Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2018

De la liberté de circulation et de la liberté d’installation en Europe.

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/02/02/1620049121.png

Hestia_Giustiniani.jpgQuelle que soit la manière dont on regarde les choses, on est conduit au même constat. Les Européens, pris séparément ou dans leur ensemble, n’ont d’avenir conforme à leur identité de civilisation que dans l’instauration aussi prochaine que possible d’une Europe unifiée.

Or un grand nombre de ceux qui pensent que leur civilisation est en danger de mort pensent en même temps que l’idée d’une unification politique de l’Europe, à la manière de celle de l’Allemagne ou de l’Italie au XIXème siècle, est inenvisageable dans un horizon perceptible. On a tant cultivé les inimitiés entre les uns et les autres que le chemin sera, bien sûr, ardu. Il le sera d’autant plus que la prétendue construction européenne, celle que représente l’actuelle Union, fait tout pour briser les identités spécifiques de ce que l’on a considéré jusqu’ici comme des peuples. On le voit au travers des sanctions que le parlement de Strasbourg propose d’appliquer à l’encontre de la Hongrie.

Certes, aujourd’hui, ce sont des migrants porteurs d’un héritage étranger à l’Europe que l’idéologie de l’Union veut imposer à ces peuples. Mais, même si l’on ferme demain la porte à ces migrants et même si les populations du continent ont le sentiment d’appartenir à une famille commune, il faut s’attendre à ce qu’elles ne veuillent pas se fondre dans une masse continentale totalement indifférenciée. Pourquoi interdire à la Hongrie de vouloir rester hongroise, à la Pologne de vouloir rester polonaise, comme à la France de vouloir rester française, à supposer qu’elle le soit encore et pour reprendre le slogan de Wauquiez ? Sans oublier que la situation actuelle a déjà écrasé certaines identités. Il y a, par exemple, des Alsaciens, des Bretons, des Corses, des Basques ou des Catalans, que les fameux états membres ont tendance à ignorer.

Si l’on ne peut pas résoudre aujourd’hui la contradiction entre ce qui est d’une part un besoin d’unification, lequel est pourtant loin d’être à portée de vue, même s'il n'est pas actuellement recherché sérieusement, et ce qui est d’autre part un désir d’appartenance à une communauté historique plus restreinte, c’est parce qu’on a imposé la confusion entre la liberté de circulation et la liberté d’installation.

La liberté de circulation est officielle à l’intérieur de la zone dite Schengen, entre des pays ayant aboli leurs frontières pour les personnes et pour les biens. Cependant cette liberté existe officieusement bien au delà. Ainsi suffit-il à des migrants de s’installer dans une embarcation dans les eaux libyennes pour qu’ils se retrouvent sur le sol européen. D’ailleurs ce n’est même pas la voie d’entrée la plus massive en France ; il en existe une, légale, qui est le titre de séjour temporaire. Au Royaume Uni le simple fait de mettre le pied sur le sol rend l’entrée irrévocable.

Le problème survient dès lors que que cette liberté, qu’elle soit officielle ou non, implique la liberté d’installation. Certains l’assortissent même du « droit au logement », qui serait, pour n’importe qui, le droit d’être installé dignement, en n’importe quel endroit où il aurait pu planter sa tente. Or l’installation des personnes sur un territoire, dès lors qu’elle atteint un certain seuil, en change la population et par suite l’identité. Il ne sert à rien de décréter des règles particulières qu’il conviendrait de respecter pour maintenir des traditions. On le constate parfaitement avec l’arrivée, en France et ailleurs, de nouvelles populations avec leurs exigences communautaires spécifiques.

Supposons maintenant qu’on s’approche de la création d’un état européen unifié recouvrant plus ou moins le continent. Que faudra-t-il pour que les états actuels acceptent de disparaître à son profit ? La circulation sera libre à l’intérieur de l’état. Il faudra en revanche laisser le contrôle de l’installation des personnes, acquisition d’un lieu de vie comme choix d’une résidence, aux groupes humains actuels qui souhaitent maintenir leur cohésion.

Le nouvel état unifié devra offrir toutes les garanties dans sa constitution même. Il y sera dit qu’il est organisé en grandes régions, ou euro-régions, correspondant plus ou moins aux actuels états, et en régions tout court là où des particularismes locaux existeront. Ce sont ces régions, grandes ou autres, qui se verront confier le contrôle de l’installation des personnes.

Cet état devra faire face à un double défi. D’une part faciliter les échanges pour rapprocher les Européens entre eux et en même temps garantir la pérennité de ses composantes historiques. A côté du contrôle de l’installation des personnes, les régions devront faciliter les visites et les séjours temporaires, pour cause d’étude ou de travaux par exemple. Cela signifie, par exemple, que les écoles d’une région donnée doivent savoir accueillir des enfants d’une autre langue maternelle, parmi une petite liste de grandes langues européennes de culture, pour permettre à leur famille de quitter ladite région sans souci.

Aujourd’hui on pratique exactement le contraire et il faut l’expliquer aux états européens et à leur population. Le projet des élites, qui se prétend européen et qui n’est en réalité que mondialiste, a pour objectif inavoué de séparer les Européens les uns des autres, tout en détruisant leur identité, aussi bien européenne que régionale. Pour mieux les fondre dans un chaudron mondial qui ne connaîtra que des castes.

Pierre EISNER (LPE)

Commentaires

La question est de savoir comment unir tout en préservant les réalités que sont les identités de chaque structures (famille, commune, région, nation, civilisation), sans tomber dans la démesure, qui serait la marque du déracinement.
Il est très vrai que certaines personnes ont du mal à se faire a une unité politique civilisationnelle, tant l'esprit d'attachement à la nation leur est fort. Parce que récente.
Pourtant si l'on comprend comment fonctionne l'évolution du monde et les enjeux actuels et futurs, on comprend que la structure nation est trop petite pour pouvoir prospérer et rivaliser sur le long terme tant les puissances sont devenues à des échelles plus grandes.
Cette unité européenne se fera par la structure politique en formant un "bloc" européen.

Écrit par : Eugene Guyenne | 16/09/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire