Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/01/2010

Iran: ne pas être dupe sur la prétendue opposition

LE MONDE | 01/01/2010 | Extraits | En Iran, Mir Hossein Moussavi propose un plan de sortie de crise en cinq points. (...) Dans la soirée, un communiqué de M. Moussavi publié sur le site Norouz (celui du principal parti réformateur, le Mocharekat) allait dans le même sens. Expliquant que si les manifestations de l'Achoura avaient atteint une telle ampleur, ce n'était pas parce qu'il avait, lui-même ou d'autres chefs de l'opposition, convoqué les gens dans la rue, M. Moussavi explique : "La population décide elle-même, nous ne faisons que l'accompagner. Les manifestants ne sont pas violents, c'est la répression qui fait tout pour les rendre violents." Et il ajoute : "Nous arrêter ou nous tuer ne changera rien, c'est une crise de confiance (...). Nous sommes des nationalistes, religieux et fidèles à la Constitution, on ne veut pas renverser le système, mais le réformer. Des solutions politiques sont encore possibles."(...)

SOURCE (LE MONDE)

On notera donc que M. Moussavi, prétendu opposant au régime en place, avoue ouvertement qu'en définitive il ne cherche pas à remettre en cause la république islamique, sa constitution théocratique, le système en vigueur. Cela ne doit pas nous étonner d'ailleurs, puisque Mir Hossein Moussavi avait été autorisé à concourir aux élections présidentielles iraniennes. S'il avait été un véritable adversaire, il n'aurait pas eu l'autorisation.

Souhaitons donc que les citoyens iraniens courageux qui manifestent dans la rue ne soient pas dupes des prétendus leaders de "l'opposition démocratique" et ne meurent ni pour Moussavi ni pour Karoubi.

14:25 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : iran, moussavi, shah | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/12/2009

Des avions militaires turcs violent l'espace aérien grec

800PX-~1.JPGATHENES, 25 décembre - RIA Novosti | Extraits | Des avions militaires turcs ont effectué vendredi des vols au-dessus de la zone de responsabilité aérienne d'Athènes en mer d'Egée, violant ainsi la trêve de fin d'année, a annoncé vendredi une source au sein de l'état-major des forces aériennes grecques.

Le 25 décembre au matin, huit avions militaires turcs ont pénétré dans la zone de responsabilité aérienne d'Athènes et survolé Lemnos et Samos, îles du nord-est de la mer Egée, a indiqué la source citée par la télévision grecque.

ARTICLE COMPLET

18:15 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/12/2009

La Turquie demande à Bruxelles l'assouplissement du visa

Ahmet_Davutoglu_04.jpgLe Monde | Extraits | Ankara s'estime victime d'une politique du "deux poids, deux mesures" de la part de l'Union européenne (UE) et réclame à son tour un assouplissement de la politique de visas pour ses ressortissants. "Il est inacceptable que certains pays des Balkans qui en sont à l'étape initiale du processus d'adhésion et qui n'ont pas entamé leurs négociations, se voient accorder le privilège de Schengen et pas la Turquie", a réagi le ministre turc des affaires étrangères, Ahmet Davutoglu. (...)

Outre la Turquie, d'autres pays manifestent leur désappointement à l'égard de Bruxelles après l'exemption de visas pour les Serbes, les Macédoniens et les Monténégrins. Il s'agit de l'Albanie, du Kosovo et de la Bosnie-Herzégovine. Leurs ressortissants, eux, doivent toujours obtenir un visa pour se rendre dans un Etat de l'espace Schengen, parce que leurs pays ne remplissent pas les conditions fixées par la Commission européenne et sont considérés comme présentant des risques au plan de l'immigration.

Dans les capitales concernées, on réagit mal à l'instauration d'un système qu'on estime être celui du deux poids, deux mesures. On évoque parfois l'idée que l'UE s'oppose, en fait, à un rapprochement avec des pays musulmans. Olli Rehn, l'actuel commissaire à l'élargissement, a évoqué un réexamen de la situation au printemps 2010.

SOURCE

Ce problème témoigne de l'incapacité des acteurs de l'UE et des représentants des Etats à dire ouvertement ce qu'ils pensent.

Pour ma part, comme je l'ai dit, je suis favorable à l'adhésion de l'Albanie à l'Union Européenne mais opposé à celle de la Turquie.

Thomas Ferrier | FORUM

17:49 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : turquie, union européenne, serbie, albanie, élargissement | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

La Flandre plus riche et plus... égalitaire

24.12.09 | Lalibre.be via l'agence de presse Belga | Une étude pointe des illustrations des inégalités de la société belge. Les ménages les plus riches dépensent ainsi le double des plus pauvres pour les soins de santé. Ils dépensent aussi 505 euros par an en éducation tandis que les 25 pc les plus pauvres ne dépensent que 52 euros, voire 15 euros dans certaines zones de Wallonie.

SOURCE (Lalibre.be)

11:45 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : économie, flandres, wallonie, belgique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/12/2009

Serbophobie du Parti Socialiste français

AFP/Le Figaro | 23/12/2009 | Extraits | Parti Socialiste : la Serbie pas prête pour l'UE. Le PS a estimé aujourd'hui que la Serbie devait prendre des décisions comme l’arrestation de Ratko Mladic et l'amélioration de ses relations avec les pays voisins, avant de pouvoir adhérer à l'Union européenne, comme elle vient d'en faire la demande.

"La Serbie est aujourd’hui devenue un Etat démocratique. Sous la forte influence du Parti démocratique, la majorité des partis politiques serbes ont fait le choix de la stabilisation économique et de l’intégration européenne", affirme dans un communiqué Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national du PS à l’Europe et aux relations internationales.

"Mais cette Serbie émergente ne saurait faire l’impasse ni sur son passé ni sur la nécessité d’améliorer les relations avec les Etats immédiatement voisins", estime le député de Paris.

Selon lui, la Serbie doit prendre de "nombreuses décisions et des actions symboliques", notamment "l’arrestation de Ratko Mladic", "la normalisation des relations entre Pristina (capitale du Kosovo, ndlr) et Belgrade" et "la reconnaissance par l’ex-parti de Milosevic de sa responsabilité dans les drames vécus par les populations de l’ex-Yougoslavie".

Pour le PS, la demande d'adhésion de la Serbie "est un acte important" "qui "contribue à ancrer la région de façon irréversible dans un espace européen de stabilité, de paix et de prospérité".

SOURCE (AFP/LE FIGARO)

On notera que le PS n'a eu en revanche aucun problème à soutenir l'adhésion de la Turquie, qui est infiniment moins européenne que la Serbie. Une fois de plus, le Parti "Socialiste" a perdu une occasion de se taire. | FORUM

20:57 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, france, ps, serbie, union européenne | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Flandres : les régionalistes à 32,1%

large_802401 copie.pngLaLibre.be | 21/12/2009 | Baromètre politique en Flandres : La N-VA en troisième place

Derrière le parti de Von Rompuy et le Vlaams Belang, la troisième place sur l'échiquier politique flamand est désormais occupée par la N-VA. À 15 %, les autonomistes devancent cette fois d’un point socialistes comme libéraux et triplent le score dont ils étaient crédités au moment de l’éclatement du cartel avec le CD&V, il y a un peu plus d’un an.

En deuxième place, après deux ans de galères, le Vlaams Belang semble à nouveau parti à la hausse. Il affiche 17,1 %, soit 0,6 % de mieux qu’en septembre et 2,3 % de plus qu’à son point le plus bas, fin 2008. Pour rappel, à son apogée (juin 2006), le parti d’extrême-droite affichait pas moins de 26,6 %.

ARTICLE COMPLET (LaLibre.be)

Le régionalisme européen et le nationalisme flamand totalisent ainsi 32,1% des intentions de votes.

Pour rappel (vu sur le site de la N-VA) :

"Sur le plan politique, la N-VA milite en faveur d’une république flamande, état membre d'une Confédération européenne démocratique. C’est la conviction profonde de notre parti que la meilleure manière de répondre aux défis du 21ième siècle est de disposer de communautés fortes d’une part, et d’une coopération internationale bien développée d'autre part. Le niveau gouvernemental belge se dissoudra entre ces deux niveaux, lui pour qui les principes de bonne gouvernance semblent d’ores et déjà hors de portée."

15:40 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/12/2009

La Russie durement touchée par le terrorisme en 2009

RIA NovostiUSTINOVSud de la Russie: recrudescence des crimes terroristes en 2009 (officiel)

17:40 22/12/2009 Le nombre de crimes à tendance terroriste dans le sud de la Russie s'est accru de 30% par rapport à 2008, en atteignant le chiffre de 786 au cours des 11 derniers mois.>> Ci-contre, Vladimir Oustinov

18:02 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Bildt le pro-turc

Carl-Bildt.jpgExtraits d'une interview de Carl Bildt (ministre des affaires étrangères suédois, il préside le conseil des ministres européens jusqu'au 31 décembre) sur Le Monde :

Vous avez ouvert, lundi 21 décembre, un nouveau "chapitre", le 12e sur 35, pouvant conduire à l'adhésion de la Turquie à l'UE. Quel est le sens de cette décision alors que plusieurs pays s'opposent à cette adhésion ?

Le chapitre de l'environnement, que nous avons ouvert, est important et complexe. Nous démontrons que le processus en vue d'une possible adhésion se poursuit. Comme le processus turc de réformes, qui va clairement de l'avant. Je suis notamment impressionné par ce que les dirigeants d'Ankara appellent "l'initiative démocratique" en cours et qui vise, notamment, à aborder la question kurde. Le sujet aborde un thème crucial de l'histoire de ce pays.

Mais la Cour constitutionnelle turque a décidé récemment de dissoudre le Parti pour une société démocratique (DTP, pro-kurde)...

Nous avons exprimé nos préoccupations à ce sujet et invité la Turquie à suivre les recommandations du Conseil de l'Europe. Le problème est évidemment que d'autres Etats, y compris dans l'UE, sont fondés à interdire des partis.

Autre difficulté : Ankara ferme toujours ses ports et aéroports aux Chypriotes grecs. Est-elle surmontable ?

Nous avons eu d'excellentes discussions avec le chef de la diplomatie turc à ce sujet et nous avons insisté sur l'obligation à laquelle son pays est confronté. Nous refusons, en tout cas, tout lien entre ce dossier et d'autres, en gardant l'espoir qu'il se résoudra de lui-même dans le cadre d'un accord plus vaste sur la réunification de Chypre.

Nicolas Sarkozy reste opposé à une éventuelle adhésion turque.

Oui, comme pas mal d'autres dirigeants. Laissons se dérouler le débat. Il est d'une telle importance qu'il doit aller vraiment au fond des choses.

Selon vous, la Turquie fait clairement partie de l'Europe ?

Oui. A ceux qui me montrent une carte et tracent une ligne qui exclut ce pays, je demande : "Et où se situe Chypre, d'après vous ?"

Des négociations en vue de l'élargissement de l'Union à plusieurs autres Etats issus des Balkans se poursuivent. Votre pronostic ?

Les dossiers étaient bloqués il y a six mois. Ils ont connu une forte accélération. C'est important pour la stabilité de cette région. Avec la Croatie, nous avons refermé, lundi, cinq chapitres (28 sur 35 ont été ouverts, 17 entérinés). Et la Serbie dépose son dossier de candidature.

ARTICLE COMPLET | FORUM

Chypre est une île de la Méditerranée et ne fait donc pas partie par définition du continent asiatique. En outre, son peuplement crétois puis grec depuis la plus haute antiquité confirme son européanité. Enfin, l'européanité ne se limite pas à la géographie de toutes façons.

Par ailleurs, l'argument de Bildt sur l'européanité de la Turquie laisse pantois.

15:44 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/11/2009

La Russie démographiquement menacée

MOSCOU (NP) – Le renouveau de la Russie et son émergence comme l’une des puissances majeures d’un possible monde multipolaire sont menacés par la grave crise démographique que connaît le pays.

En effet, la population russe reculera au cours des décennies à venir, le léger accroissement constaté sur la période janvier-septembre 2009 ne s’affirmant pas comme une tendance durable selon le Service fédéral des Statistiques. Face à la perspective de ce désastre démographique, seul un changement radical d’état d’esprit des russes ainsi que de puissantes politiques natalistes peuvent retourner la situation.

Pour que la situation change, il faudrait en effet que chaque famille ait en moyenne 3-4 enfants et que les Russes fassent davantage attention à leur santé, notamment au niveau de la consommation d’alcool.

La démographie russe reste dans le rouge.

16:51 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook