ajouta que « oui, nous sommes des huns, nous sommes asiatiques ». Bien évidemment, dans le camp d'en face, et notamment en Allemagne, les théoriciens de l'infériorité slave par rapport au « génie germanique », se sont régalés de ce genre de remarques, à la différence d'un Nietzsche voyant dans la Russie non seulement un pays européen mais le pays capable d'unifier et de revigorer la psychê européenne.

Lire la suite

18:29 Publié dans Anti-mythes, Billets, Culture | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : russie, européanité, europe | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/02/2010

Premier vol du Sukhoï T-50, le futur avion de combat de la Russie

Le futur avion de combat russe Sukhoi PAK FA T-50 vient d'effectuer son premier vol. C'est la première fois également que l'on peut voir à quoi il ressemble réellement.

Le premier vol a été effectué le vendredi 29 janvier 2010, durant 47 min, à proximité de la ville de Komsomolsk-sur-l'Amour. Lors du vol, son pilote d'essai Sergueï Bogdan a effectué l'évaluation initiale de la dirigeabilité de l'avion, le fonctionnement des moteurs et des systèmes principaux. « L'avion a bien réagi à toutes les étapes du programme de vol » a commenté le pilote d'essai.

Cet avion de cinquième génération est parfois surnommé le "raptorski" en référence au F-22 américain Raptor. Le vol d'essai s'est déroulé à Komsomolsk-sur-Amour, dans l'extrême-orient russe et il a duré 47 minutes. (Photo Ria Novosti).

6a00e008d663eb883401287.jpg

Avion mulitrôle et furtif, en développement depuis les années 90, il devrait entrer en service dans l'aviation russe à partir de 2015. Il doit remplacer les Mig-29 et Su-27. L'Inde est également intéressée par ce programme.

Un spécialiste de l'aéronautique nous précise : "On notera la ressemblance frappante avec le défunt
prototype américain YF-23 plus qu'avec celle du F22A. Ainsi que les courtes dérives inclinées et les deux énormes moteurs, design et disposition qui signent la manière de Sukhoi".

Les caractéristiques de l'avion sont incertaines. On parle d'un poids de 26 tonnes et 37 à pleine charge, ainsi que d'une vitesse supérieure à Mach 2.

(Source: Jd.Merchet, Blog secret Défense)

Lire la suite

01/02/2010

Russie: interdiction d'une organisation néonazie

MOSCOU, 1er février - RIA Novosti | La Cour suprême de la Fédération de Russie a interdit la Société national-socialiste sur le territoire du pays, rapporte un correspondant de RIA-Novosti.

Selon les médias, cette organisation extrémiste a été fondée en 2004 afin de "bâtir un Etat national russe fondé sur les principes du national-socialisme".

La société possédait une série d'antennes régionales et internationales, notamment en Biélorussie, en Grande-Bretagne, au Canada et en France. Ses membres suivaient un entraînement militaire et éditaient le journal Korpus appelé à propager la doctrine et l'idéologie du national-socialisme.

La semaine dernière, le Tribunal militaire de Moscou avait été saisi de la procédure engagée contre 13 membres de la Société national-socialiste mis en accusation pour préparation d'attentats terroristes, agressions à main armée et assassinats, ainsi que pour intensification de la haine ethnique et raciale.

Le Parquet général de Russie a déposé auprès de la Cour suprême une demande en interdiction de cette organisation néonazie. La Cour a satisfait la demande par un arrêt rendu à huis clos.

SOURCE (Ria Novosti)

16:22 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, terrorisme, russie, justice | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/01/2010

Rogozine: Moscou désapprouve le projet régional anti-missile US

rogozine.jpgMOSCOU, 29 janvier - RIA Novosti | Extrait | Moscou désapprouve l'intention des Etats-Unis de déployer des missiles Patriot en Pologne et espère que Washington reviendra sur cette décision, a déclaré vendredi le représentant permanent de la Russie auprès de l'OTAN Dmitri Rogozine lors d'un duplex télévisé à RIA Novosti.

"En concevant des projets militaires de ce genre, il faut nécessairement songer aux conséquences. Faut-il que personne n'ait songé au fait que l'implantation - à 60 km de la région de Kaliningrad - de missiles ayant une portée de 170 km ne manquerait pas de nous remplir d'inquiétude. Voici pourquoi je trouve qu'il s'agit d'une démarche pour le moins irréfléchie et qui ne nous inspire aucune sympathie", a-t-il affirmé.

Selon le diplomate, Moscou a déjà engagé des consultations politiques et militaires avec Varsovie et Washington.

"Nous espérons que cette question sera révisée", a conclu M. Rogozine.

Les Etats-Unis envisagent de déployer en Pologne plusieurs batteries de missiles sol-air Patriot. Ces systèmes seront implantés non loin de la ville de Morag (voïvodie de Varmie-Mazurie), à une distance de 60 à 100 km de la frontière russe. Cet emplacement leur permet de couvrir tout le territoire de la Région de Kaliningrad, enclave russe sur la Baltique. (...)

SOURCE (Ria Novosti)

17/01/2010

Ahmadenijad vs Pahlavi

theshah.jpgRia Novosti | 14/01/2010 | Extraits | (...) Une lutte intérieure qui est en train de se transformer en guerre civile.

C'est probablement dans cette optique qu'il faut considérer le fait que le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, ait demandé un dédommagement aux pays de la coalition antihitlérienne qui avaient participé à l'occupation de l'Iran en 1941 connue comme l'opération « Countenance ». (...)

L'occupation fut lancée après le rejet du chah d'Iran, Reza Pahlavi, de laisser la Grande-Bretagne et l'URSS déployer leurs troupes sur le territoire iranien, et ce malgré le traité soviéto-iranien de 1921 prévoyant le droit de l'Union Soviétique d'introduire ses troupes en cas d'apparition d'une menace aux frontières de l'URSS. (...)

Il est assez difficile de parler du préjudice causé à l'Iran par l'occupation. D'une part, il y a certainement eu violation de la souveraineté du pays, mais elle a été provoquée par la violation de l'accord signé plus tôt par l'Iran. D'autre part, l'infrastructure créée lors de l'occupation et le matériel fourni à ce pays ont largement contribué à son développement ultérieur.

Quoi qu'il en soit, les exigences de dédommagements avancées 65 ans après la fin de la guerre ne peuvent être qualifiées que de nouvelle extravagance des dirigeants iraniens qui n'ont d'ailleurs rien à voir avec la dynastie Pahlavi, alors au pouvoir, et dont le souvenir a été méthodiquement effacé en Iran après la révolution islamique de 1979.

ARTICLE COMPLET (RIA NOVOSTI)

12:06 Publié dans Analyses, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ahmadinejad, pahlavi, iran, russie, urss | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/01/2010

Défilé du 14 Juillet 2010: les russes défileront

"En cette année de célébration Franco-Russe, on trouvera des Russes sur les Champs Elysées, ce 14-juillet. Et ce, d'autant plus que commercialement, on pourrait même, avec la vente d'un BPC [bâtiment de projection et de commandement], inaugurer une nouvelle ère." - Blog Le Mamouth

SOURCE (LE MAMOUTH)

19:45 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, armée, france, évènement | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/01/2010

Abrogation des visas Russie-UE: Moscou veut la "transparence" (Lavrov)

Serguei--Lavrov-2.jpgRia Novosti | 12/01/2010 | Moscou espère que la présidence espagnole de l'UE en 2010 permettra de mettre au point une "feuille de route transparente" vers l'abrogation des visas entre la Russie et l'Union, a déclaré mardi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

"Cet objectif doit être explicitement proclamé. Nous voulons une feuille de route précise et transparente, nous permettant d'avancer vers cet objectif", a indiqué le ministre lors d'une conférence de presse avec son homologue espagnol Angel Moratinos en visite en Russie.

SOURCE (Ria Novosti)

09:47 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, union européenne, europe, diplomatie, lavrov | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/01/2010

Poutine meilleur leader russe depuis Pierre le Grand (politique australien)

poutine.jpgMOSCOU,  11/01/2010 - RIA Novosti | L'ancien président et actuel premier ministre russe Vladimir Poutine est le meilleur leader russe depuis Pierre le Grand, a estimé l'ex-député australien Ross Cameron dans les pages du Sydney Morning Herald.

"Autrefois agent secret en Allemagne de l'Ouest, M.Poutine pouvait constater les avantages incontestables du libre marché", a rappelé M.Cameron, en indiquant que l'Occident avait tort d'insister sur le fait que M.Poutine était issu du KGB (service de renseignement de l'ancienne Union soviétique).

A Saint-Pétersbourg, M.Poutine travaillait sous la direction de son ami et ancien professeur de la faculté du droit, maire de la Venise du Nord Anatoli Sobtchak. L'ex-parlementaire australien qualifie M. Sobtchak de Milton Friedman russe (Prix Nobel d'économie en 1976, fondateur du monétarisme).

Depuis 2004, M.Poutine se targue de la plus haute cote de popularité parmi tous les dirigeants du monde démocratique, a relevé M.Cameron.

Et d'ajouter que M.Poutine avait hérité d'une catastrophe économique, mais était parvenu à doubler le produit intérieur brut (PIB) du pays et avait remboursé la dette extérieure avant terme.

"Sous Poutine, le pouvoir des oligarques s'est affaibli, tandis qu'augmentaient ses contrepoids, tels que le parlement, la suprématie de la loi et la classe moyenne qui s'est accrue de manière vertigineuse passant de 8 à 55 millions de personnes", a affirmé M.Cameron.

L'homme politique australien a aussi appelé à ne pas soupçonner la Russie d'ambitions impérialistes. Il estime notamment que les Russes ethniques prédominent en Ossétie du Sud de sorte que la majorité de sa population souhaite adhérer à la Russie.

"Il se peut que les médias russes soient trop pro-Poutine, mais sans doute ni plus ni moins que les médias américains sont pro-Obama", a écrit M.Cameron.

Par conséquent, conclut-il, les gens de bonne volonté ne peuvent déplorer le maintien de l'influence de Vladimir Poutine en Russie et dans le monde.

SOURCE (Ria Novosti)

20:38 Publié dans Analyses | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, poutine, kgb, économie, démocratie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook