Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/12/2010

BONUM HIEMIS SOLSTITIUM !

Mes meilleurs voeux de Solstice et/ou de Noël à tous nos lecteurs !

balder.jpgLe 25 décembre, date de naissance du sieur Jésus de Nazareth, selon la décision politique de l'empereur Constantin, était la fête dédiée à Rome au Sol Indiges, le "Soleil Indigène", assimilée à un dieu solaire impérial et fusionnel mis en avant par l'empereur Aurélien, Sol Invictus, le "Soleil Invincible", à la fin du IIIème siècle de notre ère.

Cette date correspond au solstice d'hiver du 21 décembre, qui ferme le cycle de l'année ouvert au printemps, l'année indo-européenne commençant en général à l'équinoxe de printemps, le 1er mars à Rome, le 21 mars en Perse (fête du Nowrouz).

En ce jour qui t'est consacré, salut à toi, invincible soleil, fils adoré du ciel, et à toi aussi, son frère, le maître de la foudre et du tonnerre, craint des forces de destruction. Pour un nouveau cycle, pour une nouvelle ère, dieu de la lumière, ta soeur l'Aurore t'éveille et te voilà sur ton char parcourant l'éther et dardant de tes flèches flambloyantes les démons qui auraient la témérité de sortir de leurs antres.

sans_t11.png

O SOL INVICTE

Ο ΗΛΙΕ ΑΝΙΚΗΤΕ

O UNBESIEGBARE SONNE

SŪRYA AJITA

22:11 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/12/2010

Le PS joue Marine contre Nicolas

bandeaubillets2ferrier2.png

48038_une-marine-lepen-interview.jpgDepuis plusieurs mois, sur toutes les chaînes de télévision et de radio, Marine Le Pen est invitée à exposer ses idées au plus grand nombre avec une évidente complaisance des media « de gauche » et notamment du service public. C’était particulièrement évident lors de l’émission « A vous de juger » de jeudi dernier (le 9 décembre 2010) où elle bénéficia de la part d’Arlette Chabot d’une émission faite sur mesure, utile à la veille de la clôture des adhésions au FN avant le congrès du 15 janvier 2011 alors que Marine Le Pen semblait en difficulté face à son concurrent Bruno Gollnisch. On lui a opposé un second couteau de la droite parlementaire en la personne de Rachida Dati, incarnation du bling-bling par excellence, une personnalité de droite exclue du gouvernement et à l’image médiatique en berne.

Le résultat fut au-delà de ses espérances, avec 3.5 millions de personnes devant leur télévision à regarder une émission de propagande en faveur de la nouvelle venue. Dans le journal suisse Le Temps comme dans la presse anglo-saxonne, Marine Le Pen a également une bonne image, son challenger étant totalement ignoré, ce qui lui vaut d’être attaquée en interne comme devant cette promotion à son ralliement idéologique au discours dominant. Il est vrai qu’à l’écouter on ne voit pas trop la différence avec le président de la république, même si elle apparaît plus tranchante dans la forme, à l’exception du domaine économique où on pourrait la confondre avec Olivier Besancenot ou Jean-Luc Mélenchon.

Or cette promotion médiatique paraît tout devoir aux intérêts du Parti Socialiste qui ne peut que souhaiter se retrouver en face d’elle au second tour des élections présidentielles, assurant ainsi sa victoire dans un 21 avril inversé. Mais le succès de l’émission de jeudi a dépassé le cadre de la droite, car Marine Le Pen empiète désormais aussi sur l’électorat de gauche, d’où la panique qui a pris les dirigeants du PS à l’issue d’une émission qui au départ était prévue pour servir leurs intérêts.

Vendredi dernier, lors d’un meeting contextuel de Marine Le Pen devant les adhérents de son mouvement, celle-ci s’est laissé aller à une comparaison hasardeuse entre l’occupation allemande et l’occupation physique le vendredi de certaines rues françaises par des musulmans afin d’y pratiquer leurs rites, comme dans la désormais fameuse rue Myrrha du quartier de la Goutte d’Or (Paris XVIIIème arrondissement). Cette volonté de nazifier des adversaires n’est pas propre à Marine Le Pen, qui l’inaugurait au sein de son parti, mais correspond à une attitude générale de toute la classe politique. Quand la « gauche » dénonce une politique de déportation de la part du gouvernement UMP, quand Eric Besson est comparé à Pierre Laval, elle ne se remet pas en question.

Lire la suite

14/12/2010

La gauche française sur les traces de Marine Le Pen

bandeaubillets2 - eisn.png

parti_socialiste_rose_logo.jpgPar la gauche nous désignons tout ce qui va du parti de Mélenchon au le PS de l’égalité réelle.

Le FN de Marine Le Pen a pris des options économiques tout à fait radicales : sortir la France de la zone euro pour fonder une nouvelle monnaie nationale et en profiter pour dévaluer cette dernière, tout cela pour retrouver en théorie un peu de compétitivité. Jean-Luc Mélenchon ne dit strictement rien d’autre. Les deux s’entendent pour trouver abominable le modèle allemand. Quant au PS de l’égalité réelle, il ouvre si largement le carnet des dépenses qu’il serait impossible à la France de s’accrocher à l’Allemagne. Comme notre pays est trop grand pour être secouru comme la Grèce, l’Irlande ou le Portugal, la seule issue serait l’éclatement de la zone euro, quelques pays en profitant pour créer une nouvelle monnaie plus solide. Au final ou bien la France retrouverait une monnaie propre ou bien elle ferait partie d’un groupe gérant une sorte de sous-euro.

Les nouvelles options du FN, en tout point catastrophiques mais là n’est pas le débat, sont en cohérence avec une europhobie à base d’antigermanisme. Jean-Luc Mélenchon n’est absolument pas en reste sur ce point. On s’attendait à trouver un PS plus mesuré, puisqu’une partie de ses dirigeants se déclaraient favorables à la construction européenne, il y a peu de temps encore.

La sortie récente de Marine Le Pen sur l’occupation de la rue française par certains musulmans en prière nous ouvre les yeux. En effet on aurait pu s’attendre à voir le PS rebondir sur l’événement pour dénoncer l’hypocrisie du gouvernement et de la droite, lesquels prétendent défendre la laïcité mais ne font rien pour empêcher un étalage religieux en public qui va jusqu’à interdire la rue aux riverains : soit construire des lieux de culte soit interdire les prières en public comme on interdit certaines manifestations laïques, païennes ou chrétiennes. Tout au contraire, le PS, avec Martine Aubry sa présidente, Benoît Hamon, son porte-parole, et Arnaud Montebourg, son jeune loup, a réagi avec une grande violence contre la seule Marine. On notera juste que Ségolène Royal, bien avisée, a préféré prendre ses distances.

Lire la suite

16:57 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europhobie, ps, aubry, fn, le pen, hamon, montebourg, occupation, islam | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook