Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2017

La religion des Lituaniens.

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/00/00/2385045191.png

mythologie lituanienne,Perkunas,DievasDe tous les peuples d’Europe, les Lituaniens sont les derniers à avoir abandonné leur religion ancestrale « païenne », issue de la tradition indo-européenne, après deux siècles de résistance acharnée contre les évangélisateurs chrétiens appuyés par les chevaliers teutoniques. C’est en 1386 en effet que le roi Jogaila (« Jagellon ») décide de se convertir et son duché avec lui afin d’être intégré dans l’Europe chrétienne et de mettre ainsi fin aux attaques continuelles contre son pays.

La religion lituanienne, particulièrement bien conservée par le biais des poèmes traditionnels populaires (les « dainos »), s’apparente à un étrange mélange entre le monde gréco-romain et le monde slave, alors que sa langue est proche de l’ancien sanscrit et présente un caractère archaïque prononcé.

Le panthéon lituanien repose sur l’union du ciel-père et de la terre-mère comme chez les autres peuples indo-européens. Le dieu du ciel est Dievas (letton Dievs), qui est l’homologue exact du Jupiter latin et du Zeus grec, mais qui à la différence de ce dernier ne possède pas la fonction de dieu de l’orage. Son épouse est Zemyna (letton Zemes Mate), la déesse de la terre, analogue à la Dêmêtêr grecque, même si une tradition ultérieure fait de Dievas un dieu célibataire dénué de toute sexualité. Comme chez les Romains, ces deux divinités n’ont pas créé le monde, le démiurge étant le dieu Jānis, dont on reconnaîtra aisément la figure du Janus latin.

La figure principale du panthéon lituanien est néanmoins le dieu de l’orage et de la guerre Perkunas (letton Perkons), ce qui est logique pour une société guerrière, tout comme Mars à Rome était un dieu essentiel. L’animal commun à ces deux dieux était d’ailleurs le loup, animal guide dédié aux implantations nouvelles. Le mythe lituanien du « loup de fer » rappelle celui de Romulus et de Remus. Dans ce mythe, le roi Gediminas a créé la ville de Vilnius après avoir vu un loup en fer sur le haut d’une colline à l’emplacement duquel il décida de bâtir sa capitale.

Une autre figure essentielle de ce panthéon, et sans doute l’épouse de Perkunas, est la déesse de l’aurore et de l’amour Aušrinė (letton Auseklis). Elle est la sœur du dieu de la lune Menulis et de la déesse du soleil Saulė. On notera d’ailleurs à leur propos l’inversion du genre de ces deux divinités, comme chez les Germains voisins (masculin Mani, féminine Sól).

Enfin, figure trouble et assimilée par la suite au Diable chrétien, est le dieu Velnias, qui est à la fois un dieu des morts et un dieu des chemins, analogue à l’Hermès grec. Tout comme ce dernier, Velnias n’est pas un dieu nécessairement positif en toutes circonstances, et n’hésite pas à manipuler les autres dieux pour arriver à ses fins. Son ennemi attitré, bien qu’il soit parfois amené à l’accompagner dans ses quêtes, est Perkunas, leur relation étant proche de celle entre Thor et Loki dans le monde germano-scandinave. S’il guide les morts, Velnias n’est pas le roi des enfers, l’Hadès lituanien étant le dieu Pikulis.

De nombreuses autres divinités « peuplent » le panthéon lituanien, qui présente ainsi des caractéristiques communes troublantes avec le panthéon grec. La déesse de l’arc en ciel Vaivora correspond exactement à la déesse grecque Iris, de même qu’Ausautas et Asclépios sont apparentés en tant que dieux médecins, et enfin Puškaitis et le dieu grec Pan (ainsi que le dieu indien Pushan).

Autrimpas est le Poséidon lituanien, muni d’un trident tout comme son homologue grec. Medeinė est la déesse des forêts alors que Zvoruna est la déesse des bêtes sauvages et de la chasse, tout comme l’Artémis grecque. Une déesse de l’amour spécifique, Milda (de meilė, « amour »), pourrait jouer le rôle d’une version féminine d’Erôs. La déesse du foyer Gabija est la Vesta lituanienne, tandis que Kalvelis est le dieu de la forge et du feu (ugnis). Les Dioscures (Castor et Polydeucès) ont pour équivalent lituanien les Ašvieniai ou dieux cavaliers, fils de Dievas comme eux sont enfants de Zeus. Enfin les Moires lituaniennes, au nombre de trois comme en Grèce et à Rome, ont pour nom les Laimes (forme plurielle de la déesse Laima, « la Moire »).

Enfin, le royaume des dieux lituanien est appelé le Dausos, une montagne céleste avec un jardin de pommiers, à la fois Olympe et Champs Elyséens en un. C’est le lieu où vivent les dieux mais aussi les héros et les vertueux, le « paradis » païen. Ce royaume est gardé par le dieu du vent Vejas (letton Vejopatis), qui joue alors le même rôle qu’Heimdall dans la tradition scandinave.

Thomas FERRIER (Le Parti des Européens)

21:22 Publié dans Analyses, Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mythologie lituanienne, perkunas, dievas | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire