Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2015

Pour un programme eurocentré d’enseignement de l’histoire !

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

enseignement,histoire,collège,lycée,Europe,identitéFace aux réformes europhobes et même eurocidaires, car destinées à briser la mémoire historique des Européens, et notamment celles en préparation par le gouvernement PS en France, nous devons opposer un contre-programme de résistance. Voici quelques éléments de réflexion en ce sens de ce que pourrait être un programme d’enseignement de l’histoire de l’Europe destiné à promouvoir notre longue mémoire au lieu de chercher à la détruire au nom d’un « multikulti » délirant destiné à faire place libre. J’utiliserai ici la terminologie française classique (6ème à terminale) mais des équivalents existent dans tous les pays d’Europe.

L’enseignement de la sixième doit être exclusivement centré sur la Grèce classique, de l’époque mycénienne à l’époque hellénistique. C’est notre matrice civilisationnelle, aussi un an complet dédié est un minimum. On pourra l’associer à une initiation au grec ancien. Les élèves devront connaître la mythologie, les grands évènements historiques, la résistance de la « petite » Grèce face aux appétits de l’Asie conquérante, la démocratie athénienne.

En cinquième, une année sur Rome, des origines à la fin de l’empire romain. L’élève devra apprendre le destin exceptionnel d’une cité de paysans qui put conquérir en quelques siècles tout le bassin méditerranéen. Il méditera sur la ruine de cette civilisation, sur les raisons internes et externes de sa chute. Le christianisme sera analysé sans complaisance mais sans hostilité de principe non plus. C’est à ce moment là qu’on associera l’initiation au latin.

En quatrième, l’Europe « barbare » sera enfin évoquée et en détail. L’élève européen saura qui étaient les Celtes, les Germains et les (Balto-)Slaves. On lui fera découvrir nos origines communes indo-européennes, avec en outre quelques heures dédiées à l’Iran et à  l’Inde. Les invasions « barbares », à l’ouest comme à l’est, seront étudiées. L’enseignement englobera les temps mérovingiens et jusqu’à Charlemagne. La christianisation du monde barbare fera partie de cet enseignement. Elle sera là encore étudiée sans a priori.

En troisième, c’est l’Europe médiévale au sens fort qui aura son année. Cela comprendra l’Europe occidentale, le monde scandinave et l’empire byzantin. L’islam ne sera étudié que par son impact sur la civilisation européenne. Les conquêtes arabes et turques seront en ce sens évoquées, de même que la chute de Constantinople et la Renaissance.

En seconde, la période 1500-1789 sera étudiée. On évoquera la dimension scientifique du renouveau de la civilisation européenne, les grandes découvertes, la reconquête balkanique, l’expansion de la Russie, la colonisation de l’Amérique.

En première, l’année d’histoire sera dédiée au grand XIXème siècle, depuis 1789 jusqu’à 1914. La révolution et l’empire, la naissance des nationalismes, l’unification de l’Italie et de l’Allemagne seront à l’honneur. Il s’agira aussi de comprendre ce qui en nous a mené à la première guerre mondiale, si funeste en toutes choses.

Enfin, la terminale sera consacrée à une période charnière, à savoir 1914-1957. Elle sera étudiée dans une perspective européenne et non pas nationale. Les révolutions totalitaires, fascistes comme communistes, seront analysées sans ménagement et à égalité. Leur impact et leurs conséquences sur l’Europe contemporaine seront décryptées. Il ne s’agira pas de faire dans l’hypermnésie compassionnelle mais dans une analyse rigoureuse de ce qui a amené à la ruine morale de notre civilisation. L’objectif n’est pas de jeter au visage des élèves un passé « qui ne veut pas passer » et dont il devrait se sentir coupables, mais de comprendre pour ne pas répéter les mêmes erreurs. La mort de Staline en 1953 clôturera cet enseignement. La période ultérieure, trop récente, ne permet pas de s’apprécier avec suffisamment de recul et certainement pas pour des élèves de collège ou de lycée.

Cet enseignement de l’histoire sera clairement eurocentré, de même que le sera aussi la géographie (vaste programme). Il n’a pas pour but de faire découvrir d’autres civilisations mais de comprendre la sienne, car « connais-toi toi-même et tu connaîtras le monde et les dieux », disait la Pythie de Delphes il y a 2500 ans. L’enseignement des cultures non-européennes n’est pas la mission de l’instruction publique. Celle-ci doit former des citoyens européens, non des « citoyens du monde », et doit rappeler à chacun qui il est et d’où il vient, de quel riche patrimoine il est l’héritier.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

07/02/2010

Mythe n°1 : La France est née avec Clovis - par Thomas Ferrier

Clovis.jpgLes nationalistes et souverainistes français le répètent en cœur, la France naît avec la conversion au catholicisme du chef franc Ludwig (Chlodoweg), plus connu sous son nom latinisé de Clovis, à la fin du Vème siècle de l'ère chrétienne. Ce profond anachronisme, mis en particulier en avant au XIXème siècle, a la vie dure et constitue le premier lieu commun auquel nous allons nous attaquer.

Il convient en premier lieu de rappeler certaines données de l'équation, à savoir que le terme de « Gaule », Gallia en latin, est une invention romaine apposée à une réalité celte beaucoup plus complexe. Lorsque Jules César décide de conquérir les territoires celtiques indépendants, il n'est pas le premier romain à s'opposer aux tribus « gauloises ». Les Celtes d'Italie du Nord (Gaule cisalpine) et d'Espagne (Celtibères) mais aussi ceux du sud-est de notre territoire actuel, la Narbonnaise, sont déjà tombés sous les coups des légions romaines, parfois depuis plusieurs siècles. César sera ainsi confronté non seulement aux Celtes indépendants du continent, comprenant notamment les Belges et les Helvètes, mais aussi aux Celtes des Iles Britanniques, qui soutiennent leurs compatriotes d'au-delà de la Manche.

Ainsi, l'idée d'une Gaule éternelle, avec son unificateur Vercingétorix, ne résiste pas à l'analyse historique élémentaire. De même, les druides, prêtres représentant le polythéisme celtique, étaient formés hors de la « Gaule » pendant une partie de leur apprentissage.

Lire la suite

16:21 Publié dans Anti-mythes, Billets, Culture, Histoire, Religion | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : histoire, europe, religions | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les mythes contemporains de l'Europe

prochaienementdouzerererer.png

Ces prochains jours, Le Blog Thomas Ferrier entend proposer de briser douze mythes contemporains de l'Europe, mythes nationalistes ou mondialistes devenus comme autant de topoi (lieux communs) en décalage profond d'avec la réalité historique, anthropologique, religieuse, idéologique ou géopolitique. Ces douze mythes, comme autant de têtes de l'hydre de Lerne, concernent en particulier la place du christianisme en Europe, les racines de la culture européenne et du nom même d' "Europe" et la vision faussée de la réalité historique propagée par les nationalistes, les libéraux et les marxistes.

Thomas Ferrier (PSUNE)


Les douze mythes contemporains de l’Europe:

1. La France est née avec Clovis.
2. La christianisation de l’Europe fut rapide et pacifique.
3. La Russie est un pays eurasiatique.
4. La Turquie est un pays européen.
5. Le christianisme est la religion de l’Europe.
6. « Europe » est d’origine phénicienne.
7. L’écriture est née à Sumer.
8. L’idée d’européanité est née avec la chrétienté.
9. L’Europe doit la redécouverte des auteurs antiques aux arabes.
10. L’européanisme est une idéologie mondialiste.
11. Le socialisme, c’est le marxisme.
12. La musique classique européenne est ringarde.


01/01/2010

Mes meilleurs vœux pour 2010 !

bandeauedito3.png

En ce 1er janvier de la nouvelle année, je vous propose d'évoquer les origines antiques de cette date clé de notre calendrier moderne. Après avoir honoré les dieux une semaine auparavant lors d'une de ces fêtes solaires propres à la païennie romaine, le 1er janvier ferme l'année précédente et ouvre la nouvelle année.

A l'origine, l'année ne commençait pas le 1er janvier mais le 1er mars, date d'anniversaire du dieu de la guerre, fondateur de Rome et père des Romains par l'intermédiaire de leur premier roi, né des amours du dieu et de la vestale Silvia. C'est lorsque le calendrier est passé sous César de dix à douze mois que deux nouveaux mois en début d'année furent introduits, et naturellement le premier mois fut attribué à Janus, dieu qui ouvre l'année.

Janus était le dieu des portes du ciel, permettant d'accéder au royaume des dieux, et des portes en général, un dieu particulièrement lié aux clés. Janus était à la fois le dieu des commencements et le dieu des fins, le premier dieu de la création. Dieu à deux visages, bifrons, il incarnait le passé et l'avenir, la guerre et la paix. Avant que la mythologie grecque ne s'implante à Rome, faisant de Caelus et de Saturnus les grand-père et père de Jupiter, il est plus que vraisemblable que Janus exerçait le rôle de géniteur du dieu suprême, alors que Saturne n'était qu'un dieu solaire mineur.

A Rome, les portes du temple de Janus étaient ouvertes pendant les périodes de guerre et fermées dès que la paix était signée. A l'époque d'Auguste, ce dernier décida de fermer définitivement les portes du temple afin que Rome ne connaisse plus la guerre. Symboliquement, cette paix romaine symbolisait l'arrêt des conquêtes et l'extension maximale souhaitée de l'empire.

Avec la christianisation de l'empire romain impulsée par l'empereur Constantin, dans son souhait de donner une coloration païenne et solaire à la nouvelle religion aux origines orientales, le rôle du dieu Janus passa à un autre être passeur, chargé de garder les portes du paradis, sorte de mélange étrange de Janus et de Charon, le nocher grec d'Orcus. Selon la phrase célèbre attribuée à Jésus, « tu es Pierre et sur cette pierre tu bâtiras ton église », Saint Pierre fut implanté à Rome et récupéra des fonctions anciennes. En tant que saint des clés, représenté tel, il hérite des fonctions du dieu Janus. La paire Pierre et Paul, supposés martyrs de Rome sous le règne de Néron, se substitue également aux deux jumeaux fondateurs, Romulus et Remus, fêtés le 21 avril.

Ce rôle fut attribué chez les Baltes à Saint Jean, se substituant comme à Rome à l'homologue du dieu Janus, le lituanien Jaanis, de même origine indo-européenne, P.I.E *yanos. Enfin, chez les Germains, c'est à Thor que Saint Pierre reprend ce rôle de dieu protecteur du paradis, comme Thor l'était d'Asgard.

Fêtons donc en ce 1er janvier outre la date d'anniversaire de la naissance du dieu, comme le 1er mars est celle de Mars, le 25 décembre celle d'Apollon/Sol et le 1er avril celle de Venus, le commencement d'une nouvelle année.

Au nom du PSUNE et de ce blog, je souhaite à tous nos lecteurs, et à tous nos sympathisants et compagnons de combat, une très bonne année 2010, le succès dans tout ce que vous entreprendrez. Que fleurisse à nouveau l'Europe !

Thomas FERRIER
Secrétaire général du PSUNE

11:54 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rome, histoire, tradition | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook