Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/07/2015

Hollande ou la politique du tronc creux

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

Hollande.JPGIl est des troncs d'arbre qui ressemblent à s'y méprendre à des troncs d'arbres sains. Cependant ils sont creux, seulement faits d'une écorce. Si l'on appuie un poing contre eux, il les traverse. Ces troncs sont exactement ce que sont les dernières propositions de François Hollande à propos de l'Euro.

Le problème est que les commentateurs du monde politico-médiatique ont, pour le moins, tardé à réagir. Ils semblent se prêter à la mystification, qu'ils soient complices ou incompétents.

Une organisation renforcée de la zone euro ? Voilà pour commencer ce que le président propose. Il est, certes, tout à fait évident qu'une monnaie commune nécessiterait une intégration économique, bien au-delà de ce qu'on connaît aujourd'hui. Cependant François Hollande est-il crédible quand il en parle ?

Il voudrait des règles plus strictes. Comment le peut-il quand il n'est pas capable de respecter celles qui existent déjà. C'est comme un sauteur en hauteur qui, incapable de franchir une barre d'un mètre, demanderait qu'on porte la barre à deux mètres.

Et que ferait-on de la Grèce dans cette zone Euro plus intégrée ? Il s'est félicité du maintien de ce pays dans la zone, au prix d'un abaissement des exigences du même genre que celui dont a bénéficié la France pour son déficit. Vouloir mieux intégrer la zone Euro passerait d'abord dans un certain sens par un Grexit suivi d'un Franxit.

Enfin il n'y a pas d'intégration économique sans intégration politique. D'ailleurs Hollande parle de "gouvernement de la zone Euro". Quelle perte de souveraineté est-il prêt à consentir, lui qui s'est fait élire pour s'opposer à la démarched'Angela Merkel et qui donne en permanence des gages à sa gauche ?

La France dans une avant-garde ? Il y a déjà antinomie à proposer une organisation renforcée, concernant tous les pays de la zone, et une avant-garde, séparant certains pays des autres. On ne peut pas à la fois vouloir la cohésion, jusqu'à la Grèce comprise, et la séparation.

Et puis comment le mauvais élève de la classe peut-il prétendre à faire partie de l'élite? Il est vrai que, selon Hollande, l'avant-garde serait constituée de tous les pays qui en décideront. Autant dire que les Grecs en seront candidats parmi les premiers. Pour reprendre l'exemple sportif, une épreuve de qualification sélectionne uniquement ceux qui sont capables de franchir une barre donnée. Quelle est la barre fixée par Hollande ? Un déficit nul peut-être ?

Un budget spécifique et un parlement ? Assurer un contrôle démocratique est certainement une bonne chose, mais promouvoir trop d'instances prétendûment "démocratiques" ne peut que tuer la démocratie.

Il s'agit ici d'organiser l'avant-garde. Mais, apparemment sans toucher aux Etats actuels, ni à l'Union Européenne, ni à la zone euro. On fabriquerait un mille-feuilles à l'image de celui que notre président s'est montré incapable de réduire dans son pays.

Il y aurait un budget spécifique. Pourquoi faire ? Alimenté comment ? S'agirait-il, par exemple de financer l'éducation? Donc avec les mêmes règles de fonctionnement et de recrutement partout. Nul ne peut y croire de la part de Hollande. Faudrait-il prélever l'impôt à la place des pays actuels ? Peut-être celui sur les entreprises, qu'il faudrait alors unifier. Ce n'est pas pensable.

Il y aurait un parlement. Ce pourrait être une partie du parlement européen. Mais il faudrait de nouveaux partis et un nouveau président. Comment pourra-t-on éviter la confusion et l'effondrement d'un pouvoir parlementaire déjà bien faible, comme la crise grecque l'a montré ?

Il n'y a que deux façons de mettre du sens derrière le verbiage creux qu'on nous a servi.

La première est la convergence. On prend deux pays, ou davantage, comme la France et l'Allemagne. Sous le contrôle démocratique de leurs parlements respectifs, ils décident d'aligner leurs politiques sur un certain nombre de points : imposition des sociétés, du capital, des personnes, système de santé, aides sociales, périmètre de la fonction publique, code du travail … On laisserait juste une différence temporaire de TVA pour faciliter les adaptations. Le système allemand n'est pas parfait : il lui manque une politique familiale et il joue un peu trop sur la main-d'oeuvre de ses voisins européens. Mais, sur presque tous les points, ce serait au système français d'évoluer.

Le problème est que, depuis qu'il a été élu, François Hollande a pratiqué une stratégie de la divergence. S'il a mis en place quelques usines à gaz pour tenter de corriger l'excès d'imposition qu'il a installé, jamais il n'a cherché à traiter les problèmes à la base. C'est ainsi qu'il a préféré laisser entendre qu'il accordait des "cadeaux aux patrons" assortis de contreparties illusoires, plutôt que de reconsidérer l'impôt sur les entreprises.

Chaque jour ou presque, on traite en France un nouveau sujet sans le moindre souci de la convergence avec notre voisin. Ségolène Royal a supprimé une taxe routière sur les poids-lourds qui s'inspirait du modèle allemand. Elle s'oppose à une fiscalité du diesel plus proche de celle de l'essence, comme en Allemagne. Dans les deux cas, on aurait pu mettre sur pied une fiscalité commune européenne ou, pour le moins, les mêmes règles de part et d'autre du Rhin, au prix éventuels de quelques ajustements en Allemagne. On aurait déjà pu le faire pour le permis à points, la vitesse sur les routes …

La seconde voie est l'intégration. Les pays qui sont intégrés disparaissent en tant que tels au profit d'un nouvel état. C'est au niveau de ce dernier que la démocratie s'exerce. C'est beaucoup plus simple et c'est définitif. Mais évidemment il faut le vouloir. On est aux antipodes des petites combines de François Hollande.

Pierre EISNER (PSUNE/LBTF)

15/07/2015

Hollande ou la mouche du coche

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

grexit,Tsipras,Merkel,HollandeUn accord a été obtenu pour la Grèce et presque tout le monde s'en est félicité, la bourse reprenant des couleurs. Au moment où tout le monde parlait de "Grexit", mon précédent billet annonçait un inévitable accord. En fait la zone Euro n'a jamais eu le droit d'exclure un pays, aussi fautif fût-il. Ce qui s'est passé était donc écrit.

Or il s'agit d'un mauvais accord, un accord qui ne règlera rien et laissera la Grèce devant ses difficultés. Le signe le plus évident des défauts de ce qui a été conclu est la présence du FMI. On peut exiger tout ce qu'on veut d'Européens, leur dicter une ligne aussi dure que l'on voudra. Il y a une chose que l'on ne doit pas faire : les soumettre, sans défense, au joug d'un organisme mondialiste.

Alexis Tsipras a fait preuve d'honnêteté. Il admet avoir dû signer un mauvais accord. Notamment, il avait voulu écarter le FMI du jeu, mais il n'a pas obtenu gain de cause. Il admet explicitement que la Grèce a perdu sa souveraineté. C'était inévitable, mais on aurait au moins pu troquer le statut de Grecs libres contre celui de l'appartenance à une Europe d'hommes libres.

Et quelle hypocrisie ! On va faire voter le parlement grec ! Demande-t-on à un pays de voter la capitulation? Une union européenne digne procèderait par des "ordonnances européennes". Mais encore faudrait-il qu'elle possède une base démocratique. Comment le quatuor Merkel-Hollande-Tsipras-Tusk a-t-il fait-il pour s'arroger le pouvoir? La protestation de Jean-Luc Mélenchon est, pour une fois, légitime.

Pendant ce temps, François Hollande pavane en affirmant que rien n'aurait été obtenu sans l'action commune de la France et de l'Allemagne. Mais que voulait-il obtenir? Avant les négociations a-t-il dit quelles seraient les bases d'un bon accord? On n'a rien entendu là-dessus. Et après? A-t-il dit en quoi l'accord était bon? Là c'eût été un peu plus difficile. En fait Hollande voulait un accord à n'importe quel prix, un arrangement quel qu'il soit pourvu qu'il y ait arrangement. C'est la fameuse "synthèse" qu'il combinait comme chef du PS. Autrement dit il ne voulait que ce qui était inévitable. Dans ces conditions, il était évident qu'Hollande ne jouerait aucun rôle dans la négociation. Tout ce que nous balancent les médias n'est qu'enfumage.

Il est également vrai que, malgré le soutien d'une majorité d'états et la pression de son opinion publique, Angela Merkel n'avait pas la partie si facile, flanquée qu'elle était d'un Hollande se présentant en défenseur de la Grèce. Peut-être est-ce pour cela qu'elle a besoin du FMI pour faire respecter l'accord. Si la France avait un peu mieux honoré ses engagements et adopté une position concertée avec l'Allemagne, alors le couple franco-allemand aurait pu négocier, en position beaucoup plus forte, un accord paradoxalement plus acceptable par les Grecs, excluant notamment le FMI. Ce qu'a dit Nicolas Sarkozy n'était pas aussi déplacé que les médias l'ont fait croire.

Pour finir, Hollande nous surprend en annonçant qu'il est favorable à un "gouvernement économique européen". Jusqu'ici il a tout fait pour l'empêcher, au point que l'Allemagne n'y croit plus. Comment faut-il comprendre cette sortie? Probablement de deux façons qui se mêlent.

D'abord ce sont, comme il est coutumier de dire, des "paroles verbales". Comme en chaque occasion, le discours est creux, les mots n'ont plus de sens, quand l'action n'a pas de consistance. Il faut comprendre que la méthode Hollande consiste à "faire des factions" après avoir "dit des dictions". On bombe le torse sans raison. On n'a même pas l'humilité d'un Tsipras.

Ensuite, peut-être la crise grecque a-t-elle vaguement fait comprendre à Hollande qu'il a couvert d'un tel discrédit la parole de la France, que notre pays pourrait se voir bientôt mis au banc des accusés et humilié comme la Grèce. Il agite alors le drapeau de la soumission - par rapport à ses options claironnées il y a quelques jours encore - avant la confrontation. C'est le loup bêta qui baisse la tête devant le loup alpha.

Dans l'accord avec l'Iran également, la France n'a été que la mouche du coche. La différence avec la crise grecque est que Laurent Fabius affichait une ligne apparemment plus dure que celle d'Obama. Or il ne faut pas s'y tromper. La négociation s'est faite entre Etats-Unis et Iran, avec Israël en toile de fond. La Russie a aidé de façon technique. La France n'a pas existé.

Pierre EISNER (PSUNE/LBTF)

21:18 Publié dans Analyses, Institutions européennes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grexit, tsipras, merkel, hollande | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11/07/2015

Grexit-Franxit

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

Grexit,Franxit,PSUNELe titre provocateur que j'ai choisi peut laisser penser que je prédis la sortie de la France de la zone Euro. On peut se rassurer sur ce point; la France ne sera pas exclue dans l'immédiat. Mais la Grèce ne le sera pas non plus.

En revanche la Grèce va rester un boulet pour l'Europe pour encore des années. Et, de son côté, la voix de la France ne comptera plus du tout en Europe. Chaque pays sera, à sa manière, un paria.

On est loin du temps où l'Allemagne tendait la main à la France pour mettre en place un gouvernement économique commun. Cette main a été tendue trois fois et elle a été trois fois repoussée. Avec la présidence Hollande c'est dès le départ, dès la campagne électorale, que le refus français est devenu définitif. L'Allemagne ne fera pas une quatrième tentative. Aujourd'hui, forte de ses succès économiques, elle se replie sur elle-même.

Il y a un point commun entre la Grèce et la France, c'est la perte de crédibilité.

Alexis Tsipras a tout fait pour en arriver là. Elu sur la base de promesses démagogiques, il a fait semblant de maintenir un dialogue avec les autres états européens sur des bases aux antipodes de ses promesses. Alors que l'échéance fatale se profilait, il a renouvelé ses promesses baptismales en provoquant un référendum qui a rejeté les exigences des états européens, pour capituler aussitôt, au moins en paroles, devant les créanciers de son pays.

Les dirigeants européens n'ont pas confiance en Tsipras, Wolfgang Schaüble encore moins que les autres. Les investisseurs n'ont pas confiance en la Grèce. Les Grecs n'ont pas confiance dans leur système bancaire. En réalité, ce n'est pas un problème grec. C'est un problème européen. Quand une famille connait un membre malade, elle l'aide, sans mettre de conditions, mais sans le laisser se soigner tout seul. Il faudrait mettre en place un petit gouvernement économique européen en Grèce pour quelques années, gouvernement dans lequel Tsipras siègerait mais qui ne serait responsable que devant le seul parlement européen. Il faudrait remplacer les banques grecques par des banques européennes, soumises aux seules lois de ce gouvernement européen, pour faire revenir les capitaux exilés et rassurer les citoyens. Et il faudrait lancer l'économie grecque avec des capitaux européens. On ne parlerait pas de la dette.

Evidemment cela supposerait une réforme du parlement européen. Et cela supposerait que la souveraineté illusoire que les Grecs s'imaginent avoir encore soit mise au rang des accessoires. Et cela supposerait surtout que les autres citoyens européens acceptent l'idée de connaître un jour le même sort. Il faudrait donc beaucoup de courage politique à tous, ou alors une révolution en Europe.

En France, François Hollande a perdu tout crédit. Déjà la France, comme la Grèce, n'a jamais été capable de respecter ses engagements. Mais, ces derniers temps, Hollande n'a pas fait mieux que Tsipras. Elu, de la même façon, sur la base de promesses démagogiques inspirées par une idéologie hostile à l'entreprise, il a noué depuis plus d'un an un dialogue ambigu avec un patronat aussi peu fiable que la commission de Bruxelles. Ces derniers jours, avec Manuel Valls, il n'a cessé de défendre en France le maintien de la Grèce dans la zone Euro, tout en se comportant en Europe en lavette dans le bras de fer entre Tsipras et Merkel. Ce n'est pas pour dire qu'il faille souhaiter la sortie de la Grèce. Cependant il faut expliquer ce qu'il convient de faire pour l'éviter. Or la virulence de Merkel n'a n'égale que la torpeur de Hollande.

Evidemment la situation française est moins grave. Mais la solution sera la même que pour la Grèce : un gouvernement économique européen. Si l'on veut aller au bout du raisonnement, cela veut dire un gouvernement européen tout court. C'est-à-dire remplacer les états actuels par un état européen. C'est le programme du PSUNE.

On notera que la Russie a tendu aussi la main à l'Europe. Vladimir Poutine a défendu la "maison Europe", s'exprimant en allemand devant le Bundestag. Que fait-on aujourd'hui ? On pousse la Russie dans les bras de la Chine. Or seule la Russie peut nous sauver, au sein de cet Etat européen dont nous avons besoin.

Pierre EISNER (PSUNE/LBTF)