Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2016

Elections parlementaires à Chypre. Les sortants sanctionnés

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/00/01/3571613594.png

élections législatives,Chypre,2016Ce 22 mai se déroulaient dans une totale occultation de la part des media français des élections parlementaires dans la partie grecque, et seule membre de l’Union Européenne, de l’île de Chypre.

A l’image des autres élections chez leurs voisins européens, les Chypriotes ont exprimé dans les urnes leur lassitude face aux partis institutionnels, et notamment la droite démocrate-chrétienne et la gauche marxiste (« communiste »).

Avec 30.69% des voix et 18 sièges, le Rassemblement Démocratique (démocrate chrétien et libéral) au pouvoir s’érode, perdant 3.7 points et 2 sièges. Il est donc loin de constituer une majorité au sein d’un parlement de 59 sièges. Les communistes du AKEL avec 25.67% des voix et 15 sièges sont également sanctionnés et plus durement que le parti au pouvoir. Ils perdent 7.1 points et 4 sièges. On peut encore se demander comment un parti se réclamant du léninisme peut encore exister au sein d’un état membre de l’UE mais en tout cas il recule.

Les modérés du Parti Démocrate ne sont pas mieux lotis. Avec 14.49% (-1.3) et 8 sièges (-1), ils ne profitent pas du recul des deux principaux partis et s’associent au contraire à leur désaveu. Même chose pour les sociaux-démocrates et écologistes du KSD, avec 6.18% des voix (-2.8) et quatre sièges (-1).

De nouveaux partis en revanche récupèrent ces électeurs. L’alliance des citoyens (SYROL), représentant un populisme de gauche, obtient 6.01% et 3 sièges, de même que le mouvement écologiste (KOSP) avec 4.81% des voix et 3 sièges. Ces partis ont bénéficié du recul de la gauche communiste et socialiste.

C’est à droite que le renouveau se fait également. Avec 5.24% des voix et 3 sièges, le Mouvement Solidarité, dont le nom cache un parti eurosceptique et national-conservateur, rentre au parlement. Mais la surprise vient aussi du petit parti ultra-nationaliste ELAM (Front National Populaire), version chypriote de l’Aube Dorée grecque, qui obtient 3.71% des voix (+2.6) et deux députés, entrant pour la première fois à la Chambre des Représentants.

Enfin d’autres petits partis, donc le Parti des Animaux de Chypre, avec 1.16%, se répartissent le restant.

Le parti de droite au pouvoir va devoir composer afin de se doter d’une majorité de 30 députés, ce qui implique une alliance avec les centristes mais aussi avec les souverainistes. Cette coalition serait très difficile toutefois à établir. La gauche aura de son côté beaucoup de mal à proposer un gouvernement d’alternance autour des communistes. Chypre risque donc de devenir ingouvernable ou dirigée par une coalition hétéroclite d’intérêts centrifuges. Là encore, les électeurs de Chypre ont voulu sanctionner les sortants sans se doter d’une opposition crédible afin de les remplacer. C’est un phénomène européen.

20:08 Publié dans Analyses, Elections en Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : élections législatives, chypre, 2016 | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/09/2011

Brèves européennes... (2)

2707.jpg

RUSSIE

Le président Medvedev a renoncé officiellement à briguer un second mandat présidentiel et a apporté un soutien explicite à son premier ministre, Vladimir Poutine, afin que celui-ci soit à nouveau candidat aux élections présidentielles. Plus moderne, moins autoritaire, Medvedev a pu pendant quatre ans mettre en avant ses qualités, qu’il pourra à nouveau utiliser comme futur premier ministre si Poutine est élu, ce dont il est difficile de douter. La Russie continue de payer le traumatisme des années Eltsine, l’opposition se résumant entre les nostalgiques du passé soviétique autour de l’éternel candidat Guennadi Ziouganov, et les libéraux atlantistes, soutenus par les oligarques réfugiés à l’étranger.

Les nationalistes d’opposition, réunis désormais dans la structure unitaire « Les Russes [ethniques] » (Русские), sont surveillés de près par les autorités. D’autres nationalistes, autour du (nouveau) mouvement « Rodina » de Dmitri Rogozine, ou bien du LPDR de Vladimir Jirinovski, sont explicitement ralliés au pouvoir, bien que conservant une indépendance théorique. Rogozine est pressenti par certains journalistes comme l’étendard nationaliste qui étouffera la contestation du régime Poutine sur sa droite. Il pourrait finir ministre des affaires étrangères, ayant démontré ses grandes qualités diplomatiques comme représentant de la Russie à l’OTAN.

Aux yeux des européens de l’ouest, le système russe inquiète. On pourrait sans trop se tromper le qualifier de « démocratie autoritaire ». La Russie ayant souffert de 70 ans de bolchevisme et de dix ans de libéralisme outrancier, et constatant la décadence profonde qui accable les autres pays européens, n’a aucune envie de nous imiter, et on la comprend. Pourtant son avenir est intimement lié au reste du continent, et réciproquement. Nietzsche avait prophétisé qu’au bord du tombeau, l’Europe unie se forgerait et que dans ce cadre la Russie aurait un rôle important à jouer.

Le mandat présidentiel étant passé à six ans, Vladimir Poutine peut demeurer président jusqu’en 2024. A l’instar d’un De Gaulle pour la France, il a réussi à personnifier mieux que personne la fierté russe retrouvée. Il sera donc difficile pour le peuple russe de tourner la page de ce personnage. Avec toutes ses qualités, Medvedev n’a pas pu proposer une alternative crédible à son ancien mentor ; il ne disposait pas des réseaux internes nécessaires pour peser face à la volonté inflexible de Poutine. Mais il continuera en revanche de jouer un rôle de premier plan dans l’appareil gouvernemental russe.

Il existe néanmoins une alternative politique à Poutine, et contre laquelle il n’est même pas sûr qu’il s’opposerait, et elle s’appelle l’européisme. Si l’Europe redevient européenne, et ainsi puissante, la Russie voudra en être.

TURQUIE ET UNION EUROPEENNE (bis)
 
Le gouvernement AKP semble désormais renoncer de plus en plus à la perspective d’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne. Il n’est même pas sûr qu’Erdogan la désire encore. Alors que le président turc Gül expliquait dans un journal allemand qu’il prendrait acte du refus d’adhésion si un seul pays de l’UE s’y opposait, l’analyste russe Fedor Loukianov, interrogé par le journal Kommersant, en conclut que « la Turquie renonce au principe régissant sa politique depuis plusieurs années : à savoir à l’aspiration à adhérer à l’Union Européenne ».

Après avoir manifesté son hostilité à Israël, la Turquie réislamisante d’Erdogan menace Chypre, et au-delà l’Union Européenne, de sanctions si l’île grecque exploite les nouveaux gisements de pétrole découverts dans ses eaux. Si, conformément aux règles en vigueur, en juillet 2012, Chypre accède à la présidence de l’UE, la Turquie gèlera ses relations diplomatiques avec elle. Cette démarche est conforme à la stratégie néo-ottomane mise en place par Davutoglu, qui plait tant aux islamistes égyptiens et tunisiens. Erdogan veut incarner le chef de l’islam sunnite, lorsqu’Ahmadenijad aspire à être son équivalent pour l’islam shiite, d’où la politique conciliante entre les deux hommes.

Alors que le message est extrêmement clair, l’Union Européenne semble incapable de réagir pas face à ces provocations. Les européistes authentiques, à la place des dirigeants de l’UE actuelle, sauraient agir et faire respecter notre civilisation.

FRANCE

Le Sénat passe à la fausse « gauche », libérale et libertaire, pour la première fois de l’histoire de la cinquième république. Son rôle est essentiel car il a un pouvoir égal à l’assemblée lorsqu’il s’agit de modifier la constitution, même si en revanche, concernant les autres lois, son avis est essentiellement consultatif. Il est donc avant tout un verrou juridique, chargé d’empêcher toute révolution par les urnes. Cet organisme, par sa nature anti-démocratique, tant dans ce rôle de contrôle juridique que par un mode de scrutin particulièrement archaïque, qu’on opposera ainsi au Bundesrat allemand, devrait disparaître. La « gauche » préfère y remplacer la droite, preuve qu’elle n’est pas démocrate.

En 1958, le général De Gaulle a été appelé au pouvoir par le vote des députés et des sénateurs de la IVème république finissante. Il n’était donc pas en mesure de supprimer le sénat, pour lequel il avait une profonde hostilité. C’est en 1969 d’ailleurs qu’il sera contraint de démissionner suite à son désaveu politique après l’échec de son dernier plébiscite, dont l’objectif était d’affaiblir considérablement les pouvoirs du sénat.

L’existence même du sénat au sein des institutions françaises démontre si besoin est que rien n’est politiquement possible dans le cadre national. Aujourd’hui, majoritairement à « gauche », il sera encore plus destructeur que sous contrôle par la droite. Il avalisera les réformes les plus démagogiques, comme le vote des étrangers extra-communautaires aux élections locales, de l’aveu même d’un haut responsable du Parti Socialiste, et par ailleurs partisan de François Hollande (1).

Tout mouvement authentiquement républicain devrait appeler à la dissolution du sénat, et à la mise en place d’une assemblée des régions élue au suffrage universel direct, et de préférence à la proportionnelle. Nous ne sommes plus en 1871, et le Sénat sous sa forme actuelle est aussi inacceptable d’un point de vue démocratique que l’existence d’une Chambre des Lords chez nos voisins britanniques.

(1) Martine Aubry se réjouit également, suite à cette victoire électorale, de pouvoir mettre en place cette politique, qui ouvertement bafoue les principes de la citoyenneté. Quant à Eva Joly, la candidate "pastèque" d' "Europe"-"Ecologie" (mouvement qui n'est en vérité ni européen ni écologiste), elle déclare ce soir ceci: "parité réelle, proportionnelle aux législatives, droit de vote des étrangers non communautaires...". A l'exception de la proportionnelle, mesure démocratique, les autres propositions sont sectaires. L'idée même de "parité" bafoue le principe de la souveraineté populaire, le peuple étant seul juge de qui il désire pour le représenter, et le troisième point, démagogique et électoraliste, est implicitement communautariste, donc anti-républicain. Le droit de vote doit demeurer l'apanage du citoyen, c'est la base même de la conception démocratique. Ni socialiste, ni démocrate, le PS a trahi Jaurès.

01/02/2010

Chypre: Ban Ki-moon ne connaît pas le concept...

...d'invasion militaire.

invasion_poster.jpgATHENES, 1er février - RIA Novosti | Les communautés chypriotes grecque et turque sont en mesure de parvenir à la réunification de l'île, a déclaré dimanche le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon en visite à Chypre.

"Aujourd'hui je suis plus que jamais certain qu'un accord mutuellement acceptable est possible malgré le grand nombre de problèmes", a insisté Ban Ki-moon.

Le secrétaire général a entamé à Chypre une visite de trois jours dimanche 31 janvier.

Des négociations entre les dirigeants des communautés chypriotes grecque et turque, Demetris Christofias et Mehmet Ali Talat visent à réunifier l'île divisée depuis 35 ans sur la base des résolutions onusiennes. Le dialogue est en cours depuis déjà 18 mois, mais pour le moment il n'a pas donné de résultats tangibles.

Le secrétaire général devrait s'entretenir en tête-à-tête avec chacun des responsables pour négocier ensuite dans le format tripartite.

Ban Ki-moon a appelé les deux hommes politiques à montrer leur volonté de parvenir à un compromis.

Chypre est divisée depuis 1974, date à laquelle l'armée turque a envahi le nord de l'île, suite à un coup d'Etat de Chypriotes-grecs soutenus par Athènes qui voulaient rattacher l'île à la Grèce. Au moins 30.000 soldats turcs sont stationnés en République turque de Chypre du Nord (RTCN, uniquement reconnue par Ankara).

SOURCE (Ria Novosti)

16:18 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ban ki-moon, turquie, chypre, onu | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook