Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2010

Du côté de la secte de Nanterre

Jean-Marie Le Pen n’échappe pas à la grogne des cousins de province. Le conseiller régional des Alpes-Maritimes, Max Baeza écrivait sur son blog : « Il serait suicidaire que certains, fraîchement installés dans le 06, […] n’ayant aucun passé dans ce département et totalement étrangers au terroir azuréen ou méditerranéen, puissent se voir attribuer les premières places sur cette liste Régionales ! » (sic) En Ile-de-France, où les scores du FN sont en baisses constantes, on assiste à un sauve-qui-peut quasi général des élus vers des rivages plus prometteurs. Jean-François Jalkh, le « monsieur élections » du FN, élu de Seine-et-Marne, montre l’exemple en filant dans les Vosges. Huguette Fatna, responsable des Dom-Tom, va affûter son accent créole en… Alsace. Marine Le Pen, toujours conseillère régionale d’Ile-de-France, avait anticipé la débandade en filant à Hénin-Beaumont dès 2008. Gouverner, c’est prévoir !

SOURCE (Forum du PSUNE)

11/01/2010

La Guyane et la Martinique refusent plus d'autonomie

les-barons-19526-1370557167.jpgLeFigaro.fr | 11/01/10 | Extraits | (...) Le non l'a emporté. Les électeurs de Martinique, dans les Antilles françaises, ont refusé à 78,90 % une autonomie accrue, lors du référendum organisé dimanche par le gouvernement à la demande des élus. Même résultat du côté de la Guyane, autre département français d'outre-mer situé sur la côte nord-est de l'Amérique du Sud, où les électeurs ont voté non à 69,80 %. Le taux de participation a été de 55,35 % en Martinique contre seulement 48,16% en Guyane.

Le président de la République a pris acte de «la réponse négative claire» des électeurs, qui ont écarté l'institution en Martinique et en Guyane d'une collectivité d'outre-mer régie par l'article 74 de la Constitution. (...)

SOURCE (LeFigaro.fr avec agences)

"Les partisans d’une autonomie accrue ne sont manifestement pas parvenus à convaincre les électeurs des vertus d’une plus grande autonomie dans le cadre d’un nouveau statut pour assurer plus efficacement le développement local et satisfaire leurs besoins quotidiens (transports, logement, emploi, coût de la vie…). La campagne s’est grandement jouée sur la peur de perte d’acquis sociaux, notamment en Martinique, à la population vieillissante, bien que ce qui relève de la protection sociale devait continuer à demeurer de la compétence de l’Etat. Mais cela ne devait être inscrit qu’ultérieurement dans la loi." Le Monde

16:51 Publié dans Dépêches | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guadeloupe, martinique, dom-tom, colonisation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook