Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2012

Bilan des élections présidentielles 2012 (1ère partie).

francois-hollande.jpgUn nouveau président de « gauche ».

Les sondages l’avaient prévu et les résultats l’ont confirmé. François Hollande est le nouveau président de la république française. Avec 51,62% des voix contre 48,38% des voix pour son adversaire vaincu, le candidat du PS s’est imposé bien qu’il ait été élu davantage par rejet du président sortant que par adhésion à sa propre personne. Son succès est un symbole fort envoyé par différents types d’électorat – les bourgeois- bohême des centres villes, Sarkozy ayant été dominé dans toutes les villes de plus de 100.000 habitants, les fonctionnaires inquiets pour l’avenir de leur statut et sensibles à la démagogie du candidat « socialiste », qui a beaucoup promis alors que la crise paupérise nos voisins européens du sud, les populations musulmanes et/ou non-européennes des banlieues ou des territoires d’outre-mer, les électeurs musulmans ayant même voté à 93% pour François Hollande, les homosexuels en attente de la mise en place promise par le candidat d’un « mariage gay » avec adoption. Cela explique nettement la foule bigarrée qui a fêté sa victoire, et la présence de nombreux drapeaux étrangers, surtout africains, est une réponse à la campagne très à droite de Nicolas Sarkozy.

Au second tour, la « gauche » a rassemblé son camp sans ostracisme. Mélenchon s’est rallié immédiatement après le soir du premier tour au candidat PS et si en ce jour François Hollande rend hommage aux communistes, c’est qu’il a bénéficié du formidable travail militant du PCF et du Front de Gauche. La droite en revanche n’a pas été capable de faire de même. Il faut dire que Sarkozy avait tout le monde contre lui. François Bayrou a annoncé son intention de voter pour Hollande, et la consigne de vote blanc de Marine Le Pen, dans un tel contexte, était aussi un cadeau fait au PS. En souhaitant explicitement l’implosion de l’UMP, elle a fait le jeu du PS. Même si les raisons de la défaite de Sarkozy sont multiples, le mauvais report de voix du FN et du MD en sa faveur a été déterminant (51% des électeurs de MLP ont voté Sarkozy, 14% ayant même voté Hollande, et 30% seulement des électeurs centristes ont soutenu l’ancien président).

Un échec héroïque de Nicolas Sarkozy.

Attaqué de toutes parts, Nicolas Sarkozy obtient malgré tout 48,38% des voix, après un débat de second tour où il a dominé son adversaire, même s’il s’est laissé aller aussi aux petites phrases assassines, et en ayant musclé son discours sur l’immigration de manière à obtenir le meilleur report de voix des électeurs FN. Cela n’a pas été suffisant, car beaucoup d’électeurs ont été sensibles aux arguments développés par Marine Le Pen sur le bilan calamiteux du président sortant à ce sujet.

Il avait donc contre lui non seulement toute la « gauche », qui ne s’est pas gêné pour le présenter comme un candidat d’extrême-droite, ainsi que l’a qualifié Arnaud Montebourg, ou même pour un fasciste, mais aussi les centristes et le FN. Cette « gauche » a été considérablement aidée par l’attitude partisane de la presse. Il suffit ainsi de songer à l’hebdomadaire Marianne, mais aussi aux nombreuses pétitions de principe d’artistes et d’intellectuels dénonçant l’attitude du président sur la question migratoire et sur l’islam. Elle a également été aidée par les « humanistes » de l’UMP, terme introduit par Jean-Pierre Raffarin, qui ont explicitement désapprouvé la campagne de leur candidat. Dimanche soir, Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, François Fillon ou encore Jean-François Coppé n’avaient pas l’air sérieusement attristé par la défaite de l’UMP, à la différence de Nadine Morano, qui ne pouvait cacher son amertume, ou encore d’Henri Guaino, accablé par ce résultat. Ce mardi, Chantal Jouanno explique ainsi que Nicolas Sarkozy a eu tort de faire une campagne trop axée sur l’immigration et l’insécurité. En réalité, c’est parce qu’il ne l’a pas fait suffisamment tôt qu’il a été battu. Deux semaines de plus auraient pu faire la différence. Gérard Longuet n’a pas réussi à inverser l’image désastreuse auprès d’un certain électorat que les déclarations de Jouanno contre son camp ont pu faire.

Un sondage indiquait que 65% des électeurs UMP souhaitaient une alliance avec le FN. Cette alliance n’était pas possible, d’une part parce que le FN n’en voulait pas, d’autre part parce que les esprits n’y étaient pas préparés. Il fallait donc simplement rester silencieux quant à la question posée par Marine Le Pen sur les consignes de vote aux législatives dans le cas d’un duel PS-FN. Ceux qui au sein de l’UMP ont laissé entendre qu’ils soutiendraient le PS, alors que le président sortant avait montré la nocivité du programme « socialiste », ont aidé François Hollande. C’était d’ailleurs sans doute implicitement leur volonté.

On peut donc parler d’un échec héroïque de Nicolas Sarkozy car il était extrêmement difficile dans ces conditions de pouvoir s’imposer et son score reste malgré tout très honorable. On est loin de la sanction que prédisaient certains sondages, par exemple des 58/42. Et donc, pour répondre à Montebourg, on peut dire selon sa terminologie que l’ « extrême-droite » a recueilli 48,38% des voix au second tour.

Analyse des résultats.

Nicolas Sarkozy s’impose nettement en dépassant parfois les 60% dans plusieurs régions françaises, l’Alsace (63,4%), seule région dirigée par la droite par ailleurs, la Provence (57,6%) et la Corse (55,87%), même si par rapport à 2007 il est en recul d’environ quatre points. En Champagne-Ardenne, le résultat est également bon (54,11%). En revanche, François Hollande triomphe en Limousin (63,78%), en Auvergne (56,91%) ce qui est inédit pour le PS dans cette région, en Aquitaine (56,57%), en Midi-Pyrénées (57,94%), en Poitou-Charentes (55,08%), en Nord Pas de Calais (54,13%) et en Bretagne (56,35%), dans des régions moins concernées par l’immigration, bien que le FN y ait fortement progressé ces dernières années, et dans lequel le report de voix des électeurs FN a été mauvais. Enfin, l’Ile de France a choisi à 53,32% des voix de faire confiance au candidat PS, ce qui s’explique notamment par la faiblesse du score du FN au premier tour dans cette région mais surtout par un vote massif des immigrés de seconde et troisième générations.

Symboliquement, c’est dans les départements et territoires d’outre-mer que les questions idéologiques ont joué le plus. Nicolas Sarkozy est ainsi sévèrement sanctionné aux Antilles, en Guyane et à la Réunion. En Guadeloupe, il est écrasé avec seulement 28,07%, et en Martinique, il n’obtient que 31,57% des voix. Ce désaveu est confirmé de manière moindre en Guyane (37,95%) mais en revanche de manière lourde à la Réunion (28,51%). A Mayotte, que le président a départementalisée pendant son mandat, il n’est qu’à peine récompensé, en n’obtenant que 50,94% des voix, mais en revanche s’impose en Polynésie Française (53,26%) mais surtout en Nouvelle-Calédonie (63,04%). Dans ce dernier cas, il a reçu un soutien massif de la population européenne de l’île, avec un très bon report de voix des électeurs du FN, alors que François Hollande a reçu un fort soutien des kanaks.

Pour la sans doute seconde fois en France, après 2007, mais de manière plus marquée, il y eu un fort vote communautaire en faveur du candidat « socialiste ». En Seine Saint-Denis, Hollande obtient ainsi 65,32% des voix, soit dix points de plus que Ségolène Royal en 2007 (56,54%). Dans le Val d’Oise, les villes à forte « diversité » ont voté massivement pour le PS. 64,64% à Argenteuil, 72,62% à Garges-lès-Gonesse, 66,2% à Goussainville ou encore 68,08% à Villiers-le-Bel.

Si à Marseille, le président sortant s’impose (52,83%), le vote est également déterminé par l’origine géographique. A Marseille 2ème secteur, Hollande obtient 67,91% des voix, 65,13% des voix dans le 8ème secteur, 56,23% des voix dans le 7ème secteur, 55,26% dans le 1er secteur. En revanche, à Antibes, Nicolas Sarkozy obtient 67,19% des voix, 68,3% à Cagnes sur Mer, 60,14% à Allauch, 68,8% à Cannes, 71,49% à Mandelieu-la-Napoule, 73,28% à Mougins, 60,32% des voix à Marignane, 58,35% à Toulon, 67,25% à Fréjus, 73,07% à Saint-Raphaël, 63,11% à Orange. Dans cette région provençale, les résultats sont très contrastés et dépendent essentiellement du report de voix du FN. Il s’agit dans certains cas d’un double vote communautaire, les européens votant UMP, les autres votant PS, alors que dans d’autres villes de la région, on ne peut tirer aucun enseignement de cette nature.

Enfin, dans beaucoup de régions françaises, les deux candidats sont à peu près à égalité, même si à l’avantage de François Hollande dans beaucoup de cas (Bourgogne, Normandie, Pays de la Loire, Picardie, Languedoc-Roussillon) et de Nicolas Sarkozy dans quelques autres (Centre, Franche-Comté, Lorraine). En Rhône-Alpes enfin, avec 52% des voix, Nicolas Sarkozy s’impose mais en perdant de trois à quatre points par rapport à 2007.

Au final, François Hollande l’emporte dans 14 régions alors que Nicolas Sarkozy ne l’emporte que dans 8 régions.

Écrire un commentaire