Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2010

Mythe n°5 : les Albanais sont musulmans et ne sont pas européens - par Thomas Ferrier

dita-e-veres-009.jpgParmi les mythes politiques qui ont la vie dure apparaît naturellement celui de la non-européanité des Albanais, considérés ainsi en raison de l'islamité relative de l'Albanie, d'une occupation ottomane plus longue que dans les autres pays balkaniques, l'Albanie ne devenant indépendante qu'en 1913 soit près d'un siècle après la Grèce et la Serbie, et enfin d'une tenace propagande albanophobe, qu'elle soit le fait de nationalistes italiens hostiles à l'immigration albanaise ou de nationalistes serbes opposés à l'indépendance du Kosovo albanophone. Briser ce mythe c'est avant tout rendre hommage au peuple albanais, libéré depuis un peu moins de vingt ans de la dictature communiste la plus sombre d'Europe. Mais c'est aussi, d'un point de vue eurocentré, insister sur le principe de réconciliation nécessaire entre tous les Européens.

  • 1. Premier sous-mythe: les Albanais et l'islam.

Il est de bon ton de considérer l'Albanie comme un pays musulman sous prétexte que, selon une statistique de 1930, 70% des Albanais seraient musulmans, partagés entre l'islam sunnite et un islam hétérodoxe, le bektashisme. Aujourd'hui, en 2009, les chiffres sont en apparence contradictoire, utilisés selon les intérêts de tel ou tel groupe politique. Ainsi, la CIA estime que 80% des Albanais seraient musulmans, alors qu'en revanche selon le WCE[1] 39% des Albanais seraient musulmans et 35% chrétiens. Enfin, le site Operation World annonce même une dominante chrétienne avec 42% des albanais contre environ 39% de musulmans. Selon enfin le mouvement albanais Vargmal (« chaîne de montagnes »), 75% des Albanais seraient plus ou moins athées ou sans religion définie, indiquant que selon un sondage pour 62% des Albanais la religion n'est pas importante alors que seulement 33% estiment le contraire (et 75% contre 20% chez les 15-24 ans).

Lire la suite

23:31 Publié dans Anti-mythes, Billets, Culture, Histoire, Religion | Lien permanent | Commentaires (64) | Tags : albanie, europe, kosovo, islam | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/02/2010

Mythe n°4 : la Turquie est un pays européen - par Thomas Ferrier

foulard_turquie_120-2.jpgCe mythe est d'une certaine manière l'antithèse du mythe précédent concernant le peuple russe. Michel Rocard et les partisans de l'intégration de la Turquie à l'Union Européenne présentent ce pays comme naturellement européen, mais en mettant l'accent sur des critères essentiellement géographiques ou en reliant l'européanité à l'adoption d'un certain nombre de valeurs comme la démocratie et les droits de l'homme. Ceux-là même qui nient l'européanité de la Russie, ou présentent son intégration comme impossible en raison du poids démographique et de la superficie du territoire, sont parmi les plus ardents partisans de l'adhésion turque, adhésion dont les pourparlers ont commencé au printemps 2005. La raison principale de ce soutien est que la Turquie est membre depuis le début des années 50 de l'OTAN, et l'alibi est que De Gaulle et Adenauer auraient fait une vague promesse aux dirigeants turcs en 1963 de permettre l'accès à la Turquie de la communauté économique européenne.

  • 1. La question géographique.

La Turquie est composée de deux parties, à savoir la Thrace orientale, appelée « Turquie d'Europe », et l'Anatolie (Anadolu), appelée également « Asie mineure » ou « Turquie d'Asie ». La première représente seulement 3% de la superficie du pays et compte un peu moins de 10 millions d'habitants, c'est-à-dire environ 14% de la population turque totale.

Lire la suite

00:01 Publié dans Anti-mythes, Billets, Culture, Religion | Lien permanent | Commentaires (118) | Tags : turquie, europe, islam | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

14/02/2010

Mythe n°3 : la Russie est un pays eurasiatique - par Thomas Ferrier

anna-kournikova-picture-1.jpgDepuis une dizaine d'années, le russe Alexandre Douguine, jadis membre de Pamyat, représentant de la « nouvelle droite » et adepte de l'idéologie nationale-bolchevique, a développé une conception eurasiatique de la Russie, au sein de sa structure, le Parti « Eurasie » (Evrazia). Le passé extrémiste de ce penseur russe n'a semble-t-il pas empêché certains politologues français de voir en lui la référence idéologique principale de la politique de Vladimir Poutine. Aujourd'hui, Douguine se veut au nom d'une conception pérennialiste le moteur d'une conception eurasienne de la Russie, ouvertement favorable à l'islam et à la Chine, et est en ce sens le négateur de la stricte européanité de son pays. Avant d'expliquer en quoi la Russie est un pays européen, et seulement européen, rappelons brièvement les racines de cette conception.

Sous le prétexte du fait que la Russie a été occupée pendant plusieurs siècles par les conquérants mongols, ce qui a isolé le pays d'un certain nombre de courants de pensée issus du reste de l'Europe, et selon l'idée arbitraire de certains occidentaux choqués par une certaine brutalité russe, beaucoup de penseurs européens et même russes en sont venus à penser sincèrement que la Russie n'était pas un pays européen. Le grand écrivain Dostoïevski déclara ainsi qu' « en Europe, nous sommes des tatars mais en Asie, nous sommes aussi des européens » et ajouta en outre, et dans le même ordre d'idées, que « le russe n'est pas seulement un européen, il est aussi un asiatique ». L'adage traditionnel du « grattez le russe et vous verrez le tatar » n'est pas pour rien dans cette vision des choses. Le poète Aleksandr Blok ajouta que « oui, nous sommes des huns, nous sommes asiatiques ». Bien évidemment, dans le camp d'en face, et notamment en Allemagne, les théoriciens de l'infériorité slave par rapport au « génie germanique », se sont régalés de ce genre de remarques, à la différence d'un Nietzsche voyant dans la Russie non seulement un pays européen mais le pays capable d'unifier et de revigorer la psychê européenne.

Lire la suite

18:29 Publié dans Anti-mythes, Billets, Culture | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : russie, européanité, europe | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/02/2010

Mythe n°2 : La christianisation de l'Europe fut rapide et pacifique - par Thomas Ferrier

paien.gifUn autre mythe historique que l'on retrouve sous des plumes diverses et variées, et y compris par des historiens de qualité comme Paul Veyne, connu pour avoir démontré que « les grecs croyaient à leurs mythes », dans son dernier ouvrage « Comment l'empire romain est devenu chrétien », est celui de considérer la christianisation de l'Europe comme une évidence naturelle, et en conséquence comme aisée, comme si cette religion était attendue et comblait un manque.

A rebours de la vision de l'école anglo-saxonne telle qu'illustrée par l'historien Ramsay Mc Mullen, ou des travaux de Pierre Chuvin et jadis d'André Piganiol, l'école historique française contemporaine a rejeté l'accusation traditionnelle que l'on retrouve chez les derniers païens, chez Machiavel, chez Voltaire et Gibbon enfin, d'une religion chrétienne responsable de la chute de l'empire romain.

Parmi les historiens du monde scandinave, on notera également la dérive regrettable d'un historien spécialiste du monde viking aussi talentueux que Régis Boyer. Ce dernier, dans ses divers ouvrages, nie avec force les résistances païennes scandinaves à la christianisation et estime que cette dernière fut rapide.

Revenons donc aux faits. Veyne estime qu'à la veille de la conversion de Constantin au christianisme, l'empire romain comprenait 5% de chrétiens en son sein. Certes, les communautés chrétiennes étaient beaucoup plus fortes dans les cités d'orient, notamment en Anatolie et en Egypte. C'est dire à quel point dans la partie occidentale de l'empire cette nouvelle religion était faible. Si Constance Chlore, le propre père de Constantin, a appliqué de manière molle les décrets antichrétiens de Dioclétien, c'est avant tout parce qu'il n'y avait pas beaucoup de chrétiens en Gaule.

Lire la suite

20:15 Publié dans Anti-mythes, Billets, Culture, Histoire, Religion | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : paganisme, mythe, europe | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Mythe n°1 : La France est née avec Clovis - par Thomas Ferrier

Clovis.jpgLes nationalistes et souverainistes français le répètent en cœur, la France naît avec la conversion au catholicisme du chef franc Ludwig (Chlodoweg), plus connu sous son nom latinisé de Clovis, à la fin du Vème siècle de l'ère chrétienne. Ce profond anachronisme, mis en particulier en avant au XIXème siècle, a la vie dure et constitue le premier lieu commun auquel nous allons nous attaquer.

Il convient en premier lieu de rappeler certaines données de l'équation, à savoir que le terme de « Gaule », Gallia en latin, est une invention romaine apposée à une réalité celte beaucoup plus complexe. Lorsque Jules César décide de conquérir les territoires celtiques indépendants, il n'est pas le premier romain à s'opposer aux tribus « gauloises ». Les Celtes d'Italie du Nord (Gaule cisalpine) et d'Espagne (Celtibères) mais aussi ceux du sud-est de notre territoire actuel, la Narbonnaise, sont déjà tombés sous les coups des légions romaines, parfois depuis plusieurs siècles. César sera ainsi confronté non seulement aux Celtes indépendants du continent, comprenant notamment les Belges et les Helvètes, mais aussi aux Celtes des Iles Britanniques, qui soutiennent leurs compatriotes d'au-delà de la Manche.

Ainsi, l'idée d'une Gaule éternelle, avec son unificateur Vercingétorix, ne résiste pas à l'analyse historique élémentaire. De même, les druides, prêtres représentant le polythéisme celtique, étaient formés hors de la « Gaule » pendant une partie de leur apprentissage.

Lire la suite

16:21 Publié dans Anti-mythes, Billets, Culture, Histoire, Religion | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : histoire, europe, religions | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les mythes contemporains de l'Europe

prochaienementdouzerererer.png

Ces prochains jours, Le Blog Thomas Ferrier entend proposer de briser douze mythes contemporains de l'Europe, mythes nationalistes ou mondialistes devenus comme autant de topoi (lieux communs) en décalage profond d'avec la réalité historique, anthropologique, religieuse, idéologique ou géopolitique. Ces douze mythes, comme autant de têtes de l'hydre de Lerne, concernent en particulier la place du christianisme en Europe, les racines de la culture européenne et du nom même d' "Europe" et la vision faussée de la réalité historique propagée par les nationalistes, les libéraux et les marxistes.

Thomas Ferrier (PSUNE)


Les douze mythes contemporains de l’Europe:

1. La France est née avec Clovis.
2. La christianisation de l’Europe fut rapide et pacifique.
3. La Russie est un pays eurasiatique.
4. La Turquie est un pays européen.
5. Le christianisme est la religion de l’Europe.
6. « Europe » est d’origine phénicienne.
7. L’écriture est née à Sumer.
8. L’idée d’européanité est née avec la chrétienté.
9. L’Europe doit la redécouverte des auteurs antiques aux arabes.
10. L’européanisme est une idéologie mondialiste.
11. Le socialisme, c’est le marxisme.
12. La musique classique européenne est ringarde.


25/01/2010

Un islamique turc devient président du Conseil de l'Europe

250PX-~1.JPGReuters via l'Express | 25/01/2010 | Extraits | Un Turc est devenu lundi pour la première fois président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, une institution créée à Strasbourg en 1949. Mevlut Çavusoglu, député et cofondateur du Parti Justice et Développement (AKP), le parti islamiste modéré au pouvoir à Ankara, a été élu par acclamation. Il était le seul candidat.

Cet homme de 42 ans, diplômé en relations internationales et en sciences économiques des universités d'Ankara, de New York et de Londres, a intégré en 2003 l'Assemblée du Conseil de l'Europe où il présidait la sous-commission des migrations. (...)

SOURCE (L'EXPRESS)

20:47 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : turquie, europe, conseil de l'europe, islam, mevlut Çavusoglu | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/01/2010

Turquie, c'est NON !

europe_flag_large.jpgAFP via LeFigaro.fr | 24/01/2010 | Mise à jour : 12:26 | Les Européens sont partagés sur le principe d'une adhésion de la Turquie à l'Union européenne, mais une nette majorité se dégage pour le non si la question est posée dans un referendum, selon un sondage effectué dans cinq pays européens et présenté ce week-end à Istanbul. Interrogés sur une adhésion de la Turquie à l'UE, 47 % des sondés s'y montrent favorables, contre 47 % qui ne le sont pas (6% ne se prononcent pas), selon l'étude coordonnée par l'Université autonome de Madrid, l'Université de Grenade (Espagne), et Bogazici University (Istanbul).

En revanche, à la même question posée dans le cadre d'un référendum, 52 % répondent non, contre 41 % de oui et 7 % qui ne répondent pas. Cette contradiction apparente s'explique par le fait que "si vous forcez les gens à se déterminer dans un referendum, ils hésitent à changer les choses, ils penchent pour le statu quo, alors qu'ils ont plus d'audace lorsqu'on leur demande un simple avis, avec des nuances telles que 'êtes-vous favorable' ou 'plutôt favorable'", a expliqué Hakan Yilmaz, professeur à l'Université Bogazici, en présentant samedi soir cette étude à l'IFEA (Institut français d'études anatoliennes, Istanbul).

L'étude a été réalisée dans cinq pays de l'UE - Allemagne, Espagne, France, Pologne et Royaume Uni - un choix représentatif de l'ensemble des pays de l'UE, selon les estimations des responsables du sondage, a expliqué M. Yilmaz. Concernant le referendum, le non l'emporte dans trois pays, France (64,4%), Allemagne (62) et Royaume uni (46,3), et le oui en Pologne (54,1) et en Espagne (53,2).

SOURCE (AFP via leFigaro.fr)

On notera que l'Espagne et la Pologne seraient davantage partisans, mais que c'est dans les pays à la plus forte population musulmane que le non s'impose nettement. TF

13/01/2010

Abrogation des visas Russie-UE: Moscou veut la "transparence" (Lavrov)

Serguei--Lavrov-2.jpgRia Novosti | 12/01/2010 | Moscou espère que la présidence espagnole de l'UE en 2010 permettra de mettre au point une "feuille de route transparente" vers l'abrogation des visas entre la Russie et l'Union, a déclaré mardi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

"Cet objectif doit être explicitement proclamé. Nous voulons une feuille de route précise et transparente, nous permettant d'avancer vers cet objectif", a indiqué le ministre lors d'une conférence de presse avec son homologue espagnol Angel Moratinos en visite en Russie.

SOURCE (Ria Novosti)

09:47 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, union européenne, europe, diplomatie, lavrov | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/01/2010

Grèce: danger sur la nationalité

Et voilà, une fois de plus les FAUX "socialistes" trahissent leur peuple et l'Europe !

20070721Turquie.jpgLe courrier des Balkans | Presse : 23/12/09 | Mise en ligne : 07/01/10 | Extraits | Le Premier ministre Yorgos Papandréou (PASOK) a présenté le 23 décembre un projet de loi intitulé « Participation civique des citoyens d’origine grecque et des ressortissants étrangers qui résident de façon permanente en Grèce ». Lui-même a qualifié ce projet de loi de « pas important » en direction de l’intégration sociale des immigrés et de la protection de leurs droits. Il pense aussi que ce projet peut permettre de mettre en place de meilleures conditions de sécurité et de cohésion sociale. Ce projet a été discuté en Conseil des ministres et doit encore faire l’objet d’une concertation publique et d’un vote à l’assemblée parlementaire.

Pourront acquérir la nationalité grecque, s’ils en font la demande, les enfants d’immigrés qui sont nés en Grèce et dont les parents résident de façon permanente en Grèce depuis cinq ans ainsi que les enfants d’immigrés qui ont suivi six années d’enseignement dans une école grecque. De même, tous les enfants d’immigrés qui ont suivi trois années d’enseignement dans une école grecque pourront demander la nationalité grecque à leur majorité. Des dispositions particulières sont également prévues pour faciliter les possibilités d’octroi de la nationalité grecque aux enfants d’immigrés qui sont nés en Grèce et sont déjà adultes.

Le leader d’extrême droite Yorgos Karatzaféris demande, lui, qu’un référendum soit organisé sur la question. Ce projet de loi constitue selon lui un mauvais tour joué aux électeurs par le Premier ministre dans la mesure où, toujours selon lui, il n’avait pas annoncé sa politique envers les immigrés dans sa campagne électorale.

Avec l’archiépiscope Hiéronyme à ses côtés, Yorgos Papandréou a voulu, lors de ce Conseil des ministres, assurer ses arrières en annonçant ces mesures. Il semble que de nombreux ministres aient formulé en off leur inquiétude sur les répercussions de ce projet de loi sur l’opinion publique.

SOURCE (Le Courrier des Balkans)

En clair, en Grèce, le gouvernement veut briser la règle de Périclès (Periklis) sur le droit du sang et introduire le droit du sol dans la loi... Ce que voulait faire le gouvernement Prodi en Italie avant sa chute.

Non au droit oligarchique du sol, oui au droit démocratique du sang !

TF | Forum du PSUNE

18:04 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grèce, nationalité, europe, turquie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/12/2009

Jacques Attali et l'avenir de l'Europe

breve-histoire-lavenir-jacques-attali-L-1.jpg"D’ici 2050, c’est plus l’Europe de demain qui ressemblera à l’Afrique d’aujourd’hui plutôt que l’Afrique de demain qui ressemblera à l’Europe d’aujourd’hui"

— Jacques Attali, “Une brève histoire de l’avenir”, Editions Fayard, 2006

22:21 Publié dans Citations | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : immigration, démographie, europe, attali, afrique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook