Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2015

Elections législatives portugaises : une victoire de la droite malgré une gauche dominante

http://thomasferrier.hautetfort.com/media/01/00/449511605.3.png

Résultats.JPGLa coalition de droite autour du PSD (Parti Social Démocrate) et du PP (Parti Populaire) a remporté les élections législatives portugaises avec environ 37% des voix, auxquelles il faut ajouter 1,7% en faveur des candidats PPD/PSD qui ne se présentait pas sous l’étiquette commune et 0,2% pour les candidats CDS-PP les imitant, ce qui fait environ 39% des voix en tout.

Le Parti Socialiste, de centre-gauche, son principal adversaire dans cette élection, n’obtient que 32.3% des voix. Il est victime d’une gauche plus radicale, divisée entre les candidats communistes et écologistes de la liste PCP-PEV (8,1%) et le Bloc de Gauche (BE) qui obtient près de 10.2% des voix, un mouvement plutôt eurosceptique et opposé à l’euro avec lequel la gauche modérée ne pourra pactiser.

Les autres partis sont largement marginalisés dans le cadre de cette élection. Le mouvement de défense des animaux (PAN) obtient néanmoins 1,3% des voix et le Parti Démocrate Républicain (PDR), un mouvement populiste et euro-sceptique mais « centriste » obtient 1.15% des voix. Les trotskystes du PCTP (Parti des Travailleurs) n’obtiennent que 1,13% des voix tandis que les nationalistes du PNR obtiennent 0,5% des voix, leur meilleur score à une élection portugaise mais très loin de pouvoir influencer en quoi que ce soit la politique nationale. Leur progression reste dérisoire.

A peine plus de 60% des électeurs ont participé au vote, presque 4% d’entre eux ayant voté blanc ou nul. Ce n’est pas franchement un grand succès pour la démocratie portugaise, dans un contexte où l’austérité domine. La droite devrait être reconduite au pouvoir mais à cette heure il est difficile de savoir si elle aura la majorité à l’assemblée. Elle demeure en tout cas le premier parti du pays à près de cinq points de son principal concurrent.

Les électeurs portugais ont donc refusé de donner un blanc-seing au gouvernement sortant. En 2011 la majorité formée du PPD/PSD et du CSD/PP était beaucoup plus nette, avec presque 50% des voix à eux deux. L’idée de former une coalition au lieu de se présenter séparément ne semble pas avoir été très heureuse. La gauche (PS) progresse de près de 4 points et surtout le Bloc de Gauche prend près de 5 points.

C'est indiscutablement une victoire à la Pyrrhus pour la droite modérée.

Thomas FERRIER (PSUNE/LBTF)

00:13 Publié dans Analyses, Elections en Europe | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : législatives 2015, portugal, ppd-psd, ps, pnr | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

La Suisse ne fera jamais partie de l'UE, ce pays a une histoire de 7 siècles, sa force morale et la supériorité de sa démocratie vaincra le dictat européen née il y a une cinquantaine d'années.

Écrit par : Benoit | 21/10/2015

A Benoit, La Russie possède quant à elle onze siècles d'histoire et est dotée d'une forte personnalité, mais cela n'a pourtant pas empêché l'ambassadeur de Russie à Paris, Alexandre Orlov, de déclarer récemment : « Nous faisons partie de l’Europe, nous nous sentons profondément européens, nous faisons partie de la civilisation européenne. »

http://www.medias-presse.info/interview-de-lambassadeur-de-russie-a-paris-alexandre-orlov-nous-faisons-partie-de-leurope-de-la-civilisation-europeenne/40170

Écrit par : Anton | 22/10/2015

Anton@ 22/10/2015

Vous savez, vous en trouverez toujours un dans chaque pays européen, surtout quand ils sont convenablement arrosés par les réseaux d'influence européens.

L'Europe ne sera forte et immunisée qu'en respectant l'identité et l'indépendance des peuples qui la composent, je sais que pour vous c'est sans doute fort déplaisant de lire cela, mais je suis désolé, c'est ma conviction. Pour le moment le seul pays qui défend vraiment l'Europe c'est la Hongrie jalouse de son indépendance qui a compris que ce n'est pas en reniant son identité nationale qu'on protège l'Europe.

Il n'y a aucune unité ethnique en Europe, c'est un fait naturel qui est incontestable et donc d'une certaine manière à peine discutable parce que simplement réel.

Les empires multi-ethniques formés artificiellement n'ont jamais durés, seuls deux ou trois pays intermédiaires de faible dimension unis par l'histoire commune et réglés politiquement comme de la fine horlogerie parviennent à former une unité, croyez-moi que je sais de quoi je parle, je suis moi-même issus d'un pays trilingue et multi-communautaire qui fut plusieurs fois au bord de l'implosion.

L'Europe dans l'esprit des gens n'est qu'une vague idée bienséante qui tend en réalité à escamoter la répugnance naturelle sous-jacente crée par les frontières ethniques.

Il n'y a pas d'unité politique possible sans qu'une frontière soit le reflet vivant d'une histoire commune, vous parlez des russes, je les connais, justement la plupart sont attachés à leur patrie de manière presque mystique, leur identité russe est la sève de leur âme qui leur donne la force de se lever le matin.

Écrit par : Benoit | 22/10/2015

e

Écrit par : Anton | 23/10/2015

A Benoit

Feindriez-vous d’oublier que ces-mêmes objections, ressassées par vous telle une stéréotypie ritualisée, ont reçues ici-même, à mainte reprises, des réponses appropriées ? Vous ne cherchez manifestement pas à stimuler intellectuellement la discussion pour en faire jaillir, par la confrontation des arguments contraires, des idées pertinentes. Vous êtes tout à votre tache de contestation aveugle, globale et systématique au nom du souverainisme classique, indifféremment des arguments que d'aucuns ont à vous opposer.

Croyez-vous, ne fût-ce qu'un quart de seconde, que vous pourriez faire admettre que c'est la pression prétendument exercée sur la Russie par le lobbying de Bruxelles qui aurait poussé l'ambassadeur de celle-ci à Paris à déclarer que la profonde européanité de son pays devrait en faire normalement l'allié naturel de l'UE ? Je ne sache pas que le lobbying bruxello-atlantiste œuvrât particulièrement pour constituer cette nouvelle Grande-Europe continentale synergique de l'Atlantique au Pacifique dégagée de l'impérialisme américain et cimentée, non pas seulement par des abstractions grandiloquentes apolitiques (l'universalité des marchés et des Droits de l'homme, etc.), mais également par une conscience identitaire de soi et un mythe fondateur proprement européens fondés sur des réalités historiques et ethno-culturelles. En dépit de vos affirmations, cette vision, naguère défendue par Jean Thiriart, trouve un bien plus grand écho auprès des élites Russes qu'auprès des élites ouest-européennes de cette UE largement atlantisée et vassalisée. J'oserais même l'hypothèse que cette Grande-Europe de Thiriart (et de Poutine) se rapproche assez de l'Europe nation de Ferrier, avec ceci pourtant que, contrairement à ce dernier, Thiriart et Poutine ne rejettent pas autant les connexions historiques méditerranéennes et eurasiatiques de l'Europe, conçue par eux comme un tout plus global. Pour ne pas être accréditée par des élites politiques, économiques, et médiatiques ouest-européennes de plus en plus déconnectées et anti-démocratiques, cette idée n'en commence pas moins très sérieusement à faire son chemin chez les peuples européens, notamment lorsque ceux-ci observent le bouleversement brutal de leurs paysages culturels respectifs sous l'effet de l'immigration. récente. Nul besoin de faire observer que cette idée est la seule capable de faire réveiller de son sommeil la belle endormie (l'UE) pour lui permettre d'exister sur l’échiquier mondial en tant qu'ensemble politique, économique, géostratégique et civilisationnel...

Pour ce qui est de l'absence d'unité ethnique en Europe, tout dépend du niveau de l'étage de l'édifice que l'ont retient. Si vous retenez le ou les derniers niveaux (les plus récents), il existe en effet d'assez nombreuses ethnies et subdivisions ethniques, et ce même à l’intérieur de certains pays (un pays politiquement unitaire comme la France n'a pas par exemple des frontières ethniques très nettes qui la délimiterait fermement des pays voisins qui la jouxtent, et pourtant...). Plus on descend en revanche dans les parties inférieures et les soubassements de l'édifice européen, plus la profonde parenté ethno-culturelle et historique apparait en un vif relief , ainsi que cela vous a été mainte et mainte fois suggéré ici-même (inutile de se répéter).

S'agissant de la Hongrie, le protectionnisme identitaire actuel de celle-ci n'est pas dirigé contre l'identité européenne mais seulement contre cette "belle endormie" ouverte à tout va qu'est l'actuelle UE, nuance de taille donc. Cette ouverture radicale et passive de l'UE actuelle à tous les flux mondiaux (notamment migratoires) n'est pas tant due à sa dynamique interne implacable qu'à la politique identique menée séparément, notamment pour des raisons idéologiques, par ses États membres ouest-européens depuis 30 ans. L'UE actuelle n'est guère que la somme de ses parties, et il est par conséquent fort mal venu de lui imputer les travers de ses susdites parties. Inutile donc d'attribuer sournoisement tous les maux à cette Révolution européenne (Grande-Europe, voir supra) qui vise justement à les combattre.

Le dilemme est donc toujours le même. Faut-il conserver pleinement sa souveraineté à l'échelle nationale classique au risque de peser à moyen terme de moins en moins dans l'échiquier mondial face à des sous-ensembles continentaux robustes de bien plus grande taille ? Ou faut-il bien plutôt sauter le pas et mutualiser nos souverainetés en partageant un même destin global avec des proches parents pour faire face aux prochains grands rendez-vous historiques qui se précisent de plus en plus ?

Pour conclure, je fais vous citer du cas de l'Empire byzantin. Cet édifice parfaitement charpenté a duré plus de onze siècles car, contrairement aux empires multi-culturels auxquels vous pensez, celui-ci était cimenté par des facteurs de robustesse identitaire, civilisationnelle et spirituelle partagés et très réels :le christianisme grec, la romanité orientale et l’hellénisme micro-asiatique.

Écrit par : Anton Cusa | 23/10/2015

Vous avez répondu à ma place, comme vous l'évoquez plus haut l'Europe unie n'enchante qu'une infime partie du peuple russe, une petite partie de son élite qui roule sur l'or, ces apatrides nantis au comportement superficiel qui sont des embryons similaires à ceux qui donnèrent naissance à la caste aristocratique transnationale et tyrannique de l'Europe du 19ème siècle divisée en empires moyens. Malheureusement l'Europe unie a germé dans le cerveaux de ceux qui sont financièrement aisés et non dans la tête des peuples, là est tout le problème.

Écrit par : Benoit | 24/10/2015

Je connais les russes, le vrai russe c'est l'homme du peuple, il vient de la paysannerie et de la classe moyenne, ils sont les représentants de la vraie culture russe, alors que son aristocratie d'antan qui dominait tyranniquement les classes modestes était mondialisée à la sauce française, ils cultivaient un remake maladroit de la culture aristocratique française, souvent ces russes détenaient presque plus d'ascendance russe car les unions se faisaient en fonction de la richesse par-delà les frontières. De nos jours la nouvelle sauce c'est l'euro-américomanie, c'est l'apparition du russe pro-européen mondialisé qui parle anglais et qui rejette son identité. En réalité l'Europe qui se construit n'est rien d'autre qu'une extension du monde américain, la langue européenne est devenue l'anglais alors qu'elle n'est la langue maternelle d'aucun peuple d'Europe continentale.

Écrit par : Benoit | 24/10/2015

A ce cher Benois.

Cette pauvre palette qui est la vôtre, tristement limitée au blanc et au noir, vous interdit manifestement de concevoir, de percevoir et de peindre fidèlement, avec la gamme de nuances délicates adéquates, le tableau du paysage, cher Benois.

Votre absence de finesse dialectique vous interdit d'admettre qu'il existe de très nombreuses zones complexes et fluides alternatives entre, d'une part, ces élites déculturées et mondialisées incapables de représenter fidèlement les intérêts et les aspirations fondamentales de leurs peuples et, de l'autre, ces solidarités identitaires micro-sociales renfermées sur elles-mêmes et limitées à des catégories d'appartenances très locales.

Votre ignorance et telle que vous semblez ignorer jusqu'au rôle décisif joué par les élites (notamment bourgeoises) dans l'avénement des révolutions modernes. Eh oui mon cher Benois, ces cultures nationales modernes européennes que vous opposez mystiquement entre elles d'une façon si peu rationnelle sont également le fruit des élites...Nul doute que, sans cette fâcheuse ignorance, vous ne seriez pas aussi enclin à disqualifier automatiquement toute forme d'idée par cela seul qu'elle émane d'une élite. On pourrait ainsi, pour caractériser votre position amusante inverser les termes de la célèbre proposition de Bossuet. En lieu et place de "Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes", cela donnerait donc dans votre cas : "Dieu se rit des hommes qui déplorent les causes dont ils chérissent les effets".

Je ne répondrai plus à vos radotages grossiers qui consistent à confondre l'EU actuelle avec la Révolution européenne continentale salvatrice que d'aucuns appellent de tous leurs voeux pour justement faire sortir la première, et les peuples qui la compose dont elle n'est jamais qu'une simple somme, de ce long sommeil dogmatique et idéologique dans lequel les a plongé la Seconde Guerre
mondiale.

Écrit par : anton Cusa | 24/10/2015

Corection

A ce cher Benois.

Cette pauvre palette qui est la vôtre, tristement limitée au blanc et au noir, vous interdit manifestement de concevoir, de percevoir et de peindre fidèlement, avec la gamme de nuances délicates adéquates, le tableau du paysage, cher Benois.

Votre absence de finesse dialectique vous interdit d'admettre qu'il existe de très nombreuses zones complexes et fluides alternatives entre, d'une part, ces élites déculturées et mondialisées incapables de représenter fidèlement les intérêts et les aspirations fondamentales de leurs peuples et, de l'autre, ces solidarités identitaires micro-sociales renfermées sur elles-mêmes et limitées à des catégories d'appartenances très locales.

Votre ignorance et telle que vous semblez méconnaitre jusqu'au rôle décisif joué par les élites (notamment bourgeoises) dans l'avénement des révolutions nationales modernes et contemporaines. Eh oui mon cher Benois, ces cultures nationales modernes européennes que vous opposez mystiquement entre elles d'une façon si peu rationnelle sont également le fruit des élites...Nul doute que, sans cette fâcheuse ignorance, vous ne seriez pas aussi enclin à disqualifier automatiquement toute forme d'idée par cela seul qu'elle émane d'une élite. On pourrait ainsi, pour caractériser votre position amusante inverser les termes de la célèbre proposition de Bossuet. En lieu et place de "Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes", cela donnerait donc dans votre cas : "Dieu se rit des hommes qui déplorent les causes dont ils chérissent les effets".

Je ne répondrai plus à vos radotages grossiers qui consistent à confondre l'EU actuelle avec la Révolution européenne continentale salvatrice que d'aucuns appellent de tous leurs voeux pour justement faire sortir la première, et les peuples qui la compose dont elle n'est jamais qu'une simple somme, de ce long sommeil dogmatique et idéologique dans lequel les a plongé la Seconde Guerre
mondiale.

Écrit par : Anton Cusa | 24/10/2015

La vraie intelligence de la pensée est de distiller et de transformer ce qui est complexe en une lecture simple mais dense de sens, et non de transformer ce qui est complexe en quelque chose d'encore plus complexe qui sonne creux.

Écrit par : Benoit | 24/10/2015

A Benoit

La première hygiène avant d'affirmer que le résultat d'une énonciation ne parvient pas à réduire avec limpidité et rigueur les données d'un problème à leur plus simple expression c'est de montrer que l'on comprend parfaitement le sens de l'énoncé en question et qu'on est capable d'en proposer une formulation plus logique...A défaut d'y réussir, vos accusations ne prouvent que deux choses : votre incapacité à comprendre le susdit énoncé ainsi que votre volonté de voiler votre impuissance intellectuelle en recherchant votre salut dans la calomnie...Tout bien considéré, votre réaction inféconde pourrait également trouver son explication dans ce fâcheux parti pris idéologique souverainiste borné qui vous rend si impropre à la confrontation honnête des arguments contraires.

Écrit par : Anton Cusa | 24/10/2015

Pour tordre le coup à l'avance à vos accusations faciles, je prends la peine de préciser certaines choses. Affirmer que les monarchies et les élites aristocratiques européennes défendaient lors des guerres révolutionnaires l'idée d'une unification et d'une libération démocratique de la Nation-Europe, quelle grossière méprise de votre part ! Ces élites, de moins en moins capables de représenter alors fidèlement les intérêts fondamentaux de leurs peuples, ne faisaient, comme chacun sait, que défendre le principe dynastique ainsi que le mythe du sang bleu et royal contre l'idéal de libération révolutionnaire et d'auto-determnation souveraine des peuples porté notamment par les élites bourgeoises européennes. L'idéal de la Révolution populaire européenne, assumé entre autres par Ferrier, n'a donc rigoureusement rien à voir, ni de près de loin, avec le combat porté naguère par les aristocraties européennes lors des guerres susmentionnées. Qui pis est pour vous, le concept révolutionnaire de la Nation-Europe s'apparente bien plus aux révolutions nationales, avec cette différence néanmoins qu'il opère simplement un changement d'échelle...

L'inanité de votre comparaison historique vous apparait-elle plus simple à comprendre à la lecture de cette reformulation ?

Écrit par : Anton Cusa | 24/10/2015

En tout cas vu votre ton agressif lorsque qu'une opinion ne vous plait pas, si par un concours de circonstances extraordinaires vous deveniez chef d'état européen, merci de me prévenir, ça me laissera le temps de me réfugier à 10000 bornes de l'Europe pour éviter de terminer dans un goulag européiste aménagé par vos soins.

Une journée de calme en pantoufles accompagné d'une bonne tisane au tilleul vous ferait du bien.

Écrit par : Benoit | 25/10/2015

Quand on n'a pas les épaules discuter de front sur un sujet, on s'enfonce fatalement dans le grand n'importe quoi...

Écrit par : anton | 25/10/2015

Excusez-moi mais je ne réfléchis pas avec mes épaules, mais avec ma tête, si il vous plait à vous de porter sur votre dos votre interminable fatras de références plus indigestes les unes que les autres pour expliquer aux autres ce qu'ils doivent penser c'est votre problème. Vous n'arriverez pas à convaincre au belge que je suis que 27 peuples ont le désir de vivre ensemble quand chez nous on parvient à peine à faire cohabiter deux communautés linguistiques qui cherchent à se séparer.

Écrit par : Benoit | 25/10/2015

Si, pour vous, soupeser et confronter attentivement avec autrui des arguments rationnels reviendrait à leur asséner avec force brutalités ce qu'ils doivent ou pas penser, nul doute que vous êtes définitivement perdu pour le débat contradictoire, mon cher Benoit !

Cette victimisation surjouée et théâtrale, qui sied du reste si bien à l'extrémiste hermétique que vous êtes, hurle évidement le faux pour quiconque n'est point trop stupide...A d'autres donc !

Écrit par : Anton Cusa | 26/10/2015

Sur ce, je prends congé de vous...

Écrit par : Anton Cusa | 26/10/2015

correction pour le souverainiste Benoit

Si soupeser et confronter attentivement avec autrui des arguments rationnels reviendrait ni plus ni moins pour vous à leur asséner avec force brutalités ce qu'ils doivent ou pas penser, autant voudrait admettre que vous seriez alors définitivement perdu pour le débat contradictoire, mon cher Benoit !

Cette victimisation surjouée et théâtrale, qui sied du reste si bien à l'extrémiste hermétique que vous êtes, hurle évidement le faux pour quiconque n'est point trop stupide...A d'autres donc !

Sur ce, je prends congé de la discussion en vous souhaitant bien le bonjour,Benoit

PS @ T.Ferrier, désolé pour le spectacle et les digressions

Écrit par : anton Cusa | 26/10/2015

"autant vaudrait", et non pas "autant voudrait"

Écrit par : anton Cusa | 26/10/2015

Les commentaires sont fermés.