Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2019

Thomas Ferrier et le brexit.

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/00/01/3571613594.png

brexit.jpgJ'avais annoncé depuis longtemps que le brexit n'aurait pas lieu et que dos au mur, en l'absence d'un accord, avec le risque d'un "hard brexit" dont personne ne voulait, malgré le bluff de Boris Johnson en ce sens, ce dernier serait alors contraint à démissionner.

Je n'avais pas prévu que Johnson bénéficierait d'un coup de pouce de l'Union Européenne, sous pression du président français, qui lui a proposé au dernier moment un accord favorable que ce dernier a saisi. A partir du moment où il disposait d'un accord, des élections étaient possibles puisque le Labour ne s'y opposait plus. Grâce au "sparring partner" Corbyn, et à un jeu trouble du Brexit Party, qui s'est sacrifié non sans avoir dénoncé un "faux brexit", il a été largement réélu et en conséquence peut engager ce nouveau brexit, qui est très doux en réalité ("soft brexit").

Ce brexit sera donc essentiellement symbolique, mais il va compliquer la vie des Européens installés au Royaume-Uni et sera un signal favorable au renforcement de l'immigration issue de l'ancien empire colonial et à celui de la tutelle américaine, Trump ayant d'ailleurs pris position lors de ces élections.

Effectivement, le brexit aura donc lieu. Et je me suis trompé en pensant qu'il pourrait être enrayé. Il aurait fallu pour cela que Corbyn ne soit pas le candidat du Labour et qu'une alliance Labour / Libdem dès le premier tour ait été engagée.

Mais il n'y aura que des perdants, à l'exception de Boris Johnson, qui a réussi son ambition.

Thomas FERRIER (Le Parti des Européens).

14:37 Publié dans Analyses | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brexit, johnson |

Écrire un commentaire