28/04/2013

Du latin à l’italien, du grec ancien au grec moderne

italia.jpgDe toutes les langues romanes, l’italien est resté le plus proche du latin et on pourrait même considérer qu’il en est le seul véritable héritier, même s’il a perdu ses déclinaisons. Pour constater que cette évolution est naturelle et cohérente, il suffira de prendre les noms des dieux olympiens dans la version latine.

La première constatation est que les trois premières déclinaisons ont évolué de manière cohérente. Les féminins en –a n’ont pas été modifiés, à l’instar de Diana, nom latin et italien de la déesse de la chasse, ou encore de Vesta et de Minerva. En revanche, les masculins en –us sont devenus en –o, à l’instar de Mercurio (= Mercurius) et de Volcano (= Volcanus). Enfin, une évolution intéressante est celle de la troisième déclinaison, dont la racine se retrouve au génitif. Mars (génitif Martis) est devenu Mart-e, Venus (génitif Veneris) est devenue Vener-e, et ainsi a-t-on aussi Cerere (= Ceres, Cereris).

L’évolution linguistique ne s’est pas limitée aux formes finales des mots, mais a affecté aussi les regroupements de consonnes ou de voyelle. Ainsi les formes en iu- sont devenues giu-, ce qui a donné un Giove (du génétif de Iupiter, Iovis) et une Giunone (= Iuno, Iunonis), alors que la forme -pt- s’est transformée en –tt-, ce qui a abouti à un Nettuno (= Enfin, les quatrième et cinquième déclinaisons ont abouti à des mots finissant par –e (comme re, « la chose », du latin res) et par –u (comme manu, « la main », du latin manus, -us). Il faut ainsi souligne l’extrême cohérence de la grammaire italienne en l’occurrence, comme le conservatisme du sens des termes, ce qui crée de nombreux faux amis entre le français et l’italien, qui tous s’éclairent si on a recours au latin.

Les douze dieux ou Olimpiani de l’ancienne Rome et de l’Italie moderne sont donc : Giove et son épouse Giunone, Marte et son épouse Venere, Nettuno et Cerere, Mercurio et Minerva, Volcano et Vesta, et enfin Apolline et Diana. Leurs homologues grecs ont quant à eux subi une évolution plus modeste, même si les termes grecs de la troisième déclinaison ont subi une altération comparable aux termes latins. Ainsi, pour rebâtir des mots modernes en –as, les Grecs ont eu recours au génitif auquel ils ont ajouté cette désinence, et de même les mots féminins en –is ont fini en –i (hêta grec). Le nom de Zeus est désormais archaïque, remplacé par celui de Dias (bâti sur Dios, génitif de Zeus). Si les noms d’Arès, d’Aphrodite, d’Athéna, d’Héphaistos, d’Hermès, d’Hestia ou d’Héra ne changent pas entre le grec ancien et le grec moderne, ils ont désormais à leurs côtés Dias, Poseidonas, Apollonas, Artemi (ou Artemida) et Demetra, même si en revanche la prononciation a été considérablement modifiée (lire Aris, Ifestos, Athina).

Écrire un commentaire