Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2012

Brandir le drapeau européen, une nécessité historique !

UE_flag.jpgFace à l’armée prussienne, les troupes de Napoléon III n’ont pas pu faire le poids. Sedan solde la fin de l’aventure impériale et le début d’une république dont la majorité parlementaire est monarchiste. La France aurait pu devenir à nouveau une monarchie constitutionnelle si l’héritier des Bourbons l’avait souhaité. Or le comte de Chambord n’aurait pu accéder au trône qu’en acceptant de reconnaître le drapeau tricolore de la patrie, en renonçant au drapeau d’avant 1789. C’est parfois pour une simple question de drapeau que le pouvoir peut échapper à un de ses prétendants.

Il ne faut pas oublier qu’un drapeau n’est pas qu’un simple symbole, un identifiant, mais c’est avant tout un signe de ralliement, un étendard de combat. C’est parce que le drapeau tricolore a arpenté l’Europe sous la Révolution et l’Empire, c’est parce qu’il a représenté la liberté d’un peuple se soulevant contre son roi, en 1830 comme en 1848, c’est parce que de nombreuses personnes sont mortes en son nom ou en le brandissant, qu’il a acquis ses lettres de noblesse. Il en a été de même du drapeau rouge, à l’origine étendard de l’armée romaine, symbole du dieu Mars, et désormais drapeau de la révolution et du socialisme.

Ainsi l’Europe dispose-t-elle d’un drapeau, certes récent mais porteur d’une longue histoire. Ce drapeau, d’abord choisi par le Conseil de l’Europe puis adopté par l’Union Européenne, est d’un bleu royal et souverain, constellé de douze étoiles d’or. On a dit de ces étoiles qu’elle formait la couronne de la Vierge Marie, telle qu’elle est représentée à Strasbourg. Mais ce chiffre douze, symbole de concorde, rappelle aussi la tradition classique, et le bleu, couleur aussi de l’anneau olympique représentant notre continent, fait penser à la couleur des yeux de Zeus, le dieu du ciel, qui s’unit à la princesse crétoise Europê, en qui certains virent une phénicienne. Douze comme les douze signes du zodiaque, douze comme les douze tribus d’Israël, mais douze comme les douze travaux d’Héraclès, le premier héros européen de notre histoire, et douze comme les douze dieux de l’Olympe.

Ce drapeau, qu’on peut ainsi interpréter tant comme un étendard païen que comme fanion chrétien, ne représente pas seulement l’Union Européenne, pas seulement la construction européenne mise en place depuis l’après-guerre, mais l’Europe toute entière, même si tous les européens n’en ont pas encore conscience. Certains voudront à tout prix l’interpréter comme l’étendard de la technocratie bruxelloise. Il est vrai qu’on le retrouve sur tous les bâtiments institutionnels de l’actuelle UE. Mais ces mêmes technocrates s’en revendiquent-ils ? Ils ne chantent pas l’hymne européen et ils ne lèvent pas bien haut ce drapeau bleu étoilé.

Un drapeau a la valeur que le peuple lui confère, et ce drapeau européen, qui est désormais connu et reconnu par de plus en plus d’Européens, doit devenir ce qu’il est, à savoir un drapeau de résistance, un drapeau de combat, celui d’une Europe unie et qui ne veut pas périr. Face à la crise économique que nous subissons, face aux périls qui s’amoncèlent et qui menacent tout le continent, de l’Islande à la Russie, face à l’influence grandissante des Etats-Unis, du monde islamique ou de la Chine au cœur même de notre société, et pour son plus grand malheur, l’Europe doit se réveiller. Elle doit s’unir. Elle ne peut le faire que derrière des hommes, et des femmes, de bonne volonté, qui devront la doter d’institutions solides et légitimes. Mais une nation, une patrie, se doit d’être incarnée, d’être reconnue. Elle a besoin d’être identifiée.

L’Europe a son drapeau. Ce n’est pas le drapeau de ceux là même qui l’ont choisi pour représenter leur institution technocratique. C’est le drapeau de tous les Européens, car l’œuvre échappe à son créateur, et c’est aux véritables européistes que nous sommes, défenseurs de nos traditions, de notre culture ancestrale, de notre héritage commun, de s’en emparer. Ne laissons pas ce magnifique emblème dépérir dans les mains de ceux qui ne sont pas dignes de l’utiliser. Prenons le avec nous, levons le droit devant le soleil éternel, plantons le tout en haut de l’Acropole d’Athènes et de tous les hauts lieux de notre terre de lumière. Défilons derrière lui, tel un bouclier nous protégeant des coups de l’ennemi.

Le drapeau européen doit être face à la Chine de l’autre côté du fleuve Amour. Il doit aussi reposer aux bords de l’Evros, face à ces héritiers islamiques de l’empire ottoman qui nous narguent depuis près d’une décennie et exigent qu’on leur ouvre la porte. Il doit être aux côtés des Arméniens dans le Haut Karabagh et des Chypriotes grecs à Nicosie. Partout où est l’homme européen, partout doit être son drapeau.

Ceux qui refusent de brandir le drapeau de l’Europe, préférant par exemple la cocarde tricolore, se sont trompés d’époque. Ils ne servent pas les intérêts du peuple, ne comprennent pas que l’avenir des Européens est dans l’unité, facteur de paix et de prospérité, facteur aussi de préservation d’une identité plurimillénaire.

Le drapeau européen est couvert de la sueur des millions de travailleurs européens qui ont rebâti notre continent au sortir de deux guerres civiles meurtrières. Il est le fruit d’un patient travail de réconciliation engagé par les pères fondateurs de la construction européenne d’après 1945. Le nationalisme allemand dans son expression hitlérienne ayant ruiné l’économie du continent, et alors que le nationalisme russe assurait sa domination sur la moitié orientale du continent, sous les traits de l’URSS, l’idée d’une Europe unie, qui avait été promue par le premier socialiste, Saint-Simon, comme par le patriote italien Mazzini, redevenait une évidence. Napoléon n’avait entrevu l’Europe comme république unitaire qu’à Sainte-Hélène, alors même que son nationalisme français avait déçu les Italiens et les Allemands et lui avait mis à dos la fierté espagnole et l’honneur russe.

800px-European_Army_Flag_svg.pngLes souverainistes prétendent que la construction européenne a mis fin aux souverainetés nationales, prétendument protectrices. En réalité, c’est bien l’absence d’Europe qui a permis aux américains de mettre nos pays sous tutelle. Et lorsque le maître a brièvement relâché la laisse, lorsque l’occasion historique aurait pu permettre dès les années 50 de disposer d’un Etat européen, avec la Communauté Politique Européenne (CPE) associée à la Communauté Européenne de Défense (CED), gaullistes et communistes, socialistes tièdes et poujadistes, ont voté non.

Il n’y a pas de souveraineté sans puissance, sinon elle n’est qu’une indépendance factice, une liberté de papier, un esclavage déguisé. Seule l’Europe unie dispose de la puissance nécessaire pour se faire respecter et craindre du monde entier. L’Europe de la CEE est encore trop limitée pour permettre à ce potentiel de s’exprimer pleinement. L’Union Européenne a besoin de s’élargir à l’Europe de l’Est, d’incorporer en son sein une Russie affaiblie, mais dont le peuple aspire à un grand destin aux côtés de leurs frères européens. Une telle Europe sera alors invincible.

Et le drapeau bleu étoilé, celui de notre nation en devenir, sera levé d’une manière souveraine. Il conservera les âmes de tous ceux qui ont combattu, de tous ceux qui sont morts, de tous ceux qui ont œuvré à son unité. Alors assumons ce que ce drapeau contient de potentialités. Soyons en fiers. Brandissons-le aux yeux du monde. Qu’il soit le signal que l’Europe ne veut pas disparaître, que bien au contraire elle est prête à renaître.

Ce drapeau, qui fait peur à ces technocrates de Bruxelles et de Strasbourg, qui pourtant devraient le défendre, n’est pas un simple morceau de tissu coloré. Il incarne à lui seul la résistance au mondialisme destructeur et au nationalisme centrifuge, qui ne sont que les deux faces d’un même mal.

Qui vive ? Europa !

Thomas FERRIER
Secrétaire général du PSUNE

04/11/2012

Pour une géopolitique (vraiment) européenne !

 
insigne%20Eurocorps;maxh=150,maxw=150.jpgSortie d’une époque troublée, la géopolitique est redevenue une discipline fondamentale de l’analyse des faits contemporains et la base de stratégies d’alliance. Mais elle n’a pas pour autant cessé d’être la manifestation de la « volonté de puissance » des Etats. C’est ainsi qu’elle reste fondamentalement nationale, même si elle se place dans un cadre mondialisé. Le géopoliticien Aymeric Chauprade, qui refuse ce qu’il appelle les « pan-ismes », comme l’est par exemple le paneuropéanisme, reste ainsi dans une démarche nationale. Et un ouvrage récent d’un autre géopolitologue, Pascal Gauchon, s’intitule même « Géopolitique de la France ». En revanche, la « géopolitique de l’Union Européenne » sortie chez Ellipses paraît d’un poids bien modeste, par rapport aux ouvrages de la même collection consacrés à la Russie, à la Chine, à l’Inde et aux Etats-Unis. Enfin, seule exception à la règle, Yves Lacoste a consacré un numéro complet de la revue Hérodote à « l’Europe et ses limites ».

Or, le choix d’une géopolitique nationale n’est pas sans impact quant à l’avenir du continent européen puisqu’il implique des stratégies diplomatiques particulièrement centrifuges, tel pays jouant de ses liens avec tel ou tel ensemble linguistique, tel pays jouant de son positionnement géographique, tel pays conservant des liens avec un ancien empire colonial, tel pays enfin cherchant à maintenir une diplomatie dite « traditionnelle ». Cela amène à des alliances contre-nature dites de « revers », et surtout ces divisions favorisent des puissances extra-européennes qui raisonnent à l’échelle continentale, comme les Etats-Unis par exemple, la Chine ou le monde islamique.

La géopolitique « nationale » est devenue le pire ennemi du peuple européen, puisqu’au nom d’une diplomatie qu’on ne peut pas qualifier de « démocratique », les choix en la matière étant strictement ceux de nos dirigeants, cela amène à « vendre le pays » aux intérêts de telle ou telle puissance amie. Il suffit de songer au renforcement croissant des positions économiques du Qatar en France depuis plusieurs années.

Une géopolitique « nationale » qui trahit les intérêts du peuple.

La géopolitique française est essentiellement afrotrope, arabotrope et islamotrope. Cela tient aux liens conservés avec les anciennes colonies françaises, dont la langue française est bien souvent restée langue officielle, permettant de regrouper tous ces états au sein de la francophonie, et avec notamment les pays du Maghreb, dont l’islam est une composante « identitaire » essentielle. La décolonisation accomplie, on aurait pu penser que la stratégie de De Gaulle d’une réconciliation franco-allemande comme axe de base d’une unification politique du continent européen serait restée seule en piste. Or, même si le thème européen est demeuré fort, les dirigeants français ont maintenu les liens avec les anciennes colonies, encourageant même un fort flux migratoire venant de ces pays, au prix de déstabiliser profondément la société française. Présente encore sur les autres continents, par le biais de colonies redéfinies comme départements et territoires d’outre mer, la France conserve une vocation mondiale, voulant « jouer » dans la cour des grands.

Le danger d’une telle géopolitique, et on l’a vu avec les déclarations néfastes de François Hollande à Dakar il y a quelques semaines, c’est qu’elle amène les gouvernements français à pratiquer l’ingérence dans les affaires africaines, hier en Côte d’Ivoire et aujourd’hui au Mali, et surtout à faire preuve d’un laxisme coupable en matière migratoire. Tout cela éloigne la France de l’Europe alors que la crise de l’€uro devrait au contraire l’en rapprocher, et cela met la France en porte à faux vis-à-vis d’une Allemagne qui, à raison, se désintéresse des affaires africaines.

Enfin, l’islamotropie du gouvernement français amène à la mise en avant d’un discours antisioniste dominant, malgré des déclarations pro-israéliennes hypocrites, comme celles de François Hollande à l’égard de Benyamin Netanyahu, l’Etat cédant toujours davantage à des revendications communautaires islamiques et passant sous silence l’antisémitisme nouveau qui émerge des banlieues concernées. Une géopolitique européenne digne de ce nom aurait au contraire à cœur d’assurer la pérennité de l’Etat hébreu.

De même, le Royaume-Uni est prisonnier de sa diplomatie, qui est doublement coloniale, puisqu’elle entretient à la fois une relation de soumission à l’ancienne colonie de peuplement britannique que sont les Etats-Unis, et une relation de dépendance réciproque avec ses colonies africaines et asiatiques par le biais du Commonwealth. On notera ainsi que Londres a privilégié le soutien aux populations africaines de son ancien empire colonial, au détriment des européens installés en Afrique du Sud et au Zimbabwe. Comme dans le cas français, cette diplomatie a amené le Royaume-Uni à accepter sur son sol plusieurs millions d’antillais, de pakistanais, d’égyptiens, d’indiens ou d’africains, déstabilisant dès les années 60 la société britannique. Des déclarations tonitruantes du conservateur Enoch Powell à l’émergence du « National Front », et jusqu’aux attentats islamistes de Londres, tout cela illustre le fait que cette diplomatie souveraine ne s’est pas faite au service des intérêts du peuple britannique, bien au contraire.

L’Espagne joue la carte de l’Amérique centrale et méridionale, par ces liens que sont la langue espagnole et l’ancienne sujétion coloniale, et enfin la carte géographique en entretenant une relation ambigüe avec le Maroc. Elle subit en retour ces dernières années une forte immigration en provenance de ces deux ensembles. Il ne s’agit pas de sud-américains d’origine espagnole souhaitant retourner au pays des pères, puisque généralement ceux-ci constituent l’élite politique et économique de leur pays de substitution, mais au contraire des anciennes populations soumises issues des civilisations précolombiennes. Et de même, alors que l’histoire de l’Espagne est celle d’une reconquista de huit siècles, suivie de l’expulsion des « Maures » en 1609, la question musulmane est revenue par le biais de l’immigration, au point où certaines organisations radicales se revendiquent d’Al-Andalus, mythe d’un âge d’or islamique, d’une « Espagne » tolérante, vue de l’esprit de doctrinaires mondialistes du XXIème siècle.

L’Allemagne a conservé sa diplomatie traditionnelle, celle déjà en vigueur sous Guillaume II. Elle a cultivé ses liens avec la Mitteleuropa, selon la théorie de Franz Neumann voulant que l’Allemagne ait vocation à unir autour d’elle l’Europe centrale et orientale. Elle a cultivé sous Schröder son amitié avec la Russie voisine, comme du temps de Bismarck. L’amitié française a malgré tout pu subsister, malgré les méfiances d’un Mitterrand face à la réunification allemande. Mais elle a aussi maintenu son turcotropisme, ce qui a amené dès les années 60 plusieurs millions de Turcs et de Kurdes musulmans à s’installer en Allemagne même, avec les conséquences identiques à celles que j’ai évoquées pour la France et le Royaume-Uni. Néanmoins, il faut reconnaître que la géopolitique allemande est pour le moment la plus européenne, parce que sa géopolitique traditionnelle a été considérablement fragilisée par l’usage qui en a été fait sous le régime national-socialiste.

La Russie quant à elle a toujours oscillé entre occidentalisme et slavophilie, entre l’Europe et l’Asie. La géopolitique « nationale » est eurasiatique, à l’instar des théories de Douguine, c'est-à-dire qu’elle présente la Russie comme un espace intermédiaire entre les deux continents et non comme un pays strictement européen. En réalité, l’occidentalisation comme l’affirmation du caractère slave de la Russie sont toutes deux pleinement compatibles avec l’européisme. Le fait que la Russie se soit rattachée la Sibérie à partir de 1589 ne change rien à sa nature européenne. Mais la géopolitique « nationale » nie ce fait, et amène un Poutine à s’allier à la Chine ou à l’Iran, mais aussi à tourner le dos à l’Union Européenne.

Le cas ukrainien l’illustre remarquablement, puisque le pays est tiraillé entre le Parti des Régions, russotrope, et le mouvement « Patrie » de Timochenko, américanotrope. On notera que le parti nationaliste « Svoboda » est à la fois hostile à l’Union Européenne et à la Russie, mais souhaite l’intégration de l’Ukraine à l’OTAN. La Russie, par crainte de l’Occident, au lieu de dissocier le reste de l’Europe des Etats-Unis, soutient des régimes rétrogrades comme celui de Loukachenko au Belarus, comme du semi-autocrate ukrainien Yanoukovitch. L’Ukraine, pays européen par excellence, pourrait au contraire servir de pont entre l’UE et la Russie, et ne remplit pas sa vocation naturelle. Elle est victime de deux géopolitiques contradictoires.

Ces exemples se retrouvent chez les autres pays européens, même si le poids de ces derniers rend leur géopolitique moins nocive. La Hongrie, sous l’influence des nationalistes du Jobbik, pratique ainsi une diplomatique nostalgique et parfois même fondée sur une histoire fantaisiste. Le lien forcé entre la Hongrie et les Huns amène Budapest à soutenir l’adhésion de la Turquie à l’UE, au nom d’une parenté imaginaire. En outre, elle reprend la vocation impériale d’une Hongrie amputée de son empire, du temps de la double monarchie austro-hongroise, et attise les revendications identitaires des Hongrois de Slovaquie et de Roumanie.

La Belgique maintient ses liens avec l’ancien Congo belge, les Pays-Bas avec le Surinam et l’Indonésie, le Portugal avec le Brésil, la Chine (via Macao), l’Angola et le Mozambique, l’Italie joue à nouveau la carte africaine comme sous Mussolini, et cela amène là encore à une immigration indésirable aux yeux de beaucoup de citoyens.

En conséquence, la géopolitique en Europe a deux résultats :

1. l’encouragement à une immigration extra-européenne non désirée par les Européens, que ce soit l’immigration centre-asiatique en Russie, l’immigration afro-musulmane en France, l’immigration sud-américaine en Espagne, l’immigration indo-pakistanaise au Royaume-Uni. Cela crée un flux que subissent les autres pays européens, même ceux qui n’ont jamais eu de colonies, comme la Grèce, l’Irlande ou le Danemark.
2. l’influence politique oppressante des Etats-Unis sur l’Europe occidentale et centrale, un regain nationaliste en Russie comme réponse politique à cette influence, et en conséquence la division de l’Europe, incapable d’opposer un front commun, politique comme économique, à ses ennemis. La géopolitique « nationale » éloignant la Russie du reste de l’Europe, mais aussi le reste de l’Europe de la Russie, à cause des USA, nuit à l’Europe. C’est logique car par sa nature « nationale », elle sert les stratégies souverainistes et est donc un facteur d’europhobie.

Vers une géopolitique européenne ?

De tous les partis politiques en France et en Europe, seul le PSUNE est déterminé à rompre avec ces géopolitiques « nationales » suicidaires, avec ces diplomaties obsolètes et contraires aux intérêts populaires. Il s’agit ni plus ni moins que d’élaborer une diplomatie européenne fondée sur une géopolitique européenne.

Cela implique un certain nombre de grands principes qu’il conviendrait de mettre en place rapidement, à savoir :

- le refus explicite de toute tutelle américaine, la relation bilatérale entre l’Europe et les USA devant être fondée sur un principe d’égalité, d’amitié et de totale indépendance. Il s’agit de mettre en œuvre une forme de politique Monroe à l’européenne. Si l’objectif n’est pas une rupture totale avec les USA, il s’agit de se faire respecter par ces derniers, ce qui peut passer par une phase de dureté. La première mesure essentielle c’est de dénoncer le traité de l’Atlantique Nord et d’exiger le départ des bases américaines hors d’Europe.
- une décolonisation assumée et menée à son terme. Cela implique un détachement total de l’Europe des questions africaines, la fin de la Françafrique et du Commonwealth, l’indépendance des dernières colonies (« DOM-TOM » et équivalents).
- une ouverture très forte de l’Union Européenne en faveur de la Russie, avec à terme la reconnaissance de la vocation de cette dernière à rejoindre l’UE. Dans le même temps, la diplomatie européenne doit changer de ton vis-à-vis de la Turquie d’Erdogan, mettre fin au processus d’élargissement qui l’associe, et exiger le départ des troupes turques hors de Chypre. En ce sens, l’UE doit oser prôner l’adhésion de l’Ukraine, de la Moldavie et de la Géorgie, mais aussi du Belarus et de l’Arménie, et bien sûr, je l’ai dit, celle de la Russie.
- une politique remigrationniste afin de s’opposer au retour de la question coloniale, cette fois introduite au cœur même des anciennes métropoles. La « question (néo-)coloniale » est ce qui empêche la France et le Royaume-Uni notamment de jouer clairement la carte de l’Europe unie.

Enfin, en matière diplomatique et stratégique, l’euro-centrisme doit être la doctrine de base de toute politique européenne en la matière, et correspond à ce que fut l’isolationnisme en Amérique. Néanmoins, même si le refus de toute ingérence est affirmé, l’Europe aura besoin de fait d’alliés de revers face à certaines puissances qui peuvent menacer ses intérêts vitaux. Si elle parvient à établir une relation équilibrée avec les USA, tout en défendant âprement ses intérêts, elle doit vis-à-vis du monde islamique et de la Chine mettre en œuvre une diplomatie ambitieuse, et conforme à ses traditions les plus ancestrales. Quatre alliés se dégagent en Asie, à savoir l’Inde et l’Iran, et accessoirement l’Afghanistan et le Tadjikistan. Il s’agit pour l’Europe de maîtriser les ambitions turques, la Turquie étant alors coincée entre la Grande Europe et l’Iran, et de se protéger aussi du Pakistan, coincé entre l’Iran et l’Inde, mais facteur de déstabilisation de l’Asie Centrale et au-delà de la Russie.

Enfin, la frontière de l’Amour entre la Russie et la Chine va devenir la frontière entre l’Europe (élargie) et l’Asie. La géopolitique russe de Nicolas II doit devenir la géopolitique européenne de demain. On sait que la Chine cherche à développer ses relations avec l’Afghanistan, de même que l’Inde et la Russie. Il faut soutenir les secondes contre la première.

Le principal problème de cette alliance c’est que l’Iran et l’Afghanistan sont pour le moment soumis à des régimes islamistes, europhobes par nature. Il est bien évident que, pour des raisons totalement différentes de celles des Etats-Unis, l’Europe a intérêt à la chute de ces régimes et à la remise en avant des shahrs, c'est-à-dire des empires, traditionnels. Mohammed Reza Pahlavi et Zaher Shah étaient des europhiles patentés. Ils se souvenaient l’un comme l’autre des traditions ancestrales communes, indo-européennes, de cette parenté civilisationnelle pré-islamique si importante par ailleurs. Leur diplomatie aurait convergé naturellement avec celle d’une Europe européenne unie. C’est en ce sens qu’il faut encourager les populations iranophones notamment à reprendre leur destin en main et à revaloriser leur héritage ancestral au détriment d’un islam qui reste la religion d’un conquérant exogène.
 
Thomas FERRIER
Secrétaire général du PSUNE

21/10/2012

Ich stimme Merkel !

bundestag_(german_parliament).jpgQuand je dis que je vote Merkel, il faut comprendre que ma déclaration est purement métaphorique. En effet je ne suis pas citoyen allemand et je n’ai pas de dérogation spéciale me permettant de participer aux élections allemandes. De plus je pourrais aussi bien dire que j’ai voté Schröder. Par ailleurs je n’ai pas de sympathie particulière pour Angela Merkel. Je préfère son bras droit Wolfgang Schäuble. Pour finir, la politique allemande ne m’enthousiasme pas plus que cela. Dans le passé, l’égoïsme allemand, parfaitement personnifié par Die Grünen, a été responsable des conflits en ex-Yougoslavie. Aujourd’hui il est le grand responsable du déséquilibre énergétique en Europe, du renoncement aux promesses sur le climat.

Si je dis que je vote Merkel, c’est parce que la chancelière cherche à faire avancer l’intégration européenne et parce que le parlement allemand joue pleinement son rôle. Je me sens mieux représenté par les députés allemands que par leurs homologues français. Grâce à eux, je participe, par procuration, au contrôle démocratique de l’Europe, contrôle que le club des dirigeants des Etats membres est incapable d’exercer. C’est un peu comme lorsque les agents de la fonction publique font grève pour le compte des travailleurs du privé. C’est très insuffisant, mais c’est mieux que rien.

La télévision nous a passé récemment des images du rapprochement franco-allemand initié par le général de Gaulle. On y voit le général s’adresser à notre ancien ennemi, dans sa langue, avec une chaleur et un naturel qui tranchent avec les quelques mots hachés sortis de la bouche d’un ridicule François Hollande. On y voit surtout la ferveur de la réaction à ses propos. Des panneaux portent l’inscription Ein Bundestag für Europa. C’est exactement ce que je souhaite: un vrai Bundestag à la tête de l’Europe, pas un parlement de planqués et fiers de l’être, tous europhobes par ailleurs.

La préparation du prochain sommet bruxellois montre pour une fois clairement les divergences abyssales entre Hollande et Merkel et je suis meurtri d’être représenté, comme le citoyen français que je suis en attendant que se réalise le rêve européen, par celui qui nous gouverne.

Ce que Wolfgang Schäuble propose n’est rien de moins qu’un ministre des Finances de fait pour la zone €uro, avec des pouvoirs étendus et notamment la possibilité de retoquer les budgets nationaux, de demander des « améliorations » comme on dit. L’Allemagne voudrait que cette intégration budgétaire soit mise en place dès 2013. Forte de cette avancée, l’Europe, c’est-à-dire d’abord l’Allemagne, pourrait exercer utilement sa solidarité avec les états de l’Union qui connaissent des problèmes. La visite d’Angela Merkel à Athènes prouve sa sincérité.

Il est bien clair que François Hollande, qui tient à faire semblant de gouverner alors que son navire n’a pas de barre à bord et qui tient surtout à rassurer ses troupes en dépensant toujours plus en faveur d'un assistanat improductif et d'une aide somptuaire à quelques amis, ne peut l’accepter. Il demande tout de suite une mutualisation partielle de la dette sous la forme d’€uro-obligations. Quant aux réformes de fond, ce ne sera qu’après 2014, quand la crise sera terminée … Bref il renvoie tout cela aux calendes grecques, sans mauvais jeu de mots. Autrement dit, il demande de mettre en commun le remboursement sans mettre en commun la décision de la dépense. Ce faisant, il se fait le porte-drapeau du laxisme. Contrairement à ce qu’on dit, il ne porte pas les aspirations des pays du Sud : l’Italie et l’Espagne font de réelles réformes structurelles qui justifient qu’on cherche à les aider, pas la France.

Evidemment l’Allemagne, quel que soit le vainqueur des prochaines élections, n’acceptera jamais de suivre Hollande. D’ailleurs la mise en place des fameux eurobonds y nécessiterait une réforme de la constitution.

L’Allemagne a donc fait un pas vers l’Europe. La France, par la voix de son président, lui renvoie une fin de non-recevoir, comme elle l’a déjà fait par deux fois. Alain Minc a raison de dire qu’une quatrième fois ne se présentera pas.

Cette responsabilité historique se double d’une autre, celle de voir l’Europe sombrer de nouveau dans la crise. « Elle est finie », dit notre "président". Il aurait presque raison s’il voulait bien répondre positivement à l’Allemagne, au moins la prendre au mot sur ses propositions. A défaut, il fait tout ce qu’il faut pour que la crise ignorée perdure, jusqu’à la catastrophe.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un accord entre Européens a pu être arraché à propos des banques. Il s’agissait d’une part de mettre en place une assistance aux banques en difficulté et d’autre part d’instaurer une supervision bancaire par la Banque centrale européenne. Evidemment, François Hollande s’intéressait d’abord à la première partie et c’est la raison pour laquelle il tenait à accélérer le processus. A l’inverse, Angela Merkel n’était pas disposée à financer sans garantie. De plus, elle aurait voulu que la supervision des budgets soit abordée en même temps. Il s’en est suivi une querelle de calendrier. Cette dernière a été résolue par un compromis dont le détail importe peu. La seule chose à retenir, sur laquelle l’Allemagne ne pouvait pas reculer, est que l’assistance ne pourra être opérée qu’une fois la supervision installée, c’est-à-dire pas tout de suite. Par ailleurs l’assistance ne sera que partielle, faute d’avoir voulu parler des budgets. Le journal L’expansion ne se trompe pas quand il dit que Madame Merkel, soucieuse de ne pas paraître trop généreuse avant les élections de septembre prochain, est sortie gagnante du bras de fer.

Sur cette question comme sur les autres, étant donné que c’est l’Allemagne seule qui dispose du pouvoir d’assistance, pourquoi Hollande s’obstine-t-il en permanence à tenter de faire avaliser une attitude de laxisme à l’état pur, au risque de retarder sinon d’hypothéquer le relèvement de l’Europe, juste pour le petit plaisir d’avoir fait reconnaître son propre rôle ? Jusqu’où cette gloriole misérable nous conduira-t-elle ?

Peter Eisner (LBTF/PSUNE)

07/10/2012

Abu Hamza, symbole de la permissivité maladive de l’Europe

Hamza.jpgAprès huit ans de procédure, le « citoyen britannique » Abu Hamza a enfin été envoyé aux Etats-Unis pour y être jugé. Abu Hamza, cet égyptien naturalisé britannique par on ne sait quel délire, était bien connu comme prêcheur de haine dans ce qu’il est convenu d’appeler le « Londonistan ». Ce n’est qu’avec les évènements du 11 septembre 2001 que la presse commence à s’intéresser à ce sinistre personnage, puisque ce dernier a approuvé l’action des islamistes.

Son cas est intéressant car il représente bien la permissivité de l’Europe, et le Royaume-Uni, membre un peu à part au sein de l’Union Européenne, et référence des souverainistes, n’échappe pas du tout à la règle. Cet islamiste, qui prônait l’instauration de la sharia en Grande-Bretagne, est même devenu citoyen britannique, une « citoyenneté » qu’il décrivait de manière très objective comme, je cite, une « identité superficielle », une commodité lui permettant de voyager, et qu’il réduisait à des simples « papiers » bien utiles.

Alors que les sociétés démocratiques anciennes, et les sociétés européennes modernes jusqu’il y a quelques décennies, étaient économes en naturalisation, considérant cette dernière comme un acte exceptionnel, elles ont depuis largement ouvert les vannes des naturalisations de masse, offrant sa nationalité à n’importe qui. En France 120.000 personnes par an en moyenne sont naturalisées pour des motifs les plus variés mais se résumant généralement à un temps de présence « suffisant » sur notre territoire. Le PS, à peine en place depuis quelques mois, a d’ailleurs à nouveau assoupli les règles de naturalisation, la droite ayant introduit quelques légers freins par le biais d’un questionnaire de culture générale sur notre pays. Il faut dire que cela lui procure des électeurs supplémentaires, même si on naturalise des gens qui ne parlent même pas français, qui sont entrés illégalement sur notre territoire ou des musulmans fondamentalistes. Ce fut le cas au Royaume-Uni d’Abu Hamza.

Non content de cracher sur son pays d’adoption à chaque allocution, ce personnage n’a jamais manifesté la moindre compatibilité avec la civilisation européenne, qu’il méprise de toute son âme. Et pourtant, lorsque les Etats-Unis le réclament, il faut huit ans de procédure pour pouvoir enfin le faire partir de ce pays. Il a utilisé tous les recours possibles, nationaux et internationaux, en appelant même à la CEDH. Il faut toutefois noter que bien que « citoyen britannique », le gouvernement a pu au final l’extrader, preuve qu’il ne l’a jamais vraiment considéré comme tel d’ailleurs. On apprend par ailleurs par la presse britannique que la reine d’Angleterre elle-même était contrariée par la présence de cet extrémiste.

Parce que le droit est devenu fou, parce que les procédures de recours sont bien trop nombreuses et surtout accessibles à n’importe qui, la civilisation européenne n’est plus capable de se faire respecter sur son propre sol. Elle confère la nationalité des états à n’importe qui, elle donne des droits à des gens qui n’ont jamais rien fait pour les mériter. Il faut donc huit ans pour qu’un fanatique puisse être expulsé. Mais combien d’années ont en revanche été nécessaires pour le naturaliser ? Qui a pris cette décision ? Qui a signé le décret de naturalisation ?

Theresa May, le ministre conservateur de l’Intérieur, a déclaré que ce délai trop long était frustrant. Cela veut bien dire que, UE ou pas, l’Etat britannique n’est plus depuis longtemps un état souverain, et ce même si David Cameron lance une croisade aussi excessive qu’injuste contre le fédéralisme européen. Est-ce l’Union Européenne qui a fait naturaliser Abu Hamza ? Est-ce que l’Union Européenne qui a inventé la CEDH, née à Londres au sortir de la seconde guerre mondiale, CEDH qu’a utilisée Abu Hamza pour retarder pendant des années son extradition ?

Et même quand enfin le gouvernement britannique peut l’envoyer aux Etats-Unis, il le fait en exigeant des Américains qu’il n’envoie pas en détention Abu Hamza à Guantanamo et qu’il ne le condamne pas à la peine capitale. Le « Capitaine Crochet » a enfin quitté le navire de sa majesté mais visiblement le Royaume-Uni continue de le choyer au-delà de l’Atlantique.

Combien cette procédure a-t’elle coûté au contribuable britannique ? Et aux autres européens qui financent par leurs impôts la CEDH et autres institutions du même style, dont la tâche principale est de nous désarmer juridiquement contre des individus de ce genre ? Et qui se soucie des droits que les Européens devraient avoir sur leur sol ?

L’exemple d’Abu Hamza nous montre que l’Europe actuelle est enchaînée par les propres traités et conventions d’ordre juridique qu’elle a signée. Il faut que l’Europe s’unisse mais il faut aussi que l’Europe se refonde sur une base juridique plus saine, moins laxiste, moins permissive, et qui permette aux Européens de se faire respecter chez eux !

Thomas FERRIER (LBTF/PSUNE)

18:28 Publié dans Analyses, Editoriaux, Institutions européennes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/09/2012

Entre euroscepticisme et eurofuturisme…

sondage,IFOP,Le Figaro,euroscepticisme,européisme,opinion,Union Européenne,euroAlors que 76% des membres du conseil fédéral d’ « Europe » Ecologie – Les Verts ont voté contre le traité budgétaire européen promu par François Hollande et Angela Merkel, au grand dam d’un Cohn-Bendit qui en profite pour prendre ses distances avec ce mouvement, le thème européen n’apparaît décidément plus comme un élément fédérateur.

Un sondage IFOP, commandé par Le Figaro et consacré à la question européenne, de septembre 2012, matérialise ce désaveu dont l’idée européenne semble souffrir de la part du peuple français.

En premier lieu, le sentiment d’européanité, qui est ainsi confondu avec celui d’appartenance à l’Union Européenne, est au plus bas, puisque 7% seulement des personnes interrogées se considèrent comme européennes avant tout, et 9% de plus se considèrent comme européens parmi d’autres référents identitaires. Néanmoins, le fait d’être membre de l’UE reste intéressant pour 49% des français, contre 27% qui pensent le contraire. Cela ne signifie pas que pour autant l’UE reste crédible puisque sa gestion de la crise économique ne convient qu’à 24% des sondés, contre 76% qui l’estiment peu ou pas efficace. L’€, principal élément tangible de la construction européenne, n’est plus un atout que pour 23% des gens, 45% estimant au contraire qu’elle est un élément de handicap. Il l’est selon la majorité des sondés en matière de compétitivité de l’économie française (négatif pour 61% d’entre eux), de chômage (63%) et surtout en matière de niveau des prix, ce vieux mythe eurosceptique, l’€uro étant négatif à 89%. Néanmoins, aussi négatif soit l’€uro à leurs yeux, ils ne sont que 35% pour penser qu’il faudrait revenir au franc (l’expression adaptée aurait dû être de « retrouver une monnaie nationale ») contre 65% qui estiment le contraire. L’€-phobie reste néanmoins à un niveau assez haut, même s’il est inférieur à septembre 2011 et plus encore à mai 2010, mais elle n’a pas progressé d’une manière déterminante pour autant.

Le manque de solidarité européenne s’exprime nettement lorsque le cas grec est évoqué, l’idée d’une exclusion d’Athènes si elle ne parvient pas à réduire sa dette et son déficit, étant soutenue par 65% des personnes interrogées.

Enfin, en interrogeant les seules personnes en âge de voter en 1992, lors du référendum sur le traité de Maastricht, le non aurait été de 64% (contre 49% dans la réalité) et le oui aurait été largement dominé avec seulement 36% des voix (contre 51% dans la réalité). Ce résultat témoigne que parmi les partisans de l’Europe politique en 1992, beaucoup sont désabusés et regrettent l’introduction de l’€uro, même si les partisans d’un retour au franc demeurent minoritaires.

Toutefois, même si ces résultats ne sont pas encourageants, les citoyens ne sont néanmoins pas nécessairement cohérents. Le fédéralisme européen séduit encore 40% des sondés, contre 60% qui souhaitent au contraire moins d’intégration européenne. C’est le score le plus bas pour cette question, mais cela reste une option crédible. L’idée d’une politique économique et budgétaire unique n’est pas repoussée, même si elle est minoritaire. Et on peut même parler d’ « eurofuturisme » pour 44% des français, qui estiment probable la mise en place d’un état européen unique, tel que le prône par exemple le PSUNE. Et c’est même le cas pour 46% des sympathisants du Front National, alors que 40% de ceux du Front de Gauche partagent leur avis.

Quant à la question de l’appartenance de la Turquie à l’Union Européenne, le rejet des citoyens n’a jamais été aussi fort. 84% des personnes interrogées sont opposées à l’adhésion turque. La politique intérieure turque, avec la réislamisation de plus en plus évidente de la rue turque, mais aussi avec l’autoritarisme accru de Recep Erdogan, rentre sans doute en ligne de compte. Mais c’est au moins une bonne nouvelle car toute initiative du gouvernement « socialiste » en faveur de cette option ne peut qu’être refroidie par cette opinion si hostile. Néanmoins 37% des sympathisants du Front de Gauche restent favorables à cette adhésion, sans doute et on le verra dans d’autres sondages, parce qu’il a en son sein le plus grand nombre d’islamotropes.

Ce sondage n’illustre pas seulement un clivage entre eurosceptiques et européistes, mais divise les familles politiques et même les genres. Ainsi, les hommes sont les plus favorables à l’Europe politique. 10% se sentent d’abord européens, 54% estiment que l’appartenance à l’UE est intéressante, 31% que l’€ est un atout, 40% auraient voté oui à Maastricht (contre 33% des femmes), 47% souhaiteraient une Europe plus intégrée (mais seulement 33% des femmes) et ils sont même 54% à croire à un état européen unique pour l’avenir.
Le sentiment d’européanité est le plus fort au MODEM et à Europe-Ecologie, en revanche il est inexistant au FN, preuve que la propagande europhobe de Marine Le Pen en a écarté les éléments pro-européens (Nouvelle Droite et autres), et faible au Front de Gauche (4%). En revanche, le Front de Gauche reste moins défavorable à l’UE (47% sont pour) alors que le FN y est très hostile (21% seulement des sympathisants FN considèrent l’UE d’une manière favorable).

Concernant le « retour au Franc », 37% des partisans du Front de Gauche le souhaitent, ce qui est à peine plus élevé que la moyenne, alors que 78% des partisans du FN y sont favorables. L’€uro est d’ailleurs un point de clivage entre l’UMP (20% d’anti-€) et le FN (80% d’anti-€).

Alors que les sympathisants FN semblent les plus opposés à l’UE, ils souhaitent pourtant l’exclusion de la Grèce de la zone €uro, à laquelle ils disent ne pas croire, à 81% et même à 85% si on ne compte que les électeurs FN. Le Front de Gauche est en revanche solidaire des Grecs à 54%.

Parmi ceux qui souhaitent une intégration européenne accrue, 15% des partisans du FN et 28% des partisans du FG s’y montrent favorables, ce qui monte que même au sein d’une mouvance europhobe, comme le FN, il reste malgré tout des partisans de l’idée européenne. 55% des partisans de l’UMP comme du PS sont également favorables à cette intégration. Enfin, parmi les 44% des français pronostiquant un état européen unique à terme, on retrouve ce pourcentage aussi bien à gauche qu’à droite, au Front de Gauche comme au Front National, mais c’est une idée surtout masculine.

La tradition politologique classique a toujours considéré l’électorat féminin comme davantage conservateur, et c’est pourquoi la République n’a instauré le vote des femmes qu’en 1946, ce qui est très tardif. Elle avait craint un temps que les femmes favorisent la victoire des monarchistes ou des cléricaux. Force est de constater que ce sondage IFOP renforce cette idée, même si demeure un socle solide de citoyennes favorables à l’Europe politique. Toutefois, l’exclusion de la Grèce si nécessaire est soutenue majoritairement par des hommes (à 69%), les femmes étant légèrement plus modérées (62%), et surtout par ceux pour qui l’esprit de solidarité aurait dû être le plus fort, ouvriers (72%), employés (69%) et professions intermédiaires (70%).

Un autre sondage IFOP pour Atlantico, consacré à la question du vote des étrangers aux élections locales est également intéressant à analyser. Rappelons que les citoyens des états membres de l’Union Européenne disposent déjà du droit de vote aux élections municipales et européennes en France. 61% des français s’opposent à l’attribution de ce vote aux étrangers « non européens », l’expression « non européens » pouvant d’ailleurs être comprise par certains sondés comme un synonyme d’« allogènes ». 41% sont même farouchement opposés à cette idée. Ils n’étaient que 45% en décembre 2011 à le refuser. De quoi faire réfléchir le PS alors que plus de soixante-dix de ses députés poussent le gouvernement à instaurer ce droit de vote.

Sur cette question, hommes et femmes sont à égalité dans leur refus d’un tel vote, le clivage étant essentiellement entre la gauche et la droite. 72% des électeurs de gauche souhaitent une telle innovation mais seulement 31% y sont très favorables. En revanche, 89% des électeurs de droite refusent cet élargissement du droit de vote, dont 89% des électeurs UMP et 92% des électeurs FN. Enfin, le MD de Bayrou est favorable au droit de vote des étrangers extra-communautaires à 53%, alors qu’une telle mesure, mettant citoyens de l’UE et étrangers hors UE à égalité est fondamentalement la négation de l’idée européenne. Autre clivage, l’âge. 45% des moins de 35 ans sont pour le vote des étrangers contre 37% des plus de 35 ans. Cela illustre aussi la montée en puissance du vote d’origine immigrée. Gauchistes et écologistes sont en pointe dans ce combat (à 76%), le PS étant légèrement plus prudent (71%), mais les plus acharnés sont clairement les Verts (41% de très favorable).

En conclusion, ces sondages montrent que si l’opinion majoritaire est plutôt dans le camp des eurosceptiques à court terme, cela ne va pas jusqu’à remettre en cause majoritairement la monnaie unique et cela n’implique pas véritablement un refus d’une Europe politique pour l’avenir, en tout cas un refus définitif. Même au sein de la formation la plus europhobe, on constate qu’entre 15 et 20% de ses partisans ne sont pas opposés à l’idée européenne, même si le sentiment d’européanité semble pourtant absent.

Si l’Union Européenne telle qu’elle est actuellement gouvernée déplaît et nuit fondamentalement à l’idée européenne, l’idée qu’une autre Europe est possible, et même l’idée qu’une autre Europe verra nécessairement le jour, avec un état européen unitaire à la tête du continent. L’esprit prométhéen des Européens n’est pas encore mort. En revanche, les français sont déterminés, et de plus en plus, à préserver leur identité, en disant non à la Turquie et non au vote des « étrangers non-européens » et c’est plutôt rassurant. Il reste à leur faire comprendre que c’est dans une Europe politique forte que cette identité sera la mieux préservée et que l’Etat français est leur principal adversaire en vérité, alors que les eurosceptiques leur font croire qu’il est leur protecteur. Confondre un bourreau avec un protecteur, voilà le mensonge naïf que Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen en tête voudraient nous faire avaler.

Thomas FERRIER (LBTF/PSUNE)

15/08/2012

Vers l'Europe fédérale à la sauce allemande ?

 
sinn_hans_werner_c_bien_at_ifo.jpgJe suis le premier à déplorer vis-à-vis de la situation économique grecque l’intransigeance dont le gouvernement d’Angela Merkel fait preuve, car c’est beaucoup demander, et j’ajoute beaucoup trop demander d’efforts aux Grecs alors que leur nouveau gouvernement ne pourra pas de toutes façons prendre à son échelle les mesures indispensables, car ce n’est pas une simple réforme du fonctionnement du pays qu’il faudrait entreprendre, et parce que je doute que Samaras prendra des mesures de rétorsion vis-à-vis du lobby des armateurs ou bien du lobby orthodoxe.

Le souverainisme à l’heure d’une mondialisation féroce, et alors que les agences américaines de notation matraquent la pauvre Grèce, n’est vraiment pas l’outil adapté. Ce n’est pas en effet l’Union Européenne qui est responsable de cette situation, mais c’est l’appartenance de la Grèce à la zone euro qui oblige les autres états membres à intervenir, et heureusement pour les Grecs d’ailleurs. L’extrême-gauche et l’extrême-droite, en France comme en Grèce, se rejoignent pour affirmer l’indépendance de ce qu’ils appellent encore des « nations ». Bien au contraire, il faudrait mettre la Grèce sous tutelle européenne, étatiser les biens des églises, mettre à contribution les armateurs grecs, sanctionner ceux qui ne paient pas leurs impôts, structurer un véritable service des impôts, réviser le cadastre et modifier de nombreuses lois.

Mais est-il compatible avec la démocratie de mettre un pays européen sous tutelle, le privant ainsi de ses capacités d’action, indépendamment de l’expression populaire des citoyens par leur vote, et même si c’est pour leur bien ? Cela ne l’est pas. La seule façon de pouvoir concilier efficacité, réforme et démocratie, c’est de transférer l’expression du pouvoir du peuple à une autre échelle, à l’échelle européenne, en ce qui concerne des enjeux qui dépassent largement le cadre national classique. La crise des dettes souveraines exige une réponse européenne et non la synthèse médiocre issue de réponses nationales contradictoires. Les Grecs ne voteront plus en tant que citoyens grecs, mais en tant que citoyens européens, au même titre que les Français ou les Allemands. Ils ne voteront plus pour Syriza ou pour la Hrysi Avgi, ni pour la Nouvelle Démocratie ou le PASOK, mais directement pour le PPE, le PSE, l’extrême-gauche européenne ou une coalition de mouvements nationalistes, et nous l’espérons, pour un parti vraiment européiste et social.

La droite européenne (UMP, CDU) insisterait pour que le budget européen, et les budgets des euro-régions, car il ne faut pas mutualiser l’ensemble de la dette afin de ne pas déresponsabiliser les dirigeants politiques locaux, soient rigoureux et les dépenses maîtrisées. La « gauche » européenne (PS, SPD) insistera sans doute pour une meilleure redistribution des gains économiques de la zone euro. Puis, la prise de conscience européenne aidant, les électeurs se tourneront vers une mouvance « européiste identitaire », déterminée à encourager la relance de la natalité européenne et à inverser des flux migratoires inassimilables qui déstabilisent gravement les sociétés européennes (émeutes en France en 2005, émeutes au Royaume-Uni en 2010).

L’Allemagne a compris la nécessité d’une Europe politique de type plus ou moins fédéral. La notion, certes contestable dans la forme, d’Etats-Unis d’Europe, est désormais mise en avant par les formations politiques principales allemandes. La SPD prône un saut fédéral vers une Europe plus unie ; elle souhaite la mutualisation des dettes des 17 états membres de la zone €, ce qui serait à mon sens une erreur en l’état, et son dirigeant, Sigmar Gabriel, prône même un référendum pour modifier la constitution allemande. En Allemagne, le référendum, rappelant trop les plébiscites hitlériens, même si de nombreux allemands approuvent cette pratique référendaire, est généralement mal vu de la classe politique. C’est dire que la prise de position de Gabriel est courageuse, même si cette mutualisation est impopulaire en Allemagne, car les allemands ont le sentiment, à tort ou à raison, de payer le prix du laxisme d’autres états membres.

La CDU en la personne de son ministre du travail, Ursula von der Leyen, avait déjà pris position en 2011 en faveur des « Etats-Unis d’Europe », et Angela Merkel en 2012 a évoqué à de nombreuses reprises la nécessité d’une Europe fédérale. Mais la France traîne les pieds et ce même si François Hollande a accepté de mettre en place la règle d’or, au grand dam d’une partie de sa majorité. Le PS se révèle au final beaucoup plus souverainiste que l’UMP à laquelle il succède aux affaires nationales.

Mais c’est l’économiste plutôt conservateur Hans-Werner Sinn (voir photographie) qui, dans un article du Monde du 1er août 2012, tient un discours ouvertement européiste, un discours qui n’est pas bien éloigné de celui que le PSUNE prône depuis sa naissance. Citons les extraits les plus remarquables de son propos, qui valent davantage que de longues analyses.

hans-werner sinn,nation européenne,europe fédérale,souverainisme,de gaulle« Les pays européens devront en premier lieu former une seule et même nation, capable de garantir aujourd’hui aux créditeurs qu’ils pourront les aider s’ils venaient un jour à être dans le besoin. La nation européenne devra se doter d’une Constitution, d’une structure légale, d’un pouvoir unique assurant le respect de la loi et d’une armée commune pour se défendre contre l’étranger. (…) Malheureusement, les conditions préalables à la naissance d’une nation ne se réaliseront pas tant que les pays européens, et en particulier la France, se montreront réticents à l’idée d’abandonner une part de leur souveraineté nationale. »

Sinn met la France face à ses contradictions. Ce n’est pas en effet l’Allemagne qui rejette l’idée européenne, pas du tout même, mais bien le gouvernement « socialiste » de François Hollande. Alors que l’européisme est inscrit dans les fondements de la gauche socialiste européenne historique, la « gauche » française trahit le rêve de Saint-Simon, de Hugo, de Jaurès et de Briand. Et pourquoi donc ? Parce que la « gauche » ne veut surtout pas remettre en cause sa politique suicidaire de laxisme migratoire et sa politique d’assistanat, l’un et l’autre étant d’ailleurs souvent liés. Elle ne veut surtout pas qu’une instance européenne lui dicte une autre politique que de ponctionner les classes moyennes pour payer le coût de l’immigration et de l’insécurité. Peut-être en effet qu’une Europe politique exigerait de donner l’indépendance à Mayotte, de couper le financement des plans « banlieue » et d’appliquer une vraie politique de sécurité publique.

S’il faut que l’Europe mette en place en Grèce une tutelle rigoureuse, qui devra tenter d’épargner le plus de souffrance possible à la population grecque, tout en lui obtenant un taux d’intérêt très réduit, en s’en prenant en revanche aux « profiteurs de crise », qui sont de la même nature morale que les profiteurs de guerre, il faudra aussi que l’Europe mette sous tutelle la France et l’oblige à une politique enfin responsable, bien loin des trahisons de la « gauche » et des lâchetés de la droite depuis plus de trente ans. La France aussi doit être réformée et elle ne pourra pas l’être de l’intérieur.

Les européistes de France n’ont pas le choix. Même si le modèle allemand est par ailleurs tout à fait contestable, il faut reconnaître malgré tout que l’Allemagne va dans le bon sens. Il est vrai qu’elle se sait européenne et a compris depuis longtemps son destin continental, à la différence d’une France devenue folle et qui, dans le sens exactement opposé à celui impulsé par De Gaulle, qui était une France européenne, lorgne vers la Françafrique.

Aujourd’hui, et contrairement à ce que prétendent les souverainistes français, De Gaulle serait allemand !
 
Thomas FERRIER (PSUNE)

29/07/2012

Restaurer des Jeux Olympiques authentiques

 
discobole.jpgEn 394 après J.C, l’empereur Théodose, revenu vainqueur d’Italie après avoir écrasé l’armée romaine occidentale d’Eugène, avec l’appui de ses nombreux mercenaires orientaux et huns, décide de mettre fin aux Jeux Olympiques, une des plus estimables traditions millénaires du peuple grec, un moment de paix et de saine concurrence entre les athlètes, un symbole de ce panhellénisme vanté par Isocrate mais qui avait échoué à se réaliser politiquement. Les autorités chrétiennes sous lesquelles l’empereur s’était de son plein gré placé ne supportaient plus ces cérémonies païennes en l’honneur de Zeus Olympien.

Il est vrai que si la tradition place la naissance des Jeux Olympiques en 776 avant J.C, date qui servira d’année zéro selon le calendrier hellénique, il s’agissait déjà de nouveaux jeux olympiques, réinstaurés notamment par l’intervention du spartiate Lycurgue. Les premiers jeux olympiques eurent en effet lieu à Olympie mais avec des athlètes un peu particuliers, à savoir les dieux eux-mêmes, autour du fils de Zeus, le héros et demi-dieu Héraclès en personne. C’est ainsi que la mythologie évoque les victoires d’Apollon, qui surpasse Hermès à la course et triomphe d’Arès au pugilat. Que ce soit l’initiative de Zeus en personne, d’Héraclès ou encore du père fondateur Pélops, dont le Pélopponèse porte le nom, leur dimension sacrée a toujours été affirmée. C’est en l’honneur de Zeus Olympien, dont la statue chryséléphantine ornait un temple considéré comme l’une des sept merveilles du monde, que les athlètes venus de toutes les cités de la Grèce s’affrontaient dans des joutes. Le vainqueur, démontrant ainsi qu’il avait la faveur des dieux, avait droit à sa statue personnelle, et même si sa cité était flattée de sa victoire, c’était l’athlète et lui seul qu’on honorait. Isocrate voit dans ces Jeux la base même de l’idée panhellénique, et la trève sacrée qui obligeait toutes les cités à cesser leurs opérations militaires durant les Jeux, était une belle manière de souligner la parenté profonde entre tous les citoyens grecs.

Bien sûr, les autres divinités du panthéon grec étaient aussi à l’honneur, et notamment les divinités hippioi par paire (« équines »), liées notamment aux combats, à savoir d’une part Arès Hippios et Athéna Hippia, et d’autre part Poséidon Hippios et Héra Hippia, mais aussi la Terre-Mère en personne, Déméter Chamynè (« la déesse qui dort à même le sol »).

Lorsque le baron de Coubertin entreprend avant 1896 de restaurer les antiques Jeux Olympiques, animé par une profonde foi en l’esprit européen et en une nostalgie sincère pour l’ancienne tradition hellénique, il cherche explicitement à s’extraire du cadre chrétien et bourgeois du sport. C’est naturellement qu’il songe à Athènes comme lieu des premières Olympiades modernes, et c’est ainsi qu’en 1896, un millénaire et demi après le décret infâme de Théodose, que les jeux en l’honneur de Zeus, mais sans que la référence aux dieux ancestraux soit explicite, voient à nouveau le jour.

En 1896, à l’exception de l’Ethiopie et du Japon, et des colonies européennes de peuplement en Amérique, les nations olympiques sont les nations d’Europe car le reste du monde est colonisé, en cours de colonisation ou simplement soumis à une tutelle européenne, comme la Chine. Lorsque le baron de Coubertin invente l’olympisme moderne, il le crée en européen décidé à éclairer les autres européens et à créer une solidarité de fait entre les peuples du continent. Malheureusement, son initiative n’empêchera pas la première guerre mondiale, qui se résume là encore à une guerre civile européenne.

Le drame c’est que le principe d’une représentation nationale était un facteur de concurrence détestable, de fierté nationaliste mal placée, et non l’hommage rendu à la civilisation européenne et aux athlètes. L’Allemagne nazie en 1936 s’emparera de son flambeau pour glorifier son idéologie mortifère, détournant ainsi la matrice hellénique pour magnifier ses objectifs conquérants, mais elle sera imité par les Etats-Unis et l’Union Soviétique au cours de la guerre froide, et désormais par la Chine (2008). A Moscou, à Los Angeles puis à Pékin, chaque régime, chaque modèle politique et économique, essaie d’avoir la suprématie. C’est d’ailleurs pourquoi les media donnent tant d’importance au classement des médailles par pays.

En outre, le capitalisme mondialisé a tout envahi, les droits télévisuels créant une manne financière artificielle considérable. Et le fait que le lieu où se déroulent les Jeux change à chaque fois a des conséquences en matière d’environnement particulièrement désastreuses, amenant à construire des infrastructures qui ne serviront plus jamais, mais aussi de graves conséquences économiques. La crise de la Grèce est ainsi intimement liée aux Jeux Olympiques de 2004 qui s’y sont déroulés.

Refonder les Jeux Olympiques, dans un esprit de rupture total avec la mondialisation libérale qui s’en est emparée, mais aussi dans celui d’un retour à la matrice grecque et à la volonté originelle de Coubertin de ranimer cette flamme sacrée, c’est mettre à bas le pseudo-olympisme contemporain, et dont on voit une nouvelle manifestation à Londres en cette année 2012.

La première mesure forte serait de décider que les Jeux Olympiques se dérouleront systématiquement tous les quatre ans à Athènes. Cela permettrait d’aider les Grecs à sortir de leur marasme économique en rentabilisant des installations coûteuses qui ne servent plus à rien.

La seconde mesure serait de décider de briser le caractère international des Jeux Olympiques modernes et d’en affirmer en revanche le caractère strictement européen. Cela implique de restreindre les JO aux seuls athlètes européens et d’en exclure également les sports étrangers ou non traditionnels. Les JO se substitueront ainsi par exemple au Championnat d’Europe d’athlétisme.

La troisième mesure serait d’affirmer le caractère amateur des JO, en clair revaloriser le sport amateur au détriment du sport professionnel. Ce sera privilégier l’importance de la victoire plutôt que celle du temps de référence, du record, chose inconnue des Grecs anciens. En particulier, l’athlétisme en Europe cesserait d’être professionnel. On peut imaginer l’organisation de pré-olympiades dans chaque ville, dans chaque euro-région, mettant en concurrence des sportifs européens amateurs, tout en supprimant l’idée de représentation nationale. Un athlète gagnera en tant que citoyen européen et non en tant que représentant de telle nation, de telle région. Dans l’antiquité, les vainqueurs d’Olympie étaient honorés de la même manière, qu’ils viennent d’Athènes, de Sparte ou de Thèbes, non en tant qu’athéniens, spartiates ou thébains, mais en tant que grecs.

Le vainqueur d’une compétition ne gagnera pas d’argent, ne bénéficiera d’aucun sponsoring, n’aura pas le droit de participer à des compétitions internationales rétribuées, mais se verra doté d’une couronne de feuilles de chêne dorées.

Par ailleurs, le principal problème c’est l’argent corrupteur du sport, lié aux droits de retransmission. Les nouveaux Jeux Olympiques devront alors voir leur système de diffusion totalement modifié, à savoir l’existence d’une seule retransmission officielle, identique au niveau européen, selon un format unique diffusé exclusivement par les chaînes publiques en Europe. La publicité sera totalement bannie aussi bien des retransmissions qu’au sein des lieux de compétition sportive ou sur les maillots. Tout gain éventuel généré par ces Jeux Olympiques servira à l’entretien des installations et éventuellement sera reversé aux caisses du futur Etat européen.

zeus.jpgEnfin, la dernière réforme, sans doute la plus provocatrice, sera de restaurer la dimension sacrée des Jeux Olympiques, allant au-delà de la cérémonie « néo-païenne » actuelle consistant à allumer la flamme olympique par les rayons du soleil. Mikis Theodorakis, lorsqu’il composa pour les JO son « Hymne à Zeus », avait déjà introduit implicitement cette dimension jovienne. Des cérémonies traditionnelles, conformes au rite antique, pourraient être introduites, afin que les Jeux Olympiques retrouvent leur sens vraiment « olympique », en l’honneur des Olympioi, et premiers vainqueurs des Jeux.

Les compétitions de natation ou de sports nautiques seraient exclues des Jeux Olympiques mais se dérouleraient lors des Jeux Isthmiques (en l’honneur de Poséidon, dans l’antiquité) et ce la même année. Les Jeux Olympiques d’hiver seraient parallèlement maintenus, avec deux modifications principales, leur dimension strictement européenne et leur caractère amateur. On peut enfin imaginer réintroduire les Jeux Pythiens (concours de poésie, de théâtre et pourquoi pas de cinéma) et les Jeux Néméens, afin que les quatre fêtes sportives de l’antique Hellade soient réintroduites, et pas seulement celle d’Olympie.

Thomas FERRIER (LBTF/PSUNE)

18/06/2012

Quand la Grèce évite le Tartare

Samaras.jpgLes élections législatives grecques, les secondes en un mois, qui se sont déroulées ce dimanche 17 juin 2012, étaient décisives quant à l’avenir du pays, comme la presse internationale l’a rappelé. Certes, les menaces d’une éviction de la Grèce hors de la zone euro, cas qui n’est pas prévu par les traités communautaires, étaient prématurées. Elles étaient surtout destinées à avoir un impact émotionnel sur le choix des électeurs. Le PASOK ayant une image durablement écornée, associée à l’épouvantable gestion du « socialiste » Papandreou, seule la Nouvelle Démocratie d’Antonis Samaras était en mesure de l’emporter et de mettre en œuvre les mesures décidées au niveau de Bruxelles et des instances internationales pour « aider la Grèce ».

Le choix « mélenchonien » était en revanche de soutenir le jeune Alexis Tsirpas, leader du mouvement de « gauche » radicale Syriza. Son programme démagogique promet de mettre fin au mémorandum européen sur la crise grecque, un ensemble de mesures que le gouvernement d’Athènes devrait engager afin de bénéficier de l’aide de ses partenaires, tout en garantissant le maintien de la Grèce dans la zone euro. Tsirpas en outre est particulièrement ambigu quant à la gestion des flux migratoires, préoccupation essentielle de la population grecque au même titre que la crise.

Les Grecs ont préféré à 29,7% soutenir le parti de droite conservatrice, qui avait su s’unir à la fois à plusieurs anciens députés du Laos nationaliste, dont Makis Voridis, et à des libéraux modérés. Néanmoins, Syriza obtient 26,9% des voix, ce qui constitue un remarquable succès pour cette formation politique. Son succès se fait peu au détriment du PASOK, qui perd un point à 12,3% (contre 13,2% en mai) mais en revanche est réalisé en défaveur du reste de l’extrême-gauche. Les communistes du KKE ne font que 4,5% des voix (contre 8,5% en mai) et évitent de peu la disqualification. Les écologistes, Antarsya (extrême-gauche), les Pirates, les communistes dissidents du KKE-ML, s’effondrent.

A droite, le Laos continue sa descente aux enfers avec seulement 1,6% (contre 2,9% en mai), ayant par ailleurs perdu une partie importante de ses leaders, toute représentation nationale à la Vouli, et ce au profit des conservateurs mais probablement aussi de l’Aube dorée. Les Indépendants Grecs (Anexartiti Ellines) avec 7,5% perdent trois points ; ils faisaient 10,6% des voix il y a un mois. Issus d’une scission plus nationaliste de la Nouvelle Démocratie, une partie de leur électorat a rejoint par vote utile la maison mère.

Deux surprises, dans ce contexte de vote utile et de bipolarité ND/Syriza, sont néanmoins apparues. En premier lieu, avec 6,92% des voix contre 6,97% un mois auparavant, l’Aube Dorée, mouvement néo-fasciste radical et violent, maintient son haut niveau de soutien. C’est le résultat d’une exaspération des Grecs vis-à-vis des flux migratoires extra-européens. Malgré les déclarations négationnistes de son dirigeant, malgré les cas de violence avérés de ses représentants contre des adversaires politiques, malgré les agressions physiques dont certains membres se sont rendus coupables, ce mouvement extrême conserve son aura pleine et entière.

C’est en Laconie et à Sparte que l’Aube Dorée réalise ses meilleurs scores, alors que l’immigration y demeure marginale, avec 10,6% des voix. La Laconie est le berceau des Lacédémoniens/Spartiates mais aussi de l’école philosophique byzantine de Mistra, où Gémiste Pléthon au XVème siècle prêcha le retour aux dieux de l’Olympe et à un mode de vie à l’antique où les paysans libres constitueraient un vivier de soldats pour que l’Hellade retrouve sa liberté, et c’est à Areopoli en Laconie que le dirigeant grec Petros Mavromichalis sonna en 1829 l’heure de la révolution pour chasser l’occupant ottoman hors de l’Hellade. Néanmoins, Aube Dorée perd trois sièges, avec 18 députés contre 21 en mai, en raison de la prime accordée au parti vainqueur, à savoir la Nouvelle Démocratie.

La Gauche Démocratique (Dimokratiki Aristera) progresse quant à elle légèrement avec 6,3% des voix (6,1% en mai 2012) et maintient sa représentation nationale avec 17 députés. Cette formation de gauche modérée pourrait s’associer à la grande coalition qui va très certainement se mettre en place dans les prochains jours autour de Samaras. En effet, la ND seule n’a que 129 députés sur 300, ce qui est insuffisant pour gouverner. Elle aura besoin a minima des 33 députés du PASOK dans le cadre d’une coalition de crise destinée à faire appliquer les mesures de rigueur préconisées, et de l’appui de cette petite formation afin de donner l’image d’un gouvernement rassemblé. En seront naturellement exclus Syriza, le KKE et les nationalistes radicaux de la Hrysi Avgi.

L’attachement des Grecs à l’€ et à l’Union Européenne a été une fois de plus signalé par les électeurs. Ceux-ci n’ont pas voulu prendre majoritairement le risque de l’aventure avec Syriza. Les pressions européennes ont été décisives aux yeux d’un grand nombre de citoyens qui savaient au fond d’eux-mêmes qu’il n’y avait pas de solution alternative en l’état à cette politique de restriction budgétaire légitimement impopulaire. Mais les Grecs en ont en revanche assez de devoir se serrer la ceinture alors que l’immigration clandestine, et notamment musulmane, explose. Antonis Samaras, qui s’est distingué d’Alexis Tsirpas par sa fermeté affichée pour combattre ce problème, devra réussir à mener une telle politique tout en respectant les canons du droit occidental actuel. S’il devait échouer en ce domaine, l’exaspération grecque serait à son comble. C’est un peuple qui est prêt à beaucoup de sacrifices mais qui n’acceptera pas qu’on lui prenne ce que l’on est prêt en revanche à donner à d’autres.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

28/05/2012

Sauvons l’Hellade ou Thermopylae 2012.

mercury.jpgLa Grèce doit-elle se retrouver seule et démunie face à cet empire menaçant qui est la finance internationale, face à une agression économique dont les Etats-Unis d’Amérique sont, par le biais des agences internationales, c’est-à-dire américaines, de notation, qui font depuis des mois la pluie et le beau temps, le chef d’orchestre, afin de fragiliser l’Europe toute entière en s’en prenant à ses maillons les plus faibles (Irlande, Grèce et Portugal) ? L’Union Européenne doit-elle s’attendre à connaître le sort de la petite bien que courageuse Islande ? La question dépasse et de loin le seul € puisque le Royaume-Uni a annoncé il y a quelques jours qu’il était à nouveau en récession. La crise des dettes souveraines, qui se résume en fait aux dettes contractées par les Etats européens auprès de puissances extra-européennes, Chine en tête, est cependant en train de déstabiliser l’économie de la zone € et par extension de l’Europe toute entière. L’ancien président Boris Tadic paye ainsi un bilan économique désastreux, qui n’a pas pu être compensé par la promesse d’une adhésion future à l’Union Européenne, au profit de son éternel adversaire, le post-nationaliste Tomislav Nikolic. Et de même, tous les gouvernements sortants sont les uns après les autres sanctionnés. La défaite de Nicolas Sarkozy en France, les sondages médiocres en faveur des conservateurs britanniques ou la coalition CDU/CSU/FDP outre-rhin, l’illustrent remarquablement.

De nombreux dirigeants, dont le nouveau président François Hollande, ont dû reconnaître que des plans d’exclusion de la Grèce de la zone euro étaient à l’étude. Cette perspective, contraire d’ailleurs aux traités communautaires en exercice qui ne prévoient pas de retrait forcé de cette zone, déclencherait de toute évidence un effet domino, le Portugal et l’Espagne étant alors immédiatement attaqués à leur tour. L’euro n’y survivrait pas et probablement ce semblant d’Europe politique en gestation qu’on appelle Union Européenne. Les souverainistes, ennemis de toute Europe politique, pourraient se réjouir d’une telle perspective, même si le coût humain pour les européens serait terrible, ce qui prouve bien qu’aux yeux des souverainistes, le sort de leur peuple n’est pas important par rapport à leurs lubies nationalitaires, meilleures alliées des USA. Un véritable européen, attaché à défendre les intérêts de son peuple, même celui opposé à l’origine à la mise en place de l’€ en l’absence d’Europe politique, devrait naturellement prendre la défense de l’euro contre cette agression dissimulée contre les Européens.

Les véritables européistes que nous sommes, à rebours des égoïsmes nationaux stériles, mais aussi des délires mondialistes dont Mme Lagarde nous a donnés ce week-end quelques exemples, ne peuvent que prendre la défense de la Grèce, et telle l’alliance antique entre Sparte et Athènes contre les appétits du grand roi, exprimer leur solidarité de combat à l’égard de ces Européens que le serpent financier veut prendre à la gorge. Bien sûr, les dirigeants grecs, PASOK ou ND, ont menti aussi bien à leur peuple qu’à leurs partenaires européens, même si ces derniers le savaient pertinemment et ont laissé faire, mais ce n’est pas une raison pour que les Grecs subissent une régression sociale dans tous les domaines comme aujourd’hui. Certes l’aide venant des autres Européens doit être conditionnée à des réformes structurelles en profondeur, mais par une mise en place progressive, équitable et humaine. Et on voit bien que l’Etat grec en est incapable.

Il faudrait donc clairement le mettre sous tutelle, mettant fin à sa souveraineté nationale, sans pour autant remettre en cause les principes de la démocratie. Il n’y a qu’une seule possibilité de le faire, c’est que rapidement se crée un Etat européen, mettant la dette vis-à-vis des pays extra-européens en commun afin de la renégocier au plus haut niveau et un principe de convergence en matière de dépenses publiques. Il serait par exemple interdit d’embaucher de nouveaux fonctionnaires, exit alors le projet d’Hollande de recruter 60.000 enseignants supplémentaires, de financer l’immigration clandestine par des aides sociales, et de mettre fin à différentes situations d’assistanat abusif, particulièrement intolérable en période de crise. Dans le cas grec, il n’est pas normal, et sur ce point Jean-Luc Mélenchon a raison, que les armateurs grecs et l’église orthodoxe ne contribuent pas de manière significative à renflouer les caisses de l’Etat, plutôt que ne faire porter les efforts que sur l’homme du peuple (uomo qualunque en italien), au prix d’insupportables sacrifices.

Lorsque Wolfgang Schaüble propose l’élection d’un président européen au suffrage universel, proposition qui était celle de François Bayrou lors des élections présidentielles, nous lui rétorquerons qu’un président sans pouvoir, même élu au suffrage universel, n’est qu’un pantin, et qu’il faut bâtir une véritable Europe politique, qui ne se limitera pas à un président, mais qui aura l’ensemble des pouvoirs et des caractéristiques d’un Etat souverain. Cela veut dire assemblée européenne, cela veut dire armée européenne, cela veut dire budget européen. Et c’est ainsi que nous sauverons la Grèce et que nous sauverons l’Europe.

Au cœur de ce désastre, et de ce drame humain, les déclarations récentes de Mme Lagarde ont mis de l’huile sur le feu, alors que les Grecs vont voter à nouveau le 17 juin. Et pourtant, Mélenchon et Tsirpas n’ont aucune raison de la critiquer, puisqu’elle n’a fait qu’énoncer à haute voix l’idéologie mondialiste. Et selon cette dernière, indéniablement, le sort des enfants grecs est meilleur que celui des enfants nigériens. Ce n’est donc pas Christine Lagarde qu’il faut critiquer, car elle sert un système dont elle n’est qu’une des représentantes, mais c’est sa fonction qu’il faut dénoncer, et c’est l’organisation qui l’emploie. Or Jean-Luc Mélenchon n’est-il pas un alter-mondialiste, c’est-à-dire un mondialiste, donc un partisan d’organisations internationales sans légitimité démocratique ? Et ne préfère-t-il pas le travailleur immigré clandestin à un ouvrier français et/ou européen qui aurait le tort de critiquer l’immigration ? Quant à François Bayrou, sa réaction est parfaitement légitime et adaptée à la situation, à savoir que ce n’est pas acceptable de s’attaquer à un peuple tout entier, première victime après tout de ses gouvernements. Et de toute façon, Christine Lagarde aurait dû faire passer les intérêts de l’Europe et des Européens avant toute chose. Un européiste authentique n’aurait de toute façon jamais accepté de faire partie d’une organisation europhobe par sa nature même.

Tout cela démontre qu’en définitive le salut de l’Europe passe notamment par la remise en question de l’existence même d’organisations comme le FMI. D’ailleurs, dans la crise grecque, il n’était pas acceptable que le FMI s’en mêle, le problème devant être traité et réglé entre européens. En revanche, quand la Russie manifeste son inquiétude, elle est dans son rôle, car elle exprime sa solidarité européenne naturelle. Il faudrait d’ailleurs l’associer aux travaux en vue de sauver l’euro et de remédier au drame hellène, alors qu’en revanche aucune leçon ne devrait être admise de la part du voisin atlantique qui, en matière de déficit public, est en situation bien plus problématique que la notre, mais qui bénéficie d’un poids diplomatique sans commune mesure d’avec celui d’une Europe apolitique divisée en 27 états souverains.

Bien sûr, Christine Lagarde a fait preuve en la matière d’incompétence, car son propos était inutilement vexatoire et qui plus est perturbant à quinze jours d’une élection législative cruciale en Grèce, et aussi de déloyauté vis-à-vis d’une Europe à laquelle elle doit tout, son corps et son âme, et aussi sa fonction actuelle. Elle préfère défendre l’idéologie mondialiste, dont sa fonction au FMI est le symbole, que sa patrie. Et c’est en ce sens et en ce sens seulement qu’elle devrait démissionner. Parce qu’un européen doit être au service de l’Europe et d’elle seule, et ne faire preuve d’aucune allégeance envers un « machin ».

Sauver la Grèce, et l’Europe avec elle, ce n’est certes pas mentir aux citoyens grecs en leur promettant des lendemains qui chantent, le beurre et l’argent du beurre, comme le fait Alexis Tsirpas en Grèce (Syriza), l’€ sans la rigueur, mais écouter leur souffrance et leur apporter de vraies solutions. Ce n’est possible que si l’Europe politique, l’Europe souveraine, voie enfin le jour, même si elle doit s’établir sur la disparition totale des souverainetés nationales et l’ostracisme de toute la classe politique « européenne » actuelle. Et par ailleurs, il est possible en Europe de réduire les dépenses budgétaires sans que cela ne porte préjudice au portefeuille des citoyens. Or les Etats dépensent l’argent public au service d’intérêts qui ne sont pas les nôtres. On demande aux Grecs de rembourser jusqu’au dernier euro, mais on annule les dettes colossales des pays africains et on vend des pans entiers de notre économie à la Chine ou au Qatar, ou on finance l’état palestinien à perte. L’argent des travailleurs européens ? Pour les Européens !

L’Europe politique devient de plus en plus urgente. Elle ne naîtra pas avec un Hollande ou une Merkel aux affaires. Et ce n’est pas la croissance artificielle par la consommation, relancée par de nouveaux déficits, ni la rigueur extrême prônée par la chancelière allemande, qui nous sortiront du gouffre.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

20/05/2012

La démocratie et l'€uro en danger

 
A l’issue des dernières élections grecques, où les extrêmes ont considérablement progressé, les citoyens helléniques ont voulu signifier leur colère et leur déception par rapport à une classe politique incapable, le tandem ND/PASOK, mais aussi par rapport à une construction politique européenne qui n’a pas été à la hauteur des enjeux. Incapable de se doter d’un gouvernement, la Grèce va devoir revoter le 17 juin. On s’attend à une nouvelle progression du parti de gauche radicale Syriza, sorte d’homologue du Front de Gauche français, et à une légère baisse des droites radicales, qui pourrait profiter légèrement au LAOS, qui retrouverait ainsi sa représentation nationale, mais au détriment de l’Aube Dorée, dont le leader, Nikolaos Michaloliakos, s’est laissé aller à des propos extrémistes et explicitement néo-nazis, mais qui devrait conserver des députés.

La crise de l’euro et des dettes souveraines ne peut pas être résolue au niveau de la seule Grèce, mais bien au niveau de l’Europe toute entière. Or il n’existe pas réellement de démocratie européenne, malgré l’existence d’un parlement européen élu, mais qui n’ose pas s’emparer d’un pouvoir qu’il tire pourtant de sa légitimité démocratique, préférant laisser la commission et les chefs d’état et de gouvernement décider à la place du peuple et de ses représentants.

Ce désaveu d’une Union Européenne incapable de se prendre en main commence à toucher les états souhaitant la rejoindre. Ce jour, en effet, le candidat ex-nationaliste Tomislav Nikolic a battu, à la surprise générale, le candidat pro-européen Boris Tadic, lors du second tour des présidentielles serbes. Certes Nikolic ne cherche pas à mettre fin au processus d’adhésion, à la différence de son ancien parti, le Parti Radical Serbe, radicalement anti-UE comme son allié français, le FN. Mais sa victoire, alors même qu’il avait entretenu une certaine confusion sur le plan des idées, son positionnement pro-européen nouveau paraissant plutôt opportuniste, est bien la preuve là encore d’une déception. L’adhésion à l’UE de la Serbie paraît trop lointaine et comme c’était l’axe principal de campagne de Tadic, il en a payé le prix.

La crise économique de la zone euro s’accompagne d’une crise politique sur l’ensemble du continent européen. La défaite de Nicolas Sarkozy, les échecs successifs de la CDU aux élections des différents Länder, la déception des citoyens britanniques vis-à-vis de la coalition conservateurs/libéraux, sont différentes manifestations de cette crise profonde. Il est par ailleurs évident que si un référendum avait lieu en ce moment en Islande concernant l’adhésion à l’Union Européenne, les Islandais voteraient massivement non, et ce serait sans doute vrai dans tous les pays européens développés.

Pourtant, personne n’ose réellement montrer du doigt les responsables de cette crise profonde des sociétés européennes. Nous sommes dans un tel état de vassalité vis-à-vis de l’empire outre-atlantique que nous n’osons même plus appeler un chat par son nom. L’intérêt des USA, pour ne pas les nommer, n’est pas la ruine de l’Europe, qui aurait un effet domino dommageable à leur puissance économique, mais l’affaiblissement. Le département d’état dès 1999 craignait l’€uro comme une menace sérieuse à la domination du dollar. Comme un prédateur face à un troupeau d’animaux sans chef de troupe, vingt-sept animaux pour être précis, les agences américaines de notation, qui épargnent largement leur pays mais n’hésitent pas à baisser arbitrairement la note, donc la crédibilité internationale, des pays européens, ont vu dans la Grèce un moyen de déstabiliser la zone euro.

Depuis de nombreuses années, par bien des moyens, les Etats-Unis cherchent à empêcher à tout prix l’émergence d’une Europe politique unie, d’une Europe réconciliée et amie de la Russie, dans l’éventualité où cette dernière rejoindra cet ensemble politique. Par le soutien à l’immigration extra-européenne, et notamment musulmane, qui divise et déstabilise les sociétés européennes, aboutissant en même temps à la montée de mouvements populistes europhobes, incapables de proposer une alternative politique crédible, et facteurs eux aussi d’affaiblissement, par le soutien à l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, processus qui n’a abouti qu’à affaiblir les résistances kémalistes à la réislamisation rampante dont l’AKP de Recep Erdogan est le fer de lance, par les attaques économiques contre la Grèce et donc au final contre toute la zone euro, les Etats-Unis maintiennent l’Europe dans une position de sujétion. C’est comme s’il y avait deux coureurs de 100 mètres qui s’affrontaient, l’un sachant que son voisin est plus fort que lui attachant à ce dernier un boulet au pied pour l’empêcher de gagner la course. Il ne faut pas être dupe.

Tant que l’Europe politique authentique n’aura pas vu le jour, à savoir un unique décideur, un unique numéro de téléphone, une adresse précise, c'est-à-dire un gouvernement européen démocratiquement légitime, tant que nous resterons dans l’OTAN, qui ne devrait plus exister depuis l’effondrement du bloc soviétique, tant que nous ferons de l’ingérence politique au service d’intérêts qui ne sont pas les nôtres, l’Europe sera en crise. Il est facile comme le fait le nouveau président français de prôner la croissance, alors même qu’on rampe devant ceux qui la rendent impossible. De tous les pays européens, seule l’Allemagne semble résister davantage, même si son succès économique doit être nuancé par sa crise morale et démographique profonde.

Alors, Europe année zéro ?

Aux Européens de se réveiller, aux Européens d’enfin s’unir, avant qu’il ne soit trop tard, avant que l’ « acquis communautaire » ne soit perdu parce que nos dirigeants ne sont pas à la hauteur des enjeux, parce qu’ils n’ont pas conscience des menaces, ou n’ont simplement pas le courage de les affronter, parce qu’ils ne sont pas les hommes, et les femmes, de la situation. Parce qu’ils agissent en esclaves et non en hommes libres. Parce qu’ils agissent au nom de l’intérêt des oligarchies financières et pas en républicains au service de l’intérêt général, du bien commun de tous les Européens.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

07/05/2012

Une Serbie enfin pro-européenne !

 
Les résultats définitifs des élections serbes, présidentielles et législatives, tardent à être disponibles, la commission électorale n’ayant fourni d’indications que sur environ 25% des suffrages. Toutefois, l’institut Nezvanično fournit des informations sur 83,9% des suffrages aux législatives et 86,5% des suffrages aux présidentielles. En l’attente, probablement mercredi ou jeudi, des résultats définitifs, je vais analyser le scrutin avec ces données.

Des présidentielles serrées...

Boris Tadic arriverait en tête du premier tour avec 25,4% des voix contre 25,2% à son adversaire Tomislav Nikolic. Qu’importe au final l’ordre entre les deux candidats, à l’issue du dépouillement complet, ils sont à peu près à égalité. Le socialiste Ivica Dačic, avec 14,2% des voix, apparaît non comme le faiseur de roi mais en tout cas comme un partenaire important du président sortant. Il aspire à être premier ministre, ce qui sera le cas si Tadic l’emporte mais sera en revanche une opportunité moins vraisemblable dans l’autre cas. Vojislav Kostunica, ancien premier ministre, avec 7,2% des suffrages, apportera très probablement son soutien à Nikolic, ce qui sera en revanche plus compliqué pour la candidate du Parti Radical Serbe (SRS), Jadranka Seselj, qui n’obtient que 3,9% des voix seulement, signant là l’effondrement durable de ce parti allié du FN français, tant le SRS déteste Nikolic, ancien responsable de cette formation dont il a été exclu pour européisme par Vojislav Seselj, actuellement détenu au TPI de La Haye.

Avec 6,5% des voix, Zoran Stankovic, pour l’Union des Régions (URS), obtient un résultat encourageant, de même que le candidat du Parti Libéral Démocrate (LDP), Cedomir Jovanovic (5,1%). En revanche, Vladan Glišic, candidat du parti nationaliste Dveri za zivot Srbije, n’obtient que 2,7% des voix, alors que les sondages l’annonçaient plus près de 5%. Le SRS comme Dveri ont subi un phénomène de vote utile en faveur de Tomislav Nikolic, ancien nationaliste. Zoran Dragisic, représentant d’une formation composée de paysans et d’ouvriers, échoue avec seulement 1,7%, avec un score analogue aux représentants des communautés non-serbes ou musulmanes, comme Istvan Pasztor (1,7%) pour les hongrois et Muamer Zukorlic (1,4%) pour la communauté musulmane de Serbie (notamment les albanais). Enfin, fermant la boucle, la candidate sociale-démocrate Danica Grujicic n’obtient que 0,7%.

... et des législatives moins disputées.

Si Tomislav Nikolic semble second au premier tour des présidentielles, son parti, le Parti Progressiste Serbe (SNS) est en revanche vainqueur aux législatives, avec 24,2% des voix et 74 sièges, contre 22,5% et 68 sièges pour le Parti Démocrate (DS) du président sortant Boris Tadic, victoire qui était prévue dans les sondages. Le Parti Socialiste Serbe (SPS) de Dacic obtient 14,3% des voix et 43 sièges et sera déterminant quant à la composition du gouvernement. Le Parti Démocrate de Serbie (DSS) de Vojislav Kostunica obtient quant à lui 6,9% des voix et 20 sièges.

D’autres alliés potentiels du DS de Tadic obtiennent des résultants encourageants. Les libéraux de Jovanovic ont ainsi obtenu 6,6% des voix et 20 sièges, alors que l’Union des Régions de Serbie de Mlađan Dinkic a obtenu 5,3% des voix et 16 sièges. Les mouvements régionalistes obtiennent en tout 3,51% des voix (hongrois, monténégrins, albanais du Sandjak, slovaques) et 8 sièges (dont 5 pour les hongrois d’Istvan Pasztor).

Comme aux élections présidentielles, le Parti Radical Serbe de Seselj est en fort recul, avec seulement 4,7% des voix. L’exclu Nikolic a ainsi réussi à remplacer dans le cœur de beaucoup de serbes le nationaliste extrême Seselj. De nombreux serbes veulent en effet tourner la page de l’époque Milosevic. Le SRS perd ainsi toute représentation parlementaire et sort durablement affaibli de cette élection. Il est concurrence par le mouvement Dveri, qui obtient 4,2% des voix, soit près du double du score obtenu par son représentant aux élections présidentielles du même jour. Ce mouvement nationaliste, plutôt lié à l’église orthodoxe, connaît une progression significative, mais échoue à entrer au parlement.

Au final…

Le second tour des présidentielles sera très accroché mais Boris Tadic devrait l’emporter s’il réussit à obtenir un très bon report de voix des socialistes et des libéraux. Pour le parlement, le SPS aura l’embarras du choix. Il pourra ou bien rejoindre une grande coalition avec le DS de Tadic, les libéraux et les régionalistes, ou bien rejoindre une coalition formée du SNS et du DSS de Kostunica, à supposer que Kostunica ne réclame pas le poste de premier ministre en cas de victoire de Nikolic à la présidentielle. Mais le SNS aura du mal à obtenir la majorité, même avec son allié. L’ancrage pro-européen du SPS devrait toutefois confirmer une alliance avec Boris Tadic, même si, bien que méfiantes, les chancelleries européennes ne semblent plus inquiètes par une éventuelle victoire de Tomislav Nikolic. En outre, l’échec historique des nationalistes semble confirmer de la part de l’électorat la volonté de rejoindre l’Union Européenne indépendamment de la question du Kosovo.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

---

Addendum: à près de 96% du dépouillement, Boris Tadic obtiendrait 25,33% des voix contre 24,99% des voix pour Tomislav Nikolic. Symboliquement, il serait donc en tête du premier tour. Dacic aurait 14,24% des voix, Kostunica 7,44%, Seselj 3,78% des voix, enfin Glisic 2,77%. Pour les législatives, le SNS est en revanche en tête avec 24,01% des voix devant le DS de Tadic (22,07%), le SPS de Dacic (14,54%), le DSS de Kostunica (7%) et le LDP de Jovanovic (6,53%). Le SRS de Seselj perd toute représentation parlementaire (4,36%) alors que Dveri (4,34%) échoue de peu pour entrer au parlement. Cet effondrement du SRS rappelle celui du PRM (Parti de la Grande Roumanie) de Corneliu Vadim Tudor, qui était tombé à un peu plus de 3% des voix alors qu'il avait pu accéder au second tour de l'élection présidentielle roumaine de 2000 [28,3% au premier tour].

La Grèce en détresse se tourne vers la radicalité

Le résultat des élections législatives grecques du 6 mai 2012 était attendu par tous les analystes européens, car il fait suite à l’effondrement économique du pays suite à la crise des dettes souveraines, et par extension de l’€. Ceux-ci espéraient la mise en place d’un gouvernement stable, mais les citoyens grecs en ont décidé autrement et sanctionnent sévèrement les deux grands partis traditionnels, la Nouvelle Démocratie (droite) et le Mouvement Socialiste Panhéllénique [PA.SO.K] (gauche). Réunis, avec seulement 149 sièges sur 300, les deux grands mouvements n’ont pas obtenu la majorité absolue. Electoralement, ils s’effondrent avec 18,85% et 108 sièges pour la ND (- 14,62% mais +17 sièges car le premier parti bénéficie d’une prime) et 13,18% et 41 sièges pour la PASOK (- 30,74% et -119 sièges).

500px-SYRIZA_svg.pngC’est notamment ce dernier, au pouvoir avec Papandreou avant la crise, qui connaît une sanction sans précédent, au profit d’un parti de gauche radicale, le SYRIZA (« Coalition de la Gauche Radicale »), qui obtient 16,78% des voix et 52 sièges (+ 12,18%, + 39 sièges), du Parti Communiste Grec [KKE] (+ 0,96%, + 5 sièges) et du DIMAR (« Gauche démocratique »), nouveau venu dans la vie politique du pays, un mouvement social-démocrate concurrent du PASOK, et qui obtient 6,1% des voix et 19 sièges.

500px-Meandros_flag_svg.pngA droite, la ND a subi la concurrence d’une scission représentée par le parti des Grecs Indépendants (Ανεξάρτητοι Ελληνες), mouvement populiste et nationaliste, qui obtient 10,6% des voix et 33 sièges. La montée d’un mouvement ultra-nationaliste, centré sur la lutte contre l’immigration, à savoir l’Aube Dorée (Χρυσή Αυγή), était annoncée. Le parti explose ses objectifs avec 6,97% des voix et 21 sièges, obtenant ainsi un groupe parlementaire. Le ras le bol des citoyens athéniens envers une immigration légale et clandestine problématique s’est exprimé très fortement. L’Aube Dorée, qui avait déjà réussi à atteindre plus de 5% aux dernières élections municipales sur la capitale, confirme son ascension et ce malgré une ligne très radicale, qu’il tente désormais d’adoucir.

En revanche, le LA.O.S (« Rassemblement populaire orthodoxe »), qui disposait d’un groupe et de 15 députés, sort de l’assemblée. Il paye son ralliement temporaire au gouvernement Papademos, qui lui avait valu de perdre un de ses meilleurs cadres (Makis Voridis) au profit de la ND, et échoue de peu en dessous du seuil de 3% donnant droit à une représentation parlementaire. Avec 2,9% des voix (- 2,73%), le mouvement de Karatzaferis connaît ainsi sa plus grave déconvenue. Le LAOS avait réussi à récupérer les cadres des mouvements nationalistes dissidents, comme l’équipe de l’ « Alliance Patriotique » (Πατρίοτικη Συμμάχια), version élargie de l’Aube Dorée, du fait de leurs scores dérisoires. Aujourd’hui, il est probable que le sens s’inverse et que le LAOS se vide de ses forces vives. A noter enfin l’émergence d’un petit parti nationaliste défendant « l’amour de la patrie », la Ligue de l’Unité Nationale, qui obtient 0,6% des voix.

Enfin, de nombreux partis politiques échouent à atteindre la barre des 3%, à savoir le mouvement libéral et pro-européen Drasi (1,8%), la gauche radicale anticapitaliste [ANT.AR.SYA] (1,19%), les écologistes (2,93%), le Rassemblement Démocratique (2,55%), le mouvement populiste de gauche OXI [« non »] (0,92%) ou encore « Production à nouveau ! » [Dimiourgia, xana] (2,15%). Signalons enfin la timide émergence des Pirates version grecque (0,51% des voix).

Ce résultat donne au DIMAR le rôle de sauveur, car ce parti est le seul apte à rejoindre les deux autres mouvements « pro-européens » décidés à appliquer les réformes nécessaires pour obtenir l’aide financière de l’UE. La seule alternative serait de « débaûcher » quelques députés fraîchement élus pour que la coalition PASOK + ND soit majoritaire. Mais les élus qui prendraient ce risque pourraient être très mal perçus par l’opinion grecque actuellement très échauffée.

Avec respectivement 78 sièges et 54 sièges, la gauche radicale et la droite radicale réunis atteignent 132 sièges, contre 60 pour la gauche sociale-démocrate (PASOK + DIMAR) et 108 pour la droite conservatrice. En pourcentage, toutes chapelles confondues, la gauche radicale obtient 26,87% des voix et la droite radicale 21,07% des voix, soit presque la moitié des votants. La crise économique amène naturellement à la montée des extrêmes, par le chômage qu’elle génère et par le fait que l’immigration extra-européenne devient rapidement insupportable aux yeux de nombreux électeurs dans une période de vache maigre. Cela fait réfléchir dans le cas français, avec le score important obtenu par le Front National et le Front de Gauche au premier tour des élections présidentielles, alors que la crise a pour le moment été ralentie dans notre cas par la gestion du président sortant et désormais déchu.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE

09/04/2012

Un parlement européen à la démarche totalitaire ?

 Bruxelles.jpg

Je me suis très souvent élevé contre cette comparaison aberrante à laquelle procèdent les souverainistes et autres europhobes consistant à mettre en parallèle l’Union Européenne et l’Union Soviétique. Mais lorsque malheureusement certains parlementaires européens cherchent à tout prix, par leurs actions, à leur donner raison, alimentant ainsi la mauvaise réputation d’une pourtant vénérable institution, il faut aussi le dénoncer. Et c’est en l’occurrence le cas concernant les subventions accordées aux partis européens.

Rappelons les données générales. Par la faute des Etats, la notion d’association européenne à caractère politique, donc de parti politique européen, n’existe pas. Elle aurait pourtant le mérite de donner vraiment à l’Europe une dimension politique dans l’opinion publique continentale. En son absence, la notion la plus proche est celle d’une coalition de partis politiques de différents pays d’Europe, comme c’est le cas par exemple du PPE (« Parti populaire européen ») ou du PSE (« Parti socialiste européen »), qui coalisent les partis conservateurs et les partis sociaux-démocrates. Dans ce cadre, Bruno Gollnisch (FN) est parvenu à coaliser au moins sept partis politiques nationalistes dans le cadre d’une AEMN (« Alliance européenne des mouvements nationaux »), et a donc obtenu conformément aux règles en vigueur une subvention de l’Union Européenne.

Quoi qu’on puisse penser de cet homme politique et du rassemblement de mouvements pour la plupart résolument eurosceptiques si pas totalement europhobes, opposants donc aux institutions dont ils bénéficient des fonds, à partir du moment où une formation respecte les règles en vigueur lui accordant cette subvention, elle est de droit. Or, une majorité de parlementaires européens a voté un texte dénonçant cet état de fait, au motif qu’il ne faudrait accorder de subvention qu’à des partis qui, je cite, « respectent les principes fondateurs de l’Union ainsi que la charte des droits fondamentaux », et demande une révision de fait rétroactive des statuts.

C’est là que nous tombons bel et bien dans une forme de totalitarisme, car pour être un « parti politique » européen reconnu, c'est-à-dire une alliance de partis (pour être précis), il faudrait respecter une idéologie d’état et des tables de la loi. Ce n’est pas seulement un état totalitaire en gestation, mais aussi une théocratie. Rappelons en premier lieu que la Pologne et le Royaume-Uni ont obtenu concernant la charte des droits fondamentaux une clause d’exemption, ce qui nuance fortement la valeur du dit texte. La Pologne notamment craignait qu’on lui impose par ce biais d’autoriser l’avortement. Un parti politique doit pouvoir, librement, contester une « vérité politique établie », considérer que les valeurs dominantes actuelles ne sont pas les bonnes, et souhaiter réorienter l’Union Européenne dans une autre direction que celle qu’elle prend actuellement. Si on ne se reconnaît pas dans tout ou partie des principes fondateurs de l’Union, si on considère que la charte des droits fondamentaux n’est pas satisfaisante ou que le principe même d’une telle charte est contestable du point de vue de la démocratie et de la liberté d’opinion, on doit pouvoir le faire.

Tout cela est déplorable. Là encore, les institutions européennes sont confrontées à des stratégies habiles de la part des droites nationales-populistes qui savent « jouer le jeu ». Et au lieu d’y répondre en se montrant plus démocrates qu’elles, elles tombent dans le même excès, à savoir l’intolérance. Ce faisant, elles donnent raison aux eurosceptiques qui dénoncent le déficit démocratique de l’Union Européenne. Il y aurait pourtant une autre réponse à apporter, c’est d’enfin autoriser le principe de véritables partis européens, déclarés en tant que tels au niveau de l’Union, et seuls habilités à obtenir des subventions européennes aux prorata de leurs résultats électoraux. Il est évident que les mouvements europhobes auraient été incapables de se dissoudre au profit d’un mouvement unique, leur souverainisme leur interdisant de mettre en place une « droite euro-populiste ».

Le PSUNE, en tant que parti européen par ses objectifs et ses idées, mais pas au niveau de son statut juridique, pour les raisons évoquées précédemment, demande au parlement européen de revoir rapidement sa copie, et souhaite que les états membres de l’Union Européenne mettent en place le statut d’association européenne, et par ce biais de parti politique européen. A terme, ce sont ces partis là qui devraient se présenter aux élections européennes, mais aussi aux élections nationales. Sarkozy n’aurait plus besoin de se justifier lorsqu’il appelle Merkel à son aide, puisque celle-ci ferait partie de la même formation politique que lui.

Dotons enfin l’Europe d’authentiques partis européens qui devront s’opposer réellement, au lieu de négocier en catimini dans l’enceinte du parlement de Strasbourg les bonnes places ; mettons fin à ce système de présidence tournante du parlement européen (deux ans et demi le PPE, deux ans et demi le PSE), et faisons enfin rentrer au parlement européen une véritable opposition politique, résolument européiste, au lieu de voir s’affronter nationalistes et mondialistes dans une arène sans pouvoir législatif, l’initiative des lois venant de la commission européenne, qui n’a rien de démocratique.

Thomas Ferrier
Secrétaire général du PSUNE