Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2015

Elections croates : victoire du HDZ à la Pyrrhus

 http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

élections parlementaires 2015,croatie,hdz,hspHier soir, on annonçait la victoire de la droite conservatrice aux élections parlementaires croates qui se déroulaient ce dimanche, bien que sans majorité parlementaire. En réalité, le HDZ ne domine le SDP (sociaux-démocrates) que de 1.27 points, ce qui est dérisoire. Par ailleurs le scrutin se déroulait dans 10 régions, en plus d’une « région » pour les Croates de l’étranger et d’une « région » pour les minorités ethniques (Serbes…) avec répartition des sièges en fonction de ces dernières. Il fallait en effet dépasser 5% dans une région pour y avoir des élus.

Le HDZ, autour de la coalition « Alliance Patriotique », allant du centre-droit à l’extrême-droite (HSP-AS), a obtenu 34.64% des voix au niveau national et est en tête dans cinq régions (et chez les Croates de l’étranger). Le SDP (gauche) autour de la coalition « La Croatie avance » obtient 33.37% des voix et remporte également cinq régions. Ces deux partis sont donc dans un mouchoir de poches et ne devraient différer que très légèrement en nombre de sièges. Les autres partis feront donc la différence sans qu’il soit à cette heure établi qu’une coalition majoritaire pourra se mettre en place.

Le HDZ peut compter comme alliés les élus de la liste conservatrice et régionale HDSSB qui obtient des sièges dans la région IV mais c’est bien peu. Il peut néanmoins espérer le soutien déterminant de la liste MOST, un mouvement de centristes libéraux, qui a obtenu 13.64% des voix, devenant ainsi le troisième parti du pays, et fait rentrer des députés dans les dix régions croates. Son rôle sera déterminant pour toute majorité, de gauche comme de droite, et sera donc férocement courtisé.

Le SDP a en revanche de nombreux alliés au sein de la nouvelle assemblée. Il peut espérer le soutien de la liste Zivi Zid (humanistes/pacifistes) qui n’a obtenu que 4.26% des voix mais a réussi à faire rentrer des députés dans quatre régions. En outre, la liste de gauche unie (Coalition Travail et Solidarité) autour de Milan Bandic avec 3.39% des voix parvient néanmoins à passer la barre des 5% dans trois régions (II, VI et VII). Les progressistes/réformistes  (« Croatie qui réussit ») de centre-gauche n’obtiennent que 1.57% mais dépassent les 5% dans la région III. En revanche, la liste OraH (centre-gauche et écologistes) avec 1.74% des voix n’aura pas d’élus dans la future assemblée. Enfin, une liste istrienne (« Notre propre droit ») avec 1.9% au niveau national mais 19.8% dans la région VIII (Istrie) aura aussi quelques élus en renfort pour la gauche.

La droite nationaliste, hors coalition autour du HDZ (avec le soutien du HSP Ante Starčevic), est en revanche laminée. La coalition droitière « Prêts », composée des ultra-conservateurs du HKS, des défenseurs de la famille du OS et du HSP (Parti croate du droit), n’obtient que 0.63% des voix sur l’ensemble du pays, alors que la scission HSP Autochtone (A-HSP) sous ses propres couleurs n’obtient que 0.54%. L’extrême-droite indépendante (et divisée) en est donc réduite à 1.17% des voix.

Dans l’assemblée 2015, et en partant du principe que de nouvelles élections ne seront pas rapidement organisées, la gauche est donc en position de force par rapport à la droite, qui ne pourra espérer gouverner qu’avec le soutien du MOST, en espérant que cela soit suffisant pour former une majorité. Difficile en conséquence de parler de victoire des conservateurs.

[Méthodologie : Les résultats des élections croates ne sont fournis que par région. J’ai donc dû ajouter l’ensemble des voix de chaque parti dans chaque région par rapport à l’ensemble des personnes ayant voté pour un parti, hors vote blanc donc, pour déterminer les résultats nationaux.]

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

04/12/2011

Brèves européennes… (9)

Ce dimanche, l’Europe connaissait trois élections législatives, en Russie, en Croatie et en Slovénie. En attendant les résultats définitifs ce soir ou demain matin, je vous propose ici un résumé de la situation.

SLOVENIE

Selon des résultats partiels, à 65% environ du dépouillement, la liste de centre-droit de Zoran Jankovic intitulée Pozitivna Slovenija remporterait 28,69% des suffrages, devant la liste du Parti Démocrate Slovène (SDS) qui obtiendrait 26,16% des voix. Le grand perdant de ces élections est la liste des Sociaux Démocrates (SD), qui avec 10,54% des voix, connaît un effondrement spectaculaire, annoncé par ailleurs par les sondages depuis plusieurs semaines. Ils payent là les problèmes économiques dus à la crise des dettes souveraines mais aussi des affaires de corruption. La Liste Civique de Gregor Virant (centre-droit, DLGV) obtient un résultat honorable de 8,42%. Le Parti Démocrate des Retraités de Slovénie (DeSUS) obtient 6,95% des voix. Enfin, le Parti Populaire Slovène (démocrate-chrétien) obtient 6,86% des voix alors que le Parti du Peuple Chrétien obtient 4,76% des voix. En nombre de sièges, le centre-droit est largement majoritaire, les sociaux-démocrates n’obtenant que dix sièges.

Autre vaincu de ce scrutin, le Parti National Slovène (SNS), représentant la droite nationaliste et eurosceptique, qui n’obtient que 1,79% des voix (contre 5,4% en 2008), perd ses cinq sièges et est désormais exclu du parlement.

La chute de la maison socialiste est très impressionnante, puisqu’elle passe en quatre ans de 30,45% et 29 sièges à 10,23% et 10 sièges. Le vainqueur est quant à lui une formation nouvelle, Slovénie Positive, qui n’était pas représentée en 2008, mais obtient désormais 29 sièges en 2011.

CROATIE

Selon les prévisions électorales, à ce stade du dépouillement, mais en l’absence d’informations précises quant au pourcentage obtenu par les différentes formations politiques, se limitant à attribuer 44,5% des voix au centre-gauche et 22,1% des voix au centre-droit représenté par le HDZ, les résultats partiels attribuent 82 sièges à la coalition Kukuriku, 40 sièges au HDZ , 6 sièges aux travaillistes, 6 sièges également au HDSSB (Alliance démocrate croate de Slavonie et Baronja, un mouvement nationaliste), 2 sièges au Parti Paysan Croate (HSS), 2 sièges à la liste d’Ivan Grusilic, et un siège à la droite nationaliste HSP (Parti du Droit), élu par la diaspora, alors que la coalition formée de la liste HSP « Ante Starkevic »/HCSP (Parti du Droit du docteur Ante Starkevic + Parti Pur du Droit), a fortement progressé mais échoue à entrer au parlement.

Au niveau des résultats partiels, dans les onze circonscriptions croates, la progression de la droite nationaliste est impressionnante si on cumule les scores du HSP traditionnel et de la coalition HSP/HCSP dissidente. Région I : 5,97% (HSP 3,11% + HSP/HCSP 2,86%). Région II : 3,88% (HSP 2,4% + HSP/HCSP 1,48%). Région III : 1,8% (1,28 + 0,52). Région IV : 6,66% (5,36 + 1,3). Région V : 7,63% (4,06 + 3,57). Région VI : 5,79% (3,38 + 2,41). Région VII : 6,39% (3,56 + 2,83). Région VIII : 2,64% (1,54 + 1,1). Région IX : 7,17% (3,59 + 3,58). Région X : 8,18% (5,33 + 2,85). Région XI – diaspora : 12,34% (7,81 + 4,53). Alors que la Croatie devrait rejoindre l’Union Européenne en juillet 2012, ces scores, affaiblis par la division des deux partis, indiquent un seuil d’euroscepticisme assez significatif.

RUSSIE

A environ 30% du dépouillement des bulletins des électeurs russes, Russie Unie, le parti de Poutine et Medvedev, aurait obtenu 47,34% des voix, soit un recul de près de seize points par rapport aux résultats de 2007. Le KPRF (communiste) aurait réussi son pari en dépassant les 20% des voix (20,7%), alors que le Parti libéral-démocrate (LPDR) de Jirinovski avec 14,43% des voix deviendrait le second parti du pays et obtiendrait son second meilleur score depuis 1993 (où il avait obtenu 23% des voix et inquiété à l’époque les gouvernements occidentaux quant à l’évolution de la Russie vers le fascisme). Le mouvement Russie Juste, ex-Rodina, aurait obtenu 13,3% des voix. Ces scores, s’ils se confirmaient, indiqueraient une sanction électorale pour le duo dirigeant le pays et pour leur parti, et ce malgré une campagne dynamique mais aussi par l’exercice d’un certain nombre de pressions sur les électeurs. Ce résultat est néanmoins une bonne nouvelle pour la démocratie et prouve que le gouvernement russe respecte globalement la volonté des électeurs. Ce n’est pas la Biélorussie.