Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2015

Elections parlementaires espagnoles – du bipartisme au quadripartisme

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

podemos_logo.pngA 97% du dépouillement, les résultats des élections parlementaires espagnoles de 2015 sont désormais connus.  Le Parti Populaire sortant perd près de 16 points par rapport à 2011 avec 28.7% des voix seulement et connait donc une sévère déconvenue, plus forte encore qu’elle n’était annoncée par les sondages. Le Parti Socialiste (PSOE) avec 22.1% des points (-7.5 points) n’en bénéficie aucunement.

Les listes Podemos, à savoir Podemos stricto sensu et les listes affiliées (En Comu Podem, En Marea, Es El Moment), totalisent 20.7% et talonnent donc la gauche sociale-démocrate. Les républicains catalans (ERC) obtiennent 2.4% des voix, tant que l’extrême-gauche d’Unité Populaire obtient 3.7%. Les deux partis basques (PNV et EHB) obtiennent 2.2% des voix. Enfin le Parti Nationaliste des Canaries obtient 0.25% des voix et un siège à l’assemblée.

Les deux formations de droite qui pourraient s’associer au Parti Populaire dans le cadre d’une coalition sont Ciudedanos (« Citoyens) avec 13.7% des voix et le mouvement Démocratie et Liberté (droite catalane) avec 2.3% des voix.

En nombre de sièges, la barre fatidique étant de 175 sièges pour disposer d’une majorité, la droite au sens large obtiendrait 169 sièges (121 sièges pour le PP, 40 pour Ciudedanos, 8 pour le DIL), tandis qu’une coalition PSOE/Podemos serait à 159 sièges (92 pour le PSOE, 67). Le mouvement catalan ERC avec 9 sièges pourrait permettre à la gauche de s’imposer, avec le soutien éventuel des formations basques (8 sièges) et de l’extrême-gauche, Unité Populaire ayant obtenu deux sièges. Cette coalition serait tout de même très fragile et impliquerait de fortes concessions à l’égard de l’ERC catalane. De même le Parti Populaire aura du mal à bâtir une majorité sur une ligne réservée quant aux autonomies régionales.

L’extrême-droite quant à elle reste à un niveau résiduel, 0.04% pour FE-JONS (0.03) et Democracia Nacional (0.01%) réunis. Autant dire qu’elle est anecdotique. Pourtant, un mouvement de droite populiste, éloigné des nostalgies incapacitantes de ces deux formations (sans oublier les absents – Europa 2000, MSR… etc), aurait certainement les moyens d’émerger politiquement. La « Plataforma y Espana » qui devait exister a été abandonnée suite aux scissions et échecs du mouvement PXC (Plataforma y Catalunya) qui devait en être la base.

Le bipartisme traditionnel espagnol a littéralement explosé. Podemos et dans une moindre mesure Ciudadenos ont émergé comme cela avait été annoncé, et ce au détriment du PP sortant mais aussi de l’alternative systémique PSOE. L’Espagne risque bien d’être ingouvernable ou dirigée par un parti minoritaire, otage de différentes formations plus ou moins radicales (à gauche) ou des régionalistes. L’extrême-gauche classique est également marginalisée, à l’instar des communistes (0.13% des voix).

Podemos, qui est l’équivalent espagnol de Syriza mais surtout d’un mouvement portugais en expansion, le Bloc de Gauche (10.2% des voix aux élections législatives portugaises), et se situe donc bien à gauche, est en train petit à petit de remplacer le PSOE. Cette radicalisation sur la gauche n’est pas un bon signe pour l’Union Européenne actuelle, et manifeste la montée d’une colère populaire contre les politiques d’austérité menées depuis ces dix dernières années, sans réussite significative qui plus est.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

23:12 Publié dans Analyses, Elections en Europe | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : espagne, législatives, podemos, ciudedanos | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/12/2015

Régionales 2015: Défaite des Républicains, échec du Front National.

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/02/02/356790240.4.png

bougie.jpgCe dimanche, je suis donc allé faire mon devoir citoyen. L’affiche du candidat de droite était à moitié déchirée, la tête du candidat du Front National recouverte de peinture noire et celle du candidat socialiste, qui s’est maintenu contre l’avis de l’appareil PS, affublée d’une moustache hitlérienne et du mot « collabo ». C’est dire si l’hystérie « antifasciste » qui a occupé tout l’appareil politico-médiatique depuis une semaine est forte. Cette manipulation collective téléguidée depuis Solférino fait insulte à notre démocratie.

Au final, elle a été payante. Le Front National échoue à s’emparer d’une seule région et en pourcentage, même s’il progresse en nombre de voix, il ne progresse guère, même en duel. Marine Le Pen est battue dans un rapport 42/58 par Xavier Bertrand (LR) tout comme Marion Maréchal Le Pen (44/56 face à Christian Estrosi). Et même en triangulaire, Florian Philippot échoue face à la droite (47/36 en faveur de Philippe Richert). Enfin, en Languedoc-Roussillon-Midi, Louis Aliot n’obtient que 34% des voix environ, la droite ayant même renforcé sa troisième place (21.5% environ contre 18% au premier tour). Aucun vote utile en sa faveur n’a finalement eu lieu.

La droite est également punie pour avoir joué la stratégie du PS. Si elle gagne bien les trois régions au détriment du FN grâce au désistement du PS, ce qui en fait aussi son otage, elle en aurait laissé filer au moins deux autres. Le PS aurait ainsi gagné cinq régions, alors que les sondages à l’origine ne lui en promettaient que trois, et ce grâce au maintien d’un FN fort, notamment dans le Centre et en Franche-Comté/Bourgogne. Toutefois, les résultats à cette heure sont encore très serrés. La Normandie serait finalement gagnée par la droite par une avance de seulement 0.3% des voix (Hervé Morin).

Les Franciliens auront en revanche su se préserver d’un retour du PS, Valérie Pécresse ayant de justesse (44 contre 42%) battu Claude Bartolone, dont les propos europhobes (« anti-blancs ») ont été ainsi sanctionnés. En effet, le candidat FN perd quatre points (de 18.2 à 14.2%) en faveur de la droite. Le vote utile n’a visiblement fonctionné qu’en Ile de France.

La droite « la plus bête du monde » en la personne de Nathalie Koscziusko-Morizet a même réussi à considérer les résultats de ce soir comme une « grande victoire » alors que c’est une défaite puisque la gauche s’en sort finalement très bien, alors que son bilan gouvernemental est catastrophique et que tous les signaux sont au rouge. Quant aux malheureuses victimes des crimes islamistes, elles sont oubliées. Aucune leçon n’aura été apprise et la sanction du premier tour aura été vite oubliée.

Au final, le Front National, même s’il augmente nettement le nombre de ses voix et surtout le nombre de ses conseillers régionaux, a échoué. La progression de la participation a globalement joué contre lui. Cette mobilisation plus ou moins artificielle au nom d’une « république » fantasmée et gravement dénaturée lui aura été fatale. Même si Marine Le Pen a réussi à relever le niveau du plafond de verre de plus de dix points, sa dédiabolisation a montré ses limites. Elle porte malgré elle une tunique de Nessus dont elle est incapable de se débarrasser malgré les nombreuses concessions de forme mais aussi de fond qu’elle a acceptées. Cela donne en partie raison à son père, même si les provocations rhétoriques ne sauraient constituer une alternative crédible non plus.

On voit mal comment, alors que son parti est incapable de gagner un second tour dans deux des régions qui lui sont le plus favorables, elle serait capable de gagner les présidentielles en 2017, même en ayant 30% des voix au premier tour. La leçon est donc amère, même si officiellement les dirigeants du parti estiment que ces résultats sont une victoire. Le fait de n’avoir emporté aucune région pose question quant à la définition qu’ils donnent du mot « victoire ». En politique, les symboles comptent davantage que des données statistiques. C’est l’échec d’une stratégie (le « tout national ») et d’une ligne (la dénonciation de l’UMPS). Marion Maréchal-Le Pen réussit toutefois mieux que sa tante (45% chez elle contre 42% chez la seconde).

Plusieurs leçons à son sujet peuvent être tirées :

-    d’abord que la diabolisation médiatique de ce parti, malgré ses nouvelles personnalités et son nouveau discours, est encore efficace. Son programme anxiogène en matière économique et inutilement europhobe n’a certes pas contribué à améliorer son image.

-    ensuite que le cadre national est verrouillé et qu’il est absurde de s’entêter à ne voir de salut politique que dans ce seul cadre. Le cadre européen serait davantage prometteur pour un mouvement adoptant alors une ligne plus identitaire et « remigrationniste », puisque c’est ainsi qu’il est de toute façon perçu par ses électeurs naturels, malgré ses dénégations et ses appels inaudibles à bénéficier aussi du soutien électoral de « banlieues patriotes » composées de « compatriotes musulmans ».

-    enfin qu’il n’y a pas et il n’y aura pas de solution nationale et que 2017 n’est pas un véritable enjeu électoral. La solution ne peut être qu’européenne. Le problème est que pour le moment, en l’absence d’un parti identitaire européen, renforcé et médiatisé, il n’y a simplement aucune solution sur le terrain. Mais au moins l’espoir de l’émergence d’un tel parti et de son succès éventuel existe-t-il encore.

Dans une France où la droite au sens large est très majoritaire, la gauche continue de dominer électoralement et fait mieux que de limiter la casse. Ces élections régionales ont par ailleurs montré que dans le cadre actuel, et malgré des évènements dramatiques, le système se défend bien. Au prix des règles élémentaires de la démocratie. Que le FN après tout ait été à la tête de plusieurs régions, par la volonté des électeurs, où il aurait pu montrer sa compétence ou son incompétence, n’était pas scandaleux. Et le fait que les listes du PS aient eu le droit de se retirer, ce qui est contraire aux principes mêmes de ces élections régionales, est proprement scandaleux. Nous noterons que le candidat du PS dans l’Est, Jean-Pierre Masseret, a eu raison de se maintenir contre la décision de Cambadélis (PS) puisque la région n’a pas été gagnée par le FN et que la gauche y sera donc représentée, ce qui ne sera le cas ni dans le Nord, ni en Provence.

Thomas Ferrier (PSUNE/LBTF)

Addendum: Les nationalistes corses (menés par Gilles Simeoni), clairement identitaires dans l'âme, remportent le second tour avec 35.4% des voix contre 28.5% pour le PS, 27.1% pour la droite et 9.1% pour le FN. Néanmoins ils ne disposeront que de 24 sièges et devront donc trouver des alliés.

07/12/2015

Analyse rapide des résultats du 1er tour des Elections Régionales 2015

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/02/02/356790240.4.png

elec.jpgA 90% du dépouillement, en l’absence notamment des résultats de l’Ile de France et des Antilles, le résultat officiel du ministère de l’intérieur indique le Front National comme premier parti du pays, et grand vainqueur des élections, avec 28.94% des voix. On peut pronostiquer un FN légèrement au-dessus de 28% lorsque les résultats seront complets, en sachant que l’Ile de France lui est moins favorable.

Il échoue donc à obtenir le cap symbolique des 30% des voix même s’il connaît une progression de près de trois points par rapport à son résultat des élections départementales. Ce résultat attendu par les sondages confirme néanmoins sa progression constante. Surtout, en Provence et dans le Nord, il obtient un niveau exceptionnel, avec 41.2% pour Marine Le Pen dans le Nord et 41.26% pour sa nièce Marion dans le Sud-Est. Florian Philippot passe en tête dans l’Est avec 36.06% des voix. Enfin Louis Aliot obtient 32.65% des voix dans le Sud-Ouest, loin devant le candidat de droite Dominique Reynié (18.63%). Dans deux autres régions (Centre et Bourgogne-Franche-Comté), le FN est également nettement en tête (30.5% dans le Centre, à cinq points devant la droite ; 31.5% en Bourgogne-FC, à sept points devant la droite).

En revanche, l’extrême-droite anti-FN connaît des résultats extrêmement médiocres, avec 0.62% en PACA pour la liste Ligue du Sud (Bompard) qui a immédiatement annoncé son soutien à Marion Maréchal Le Pen pour le second tour, et 0.35% pour la liste Martinez dans le sud-ouest. Le PDF de Carl Lang, conscient de sa faiblesse, n’avait pas osé candidater contre la présidente du FN dans le Nord.

La droite parlementaire, qui espérait beaucoup de ces élections régionales, échoue donc à incarner l’alternative principale. Avec 26.8% des voix (résultat provisoire), il est devancé par le Front National. Le PS résiste en Bretagne et en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente et devrait conserver ces deux régions. Il est second en Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées et devrait s’y imposer logiquement, sauf si les électeurs de droite votent utile en faveur du candidat FN. La droite est première en Auvergne/Rhône-Alpes devant le FN, mais aussi en Normandie (devançant le FN de seulement 0.2 points), dans les Pays de la Loire et en Ile de France. C’est assez peu au final. Ses chances de succès au second tour sont néanmoins réelles dans ces régions.

Avec 23% des voix, le PS résiste à la montée en puissance des droites. Les autres gauches sont affaiblies (3.7% pour EELV, 1.64% pour le PCF, 2.76% pour une coalition EELV/Front de gauche, 2.38% pour le Front de Gauche), représentant en tout néanmoins 10.5% des voix.

Debout La France, la liste de Nicolas Dupont-Aignan obtient 3.84% des voix en France (sans les résultats de l’Ile de France où son président dépasserait les 6%), dans un contexte de fort vote Front National, ce qui est donc un résultat assez correct. Le parti ultra-souverainiste UPR obtiendrait 1% des voix environ. Enfin la liste Lutte Ouvrière obtiendrait 1.55% des voix, ce qui est le score habituel de ce parti depuis plusieurs années, même si cette fois il était sans concurrence, le Nouveau Parti Anticapitaliste étant absent. L’extrême-gauche stricto sensu est donc renvoyée à la marginalité qu’elle représente réellement en France.

La droite est divisée quant à la stratégie à tenir. L’UDI et le centre-droit poussent pour un désistement de la droite en faveur de la gauche là où elle est troisième, donc essentiellement dans le sud-ouest. Les Républicains maintiennent au contraire une ligne de défiance réciproque (PS = FN) et Nicolas Sarkozy s’oppose à ce que son parti se retire, même troisième, ou fusionne avec la gauche. C’est aussi ce qu’a répété Bruno Lemaire (LR).  Le PS est donc prêt à un aberrant ultime sacrifice, se sabordant là où il est troisième, même lorsque la gauche réunie est en voix supérieur à la droite, ainsi en Provence ou dans le Nord. A cette heure, on ne sait pas quelle sera la stratégie du PS dans l’Est, son candidat refusant de se retirer, ce qui pourrait offrir à Florian Philippot la région. Il n’est pas dit en outre que l’électorat de gauche apprécie ce jeu tactique et se mobilise pour une droite accusée de complaisance avec les idées dites « d’extrême-droite ». Ce sacrifice peut donc être parfaitement vain, en plus d’être choquant d’un point de vue démocratique et irrespectueux des électeurs de gauche qui seront ainsi privés de toute représentation (toutes tendances confondues) au Conseil Régional pendant cinq ans.

Sur le papier, si le PS se retire, le FN pourrait n’obtenir aucune région. Mais c’est théorique. Dans le sud-ouest, les électeurs de droite vont-ils barrer la route au PS en votant Aliot ? Et les électeurs de gauche vont-ils se déplacer dans le Nord ou la Provence pour barrer la route au FN en élisant une droite qu’ils abhorrent au moins autant ?

Enfin, Debout la France va être confronté à un grave dilemme. En Ile de France, doit-il s’allier au second tour à la droite « républicaine » ou au FN ? En Pays de la Loire, sa candidate a déjà annoncé son soutien au FN. Et dans l’Est, où son candidat fait 4.78% des voix, que se passera-t-il, alors que le candidat FN est le plus souverainiste qui puisse exister ? Si Dupont-Aignan hésite, il devrait alors rester en dehors du Conseil Régional dans sa région. L’heure des choix pour lui a commencé. Son avenir politique en dépendra.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)