Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2017

Elections parlementaires en Allemagne : le Bundesrat sans majorité.

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/00/01/3571613594.png

cdu-og-image-1200x630.jpgAngela Merkel a gagné mais en version Pyrrhus. Avec 33% des voix (26,8% pour la CDU et 6,2% pour le CSU, sa variante bavaroise), obtenant 246 députés (sur 709), la démocratie chrétienne réalise son plus mauvais score de l’après-guerre. C’est dire si la chancelière est devenue impopulaire en quelques années, et une CDU plus courageuse aurait déjà changé de dirigeante, faisant avec elle ce que cette dernière avait fait avec Helmut Kohl.

Son seul motif de satisfaction est d’avoir amené la SPD, avec laquelle elle formait une grande coalition depuis plusieurs années, au plus bas à son tour. Avec 20,5% des voix et 153 députés, la SPD connaît l’un des résultats les plus médiocres de son histoire. Son candidat, l’ancien président du parlement européen Schulz, restera finalement à la tête du parti, au prix du refus de participer à une nouvelle coalition avec la CDU. Cette dernière doit donc se trouver de nouveaux alliés.

Le grand vainqueur de cette élection, par sa marge de progression (+ 7.9 points), est l’AfD dont la campagne fut menée sur un ton identitaire par le tandem gagnant Gauland/Weidel. Même si l’ancienne dirigeante Frauke Petry, à peine élue, claquait la porte du parti en emmenant son député européen de mari, l’AfD est renforcée, avec ses 12,6% des voix et ses 94, et donc désormais 93, sièges. L’extrême-droite classique est laminée, la NPD ne faisant que 0,4% des voix (- 0.9 points) et les REP étant simplement absents, la plupart de leurs adhérents ayant rejoint l’AfD.

Avec 10,7% des voix et 80 sièges, le FDP (libéraux) revient en fanfare au Bundestag. Son jeune dirigeant dynamique, Christian Lindner, qui revendique le ministère de l’économie, a su dynamiser son parti sur une ligne libérale et identitaire, limitant sans doute la marge de progression de l’AfD. Il est devenu faiseur de roi et allié indispensable de Merkel. Mais il va certainement négocier très chèrement sa place.

Les Verts (Grünen) avec 8.9% (+0.5 points) des voix et 67 sièges (+4) sortent également renforcés de ce scrutin, au détriment des sociaux-démocrates. Merkel souhaiterait sans doute les associer au pouvoir pour bâtir sa nouvelle coalition, mais les options très à gauche du parti rendent l’alliance avec la FDP et même avec la CSU très hypothétique. Si elle échoue à bâtir ce que la presse appelle une coalition « jamaïque », elle devra se tourner à nouveau vers les urnes, ce qui serait inédit en Allemagne depuis 1933.

Mais le regroupement de partis aux options antagonistes est très aléatoire et surtout sans stabilité. La CSU pourrait choisir de passer dans l’opposition afin de redorer son blason. De même la CDU pourrait être tentée en cours de mandature de faire tomber Merkel et de changer de dirigeant. Son résultat médiocre ne peut que les y inciter, surtout si l’AfD continue d’accroître son audience à droite.

La gauche radicale de « Die Linke » avec 69 sièges (+5) et 9.2% (+ 0.6 points) se maintient à un niveau élevé. Exclue depuis toujours du pouvoir, même à gauche, son rôle sera le même que celui de l’AfD, faire de la figuration. L’AfD néanmoins pourrait, en cas de coalition minoritaire CDU-CSU-FDP, peser sur la politique du gouvernement, comme le fait le DFP au Danemark.

Dans tous les cas, Angela Merkel a en même temps gagné et perdu les élections. Le désaveu est cuisant. Otage de ses alliés potentiels (Verts et FDP) auxquels elle devra beaucoup céder, au point d’irriter son propre parti, son destin ne lui appartient plus vraiment. Elle ne pourra pas non plus donner suite aux propositions de Macron de refonder l’Union Européenne, certes sur des bases pas plus satisfaisantes que les actuelles.

19/09/2016

Retour sur une élection pas comme les autres à Berlin

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/00/01/3571613594.png

Les résultats définitifs de l’élection pour le parlement du Land de Berlin accentuent les tendances constatées au moment du sondage sorti des urnes. Avec 21.6%, la SPD perd 6.7 points alors qu’elle était au pouvoir en coalition au niveau de la capitale. Elle paie là son alliance au niveau national avec la CDU dans le cadre de la « grande coalition ». La CDU paie la politique migratoire suicidaire d’Angela Merkel, les électeurs de son camp lui répondant « wir schaffen nicht das » (« nous n’y arriverons pas »). Avec 17.6% des voix et 5.7 points de perte, elle connaît un résultat désastreux, à peine remise de son effondrement dans le Mecklembourg-Poméranie. A eux deux réunis, la grande coalition SPD/CDU n’atteint pas 40% des voix. Cette contre-performance va certainement accentuer la crise entre la CDU et son alliée bavaroise la CSU.

Die Linke (« La gauche ») avec 15.6% des voix progresse de 3.9 points aux dépens de la SPD et en partie de la liste Piraten. Les Verts (Die Grüne) en revanche avec seulement 15.2%, bien que n’étant pas associés au gouvernement, régressent de 2.4 points. Leur laxisme migratoire légendaire a pu les pénaliser légèrement dans cette élection.

C’est l’AFD de Frauke Petry qui avec 14.2% des voix réussit une progression spectaculaire. Annoncée seulement aux alentours de 11.5% en début de soirée, elle atteint au final presque 15%, soit la tendance haute annoncée par les sondages. Berlin-Est notamment a donné à l’AFD des scores plus que significatifs alors que Berlin-Ouest reste davantage « conformiste ». L’AFD sèche tout ce qui est à sa droite, que ce soit la scission ALFA (de Bernd Lucke) qui n’obtient que 0.4% des voix ou l’extrême-droite historique, la NPD obtenant péniblement 0.6%, ayant souffert d’un fort vote utile en faveur de l’AFD, tout comme Pro Deutschland qui tombe à 0,4% des voix (-0,8).

La formation de protection du monde animal Die Partei (« Le Parti ») obtient enfin 2% et les Pirates 1.7% soit une perte sèche de 7.2 points. Après un exploit à l’élection précédente, la formation pirate retourne à son noyau d’origine. Elle a été largement marginalisée par les enjeux locaux et par la montée de l’AFD contre laquelle la gauche radicale semble s’être davantage mobilisée.

Thomas FERRIER (Le Parti des Européens)

22:08 Publié dans Analyses, Elections en Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : berlin, élections, 2016, afd | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/09/2013

Elections allemandes 2013 : un scrutin sans grande surprise

 
angela-merkel.jpgA 85% du dépouillement, les grandes tendances ne devraient pas être modifiées ; ainsi peut-on considérer le résultat des élections législatives allemandes comme à peu près certain, l’incertitude restant dans le nombre de sièges accordés à la CDU/CSU. Si cette dernière obtenait, de manière inédite, la majorité absolue des sièges, elle pourrait gouverner sans besoin d’une coalition avec la SPD ni d’alliance contre nature de dernière minute avec Die Grünen.

La CDU/CSU obtient 42,7% des voix environ (34,1% pour la CDU et 8,6% pour la CSU). C’est l’effet Merkel mais aussi l’effondrement du FDP qui est pour la première fois de son histoire exclu du Bundestag. Avec seulement 4,8% des voix (et 2,4% même en premier choix), le mouvement est durement sanctionné par les électeurs. Il a également été victime d’un fort vote utile en faveur de la chancelière sortante.

La SPD représenté par Peer Steinbrück a été lourdement sanctionnée avec 25,5% des voix, ce qui est malgré tout une progression d’environ 2.6 points. L’impact des scandales ayant touché la CDU et la mise en cause de Merkel dans l’affaire des écoutes américaines a été très faible. Le bilan économique, certes contestable, de la CDU a joué en sa faveur, malgré une politique énergétique particulièrement maladroite, à savoir la sortie contre tout bon sens du nucléaire.

Les écologistes sont également sanctionnés durement, en raison des scandales liés à la pédophilie qui ont touché le parti ces derniers mois, mais aussi parce que Merkel a asséché la principale revendication des Grünen, la sortie du nucléaire. Avec 8,2% des voix, ils retombent à un score à un chiffre, annonçant peut-être leur chant du cygne.

Die Linke, avec 7,9% des voix, maintient sa force, même si le parti de Gregor Gysi perd 3.3 points. Il continue en Allemagne de l’Est d’avoir le vent en poupe, même si la tendance WASG semble en revanche avoir échoué à se maintenir à l’Ouest.

La principale inconnue de ce scrutin était le résultat du mouvement AfD, un parti récent basé sur une sortie de l’€uro, mais ayant aussi adopté la thématique migratoire d’une manière plus souple toutefois que la droite nationaliste. Comme la NPD en 1969 (4,3%), AfD échoue à rentrer au Bundestag, n’obtenant que 4,6% des voix, ce qui constitue malgré tout un bon premier score, et annonce un succès potentiel pour les élections européennes de 2014, la barre étant alors à 3%. Malgré tout, symboliquement, c’est un échec, même si relatif. En outre, AfD n’a pas réussi à assécher complètement l’extrême-droite.

La NPD avec 1,2% des voix perd un 0.3 point. Elle continue ainsi son inexorable chute vers la marginalité groupusculaire, malgré des coups médiatiques provocateurs. Elle ne peut pas accuser les Républicains, les REP n’obtenant que 0,2% des voix (- 0.2), mais tout au plus les candidats de Pro Deutschland (0.2%), Die Freiheit faisant un score dérisoire. Réunie, la droite nationale obtient un ridicule 1,6%, toutes chapelles confondues. Elle est essentiellement victime de AfD mais aussi d’un vote en faveur de la CDU/CSU.

Autre échec, celui des Piraten, qui n’obtiennent que 2,1% des voix, alors que certains sondages il y a quelques mois leur promettaient une entrée fracassante au parlement. L’incohérence de leur ligne politique, l’importance des enjeux et la popularité d’Angela Merkel ont fait le reste.

C’est donc face à une Allemagne en forme, même si une grande coalition devait voir malgré tout le jour, et une chancelière soutenue, que le président français Hollande va devoir négocier. Réélue en fanfare, elle sera moins bien disposée à son égard. Le score de l’AfD, qui aurait pu l’inquiéter, l’amènera en revanche à tempérer sa politique européenne, les Grecs pouvant en faire les frais.

La CSU, avec 8,6% des voix, dépasse les Verts et la Gauche. C’est un score inespéré qui va lui permettre de peser davantage au sein de la coalition avec la CDU. Elle détrône la FDP, éliminée du jeu. Philip Rösler, son porte-parole, était d’ailleurs effondré ce soir.
 
Thomas FERRIER (PSUNE)