Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2019

Les styles architecturaux dans l'histoire de l'Europe

Made.jpgSi le Parti des Européens prône, dans son programme, l'instauration d'un nouveau style architectural (l'archéofuturisme ou art "néo-néo-classique"), il semble intéressant de se pencher sur cette thématique qu'est l'architecture, domaine où la civilisation européenne a exercé tous ces talents a travers les âges, inspiré les meilleurs d'entre nous et est caractéristique souvent d'époques historiques bien particulières, parfois même propres à un régime politique spécifique.

Thématique très vaste, chronologiquement très longue, on va se pencher sur différents types d'architecture ayant existé, de l'Antiquité à aujourd'hui.

En effet, durant l'Antiquité on a eu plutôt des styles architecturaux de colonnes, que ça soit chez les Grecs ou les Romains. Chez les Grecs, on avait 3 ordres, assez connus, qui risquent peut-être de rafraichir la mémoire des lecteurs :

* l'ordre dorique

Plus ancien des ordres/styles de colonnes grecs (2e moitié du -VIIe siècle), le nom a été trouvé par Vitruve (architecte romain), de Doros (fils d'Hellénos, héro des Hellènes, et ancêtre des "Doriens"). Ce style, le plus fouillé des 3 ordres grecs se remarque par ses colonnes en forme de chapiteau à échine plate ("simple", sans décors), par leur fût orné de 20 cannelures et par l'absence de base (pour le dorique grec).

* l'ordre ionique :

Nom tiré de la région antique d'Ionie (en actuelle Turquie), il constitue aussi un autre ordre important, qui est apparu vers -560 (fin de la période archaïque), se caractérisant par sa hauteur (allant jusqu'à 9 m.), par sa composition (avec un chapiteau orné de 2 volutes latérales).

* et enfin l'ordre corinthien :

Cet ordre, qui intervient en dernier dans la chronologie grecque, se remarque par une forme évasée et une décoration végétale (2 rangées de feuilles d’acanthe), où l'exemple des chapiteaux sur de l'île de Théra peut être considéré comme la forme la plus ancienne.

Après l'Antiquité, donc au Moyen-Âge, on sait que cette période fut consacrée surtout à la religion chrétienne mais l'Europe a connu divers styles d'architecture qui seront politiques (châteaux) et religieux (églises, abbayes, cathédrales, basiliques) pour l'essentiel.

Chronologiquement, après le déclin de la civilisation gréco-romaine, s'est trouvé en Europe l'art préroman (situé entre l'émergence de l'art paléochrétien et la chute de l'Empire romain d'Occident, soit pour dater la chose: entre 200 et 476). Qu'on peut même séparer en 2 parties, en raison de l'édit de Milan en 313 (qui autorisait la liberté de culte dans l'Empire) où avant cela, l'art était plutôt symbolique (donc pas matériel) et surtout caché. Après cela, l'art devenait plus "libre".

Ainsi, on y trouvait dans la Rome impériale des catacombes souterraines non seulement pour les païens, mais aussi pour pour les chrétiens et les juifs. Voir pour ça le tableau d'Alberto Pisa, "A Procession in the Catacomb of Callistus".

Comme référence architecturale en ce IVe siècle, dans ce style paléochrétien, l'église Santa Costanza (Rome), assez simple et encore loin de ressembler à ce qu'allait devenir l'architecture des édifices chrétiens, qui est une mausolée (dédiée aux sépultures de ses filles Constance d'où le nom italien et d'Hélène), empruntant un style de colonnes antiques, composée de 12 doublets de colonnes géminées en granite gris et rose, avec des chapiteaux et entablements de marbre qui supportent à eux seuls un tambour épais et une coupole massive.

Comme référence préromane, citons l'église Saint-Donat (Zadar, Croatie). Construite au IXe siècle sur les fondations d'un forum romain et actuellement désacralisée (utilisée comme salle de spectacles pour concerts de musique sacrée et médiévale), elle est de forme circulaire (typique de l'art byzantin), composée d'une salle centrale, surmontée par une galerie, entourée d'un déambulatoire circulaire et de 3 absides, avec autrefois un dôme.

Après la chute de l'Empire romain d'Occident (476), l'architecture continua d'évoluer:

- par les Mérovingiens, avec le baptistère Saint-Jean (Poitiers) et les Lombards, avec le baptistère de Saint-Calliste (Cividale del Friuli, Italie). Là aussi l'architecture mérovingienne et lombarde est assez simple, mais propre à ce que savaient faire ces peuples germaniques mais avec leurs particularités bien sûr.
- et évidemment par les Byzantins où les exemples sont légion mais pour citer deux exemples, on peut mentionner la basilique Saint-Sophie dans la cité-nouvelle de Constantin, ou encore la basilique Saint-Marc (Venise).

Cette architecture (qui se dégage par ses iconographies mosaïques, édifices très spectaculaires) constituait, jusqu'à l'empereur Justinien un prolongement de l’architecture romaine traditionnelle.

Pour prendre un exemple de plan de type byzantin, prenons celui de l’église des saints-Serge-et-Bacchus (Constantinople):

Construite sous Justinien, l'intérieur est composé de 2 colonnades élevées sur 2 étages, s’étendant sur les côtés nord, ouest et sud, alternant entre le marbre ophicalcite et le marbre de Sinada. La rangée du bas possède 16 colonnes, celle du haut en a 8.

Se développa aussi en Europe occidentale l'architecture carolingienne.

Développée entre le milieu du VIIIe et la fin du Xe siècle, avec des sources paléo-chrétiennes dans le contexte de la Renaissance carolingienne, elle marque en Occident le premier renouveau artistique dans un cadre chrétien, structuré, où le monachisme est théorisé.

Elle incarne la synthèse entre la pensée et la fonction (ordonnée) carolingienne, va inspirer la structuration du style westwerk (ou "massif occidental") carolingien, ottonien et roman.

Pour simplement prendre le plan de la chapelle palatine d'Aix-la-Chapelle, elle était structurée de la sorte: élevée en 3 niveaux (grandes arcades, tribune, fenêtres hautes), au centre de la pièce s'y trouve un octogone d'un diamètre de 16,54 m., avec un déambulatoire hexadécagonal (polygone à 16 pans, composé de 8 travées hexagonales voûtées en arêtes). Sur le reste de la pièce, s'y trouvent des quartiers de voûtes de forme triangulaire. À l'Est était autrefois bâtie une abside rectangulaire.

L'architecture romane est née d'un "mélange" à la fois paléochrétien et germanique ; elle ne trouve ses sources que dans l'art préroman et en particulier carolingien et se développe en parallèle de l'architecture ottonienne. Cette gestation est au cœur de la tentative d'organisation germanique du VIIIe au Xe siècle par les carolingiens et les ottoniens.

Là aussi les exemples y sont légion, mais pour citer deux exemples, ceux de la Stavkirke d'Urnes (Luster, Norvège) et de la Muraille d'Ávila (Espagne).

La stavkirke ("église en bois debout", typique des pays nordique) d'Urnes (dont sa source romane est tenue par Lorentz Dietrichson, car les sources originelles sont discutées) est la plus ancienne des 28 stavkirker restant dans ce pays. Elle est faite de mats ou poteaux en bois servis pour soutenir le toit, élever la nef et élever les murs.

Plus politique cette fois-ci, on peut noter l'admirable construction de la Muraille d'Ávila, enceinte militaire romane qui entoure le noyau ancien de la cité d'Ávila.

S'étalant sur un périmètre de plus de 2 000 m. (2.516 soit 33 hectares), elle dessine un rectangle orienté est-ouest, située sur des escarpements rocheux et de la dénivellation de la vallée de la rivière Adaja bien qu'il n'y ait pas de talus ou de contreforts.

Passons à l'architecture gothique. D'origine française, développée à la fin du Moyen Âge en Europe occidentale, elle se développe surtout au nord de la Loire (Île-de-France, Haute-Picardie, et évoluera au XIXe/XXe siècle sous forme de "néo-gothique".

Prenons l'exemple de l’église Sainte-Marie (Gdansk, Pologne).Composée d'une horloge astronomique, sa hauteur intérieure mesure 30 mètres.

Rentrons maintenant dans la Renaissance. La palette artistique se développe alors à tous les niveaux, l'architecture également et pas uniquement pour un usage religieux. On peut mentionner le Palais du Recteur (Dubrovnik, Croatie), ancien siège du Recteur de la République maritime de Rague, mélangeant style gothique, "renaissance" et baroque.

On peut aussi observer le non moins intéressant palais à facettes à l'intérieur du Kremlin moscovite.

Le premier étage comprend la salle principale et le vestibule Sacré qui la jouxte. Les deux salles sont décorées par des fresques, sculptures dorées et reliefs en stuc représentant des dauphins stylisés et des vases d'inspiration vénitienne. La grande salle (salle du trône de la couronne tsariste utilisée aussi comme salle de banquets pour les impériaux) est couverte d'un plafond magnifique, large de 500 m2 sur une hauteur de 9 m.

L'architecture baroque (ou classique) apparaît au début du XVIIe en Italie mais va se diffuser assez vite dans toute l'Europe. Elle emprunte de l'architecture Renaissance en y apportant une méthode novatrice, plus rhétorique, théâtrale et ostensible, caractérisée par un usage opulent et tourmenté des matières, des jeux d'ombre, de lumière et de couleurs, dans le but de manifester le triomphe de l'Église et des Etats.

Comme exemples, on peut citer la fontaine des Quatre-Fleuves (celles-ci étant le Danube, le Gange, le Nil et le Rio de la Plata, en lien avec les navigateurs de l'époque des Grandes-Découvertes) à Rome.

Ou encore le Palais de Blenheim à Woodstock (Angleterre), composé de nombreux ornements, d'imposantes masses de pierres, portique (situé à l'entrée nord, ressemblant à un panthéon).

L'architecture romantique. A l'heure du réveil des différents peuples européens, du courant du romantisme, de ce que l'on appelle le "nationalisme", le style romantique n'échappe pas à la règle. Tel est le cas du Théâtre national de Finlande à Helsinki, de l'immeuble Tolstoï à Saint-Pétersbourg, de la cathédrale de Berlin dans un style wilhelmien (sous la couronne impériale de Guillaume-II).

Après le déclin antique grec, romain, byzantin, classique, différents ordres se sont perpétués ou renouvelés concrètement jusqu'à aujourd'hui.

Puisque l’ordre toscan est une simplification de l'ordre dorique (à ceci près qu'elles ont sept mètres de hauteur, base et fût compris avec une échine plus arrondie et un fût plus galbé) et de l’ordre composite (de création romaine mais combinant une base ionique, un fût de colonne dorique, un chapiteau ionique ou corinthien, mesurant dix mètres de haut).

Pour ce qui est de l'ordre dorique ont été construits à l'époque contemporaine: le Théâtre de Marcellus (Rome), le Lincoln Memorial (Washington D.C.) ou encore le Petit Palais (Paris). Selon l'ordre ionique, l'Altes Museum (Berlin) et le Château d'Ostankino (Moscou). Selon l'ordre corinthien (surtout à Paris) : l'Église de la Madeleine, le Panthéon et le Palais Brogniart. Selon le style "néo-byzantin": la Cathédrale Saint-Clément d'Ohrid (Skopje, Macédoine du Nord). Selon le style "Néo-Renaissance" (XIXe): le Théâtre national Tchèque (Prague), le Burgtheater (Vienne). Enfin selon le style "néo-classique" (fin XVIIIe/début XIXe): la Rotunda Santa Marija de Mosta (Malte).

Eugène Guyenne (Le Parti des Européens)

22:05 Publié dans Analyses, Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire