Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2014

Lexique du partisan européen - "Europe".

EUROPE

Flag_of_Europe_antic_red.pngUn continent allant de l’Islande à la Russie. Une civilisation née de la matrice indo-européenne, sublimée par la Grèce classique et la Rome républicaine et augustéenne. Une population venue « symboliquement » du Caucase. Et par cette somme d’héritages communs partagés, une nation. Une nation qui attend son Etat, restant à bâtir sur la ruine du XXème siècle.

Héraclite affirmait il y a 2.500 ans que les Européens (« Europaioi ») aimaient la liberté et honoraient la bravoure. Aux Thermopyles comme à Zama, aux Champs Catalauniques comme à Vienne, des Européens se levèrent pour défendre leur civilisation contre un monde avide de la briser. Au XVème siècle, face à la menace ottomane, Georges de Podiebrad, roi de Bohême, inventa l’européisme politique. Mais il ne fut pas écouté. Après la chute de Constantinople, que les royaumes d’Europe occidentale refusèrent d’empêcher, l’islamo-ottomanisme déferla sur le sud-est de l’Europe et il fallut de courageux combattants, Grecs et Serbes, Bulgares et Roumains, Croates et Albanais, pour maintenir la flamme de la liberté.

L’Europe resta divisée. Après l’échec de l’unification du continent par Napoléon Ier, le XIXème siècle annonça le règne des nations. Alors que le nationalisme de Fichte et de Mazzini aspirait à l’unité de l’Allemagne et de l’Italie, mais en ayant comme objectif ultime l’unité de l’Europe, le nationalisme moderne tomba dans tous les travers de l’impérialisme, amenant au si funeste colonialisme et à la stasis, la « guerre civile » que connurent les cités grecques au IVème siècle et qui amena à la ruine de leur civilisation. Dans les tranchées de 14/18 comme dans les combats de 39/45, les Européens s’entre-déchirèrent. Nombreux des enfants d’Europe, français comme allemands, britanniques comme russes, périrent par cette folie qui s’empara de la plus brillante de toutes les civilisations que la terre ait portée.

En 1945, l’Europe était perdue dans les ténèbres. Quelques nations avaient survécu en gardant une sourcilleuse neutralité, mais leur âme avait sombré avec celle des autres. Le peuple russe était prisonnier de son propre régime, comme l'étaient de nombreux autres Européens vivant à l’est de notre continent. Et quant aux Européens de l’ouest, ils vivaient en vassaux d’une ancienne colonie de peuplement, devenue le chantre d’un mondialisme sans retenue.

L’Europe unie était une évidence. Mais l’idée en fut dévoyée par crainte que l’Europe finisse, en s’unissant, par se libérer de ses nouveaux maîtres. Ainsi la CEE puis l’Union Européenne n’eurent jamais les moyens de leurs ambitions et ceux qui prétendaient en être les bâtisseurs en trahissaient en réalité les principes mêmes. Au lieu de forger une Europe unie au service des Européens, prête à assumer une destinée continentale, on enleva les pouvoirs aux Etats nationaux sans doter l’Europe d’un Etat national à elle.

Les partisans européens combattent pour que l’Europe, qui est leur patrie suprême, retrouve sa liberté dans l’unité, qu’elle triomphe des maux modernes qui la rongent, qu’elle parvienne à dominer ces forces d’involution qui veulent la mettre à bas. L’Europe aura besoin de tous les Européens pour surmonter ce qui la nie, ce qui la tue. Les Russes, qui sont parvenus à vaincre le vampire bolchevique, auront leur rôle à jouer dans l’émergence de cette nouvelle Europe qui traitera tous ses enfants sur un pied d’égalité, mais uniquement ses enfants.

Thomas FERRIER

21:55 Publié dans Lexique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : europe, nation, identité, héritage | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

Le moins que l'on puisse dire c'est qu'en ce moment votre Europe de l'Atlantique au Pacifique a du plomb dans l'aile https://www.youtube.com/watch?v=RnkQxpcBtes
https://www.youtube.com/watch?v=goI4JAqAIgQ

Bon courage...

Écrit par : Benoit | 14/12/2014

https://www.youtube.com/watch?v=azWlVthe9lg

Écrit par : Benoit | 14/12/2014

Bonjour Benoit,

Il ne faut pas confondre les réactions contingentes de la Russie face à une attaque géo-stratégique américaine avec un refus de principe d'une Europe unie. Poutine sait s'adapter au contexte et envoie (aussi) un signal aux vrais européistes nous invitant à libérer (le reste de) l'Europe du jour atlantiste.

Écrit par : Thomas FERRIER | 14/12/2014

Les commentaires sont fermés.