Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2013

La conversion de la Russie: une erreur et un drame

Rodno2.jpgVladimir Poutine a affirmé pour le 1025ème anniversaire de la christianisation de la Russie que l’adoption de cette religion avait permis à son pays de « devenir une grande puissance mondiale » et de rejoindre ainsi la « civilisation chrétienne ». Enfin, il ajoute que l’Eglise orthodoxe russe « a toujours été avec son peuple ». Dans une Russie qui remonte la pente, mais qui n’a pas pu faire un véritable bilan de la catastrophique expérience soviétique, le président russe imagine que s’appuyer sur l’orthodoxie contribuerait à redonner à la Russie un rôle international majeur. Tout comme Vladimir le « Soleil Rouge », il y a plus d’un millénaire, ce Vladimir moderne commet la même erreur que son illustre prédécesseur.

Il est vrai que Vladimir signifie « maître du monde » en russe et un tel prénom amène sans doute son porteur à développer une grande ambition pour son pays. Mais, s’appuyer sur le christianisme au lieu de recourir à la plus longue mémoire « russienne » et slave, est une erreur, en particulier à une époque où les religions chrétiennes retrouvent les accents de ce « bolchevisme de l’antiquité » qu’était le christianisme pré-constantinien.

Il y a en Russie un courant qui prend un essor de plus en plus significatif, et qui est celui des Rodnovery, les Russes et Slaves païens défendant la « foi des ancêtres », ce qui est le sens exact de Rodnoverie, le nom de leur mouvement religieux. Même si certains analystes occidentaux veulent à tout prix rattacher cette religion à une idéologie nationaliste ou « d’extrême-droite », cela ne résiste pas aux faits, qui sont l’attachement sincère de plus en plus de Russes, et notamment parmi les jeunes, à ce qui existait en Europe et en Russie avant la christianisation.

Revenons précisément à cette christianisation, qui se confond en réalité avec la conversion du roi Vladimir à la religion chrétienne de rite oriental et/ou byzantin. Son choix n’a pas été fait sans une forte et légitime hésitation, un choix autant politique et stratégique que religieux.

Rodno4.jpgEn 980, Vladimir décide de rénover le culte polythéiste des « Russiens » en organisant d’une manière plus cohérente le panthéon. Il fait ainsi construire des temples et des statues en l’honneur des dieux slaves, et en premier lieu de Perun, le dieu de l’orage et de la guerre, de son père Svarog, de son frère Dazbog, l’Apollon slave, du dieu du soleil Khors et du dieu du feu Svarojitch (Ogonu), en plus de la déesse-mère Mokosh. Vladimir a conscience des nécessités de réorganiser le culte ancestral afin de lui permettre de résister à l’introduction de religions étrangères, comme le christianisme, promu par Byzance et qui était devenu la foi de sa grand-mère Olga, ou comme l’islam.

Pourtant, huit ans après, il décide d’abandonner la religion de son père, Sviatoslav, mort dans l’honneur au combat face aux Petchenègues, pour embrasser une des religions nouvelles dont il combattait auparavant la diffusion. La tradition prétend qu’il rejettera le judaïsme, car religion d’un peuple vaincu, mais aussi l’islam, en raison de ses interdits alimentaires, porc et alcool, et enfin le catholicisme car il est davantage séduit par les ors de Constantinople. La raison principale en réalité du refus du catholicisme est que celui-ci a été préalablement adopté par le voisin polonais, avec la conversion en 963 du roi des Polanes Mieszko Ier. Une autre raison est que la Rus’ kiévienne lorgne sur les Balkans et aspire à conquérir l’empire byzantin. Cette conversion, tout comme celle des Serbes et des Bulgares un siècle et demi avant, est donc tactique.

Mais Sviatoslav avait déjà, lui le roi païen, construit un empire russe comprenant presque toute la Russie d’Europe, à l’exception du Caucase. Il n’est donc pas vrai que le christianisme a fait rentrer la Rus’ dans la civilisation et encore moins transformé ce pays en puissance mondiale. La Rus’ de Kiev était le premier royaume d’Europe, et elle était demeurée païenne. Elle avait réussi une synthèse entre le paganisme scandinave des Suédois et le paganisme slave populaire. Perun et Thor étaient équivalents, le scandinave portant autour du cou le marteau de Thor, le slave la hache de Perun. De même l’étaient Volos, le dieu du commerce et de l’élevage, et Odin.

Rodno1.jpgLa Rus’, résultat de la fusion de Vikings et des Slaves, était une réussite remarquable. Elle ouvrait l’Europe sur le nord-est finno-ougrien et montrait qu’on pouvait être un pays prospère et puissant tout en restant polythéiste. En abandonnant le paganisme de ses ancêtres, Vladimir s’est en outre allié à une puissance sur le déclin, un empire byzantin qui ne sera pas capable de se défendre contre les ambitions « latines » et contre les conquérants turco-musulmans. La religion chrétienne ne sera d’aucun secours face aux Tatars menaçant de déferler sur la vieille Europe. N’oublions pas d’ailleurs que le général Aetius, qui sera le premier à repousser les hordes asiatiques, celles d’Attila, était lui-même un païen, dans un empire devenant chrétien, ce qui fut sans doute une des raisons de son assassinat organisé par l’empereur Valentinien III.

Vladimir n’unifiera pas la Rus’, qui sombrera après sa mort et surtout celle de son fils Iaroslav dans des querelles intestines sans fin. La Rus’ désunie ne sera donc pas capable de repousser l’ennemi mongol, même si elle protégera le reste de notre continent. On se demande bien en quoi le christianisme aurait fait de la Russie une puissance mondiale alors que c’est lorsqu’elle est devenue chrétienne qu’elle a connu une occupation de plusieurs siècles.

En outre, le christianisme orthodoxe, s’il a donné un temps accès aux Russes à la culture grecque, mais considérablement affaiblie par le fanatisme d’une religion qui considérait l’héritage grec classique comme « impie », il a ensuite été un facteur de stagnation économique et surtout technique sans précédent. Si l’Europe occidentale a pu, grâce aux savants byzantins, retrouver la matrice antique, et connaître ainsi sa Renaissance, l’orthodoxie en a privé le peuple russe, l’empêchant de prendre en marche le train du progrès. Même si la Russie de la fin du XIXème siècle rattrapera une partie importante de son retard, elle ne parviendra pas à compenser totalement.

L’Eglise orthodoxe n’a pas été du côté du peuple mais du côté de ses oppresseurs, soutenant les seigneurs au détriment de paysans libres ravalés au rang de serfs. Car le servage, si désastreux en Europe occidentale, l’a été encore davantage en Europe orientale. Il faudra attendre le tsar Alexandre II pour qu’en 1863 il soit aboli, en même temps presque que l’esclavage des noirs en Amérique. Sans l’œuvre remarquable de Pierre le grand, la Russie serait restée en dehors du reste de l’Europe, d’où l’image d’une Moscovie archaïque aux yeux de beaucoup d’Européens.

Rodno3.jpgL’orthodoxie n’a pas rapproché la Russie du reste de l’Europe mais l’en a éloigné. Et dans le même temps que Poutine flatte l’Eglise, il en profite pour donner quelques coups de patte à l’Union Européenne, en invitant l’Ukraine à se détourner d’elle. C’est une erreur. Que l’Union Européenne actuelle ne soit pas un partenaire satisfaisant est exact. Mais c’est en lui montrant qu’elle se trompe, en soutenant ceux qui en son sein veulent une véritable Europe puissante, indépendante et surtout européenne, en acceptant cette main que les Européens les plus lucides sont prêts à lui tendre, malgré la propagande américaine et malgré ses séides qui nous président pour le moment, qu’il pourrait donner à la Russie un rôle historique.

Le christianisme éloigne l’Europe de son européanité. Que ce soit le pape François, qui n’a d’yeux de Chimène que pour l’Afrique et pour l’islam, ou que ce soit le patriarche de toutes les Russies, qui fait tourner à son pays le dos au reste de l’Europe. En revanche, le paganisme nous rapproche car il fait appel à ce fond commun indo-européen qui est nôtre.

Sviatoslav était bien plus européen que n’importe lequel de ses successeurs. Européens aussi étaient les pères fondateurs de la Rus’, les rois Oleg/Helgi et Igor/Ingvarr en tête. Sviatoslav avait en outre déjà bâti les assises de la puissance russe, sans besoin de recourir au christianisme, bien au contraire, dont il savait qu’il ne serait pas le sauveur de son peuple, mais son bourreau.

Et ce n’est pas un hasard si pendant trois siècles les prêtres païens, les volkhvy, ravalés au rang de magiciens maléfiques par la médisance des prêtres orthodoxes, ont combattu pour le peuple, pour ses libertés, contre les seigneurs, contre les évêques. Souzdal fut d’ailleurs l’un des cœurs de la résistance de la Russie authentique face à la foi étrangère que les Constantins médiévaux voulaient leur imposer.

Vers 650 après J.C, un gallo-romain répondra ainsi à un évangéliste : « Romain (…), tu ne réussiras jamais à extirper nos coutumes ». Bien sûr, l’évangéliste se prétendra vainqueur, inventant une conversion spontanée des habitants du village de cet homme. La réalité aura sans doute été l’intervention de soldats pour neutraliser les récalcitrants. La christianisation de la Russie n’a pas dû être spécialement différente de celle du reste de l’Europe, à savoir la persécution de ses propres citoyens par des autorités voulant assurer la domination d’une religion importée.

C’est sur la mémoire la plus ancestrale du peuple que la Russie pourra enrayer son déclin et au sein d’une Europe qui renaîtra elle aussi, dans une même démarche, elle aura toute sa place. Vladimir, encore un effort pour redevenir européen !

Thomas FERRIER (PSUNE)

04/03/2012

Brèves Européennes… (12)

RUSSIE

vladimir-poutine-clin-d-oeil.jpgLa presse occidentale s’attendait à une victoire dans un fauteuil pour Vladimir Poutine, reprenant en chœur les accusations de la minorité libérale, celle qui était associée aux affaires du temps de l’ère Eltsine, selon lesquelles le pouvoir pratiquerait des fraudes massives. Pour ces élections présidentielles, qui avaient lieu aujourd’hui, plusieurs observateurs étrangers, notamment polonais, ont attesté que le scrutin s’est déroulé de manière transparente. Le score de Vladimir Poutine ne doit pas nous induire en erreur, sinon il faudrait aussi considérer les 82% de Jacques Chirac en 2002 comme le résultat de fraudes. Le principal reproche qui peut être fait au gouvernement russe c’est d’avoir établi un système de reconnaissance juridique des partis politiques bien trop exigeant et surtout de n’avoir pas permis une véritable pluralité de candidatures. Mais on peut aussi constater l’absence criante de renouvellement de la classe politique russe.

Vladimir Poutine aurait obtenu selon des résultats provisoires, 70% des bulletins de vote ayant été dépouillés, plus de 65% des voix, score sans appel qui était néanmoins pronostiquée ces dernières semaines par plusieurs instituts de sondages. Son principal adversaire, le (national) communiste Guennadi Ziouganov, nostalgique avoué de l’époque de Staline, aurait obtenu environ 17% des voix, score à peu près comparable à celui du parti communiste (KPFR) aux législatives de décembre 2011. Le libéral Prokhorov, qui a mené une campagne plutôt pro-européenne, est troisième avec un peu plus de 6,8% des voix, ce qui constitue pour cette première candidature un score plutôt encourageant. Le nationaliste (LPDR) Vladimir Jirinovski réalise un score très modeste d’environ 6,5% des voix. Enfin le candidat de gauche modérée Sergueï Mironov (Russie Juste) n’obtient que 3,7% environ, ce qui est un échec. Dans l’opinion médiatique occidentale, Prokhorov et Mironov étaient des candidats du pouvoir destinés à incarner une fausse alternative à Poutine.

Dans une Russie dont le courant libéral a été totalement déconsidéré par son incapacité à gérer la transition du communisme au capitalisme, associé pendant dix ans aux oligarques s’accaparant les richesses du peuple russe, le choix était entre la continuité du pouvoir avec Vladimir Poutine et les voies extrêmes, celle du retour en arrière nostalgique du communiste Ziouganov ou celle de l’aventure nationaliste avec Jirinovski, candidats tous les deux depuis 1993 aux différentes élections. La victoire de Poutine était donc parfaitement logique puisqu’il représente une troisième voie entre le populisme réactionnaire et/ou social et le libéralisme à l’occidentale, et qu’encore jeune et sportif, il n’apparaît pas aussi usé en dix ans qu’un Sarkozy en cinq ans de présidence française. Cette image dynamique, même si le maladroit passage de flambeau entre Medvedev et Poutine l’a beaucoup entamée, joue nettement en sa faveur. A ces élections présidentielles, aucun candidat n’était en mesure de lui disputer la victoire. Il serait facile d’en accuser le pouvoir, mais lorsqu’on regarde les figures de l’opposition, celles qui sont encensées en Europe occidentale mais honnies en Russie, on comprend que tant qu’aucune figure n’émergera au sein de la vie politique russe, Poutine sera présent, même par défaut.

GRECE

La crise économique qui touche avec une violence inouïe le peuple grec depuis des mois commence à s’exprimer politiquement. Alors que des élections législatives sont annoncées, le gouvernement provisoire de Lucas Papademos gère les affaires courantes et s’efforce de faire appliquer les mesures préconisées par ses partenaires, et notamment par l’Allemagne, appliquant un effroyable plan de restriction budgétaire. Même si les gouvernements grecs ont été particulièrement négligents, même si les réformes, en matière de gestion de l’impôt notamment, sont absolument nécessaires, les Européens doivent redoubler de témoignage d’amitié pour le peuple grec, car si on lui demande beaucoup, il faut aussi beaucoup lui offrir.

Excédée, la population grecque s’exprime désormais par la radicalisation et entend sanctionner les partis en place qui se partagent le pouvoir depuis des décennies. Les socialistes du PASOK de Papandreou semblent promis à une sévère punition, annoncés entre 8 et 13,5% selon les sondages de février, et à 11% en mars. La Nouvelle Démocratie (droite) est promise à un sort beaucoup plus favorable, avec entre 19,5% et 31% selon les sondages de février et 28% pour mars. Néanmoins, ce bon score, qui ferait à nouveau de la ND le premier parti grec, ne saurait cacher une montée très importante de la gauche radicale. Les communistes obtenaient entre 9,5% et 14% des suffrages en février et obtiendraient en mars 11%. Si on ne tient compte que du dernier sondage publié le 4 mars 2012, si les élections avaient lieu aujourd’hui, la gauche radicale, comprenant les communistes (KKE), la gauche radicale (Syriza) et la gauche démocratique (Dimar) obtiendraient, réunis, 39% des voix (11+12+16), après une pointe jusqu’à 43,5% en février 2012. L’extrême-gauche n’est pas la seule à bénéficier d’un regain de soutien, l’extrême-droite dans une moindre mesure en profite également. Si le Laos n’obtiendrait que 4% des voix en mars (entre 4,5 et 5,5% des voix en février), subissant le contrecoup de sa brève association avec le nouveau gouvernement, c’est l’Aube Dorée (Hrisi Avgi) qui avec 3,5% des voix en mars (2,5-3% en février) crée la surprise. Ce mouvement nationaliste, plutôt radical, considéré généralement comme « néo-nazi », est connu pour ses actions musclées dans certains quartiers d’Athènes contre les immigrés clandestins, et a même réussi à faire rentrer un représentant au conseil municipal d’Athènes lors des dernières élections locales avec un score de 5% environ des voix. En Grèce, pays de la démocratie par excellence, un parti est représenté au parlement à partir de 3% des voix. Des députés de Hrisi Avgi (XA) pourraient ainsi rejoindre les députés nationalistes du Laos, dont l’ancien dirigeant du Front Hellénique, brièvement secrétaire d’état. Enfin, les écologistes, avec 4% en mars dans les sondages et entre 2 et 3,5% en février, pourraient également rentrer au parlement.

Avec une extrême-gauche très puissante et une extrême-droite en progression, la démonstration est faite que la crise grecque a des répercussions profondes sur les habitudes électorales. En France, où l’on craint une contagion de la crise grecque, la leçon athénienne n’est pas sans intérêt. C’est avec la victoire de la « gauche » de Papandreou, alors que les problèmes structurels du pays étaient déjà réels du temps de Caramanlis et de la droite au pouvoir, que le système grec est apparu dans toute sa fragilité. La victoire probable du candidat « socialiste » François Hollande pourrait annoncer une crise analogue en France, et sa contestation des accords européens est en elle-même un facteur de déstabilisation. Par ailleurs, les sondages élevés en faveur de Mélenchon (8-9%) et de Le Pen fille (15-19%) indiquent une réelle anxiété des couches populaires et d’une partie de la classe moyenne.

SERBIE

C’est fait. La Serbie est officiellement reconnue candidate à l’adhésion à l’Union Européenne. Ce statut lui avait été refusé à plusieurs reprises. Elle entame un long processus qui doit l’amener à rejoindre les 27 et bientôt 28 états membres (après la future adhésion croate). C’est un succès pour le président sortant Boris Tadic, qui s’était personnellement engagé pour apaiser les relations avec le Kosovo voisin, condition absolument impérative pour faire sauter le dernier verrou, après avoir contribué à l’arrestation de Karadzic et de Radic. Alors que des élections présidentielles se profilent, cette victoire diplomatique de Tadic aura une grande importance dans la balance.

La Serbie a pendant une décennie connu un mouvement nationaliste extrêmement fort, apportant son soutien aux Serbes de Bosnie, refusant de « livrer » leurs criminels de guerre, et dénonçant la situation au Kosovo. Mené par le Parti Radical Serbe (SRS) de Vojislav Seselj, mais aussi par le nationalisme plus modéré de Kostunica, la Serbie se voyait interdire toute perspective européenne. Avec l’élection de Boris Tadic, qui a fait de l’adhésion à l’UE son cheval personnel de bataille, avec le basculement du Parti Socialiste Serbe, l’ancien parti de Milosevic, du côté europhile, et surtout avec la scission du SRS du fait de l’orientation pro-européenne d’un courant qui deviendra le Parti Progressiste Serbe (SNS) de Tomislav Nikolic, crédité dans les sondages d’une très bonne opinion, le camp europhile est devenu nettement majoritaire. Le SRS est désormais le seul parti europhobe, et Seselj, jadis allié d’un Jean-Marie Le Pen, a même excommunié Nikolic il y a quelques années, le poussant à la rupture, en raison du positionnement pro-européen qu’avait exprimé ce dernier.

Selon les derniers sondages de février, alors que des élections présidentielles puis législatives sont prévues au premier semestre 2012, le Parti Démocratique (DS) de Tadic est crédité de 28% environ de soutien, mais c’était avant la reconnaissance du statut de candidat à l’adhésion à l’UE, alors que le SNS de Nikolic est annoncé à près de 31%. En revanche, le SRS europhobe s’effondre avec seulement 7% de partisans. Le parti de Kostunica (DSS) n’obtiendrait que 5,6% en cas d’élection ce mois-ci. Les socialistes (SPS) seraient à une cote d’environ 7%. Enfin les libéraux-démocrates obtiendraient 6%.

Néanmoins l’euroscepticisme dépasse le cadre des élections, même s’il jouit d’une base de 12 à 13% de partisans déclarés. On a pu le constater lors du référendum croate où un tiers des votants s’est opposé à l’adhésion croate à l’UE, alors que seuls les partis nationalistes (HSP, HCSP), qui représentent moins de 5% des électeurs, avaient officiellement appelé à voter non. Si le processus d’adhésion est trop long, la volonté majoritaire du peuple serbe de rejoindre l’Union Européenne pourrait à son tour s’émousser, surtout si la minorité serbe au Kosovo n’est pas mieux respectée par la majorité albanaise.

29/12/2011

De l'avenir de la Russie

drapeaurusse.jpgA l’issue des élections législatives russes, qui ont été principalement caractérisées par une nette baisse du pourcentage de voix obtenu par le parti gouvernemental Russie Unie (Единая Россия), tombé en dessous du seuil de 50%, de nombreuses et régulières manifestations ponctuent depuis la vie politique russe, menées notamment par le trentenaire russe Alexeï Navalnyi, présenté comme libéral dans les media occidentaux mais comme nationaliste dans les media russes, puisque présent régulièrement aux « marches russes » organisées par la droite nationale russe. Ce dernier a indiqué son intention de se présenter aux élections présidentielles russes face à Vladimir Poutine.

Ces manifestations, qui réunissent un horizon très varié allant de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, mais auxquelles ni la KPFR (communistes) ni la LDPR (nationalistes de Jirinovski) ne se sont jointes, sont parfois qualifiées de « révolution orange », expression désormais décriée pour désigner des manifestants libéraux et/ou atlantistes, par leurs adversaires. C’est un raisonnement arbitraire et inacceptable car on pourrait ainsi soutenir à ce titre et sous ce prétexte n’importe quel gouvernement, même si ce dernier opprime son peuple. Il faut donc admettre par principe, mais sans naïveté, la sincérité de l’engagement de ceux qui défilent contre le pouvoir en place.

Même si on peut suspecter à la marge des bourrages d’urnes ou des pressions, ce qui existe dans toutes les démocraties, le résultat de Russie Unie demeure valable et significatif, pour une raison évidente, à savoir l’absence totale de crédibilité des partis concurrents. En effet, les alternatives proposées étaient pour l’essentiel bien moins démocratiques encore. Ce qui est sûr, c’est qu’au moins 15% des électeurs russes ont sanctionné le roque Medvedev/Poutine, qui a été, il faut le reconnaître, une erreur stratégique majeure. Un second mandat présidentiel de Medvedev, qui n’aurait en rien empêché Poutine d’être sous le statut de premier ministre le véritable chef d’orchestre, aurait été positif. Medvedev a su très habilement se doter d’une authentique carrure de chef d’état pendant les quatre années de son mandat, ce qui au final a peut-être inquiété son mentor, expliquant alors sa volonté de redevenir président.

Poutine sera certainement (ré)élu président mais sans doute avec un score bien inférieur, concédant peut-être un second tour face à Ziouganov, le KPFR étant à l’issue des élections législatives le principal parti d’opposition. Il n’a cependant aucun adversaire susceptible de devenir président. Qui en effet pourrait souhaiter l’élection du candidat communiste, qui ramènerait la Russie vingt ans en arrière, puisque Ziouganov est animé d’une démarche nostalgique à l’égard de l’URSS et a été incapable de fonder un parti social-démocrate ? Le KPFR n’a rien appris de l’échec du communisme en Russie. Qui pourrait souhaiter de la même façon l’élection du candidat nationaliste en la personne de Vladimir Jirinovski, candidat depuis 1993, tout comme Ziouganov d’ailleurs, aux différentes élections, et dont le programme ne pourrait amener qu’à des conflits ? Qui enfin pourrait réellement vouloir prendre le risque de mettre à nouveau les libéraux au pouvoir, comme ils l’ont été durant les années Eltsine, où ils vendaient littéralement le pays aux intérêts étrangers et ruinaient le peuple ? Enfin, si l’objectif des « démocrates » et « libéraux » russes est que la Russie imite la France actuelle, alors disons le tout net, dans ce cas, il vaut mieux que Poutine reste longtemps aux affaires.

En clair, Poutine est, faute de mieux, l’homme de la situation, non seulement pour les Russes mais aussi pour les vrais Européens. Certes, son bilan politique de ces dernières années n’est guère satisfaisant, et les dérives autoritaires constatées demeurent problématiques. Beaucoup restent notamment à faire en matière de justice sociale et de redistribution des richesses au plus grand nombre de citoyens. Pourtant, aucune alternative salutaire n’est actuellement envisageable. D’ailleurs, certains nationalistes ne s’y sont pas trompés, à l’instar du dynamique Dmitri Rogozine, qui vient d’être nommé comme l’équivalent de ministre de la défense, mais aussi des Patriotes de Russie (Патриоты Россий), dont le dirigeant renonce à se porter candidat aux présidentielles. En revanche, d’autres nationalistes commettent l’erreur majeure de s’associer à des gens bien peu recommandables, à des provocateurs évidents, à des oligarques en disgrâce, au nom de slogans extrémistes, à l’instar de Belov et de Dyomouchkine, dirigeants de la coalition extra-parlementaire Les Russes (Русские), perdant ainsi leur maigre crédit.

Il existe toutefois pour l’avenir de la Russie une alternative à bâtir, et qui est de rejoindre une Europe politique unitaire enfin émancipée des Etats-Unis, en rupture avec le libéralisme mondialisé et ses funestes compagnons (dénatalité, chômage et immigration). Dans une Europe euro-socialiste dans laquelle la Russie aurait naturellement toute sa place, le peuple russe saurait choisir une nouvelle voie. L’Union Européenne actuelle, empêtrée dans ses crises institutionnelles et économiques, dirigée par des technocrates incompétents et des politiciens conformistes, ne saurait séduire en revanche les russes. Seul l’européisme authentique, tel que défendu par exemple par notre modeste formation, pourra amener la Russie et le reste du continent à joindre leurs efforts et à ne faire plus qu’un. D’ailleurs c’est officiellement la ligne défendue par Medvedev et Poutine, quoi qu’on puisse penser de leur sincérité à ce sujet, continuant ainsi la démarche en vue d’une « maison commune européenne ». C’est l’Europe qui est le véritable remède de la Russie, tout comme la Russie constitue un remède pour le reste de l’Europe.

La Russie abandonnera vis-à-vis de l’Europe politique sa real-politik quand l’Union Européenne la découvrira enfin. Car si l’Europe doit en interne s’en abstenir, elle doit en revanche vis-à-vis de l’extérieur s’assumer à nouveau. Dmitri Rogozine a rappelé récemment que la ligne stratégique des Etats-Unis en Europe se résumait à « les Etats-Unis en son sein, la Russie en dehors, l’Allemagne à genoux ». Et les vrais européistes de répondre désormais, « les Etats-Unis en dehors, la Russie en son sein, et l’Europe (enfin) debout ». En effet, russophobie, germanophobie et europhobie servent de fait les intérêts américains, et si certains nationalistes russes font leur jeu, c’est aussi le cas des nationalistes et souverainistes français.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

11/12/2011

Brèves européennes… (10)

FR-Europa.jpgUNION EUROPEENNE

Enfin un accord… Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et vingt et un autres chefs d’état et/ou de gouvernement sont parvenus à un accord afin de mettre en place une politique économique européenne commune fondée sur l’application de la rigueur budgétaire et de la lutte contre les déficits. Ils espèrent ainsi mettre fin à la déstabilisation des marchés, suite aux conséquences de la crise de la dette grecque. Suite à la décision de David Cameron d’opposer son veto à la mise en place d’un nouveau traité permettant d’appliquer cet accord, Sarkozy et Merkel ont été contraints de proposer un traité limité aux dix-sept membres de la zone euro, et d’en exclure ainsi les pays n’ayant pas adopté la monnaie unique. Ainsi écartés, la pression sur les gouvernements de ces pays fut telle que leurs dirigeants demandèrent à rejoindre les états signataires, même le Danemark, qui avait jadis refusé l’€ et bénéficié d’une clause dérogatoire. Enfin, on apprenait en fin de soirée que la Hongrie, la Suède et la Tchéquie avaient annoncé leur volonté de rejoindre les signataires, mais ont choisi d’obtenir la confiance de leur parlement national avant d’officialiser leur décision.

Ainsi, le Royaume-Uni de David Cameron s’est-il de fait exclu de lui-même des décisions. En posant à ses partenaires des conditions inacceptables, il a isolé son pays au sein du continent et a obligé Sarkozy et Merkel à oser l’impensable, ne pas céder aux pressions britanniques. Cameron a voulu s’éviter un désaveu national en présentant un projet d’esprit fédéral aux parlementaires britanniques, mais surtout éviter tout conflit interne au sein des Tories. Les libéraux-démocrates faisant partie de sa coalition, et depuis ayant considérablement régressé dans les sondages, ne peuvent pas protester, sinon ils prennent le risque de faire chuter le gouvernement de coalition et provoquer ainsi de nouvelles élections dont ils seraient les grands perdants. Les souverainistes les plus durs quant à eux ont été entendus, ce qui devrait limiter toute progression du mouvement UKip et éviter un débordement par la droite.

ROYAUME UNI

David Cameron s’est présenté comme celui qui voulait défendre avant tout les intérêts britanniques, selon un postulat souverainiste des plus classiques, sans se demander de quels britanniques il voulait défendre les intérêts, mais aussi si l’Union Européenne pouvait elle aussi préserver les dits intérêts. Et c’est là que le bât blesse. La presse explique ainsi que Cameron a voulu défendre les intérêts de la City, mais la City n’est pas le peuple anglais, ni la nation britannique. Ce n’est que l’expression financière de l’hyper-classe mondialiste, dans un pays qui a renoncé à son industrie et saboté son service public à la seule fin de plaire à une caste d’oligarques internationaux. Des bénéfices de la City, le peuple britannique n’en voit pas la couleur. La paupérisation de la population anglaise est une évidence, et le pays est devenu si décourageant pour son propre peuple que les retraités britanniques préfèrent s’installer en France, même si la crise actuelle limite désormais ce choix. Enfin, les récentes émeutes qui ont touché Londres et quelques autres villes ont démontré à quel point l’Angleterre a été trahie par ses dirigeants, travaillistes comme conservateurs, et que Thatcher a fait beaucoup de dégâts, tout comme le « New Labour » de Blair.

Le « Labour » a abandonné le socialisme britannique, cette idéologie qui naît avec Owen (socialism apparaît en 1831 sous sa plume) mais aussi avec la Fabian Society originelle, et dont le dernier authentique représentant au XXème siècle fut Henry Hyndman. Il a libéralisé à outrance le service public, comme le souhaitent les plus libéraux en France, et a ouvert large les portes du royaume à un prolétariat importé, ce qui avait déjà été commencé par ses prédécesseurs de « gauche » comme de droite, et avait amené un conservateur du nom de Powell à briser sa carrière politique pour avoir osé remettre en question un choix sur lequel le peuple britannique n’avait jamais été consulté. Ceci explique pourquoi les ouvriers britanniques, désespérés, sont contraints de tourner le dos à la « gauche » et se tourner vers les nationalistes qui, à l’instar de la version française, ne les défendent pas davantage, mais profitent de leur désarroi. C’est quand la gauche n’est plus de « gauche » que le peuple se tourne vers la droite nationaliste.

Le socialisme européen est la réponse véritable aux angoisses qui assaillent le peuple britannique et aux maux qui rongent leur société et les démunissent face à la mondialisation économique et migratoire. C’est par son exemple que le socialisme anglais renaîtra de ses cendres, et à ses côtés un socialisme gallois et un socialisme écossais. Cameron comme Blair ne servent pas les intérêts du peuple, de même que Sarkozy et Merkel font in extremis un pas fédéral, contraint forcé, parce qu’il y a des élections en 2012 et 2013 dans lesquelles ils jouent leur avenir, et n’auraient aucune chance d’être réélus si le chaos financier engloutissait la vieille Europe.

Le peuple britannique ne doit pas se réfugier dans un nationalisme sourcilleux, dans un souverainisme europhobe, car cela sert les intérêts de ceux qui les ont trahis. Ils vous ont convaincu, citoyens anglais, écossais et gallois, que l’€ était un danger, que la souveraineté britannique était un joyau qu’il faut préserver, alors que ce dit joyau, ils l’ont vendu depuis longtemps au monde entier. Ceux qui ont le mot « souveraineté » plein la bouche, ce sont ceux qui servent une politique atlantiste de soumission aux Etats-Unis et une politique mondialiste en matière économique au service des oligarques internationaux mais certainement pas du peuple. A la souveraineté de papier du Royaume-Uni d’aujourd’hui, il faut lui opposer une souveraineté d’acier, celle dont l’Europe demain pourra bénéficier.

L’entité politique qui défendra et protégera les travailleurs britanniques, les travailleurs européens, au Royaume-Uni, c’est l’Europe ! Vos élites vous ont fait croire qu’il fallait tourner le dos à l’€ et à l’UE. Ils vous ont mentis. Mais il est vrai que l’UE actuelle ne servirait pas plus vos intérêts. C’est la république européenne, et elle seule, qui vous permettra de résoudre réellement vos problèmes.

SERBIE

Alors que les 27 dirigeants ont officialisé l’acceptation de la Croatie en leur sein, qui devrait avoir lieu, si le référendum en ce sens confirme la décision d’adhésion, à la mi-2013, le processus d’adhésion d’avec la Serbie a été repoussé à février 2012, en l’attente d’une amélioration des relations entre la Serbie et le Kosovo. En avril 2005, quand des dirigeants irresponsables ont entamé le processus d’avec la Turquie, ils n’ont pas mis de conditions, ni par rapport à la question kurde, ni par rapport au sujet arménien. Et la Turquie n’est pas vraiment un pays européen, et à nos yeux pas du tout même. La Serbie a fait des efforts considérables pour pouvoir rejoindre l’UE. Sa demande en tant qu’authentique pays européen est légitime et par ailleurs il faut soutenir le gouvernement de Boris Tadic. Repousser dans le temps l’acceptation de ce pays, c’est faire le jeu des europhobes serbes (du Parti Radical Serbe [SRS]), fragiliser le gouvernement en place, et ne rien résoudre quant au problème kosovar.

Le PSUNE apporte son soutien plein et entier à Boris Tadic, qui œuvre patiemment pour que son pays rejoigne l’Europe politique, même si l’UE actuelle n’est en aucun cas la panacée. Symboliquement, il est important que la Serbie soit à nos côtés et serve de pont de l’amitié avec la Russie. Osons le dire à haute voix : « Serbie oui, Turquie non ! ».

RUSSIE

Suite aux résultats annoncés en Russie, selon lesquels le parti Russie Unie aurait obtenu 49,34%, soit près de quinze points de moins qu’en 2007, des manifestations plus ou moins spontanées ont eu lieu dans plusieurs grandes villes du pays. Les accusations de fraude massive, certaines organisations parlant d’un score de Russie Unie surévalué de dix à vingt points, en sont la source. Certains affirment (comme l’Observateur Citoyen) que Russie Unie n’aurait obtenu en réalité que 29,8% des voix, les communistes du KPRF 22,6%, le LDPR nationaliste 14%, Russie Juste 21% et Yabloko 8,3%.

Il est bien évident que dans un grand pays comme la Russie, qui ne découvre la démocratie que depuis le début des années 90, et qui a connu une période effroyable d’effondrement économique durant l’ère Eltsine, les fraudes existent. Elles sont certes moins hypocrites qu’en France où la fraude consiste en fait à une manipulation médiatique, comme on l’a constaté dans l’entre deux-tours de l’élection présidentielle de 2002, quoi qu’on puisse penser du challenger face au président sortant. Mais même si beaucoup de russes n’ont pas apprécié le roque entre Poutine et Medvedev, ils reconnaissent que cette décennie leur a permis de retrouver leur fierté et d’arpenter à nouveau le chemin vers une relative prospérité, même si le chemin est encore long. L’oligarchie russe est certes détestable, comme elle l’est en version anglaise à Londres ou en version française à Paris, où elle n’y est pas moins arrogante. Et là encore, les européens de l’ouest n’ont aucune leçon à donner.

Poutine et Medvedev sont-ils moins dignes que Sarkozy et Merkel ? Certainement pas. Maintenant, ce duo est celui de la situation de la Russie d’aujourd’hui. Les russes ont pu constater les méfaits du libéralisme économique et donc se méfient pour beaucoup du libéralisme politique, de cette croyance dans une prétendue démocratie sous prétexte que le compte des voix est honnête. Les images de la télévision russe quant aux évènements de nos banlieues en 2005 ont montré ce qu’il fallait penser du « modèle » français. Certes Poutine n’est en aucune manière la panacée, loin de là, mais qu’y a-t-il en face de lui. L’éternel (national-)communiste Ziouganov, candidat depuis maintenant près de deux décennies, tout comme le provocateur ex-« rouge-brun » Jirinovski, dont la seule raison d’être est d’empêcher l’émergence d’une droite radicale contestataire ? Il y eut jadis Lebed, qui aurait pu proposer une autre voie à la Russie, et demain peut-être Rogozine. Mais pour le moment, Poutine est là.

Mais l’avenir de la Russie ne passe pas par un pouvoir national, certainement pas autoritaire, mais bien par l’adhésion à la République Européenne qu’il faut fonder et dans laquelle le peuple russe a naturellement toute sa place. Quand on voit ce qu’est actuellement l’Union Européenne, il est toutefois difficile de proposer aux russes de nous rejoindre. Mais leur avenir est là. Et certainement pas en remplaçant Poutine par un Eltsine plus jeune, qui aura à cœur d’autres intérêts que ceux du peuple. Car ne soyons pas dupes des manœuvres américaines derrière cette contestation. De même qu’il ne faut pas s’imaginer que c’est le fruit du hasard si les agences de notation ménagent les USA, qui sont dans le rouge en matière de dette souveraine, alors qu’ils s’acharnent sur l’Europe.

05/12/2011

Résultats définitifs des élections en Europe du 04/12/2011

CROATIE

Bien que les pourcentages nationaux ne soient pas connus, nous connaissons le nombre de sièges attribué à chaque parti. La coalition de centre-gauche Kurukiku obtient 80 sièges. Dans les circonscriptions où elle était présente, elle domine très largement son adversaire de droite. Le HDZ est en effet le grand perdant du scrutin, conformément aux sondages, avec seulement 47 sièges. Le HDSSB, autre mouvement de centre-droit, obtient six sièges, alors que le Parti du Travail, de gauche, obtient lui aussi six sièges. La liste indépendante d’Ivan Grubisic obtient deux sièges. Le HSS, ou parti paysan, n’obtient qu’un seul siège.

La droite nationaliste a obtenu deux sièges, mais il y a eu manifestement confusion entre le Parti du Droit (HSP) et le Parti du Droit Dr. Ante Starkevic/Parti Pur du Droit (HSP/HCSP), un seul siège étant attribué à l’un ou à l’autre selon les sites. En réalité, le HSP traditionnel, allié du FN français, a obtenu son seul siège dans la circonscription réservée à la diaspora croate (XI), avec 10.1% des voix. Le HSP/HCSP a en revanche obtenu son premier siège dans la circonscription X avec un score de 6%. Ces résultats sont disponibles sur le site officiel des élections croates. Ce score indique clairement un terreau souverainiste/eurosceptique, certes limité mais qui a progressé alors que la perspective d’adhésion s’annonce, celle-ci devant avoir lieu en juillet 2012, sous réserve.

Addendum:

Les résultats définitifs des élections, enfin publiées, indiquent que malgré son score de plus de 10% dans la XIème circonscription, celui-ci est insuffisant pour avoir un élu. Le HSP est donc privé de tout député. 

Ayant procédé au calcul des pourcentages obtenus au niveau national, le Kukuriku (gauche) a obtenu près de 41,5% des voix, alors que le HDZ (droite) n'a obtenu que 23,1% des voix, ce qui constitue une sévère défaite. Le Parti du Droit (HSP) obtient 3,1% des voix environ, alors que le Parti du Droit dr. Ante Starkevic / Parti Pur du Droit (HCSP) obtient 2,8% des voix environ. Les Travaillistes obtiennent 5,2% environ. Le HDSSB, présent dans seulement deux circonscriptions, a obtenu 2,9% au niveau national. Enfin le HSP "Autochtone" a obtenu 0,24% des voix.

RUSSIE

Les résultats définitifs des élections russes étant parvenus en fin de soirée, les voilà désormais disponibles. Russie Unie obtient 238 sièges soit la majorité absolue, mais avec 49,34% (je précise que l’AFP annonce 49,54%, score correspondant à 94% du dépouillement), soit une perte de plus de quatorze points. Russie Juste, parti issu de Rodina, et positionné au centre-gauche, a obtenu 13,24% et 64 sièges. Le LDPR (parti libéral-démocrate russe) de Vladimir Jirinovski a obtenu 11,67%, ce qui est un excellent score pour le parti, son meilleur depuis les 23% obtenus en 1993. Le KPRF (communiste) avec 19,19% des voix et 92 sièges reste le second parti du pays, et progresse nettement. Certes il n’atteint pas son objectif de 20% des voix, et dénonce d’ailleurs de nombreuses irrégularités dans le scrutin, irrégularités dont il aurait été spécialement victime. Son leader, Guennadi Ziouganov, dirigeant du parti depuis sa fondation au début des années 90, en sort renforcé. Le parti de droite libérale Yabloko, « Pomme », n’obtient que 3,42% des suffrages, ce qui constitue un nouvel échec. Le mouvement nationaliste de gauche Patriotes de Russie avec 0,97% des voix ne parvient pas à récupérer l’ancien électorat de Rodina et subit aussi la concurrence du LDPR qui a mené une campagne très nationaliste, le ralliement de Dmitri Rogozine au parti poutinien et les consignes d’abstention lancées par la droite nationaliste radicale « Les Russes ».

SLOVENIE

Contrairement à ce qui était annoncé par les sondages, et à ma première analyse, la droite slovène a échoué. En effet, si les Sociaux-Démocrates (SD) sortants sont sévèrement sanctionnés par les électeurs avec 10,5% des voix et 10 sièges (contre 29 sièges aux élections précédentes), c’est le mouvement « Slovénie Positive » de Zoran Jarkovic qui est le grand vainqueur avec 28,53% des voix et 28 sièges. Ce parti n’est pas de centre-droit mais en fait de centre-gauche, prêt à s’allier par ailleurs avec les sociaux-démocrates battus. Le Parti Démocrate Slovène (SDS), c'est-à-dire la droite, avec 26,24% et 26 sièges, alors que les sondages lui en promettaient 31%. La liste indépendante de Grigor Virant avec 8,41% des voix et 8 sièges a également créé la surprise. Ces résultats témoignent de l’extrême méfiance des électeurs quant aux deux principaux partis. Des figures nouvelles peuvent ainsi émerger. Le parti de défense des retraités (DeSUS) obtient 6,99% des voix et 6 sièges, de même que le Parti Populaire Slovène (SLS) avec 6,89% des voix et le même nombre de sièges. Le parti chrétien KLS « Nova Slovenija » avec 4,8% des voix et 4 sièges complète l’ensemble. Le Parti National Slovène (SNS) avec 1,8% des voix et 0 député connaît un sérieux revers. Il avait réalisé 5% des voix et 5 sièges précédemment.

20:24 Publié dans Analyses, Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hsp, hcsp, poutine, medvedev, ziouganov, jirinovski, kurukuku, jarkovic | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/12/2011

Elections législatives russes (sortie des urnes)

A 20h00, heure française, un sondage "sortie des urnes" disponible sur le site RIA Novosti est paru. Selon celui-ci, le parti de Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev est en net recul, passant de 63,5% à 48,5% des voix. Ce résultat, décevant pour le parti en place, même s'il reste largement dominant, paraît être la conséquence d'une réaction défavorable des électeurs russes quant au retour de Vladimir Poutine à la présidence de la république. Le roque entre les deux dirigeants a déplu. Il est d'autant plus significatif que le gouvernement a mené une campagne vigoureuse en faveur du parti.

C'est le Parti communiste russe (KPFR) qui est manifestement le principal bénéficiaire du recul du parti en place, obtenant 19,8% des voix, soit presque les 20% de voix qui étaient son objectif principal. Russie Juste, parti social-démocrate fondé à partir de la tendance la plus à gauche de Rodina, avec 12,8% des voix est troisième. Le Parti libéral-démocrate de Jirinovski avec 11,42% progresse également, ayant appuyé une ligne nationale-patriotique plus intransigeante, axée sur la lutte contre l'immigration et la défense des russes "de souche".

Les autres partis politiques n'ont pas atteint les 7% nécessaires pour entrer au parlement. Le centre-droit libéral Iabloko n'a obtenu que 4,17% des voix, ce qui est à peine mieux que Iabloko et le SPS ("Union des droites") réunis en 2007. Le parti d'opposition Juste Cause avec 1,1% des voix et Patriotes de Russie (nationalistes de gauche) avec 0,9% restent extrêmement marginaux. Enfin, le mouvement "Les Russes" (Ру́сские), unifiant l'ex-Union Slave et l'ex-DPNI et représentant l'extrême-droite, était absent de ces élections.

25/09/2011

Brèves européennes... (2)

2707.jpg

RUSSIE

Le président Medvedev a renoncé officiellement à briguer un second mandat présidentiel et a apporté un soutien explicite à son premier ministre, Vladimir Poutine, afin que celui-ci soit à nouveau candidat aux élections présidentielles. Plus moderne, moins autoritaire, Medvedev a pu pendant quatre ans mettre en avant ses qualités, qu’il pourra à nouveau utiliser comme futur premier ministre si Poutine est élu, ce dont il est difficile de douter. La Russie continue de payer le traumatisme des années Eltsine, l’opposition se résumant entre les nostalgiques du passé soviétique autour de l’éternel candidat Guennadi Ziouganov, et les libéraux atlantistes, soutenus par les oligarques réfugiés à l’étranger.

Les nationalistes d’opposition, réunis désormais dans la structure unitaire « Les Russes [ethniques] » (Русские), sont surveillés de près par les autorités. D’autres nationalistes, autour du (nouveau) mouvement « Rodina » de Dmitri Rogozine, ou bien du LPDR de Vladimir Jirinovski, sont explicitement ralliés au pouvoir, bien que conservant une indépendance théorique. Rogozine est pressenti par certains journalistes comme l’étendard nationaliste qui étouffera la contestation du régime Poutine sur sa droite. Il pourrait finir ministre des affaires étrangères, ayant démontré ses grandes qualités diplomatiques comme représentant de la Russie à l’OTAN.

Aux yeux des européens de l’ouest, le système russe inquiète. On pourrait sans trop se tromper le qualifier de « démocratie autoritaire ». La Russie ayant souffert de 70 ans de bolchevisme et de dix ans de libéralisme outrancier, et constatant la décadence profonde qui accable les autres pays européens, n’a aucune envie de nous imiter, et on la comprend. Pourtant son avenir est intimement lié au reste du continent, et réciproquement. Nietzsche avait prophétisé qu’au bord du tombeau, l’Europe unie se forgerait et que dans ce cadre la Russie aurait un rôle important à jouer.

Le mandat présidentiel étant passé à six ans, Vladimir Poutine peut demeurer président jusqu’en 2024. A l’instar d’un De Gaulle pour la France, il a réussi à personnifier mieux que personne la fierté russe retrouvée. Il sera donc difficile pour le peuple russe de tourner la page de ce personnage. Avec toutes ses qualités, Medvedev n’a pas pu proposer une alternative crédible à son ancien mentor ; il ne disposait pas des réseaux internes nécessaires pour peser face à la volonté inflexible de Poutine. Mais il continuera en revanche de jouer un rôle de premier plan dans l’appareil gouvernemental russe.

Il existe néanmoins une alternative politique à Poutine, et contre laquelle il n’est même pas sûr qu’il s’opposerait, et elle s’appelle l’européisme. Si l’Europe redevient européenne, et ainsi puissante, la Russie voudra en être.

TURQUIE ET UNION EUROPEENNE (bis)
 
Le gouvernement AKP semble désormais renoncer de plus en plus à la perspective d’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne. Il n’est même pas sûr qu’Erdogan la désire encore. Alors que le président turc Gül expliquait dans un journal allemand qu’il prendrait acte du refus d’adhésion si un seul pays de l’UE s’y opposait, l’analyste russe Fedor Loukianov, interrogé par le journal Kommersant, en conclut que « la Turquie renonce au principe régissant sa politique depuis plusieurs années : à savoir à l’aspiration à adhérer à l’Union Européenne ».

Après avoir manifesté son hostilité à Israël, la Turquie réislamisante d’Erdogan menace Chypre, et au-delà l’Union Européenne, de sanctions si l’île grecque exploite les nouveaux gisements de pétrole découverts dans ses eaux. Si, conformément aux règles en vigueur, en juillet 2012, Chypre accède à la présidence de l’UE, la Turquie gèlera ses relations diplomatiques avec elle. Cette démarche est conforme à la stratégie néo-ottomane mise en place par Davutoglu, qui plait tant aux islamistes égyptiens et tunisiens. Erdogan veut incarner le chef de l’islam sunnite, lorsqu’Ahmadenijad aspire à être son équivalent pour l’islam shiite, d’où la politique conciliante entre les deux hommes.

Alors que le message est extrêmement clair, l’Union Européenne semble incapable de réagir pas face à ces provocations. Les européistes authentiques, à la place des dirigeants de l’UE actuelle, sauraient agir et faire respecter notre civilisation.

FRANCE

Le Sénat passe à la fausse « gauche », libérale et libertaire, pour la première fois de l’histoire de la cinquième république. Son rôle est essentiel car il a un pouvoir égal à l’assemblée lorsqu’il s’agit de modifier la constitution, même si en revanche, concernant les autres lois, son avis est essentiellement consultatif. Il est donc avant tout un verrou juridique, chargé d’empêcher toute révolution par les urnes. Cet organisme, par sa nature anti-démocratique, tant dans ce rôle de contrôle juridique que par un mode de scrutin particulièrement archaïque, qu’on opposera ainsi au Bundesrat allemand, devrait disparaître. La « gauche » préfère y remplacer la droite, preuve qu’elle n’est pas démocrate.

En 1958, le général De Gaulle a été appelé au pouvoir par le vote des députés et des sénateurs de la IVème république finissante. Il n’était donc pas en mesure de supprimer le sénat, pour lequel il avait une profonde hostilité. C’est en 1969 d’ailleurs qu’il sera contraint de démissionner suite à son désaveu politique après l’échec de son dernier plébiscite, dont l’objectif était d’affaiblir considérablement les pouvoirs du sénat.

L’existence même du sénat au sein des institutions françaises démontre si besoin est que rien n’est politiquement possible dans le cadre national. Aujourd’hui, majoritairement à « gauche », il sera encore plus destructeur que sous contrôle par la droite. Il avalisera les réformes les plus démagogiques, comme le vote des étrangers extra-communautaires aux élections locales, de l’aveu même d’un haut responsable du Parti Socialiste, et par ailleurs partisan de François Hollande (1).

Tout mouvement authentiquement républicain devrait appeler à la dissolution du sénat, et à la mise en place d’une assemblée des régions élue au suffrage universel direct, et de préférence à la proportionnelle. Nous ne sommes plus en 1871, et le Sénat sous sa forme actuelle est aussi inacceptable d’un point de vue démocratique que l’existence d’une Chambre des Lords chez nos voisins britanniques.

(1) Martine Aubry se réjouit également, suite à cette victoire électorale, de pouvoir mettre en place cette politique, qui ouvertement bafoue les principes de la citoyenneté. Quant à Eva Joly, la candidate "pastèque" d' "Europe"-"Ecologie" (mouvement qui n'est en vérité ni européen ni écologiste), elle déclare ce soir ceci: "parité réelle, proportionnelle aux législatives, droit de vote des étrangers non communautaires...". A l'exception de la proportionnelle, mesure démocratique, les autres propositions sont sectaires. L'idée même de "parité" bafoue le principe de la souveraineté populaire, le peuple étant seul juge de qui il désire pour le représenter, et le troisième point, démagogique et électoraliste, est implicitement communautariste, donc anti-républicain. Le droit de vote doit demeurer l'apanage du citoyen, c'est la base même de la conception démocratique. Ni socialiste, ni démocrate, le PS a trahi Jaurès.

11/01/2010

Poutine meilleur leader russe depuis Pierre le Grand (politique australien)

poutine.jpgMOSCOU,  11/01/2010 - RIA Novosti | L'ancien président et actuel premier ministre russe Vladimir Poutine est le meilleur leader russe depuis Pierre le Grand, a estimé l'ex-député australien Ross Cameron dans les pages du Sydney Morning Herald.

"Autrefois agent secret en Allemagne de l'Ouest, M.Poutine pouvait constater les avantages incontestables du libre marché", a rappelé M.Cameron, en indiquant que l'Occident avait tort d'insister sur le fait que M.Poutine était issu du KGB (service de renseignement de l'ancienne Union soviétique).

A Saint-Pétersbourg, M.Poutine travaillait sous la direction de son ami et ancien professeur de la faculté du droit, maire de la Venise du Nord Anatoli Sobtchak. L'ex-parlementaire australien qualifie M. Sobtchak de Milton Friedman russe (Prix Nobel d'économie en 1976, fondateur du monétarisme).

Depuis 2004, M.Poutine se targue de la plus haute cote de popularité parmi tous les dirigeants du monde démocratique, a relevé M.Cameron.

Et d'ajouter que M.Poutine avait hérité d'une catastrophe économique, mais était parvenu à doubler le produit intérieur brut (PIB) du pays et avait remboursé la dette extérieure avant terme.

"Sous Poutine, le pouvoir des oligarques s'est affaibli, tandis qu'augmentaient ses contrepoids, tels que le parlement, la suprématie de la loi et la classe moyenne qui s'est accrue de manière vertigineuse passant de 8 à 55 millions de personnes", a affirmé M.Cameron.

L'homme politique australien a aussi appelé à ne pas soupçonner la Russie d'ambitions impérialistes. Il estime notamment que les Russes ethniques prédominent en Ossétie du Sud de sorte que la majorité de sa population souhaite adhérer à la Russie.

"Il se peut que les médias russes soient trop pro-Poutine, mais sans doute ni plus ni moins que les médias américains sont pro-Obama", a écrit M.Cameron.

Par conséquent, conclut-il, les gens de bonne volonté ne peuvent déplorer le maintien de l'influence de Vladimir Poutine en Russie et dans le monde.

SOURCE (Ria Novosti)

20:38 Publié dans Analyses | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, poutine, kgb, économie, démocratie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook