Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2017

Elections présidentielles en Serbie : Vucic superstar.

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/00/01/3571613594.png

Aleksandar Vucic a écrasé toute concurrence lors du premier tour de l’élection présidentielle en Serbie qui se déroulait ce dimanche 2 avril 2017. A la tête de son Parti Serbe du Progrès (SNS), il remporte un énorme succès, certes annoncé par tous les sondages. Il prendra donc la place de Tomislav Nikolic qui le premier avait rompu avec les nostalgies nationalistes du SRS (Parti Radical serbe) incarnées par Vojislav Seselj qui, après son non-lieu à La Haye, était candidat et n’a obtenu que 4,5%. Cet ami de Jean-Marie Le Pen n’ayant pas prévu de succession, sa structure périclite donc désormais. Son échec n’a pas profité à l’autre parti national concurrent Dveri (« Portes ») de Bosko Obradovic qui n’obtient que 2,3% des voix.

Le SNS n’a pas eu de véritable opposant, malgré la candidature de deux indépendants, Jankovic et Jeremic, le premier ayant obtenu 16,3% des voix et le second 5,7% des voix. Avec 9,5% des voix, l’acteur comique Beli (Luka Maksimovitch) réalise un bon score, récupérant sans doute les voix populistes. L’héritier du Parti Démocrate de Serbie de Tadic obtient 1,1% des voix, de même que les sociaux-démocrates, 1,1% également. Le Parti Socialiste de Serbie a été totalement absent de cette élection.

Nikolic puis Vucic ont appliqué la même stratégie. Ils ont rompu tous deux avec le SRS de Seselj au nom d’une vision plus pragmatique sur les questions européennes. Alors que Seselj reste arcbouté sur une ligne intransigeante, tant vis-à-vis de l’Union Européenne que du Kosovo, Nikolic et Vucic ont su adapter leur discours aux temps nouveaux. Cela a payé. Ce mélange de nationalisme modéré e d’européisme modéré a su séduire des électeurs désabusés. L’ère Tadic a réellement pris fin mais sa ligne est désormais assumée par ceux qui étaient parmi ses adversaires les plus déterminés, par une ironie classique de l’histoire politique.

Thomas FERRIER (Le Parti des Européens)

Écrire un commentaire