Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2010

La gauche française sur les traces de Marine Le Pen

bandeaubillets2 - eisn.png

parti_socialiste_rose_logo.jpgPar la gauche nous désignons tout ce qui va du parti de Mélenchon au le PS de l’égalité réelle.

Le FN de Marine Le Pen a pris des options économiques tout à fait radicales : sortir la France de la zone euro pour fonder une nouvelle monnaie nationale et en profiter pour dévaluer cette dernière, tout cela pour retrouver en théorie un peu de compétitivité. Jean-Luc Mélenchon ne dit strictement rien d’autre. Les deux s’entendent pour trouver abominable le modèle allemand. Quant au PS de l’égalité réelle, il ouvre si largement le carnet des dépenses qu’il serait impossible à la France de s’accrocher à l’Allemagne. Comme notre pays est trop grand pour être secouru comme la Grèce, l’Irlande ou le Portugal, la seule issue serait l’éclatement de la zone euro, quelques pays en profitant pour créer une nouvelle monnaie plus solide. Au final ou bien la France retrouverait une monnaie propre ou bien elle ferait partie d’un groupe gérant une sorte de sous-euro.

Les nouvelles options du FN, en tout point catastrophiques mais là n’est pas le débat, sont en cohérence avec une europhobie à base d’antigermanisme. Jean-Luc Mélenchon n’est absolument pas en reste sur ce point. On s’attendait à trouver un PS plus mesuré, puisqu’une partie de ses dirigeants se déclaraient favorables à la construction européenne, il y a peu de temps encore.

La sortie récente de Marine Le Pen sur l’occupation de la rue française par certains musulmans en prière nous ouvre les yeux. En effet on aurait pu s’attendre à voir le PS rebondir sur l’événement pour dénoncer l’hypocrisie du gouvernement et de la droite, lesquels prétendent défendre la laïcité mais ne font rien pour empêcher un étalage religieux en public qui va jusqu’à interdire la rue aux riverains : soit construire des lieux de culte soit interdire les prières en public comme on interdit certaines manifestations laïques, païennes ou chrétiennes. Tout au contraire, le PS, avec Martine Aubry sa présidente, Benoît Hamon, son porte-parole, et Arnaud Montebourg, son jeune loup, a réagi avec une grande violence contre la seule Marine. On notera juste que Ségolène Royal, bien avisée, a préféré prendre ses distances.


Sur quoi se fonde le prétendu écoeurement des dirigeants du PS ? Sur le fait que Marine Le Pen ait parlé du sujet après avoir évoqué l’occupation allemande. Et c’est sur un ton très patriotique et franchouillard que les dénonciateurs se sont exprimés, jusqu’à délirer sur le nombre de victimes. Il faut savoir que quand on parle des Algériens morts pour la France, on parle de morts français. On ne parle plus de délivrer l’Europe du nazisme mais de délivrer la France de l’occupant. On sent déjà comme un virage vers l’antisémitisme, le même que celui que Marine Le Pen a pris, malgré son abjuration du négationnisme, en focalisant sur la rivalité séculaire entre deux nations censées aujourd’hui réconciliées pour construire une Europe lavée du nazisme --- alors que la seconde guerre mondiale est d’abord une tragédie intra-européenne, dominée par le sacrifice inutile de dizaines de millions de russes et d’allemands et par la tragédie de l’extermination de millions de juifs. L’allusion de Marine Le Pen était vague. Le PS, en enfonçant le clou, est au final bien plus nationaliste que le FN.

Il y a aujourd’hui, dans la gauche française, une surprenante complaisance envers l’islam radical. Olivier Besancenot avait tiré le premier en cherchant à intégrer dans son mouvement politique des islamistes. En abandonnant complètement le terrain de la laïcité, chez Martine Aubry avec les piscines pour femmes voilées à Lille ou chez ceux qui se voilent la face à propos de nos banlieues, le PS croit s’opposer au FN. Or il n’en est rien. Souvenons-nous que Jean-Marie Le Pen avait été lui-même très conciliant sur le port du voile. La sortie de la fille est uniquement à usage interne, pour contrecarrer son concurrent à la présidence du FN. Elle n’aurait sans doute pas pensé provoquer de telles réactions et bénéficier d’un tel coup de pub. Si maintenant le MRAP intente un procès, ce sera l’apothéose. Il arrive à Marine Le Pen d’apparaître comme le défenseur d’une laïcité en laquelle elle ne doit pas beaucoup croire. Quel magnifique cadeau !

Pour ce qui est d’être tourné vers l’Afrique plutôt que vers l’Europe ou le voisin allemand, rien ne sépare plus le PS du FN. Pour ce dernier c’est la nostalgie de l’empire colonial qui l’explique. Pour le premier c’est l’autodénigrement morbide qui voudrait faire de la France une colonie de ses anciennes colonies. Cela revient exactement au même. Des deux côtés, il n’y a pas le moindre respect envers soi et envers les autres. Afrique française ou France africaine même combat, dirait-on. Jusqu’où peut aller la haine de l’Europe !

Peter Eisner (LBTF/PSUNE)

16:57 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europhobie, ps, aubry, fn, le pen, hamon, montebourg, occupation, islam | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.